Tous les articles par Maryasha Barbé

Journée Visual Studies : Projection du film « Looted and Hidden – Palestinian Archives in Israel », le 28 septembre à la MMSH

Pour la cinquième année consécutive et dans le cadre du Master Histoire parcours métier des archives et des bibliothèques, médiation de l’Histoire et humanités numériques, un Atelier professionnel Visual Studies est organisé le 28 septembre 2020 conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée à la MMSH sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation ». Continuer la lecture de Journée Visual Studies : Projection du film « Looted and Hidden – Palestinian Archives in Israel », le 28 septembre à la MMSH

Atelier professionnel : Partager les archives et les livres, le 28 septembre 2020 à la MMSH

Pour la cinquième année consécutive et dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, un Atelier professionnel Visual Studies est organisé le 28 septembre 2020 conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée à la MMSH sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation ».
 

En raison de l’épidémie de Covid-19, le port du masque dans l’enceinte de la MMSH (y compris les espaces extérieurs) est obligatoire, ainsi que l’inscription préalable à l’atelier*.

Continuer la lecture de Atelier professionnel : Partager les archives et les livres, le 28 septembre 2020 à la MMSH

Sur les traces de Charles de Foucauld

Il suffit de feuilleter la thèse de Marceau Gast pour mesurer l’influence de Charles de Foucault (1858-1916), explorateur, religieux catholique et spécialiste de la culture touarègue, sur ses recherches dans le sud du Sahara1. Marceau Gast en a même traduit et édité plusieurs textes dans l’ouvrage Textes touaregs en prose, illustrés de quelques-unes de ses propres photographies2.

En partant à la découverte du Sahara où il est nommé instituteur dans les années 1950-1960, Marceau Gast se rend sur les traces de Charles de Foucauld. Il entre comme stagiaire au CNRS en 1960 et retourne sur les collines qu’il a connu comme instituteur nomade. Il capture de son objectif les lieux qui conservent son souvenir. Ses photographies sont plus qu’une simple archive, elles rendent compte de la sensibilité, de l’œil du photographe qu’était Marceau Gast. Ainsi, sur le plateau de l’Assekrem, lorsqu’il visite l’ermitage du père au lever du soleil. 

Medihal-02632991, Fonds Marceau Gast – Territoire de l’Ahaggar – L’ermitage de Charles de Foucault avec vue du plateau de l’Assekrem au lever du soleil 

A Tamanrasset, Marceau immortalise le bordj, auquel est toujours attaché le nom du père de Foucauld. Le mot bordj désigne une tour, ou un petit fort en arabe dialectal et classique. C’est devant la porte de l’édifice construit aux alentours de 1905 que Charles de Foucauld aurait trouvé la mort3. Du temps de Marceau Gast, le bordj sert de bureaux aux officiers en poste à Tamanrasset. Dans son carnet de terrain de 1961 il note y avoir passé la nuit, et dans son carnet de terrain de 1962-1963, il présente le bordj comme le centre de son « rayon d’action » officiellement autorisé par l’autorité en Algérie. 

Le samedi 25 mai 1963, il mentionne une séance de photo au bordj :

« Ziriat est parti à la rencontre des ministres
avec Figeac et la voiture de l’obs.
Ceux-ci arrivent à 12h
Vers 13h ils s’installent sur le podium préparé
derrière le bordj de Foucault
Photos de touareg à chameaux de danseurs et musiciens
Maître me tient les appareils, nous grillons au soleil… ». 

2-05-3, Fonds Marceau Gast – Territoire de l’Ahaggar – Bordj du père de Foucault 
2-05-04, Fonds Marceau Gast Territoire de l’Ahaggar – Cour intérieure du bordj

Rédigé par Maryasha Barbé. 

  1. Marceau Gast, Alimentation des populations de l’Ahaggar, étude ethnographique, Mémoire du CRAPE VIII., Paris, AMG, 1968, p. 111, 197, 254, 310, 346. Marceau Gast cite à de nombreuses reprises le dictionnaire du père de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, dialecte de l’Ahaggar, imprimerie nationale de France, 1951 []
  2. Charles de Foucauld, A. de Calassanti-Motylinsky, Salem Chaker, Hélène Claudot et Marceau Gast, Textes touaregs en prose, Aix-en-Provence, Edisud, 1984. []
  3. Jean-Jacques Antier, Charles de Foucauld, 2012, p. 283. ; Daniel Grévoz, La mort de Charles de Foucauld, Cercle algérianiste, publié en ligne le 1 décembre 1996. []

Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

L’ethnologue Marceau Gast a déposé les sources sonores de sa recherche en 2004 à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Science de l’Homme1. Il souhaitait ainsi en assurer la numérisation et la conservation dans un lieu adapté, pour garder une trace visible de sa recherche et de ses méthodes et obtenir des copies des enregistrements pour ses témoins ou leurs familles2. La détérioration rapide des supports analogiques en rendait prioritaire la numérisation et le traitement documentaire. Malgré plusieurs difficultés le traitement des archives sonores est presque terminé3. L’inventaire des corpus sonores riches de 160 heures est disponible sur la plateforme Calame et les enregistrements sont diffusés sur Ganoub, la base de données de la phonothèque ; restent encore à traiter des milliers de photographies et 12 carnets de terrain4.

Carte géographique du Sud du Sahara avec indication des lieux de collecte des photographies, des enregistrements sonores et des carnets de terrain.

Continuer la lecture de Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

  1. Marceau Gast, décédé en 2010,  était directeur de recherche au CNRS, d’abord membre puis directeur de l’ancien laboratoire LAPEMO, puis membre de l’IREMAM. []
  2. Au moment du dépôt par Marceau Gast en 2004, sa demande la plus pressante a été que la phonothèque réalise des copies sur cassettes à partir des fichiers numériques issus des bandes originales : en effet, d’après lui, ses témoins touaregs utilisaient encore des cassettes audios sur leurs postes portables et c’est le support qu’il pensait le plus simple pour leur diffusion sur place. La phonothèque lui a également fourni, toujours à sa demande, des copies au format cédés pour d’autres témoins qui préféraient ce support. []
  3. Les trois difficultés principales étaient de (1) repérer des locuteurs en langue tamahaq car  ils.elles étaient peu nombreux dans l’environnement direct de la phonothèque, (2) le temps incompressible que demande le l’analyse documentaire et (3),  pour la dizaine de cassettes des derniers enregistrements, la collecte des informations dispersées à retrouver et la vérification de l’intérêt de traiter les « scories » qui ne faisaient pas partie du corpus. []
  4. Les photographies du chercheur ainsi que ses carnets de terrain sont actuellement conservées dans les bureaux de l’association des Amis de l’Encyclopédie Berbère à la MMSH. La phonothèque détient uniquement des copies numériques. Une partie des carnets de terrain est valorisée sur la plateforme Transcrire et plusieurs photographies sont accessibles sur MédiHAL. La bibliothèque de Marceau Gast est conservée à la médiathèque de la MMSH. []