Tous les articles par Ceux qui passent à la phonothèque

Séminaire sur l’enquête-collecte : pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels (1925-1943)

Durant le séminaire sur l’enquête-collecte, qui s’est déroulé entre 2014 et 2019 et décrit dans sa globalité dans cet article, une des 9 journées thématiques était nommée “Documenter la nature”. Elle était consacrée aux collections naturelles des musées (herbiers, animaux, objets végétaux) ainsi qu’à leur collecte par les ethnologues. Au total, trois conférences ont été présentées durant cette journée. Nous avons choisi de vous présenter celle de Julien Bondaz, anthropologue et maître de conférence à l’université Lyon 2.

Julien Bondaz a intitulé son intervention : Collecter et documenter la nature : «Des témoins desséchés, comme les plantes d’un herbier». Les pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels. (1925-1943) dont vous pouvez retrouver la notice dans la base de la phonothèque en cliquant ici. Dans cette conférence, Julien Bondaz nous présente les débuts d’une discipline  de l’ethnologie aujourd’hui reconnue : l’ethnobotanique. Au début du XXe siècle, les universités financent des ethnologues pour une mission particulière : faire des recherches et étudier les écosystèmes dans les colonies françaises en Afrique, notamment la flore, afin de trouver des “plantes tropicales utiles” pour les secteurs de l’alimentation ou du textile.

Il évoque aussi des grandes figures comme André-George Haudricourt (1911-1996), botaniste et ethnologue, ou le célèbre Marcel (1872-1950) ont joué un rôle prépondérant dans l’établissement de ces “premières pratiques d’herborisation”. A une époque où l’ethnologie connaît un grand intérêt auprès des pouvoirs publics et du monde universitaire, les herbiers décrivant les écosystèmes tropicaux sont aujourd’hui conservés dans des musées comme le Museum National d’Histoire Naturelle.

Extrait de la conférence de Julien Bondaz1

Dans cette conférence, Julien Bondaz fait un panorama historique de cette période mouvementée, mais également trouble, de l’ethnologie au début du XXe siècle. Il explique en détails les origines de cet objet qu’on connaît un peu tous, mais sans jamais s’y être trop penché : les herbiers.

Non seulement ce travail peut intéresser n’importe quel amateur d’ethnologie ou de botanique, mais elle peut aussi apporter de précieux renseignements aux étudiants des filières de l’ethnologie et d’anthropologie. En effet, ces disciplines scientifiques ont été très dynamiques durant la période que décrit Julien Bondaz. conférence de donne à entendre plusieurs clés de compréhension sur l’histoire coloniale, le rôle des universitaires ou des musées qui intéressera certainement les amateurs comme les spécialistes du domaine.

Julien Bondaz a donné l’autorisation de diffusion de sa conférence. Les métadonnées qui la décrivent et l’enregistrement sont consultables sur le site de la phonothèque en cliquant ici.

Stevie KOLODZIEJ, M2 au sein du Master Histoire, parcours métiers des archives, bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. l’usage du casque audio est conseillé en raison de la faible qualité de l’enregistrement. []

Traitement archivistique d’une collection sur l’enquête collecte dans les musées de société

Entre 2014 et 2019 le Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) a accueilli un séminaire ayant pour titre : L’enquête-collecte dans les musées de société. Il a été organisé par Cyril Isnart (Ethnologue, Idemec), Véronique Dassié (Ethnologue, Idemec) et Aude Fanlo (Directrice du Pôle Recherche-Musée, Mucem). Ces conférences ont été enregistrées et la phonothèque les a accueillies en octobre 2020 pour les traiter et les archiver.

Le sujet de ce séminaire est le processus de l’enquête-collecte dans l’environnement d’un musée.  Il s’agit d’un terme employé en ethnologie et en muséologie, il désigne le processus par lequel un musée forme des équipes de scientifiques (ethnologues, sociologues, historiens) pour acquérir de nouveaux objets et documents pour ses collections. Il y a plusieurs manières d’effectuer cette opération (collecte dans la nature, ventes aux enchères, achat de documents à des particuliers). Ce séminaire contient 41 conférences d’une durée moyenne comprise entre 20 et 40 minutes, suivies pour la plupart de séances de débat.

Le séminaire est composé de 9 journées qui souhaitent brosser l’entièreté des thématiques concernées par l’enquête-collecte dans des établissements comme le Mucem. Voici les dates et titres des 9 journées composant le séminaire :

22/05/2014 : Recherche et musée
06/11/2015 : Exposition horizon enquête1
20/05/2016 : Documenter la nature
25/11/2016 : Collecter en terrain sensible
09/06/2017 : Collecter les migrations
24/11/2017 : Collectes sensorielles2
30/05/2018 : Collectes sonores
23/09/2019 : Photographie et collecte
12/11/2019 : Critique et éthique de l’enquête-collecte

Continuer la lecture de Traitement archivistique d’une collection sur l’enquête collecte dans les musées de société

  1. Conférences non-enregistrées []
  2. Idem []

Nommer un laboratoire : toute une histoire

Mon mémoire de Master 2 “Métiers des archives et des bibliothèques. Humanités numériques et médiation de l’histoire” porte sur le fonds d’archives constitué par Michel Vovelle (1933-2018), ancien professeur d’Aix-Marseille Université1 et conservé par le laboratoire TELEMMe, Temps, espaces, langages, Europe méridionale-Méditerranée. Pourtant, lorsque Michel Vovelle travaillait sur ces documents il était intégré au CESM, le Centre d’études des sociétés méditerranéennes. TELEMMe – créé en 1996 -, n’existait pas encore, tout  comme la notion même d’UMR (unité mixte de recherche).

Une description archivistique nécessite de documenter avec précision le producteur mais aussi la collectivité, qui a produit, reçu et conservé les documents dans l’exercice de son activité. Il me fallait retracer l’histoire du fonds et préciser le lien entre les archives et le lieu de conservation, dresser finalement une sorte de généalogie de TELEMMe où le CESM serait l’un de ses ancêtres. Il n’existe malheureusement pas en France un référentiel stable qui permette de retrouver l’évolution de la nomenclature d’un laboratoire de recherche. Ce billet vous propose de présenter les outils que j’ai utilisé pour suivre le fil de l’évolution des laboratoires qui se sont succédés et qui ont  conservé les boîtes à archives du fonds Vovelle sur leurs étagères. Continuer la lecture de Nommer un laboratoire : toute une histoire

  1. En 1980, Michel Vovelle a réuni un ensemble de questionnaires sur les communes de Provence provenant de différents dictionnaires pour en faire une compilation (dictionnaires Achard, Féraud et Garcin). Une boîte (32) regroupe des cartes, des graphiques, des statistiques et des correspondances qui documentent le projet. []

De l’observation des pratiques à l’exploration des nouveaux usages. La collecte des données par les artistes et les chercheurs

Le 22 juin 2021, de 9h à 12h salle Paul Février-MMSH et à distance, se tiendra la Séance#2 du séminaire inter-laboratoire PRISM / MMSH “Archives vivantes” sur le thème : De l’observation des pratiques à l’exploration des nouveaux usages La collecte des données par les artistes et les chercheurs.

Chercheur·e·s, artistes, publics construisent, utilisent et réemploient des données présentes sur le Web. Ces réemplois interrogent l’utilisation académique et non-académique de l’archive qui devient « sauvage ». Si l’on peut se réjouir de ces façons de lui redonner « vie », le séminaire proposera de mieux comprendre les enjeux de sa circulation, désormais libre et ouverte entre chercheur·e·s et citoyen·ne·s.

Programme Continuer la lecture de De l’observation des pratiques à l’exploration des nouveaux usages. La collecte des données par les artistes et les chercheurs

La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

L’attrait des sciences humaines pour les contenus audiovisuels apparait dans les années 1970. En effet, si l’image et le son ont longtemps été relégués au second plan1, des questionnements émergent en cette deuxième partie du XXème siècle, à la fois pour son aspect éducatif et pédagogique, mais aussi pour son intérêt mémoriel. L’anthropologie, l’ethnologie et la sociologie vont particulièrement s’attarder sur ce nouveau format, notamment au cours des enquêtes de ces professionnels2. La retranscription des entretiens et l’immersion cognitive a une plus-value par rapport à l’écrit, puisqu’elle fait vivre à jamais des témoignages et les ancre dans la réalité. Continuer la lecture de La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

  1. DAVID, Frédéric, « Des trésors cachés parmi nos archives : comment préserver et conserver les archives audiovisuelles » [en ligne], Maison des bâtisseurs, Association des archivistes du Québec – Région Nord, Alma, 26 avril 2019, (consulté le 9 avril 2021). URL: https://archivistes.qc.ca/wp-content/uploads/2019/04/Conference_conservation_doc_audiovisuel_AAQ_2019.pdf []
  2. PIAULT Colette. Aspects de la diffusion du film ethnologique en France. In: Bulletin de l’Association française des anthropologues, n°37-38, Septembre-décembre 1989. La valorisation de la recherche, sous la direction de Dominique Desjeux, Annie Le Palec et Marc-Eric Gruénais. pp. 77-83. [en ligne] DOI : https://doi.org/10.3406/jda.1989.1478 []

Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore

Le musée ethnologique de Salagon est un musée départemental situé dans la plaine de Mane au cœur des Alpes-de-Haute-Provence. Parmi les grands personnages à l’origine de sa création figure Pierre Martel  1 . Né en 1923 au Revest-du-Bion, le jeune provençal rentre dans les ordres. Amoureux de sa région natale, il  est affligé par  l’exode rural et le délitement de l’esprit solidaire villageois. Gagnant en influence et désireux de s’engager dans une action concrète, il fonde en 1953 l’association « Alpes de Lumière »2 . Il tente une résurrection par l’attractivité touristique, mais compte également offrir une place aux Alpes-de-Haute-Provence dans la science et met en œuvre collectes, recherches ou encore publications… Il nomme d’ailleurs le siège de son institution « Centre de recherche de Simiane La Rotonde »3 . Continuer la lecture de Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore

  1. Pierre Martel (1923-2001) : ecclésiastique, chercheur, écrivain, fondateur de l’association Alpes de Lumière []
  2. GUYONNET, Marie Hélène. « Ethnologie parallèle et sauvegarde du patrimoine ethnologique en Haute-Provence », Centre d’Ethnologie Méditerranéenne, ministère de la Culture, mars 2000 p.4. []
  3. BASSET, Karine-Larissa, Pierre Martel et le mouvement Alpes de Lumière: l’invention d’un territoire (1953-1983), Edition de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2009, p.60. []

Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?

Le 22 avril dernier a eu lieu la 6ème séance du programme interlaboratoires “Archives de la recherche” à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) durant laquelle il a été question des collections documentaires des études africaines contemporaines, leur collecte, leur conservation et leur diffusion. Cette matinée a été notamment l’occasion d’une intervention de Jean-Pierre Olivier de Sardan autour de la question, qui le concerne personnellement, “Pourquoi un chercheur dépose-t-il ses archives et pour qui ?”.

En effet, en 2017, l’anthropologue africaniste Jean-Pierre Olivier de Sardan a fait don d’une partie de ses archives à la MMSH. Cette démarche s’est accompagnée de la la volonté d’en produire une copie numérique à transmettre au LASDEL, le Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local qu’il a contribué à fonder en 2001 à Niamey au Niger. Ses réflexions sur la conservation des archives de la recherche, leur partage et la possibilité de collaborations entre les laboratoires de recherche en France et en Afrique s’appuyait donc sur une expérience concrète. Continuer la lecture de Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?

Vers la décolonisation des archives sonores enregistrées en Asie du Sud-Est

Dans le cadre de l’appel à projet Cultural Heritage, Identities and Perspectives: Responding to Changing Societies – CHIP1, un consortium de recherche comprenant la France, les Pays-Bas et la Grande Bretagne, conduit par Barbara Titus et MJ meLê Yamomo – University of Amsterdam, a été sélectionné pour un projet européen de 3 ans (2021-2024). Le projet DeCoSEAS – Decolonizing Southeast Asian Sound Archives2 propose d’améliorer la connaissance, la compréhension et la diffusion de trois fonds emblématiques localisés en Europe comprenant des enregistrements de musiques et de sons rares provenant d’Asie du Sud-Est. Ces collections sont réputées au niveau international en termes de quantité, de qualité et de diversité or elles restent peu accessibles, et en particulier pour les publics extra-européens.

Consulter le site du projet : https://www.decoseas.org
Continuer la lecture de Vers la décolonisation des archives sonores enregistrées en Asie du Sud-Est

  1. Voir : https://www.heritageresearch-hub.eu/homepage/joint-programming-initiative-on-cultural-heritage-homepage/joint-programming-initiative-on-cultural-heritage-about/ []
  2. Vers la décolonisation des archives sonores d’Asie du Sud-Est – Decolonizing Southeast Asian Sound Archives (DeCoSEAS) – 2021-2024,  A Joint Programming Initiative on Cultural Heritage and Global Change (JPICH) Initiative de Programmation Conjointe pour le patrimoine culturel et le changement global. []

Atelier : Pratique de partage de données audiovisuelles et sonores de la recherche

La première séance du programme “Archives Vivantes” se tiendra en ligne jeudi 29 avril 2021 de 14h à 16h avec pour objectif d’informer sur la conservation et l’archivage des données audiovisuelles de la recherche, notamment sur les formats de fichiers, les métadonnées et les aspects juridiques afin de gérer leur accès et leur mise en ligne. Il sera aussi question du paysage institutionnel de l’archivage de données et les infrastructures disponibles pour l’hébergement et le partage, ainsi que les inconvénients/avantages des plateformes de streaming commerciales. Continuer la lecture de Atelier : Pratique de partage de données audiovisuelles et sonores de la recherche

Archives Vivantes

« Archives Vivantes » est un groupe de recherche transversal et interdisciplinaire rassemblant des chercheurs et des ingénieurs de la MMSH et de PRISM qui s’intéresse aux problématiques liées à l’emploi et au réemploi des archives sonores et audiovisuelles, tant dans le cadre académique qu’artistique.

Les archives sonores et audiovisuelles sont au cœur de problématiques académiques multiples qui se déclinent actuellement dans les pratiques des artistes et dans celles du public. En raison de la multiplication des plateformes académiques, commerciales et réseaux sociaux, force est de constater que tout le monde produit et diffuse de l’archive.

Chercheur·e·s, artistes, publics construisent, utilisent et réemploient des données présentes sur le Web. Ces réemplois interrogent l’utilisation académique et non-académique de l’archive qui devient « sauvage ». Si l’on peut se réjouir de ces façons de lui redonner « vie », le séminaire proposera de mieux comprendre les enjeux de sa circulation, désormais libre et ouverte entre chercheur·e·s et citoyen·ne·s.

Comité de pilotage : Pascal Césaro (PRISM), Christine Esclapez (PRISM), Véronique Ginouvès (MMSH), Baptistine Marcel (doctorante PRISM), Joséphine Simonnot (PRISM), Emma Spinelli (étudiante AMU)

Prochaines rencontres :

29 avril 2021 : Atelier Pratique de partage de données audiovisuelles et sonores de la recherche

22 juin 2021 : De l’observation des pratiques à l’exploration de nouveaux usages : la collecte des données par les artistes et les chercheurs

30 septembre 2021 : Archiver les récites entre arts et sciences sociales