Tous les articles par Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

La Semaine du Son arrive à Aubagne !

Inaugurée en 2004 à Paris, la semaine du son revient en 2012 pour sa neuvième édition. Parrainée par Jacques Attali, elle se déroulera du lundi 16 au samedi 21 janvier 2012 à Paris, puis du lundi 23 au samedi 28 janvier 2012 dans le reste de la France, ainsi qu’à l’étranger.

Comme c’est expliqué sur le site officiel de la semaine du son, cet événement a pour objectif de sensibiliser le public à l’environnement sonore par le biais de diverses manifestations (conférences, débats, ateliers, événements sonores, concerts, projections, ou encore actions pédagogiques), et ce, gratuitement.

Marseille et ses environs proposera donc, dans ce cadre, ses propres manifestations.

A Aubagne, plus particulièrement, un programme riche en découvertes et rencontres sonores est prévu. Les événements se dérouleront au département SATIS de l’Université de Provence Aix-Marseille, à la médiathèque municipale Marcel Pagnol et au cinéma Le Pagnol.

Les festivités débutent d’ailleurs plus tôt que prévu, puisque le vendredi 20 janvier, le public est attendu au département SATIS de 10h à 18h pour visiter le studio mobile Transonix et y découvrir des extraits sonores et des démonstrations du travail en studio.

Toute la semaine, des événements récurents auront lieu : au département SATIS qui présentera “Le son à l’image : genèse d’un court métrage” ; à la médiathèque Marcel Pagnol où le public pourra découvrir des ambiances sonores maritimes à l’espace “petite enfance”, et des écoutes de scènes sonores binaurales réalisées par les étudiants du département SATIS. Concept original à savourer au casque, ces scènes sonores binaurales proposent l’écoute du silence de tous les espaces de la médiathèque auquel ont été ajoutés des bruits incongrus provoquant une sorte de 3D sonore.

Le mardi 24 janvier, le cinéma le Pagnol projettera le film “Puccini e la fanciulla” de Paolo Benvenuti, suivi d’une rencontre avec l’ingénieur du son italien, Mirco Mencacci.

Le mercredi 25 janvier sera une journée riche à la médiathèque Marcel Pagnol, puisque trois événements seront présentés.

Médiathèque Marcel Pagnol – Aubagne

 

De 14h à 17h, l’atelier “Circuit Bending” de Confipop amusera les enfants et les plus grands par des sons inhabituels sortis de jouets sonores ou autres instruments, pour créer une musique originale et décalée.

A 16h30, les étudiants du département SATIS présenteront “Les fictions sonores : le cinéma pour l’oreille” où des fictions sonores, processus comparable au cinéma, seront diffusées avant d’évoquer les techniques de réalisation.

Dès 18h30, quatre auteures de documentaires sonores proposeront un séance d’écoute collective de leurs réalisations suivie d’échanges avec le public : Emmanuelle Taurines présentera “L’eau courante”, Katia Kovacic proposera “Ouvriers paysans et inversement”, Bat Sheva Papillon diffusera “Ma langue au tchat” et Aline Soler présentera “Curumi”.

Le vendredi 27 janvier aura lieu la soirée du son à la médiathèque Marcel Pagnol. Ce soir là, le public pourra venir apprécier de multiples rencontres sonores dans tous les espaces de la médiathèque.

Dès 18h30, les musiciens du CEFEDEM-sud présenteront leurs propres réalisations de pièces électroacoustiques lors d’ “Electro-songes”.

A 19h15, les quatre auteures de documentaires sonores, Emmanuelle Taurines, Katia Kovacic, Bat Sheva Papillon et Aline Soler, des associations L’Orage, na Prod et Voix Publiques, créeront l’événement avec “Soit dit en passant” en diffusant, aux casques, de courtes pièces autour du langage et de l’oral.

Parallèlement, pour “Et si on baissait le son”, Véronique Deltour, de la médiathèque de Saint Savournin, fera des lectures chuchotées.

Le public découvrira également les enquêtes de voix publiques et environnements sonores des rues de Naples réalisées par l’ethnomusicologue Olivier Féraud dans le cadre de sa thèse de doctorat Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples (2010), qui seront diffusées dans une ambiance italienne accompagnant ainsi le buffet auberge espagnole. Par ailleurs, Olivier Féraud a déposé l’intégralité de ses enquêtes à la phonothèque de la MMSH. Les notices sont disponibles sur la base de données de la phonothèque, ses enquêtes sonores sont consultables en ligne dans chaque notice du corpus et sa thèse est disponible en ligne au format PDF en archives ouvertes. De plus, dès la fin de l’analyse documentaire des enquêtes d’Olivier Féraud, en juillet 2010, un article était paru sur les Carnets de la phonothèque.

Enfin, la soirée s’achèvera avec un ciné-concert où un petit orchestre composé de musiciens du conservatoire d’Aubagne interprèteront des compositions des étudiants de la spécialité musique du département SATIS réalisées sur la bande-annonce du film “Docteur Folamour” de Stanley Kubrick. Chaque étudiant expliquera et dirigera sa composition.

Pour la dernière journée aubagnaise de la semaine du son 2012, le samedi 28 janvier, à la médiathèque Marcel Pagnol, le contrebassiste Bernard Abeille fera vibrer son instrument, tel le chant des baleines dont des vidéos seront projetées sur grand écran derrière le musicien, lors du concert « Baleine et contrebasse ». L’exposition photos « Escales littorales » complètera le spectacle de Bernard Abeille et sera visible toute la semaine à la médiathèque.

Une très bonne semaine du son à tous !

Crédits photographiques : « Affiche officielle de la Semaine du Son 2012 Marseille-Aubagne » ; « Médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne », Mairie d’Aubagne.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Mise en ligne des enquêtes sonores du répertoire musical de la Vésubie autour de Zéphirin Castellon, corpus déposé par Patrick Vaillant

Zéphirin Castellon au fifre

Depuis quelques mois déjà, les notices du corpus d’archives sonores du répertoire musical de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon réalisées en 1989 et 1990 sont visibles sur Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH.

Désormais, les fichiers sonores des enquêtes sont en ligne et consultables en lien avec les notices. Les internautes peuvent écouter les enregistrements dans leur ensemble ou chaque morceau séparément, en cliquant sur le lien au-dessus du résumé. Si certains airs ne peuvent pas être écoutés, c’est parce que la phonothèque de la MMSH ne détient pas les droits ou que la qualité du son est trop mauvaise.

Farandole dans une rue de Belvédère accompagnée de musiciens dont Zéphirin Castellon au fifre
Zéphirin Castellon sonneur de cloches

Les amateurs de musiques traditionnelles occitanes pourront entendre plusieurs chants polyphoniques, airs de conscrits ou farandoles. Ils découvriront également des morceaux instrumentaux joués lors d’une séance d’improvisation chez Zéphirin Castellon en 1990, interprétés par Zéphirin Castellon à l’harmonica, Thierry Cornillon au fifre et Patrick Vaillant à la mandoline. Comme exemple de cette session musicale, je vous propose d’écouter un extrait de l’enquête : il s’agit d’une polka improvisée par ces trois musiciens. Le fifre joue la mélodie, l’harmonica et la mandoline l’accompagnent. Malheureusement, nous ne connaissons pas le nom de cette polca :  dans la musique traditionnelle, les airs musicaux n’ont pas toujours de titre et c’est le plus souvent la typologie de la danse qui prime. Mais si un jour vous avez entendu nommer cette polca, alors signalez le nous, nous l’ajouterons à ses métadonnées !

Daniel Fresquet, photographe, a participé à différents collectages de mémoire populaire. Il a réalisé dans le cadre des enquêtes auprès de Zéphirin Castellon des travaux photographiques qui ont capté l’émotion des instants musicaux que vous pouvez entendre en ligne. Nous le remercions de nous avoir autoriser d’en diffuser quelques unes. Vous pourrez voir d’autres images sur l’ouvrage collectif  signalé ci-dessous.

Sorti en 1990, le CD Zéphirin Castellon. Siblar e cantar en Vesubia a été réédité accompagné d’un livret conséquent en 2003. Des textes des participants au projet, dont Daniel Fresquet et Patrick Vaillant, y sont inclus.

Crédits photographiques : Daniel FRESQUET. Contact : dfresquet[at]yahoo[point]fr

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Vivem totjorn en montanha ! Traditions musicales en vallée de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon

Zéphirin Castellon, chanteur, harmoniciste, siblaïre (joueur de fifre), sonneur de cloches et auteur-compositeur, nait en 1926 dans le village de Belvédère, dans la vallée de la Vésubie (arrière-pays niçois). Il devient gardien de prison à Marseille à sa majorité. C’est également à ce moment-là, loin de son pays natal, que ce musicien emblématique de sa vallée commence à écrire ses chansons. Ses textes rendent souvent hommage à son village et à sa vallée (« Vivem totjorn en montanha », « Boisson », « Toujours perché là-haut », etc.). Dès son départ en retraite, Zéphirin Castellon revient à Belvédère où il pratique sa musique pour toutes les occasions qui se présentent (fêtes régionales, cérémonies religieuses et pèlerinages, repas villageois, etc.). En 1989 et 1990, il est au centre d’une collecte des musiques traditionnelles de Vésubie.

C’est Patrick Vaillant, mandoliniste, chanteur et spécialiste des traditions musicales des Alpes-Maritimes et des vallées occitanes d’Italie, qui, en 2003, dépose à la phonothèque de la MMSH le fonds d’archives sonores enregistré en 1989 et 1990 autour de Zéphirin Castellon. Les enquêtes qui constituent le corpus avaient pour but la création du disque « Siblar e Cantar en Vesubia » (Silex mosaïque, Riom) dont la première édition date de 1990 et la seconde, accompagnée d’un livre conséquent sur le musicien, sort en 2003. Les trente-quatre enquêtes, centrées sur les traditions musicales des fêtes villageoises et sur les chants polyphoniques issus de la tradition vésubienne, française, corse ou italienne, sont en majorité des enregistrements musicaux provoqués pour la réalisation du disque auxquels s’ajoutent d’autres moments captés sur le terrain lors de fêtes ou de situations quotidiennes. Bien que le nombre total d’heures d’enregistrement composant le corpus soit relativement faible (environ 13 heures), l’enquête autour de Zéphirin Castellon et des traditions musicales de la vallée de la Vésubie révèle un contenu très riche.

Ainsi, chaque enquête du corpus a été documentée dans son intégralité et les musiques la composant ont bénéficié d’un catalogage spécifique. Trois types de musiques ressortent de cette enquête : les musiques de rue, les chants polyphoniques et les musiques instrumentales jouées dans un cadre plus intimiste.

Lors de fêtes de village, certaines musiques de rue sont jouées par un couple de sonneurs fifre/tambour (farandoles, airs de conscrits), parfois accompagné d’autres instruments (cymbales, timbales, clochettes, etc.), ou par la fanfare La Banda dau Palhon . Les chants polyphoniques, interprétés par les villageois, sont tirés de répertoires de la tradition vésubienne ou des compositions de Zéphirin Castellon mais aussi de la variété française, corse ou italienne. Enfin, une enquête présente des musiques instrumentales, et parfois chantées, interprétées au fifre (Thierry Cornillon), à l’harmonica (Zéphirin Castellon) et à la mandoline (Patrick Vaillant) lors d’une séance musicale chez Zéphirin Castellon.  Lors de cette rencontre, les musiciens interprètent plusieurs morceaux traditionnels (polkas, valses, fandangos, paso-dobles, javas, mazurkas, etc.) ou composés par Zéphirin Castellon et Thierry Cornillon , ou encore issus de la variété française.

Musiques instrumentales, parole et paysages sonores ne sont pas absents des enquêtes du corpus. Il contient en effet le récit de la légende de la Madone de Fenestre, des explications de Zéphirin Castellon sur sa façon de composer la musique et le récit d’anecdotes de son enfance, des paysages sonores (cloches du village, notamment le carillon traditionnel de Belvédère joué par Zéphirin Castellon ,  sonnailles de vaches, paroles de bergers en occitan, bruits de foule) ou encore des extraits de messes lors de processions des villageois à la Madone de Fenestre.

Entièrement documenté, l’ensemble des enquêtes est consultable sur la base de données de la phonothèque. Les fichiers son y seront prochainement intégrés et consultables en ligne.

Crédits photographiques : Następnego dnia mijamy kolejną przełęcz (po lewej) i schodzimy w kierunku Ref. de la Madone de Fenestre, Oliwia i Mariusz, http://picasaweb.google.com/lh/photo/luvUkgrNx_YBs2ulzMpWVg. Vue du village de Belvédère depuis Roquebillière, Nataraja at fr.wikipedia, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Belv%C3%A9d%C3%A8re.jpg. Les images sont sous Creatives Commons et GNU.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Enquêtes dans les sociétés créoles : le dépôt des archives sonores et audiovisuelles de Jean Benoist, anthropologue de la santé

Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957
Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957

Jean Benoist, médecin et professeur émérite d’anthropologie à l’Université de Provence Aix-Marseille III, est spécialiste des sociétés créoles. Son fonds d’archives sonores et audiovisuelles, basé sur la culture indienne dans les Antilles (Martinique, Saint-Barthélemy) et l’Océan Indien (La Réunion), est essentiellement composé de discours politiques et religieux, de récits, d’entretiens, de conversations et de cérémonies religieuses. Ses enregistrements de terrain ont été déposés à la phonothèque de la MMSH en 2008.

On retrouve trois zones géographiques dans les archives sonores de Jean Benoist. A Saint-Barthélemy, la dominante est la cérémonie du centenaire du rattachement de l’île à la France en 1978. On note également des récits de vie de Saint-Barths. Les discours et les entretiens sont en langue française.

Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961
Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961

En ce qui concerne La Réunion et la Martinique, les enquêtes sont centrées autour de la culture indienne et des traditions hindoues dans les sociétés créoles. Elles alternent entretiens, musique, récits, fêtes et discours. Ces enquêtes ont été partiellement documentées car la plupart est en créole. Au niveau musical, on peut donner l’exemple d’un chant religieux tamoul en langue indienne exécuté par Joseph Tengamen, dit « Zwazo »,  accompagné de percussionnistes et d’un choeur lors d’une cérémonie à Moulin-l’Étang (Martinique). On remarque la virtuosité du chant sur une base rythmique premièrement non-mesurée, puis qui devient ternaire .

Parallèlement à ses archives sonores, Jean Benoist a déposé à la phonothèque, pour conservation et diffusion, un film documentaire intitulé « Offrande aux Dieux exilés. Culte Hindou en Martinique ». Le document original a été numérisé par le Service Commun Audiovisuel et Multimédia (Scavm) de l’Université de Provence. Ce film, tourné en 1958 autour des temples hindous de Moulin l’Etang et d’Hackaert à Basse-Pointe en Martinique, présente une cérémonie indienne offerte par une famille. Elle se déroule en trois étapes : le prélude (apport des offrandes au temple et érection d’un mât portant un drapeau en l’honneur de Nagourou Mira), l’office (dépôt des offrandes, appel de la divinité Maldévirin, possession du prêtre, sacrifices d’animaux, repas sacrificiel) et la soirée de danse (diverses scènes du Ramayana dansées et chantées par des hommes costumés).

Les notices des archives sonores et du film sont disponibles sur la base de données de la phonothèque et les enquêtes sont consultables sur place (MMSH). Après signature d’une convention entre Jean Benoist, la phonothèque de la MMSH et l’Université de Provence, le film a été mis en ligne sur la Web TV de l’Université de Provence en janvier 2010. L’ensemble des publications de Jean Benoist sont téléchargeables sur le site québécois « Les classiques des sciences sociales« .

Crédits photographiques : Jean Benoist.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts