Tous les articles par Véronique Ginouvès

Du plan de gestion à la dissémination, la citation et le réusage des données, 29 octobre 2020

Séminaire interlaboratoires de la MMSH
« Archives de la recherche »
Du plan de gestion à la dissémination,
la citation et le réusage des données
29 octobre 2020
Inscription obligatoire1

Programme

9h – Le plan de gestion de données, un outil pour l’archivage scientifiquePrésentation de Sarah Cadorel, Inalco, Chargée de mission archives (présentiel)

Mis en place depuis 2014 dans le cadre de financements européens, le plan de gestion de données (PGD) est présenté comme un élément central de la mise en oeuvre du Plan national pour la Science ouverte, notamment pour les projets financés par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Souvent vu comme une contrainte administrative de plus, venant alourdir les dossiers de demandes de financements, il représente néanmoins un précieux outil de gouvernance. Il permet en effet une vision globale des opérations de gestion des données tout au long de leur cycle de vie et doit permettre d’articuler les rôles de chaque acteur : producteur de données, financeur, éditeur, conservateur des données, garant juridique, tutelle, etc. Du point de vue de l’archivage, la mise en place de ces plans incite à anticiper la conservation des données puisque six mois après le début du projet, cette question y est abordée. Cela représente un changement important dans la posture adoptée pour la préservation, désormais active et non plus seulement en attente d’un état résiduel qui serait seulement “ce qu’il reste quelques années plus tard”. En outre, l’importance accordée à la Science ouverte depuis 2018 confère à ces plans de gestion de données une valeur hautement politique pour les établissements. Ces différents questionnements, liés à l’utilisation des DMP pour la mise en place d’une politique d’archivage scientifique dans les établissements, sont l’objet de cette intervention.

11h – Les outils de la TGIR Huma-Num pour la dissémination et la citation des données de la recherchePrésentation d’Hélène Jouguet, chargée des systèmes d’information documentaire, TGIR Huma-Num, IE CNRS (distanciel)

Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales ouverte à l’ensemble des programmes de recherche de l’enseignement supérieur et de la recherche (UMR, UMS, EA, etc.). Elle développe en particulier un dispositif technologique permettant le traitement, la conservation, l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche s’appuyant sur des services numériques dédiés, une plateforme d’accès unifié (ISIDORE) et une procédure d’archivage à long terme. Dans cette intervention, Hélène Jouguet présentera spécifiquement les outils mis en œuvre par la TGIR pour offrir un environnement unifié d’accès aux données et de leur citation à travers le moteur académique Isidore, facilitant ainsi leur réusage à travers plusieurs points d’accès. À travers cette démonstration, l’intervention sera également l’occasion de rappeler la nécessité de suivre les principes du FAIR pour la diffusion des données de la recherche [https://www.ouvrirlascience.fr/fair-principles] et leur réusage.

Les deux interventions de 45 minutes, introduites par Emmanuelle Chapron (UMR TELEMMe) et Véronique Ginouvès (USR3125), seront suivies de discussions avec les participants.

Le séminaire interlaboratoires de la MMSH  « Archives de la recherche » est coordonné par Emmanuelle Chapron et Véronique Ginouvès. La prochaine séance se tiendra le 3 décembre et portera sur la question des thèses dans les bibliothèques de recherche : entre littérature grise et données de la recherche, sous la présidence d’Isabelle Gras (SCD AMU).

 

Continuer la lecture de Du plan de gestion à la dissémination, la citation et le réusage des données, 29 octobre 2020

  1. L’inscription se fait par courriel auprès de veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr []

Apprendre à gérer les données de la recherche : nouveau diplôme à l’université de Montpellier

Face aux nouveaux enjeux scientifiques et règlementaires de Science ouverte, les chercheurs, ingénieurs, doctorants doivent aujourd’hui maîtriser les méthodes, concepts et outils liés aux nouvelles pratiques de gestion des données de la recherche. Dans cet objectif, un nouveau diplôme universitaire vient d’être créé à  lUniversité de Montpellier pour apprendre à gérer les données de la recherche sous le titre « Gestion des données de la science – Scientific Data Management ». De nombreux aspects seront abordés par des intervenants issus d’environnements multiples. Après ce diplôme vous saurez tout sur les enjeux de la science ouverte, l’informatique appliquée à la gestion des données, ingénierie de projets, le droit de la propriété intellectuelle et du numérique, les enjeux éthiques et juridiques, la problématique de l’anonymisaiton des données,  le content et data mining, les plans de gestion de données, intégrité scientifique, stockage, entrepôt et partage de données, l’open access,… et bien d’autres choses encore nécessaires à la gestion des données de la recherche.

Continuer la lecture de Apprendre à gérer les données de la recherche : nouveau diplôme à l’université de Montpellier

365 jours dans une geôle de Teheran ça suffit #FreeFariba !

Fariba Adelkhah (CERI-SciencesPo/CNRS) est détenue depuis un an ce 5 juin vient d’être condamnée à six ans de prison, e-Manifestez pour sa libération !

Cliquez sur la vidéo ci-dessus offerte par le plasticien Stéphane Tretz et faites circuler le lien pour son soutien.

Lire à propos de l’incarcération de Fariba Adelkhah

« Pourquoi le combat de Fariba Adelkhah est le combat de tous » par Béatrice Hibou, The conversation, 5 juin 2020 :  https://theconversation.com/pourquoi-le-combat-de-fariba-adelkhah-est-le-combat-de-tous-139892

Roland Marchal  avait également été incarcéré le 5 mars 2019 dans la prison d’Evin, à Téhéran. Il a été libéré le 20 mars dernier après avoir fait l’objet d’un échange avec un ingénieur des Gardiens de la Révolution arrêté en France sur un mandat d’arrêt international émis par les Etats-Unis. Dans une tribune du Monde publiée aujourd’hui il appelle à ne pas oublier les universitaires étrangers incarcérés en Iran, et notamment sa collègue franco-iranienne Fariba Adelkhah.

Suivre le carnet en soutien à sa libération :  https://faribaroland.hypotheses.org

 

مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

منذ عام 2017 ، شاركت المكتبة الصوتية  MMSH في مشروع جماعي للتاريخ الشفهي بقيادة المعهد الفرنسي في الأردن  IFJ ، والمعهد الفرنسي للشرق الأدنى IFPO ومعهد جوته في عمان ، بدعم من الصندوق الفرنسي الألماني.

بالإضافة إلى التبادلات (بالفيديو) بين الفرق المنظمة وتنظيم أرشفة البيانات التي تم جمعها ، تم تقديم دورتين تدريبيتين داخل دائرة المكتبة الوطنية الأردنية في عمان ، حول مسألة التاريخ الشفوي و أرشفته.

من خلال المناقشات بين المؤرخات و المؤرخين ، أمناء المكتبات وأمناء المحفوظات ،المترجمات والمترجمين أو المهتمين بالمشروع ، أدركنا أنه كان من الصعب للغاية فهم بعضهم البعض بين المتحدثين باللغات الفرنسية والإنجليزية والعربية.

ثم شكلنا بشكل جماعي وتعاوني معجمًا نقدمه هنا. نرحب بالقارئ (من خلال التعليقات) لإضافة أي مصطلحات يعتقد أنها مفيدة حتى نتمكن من تحديث هذا العمل الذي لا يزال قيد التقدم.

Depuis 2017  la phonothèque de la MMSH participe à un projet collectif d’histoire orale mené conjointement par l’Institut français en Jordanie (IFJ), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et le Goethe Institut d’Amman, avec le soutien du Fonds franco-allemand. Outre les échanges (par visio) entre les équipes organisatrices et l’organisation de l’archivage des données collectées, deux formations ont été dispensées au sein du département de la bibliothèque nationale de Jordanie à Amman sur la question de l’histoire orale et de son archivage. Au fil des discussions entre historien.ne.s, bibliothécaires, archivistes, traducteur.trices ou curieux.ses intéressé.e.s par le projet, nous nous sommes rendu compte qu’il était extrêmement compliqué de se comprendre entre locuteurs des langues française, anglaise et arabe. Nous avons alors constitué de façon collective et collaborative un lexique que nous présentons ici. Le lecteur est bienvenu (à travers les commentaires) pour ajouter les termes qui lui sembleront utiles pour que nous puissions mettre à jour ce travail qui est toujours en cours.

Since 2017 the MMSH Sound Archive Center has been participating in a collective oral history project conducted by the French Institute in Jordan (IFJ), the French Institute of the Near East (Ifpo) and the Goethe Institute in Amman, with the support of the Franco-German Fund. In addition to the (visio) meetings between the organizing teams and archiving of the data, two training sessions were organized at the department of the National Library of Jordan in Amman. Through these discussions between historians, librarians, archivists, translators and people interested in the project, we realized that it was extremely difficult to understand each other through French, English and Arabic. We have therefore collectively and collaboratively settled together a lexicon that we present here. The reader is welcome to add terms that he or she finds useful and send them to us (through the comments) in order to update this work, which is still in progress.

مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

Continuer la lecture de مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

Michel Seurat dans ses archives

Un des atouts de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence est de faciliter les rencontres scientifiques : l’histoire du traitement du fonds Michel Seurat fait partie de ces concours de circonstances heureux qu’elle a pu faire naître. En 2009, l’anthropologue Franck Mermier, alors directeur du Département des études contemporaines de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) participe au jury d’une thèse qui se tient à la MMSH1. À cette occasion, il découvre les travaux de la phonothèque et fait aussitôt le lien avec une sacoche en cuir, rangée sur une étagère de son bureau à Beyrouth. Il l’a déjà plusieurs fois examinée sans vraiment savoir ce qui pourrait en être fait car elle contient principalement des minicassettes et des cassettes audios. Or les services de l’Ifpo ne disposent pas de lecteurs pour les écouter ni de moyens de les transférer sur un autre support. Rien de précis n’est indiqué mais le nom de « Michel Seurat » et l’adresse du Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Cermoc) sont inscrits en destinataire d’enveloppes postales. Il suppose donc qu’il s’agit de documents ayant appartenu au chercheur Michel Seurat, réunis par celui-ci entre 1979 – début de son rattachement au Cermoc désormais partie intégrante de l’Ifpo – et le 22 mai 1985, date de son enlèvement par l’organisation du Jihad islamique. Il ne sait pas ce que ces documents contiennent mais cela lui semble essentiel de les déposer dans un centre d’archives ; après sa visite aixoise, il se tourne vers la phonothèque de la MMSH. Continuer la lecture de Michel Seurat dans ses archives

  1. Il s’agissait de la thèse de Véronique Bontemps, Naplouse, le savon et la ville : patrimoine familial, travail ouvrier et mémoire au quotidien, sous la direction de Jean-Charles Depaule, http://theses.fr/2009AIX10062 []

300 days of detention for Fariba Adelkhah – 300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche d’Europe et d’ailleurs, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération. Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle !

fariba

Fariba is in danger. We must act urgently for her!

We’ve been in lockdown for 20 days. Fariba Adelkhah, a researcher at the International Research Centre of Sciences Po Paris, has been in prison for 300 days in Iran. By posting her face on the websites of academic institutions and research teams in Europe and elsewhere, we want to show the support of the scientific community and urge the French government to do everything possible to secure her release.

Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Photographie à la une prise sur le site du comité de soutien de Fraiba Adelkhah et photogrpahie dans le billet réalisée par Stéphanie Samper. Diffusées avec leurs aimables autorisations.

Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

À l’heure où la communauté scientifique souhaite rendre les données plus accessibles1, le Bulletin de l’AFAS. Sonorités entreprend de faciliter la mise à disposition des archives sonores enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales, leur citation et leur réusage, en publiant des instruments de recherche sous un format de « numéro spécial  »2. Le premier des numéros porte sur un fonds demeuré inédit pendant plus de 40 ans à la suite de l’arrivée d’une guerre civile, celle du Liban en 1975. Continuer la lecture de Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

  1. Ce billet et une forme de reprise de l’éditorial de l’édition papier du fonds Métral, parue en 2019, librement accessible en ligne sur le site de l’AFAS et dont les exemplaires papier sont en vente sur la librairie électronique I6DOC.  Au moment où l’Europe est au coeur de la pandémie du COVID19 et que la population est confinée, l’AFAS a choisi de mettre en ligne librement le PDF du numéro spécial de la revue comme de nombreux autres éditeurs d’ouvrage et de revues. L’éditorial, rédigé en décembre 2019, fait lui allusion à la Feuille de route pour la science ouverte du CNRS, 18 novembre 2019 : http:// www.cnrs.fr/sites/default/ files/press_info/2019-11/ Plaquette_ScienceOuverte.pdf []
  2. Merci à Arnaud Chabrol, responsable de Diacrite édition, de son travail éditorial. Cet instrument de recherche a pu être publié grâce au soutien de la MMSH et du consortium des ethnologues (TGIR Huma-num). Ajoutons que la rétroconversion du traitement archivistique sur Calames a été financé en partie par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche – ABES. []

Livre blanc : Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans : états des lieux et perspectives »

Le livre blanc Vers une science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France a été présenté le 26 février 2020 dans l’auditorium de la Bulac (Paris 13e). Ce livre blanc, rédigé dans le cadre du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans, a été pensé comme un état des lieux, assorti de propositions destinées à consolider la transition numérique et à garantir la visibilité et la compétitivité de la recherche française sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France et à l’international à l’heure de la science ouverte.

Continuer la lecture de Livre blanc : Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans : états des lieux et perspectives »

Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

Lauréat de l’appel à projets Données et Sciences ouvertes, le projet de recherche ANTHROPEN « Les frontières des données anthropologiques »1, porté par le LESC et financé par l’ANR, organise le mardi 3 mars 2020 une journée d’étude sur le thème Les données anthropologiques en partage à l’Université Paris Nanterre, qui traitera des problématiques d’ouverture et de partage des données produites et utilisées par les anthropologues et ethnomusicologues.

Programme Continuer la lecture de Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

  1. Appel Flash « science ouverte : pratiques de recherche et données ouvertes » []

Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

Mise à jour du billet du 27 février 2020, le 25 mars 2020 :   Suite à la situation pandémique du COVID19, l’EHESS choisit placer en libre accès une partie de ses éditions. Les usagers des bibliothèques et institutions qui proposent l’offre OpenEdition Freemium for Books peuvent désormais lire en ligne l’ouvrage de Florence Descamps : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel (formats HTML, PDF et ePub).

La chose est bien connue maintenant. Dans l’historiographie française, la source orale s’est vue disqualifiée à la fin du XIXème siècle par les pères fondateurs de la première école historique française.

C’est par ces mots1 que débute le récit du long apprivoisement de l’histoire orale en France, qui se termine – comme un happy end – par une peinture d’une histoire orale à la française enfin reconnue : celle qui donne à entendre des corpus oraux où histoire, mémoire et patrimoine cohabitent. Un récit haletant, qui ne craint pas de relater les obstacles et l’adversité vécue par les historiennes et les historiens qui ont cru à cette discipline et à la force de la parole en histoire. Sous nos yeux défilent les portraits de celles et ceux qui ont jalonné cette histoire, même fugacement, et à travers les différentes phases de cette reconnaissance disciplinaire, ont permis la légitimation de cette source. On y retrouve ainsi Philippe Joutard2 et Jean-Claude Bouvier3, les deux fondateurs de la phonothèque de la MMSH, les grandes enquêtes Continuer la lecture de Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

  1. p. 31 []
  2. La figure de Philippe Joutard, historien moderniste, qui a lancé en 1979 dans la revue L’histoire l’injonction « Historiens à vos micros », est invoquée à plusieurs reprises dans l’ouvrage, notons en particulier les pages 56 et 124 []
  3. Ethnodialectologue, Jean-Claude Bouvier  a dirigé plusieurs thèses de chercheur.e.s qui ont constitué de vaste corpus sonores comme Jean-Noël Pelen, cité également dans l’ouvrage, Pierre Chabert ou Nicole Coulomb ; voir en particulier page 55. []