Tous les articles par Ceux qui passent à la phonothèque

Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

« Puis sa vocation s’amplifiait. Il lui arrivait alors tout un brouillamini d’obscurs avatars qui simulait, mot pour mot, trait pour trait, sauf dans sa conclusion, la Saga aux profonds chaînons, l’amusant, mais pourtant moral, pourtant touchant roman qui avait jadis nourri la Chanson d’un troubadour du nom d’Hartmann, puis qu’un Thomas Mann à son tour avait suivi, y puisant par trois fois son inspiration. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 18-19).

Dans le cadre de mon stage à la phonothèque de la MMSH, j’ai l’opportunité de travailler sur un fonds d’enquêtes sonores consacré à l’étude de la fabrication des musiques particularistes. Ce fonds, conçu par Élisabeth Cestor1 entre les années 1994 et 2006, est produit autour de diverses études : un DEA (Diplôme d’Étude Approfondies) en Anthropologie sur le renouveau de la musique gaélique à  l’Université d’Edinburgh en Ecosse (1994), une thèse sur la fabrication des musiques particularistes, et la pratique de chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle (soutenue sous la direction d’Emmanuel Pedler à l’EHESS à Paris en 2004), ainsi qu’un post-doctorat à l’Ifpo de Beyrouth (2006) où plusieurs enquêtes consacrées à la musique orientale sont collectées. Continuer la lecture de Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

  1. Élisabeth Cestor occupe aujourd’hui le poste d’adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille. []

Avent -15 : Where is MySpace?

« Il y avait un manquant. Il y avait un oubli, un Uanc, un trou qu’aucun n’avait vu, n’avait su, n’avait pu, n’avait voulu voir. On avait disparu. Ça avait disparu. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 9).

Et si Facebook disparaissait lui aussi ? la moyenne d’âge de ses utilisateurs est de plus en plus élevée et il n’y a plus le même engouement . L’entreprise essaie de s’adapter aux nouvelles pratiques des jeunes et a notamment racheté plusieurs plateformes, dont Instagram et Whatsapp. Et si Facebook disparaissait ? Que deviendraient nos données ? Ce genre de disparition est possible, depuis l’avénènement du web des outils ou des services ont disparu1. Continuer la lecture de Avent -15 : Where is MySpace?

  1. Hier nous évoquions la disparition de données parce que l’espace alloué devient payant ou se réduit mais d’autres services ont disparu qui semblaient stables et robustes. Par exemple, nous utilisions beaucoup GoogleReader, l’outil de lecture des fils RSS de Google, et depuis son arrêt on note un usage moindre du RSS ; nous avons aussi rédigé un billet sur la disparition de la plateforme Crévilles il y a quelques années et l’outil d’enregistrement des XXX. []

Avent -16 : L’archive en madeleine

Amis du Gai Savoir, amis du doux plaisir, un chat va sans un bruit dans un coin tout obscur. (La disparition, Georges Perec, 1969, p 59)

Travaillant sur l’archivage du fonds de l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan, j’ai visionné un film qu’il a co-réalisé dans les années 1980, intitulé Faudrait pas nous prendre pour des indiens (le pays derrière la fête). Cette œuvre, d’une durée de 32 minutes décrit les rites festifs d’un village de la Lozère – Grandrieu – et enregistre également les réactions des habitants au visionnage de leur propre mise en scène. Ayant connu cette époque, j’ai dégusté ce moment avec curiosité et délectation, à la fois en recherchant les signes du passé et en mesurant les écarts dans les façons de se vêtir, de parler ou d’agir. Spectatrice d’un temps encore présent dans ma mémoire, j’ai pensé à l’analyse d’une étudiante de master qui déclarait, à propos du film lors d’un exercice, qu’il s’agissait d’un autre temps, d’une époque … disparue. Alors je vous invite à vous installer confortablement, bien au chaud sous une petite couverture pour embarquer dans la machine virtuelle à remonter le temps, en cliquant ici :

 

Nous remercions Monsieur Pierre Arragon, co-réalisateur du film, qui nous a transmis les copies numériques de cette œuvre ainsi que celles de quatre autres films réalisés par lui-même et Jean-Pierre Olivier de Sardan (Le jaune et le noir, 1987; Un matin une pirogue, 1992; La bouche déliée, 1970; Saint Joseph le crocodile, 1992). Il nous a également permis l’utilisation de l’url pour la visualisation du film.

Crédit photographique de l’image « à la une » : capture d’image du film à 1 min 35s

Rédigé par Annick Boissel, archiviste audiovisuel

Avent-17 : La voix de ma grand-mère

Qui va piano va sano, sourit Aloysius Swan. Ils sont tous morts. Donnons à tous l’absolution.  (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 152)

 

Peut-on se souvenir d’une voix ? Retrouver, aujourd’hui, « en vrai », un timbre, un accent, une couleur, des expressions…? Quand on évoque une personne disparue, on ne parle jamais de sa voix, sauf quand elle était vraiment exceptionnelle.

Je n’ai pas gardé le souvenir de la voix  de ma grand-mère paternelle. Et pourtant, un jour, je l’ai retrouvée. Continuer la lecture de Avent-17 : La voix de ma grand-mère

Avent -18 : De la fugacité des players

Il frissonna sans draps, il transpira sous un plaid, il compara l’alfa au kapok. Il coucha assis, accroupi, à califourchon ; il consulta un fakir qui lui proposa son grabat à clous, puis un gourou qui lui ordonna la position yoga. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 7).

Faire écouter les fichiers son de la phonothèque en streaming n’est pas chose si simple. Le service informatique de la MMSH nous a proposé dès 2010 de mettre à notre disposition un serveur de stream1 dont nous avons géré les contenus à partir de 2012.  Toutefois, par souci d’esthétique et comme la création de ces points de publication n’étaient pas très ergonomique, pour publier sur les billets de blog nous nous sommes laissées prendre par la simplicité et l’esthétique de Sound Cloud  : cette plate-forme de distribution audio nous permettait d’afficher des images dans le player lui-même et de créer des liens avec les musiciens. Toutefois, nous ne pouvions y placer qu’une douzaine de séquences car pour obtenir plus d’espace il fallait payer le service – et nous n’en avions pas les moyens.

Continuer la lecture de Avent -18 : De la fugacité des players

  1. Le  serveur avait le joli nom d’Astarte (à prononcer du nom de la déesse phénicienne Astarté mais en tant que machine, donc DNS, son nom s’écrivait en ASCII donc sans accent) et était motorisé par la technologie Service Windows Media. Quand le serveur Astarte s’est arrêté de fonctionner, brutalement, il tournait sur une version obsolète du système d’exploitation, le nouveau chef de service informatique de la MMSH a repris les données sur une toute autre technologie. []

Avent -19 : L’archive sonore froissée par le temps

Abasourdis par l’inoui pouvoir marginal qui, contournant la signification tabou, la saisit pourtant, la produit pourtant par un biais subtil, la disant plus, l’ultradisant par l’allusion, l’association, la saturation, nous garantirons, lisant, la validation du signal sans tout à fait pourtant l’approfondir. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 95)

En 2017, l’anthropologue franco-nigérien Jean-Pierre Olivier de Sardan, né en 1941,  a déposé à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme des dizaines de cassettes audio, bandes son et documents papier, afin de préserver et valoriser son travail de recherche produit entre 1967 et 2003, en grande majorité en Afrique de l’ouest. Il s’agit d’entretiens en langues zarma et française, de transcriptions manuscrites de témoignages oraux, de notes de recherche, de bandes son des films “La Bouche déliée”, “Sassalé”, ou “La vieille et la pluie”. Le chercheur a souligné l’importance qu’il attache au partage de ce corpus avec le LASDEL (Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local), laboratoire de recherche en sciences sociales à Niamey (Niger) et au Bénin, créé en 2001 et dont Jean-Pierre Olivier de Sardan est le co-fondateur.

  Continuer la lecture de Avent -19 : L’archive sonore froissée par le temps

Avent -20 : La fête à tue-tête – Celebration at the top of your voice

Il saisit un luth, pris son inspiration, puis s’accompagnant, chanta. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 18)

In the early 1970s Danielle Musset, ethnologist, had recorded a series of field recordings at the north end of Transylvania, in the village of Moiseni,in Oas countries (or Oach). Twenty years later, three ethnomusicologists, Lortat Bernard Jacob, Bernard, Jacques Bouet and Speranta Radulescu, traveled  to the same places and saved celebrations songs and dances. The sound archives of CREM and MMSH offer a trip over the life in this amazing country,  consisting of a quarantine villages, where when people start singing the shrill way that characterizes this world end zone, “look like they came from another country ». This is a great example of what allows archiving sound sources through the common catalog of Europeana: comparisons across the time, contextualized by databases, accessible and reusable by all.

Continuer la lecture de Avent -20 : La fête à tue-tête – Celebration at the top of your voice

Avent -21 : Celebrate Christmas just as in Provence

Non loin du quai, à trois pas du Consulat d’Iran, il y avait un snack-bar qu’Ottaviani connaissait pour s’y offrir parfois un sandwich au jambon ou au saucisson à l’ail. Il s’y introduisit, poussif, fourbu. Il y avait tout un tas d’individus au bar. « Salut, dit-il. » – « Bonjour, fit Romuald, un barman actif mais toujours souriant, un froid glacial, pas vrai ? » (La disparition, Georges Perec, 1969, p.34)

This post was published for the first time on the Europeana Sounds Blog the 3rd of December 2014, at this URL : http://www.europeanasounds.eu/news/december-3-celebrate-christmas-just-as-in-provence1. Unfortunately, all the posts of this blog were dissolved in the web when the project finished. We are taking advantage of this advent calendar to publish therein of these forgotten posts… Continuer la lecture de Avent -21 : Celebrate Christmas just as in Provence

  1. In December Archive.org archived only 6 posts of this blog and not ours: https://web.archive.org/web/20141216094621/http://www.europeanasounds.eu. []

Avent -22 : Disparition des billets du blog d’Europeana Sounds

Voilà grosso modo six mois Hassan Ibn Abbou proposa pour son doctorat à la Commission ad hoc du CNRS un rapport succinct mais plutôt pas mal foutu, du moins à mon avis, traitant du Jus latinum, du droit latin quoi, qu’il connaissait jusqu’au bout du doigt ; Il discourait surtout sur un point jusqu’ici obscur qui avait fait pâlir maints savants pourtant trapus : y avait-il ou non obligation pour un pagus ou un oppidum d’offrir à sa population (paysans ou parfois marchands) un statut ignorant la distinction qui faisait ipso facto du Romain un individu plus important qu’un habitant du Sahara ? (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 43)

Entre février 20141 et février 2017, la participation de l’équipe de la phonothèque au programme Europeana Sounds avec celle du CREM a été une magnifique expérience. Joyeuse, collective, assidue, elle nous a appris beaucoup en particulier pour travailler à ce qui a été nommé, quelques mois plus tard par l’Europe les principes du FAIR. L’objectif était bien de rendre interopérables nos données en les « aggrégeant » à travers le modèle EDM – Europeana data model à la plateforme Europeana, et en les rendant réutilisables, en travaillant tout au long du projet sur les questions éthiques et juridiques pour leur diffusion2. Un formidable travail en direction des publics pour l’enrichissement participatifs de ces données ou sur leur diffusion à travers différents outils multimédia a été réalisé durant cette période. Nous nous sommes formées3 pour utiliser la plateforme MINT – Metadata Interoperability Platform, hébergée en Grèce, à la National Technical University of Athens4 afin de réaliser les exports en EDM. Continuer la lecture de Avent -22 : Disparition des billets du blog d’Europeana Sounds

  1. Le lancement du projet s’est fait entre les 17 et 18 février 2014 à la British Library, Londre, le programme du « Kick-off meeting » est ici. []
  2. Voir en  particulier dans le cadre du WP3, Licensing Guidelines / Orientations juridiques, coordonné par Lisette Kalshoven, Kennisland – KL []
  3. En effet l’équipe était plutôt féminine et je salue ici Françoise Acquier, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié : ensemble nous avons beaucoup discuté pour comprendre comment effectuer ces exports/imports de la meilleure des façons en respectant les normes de l’EDM. []
  4. Une présentation de nos ateliers de travail peut être retrouvée sur les carnets, à Athènes en juin 2015 et à Dublin en avril 2016 ou Nikolaos Simou (NTUA) a présenté l’outil MINT et  Tom Miles (BL) la méthode de travail. []

Avent -23 : Disparition d’Anne Sylvestre

Qui aurait cru voir surgir la Mort dans un Paradis où tout paraît si doux ? (La disparition, Georges Perec, 1969).

Lorsque l’équipe de la phonothèque a lancé le projet du calendrier de l’Avent des disparitions nous pensions à celles des objets numériques, des formats et plateformes et en oubliant les personnes… Nous avons bouleversé notre organisation bien huilée hier en apprenant celle d’Anne Sylvestre (1934-2020). Rien de très relié au numérique sans doute mais cet adieu brutal à une histoire sonore nous interroge… comment l’archiviste du son peut continuer dans le temps à faire partager, avec le répertoire, tout le contexte social, culturel et politique qui accompagne une interprète et ses chansons  ? voilà une question à garder en tête au moment de la documentation de ses fonds…

Nous reprendrons demain le cours de notre Avent des disparitions numériques – avec des mélodies d’Anne Sylvestre dans la tête…

 

Image « à la une » : coucher de soleil sur Beyrouth, juin 2018, photographie V. Ginouvès, CC-BY-NC.