Tous les articles par Ceux qui passent à la phonothèque

Les fiches d’Alpes de Lumière sur les cabanons en pierre sèche

En 1956, l’association Alpes de Lumière lance l’opération “Bories” pour recenser les constructions en pierre sèche des Alpes-de-Haute-Provence. La réalisation de fiches est une pratique centrale dans le travail scientifique de Pierre Martel pour la connaissance et la valorisation du territoire bas-alpin.

Dès ses débuts, le volet “inventaire” d’Alpes de Lumière fut central à son action patrimoniale. L’objectif était alors de conserver, étudier mais aussi valoriser la culture de la Haute-Provence et impulser une renaissance de ce territoire rural, fortement touché par la désertification des campagnes. Inventorier est un moyen de servir cet objectif de valorisation du territoire. De plus, ficher était une préoccupation constante de Pierre Martel qui avait pour habitude de documenter chacune de ses découvertes. Continuer la lecture de Les fiches d’Alpes de Lumière sur les cabanons en pierre sèche

Hommage à Michel Vovelle

Le mercredi 29 mai se tiendront au Musée Granet les Rencontres Méditerranéennes de TELEMMe sur le thème Méditerranée(s) en regards, Généalogie et circulation des images en Méditerranée. Durant la journée, coordonnée par Marilyne Crivello, sera présenté un hommage à l’historien Michel Vovelle lors d’une table ronde, en présence de Régis Bertrand, Annie Duprat et Philippe Joutard. Il sera coordonné par Bernard Cousin. Un film, réalisé par le service audiovisuel de ce qui se nommait à cette période l’université de Provence1, présentera son travail précurseur sur les sources iconographiques. Continuer la lecture de Hommage à Michel Vovelle

  1. L’université de Provence a été intégrée au sein d’Aix-Marseille Université en 2013. []

La recette du mois : la pâte de coings sauvages

Dans la série des recettes du mois, animée jusqu’ici par Mathilde Bresc, nous partageons ce lundi une nouvelle recette de cuisine issues des archives sonores de la phonothèque de la MMSH, la pâte de coings sauvages.

Illustration du coing à l'aquarelle, par Amanda Newton, 1909.

La recette du mois est une confiserie que notre témoin trouve facile à réaliser qui nécessite très peu d’ingrédients : du sucre et des coings sauvages. Après la salade à sauce de poireaux sauvages, Jean-Yves Royer, dans une enquête portant sur la cueillette de plantes sauvages1, décrit la préparation de la pâte de coing sauvage à sa façon. Continuer la lecture de La recette du mois : la pâte de coings sauvages

  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []

École d’été – Appel à candidature : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), et dans le cadre du Réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections”. L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. Continuer la lecture de École d’été – Appel à candidature : Understanding Mediterranean Collections, 8-17 juillet 2019

La recette du mois : la salade à la sauce de poireaux sauvages

Depuis 2014, Mathilde Bresc nous a réjouis de recettes de cuisines issues des archives sonores de la phonothèque de la MMSH chaque dernier lundi du mois. Elle fait désormais partager son savoir faire à ses proches puisque la voilà bientôt partie à la retraite mais pour prolonger le plaisir de l’écoute de recettes révélées par les témoins sur le terrain, nous en avons retrouvé quelques autres. Ce mois-ci , la salade à la sauce de poireaux sauvages.

Cet entretien avec Monsieur Jean-Yves Royer (enquête n°5781) a été enregistré dans le cadre d’une enquête réalisée par Pauline Mayer alors en stage au Musée de Salagon. Elle s’intéressait à la cueillette des plantes sauvages comestibles en Haute-Provence1. Dans ce corpus, les témoins sont invités à parler de leur pratique de la cueillette, de leur représentation de la plante sauvage mais aussi de la place de l’aliment sauvage dans leur alimentation. Jean-Yves Royer donne ici une de ses recettes qui a pour intérêt de distinguer chaque variété de salade sauvage au moment de sa dégustation, à sélectionner en fonction de ses goûts : la douce, l’amère, les deux et dans l’ordre que l’on souhaite… Les feuilles sont trempées à l’envers dans une sauce de poireaux sauvages assez épaisse. Pour obtenir cette consistance, il coupe les poireaux sauvages en petits morceaux, les fait cuire dans le vinaigre jusqu’à évaporation. Puis il les place dans un récipient où ils sont mixés avec de l’eau, du sel et du poivre. Il peut y ajouter une poignée d’amandes ou du pain rassis. Une fois l’ensemble mixé, il convient de le mélanger pour moitié d’huile d’olive et placer la sauce dans une jolie coupelle.

Écoutez la recette pour réaliser la sauce aux poireaux sauvages :

Crédits photographiques : Albums à colorier : Les légumes en goguette, date d’édition et éditeur inconnu, 12p, 18cmX13cm, domaine public, Identifiant :ark:/12148/bpt6k97990068, Source :Ville de Paris / Fonds Heure joyeuse. Notice du catalogue : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb453183448 
  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []

L’archivio sonoro di Luisa Orrù, riflessioni sull’archiviazione

L’Archivio Storico dell’Università di Cagliari1 ha recentemente accolto tra i suoi fondi l’importante archivio sonoro di Luisa Orrù. Questa antropologa, nata in Sardegna nel 1944, ha studiato Linguistica sarda. Dopo la laurea, dopo aver insegnato per qualche anno presso una scuola media inferiore, nel 1974 è diventata assistente alla cattedra di Storia delle tradizioni popolari all’Università di Cagliari, retta dalla prof.ssa Enrica Delitala. In seguito, ha iniziato una collaborazione con l’antropologo Pietro Clemente e ha partecipato a una raccolta di testimonianze biografiche sulle donne in Toscana. Nel 1982 ha sistematizzato il metodo e sono iniziate le interviste alle donne sarde all’interno dello studio da lei condotto sul ciclo riproduttivo. Nel 1986 ha ottenuto in posto di professore associato di Antropologia culturale all’Università di Cagliari e ha portato avanti le sue ricerche. Luisa Orrù è morta nel 1998, a seguito di una malattia.

Continuer la lecture de L’archivio sonoro di Luisa Orrù, riflessioni sull’archiviazione

  1. La responsabile scientifico dell’archivio è attualmente la prof.ssa Cecilia Tasca. []

The Archive of Luisa Orrù, thinking of archiving

The Historical Archive of the University of Cagliari (whose director is Cecilia Tasca) has recently received an important sound archive by Luisa Orrù among its funds. This anthropologist was born in Sardinia in 1944 and she studied Sardinian Linguistics at the University of Cagliari. After her Master degree, she started teaching in middle school and, in 1974, she became History of Popular Traditions assistant professor with the supervision of Enrica Delitala. She later started collaborating with the anthropologist Pietro Clemente and participated in collecting biographical material on Tuscanian women. In 1982 she started interviewing Sardinian women as part of her study on  reproductive cycles. In 1986 she successfully became associate professor of Cultural Anthropology at the University of Cagliari and continued her research. Luisa Orrù died in 1998, due to her illness.

Continuer la lecture de The Archive of Luisa Orrù, thinking of archiving

Les archives sonores de Luisa Orrù, réflexions sur un archivage

Les Archives historiques de l’Université de Cagliari1 ont reçu dernièrement un fonds très riche, celui de Luisa Orrù. Cette anthropologue, née en 1944 en Sardaigne, a d’abord étudié la linguistique sarde. Puis, après avoir enseigné quelques années dans un collège, elle est nommée en  1974,  professeure assistante d’Enrica Delitala en histoire des traditions populaires à l’université de Cagliari. Dans le cadre d’une collaboration avec l’anthropologue Pietro Clemente, elle découvre la méthode de l’entretien enregistré en participant à une  enquête de terrain sur les femmes en Toscane. Dès 1982 elle systématise la méthode et débute ses propres recherches sur le terrain. En 1986, elle obtient un poste de professeure d’anthropologie culturelle à l’université de Cagliari. Luisa Orrù décède des suites d’une maladie en 1998. Continuer la lecture de Les archives sonores de Luisa Orrù, réflexions sur un archivage

  1. La responsable scientifique des archives historiques de l’université de Cagliari est actuellement Cecilia Tasca []

Des lycéens du lycée international Georges Duby de Luynes en visite à la MMSH

Ce mois de janvier marque le début d’un processus d’orientation vers “l’après baccalauréat”  pour les élèves de terminale par le biais de la plateforme  Parcoursup.  En effet, ils devront y émettre des voeux pour la poursuite de leurs études. Dans ce cadre, les établissements scolaires organisent différentes actions et manifestations en collaboration avec des établissements de l’enseignement supérieur afin d’aider les lycéens à opérer des choix.

C’est ainsi qu’une classe de Terminale L du Lycée international Georges Duby de Luynes sera présente à la MMSH le mardi 22 janvier de 9h15 à 16h30. L’objectif de cette journée est  de faire découvrir  les différents métiers exercés à la MMSH et  de proposer aux élèves des interventions en lien avec leur programme de terminale.

Le programme de la journée se déclinera en interventions de chercheurs, d’enseignants-chercheurs en séance plénière, ateliers didactiques, restitutions par les élèves et se conclura par un speed-dating autour d’un goûter auquel la phonothèque de la MMSH participera.

Accès au programme détaillé  : Rencontre Education-recherche

Crédits de l’image à la une : Photo by Paolo Nicolello on Unsplash, Licence

 

 

 

 

 

 

2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

2018 aura été une année pilote, qui a démontré que le dispositif de la phonothèque, adossé aux principes du FAIR, est fonctionnel et efficace. Pendant plus de cinq mois, l’équipe de la phonothèque a travaillé sans sa responsable qui a obtenu une mobilité professionnelle à l’étranger.  L’activité était intense mais, en s’appuyant sur le dispositif mis en place, Hélène Giudicissi1 et Claire Grégoire2  – outre le travail d’accueil du public, toujours plus nombreux, et du traitement documentaire quotidien –  sont intervenues dans plusieurs colloques et journées d’étude. Elles ont aussi organisé le travail de 14 stagiaires, venus d’horizons divers, qui souhaitaient découvrir les archives sonores et à apporter leur contribution au traitement et à la valorisation des fonds. Elles ont été également soutenues ponctuellement par deux bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, Mathilde Bresc3 et Christian Champaloux4. Enfin, avec l’équipe, plusieurs chercheur.e.s ont participé à l’archivage de leurs données sonores. Merci en particulier à Hélène Claudot-Hawad, de continuer à faire converser les “nouveaux luthiers” avec les anciens comme les amateurs de violon sur Les carnets de la phonothèque.

Ainsi 2018 a été joyeuse et formatrice : ce travail collectif s’appuie sur un système ouvert et structuré, qui respecte les principes du FAIR5 offrant de merveilleux cadeaux de réusages pour le partage – au-delà du traitement documentaire des archives sonores – d’une méthode de travail compréhensible, claire et efficace.

2018 est aussi l’année d’un ancrage profond des archives sonores dans les données de la recherche avec trois signes forts : la publication d’un ouvrage sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, l’accomplissement du traitement du fonds de l’ethnologue Annie Hélène Dufour et la multiplication des thèses sur la question des sources sonores et de leur ré- usage.

Le guide de bonnes pratiques : 2018 se termine avec la publication d’un ouvrage collectif : le Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est paru en version papier en novembre aux Presses universitaires de Provence et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019. Une belle aventure qui s’est menée avec Isabelle Gras6, avec le soutien du Consortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num, du SCD d’AMU et de la MMSH.  Le projet continue sur le carnet “Questions d’éthique et de droit” : https://ethiquedroit.hypotheses.org

Le fonds Annie-Hélène Dufour : elle avait choisi de déposer de toutes ses sources sur lesquelles s’appuyaient sa recherche à la phonothèque, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont entièrement accessibles sur Calames. Les articles et les source de l’anthropologue connaissent une singulière diffusion posthume puisque les voilà désormais faciles à trouver, interopérables, accessibles et ré-utlisables. A partir de Calames, on accède à une partie des photographies de l’ethnologue sur Medihal, de ses entretiens sur Ganoub, de ses films sur Nakala et de ses articles scientifiques sur HalSHS.

2019, l’année des jeunes chercheurs : Mais surtout, la fin de l’année s’inscrit dans une nouvelle dynamique qui propulse les archives sonores dans le monde académique, avec un intérêt accru des jeunes docteurs. Ainsi, Maëlle Mériaux, qui avait été en résidence à la phonothèque en 2017, a soutenu en décembre 2018 une thèse qui s’appuie sur les archives orales sous le titre Histoires de plantes : les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Valeria Zedda, en thèse d’archivistique à l’université de Cagliari a choisi la phonothèque comme lieu d’étude de son projet Erasmus, enfin Matteo Cialone a obtenu un contrat doctoral qui a débuté le premier octobre avec un titre en forme d’hommage à Florence Descamps : L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone: état des lieux, analyse comparative et transdisciplinaire d’archives musicales inédites en méditerranée.

Ce billet est l’occasion de souhaiter à toutes et tous une joyeuse année 2019 et de remercier toutes celles et ceux qui ont participé à l’activité de notre phonothèque cette année – de près ou de loin. Vous pouvez les découvrir ici, de A à Z !

Continuer la lecture de 2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

  1. Hélène Giudicissi est en reconversion professionnelle et a intégré l’équipe de la phonothèque depuis deux ans et demi maintenant. En 2018, avec le soutien  des stagiaires, elle a finalisé le traitement du fonds Pierre Laurence et sa mise en ligne dans le respect des questions juridiques et éthiques. Une collaboration avec l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, a permis la naissance d’un nouveau corpus sur les luthiers sur Ganoub. Elle a aussi développé les  collaborations avec le MuCem et le CHU Montperrin. []
  2. Claire Grégoire, après un stage à la phonothèque de la MMSH, a obtenu plusieurs contrats à durée déterminées sur des projets divers. Dans le cadre d’un projet collectif mené par le Consortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num, elle a réalisé un référentiel sur les contes populaires, puis s’est consacrée au catalogage complet du fonds Annie-Hélène Dufour sur Calames. Un fonds dont le traitement et la numérisation a également été soutenu par leConsortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num. []
  3. Mathilde Bresc est responsable du traitement du fonds Salagon et nous régale chaque mois avec les recettes issues des fonds de la phonothèque. []
  4. Christian Champaloux a permis la numérisation de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Dans le cadre du Pôle images, sons, pratiques numériques en SHS, il  est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC. []
  5. Voir les voeux 2017 : https://phonotheque.hypotheses.org/23328. []
  6. Isabelle Gras est conservatrice de bibliothèque au sein du SCD AMU, au sein du département de l’ingénierie documentaire où elle est responsable des publications numériques en sciences et négociatrice Couperin pour le pôle sciences juridiques et politiques. Elle est également chargée de mission Open Access et participe au déploiement de l’archive ouverte HAL-AMU en étant notamment référente pour les questions juridiques. À ce titre, elle travaille dans le projet Jurisguide piloté par la bibliothèque Cujas et elle est également impliquée dans le groupe juridique Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @IsaGr_pro. []