Tous les articles par Corinne Cassé

Retours sur une méthodologie d’enquête

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois, nous ont permis de redécouvrir ce que peut être une méthodologie de terrain finement ciselée. Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité. Sur un sujet abordé entre 1983 et 1988, Annie-Hélène Dufour questionne les compétences et les connaissances des pêcheurs sur la qualité des fonds marins, les poissons et la flore, les techniques et les accessoires de pêche. Au fil des ans, la mise en place du matériel technique d’enregistrement se perfectionne, la conduite de l’entretien qualitatif avec les pêcheurs se ralentit, s’adapte au rythme du vécu de l’instant partagé.

L’une de ces enquêtes est une démonstration de cette approche d’un corps de métier particulier, confronté aux aléas de la nature, aux décisions économiques européennes, à la concurrence,  à la multitude de tâches sans cesse renouvelées. Le témoin de cette enquête prépare un filet, accessoire primordial de son métier, pendant toute la durée de l’entretien ; ses gestes sont précis, il est attentif à ce qu’il fait et, malgré tout, accueillant à l’enquête. Une fois le magnétophone et le micro installé, l’enquêtrice prend le temps de rentrer dans le dialogue, silencieuse, attentive elle aussi aux gestes, à l’avancée du travail et à la disponibilité du témoin.

L’attitude est payante, au bout de quelques trois  minutes l’information vient, au moment et sous la forme choisis par l’informateur.

L’entretien se prolonge, l’enquêtrice relâche son questionnaire et son objectif de recherche pour rentrer un peu plus dans la relation en train de se faire. L’homme travaille, peine un peu sur son filet, évoque ses soucis avec ses fournisseurs, son retard sur ses préparatifs ou la mauvaise qualité des accessoires livrés. L’enquêtrice est aussi à l’écoute de cela, s’intéresse, touche les objets et maintien son attente silencieuse. Ainsi, le pêcheur s’investit à nouveau comme témoin, en demandant les questions (à quelques 37 minutes d’entretien).

L’enquêtrice revient sur sa recherche, précise, clairement énoncée. L’informateur prend le temps de la réflexion et répond, lui aussi, avec précision et professionnalisme. Il n’est pas sujet d’observation ;  il est pleinement co-auteur d’un savoir qu’il transmet en toute connaissance de cause.

Les corpus déposés à la phonothèque et disponibles au public nous offrent, dans une qualité sonore émouvante qui nous rend si proches ces locuteurs disparus depuis1 , une exploration des diverses façons d’aborder la parole et ses contenus à travers l’évolution d’une méthodologie basée sur la relation humaine et le « savoir-écouter ».

Extraits de l’enquête 2504 : « Un pêcheur des Salins-d’Hyères rend compte de ses connaissances sur les espèces de poissons selon les profondeurs et commente l’évolution de la profession depuis les années 1970 », enregistré par Annie-Hélène Dufour (enquêtrice), auprès de Monsieur Saragossa (informateur), 1er février 1985, Les-Salins-d’Hyères. Corpus Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Crédits photographiques : Working with Fishing Net, India, 2011, auteur Navaneeth Krishnan S. Licence Creative Commons- Paternité – Partage à l’Identique.

  1. Annie-Hélène Dufour est décédée en 2002 []

 »La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre »

« La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre », c’est ainsi qu’un des informateurs d’Henri-Paul Bremondy clot son entretien en 1977. Pêcheur depuis la première guerre mondiale, il témoigne de toute une vie liée à ce territoire si complexe, entre garrigues et criques, faite de petits métiers de la pêche mais aussi de l’agriculture, lorsque la mer était mauvaise. Ces enquêtes foisonnent de détails sur ce qui fait rire ces hommes attachés à la mer, sur leurs savoirs faire, leur quotidien, les deux guerres qu’ils ont traversées, sur la pratique de la langue provençale « d’ici » avec ses versions propres à un village, sur ce qui fait la carrière d’un patron-pêcheur, des taches du mousse aux responsabilités du patron. Ce corpus sur la pêche à Six-Fours, riche d’entretiens exclusivement en provençal, vient rejoindre trois autres corpus sur le métier et la représentation des espaces maritimes dans le Var mais aussi en Camargue et sur l’Étang de Berre.
L’un des témoins de H.-P. Bremondy raconte une histoire connue, une histoire d’idiot croyant que son âne a bu la lune. Celle-ci est référencée dans la classification Aarne-Thompson comme un conte facétieux.1.

Plusieurs versions de ce conte sont d’ailleurs disponibles à la phonothèque. La suivante est cévenole :

* * * * * * * * *

Attachés à la mer pour vivre, plus que par goût, les pêcheurs partagent le solde de la pêche en comptant comme ils peuvent, parfois sou à sou lorsque les règles d’arithmétique manquent (un pour toi, un pour moi, un pour le bateau). Avant la seconde guerre mondiale, on ne va pas au café lorsqu’on est pêcheur , on ne joue pas aux cartes. Quand la pêche est finie ou que la mer vous empêche de sortir, il faut entretenir les filets, le bateau, aller faire du bois de chauffage, planter son champ ou celui d’un autre, réparer, ranger… La vie des hommes échappe au rythme des contraintes et respire « au cabanon » autour de l’aïoli, du repas cuisiné dans la petite cheminée, dans les « coups de gueule » (agrémenté parfois de coups de poings pour faire bonne mesure), dans les parties de boules. La distraction des femmes, ils ne savent quoi en dire : elles n’étaient pas avec eux au cabanon. Finalement, « à part l’église », ils n’identifient pas leurs lieux de distraction, ni les distractions d’ailleurs qu’elles pouvaient avoir. Elles, femmes et filles de pêcheurs, attendent le retour des hommes, font quelques sous avec de petits métiers, s’occupent des enfants.

Ces pêcheurs nous apprennent au fil des souvenirs, la structuration d’une profession, pour se défendre, pour partager la mer, pour réglementer l’usage des outils et le lent et inéluctable changement du paysage avalé par le tourisme. Aller à la plage pour pic-niquer ? Une idée bien incongrue pour un homme qui ne sait pas nager. L’eau est bien, en dessous du bateau, c’est là qu’est le poisson, le petit et le gros, celui qui mord. La mer c’est celle qu’on entend frapper le long de la coque, qui vous fait tituber dans la nuit pour descendre du hamac où l’on dort coûte que coûte, enroulés dans les précieuses couvertures jusqu’à ce que les plus vieux vous réveillent en frappant la coque de leurs rames. Eux savent que c’est l’heure d’y aller, parce que le nez dans les étoiles, qu’on appelle les pougnères, ils ont vu qu’il était l’heure. L’heure d’y retourner.

Dans son mémoire de DEA2 , soutenu à l’université de Provence en 1978, Henri-Paul Bremondy, auteur de ces enquêtes, décrit finement les savoirs-faire des pêcheurs :

« Quand on pense que huit pêcheurs sur dix nés en 1900 ne savaient pas nager, que la plupart des patrons aujourd’hui encore, prennent un bain de mer quand, par accident, ils tombent à l’eau, on ne peut que s’étonner de la connaissance précise qu’ils ont du fond. Le fond de la mer, ils l’ont dans la tête. Ils ne se le représentent peut-être pas exactement avec les couleurs et les formes que nous lui connaissons, mais sur leur carte mentale sont relevés les détails indispensables à leur métier : telle roche, tel bordant, telle clairière, tel bosquet ou tel talus. » En effet, pas moins de sept termes en provençal local sont utilisés par les pêcheurs pour décrire les différents fonds.

Henri-Paul Bremondy, a continué son travail de collectage après ses études, de façon indépendante afin de collecter la mémoire de sa famille. Il s’est particulièrement intéressé aux différentes formes de pêche en méditerranée et à l’usage de la langue provençale. Il est décédé brutalement en 2004 sans avoir pu organiser ses archives. En 2010 son épouse et ses enfants décident de déposer ses pièces d’archives à la phonothèque de la MMSH  (entretiens enregistrés, croquis, retranscriptions, photographies, notes) sur la pêche dans le Var mais aussi sur la fête des Tripettes de Barjols à l’occasion de laquelle H.-P. Bremondy avait interviewé quelques personnages clefs de la fête. Son épouse se charge aujourd’hui de rechercher les autorisations de diffusion pour permettre l’écoute de ces enquêtes au plus grand nombre et nous l’en remercions.

 

Crédits photographiques : Hommes dans une barque, port de Marseille, avril 1899. Fonds Eugène Trutat – Bibliothèque numérique de Toulouse. Photographie ancienne. Négatif sur plaque de verre. Fond domaine public.
Pêcheurs sur échasses près de Unawatuna, Sri Lanka, Bernard Gagnon, 2006.http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Stilts_fishermen_Sri_Lanka_02.jpg. Licence Creative Commons.

  1. La version de ce conte est décrite dans la classification Aarne et Thompson sous la référence 1335, The Eaten Moon, dans la catégorie Anecdotes and Jokes []
  2. La pêche sur le littoral varois, DEA d’ethnologie, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372 []

L’archive sonore apprivoisée ou l’approche successive du contenu

Le travail documentaire resserré au niveau d’une séquence sonore (ou item) révèle les trésors de l’entretien. Prenons un exemple de traitement réalisé au sein de la phonothèque de la MMSH. Lors d’une enquête dans le Piémont italien en 1984, Christian Bromberger a la chance d’enregistrer le répertoire conséquent d’un chanteur surnommé Robert le Diable. Celui-ci interprète en français une chanson qu’il  nomme Sur le pont d’Avignon. Au cour de l’entretien le chanteur livrera pas moins de trente et une chansons de son répertoire ! Cette chanson-ci parle de l’enlèvement d’une jeune fille par trois cavaliers qui l’emmène pour leur plaisir jusqu’à Paris. Arrivée sur place la jeune fille feint d’être morte pour échapper à son sort. Recherchée par son père elle sera déterrée, toujours vivante et ramenée en lieu sûr.

L’ensemble du travail piémontais est décrit dans la notice du corpus. Cette enquête avec  Robert le Diable est décrite au sein d’une notice générale, comme toutes les chansons interprétées. Chacune a été documentée  dans une notice particulière, générant ainsi trente et une autre notices. Elles décrivent le détail des chansons et toutes les informations livrées par l’entretien : rythme, origine de la chanson, condition d’apprentissage et contexte d’interprétation. Dans le cas qui nous intéresse, la chanson est identifiée, grâce à la classification des chansons françaises réalisée par Patrice Coirault1 comme appartenant à la catégorie des chansons de rapt [COI 13027], plus connue sous le titre « La belle qui fait la morte pour son honneur garder ». On peut ainsi rapprocher notre chanson entendue dans le Piémont d’autres versions existantes dans tout le répertoire des chansons de tradition orale et lui donner un deuxième titre d’œuvre en plus de celui déjà donné par le témoin.

Ce travail étant réalisé pour d’autres enquêtes, une interrogation de la base avec ce titre d’œuvre comme critère nous livre trois autres versions issues d’enquêtes en Cévennes et en Ardèche. Il nous est possible alors d’écouter et de comparer les versions par exemple avec cet exemple cévenol.


Au sein de chacune des notices item un champ prend une importance particulière : celui de « l’incipit littéraire » qui nous permet de noter les premiers mots de l’œuvre, la ou les premières phrases de la chansons. Ici : « Sur le pont d’Avignon, trois belles s’y promènent » et « Rosette se promène, tout le long de son jardin ».

Ce traitement rigoureux permet le recoupement de plusieurs corpus et de la mise en miroir de leurs points communs, au sein de la phonothèque mais aussi entre centres détenteurs d’archives sonores, au niveau national comme international du moment que ces données peuvent être mises en ligne. Il permet de révéler l’amplitude de la valeur informative et de l’identité d’un item sans jamais le découper de sa matrice d’origine, l’entretien qui l’a livré, ni de l’ensemble des autres items qui l’accompagnent.

 

Crédits photographiques : Quentin Metsys, Le prêteur et sa femme, huile sur panneau, 1514, Musée du Louvre, Paris. (détails et vue générale).  L’œuvre d’art représentée dans cette image et sa reproduction sont dans le domaine public mondialement.

 

  1. Patrice Coirault, Répertoire des chansons de tradition orale.  Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon. Trois volumes. Paris, BnF, 2006. []

Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation

Les 05 et 06 décembre à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, avenue de France à Paris, se tenait le colloque de l’Atelier de Sémiotique Audiovisuel-SHS (ANR-08-BLAN-0102-01) : Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation. Celui-ci voulait répondre à la question suivante : comment constituer, utiliser, adapter, valoriser, diffuser des archives audiovisuelles ?

La phonothèque de la MMSH y était invitée, lors de la deuxième journée, pour présenter le travail de conservation, d’indexation et de mise à disposition des collections sonores déposées.

Les différentes interventions du colloque ont été filmées et sont accessibles en ligne sur le carnet de recherche de l’Atelier de Sémiotique Audiovisuelle.

Nous aimerions signaler notamment les très belles interventions de Valérie Legrand-Galarza, (INaLCO-CERLOM, FMSH-ESCoM) et la présentation de son travail sur le « Portail PCIA – Patrimoine Culturel Immatériel Andin« , et l’exemple présenté par Aygün Eyyubova (FMSH-ESCoM) : « Portail audiovisuel pour l’enseignement et la recherche : l’exemple du Portail Audiovisuel de la Culture Azerbaïdjanaise « . Les deux jeunes femmes ont présenté par ce biais les résultats et l’état de leurs recherches en mettant à disposition des videos, de la musique, des entretiens de terrain, des photographies… Ces mises en ligne permettent, entre autres, la communication avec les témoins de ces enquêtes sur la documentation des matériaux quasiment en temps réel. Il faut saluer la volonté de ces chercheurs et des témoins qui désirent rendre accessible à tous leur matériaux de terrain, y compris par leur traduction en plusieurs langues (français, russe, italien, espagnol, quechua, turque).

Ce travail colossal se développe dans le milieu des jeunes chercheurs et entraîne une évolution certaine des concepts des matériaux de terrain et de leurs usages, mais aussi du statut d’auteur de ces mêmes matériaux et l’usage systématique de  contrat de cession de droits. Le témoin est ici partie prenante de la création d’une archive audiovisuelle, des modalités de sa mise à disposition et de la réflexion sur le sens qu’on peut lui donner.

Dans un autre registre, Elisabeth de Pablo (FMSH-ESCoM), a présenté de manière dynamique et passionnante le contenu de son cours « Les archives audiovisuelles dans l’enseignement : le cas de l’usage de vidéos dans l’enseignement en communication interculturelle à l’INaLCO » et détaillé le travail réalisé par les étudiants grâce aux recherches et réutilisations de videos glanées sur le Web. Ces nouveaux outils de communication sont revisités dans une perspective de professionnalisation de la recherche dans le respect des droits internationaux. Les différents niveaux de communications (blog, site, réseaux sociaux), leurs contraintes et leurs atouts sont étudiés, croisés, comparés. Il est à souhaiter que de tels enseignements se multiplient au sein des filières de formation.

Florence Descamps présentait les interventions de l’après-midi du 06 décembre et précisait que les réflexions sur la mise à disposition des documents multimédias dans le domaine de la recherche et auprès du grand public se multiplient mais que les exemples de leur usage d’un point de vue pédagogique sont particulièrement attendus. Nous rejoignons ce constat, persuadés que de tels enseignements ouvriraient sans nul doute de nouvelles perspectives.

Crédits photographiques :
Diablada, danse andine – Fête de la Vierge d’Urcupiña, Quillacollo, Bolivie. http://asashs.hypotheses.org/998 Photographie de Valérie Legrand-Galarza sous la licence Creative Commons (sans utilisation commerciale et sans modification).

Les voix des Cévennes

Deux nouveaux corpus d’enquêtes orales sur le territoire cévenol viennent enrichir les collections déjà présentes à la phonothèque de la MMSH : celles réalisées entre 1978 et 1986 par Nicole Coulomb et Claudette Castell sur la « Mémoire orale du Mont Lozère » et celles réalisées par les agents du Parc National des Cévennes, encadrés par la même Nicole Coulomb, en 1985 et 1986, Conscience identitaire cévenole.

La première collection visite les répertoires de chants, de contes, d’airs à danser des habitants de la face nord du Mont Lozère. Un recueil de ces contes, extraits du répertoire d’un couple attachant de conteurs et chanteurs, a été édité en 19861. La plupart de ces enquêtes rendent compte de la lente relation de confiance qui s’est établie au fil des années entre les enquêtrices et leurs informateurs. Les sons de l’horloge du salon, du ronronnement de feu de cheminée des enquêtes de novembre, de la cuillère tournant la tisane, accompagnent les contes drôles, les histoires de peurs, les chansons plaisantes. Certaines enregistrements se sont faits pendant des veillées regroupant jeunes et vieux, ou pendant des retrouvailles d’amis, de proches, de voisins, qui rient de retrouver les « bêtises » de jeunesse, les paroles occitanes d’un air de polka ou de bourrée.

L’ai vist passar lo papet davant la pòrta / Je l’ai vu passer le papet devant la porte

L’ai vist passar que pensav’ anar gostar / Je l’ai vu passer qu’il pensait aller goûter

Portav’ un piòch, una pala sus l’espatla / Il portait une pioche, une pelle à l’épaule

Portav’ un piòch e anava beure un còt. / Il portait une pioche et il allait boire un coup.2

A l’époque où ces enquêtes ont été faites, la mémoire des bals à la voix et des activités « avant la télévision » était encore vivace, les accents cévenols bien trempés. L’ensemble du corpus témoigne également de la constitution du savoir des enquêtrices qui, de moins en moins novices, rentrent dans les détails des répertoires, avancent à pas lent en demandant de nouvelles versions, des précisions sur l’orthographe. Auteurs d’une thèse de troisième cycle d’études occitanes sur les « Chansons et danses populaires du Mont Lozère »3;La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). Cote Médiathèque MMSH : F.ME 398COU)), Nicole Coulomb et Claudette Castell, ensemble ou séparément, ont depuis multiplié les enregistrements en territoire cévenol : Mémoire de la vie quotidienne autour du châtaignier, Mémoire des jeux et jouets de l’enfance en Cévennes rurales traditionnelles. Autant de pièces qui complémentent le portrait d’une culture cévenole, comme de savoureuses histoires de bergers, présentes aussi dans des répertoires de contes internationaux.

Le Fossat lié par l’herbe (extrait)

Une autre fois, il était monté là-haut sur le mont Lozère pour garder ses moutons, là dans le mois de juin. Il faisait beau, il avait pris sa biasse et il s’était couché là-haut dans l’herbe. Et quand il s’est réveillé, l’herbe avait tellement poussé qu’elle l’avait attaché par terre. Elle en avait fait le tour et elle s’était nouée au-dessus de lui brindille par brindille, il ne pouvait plus remuer. Alors il s’est dit :

– Aqueste còp, siòi fotut, siòi fotut. Pòde pas bolegar. Mès es pas possible, de qu’es aquò que ti ten ?4

Et il ne voyait presque pas, puis avec sa bouche il s’est mis à manger l’herbe :

– Es pas possible quant erba qu’ai bofat !5

Comme il avait les bras allongés le long du corps, il a pu aller à sa poche et tout doucement, il a sorti son couteau et il s’est mis à couper l’herbe autrement il y restait.6

Lo pastre qu’èra pas d’acòrdi amb lo patron  7

Le berger prenait sa biasse, son manger pour tout le jour. Alors sur la table, le patron lui as mis un os où il y avait un peu de viande et le berger trouvait que pour tout le jour ça ne faisait pas trop. Il  a dit au patron :

– Mais vous croyez que mon brave monsieur, que c’est suffisant pour tout le jour ?

– Oh si, la viande des os c’est la meilleure.

Bon. Le berger prend ça puis il va faire sortir les moutons, il les mène là-bas face à la maison à un endroit où il n’y avait que des pierres, des rochers, pas beaucoup d’herbe. Alors le patron y est allé. Pendant un moment, il lui avait crié de changer d’endroit mais le berger, avec son chien, tenait toujours les moutons dans ces rochers. Le patron lui a dit :

– Mais tu es fou, tu ne vois pas que les moutons crèveront de faim là !

– Si sabiòtz coma l’erba del rònc es bòna, es la melhora. 8

Et le patron a compris. Et le lendemain, il lui a donné une meilleure biasse.

 

Le second corpus traite lui des représentations, opinions et témoignages des habitants du Causse Méjean, attachés à cette terre sauvage, à ce climat rude. Les enquêtes ont été réalisées dans une période charnière pour le pays qui connaît alors une accélération de la modernisation de l’agriculture et l’exode des jeunes générations. Plusieurs classes d’âge ont été interviewées. Les enquêteurs novices ont utilisé systématiquement une grille d’enquête leur permettant de naviguer simplement dans la mémoire des témoins. De ce fait, cette collection a deux intérêts principaux. Tout d’abord elle aborde des questions intemporelles sur l’identité d’un groupe : qui sommes nous, comment nous représentons nous les nôtres, les autres, comment est fixé le périmètre d’un territoire qui nous ressemble, auquel nous nous efforçons de ressembler ? Elle représente aussi une source très riche en terme d’illustrations pédagogiques en méthode de collectage.

 

Pour des raisons historiques et circonstancielles la phonothèque possède un fonds très important sur les Cévennes, soit plus de 28% des notices, issues de recherches d’enquêteurs très différents et couvrant plusieurs territoires des Cévennes : Mont Aigoual, Mont Lozère, Vallée-Longue, Vallée-Borgne, Causse Méjean. Ces collections représentent par leur diversité une ressource unique et autant d’occasions de nouveaux travaux ou projets de valorisation, quelque soit la discipline.

 

Crédits photographiques : Scene at square dance in rural home in McIntosh County, Oklahoma (LOC). Lee, Russell,, 1903-1986,, photographer. http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2178339419 Pas de restrictions de copyright connues

Chevaux de Przewalski sur le Causse Méjean.  Auteur Ancalagon. Creative commons.

 

 

  1.  La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). []
  2. L’ai vist passar. Air à danser de bourrée chanté dans la période de l’entre-deux-guerres sur le mont Lozère. Les différentes versions de cet air abondent et une partie se retrouve dans une bourrée limousine. []
  3. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. (Cotes Médiathèque : MT-21856(1) ; MT-21856(2 []
  4. Cette fois-ci, jesuis foutu, je suis foutu. Je ne peux plus bouger. Mais ce n’est pas possible, qu’est-ce qui me tient comme ça ? []
  5. Ce n’est pas croyable toute l’herbe que j’ai mangée ! []
  6. Ce conte est répertorié dans la classification des contes d’Aarne et Thompson sous le titre The great vegetable ou AT 1960D []
  7. Le berger qui n’était pas d’accord avec son patron []
  8. Si vous saviez comme l’herbe du rocher est bonne, c’est la meilleure. []

Agitation de neurones et d’archives sonores à la fête de la science 2011

Du 12 au 16 octobre 2011 la science s’est fêtée à Marseille comme partout en France pour la 20ème édition. Pas moins de 40 animations étaient proposées sur les sites de Marseille aux enfants des écoles primaires, collégiens et lycéens comme à tous les publics. Les archives sonores et la phonothèque de la MMSH tenaient bonne place sur le campus de Saint Charles de l’Université de Provence, dans la salle des conférences au sein… du marché de la chimie ! Quel rapport avec la chimie ? Tout d’abord un lien étroit avec la constitution du savoir comme pouvaient l’exposer au moins trois stands présents. Celui décrivant la fabrication et les multiples usages du savon de Marseille (Compagnie des détergents et du savon de Marseille), un autre sur les huiles essentielles et la fabrication des cosmétiques (Laboratoire Chimie Provence UMR 6264), ou encore celui des connaissances ethnobotaniques (Herbiers de l’Université de Provence). Chacun abordait au cours de son exposé le savoir empirique développé et transmis par les anonymes utilisant au cours des siècles une herbe parfumée, curative, ou le savon comme dentifrice.

L’exploration de la base de données de la phonothèque de la MMSH sur le thème des savoirs scientifiques et de leur transmission nous a permis l’extraction de quelques extraits pertinents : le témoignage d’un descendant d’arménien devenu chimiste à Lyon, les souvenirs de la fille d’un chimiste d’Erevan sur la carrière de son père, le récit du développement d’une usine d’engrais chimique par deux de ses anciens employés, les soins aux brebis décrits par un berger ou encore l’utilisation de la saponaire dans le lessive. Les visiteurs du stand de la phonothèque, scolaires et collégiens pour les jeudi et vendredi, ont découvert les méthodologies en sciences sociales, le traitement documentaire source de réappropriation des archives sonores, la sauvegarde des supports fragiles, la démarche d’une cession de droits patrimoniaux. Ils ont pu aussi expérimenter l’entretien qualitatif au cours d’un jeu de rôle. Formant un binôme, les jeunes devaient se partager les rôles d’enquêteur et de témoin en ayant déterminé au préalable une thématique d’entretien de leur choix. Seules règles à respecter : éviter les questions trop personnelles ou gênantes, éviter de porter des jugements sur les réponses obtenues et ne pas se couper la parole. Sans rien écrire, ils se sont lancés dans l’enregistrement. Se sont succédés des essais d’entretien sur les émissions de télévision favorites, les goûts musicaux, la pratique de différentes danses, le hip-hop de Nicki Minaj,

les recettes des grand-mères, les goûts culinaires et vestimentaires, la pratique des jeux video, du vélo,

et les groupes d’amis au collège.

Les enquêteurs en herbe ont pu ainsi découvrir la richesse des récits oraux, leur finesse et leur originalité par rapport aux productions écrites par exemple. Ils comprenaient ainsi la place particulière de ces archives, au carrefour des intérêts de plusieurs disciplines, décalées des productions journalistiques qu’ils peuvent connaître au quotidien. Une discussion pouvait s’engager parfois entre les jeunes gens et leur enseignant sur de nouveaux termes de vocabulaire, sur leurs histoires familiales, sur notre patrimoine commun.

Le samedi, l’accueil proposait au grand public des écoutes d’extraits sonores choisis en explorant la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ces journées permettent aussi des échanges entre chercheurs de discipline différentes et la découverte mutuelle de leurs travaux, de leurs outils dans des présentations ludiques, dans un langage accessible, pédagogique, servit par une grande volonté de partage, d’ouverture et de curiosité.

 

Crédits photograpiques : Corinne Cassé, Marché de la chimie octobre 2011, Fête de la Science, Campus de Saint-Charles.

Crédits phonographiques : merci à tous les élèves qui ont suivi les ateliers de la phonothèque et accepté de devenir, un instant,  collecteur de témoignages.

Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca


Dans les années 1980, Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour,  Mariano Fresta et Danielle Dossetto rencontraient plusieurs habitants du Val Germanasca, vallée vaudoise du Piémont italien. Ils étaient accompagnés de leurs étudiants qui effectuaient leur stage de terrain de licence d’anthropologie.

Autour des questions relatives à la vie quotidienne et à l’histoire orale de cette vallée, les enquêteurs ont pu, entre autres, recueillir 150 chansons de répertoires traditionnels en français et en italien. Ces enquêtes ont été déposées à la phonothèque de la MMSH en 1994. Au coeur de ce fonds, trois chanteurs en particulier révèlent une quantité impressionnante de chants :  Robert Tagliero, Emmanuel Barrus et Aldo Richard. Pour l’un le timbre est clair, travaillé, le vibrato est inspiré des chanteurs italiens du début du 20e siècle, ses conditions de chant exigeantes. Pour les autres la voix est plus rocailleuse, plus proche de ce que l’on croirait pouvoir entendre en plein champ ou au travail. C’est ce qui fait, d’un premier abord, tout l’intérêt du croisement de ces différents types d’interprétation d’une même chanson. Qu’elles relate un amour contrarié ou tragique (soldat tombé au combat, abandon d’une amante), un drame domestique (femme d’un alcoolique, tentative de parricide) ou la vie quotidienne des filles et des gars des campagnes (bergère repoussant des galants, travailleurs migrants) ces chansons témoignent toutes d’un quotidien difficile, commun à toutes les régions paysannes des 19e et début du 20e siècle, d’une pratique du chant comme moyen de se distraire, d’apprendre des nouvelles de l’extérieur et, aussi, des leçons de vie. Ces chants prenaient leur place dans des espaces temps propices à l’écoute (veillées, pacages, travaux divers). Certains, très longs (plus de trente couplets attestés) relatant des événements guerriers ou des faits divers, chantés lors des veillées, se sont perdus par manque de pratique. Les trois chanteurs interprètent quasiment sans accent leurs morceaux en français, alors que leur prononciation du français parlé est plus accidentée. Quelques uns sont en occitan. Ils donnent parfois la version italienne de la chanson lorsqu’elle existe. Ils commentent ces airs en piémontais ou en français et, par analogie ou en lisant leur imposant cahier de chansons, parcourent leur répertoire personnel. Les chansons ont été retranscrites par leur soin ou par leurs parents après avoir été apprises « d’oreille » pour quelques unes.

L’attachement à la langue française est fort, hérité des communautés vaudoises d’origine française1, des liens tissés au fil des générations avec les régions françaises voisines, les migrations saisonnières pour s’embaucher sur différents chantiers. Des chants en ont été ramenés de ces voyages, on peut en retrouver des versions un peu différentes dans d’autres régions françaises et répertoriées dans les travaux de Patrice Coirault (les belles endormies, chansons de conscrits).

Les chanteurs de ces enquêtes possèdent chacun un cahier de chanson, parfois illustré, qui leur vient de leurs parents. Christian Bromberger, dans son article, attribue la richesse exceptionnelle du patrimoine chanté, sa conservation et sa transmission à une forte diffusion de l’écriture, issue des générations vaudoises, lisant directement la Bible et valorisant l’écrit et son apprentissage. Au cours des entretiens, les informateurs se réfèrent sans cesse à leur cahier, feuillé inlassablement, avant d’en interpréter une chanson, même s’ils la connaissent par cœur.

Dans son analyse, le chercheur note que les chants enfantins (berceuses, rondes), les airs à danser et ceux du cycle carnavalesque ne sont pas présents dans ces cahiers, de même que les chants en langue de tradition presque exclusivement orale (provençal ou piémontais). Par contre y sont surreprésentés les complaintes, les chants historiques et les pastourelles, textes en français ou en italien dont l’écriture a fait l’objet d’un apprentissage. En conclusion, Christian Bromberger explique que « la condensation à travers l’histoire d’apports hétérogènes » des différentes migrations, plus qu’un « répertoire spécifique de chants indigènes », ont donné « la richesse et l’originalité du patrimoine vocal du Val Germanasca et des autres vallées vaudoises du Piémont ».

Au sein de la collection d’enregistrements déposés, il nous est permis de découvrir toute l’ampleur esthétique d’un chant, par sa version initialement recueillie auprès d’un ancien mineur, par exemple pour les morceaux « En revenant de Lille j’ai fait l’amour à une fille » ou « Le pauvre vigneron », et leur version polyphonique, par le même informateur accompagné d’un deuxième chanteur.  Dans cet exercice, plus proche du contexte traditionnel de chant, les voix, comme les chanteurs, prennent toute leur place et la musicalité du morceau ses couleurs. Ils nous plongent dans une certaine perception de leur réalité, de leur plaisir du chant et, de leur vécu.

Crédits photographiques : Border Dynamics– Tucson, Arizona, photographie de Daquella manera.  Licence CC.

  1. voir l’article de Christian Bromberger, Les chansons  »populaires » : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine, In ouvrage collectif Gens du Val Germanasca, Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Documents d’ethnologie régionale, vol. 13 Université de Provence, 1994. []

Voyage sonore dans la mémoire orale du Luberon

Il est toujours plaisant d’entendre une mémoire livrée généreusement avec modestie, simplicité et joie. C’est le cas dans l’une des enquêtes sur l’Histoire et la culture locales en Luberon, réalisée par Nicole Thevenet en 1979. Ces enquêtes ont été réalisées dans le cadre d’une commande de l’Office régional de la culture de Marseille1 sur l’histoire et la culture locales en Provence. Pour répondre à cette commande plusieurs étudiants de l’université de Provence sont intervenus sur différentes zones géographiques. L’enquêtrice a travaillé sur le territoire du Luberon. Les entretiens s’échelonnent de novembre 1977 à avril 1980 auprès des communautés protestantes et catholiques principalement de trois villages du Luberon, Cucuron, Mérindol et Saint-Martin-de-la-Brasque. L’étude aborde l’ensemble des aspects de la vie villageoise : sociabilité, vie culturelle, vie religieuse. Les personnes rencontrées apportent, avec une joie manifeste, des détails de la vie quotidienne au temps de leur enfance, sur l’agriculture, la religion, la configuration du paysage, leur attachement au provençal. C’est le cas de cette enquête où le témoin, une dame du village de Mérindol, visite ses souvenirs avec tendresse, émotion et visiblement avec plaisir. Il faut entrer dans ce récit, dont le temps a usé la qualité sonore, comme on pousserait une végétation envahissante pour retrouver un ancien chemin, les murs d’un ancien village ensoleillé. S’appuyant parfois sur des cahiers dans lesquels elle a transcrit ses trésors de mémoire, l’informatrice – comme une enfant sauterait d’un rocher à l’autre pour traverser un torrent – évoque la vie quotidienne au village au grès des souvenirs émergeants. Sa parole coule comme source, soutenue par un voisin, un autre enfant du village, présent à l’entretien, oreille attentive à cette mémoire partagée. L’enquêtrice ne pose quasiment aucune question, elle écoute. Vient le poème commencé par le grand-père berger, pour louer la beauté du hameau des Borrys (commune de Puget). Une émotion passe, rapide et légère, lorsque la voix se noue sur une dernière strophe évoquant l’ancienne gare :

La petite station appelée maisonnette,

vient de se voir détruire ne laissant sur son sol,

qu’un superbe platane ayant l’air de nous dire :

 »je voudrais bien rester pendant longtemps encore ».

Mais pour en terminer avec ce bavardage,

dont les jeunes aujourd’hui en comprendraient zéro,

je vais donc arrêter en répétant encore,

que les vieux souvenirs apaisent tous les maux. 

L’entretien livre les souvenirs personnels sur les anciennes filatures, la récolte des olives, les farandoles, le carnaval. Finalement, au cœur de son entretien, la dame de 84 ans chante, de sa belle et gracieuse voix, quelques couplets de sa chanson aimée, O Magali. Elle chante pour elle, pour l’enquêtrice, pour son voisin, et pour nous aujourd’hui.

Ces enquêtes de Nicole Thevenet s’inscrivent dans une série de corpus issus d’époque et de discipline diverses qui explorent ce territoire provençal. Elles apportent, à leur échelle, des compléments d’information sur les conditions de vie villageoises et paysannes de la fin du 19e et début du 20e siècle, les anciens métiers, les relations inter communautaires, aux côtés des autres corpus sur la Provence, disponibles à la phonothèque de la MMSH. Citons par exemple les enquêtes réalisées par l’association Alpes de Lumière sur le patrimoine immatériel de Haute-Provence, celles dirigées par Jean-Noël Pelen sur le Pays d’Arles par ses gens ou encore celles sur les Gens du Val Germanasca enquêtés par Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour et Mariano Fresta. Ce sont autant d’occasions d’écouter les témoignages oraux d’expériences vécues dans le midi.

Ce travail nous a permis de découvrir d’autres enquêtes orales réalisées par Nicole Thevenet dans le cadre de sa thèse De l’histoire à la légende : les régions vaudoises françaises. Ou existe-t-il un légendaire historique des régions vaudoises françaises ?2 qui pourraient aussi être déposées à la phonothèque. Mais que sont devenues les autres enquêtes orales enregistrées dans le cadre de l’office régional de la culture de Marseille ? Ces témoins ont accepté d’être enregistrés pour transmettre et leurs voix ont disparues, peut-être les retrouverons nous au fil du temps si les supports résistent encore un peu…

Crédits photographiques : La Spirale d’Oliviers. (Provence. 2005) Photographie de Guy Hervais, 2005. Photographie sous GNU free documentation licence.

 

 

  1. L’office régional de la culture de Marseille a été créé en 1976 dans la dynamique de la création des régions en France en 1973. C’est Michel Pezet qui fonde et préside cette association qui va évoluer au fil du temps []
  2. Thèse de 3ème cycle Histoire et Civilisations, sous la direction de Philippe Joutard, Aix-en-Provence, 1986. 2 vol. Cote de la Médiathèque MMSH : MT-23629 []

Conférences sur les archives du patrimoine vivant au Centru culturale VOCE, Centre de musique traditionnelle de Corse

Les 25 et 26 février 2011, dans le magnifique village de Pigna – entièrement piéton-, se sont tenues deux journées de conférences sur les archives sonores. Ces rencontres inauguraient un cycle de conférences préparées par la médiathèque du Centre Culturel Voce association de recherche et de formation sur la musique traditionnelle.

Quatre interventions présentaient les modalités de collectage d’archives du patrimoine vivant libres de droits, leur traitement documentaire et leur partage sur l’internet (Corinne Cassé, association Paroles Vives, Véronique Ginouvès, phonothèque de la MMSH), l’expérience de cycle de restitution de ces archives aux populations insulaires ( Antoine Leonelli, chargé du service de la médiation au Musée de la Corse programme Estru Paisanu), et de magnifiques portraits de chanteuses collectées par Nicole Casalonga, présidente de l’association mais aussi chanteuse, musicienne et collectrice et Catherine Perrier, collectrice et chanteuse, spécialisée dans la collecte des musiques et danses traditionnelles.

Il fut question des dimensions affectives de ces archives, de leur portée patrimoniale unique, mais aussi de la qualité des entretiens autant sur un plan technique que sur le plan des relations établies entre les locuteurs, propices à la transmission de la parole, de la mémoire, du sens que chacun pouvait donner à la notion de patrimoine. La place des familles notamment des informateurs et leur histoire de vie dans ces parcours de chanteurs, de témoins fut particulièrement mis en valeur.

Un public hétérogène assistait attentif à ces présentations : musiciens, habitants du village, collecteurs, chanteurs… La présence de plusieurs partenaires et institutionnels, Damien Delgrossi, directeur du Centre des Musiques Traditionnelles de Corse, et Dominique Devaux, directeur des archives départementales de Haute-Corse, ont permis de croiser les regards sur ces archives, les méthodologies employées et d’envisager de nouvelles collaborations.

Il faut saluer le dynamisme des équipes du Centre Culturel Voce, de sa direction et de sa médiathèque, leur volonté d’initier de nouveaux échanges, dans l’île et au dehors, sur le collectage de la musique et du patrimoine oral en général. Les questionnements sur la communication des archives et sur la place des locuteurs, informateurs ou collecteurs, ne connaissent pas de frontières et ne sont pas propres à une seule discipline. Ainsi, le professeur Ignazio Macchiarella, de l’université de Cagliari en Sardaigne, ethnomusicologue, nous a fait partager ses recherches en musicologie menée avec les chanteurs de polyphonies de différentes confréries corses. Les échanges sur le terrain ont abouti à la publication d’un livre, « Tre Voce per pensare il mondo », véritable co-écriture avec ses informateurs. Un grand moment d’émotion nous fut donné lorsque les hommes de ces confréries nous ont rejoints en fin de journée et ont accepté de prendre la parole pour témoigner de cette expérience de questionnement et de restitution culturelle. Au moment de partager les collations de fin de conférence, les petits groupes se sont formés spontanément pour explorer toute la beauté des polyphonies chantées au sein des confréries, comme autant de partages d’émotions.

En parallèle de la richesse de ces échanges, baignés dans la majestueuse beauté du site, se déroulait l’atelier sur les instruments à cordes frottées mené par John Wright, collecteur, musicien et musicologue. Chaque élève, particulier, musicien traditionnel, était venu avec son instrument pour partager les pratiques, les expériences musicales, les sons…

Ces journées, parmi tant d’autres, témoignent de la vivacité du milieu du collectage et de la volonté de s’enrichir des autres trajectoires. Elles prouvent, s’il en était encore besoin, des avancées de la réflexion autour du sens du collectage et de sa restitution. Il est à souhaiter qu’elles préfigurent de futurs partenariats, de nouvelles pistes de terrain et de nouveaux outils communs.

Le Centre Culturel Voce a été créé en 1978. Il collecte, archive et met à la disposition du public des enquêtes de terrain. La phonothèque de la MMSH travaille en collaboration avec ce centre qui a commencé à mettre en ligne nombre d’archives musicales sur sa base Repertorium.

Crédits photographiques : Village de Pigna, l’image est sous Creatives Commons. Salle de conférence à l’hôtel Casa Musicale, Pigna, par le Centru Culturel Voce, et stagiaires des Ateliers de John Wright, par Corinne Cassé, le 25 février 2011.

Intangible Cultural Heritage. Retours du Congrès international de Bilbao sur le Patrimoine Culturel Immatériel

La ville de Bilbao en Biscaye (Pays Basque, Espagne) a accueilli du 13 au 16 octobre derniers un congrès international sur le Patrimoine Culturel Immatériel organisé par l’association Txoke! association pour la promotion des recherches et des activités liées au patrimoine culturel tangible et intangible.

L’objectif était de croiser les regards et les pratiques des acteurs de son collectage, de la sauvegarde de ses archives jusqu’à sa restitution au large public. Le colloque regroupait trente cinq experts des archives sonores (archivistes, scientifiques, documentalistes, enquêteurs) de cinq nationalités différentes et issus d’institutions publiques et privées. Les actes de ce colloque devraient être publiés au premier semestre 2011.

J’y étais invité pour présenter la collection sur la mémoire orale arménienne des Bouches du Rhône réalisée en partenariat avec l’association Paroles Vives, la phonothèque de la MMSH et les Archives Départementales des Bouches du Rhône en 2008. Je devais également présenter le Portail du Patrimoine Oral, projet du pôle associé FAMDT, soutenu par la Bibliothèque Nationale de France. Ce portail moissonne auprès de cinq centres partenaires de la FAMDT  leurs notices descriptives d’archives sonores et  audiovisuelles. En octobre 2010, il proposait l’accès en ligne à plus de 80 000 notices.

Je n’ai pu malheureusement participer à ce colloque que deux demi-journées, les 13 et 14 octobre. Il faut saluer la qualité d’organisation de telles rencontres où il nous est possible de présenter nos travaux, échanger sur nos méthodologies et conceptions théoriques mais où il nous est aussi donné de relativiser nos approches et de visiter les structures qui gèrent et génèrent de l’archive sur le patrimoine immatériel.
Suite aux présentations de travaux de collectages aussi divers que l’ethnographie des communautés féminines de Ténès-Chlef, la tradition en danger des conteurs de la place Djemaa el Fna ou des campagnes de collectages en territoires basques (espagnols ou français) ou breton, les institutions de diverses nationalités (espagnoles, françaises, allemandes, mexicaines) ont présenté leurs collections et leurs moyens de conservations. Ainsi, une image plurielle de l’archive sonore s’est dessinée. Evidemment, chaque fonds ainsi identifié attire le regard et la curiosité. On a envie d’aller voir plus près, d’écouter, d’aller plus loin, peut-être même de rencontrer les collectionneurs, les informateurs… Reste toujours en suspens la question de la diffusion au public ; mais l’ensemble des participants au congrès se rassemblent autour de la même idée : il faut sauvegarder et documenter ces archives. La consultation est  à venir.
L’origine institutionnelle de chaque intervenant a proposé d’autres points de départ pour un chantier de sauvegarde et de restitution vers le large public ou un public spécialisé ; mais aussi d’autres partis pris, d’autres moyens et d’autres partenariats. Somme toute, les positions de chacun sont légitimes et pas si éloignées finalement. De nouveaux axes de travaux peuvent émerger de telles rencontres car chaque procédure connaît des limites, pas toujours budgétaires. Le travail en réseau représente un gain de temps, de nombreuses solutions aux problèmes techniques, juridiques, éthiques que peut soulever l’archive du patrimoine immatériel. La pluralité des acteurs peut s’avérer complémentaire : le tissu associatif se présente dynamique et innovateur, là où l’institution publique apporte stabilité dans le temps et dans les outils utilisés. D’autant que le statut de l’archive sur le patrimoine immatériel n’a pas toujours et partout des défenseurs et que son usage est parfois sujet à caution ou au moins à questionnement.
Il est à souhaiter que de tels échanges se reproduisent souvent au niveau européen. Celui-ci a gagné son pari ; les actes en rendront compte et, pourquoi pas, de prochains chantiers en partenariat.

Crédit photographique : Pont Biscaye – Bilbao – Février 2009 et Arbol imperfecto – Février 2009, Photographe : Chiara Abbate.  Les images sont sous Creatives Commons.

pont biscaye