Tous les articles par Ceux qui passent à la phonothèque

Le psychologue, l’anthropologue, la CAO et les chantiers navals : découverte du fonds JP Poitou (1936-2017)

Dans le cadre de mon cursus universitaire de Master 1 Histoire, civilisation, patrimoine métiers des archives, des bibliothèques et des humanités numériques1 j’ai documenté une partie des archives sonores du fonds Jean-Pierre Poitou conservé à la Médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Jean Pierre Poitou (1936-2017) était directeur de recherche au CNRS mais aussi peintre et dessinateur, plus connu sous le pseudonyme le Rouzic. Il a débuté au sein du laboratoire de psychologie expérimentale de la Sorbonne puis a intégré le Research center for Group Dynamics de l’Université de Michigan, à la fin de sa carrière il a dirigé une équipe de recherche au sein du Laboratoire Psychologie Cognitive à l’Université de Provence2. Il se détache alors de la psychologie pour signer ses articles en tant qu’anthropologue3. Notons enfin qu’il a été à l’origine de la création de deux revues : TIC – Technologies, Idéologies, Pratiques – dont il a déposé une collection à la médiathèque de la MMSH – et la Revue d’anthropologie des connaissancesContinuer la lecture de Le psychologue, l’anthropologue, la CAO et les chantiers navals : découverte du fonds JP Poitou (1936-2017)

  1. Je m’appelle Jean-Paul Kouassi Kan Koffi et j’ai réalisé un stage professionnel de quatre semaines au secteur Archives de la recherche de la Médiathèque SHS de la MMSH de janvier à mars 2022 []
  2. En 2013, l’Université de Provence fusionne au sein d’Aix-Marseille Université []
  3. Dans une note qui présente JP Poitou dans l’article « Les conditions culturelles et techniques de l’efficience »Revue d’anthropologie des connaissances, 2017, il est indiqué “Il avait signé cet article en signalant « Anthropologue, ci-devant Directeur de Recherches, CNRS, Aix en Provence, France ». Jean-Pierre a été l’inspirateur et membre fondateur de la Revue d’Anthropologie des Connaissances, décédé le 22 février 2017. Cet article fait partie d’un ensemble de travaux qu’il avait effectué à la fin de sa carrière pour construire une anthropologie des connaissances basée sur les gestes techniques, la connaissance technique détenue par les acteurs au travail et les outils d’analyse des savoirs pratiques. La méthode M3A a été développée et utilisée en milieu industriel avant de l’être par J.-P. Poitou lui-même au Maroc, avec des paysans et des collègues marocains. []

Un mois avec les archives de Lucien Golvin

En seconde année de Master en Histoire des Mondes Anciens et Médiévaux à Aix-Marseille Université1, j’ai effectué au second semestre un stage au secteur Archives de la recherche de la médiathèque de la MMSH. Pendant un mois, j’ai ainsi pu participer au traitement du fonds Lucien Golvin. Continuer la lecture de Un mois avec les archives de Lucien Golvin

  1. Je suis Quentin Bettinger, mon sujet de mémoire porte sur la symbolique des couleurs dans l’Empire mongol, XIIIe et XIVe siècles []

Avent 2021 – La conception assistée par ordinateur vue par ses créateurs et ses utilisateurs dans le fonds Jean-Pierre Poitou

L’injection du vocabulaire dans la grammaire produit ad lib. des quasi-infinités d’aphorismes tous plus porteurs de sens les uns que les autres. D’ores et déjà, un programme d’ordinateur, conçu par Paul Braffort, en débite à la demande une bonne douzaine en quelques secondes. Penser/classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p. 175

Les archives de Jean-Pierre Poitou (1936-2017)1 nous proposent de revisiter un passé récent, mais par la fenêtre d’un domaine qui nous en éloigne déjà beaucoup : l’informatique, de la fin des années 1970 à la fin des années 1990. Une vingtaine d’années seulement, où, déjà bien installée dans certains milieux professionnels, son développement s’accélère, ainsi qu’une de ses  premières applications : la conception assistée par ordinateurs (CAO).

Continuer la lecture de Avent 2021 – La conception assistée par ordinateur vue par ses créateurs et ses utilisateurs dans le fonds Jean-Pierre Poitou

  1. Jean-Pierre Poitou était directeur de recherches CNRS, psycho-sociologue, entre autres au Centre de recherches en psychologie cognitive (CREPCO) de l’Université de Provence []

Avent 2021 – Le fonds Akoli Daouel, une introduction à la culture orale nigérienne

Il y a dans l’idée que rien au monde n’est assez
unique pour ne pas pouvoir entrer dans une liste,
quelque chose d’exaltant et de terrifiant à la fois. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.167

Akoli Daouel, né en 1937 à Tchingarène, département d’In-Gall, dans la région d’Agadez (Niger), est un ancien journaliste et homme politique nigérien. Issu d’une famille d’éleveur de bétail dont le père était chef de tribu, il devient dans les années 1960, le premier infirmier touareg du Niger. Son parcours, au cœur du moment de la décolonisation, est marqué par les évolutions liés au besoin d’élite formée dans un pays naissant : infirmier, journaliste, homme de radio, enseignant, entrepreneur dans le domaine du tourisme, acteur politique. Sa vie politique débute en 1970 et se continue avec quelques interruptions jusqu’en 2001 où il occupe deux postes de ministre sous deux gouvernements différents . Pendant cette période, il occupe plusieurs postes à responsabilité  mais il est aussi journaliste ; il couvre les déplacements d’Hamani Diori, devenu le premier président de la République du Niger en 19601. Entre 1961 et 1963, sa carrière de journaliste le mène à devenir directeur de la station régionale de Radio Niger d’Agadez puis, après 1974, il devient directeur des programmes de La Voix du Sahel2. En 1981, il est le directeur d’une société d’Etat, la Société Nigérienne de Télévision (SNT), qui a commencé à introduire la réception en noir et blanc des émissions télévisées au Niger. Continuer la lecture de Avent 2021 – Le fonds Akoli Daouel, une introduction à la culture orale nigérienne

  1. Fiche wikipédia, « Akoli Daouel » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Akoli_Daouel []
  2. A la suite du coup d’Etat de Seyni Kountché, Radio Niger, créé en 1958, devient La Voix du Sahel en 1974. Cette station dépend depuis 1967 de l’Office de radiodiffusion-télévision du Niger – ORTN. []

Avent 2021 – Les archives de Marceau Gast, l’anthropologue pédagogue

Notes concernant les objets qui sont sur ma table de travail : Je passe plusieurs heures par jour assis à ma table de travail. Parfois je souhaiterais qu’elle soit le plus vide possible. Mais le plus souvent je préfère qu’elle soit encombrée à l’excès […] Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.17

Marceau Gast (1927-2010), ethnologue, spécialiste de l’alimentation, directeur de recherche au CNRS, dont les archives sont déposées à la MMSH, a recueilli et produit de nombreux matériaux sur ses différents terrains à travers l’Algérie, le Niger, le Yémen et la France – qu’il s’agisse du Queyras, où il a mené un terrain comparatif sur le travail du bois des coffres kabyles, ou des différents projets autour de la pédagogie Freinet menés avec Pierre Guérin. Soucieux de s’assurer la sauvegarde tous ces matériaux et de leur diffusion auprès du plus grand nombre1, il a documenté minutieusement dans différents carnets son terrain et ses documents qu’il rangeait dans ses chemises, ses classeurs, ses boitiers ou ses cartons.  Une des richesse de son fonds réside dans la multiplicité des supports et donne à lire les interactions entre les informations contenues sur les différents matériaux. Ainsi, les photographies viennent en soutien pour nous représenter visuellement ce que décrit à l’oral ou à l’écrit Marceau Gast. Les carnets de terrain nous précisent les dates, le contexte de rencontre avec les témoins, les relations sur le terrain et le cheminement de la pensée du chercheur. Les enregistrements sonores, donnent vie à tous les noms cités et  nous permettent d’entendre les instruments photographiés ou les situations racontées dans les carnets.

En guise de synthèse, et pour vous donner envie de mieux connaître ce fonds qui est loin d ‘être encore circoncis, ce billet vous présente rapidement, à travers une brève biographie de Marceau Gast, les différentes thématiques  présentes dans le fonds sous différents formats.

Continuer la lecture de Avent 2021 – Les archives de Marceau Gast, l’anthropologue pédagogue

  1. Marceau Gast a commencé à s’intéresser à l’organisation de ses archives et à leurs futurs usages dès 2004 en entrant en contact avec la phonothèque de la MMSH avec qui il a signé quatre conventions sur la conservation et la diffusion de ses fonds. Après son décès, ses archives ont été déposée dans un bureau à l’IREMAM et à la Médiathèque de la MMSH. Par ailleurs une partie des photographies du sud algérien a été confiée à la numérisation, sur un financement du service patrimoine d’AMU pour la numérisation (1902 clichés ont été numérisés). Le secteur Archives de la recherche est en train de repérer ces différents dépôts. Une lettre de don, confiant ces archives a été signée par l’ensemble des ayants droit (épouse et enfants) le 26 mars 2021 . []

Avent 2021 – La sociologie aixoise à travers les archives de Georges Granai et la re-découverte de son enseignement

E) Vingt Mille Lieues sous les mers – Conseil sait CLASSER les poissons. Ned Land sait CHASSER les poissons. Conseil établit le catalogue raisonné des poissons que Ned Land arraisonne. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.156.

C’est en 1961 qu’est créée à la faculté des lettres d’Aix-en-Provence la section de sociologie, dont l’actuel département de sociologie est l’héritier. Le responsable en est Georges Granai (1922-1981), qui revient à Aix (où il fit ses études de philosophie près de vingt ans auparavant) après un début de carrière qui l’a mené à Paris, Lyon et Tunis.

Continuer la lecture de Avent 2021 – La sociologie aixoise à travers les archives de Georges Granai et la re-découverte de son enseignement

Avent 2021 – Les archives d’un politiste, spécialiste du fait religieux : le fonds Bruno Etienne

A) Méthodes – Bien sûr, aux différentes étapes de l’élaboration de ce travail – notes griffonnées sur des carnets ou sur des feuilles volantes, citations recopiées, “idées”, voir, cf., etc. – , j’ai accumulé les petits tas, petit b, GRAND I, troisièmement, deuxième partie. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.152

Bruno Etienne (1937-2009), spécialiste des sciences politiques et des religions, est parmi les premiers politistes à s’intéresser à l’Islam dans les sciences politiques. Son intérêt, nourri tout au long de ses études de droit et de science politique à Aix-en-Provence, l’amène après son diplôme de l’Institut d’Études Politiques  à suivre un diplôme d’arabe à l’Institut Bourguiba des Langues (Tunis). En 1965 il soutient sa thèse Les Européens et l’indépendance de l’Algérie1, à la suite de laquelle il part à Alger comme coopérant technique. Jusqu’en 1974, il enseigne notamment au sein de l’École nationale d’administration et exerce diverses charges de conseillers techniques auprès des autorités algériennes. Il revient ensuite en France où il passe le concours d’agrégation en sciences politiques qu’il obtient en 1975. De 1977 à 1979, il est maître de conférences en droit public et science politique à la Faculté de droit de l’Université de Casablanca mais il a aussi enseigné dans plusieurs pays du Maghreb et du Moyen-Orient. En 1980, il retourne définitivement en France pour enseigner les sciences politiques et l’anthropologie religieuse comparée à Aix-en-Provence. Continuer la lecture de Avent 2021 – Les archives d’un politiste, spécialiste du fait religieux : le fonds Bruno Etienne

  1. Un exemplaire de sa thèse est consultable à la médiathèque de la MMSH http://www.sudoc.abes.fr/cbs/DB=2.1/SET=1/TTL=2/SHW?FRST=2. []

Séminaire sur l’enquête-collecte : pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels (1925-1943)

Durant le séminaire sur l’enquête-collecte, qui s’est déroulé entre 2014 et 2019 et décrit dans sa globalité dans cet article, une des 9 journées thématiques était nommée “Documenter la nature”. Elle était consacrée aux collections naturelles des musées (herbiers, animaux, objets végétaux) ainsi qu’à leur collecte par les ethnologues. Au total, trois conférences ont été présentées durant cette journée. Nous avons choisi de vous présenter celle de Julien Bondaz, anthropologue et maître de conférence à l’université Lyon 2.

Julien Bondaz a intitulé son intervention : Collecter et documenter la nature : «Des témoins desséchés, comme les plantes d’un herbier». Les pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels. (1925-1943) dont vous pouvez retrouver la notice dans la base de la phonothèque en cliquant ici. Dans cette conférence, Julien Bondaz nous présente les débuts d’une discipline  de l’ethnologie aujourd’hui reconnue : l’ethnobotanique. Au début du XXe siècle, les universités financent des ethnologues pour une mission particulière : faire des recherches et étudier les écosystèmes dans les colonies françaises en Afrique, notamment la flore, afin de trouver des “plantes tropicales utiles” pour les secteurs de l’alimentation ou du textile.

Il évoque aussi des grandes figures comme André-George Haudricourt (1911-1996), botaniste et ethnologue, ou le célèbre Marcel (1872-1950) ont joué un rôle prépondérant dans l’établissement de ces “premières pratiques d’herborisation”. A une époque où l’ethnologie connaît un grand intérêt auprès des pouvoirs publics et du monde universitaire, les herbiers décrivant les écosystèmes tropicaux sont aujourd’hui conservés dans des musées comme le Museum National d’Histoire Naturelle.

Extrait de la conférence de Julien Bondaz1

Dans cette conférence, Julien Bondaz fait un panorama historique de cette période mouvementée, mais également trouble, de l’ethnologie au début du XXe siècle. Il explique en détails les origines de cet objet qu’on connaît un peu tous, mais sans jamais s’y être trop penché : les herbiers.

Non seulement ce travail peut intéresser n’importe quel amateur d’ethnologie ou de botanique, mais elle peut aussi apporter de précieux renseignements aux étudiants des filières de l’ethnologie et d’anthropologie. En effet, ces disciplines scientifiques ont été très dynamiques durant la période que décrit Julien Bondaz. conférence de donne à entendre plusieurs clés de compréhension sur l’histoire coloniale, le rôle des universitaires ou des musées qui intéressera certainement les amateurs comme les spécialistes du domaine.

Julien Bondaz a donné l’autorisation de diffusion de sa conférence. Les métadonnées qui la décrivent et l’enregistrement sont consultables sur le site de la phonothèque en cliquant ici.

Stevie KOLODZIEJ, M2 au sein du Master Histoire, parcours métiers des archives, bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. l’usage du casque audio est conseillé en raison de la faible qualité de l’enregistrement. []

Traitement archivistique d’une collection sur l’enquête collecte dans les musées de société

Entre 2014 et 2019 le Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) a accueilli un séminaire ayant pour titre : L’enquête-collecte dans les musées de société. Il a été organisé par Cyril Isnart (Ethnologue, Idemec), Véronique Dassié (Ethnologue, Idemec) et Aude Fanlo (Directrice du Pôle Recherche-Musée, Mucem). Ces conférences ont été enregistrées et la phonothèque les a accueillies en octobre 2020 pour les traiter et les archiver.

Le sujet de ce séminaire est le processus de l’enquête-collecte dans l’environnement d’un musée.  Il s’agit d’un terme employé en ethnologie et en muséologie, il désigne le processus par lequel un musée forme des équipes de scientifiques (ethnologues, sociologues, historiens) pour acquérir de nouveaux objets et documents pour ses collections. Il y a plusieurs manières d’effectuer cette opération (collecte dans la nature, ventes aux enchères, achat de documents à des particuliers). Ce séminaire contient 41 conférences d’une durée moyenne comprise entre 20 et 40 minutes, suivies pour la plupart de séances de débat.

Le séminaire est composé de 9 journées qui souhaitent brosser l’entièreté des thématiques concernées par l’enquête-collecte dans des établissements comme le Mucem. Voici les dates et titres des 9 journées composant le séminaire :

22/05/2014 : Recherche et musée
06/11/2015 : Exposition horizon enquête1
20/05/2016 : Documenter la nature
25/11/2016 : Collecter en terrain sensible
09/06/2017 : Collecter les migrations
24/11/2017 : Collectes sensorielles2
30/05/2018 : Collectes sonores
23/09/2019 : Photographie et collecte
12/11/2019 : Critique et éthique de l’enquête-collecte

Continuer la lecture de Traitement archivistique d’une collection sur l’enquête collecte dans les musées de société

  1. Conférences non-enregistrées []
  2. Idem []

Nommer un laboratoire : toute une histoire

Mon mémoire de Master 2 “Métiers des archives et des bibliothèques. Humanités numériques et médiation de l’histoire” porte sur le fonds d’archives constitué par Michel Vovelle (1933-2018), ancien professeur d’Aix-Marseille Université1 et conservé par le laboratoire TELEMMe, Temps, espaces, langages, Europe méridionale-Méditerranée. Pourtant, lorsque Michel Vovelle travaillait sur ces documents il était intégré au CESM, le Centre d’études des sociétés méditerranéennes. TELEMMe – créé en 1996 -, n’existait pas encore, tout  comme la notion même d’UMR (unité mixte de recherche).

Une description archivistique nécessite de documenter avec précision le producteur mais aussi la collectivité, qui a produit, reçu et conservé les documents dans l’exercice de son activité. Il me fallait retracer l’histoire du fonds et préciser le lien entre les archives et le lieu de conservation, dresser finalement une sorte de généalogie de TELEMMe où le CESM serait l’un de ses ancêtres. Il n’existe malheureusement pas en France un référentiel stable qui permette de retrouver l’évolution de la nomenclature d’un laboratoire de recherche. Ce billet vous propose de présenter les outils que j’ai utilisé pour suivre le fil de l’évolution des laboratoires qui se sont succédés et qui ont  conservé les boîtes à archives du fonds Vovelle sur leurs étagères. Continuer la lecture de Nommer un laboratoire : toute une histoire

  1. En 1980, Michel Vovelle a réuni un ensemble de questionnaires sur les communes de Provence provenant de différents dictionnaires pour en faire une compilation (dictionnaires Achard, Féraud et Garcin). Une boîte (32) regroupe des cartes, des graphiques, des statistiques et des correspondances qui documentent le projet. []