Tous les articles par Myriam Fellous-Sigrist

Call for papers – ethical and legal issues surrounding the dissemination of digital social sciences and humanities data

Since 2011 the French working group « Ethique et Droit » has been researching practical solutions toethical and legal questions surrounding the creation, use and edition of digital sources. The group comprises researchers, information managers and legal experts. It aims to write a collective guide on ethical and legal best practices when disseminating social sciences and humanities data. The guide will be published online. Since 2015 the project has benefited from the support of DARIAH (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities).

Several seminars have taken place since 2011 to discuss practical experiences and to start writing the guide. A series of blog posts has also been published on the project blog: https://ethiquedroit.hypotheses.org

The first part of the guide will gather an edited version of these blog posts and seminar presentations. The second part will be made of papers selected as part of this call for written papers. The call is open to anyone interested in the ethical and legal issues surrounding the dissemination of social sciences and humanities data.

CALL FOR PAPERS TO CONTRIBUTE TO A GUIDE TO ETHICAL AND LEGAL BEST PRACTICES:

“How to disseminate social sciences and humanities data: experiences and solutions.”

Objectives Continuer la lecture de Call for papers – ethical and legal issues surrounding the dissemination of digital social sciences and humanities data

Compte rendu de l’édition 2013 du colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale

Les 5 et 6 juillet derniers, le colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale s’est déroulé à Brighton (R.-U.) au sein du Centre for Life History and Life Writing Research. Cette année, ce rendez-vous des professionnels britanniques et anglo-saxons de l’histoire orale portait sur « l’histoire orale dans l’administration et dans l’entreprise ».

Dans l’optique1 de contribuer à la diffusion des pratiques françaises de l’histoire orale au Royaume-Uni et à la connaissance des expériences anglo-saxonnes en France, j’y ai coordonné une session sur la place du patrimoine immatériel dans l’histoire française des entreprises et des administrations. Avec Marie-Noëlle Polino2 et Arthur Mettetal3 , nous avons proposé, à travers quatre cas d’études, une réflexion sur l’histoire de ces structures en France et son inflexion récente vers les archives orales.

Après avoir exposé le contexte français de l’histoire orale et de l’histoire des entreprises et des administrations, nous avons présenté quatre projets de collecte d’entretiens, élaborés avec des méthodes, des moyens et dans des cadres différents. Ont ainsi été détaillées les collectes menées par l’association French Lines sur l’histoire des grandes compagnies maritimes, par l’Office Français pour la Protection des Réfugiés et demandeurs d’Asile auprès de ses anciens agents, par le collectif Anachronique Symposium Committee sur les anciens employés de l’usine Panarroya-Metaleurop et par l’Association pour l’histoire des chemins de fer sur la vie et le travail des cheminots pendant la Deuxième Guerre mondiale.  

Marie-Noëlle Polino a animé notre discussion sur les usages du patrimoine immatériel dans ces milieux. Le public, qui a rempli notre petite salle de séminaire, a été invité à contribuer à notre comparaison des usages de l’histoire orale en France et dans les pays anglo-saxons.

 

Nos présentations se sont inscrites dans une réflexion portant sur de multiples aspects de l’histoire orale des entreprises et des administrations. Je vous propose un petit aperçu4 des questions soulevées et des approches adoptées dans les différents pays et projets représentés durant ces deux jours.

 

Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l'aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.
Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l’aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.

Un défi pour l’histoire orale

Dans son introduction générale, Rob Perks (British Library, R.-U.) nous a rappelé qu’il s’agissait de la première des conférences annuelles de l’Oral History Society, depuis la première édition en 1971, à aborder le thème des entreprises. Cela s’explique notamment par les origines politiques de l’histoire orale au Royaume-Uni : elle a été lancée avec le mouvement de « history from bellow », par les chercheurs s’intéressant à  l’histoire des dominés (sous-représentés dans la recherche : les ouvriers, les immigrés, les femmes, les enfants…).

Malgré tout, l’histoire orale s’avère être un bon moyen pour permettre aux entreprises de garder une trace des savoir-faire, pour apporter une reconnaissance aux employés, pour tirer les leçons des échecs, ou encore pour construire une image de marque.

Les défis qui se posent à l’historien oral sont nombreux s’il veut aborder le thème du business : dépasser sa réticence vis-à-vis des grandes entreprises et institutions, se confronter aux relations de pouvoirs de ce milieu, négocier un cadre de travail, garantir la polyphonie et enfin établir si l’enquêteur doit être interne ou externe à l’établissement.

 

Le business de l’histoire des entreprises

La valeur de l’histoire vivante : pourquoi les entreprises compétitives investissent dans des projets d’histoire orale (allocution plénière de Bruce Weindruch, fondateur et CEO de The History Factory, E.-U.) :

L’entreprise The History Factory a été créée en 1979 à Washington D.C. et emploie aujourd’hui 35 personnes dont les différents métiers (archiviste, graphiste, historien…) sont mis à profit pour répondre à des commandes d’histoire orale d’entreprises et d’institutions dans le monde entier. Les entretiens, réalisés auprès d’employés de structures telles qu’Adobe, McDonalds ou Western Union, sont sauvegardés dans l’un des 35 bâtiments servant à l’archivage des projets. 

L’intervenant remarque que les entreprises qui le contactent (sa politique est de ne jamais démarcher de possibles clients) sont très préoccupées, non par le changement, mais par la perte de leur identité. Par ailleurs, beaucoup des projets sont commandés après l’enterrement d’un haut dirigeant d’entreprise : ces cérémonies servent de déclencheur pour les autres responsables qui s‘inquiètent de la mémoire qu’ils laisseront derrière eux, à leur départ de l’établissement. 

Les projets de collecte revêtent des formes très différentes : le kit de collecte (selon le concept du « Do It Yourself »), les enquêtes téléphoniques, les entretiens collectifs, la discussion filmée entre membres d’une équipe… Une fois collectés, les entretiens sont transformés en des produits utilisables par l’entreprise à l’avenir (mini site internet, film, livre, etc.). Ainsi, la devise de The History Factory est « Start with the future, and walk back ».

La compagnie revendique le respect d’une éthique professionnelle rigoureuse : les entretiens font l’objet de contrat de cession de droits d’auteur, les commanditaires reçoivent un dossier expliquant le déroulement de la collecte et les enquêtés obtiennent des conseils pour se préparer à l’entretien. Chaque entretien coûte en moyenne 10 000$ (environ 7 500€) en incluant le coût de toutes les étapes depuis la recherche préparatoire jusqu’à la réalisation du produit final. 40% du temps utilisé dans ce processus est dédié à la recherche.

Les entretiens ne se concentrent pas que sur les dirigeants, les employés en bas de la hiérarchie d’entreprise ont aussi la parole car les commanditaires reconnaissent souvent que ce sont ces employés qui possèdent la connaissance de terrain. De même qu’est généralement accepté que les personnes qui ont démissionné ou ont été renvoyées aient aussi la parole, de peur que, si elles ne sont pas interviewées, les informations qu’elles ont à transmettre ne se retrouvent dans les médias.

Le plus grand défi qui se pose à The History Factory aujourd’hui vient des nouvelles technologies qui permettent de s’auto-enregistrer : beaucoup des entreprises qui prennent contact demandent en quoi elles ont encore besoin d’historiens alors que leurs employés pourraient réaliser leur propre entretien avec des outils tels que les lunettes Google. L’intervenant répond à cela qu’on ne peut comparer l’utilisation ponctuelle d’un gadget à la mode et la construction méthodique d’un projet de collecte.

Par manque de temps l’intervenant n’a pas pu être interrogé sur la diffusion des entretiens enregistrés et stockés dans les bâtiments de The History Factory. Il reste à comprendre qui, en dehors du commanditaire, pourra avoir accès à ces milliers d’heures de son et de vidéo. Et la question majeure qui se pose est sans doute celle de la nature du travail qui est réalisé : si ce n’est pas tout à fait de l’histoire orale, comme le reconnait l’intervenant, comment qualifier ce type de méthode ?

 

L’histoire des entreprises et du business

L’histoire du monde des affaires en Egypte à l’aide de l’histoire orale : une expérimentation institutionnelle (allocution plénière d’Abdel Aziz EzzelArab, American University of Cairo, Egypte)

L’ Economic and Business History Research Center  a été créé en 2004  à l’initiative de 5 économistes américains et égyptiens, parmi lesquels figure l’intervenant. Ses activités incluent la collecte et l’archivage d’entretiens avec des acteurs de la vie économique du pays, la formation d’étudiants, la publication et l’organisation d’évènements scientifiques. Le centre est soutenu par de nombreuses institutions comme les universités de Harvard, Princeton, ou Washington. Une personne y est actuellement employée de façon permanente.

La collecte d’archives orales est au cœur du projet de création de ce centre, bien qu’aucun des fondateurs n’ait eu une expérience préalable en histoire orale. Ils se sont formés par la suite. Ce besoin de créer de telles sources résulte de l’importance de la censure dans le milieu des affaires égyptien et de l’absence de politique d’archivage à l’université. Ce centre de recherche tente de produire de nouvelles sources pour comprendre les processus de prises de décisions dans le monde des affaires et notamment les politiques de privatisation mises en place en Egypte depuis plusieurs décennies. Les témoins enregistrés sont des anciens ministres ou des personnes qui ont été influentes dans les prises de décisions économiques.

L’analyse des entretiens révèle le poids des dynamiques informelles dans la prise de décision, un phénomène qui explique l’absence de trace des débats ou des décisions dans les médias ou les documents officiels. Par ailleurs ces entretiens mettent en lumière l’écart entre les lois votées et les intentions initiales de leurs promoteurs. Contrairement à  ce qui aurait pu être pensé au vu de l’opacité de ce milieu, les témoins sont enthousiastes à l’idée d’être enregistrés car cette sollicitation leur donne le sentiment que le pays se souvient d’eux. A la suite des entretiens, plusieurs d’entre eux ont commencé à écrire leurs mémoires. Et lorsqu’ils ont été invités à participer à des séminaires pour discuter de leurs entretiens, ils l’ont accepté.

Le centre de recherche utilise deux vecteurs principaux de diffusion des entretiens. La transcription et l’archivage constituent un de ces moyens. Le second vecteur de diffusion prend la forme de séminaires, regroupant des étudiants, des chercheurs et les témoins. L’intervenant remarque que la rencontre a un fort impact sur les étudiants lorsqu’ils entendent d’anciens politiciens faire des erreurs dans la chronologie des faits ou affirmer qu’ils n’ont jamais débattu les décisions politiques qu’ils ont prises. L’opinion des étudiants quant aux preneurs de décision de leur pays s’en trouve bouleversée. Enfin, la cession des droits d’auteur a été demandée pour tous les entretiens afin de permettre que ces nouvelles sources soient étudiées à l’avenir.

 

Histoires invisibles : chansons et récits des emplois perdus de Salford (par Neil Dymond-Green, Working Class Movement Library, R.-U.)

Il s’agit du premier projet de collecte mené par la Working Class Movement Library, qui a porté sur les anciennes usines de cette banlieue de Manchester. L’appel à témoignage a été diffusé au moyen d’affiches dans les bibliothèques municipales et d’annonces dans la presse locale. 24 entretiens ont pour l’instant été recueillis, auprès d’employés de 3 lieux différents : une mine de charbon, une usine de plastiques et une usine de coton.

Pour la valorisation et la diffusion des entretiens, l’équipe du projet s’est inspirée d’un autre projet local mené dans les années 1960 par des chanteurs de la région qui ont enregistré et diffusé à la radio des ballades racontant l’histoire locale. En partenariat avec une des écoles de Salford et des musiciens locaux, l’équipe du projet d’histoire orale est en train de créer de nouvelles chansons utilisant des extraits des entretiens collectés sur fonds de mélodie hip hop. Leur objectif principal est de faire en sorte que ces histoires restent vivantes. Les chansons seront bientôt disponibles sur leur site internet, sur Youtube et Audioboot.

 

L’histoire des institutions politiques et des fonctionnaires

Observer le changement dans une institution traditionnelle : l’histoire orale dans le Sénat américain (par Donald Ritchie, US Senate Historical Office)

Le fort sentiment de continuité propre aux membres du Sénat américain explique leur intérêt pour l’histoire de leur institution. Ce projet d’histoire orale sur l’évolution du Sénat a ainsi débuté en 1966, année où l’intervenant a été embauché comme enquêteur. Les entretiens sont menés lorsque les témoins sont proches de l’âge de la retraite. Outre les sénateurs et d’autres politiciens, le projet entend capter l’évolution de tous les métiers qui permettent de faire fonctionner l’institution.

Malgré leur sentiment de continuité, les sénateurs ont connu de nombreux changements, en raison notamment des avancées technologiques. Ainsi, avant qu’il soit possible de traverser les Etats-Unis en quelques heures en avion, les sénateurs déménageaient systématiquement à Washington avec toute leur famille ; aujourd’hui leurs billets d’avion sont payés par l’Etat fédéral pour qu’ils puissent rentrer chez eux toutes les semaines.

Alors que le nombre d’employés est passé de 1000 dans les années 1960 à plus de 7000 aujourd’hui, plusieurs autres grandes évolutions sont mises en valeur par les entretiens. Afin de permettre que les employés fassent connaissance, l’institution doit organiser des évènements pour les réunir. Le rapport à la technologie est passé d’une forte réticence (notamment pour s’adapter à l’ordinateur dans les années 1980) à une acceptation générale des outils informatiques, qui  sont désormais omniprésents. Enfin, jusqu’aux années 1970 les assistants des sénateurs pouvaient rédiger des projets de lois pour des sénateurs de bords différents ; aujourd’hui les assistants ne peuvent travailler que pour un seul parti.

 

Les politiques racontent des histoires : le projet d’histoire orale du Parlement britannique (par Paul Seaward, Priscilla Pivatto et Emma Peplow, membres du projet History of Parliament, R.-U.)

Cette collecte qui a débuté en 2011 s’insère dans un vaste projet de recherche sur l’institution et ses membres, en cours depuis les années 1960. L’enregistrement de récits de vie de parlementaires vise à saisir le parcours de vie qui a amené des centaines d’hommes et de femmes à siéger au Parlement britannique, à comprendre leur caractère et à recueillir leurs observations des évolutions de l’institution. L’un des enjeux du projet est d’arriver à faire sortir ces anciens politiciens de leurs discours rodés ou souvent répétés.

La collecte est réalisée par une vingtaine d’enquêteurs bénévoles, qui ont été choisis pour leur connaissance de l’histoire ou de la politique britannique. La sélection des parlementaires se fait en fonction de leur origine géographique et de leur appartenance politique, avec l’objectif d’obtenir un corpus d’entretiens équilibré. 60 personnes déjà ont été interviewées et les intervenants projettent de rencontrer une centaine de témoins d’ici à la fin de leur projet.

Les archives orales sont destinées à être déposées au département des archives sonores de la British Library. Pour les prochaines étapes du projet, les responsables envisagent d’élargir l’enquête à l’histoire des circonscriptions, des militants et des bloggeurs impliqués dans la vie politique locale. Le projet vient de recevoir un financement de la part de la Loterie nationale (Heritage Lottery Fund) pour mener cette nouvelle enquête dans une première région, qui servira de test.

 

Les scientifiques au service de l’Etat britannique entre la Deuxième Guerre mondiale et les années 1990 (par Sally Horrocks, University of Leicester, et Tom Lean, National Life Stories, R.-U.)

Ce projet s’inscrit dans le programme de collectes d’entretiens menées depuis 1987 par le département d’histoire orale de la British Library sous le nom de National Life Stories qui entend créer des archives orales couvrant le plus grand nombre possible de thèmes de l’histoire de la société britannique contemporaine.

Le projet présenté lors de cette session porte sur le volet « Made in Britain »  de la collecte sur l’histoire de la science au Royaume-Uni qui a débuté en 2009 grâce au financement de l’association caritative Arcadia Fund. L’objectif de cette collecte sur l’histoire de la science est de regrouper environ 200 témoins, avec lesquels sont menés des entretiens d’une durée 10 à 15 heures chacun.

Le propos des intervenants portait sur les entretiens réalisés auprès de scientifiques entrés au service de l’Etat britannique pendant la Deuxième Guerre mondiale. En 1949, 9 000 scientifiques qualifiés travaillaient dans les ministères.

La plupart avaient été embauchés pendant la guerre. En acceptant de devenir fonctionnaires, ils ont fait le choix de placer leur carrière au service des besoins de la nation, quitte à mettre entre parenthèse leurs ambitions professionnelles. Beaucoup des personnes rencontrées expliquent cette décision par le sentiment d’avoir été sauvés par l’Etat en étant requis loin du front et d’avoir un devoir à accomplir en retour. Cependant plusieurs témoins expliquent qu’ils ont été contraints de ne pas aller sur le front, contre leur volonté, par la menace d’être envoyés en prison s’ils refusaient de devenir fonctionnaires et de rester en Grande-Bretagne.

Le sens du service à la patrie persiste après la guerre : jusqu’aux années 1960, beaucoup de témoins se désignent comme des « soldats scientifiques ». A partir des années 1980, leur opinion sur leur métier change fortement, en raison notamment du contexte politique de tournant libéral initié par le gouvernement de Margaret Thatcher. Ils reçoivent désormais la consigne de faire en sorte que la science devienne rentable. Les passages des entretiens portant sur cette période de leur carrière sont caractérisés par la nostalgie et le ressentiment.

 

L’histoire orale par et sur les universités

Qui sommes-nous ? L’histoire orale de l’Université de Sussex (par Margaretta Jolly, Dorothy Sheridan et Suart Robinson, University of Sussex)

A l’occasion de l’anniversaire des 50 ans de cette université, son Centre for Life History and Life Writing Research a mené un projet d’histoire orale sur l’institution. De 2009 à 2011, 50 entretiens ont été collectés, avec un financement de £18 000 (environ 21 100 €) apporté par l’université.

Les entretiens ont tous été accompagnés de la réalisation d’un portrait du témoin sur le campus universitaire. Comme l’expliquait le photographe de l’établissement, qui s’est lui aussi retrouvé interviewé sur sa longue carrière dans l’institution, il a laissé  le choix du cadre de la photo à chaque personne pour qu’elle représente un lieu fortement associé à sa mémoire des années passées dans l’université.

De nombreux enseignants-chercheurs ont été sollicités, et parmi eux une des intervenantes, le professeur Sheridan, qui fut enseignante en sociologie puis directrice du Mass Observation Archive jusqu’à sa récente retraite. Elle nous a livré ses réflexions sur l’expérience d’être interviewée pour la première fois après avoir mené de nombreuses enquêtes au cours de sa carrière. Elle a admis avoir eu peur que ses propos soient inadéquats pour un projet mené dans le cadre de la célébration d’un anniversaire. Par ailleurs, l’expérience l’a fait réfléchir sur l’effort de présenter un visage serein et un récit de vie avec lequel on est à l’aise. La notion qu’elle a utilisée (celle de « composure ») renvoie au besoin de négocier avec soi-même pour livrer une narration qui nous satisfasse et qui soit acceptable à entendre pour l’autre. Enfin, elle a reconnu que l’histoire de vie qu’elle a racontée pour ce projet aurait sûrement été très différente si elle avait été interviewée à une autre étape de son parcours.

.

Le Centre for Popular Memory : dilemmes institutionnels pour l’histoire orale dans le contexte académique (par Sean Field, University of Cape Town, Afrique du Sud)

Le professeur Sean Field nous a proposé une réflexion sur les 10 dernières années d’existence du Centre for Popular Memory, dont il a été le directeur de 2001 à 2012. Ce centre de recherche en histoire orale a été créé pour prendre le relais du Western Cape Oral History Project qui avait commencé son activité en 1985. Son équipe a réalisé de nombreux projets de collecte d’entretiens, des expositions, des documentaires radio, des publications scientifiques.

Dans les années 2000, soit la phase de réconciliation nationale qui faisait suite à l’apartheid, l’histoire orale a connu dans tout le pays un essor et a bénéficié de financements importants avec une demande accrue de formation en technique de collecte pour la société civile, notamment pour les enseignants du secondaire, les personnels des ONG et les responsables de centres communautaires. L’université qui abrite ce centre de recherche a encouragé l’équipe à se concentrer sur la formation, la diffusion auprès du grand public et l’archivage.

Si entre 2001 et 2005 l’université a soutenu et financé les activités de diffusion des méthodes et résultats de l’histoire orale, à partir de 2006 le centre de recherche s’est retrouvé pris en contradiction entre les demandes de formation au niveau local (l’histoire orale est devenue obligatoire dans les écoles de la région) et les exigences pour la recherche au niveau national (seule la recherche en sciences dites « dures » est financée). En outre, au niveau institutionnel, la pression exercée par l’université abritant le centre de recherche oblige l’équipe à publier pour obtenir des financements supplémentaires. L’Université de Cape Town étant la seule université africaine présente dans le classement international qui désigne chaque année les 100 meilleures universités, l’institution exige que les équipes de recherche se concentrent sur la publication, au lieu de la diffusion et des partenariats avec la société civile. Aujourd’hui le Centre for Popular Memory ne fonctionne qu’avec deux personnes permanentes, dont une est à mi-temps.

Suite à cette présentation il était intéressant de réfléchir au fait que l’histoire orale a pour principal objet la production de sources audio-visuelles, qui ne peuvent seulement être analysées dans un second temps et faire l’objet d’une production écrite. A moins de changer en profondeur la nature et la méthode de l’histoire orale, le problème que pose la réponse aux exigences de publications référencées n’est-il pas sans solution? Est-il possible de concilier le caractère chronophage de la constitution et du traitement de corpus d’archives orales avec cette exigence institutionnelle, sans avoir pour cela de moyens supplémentaires en ressources humaines ?

Cette situation problématique est observée par beaucoup de professionnels présents à cette séance du colloque: l’université valorise les partenariats que peuvent susciter des projets d’histoire orale avec la société civile mais elle ne donne pas les moyens financiers pour assurer le travail de recherche nécessaire à la réalisation et à la diffusion de ces projets.

La revue publiée par l’Oral History Society (Oral History Journal, une des principales revues européennes dans le domaine) pâti aussi du système international de classement universitaire: bien qu’accessible sur la plateforme JStor, cette revue n’est pas référencée et le comité de rédaction ne reçoit pas suffisamment d’articles à évaluer.

.

Pour plus d’informations sur ce colloque, il est possible de consulter le programme et les résumés des papiers présentés.

  1. Historienne orale exerçant en France après une formation au Royaume-Uni, je suis cheffe de projet d’une collecte d’archives multimédia à l’Association pour l’histoire des chemins de fer. []
  2. Secrétaire scientifique de l’Association pour l’histoire des chemins de fer et spécialiste du patrimoine industriel. []
  3. Président de l’association Anachronique Symposium Committee et responsable du patrimoine pour le Réseau Empreintes de Haute-Savoie. []
  4. Je remercie Marie-Noëlle Polino et Arthur Mettetal pour leur relecture de ce texte. []

Compte rendu de la 16e Conférence de la Société internationale d’histoire orale (IOHA) à Prague, du 7 au 11 Juillet 2010

Après un master recherche en histoire où j’exploitais des entretiens1, j’ai voulu assister à la conférence de l’IHOA , une conférence essentielle pour faire le point sur les travaux actuels dans le domaine qui a lieu tous les deux ans. Durant cinq riches journées, plusieurs centaines de personnes venues du monde entier se sont réunies pour participer à cette seizième Conférence de la Société internationale d’histoire orale. Pour la première fois depuis la création de l’Association, il y a trente-deux ans, la Conférence avait lieu dans un pays de l’ex-Union soviétique et il n’y avait jamais eu autant de participants (environ quatre cents rien que pour les orateurs). L’anglais et l’espagnol étaient les langues d’échange, avec traduction simultanée des exposés dans trois des neuf salles. Seuls cinq Français figuraient parmi les conférenciers.

La plupart des textes présentés étaient centrés sur la production, l’utilisation et la diffusion des sources orales appliquées au récit historique. La grande diversité des textes proposés pourrait s’expliquer du fait des multiples secteurs professionnels d’où venaient les conférenciers (tout comme le public) : université, recherche, éducation, associations, médias, documentation. Le thème très large de la conférence favorisait sans doute cette diversité Entre passé et futur : histoire orale, mémoire et signification. Ce thème était lui-même divisé en quatorze sous-thèmes. L’abondance des présentations réparties sur les cent huit séminaires a empêché, pour celles au moins auxquelles j’ai pu assister – un cinquième, puisqu’il fallait bien choisir !- de consacrer plus de temps aux débats. Néanmoins, le grand nombre de sujet abordés offre un aperçu des tendances actuelles de l’histoire orale à travers le monde, ne serait-ce qu’à l’échelle de cette Association. Il m’a semblé notamment intéressant de saisir à cette occasion la multiplicité des projets élaborés et l’état de la réflexion autour de l’histoire orale.

Des diverses façons d’utiliser les sources orales

A partir des treize panels auxquels j’ai assisté, et ceux dont j’ai eu écho à travers des discussions et les interventions des membres de l’auditoire, se dessinent trois types de projets en histoire orale. Ceux-ci ne sont pas exclusifs les uns des autres et chaque institution, porteur de projet ou période historique peut se retrouver dans un ou plusieurs d’entre eux.

1/ Des études longues, lancées par des universitaires ou archivistes, sur une histoire dépassionnée et distanciée. Les sources orales sont utilisées ici conjointement avec d’autres sources, pour enrichir la documentation historique. Ces études s’accompagnent d’une réflexion épistémologique ainsi que d’un questionnement sur la période abordée et sur le corpus lui-même (utilisation, conservation, valorisation). En voici deux exemples :

Martina Gugglberger (doctorante autrichienne) a présenté les résultats de sa thèse sur l’histoire d’une congrégation de nones catholiques installée en Afrique du Sud depuis les années 1930. Elle utilise pour son travail les méthodes d’observation participante et de récits de vie. Elle nous a fait part des réactions des personnes interviewées à qui elle avait envoyé sa thèse achevée : celles-ci lui ont par exemple demandé son avis sur l’avenir de la communauté religieuse. Cette démarche a permis d’aborder la question de changement de posture du chercheur dans un travail qui se veut distancié.

Luciana Heymann (conservatrice au Centre de recherche sur l’histoire contemporaine à Rio de Janeiro) a exposé ses réflexions sur les campagnes de collecte d’archives orales au Brésil depuis les années 1970. Elle observe notamment l’impact des financements privés: ils réduisent la durée des projets ainsi que la longueur et la profondeur des interviews collectées. Elle souligne un des risques suscités par l’accès illimité aux archives en ligne : les interviews peuvent être écoutées sans lien avec la description de leur contexte historique et de leur cadre d’enregistrement.

2/ Des projets destinés à un public large et non-spécialiste en histoire, menés par des professionnels en contact direct avec celui-ci, tels qu’enseignants, membres d’associations, artistes, journalistes, conservateurs, etc. Ces programmes portent sur des sujets en résonance avec l’actualité publique, comme le racisme, les genres, les rapports interculturels et intergénérationnels, etc. Le recours aux sources orales vise à donner un espace d’expression au public pour faire part de son expérience singulière et collective. Dans ce type de projet le public lui-même est encouragé à devenir acteur participant.

– Ainsi, Marc Cave (conservateur dans un centre d’histoire de la Nouvelle Orléans) a présenté la collecte de plusieurs centaines d’interviews peu après le passage de l’ouragan Katrina en 2005. Il a évoqué les difficultés de mettre en confiance les personnes interviewées alors que celles-ci étaient assaillies par les médias. Le projet a permis l’expression de récits occultés que les journalistes avaient ignoré du fait d’une demande générale d’informations résolument positives dans le contexte de reconstruction de la ville à ce moment là.

Paul Ashton (historien à l’Université de Technologie de Sydney) a décrit comment une association l’avait contacté afin de réaliser une exposition sur la communauté italienne de Sydney, installée depuis les années 1890 et spécialisée dans le commerce maraîcher. L’exposition a eu lieu dans un bâtiment public de la mairie ; l’objectif était de décrire la vie quotidienne des familles vivant de ce petit commerce.

3/ Des projets réalisés en vue d’enrichir la documentation sur diverses périodes historiques à vif, souvent violentes, dont les témoins directs sont restés longtemps silencieux. Plusieurs projets présentés lors ces cinq journées, ont porté sur l’histoire du XXeme siècle en Amérique Latine et dans les pays issus du Bloc soviétique. L’histoire orale parait un outil performant pour narrer et construire cette histoire. Des universitaires tout comme des journalistes, des enseignants, ou des membres d’associations ont recours à cet outil. Ainsi :

– Les projets de Zeila de B. F. Departini et Nancy A. Magalhaes (professeurs à l’Université de Brasilia-UnB) ont porté sur les migrations croisées entre le Brésil, l’Angola et le Portugal des années 1970 à 2000, dans des contextes troublés de dictatures et de guerres d’indépendance. Les premières générations de migrants ont jusqu’ici gardé le silence sur ce qu’ils avaient vécu en ces temps là.

– Lucie Böhmovà (étudiante et enseignante dans une école tchèque) a détaillé les différentes manières qu’elle avait d’utiliser l’histoire orale auprès de ses élèves, dans le cadre du programme d’étude de la période communiste. Cette approche est essentielle, pour des jeunes qui n’entendent plus parler de cette période. Elle invite les enfants (âgés de 6 à 15 ans) à interviewer les membres de leur famille puis à analyser les liens entre l’histoire familiale et l’histoire du pays, en les encourageant à noter les « mythes familiaux » en décalage ou en résonance avec le récit national.

Quelques éléments de réflexion sur l’évolution de l’histoire orale

Au niveau théorique et épistémologique, cette Conférence n’ambitionnait pas, me semble-t-il, une réflexion critique sur l’histoire orale. Cela pourrait être du à l’abondance et la variété des sujets abordés. J’ai toutefois relevé plusieurs questions d’ordre méthodologique et théorique soulevées lors de quelques débats et d’un panel le dernier jour. Ceux-ci offraient une riche matière à réflexion sur l’évolution de l’histoire orale.

1/Le développement rapide des nouvelles technologies et de leur accès reste une source de problèmes pour les chercheurs, archivistes et autres éditeurs de journaux en ligne. La question de la mise en ligne des interviews et du type d’accès est centrale. Le problème pointé par les intervenants concerne la protection des témoins, ainsi que celle des enquêteurs face au risque d’utilisation malveillante d’extraits d’interviews particulièrement. Dans l’un des groupes de réflexion, Michael Frisch (professeur à l’université de Buffalo, New York) a cependant rappelé que la réflexion épistémologique ne devait pas se borner aux questions relevant de l’évolution technologique: l’accès illimité aux sources n’est peut-être pas le seul enjeu aujourd’hui, ne serait-ce que par le nombre – somme toute limité- de personnes dans le public que cela concernerait. Marc Cave, quant à lui, a souligné que dans son projet sur l’après-Katrina à la Nouvelle-Orléans les interviews avaient été recueillies pour être archivées et servir à une future recherche sur la catastrophe. Ces témoignages n’étaient pas destinés à être accessibles en ligne, ce qui a rassuré les témoins lorsqu’ils ont été approchés par les enquêteurs et les a convaincu qu’ils n’avaient pas à faire à des journalistes.

On s’est également interrogé sur le phénomène culturel, relativement récent, d’ «auto-narration » et  « auto-publication », qui sont facilitées et encouragées par les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux du Web 2.0 et la mode des reality-shows entre autres. Il s’agit de comprendre si ces pratiques modifient l’action de témoignage, leur contenu et le rapport aux enquêteurs.

2/ Le dernier panel auquel j’ai assisté, qui s’intitulat « L’histoire orale a-t-elle perdu son aspect radical ? », a été le plus riche en termes de réflexion critique. Il a notamment réuni Alessandro Portelli (professeur de littérature américaine à l’Université de Rome et un des moteurs de la réflexion en histoire orale depuis les années 1990 ) et Sean Field (professeur et directeur du Centre de la Mémoire Populaire à l’Université du Cap ). Ils ont rappelé et poursuivi avec l’audience un questionnement initié par Alessandro Portelli au cours d’un séminaire tenu en 2008 et dont on peut retrouver une courte présentation sur le Forum de l’IOHA. En voici les principales idées échangées.

La réflexion des praticiens de l’histoire orale se fait essentiellement en dehors du monde académique. En effet si l’usage des sources orales en histoire semble de plus en plus « légitime», les chercheurs doivent toujours justifier lorsqu’ils y ont recours, comme j’ai pu l’entendre à plusieurs reprises lors de Conférence. La critique théorique viendrait plutôt de la société civile, des associations et organisations qui se saisissent de cet outil. Un des dilemmes est alors l’antagonisme de ces deux espaces –monde académique et société civile- qui sont relativement étanches l’un à l’autre. Alessandro Portelli soulignait cependant qu’il ne s’agit pas de choisir entre l’un ou l’autre monde ni approche, mais que l’historien a le devoir d’être entre les deux : participer à l’élaboration d’une histoire critique et, conjointement, à la construction d’une feel-good history (ce concept pourrait être défini comme étant une « histoire engagée et réparatrice »).

Le rapport au temps dans l’élaboration d’entretiens constitue une autre voie de réflexion développée lors de ce panel. Au cours d’un rapide bilan historiographique de la situation en Afrique du Sud, Sean Field a ainsi montré comment l’histoire orale s’est jusqu’ici concentrée sur le passé dans une sorte de course à la sauvegarde et à la patrimonialisation. Il propose de se pencher davantage sur le présent. Il en donne pour exemple un projet que son département de recherche réalise en partenariat avec une association sud-africaine: à partir d’histoires de vie, ils travaillent à enrichir la documentation sur les processus de transmission du VIH et sur l’expérience vécue des traitements par les personnes séropositives. A un autre niveau, Alessandro Portelli nous a rappelé que les sources orales induisent un bouleversent de la périodisation historique : elles permettent d’étudier les parcours des individus au delà du temps long et au-delà des dates dites clés dans l’histoire collective.

Enfin, le rapport entre les historiens et le pouvoir établi constitue un des importants axes de réflexion évoqués lors de cette séance. Une tendance commune se dessine dans plusieurs pays : celle d’un alignement des projets d’histoire orale sur certaines versions du récit national. Sean Field estime ainsi que l’histoire orale en Afrique du Sud se rapproche d’une version officielle de l’histoire du pays,ce qui, du coup, l’y enferme. Sherna B. Gluck (directrice du Programme d’histoire orale à l’Université d’Etat de Californie) s’interroge sur l’impact des financements de projets sur l’orientation des projets d’histoire orale. Ainsi, le cas du Royaume-Uni est révélateur, puisque la plupart des projets sur le patrimoine développés par des institutions culturelles ou des associations voir même des universités, sont presque tous financés par un même organisme : le Heritage Lottery Fund. Cet organisme national réserve depuis les années 90 un tiers de l’argent qui provient de l’achat des tickets de la loterie nationale à des programmes de conservation et valorisation du patrimoine britannique, notamment le patrimoine immatériel. Il y aurait un risque d’homogénéisation des projets.

Au cours de la séance, les participants ont soulevé la question du positionnement de l’histoire orale vis-à-vis du pouvoir en place en général. S’agit-il de le soutenir, de converser avec , de l’étudier, de le critiquer ou de s’y opposer? Pour ce qui est de l’histoire sociale, l’historien spécialiste d’histoire orale doit-il se cantonner à l’étude de chacune des communautés ou bien doit-il tenter de susciter un dialogue entre elles ?

Ces éléments de réflexion sur l’évolution de l’usage de l’histoire orale renvoient à des questions épistémologiques fondamentales, communes aux chercheurs en histoire orale et à la recherche en sciences humaines. L’entretien avec des témoins directs et l’analyse de documents audiovisuels font partie des méthodes auxquelles ont recours les historiens pour étudier les phénomènes du temps présent ou du temps proche; cependant la difficulté demeure de pouvoir garder un regard le plus objectif possible avec aussi peu de distance. Tout chercheur est concerné par la dialectique entre objectivité et subjectivité dès lors qu’il a recours à des méthodes impliquant le face à face avec un témoin. La dimension singulière des témoignages, recueillis dans l’après-coup, enrichit la problématique et ouvre en même temps à de nouvelles questions. L’une de ces questions concerne l’engagement du chercheur et le choix de ses objets d’études; elle touche à son rapport au pouvoir, et à l’impact de son travail sur la société dans laquelle il vit.

Enfin, pour un compte-rendu plus large de la Conférence, on peut se reporter à l’article d’Alexander Freund de l’Université de Winnipeg sur le Oral history Forum d’Histoire orale. L’inscription est gratuite.

Crédits photographiques : Myriam Fellous-Sigrist. Université Charles, discours d’accueil: au centre, Pilar Domínguez, avec à sa droite, Alexander von Plato et à sa gauche, Miroslav Vanek; puis travail collectif en panel avec, de gauche à droite, Sean Field, Sherna B. Gluck, Alessandro Portelli et Alexander Freund. Juillet 2010.

  1. Master Life History Research, London Metropolitan University, Londres []