Tous les articles par Hélène Claudot-Hawad

Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

La luthière Martine Aguila dans son atelier à Pertuis (juin 2019)

Martine Aguila débute sa formation luthière à 17 ans en 1977. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. En dépit d’un milieu familial peu favorable aux activités musicales, elle apprend à jouer de la guitare et s’intéresse à la construction de l’instrument. Avec les moyens du bord, elle tente d’en fabriquer un.
1. Ça ne ressemblait à rien, mais ça me plaisait (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Vers 15 ans, elle souhaite apprendre la lutherie, mais ses parents veulent qu’elle passe d’abord son baccalauréat. C’est après cette étape qu’elle s’inscrit deux ans plus tard en 1977 à l’école de lutherie de Crémone (pour Mirecourt, elle a déjà dépassé l’âge). L’inscription est très simple, sans examen préalable. Plongée dans le bain linguistique italien, elle apprend la langue rapidement. Continuer la lecture de Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Gilles Mercier vers 1977 dans son atelier (ancien atelier Grizzo), Paris, Belleville

Gilles Mercier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre en France jusqu’au milieu du XXe siècle. Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et des activités manuelles. Enfant, il a fait de la guitare et du violon au conservatoire. C’est à 16 ans qu’il décide de devenir luthier, inspiré par une émission de télévision (janvier 1969) avec le luthier Etienne Vatelot.

1. Le déclic (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Quelques mois plus tard, il débute sa formation à Mittenwald en Allemagne, sans trop de problèmes avec la langue.

2. Le choix de Mittenwald (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Dans l’organisation de l’enseignement à Mittenwald, les cours pratiques sont majoritaires.

3. Cinq ou six heures d’atelier par jour  (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La formation pratique se déroule dans un grand atelier avec une trentaine d’élèves encadrés par deux enseignants.

4. Des élèves venus d’ailleurs (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Ebauchage, intérieur du fond (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1982)

L’apprentissage se fait par mimétisme des gestes dans une ambiance disciplinée.
5. Un enseignement pragmatique   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Gilles Mercier n’a pas éprouvé de difficultés particulières pour apprendre. L’encadrement était de qualité. Il explique la répartition des ateliers selon les tâches à exécuter.
6. ça finissait toujours par fonctionner   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La première année, il fabrique deux violons. Certaines opérations comme le vernissage et le montage se font la dernière année, avec certains procédés spécifiques (par exemple l’usage de la propolis dans le vernis).

9. Les étapes de l’apprentissage   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Devant gagner rapidement sa vie, il part 6 mois avant la fin des 3 ans de formation. Il travaille et se perfectionne dans différents ateliers où il fait essentiellement de la restauration et de l’entretien d’instruments, passant 1 an à Cologne dans une grande maison d’instruments de musique ; puis 1 an à Paris chez Etienne Vatelot et enfin 2 ou 3 ans chez Jacques Camurat.

10. Entre divers ateliers (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Après ces années de restauration d’instruments, il a envie de revenir à la fabrication pour « parler en son nom ». En 1976, il prend la succession de Xavier Grizzo, luthier de guitare à Paris dans le quartier Belleville. Continuer la lecture de L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Pour l’amour de la guitare : apprendre l’ébénisterie en France et la lutherie aux USA

Le luthier Florian Deneuville à l’établi (Aix-en-Provence, mai 2019)

Florian Deneuville découvre la guitare et la musique à 7 ans en 1995, suite à un drame familial, la perte de son père. Il débute la guitare classique à l’école de musique du village de Lamanon. Il fera de cet instrument et de son goût pour le travail du bois une passion et un métier.

La passion de la guitare (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Pour se familiariser avec la construction des guitares, il commence à en démonter et désosser certaines, avec un matériel rudimentaire. Continuer la lecture de Pour l’amour de la guitare : apprendre l’ébénisterie en France et la lutherie aux USA

Rendre vie aux instruments médiévaux : parcours et recherches d’un luthier de vièles et violes

Le luthier Hubert Dufour dans son atelier à Rians, juin 2018

Hubert Dufour vient de passer son baccalauréat lorsqu’il envisage de devenir luthier. Il a 18 ans. Mais dans les années 1970, la formation à l’Ecole  nationale de lutherie de Mirecourt est réservée aux moins de 15 ans. Après des études universitaires, Hubert Dufour décide de se former à la lutherie hors des cadres établis. Il s’installe à Dijon en 1976  comme facteur d’épinettes et de vièles à roue. Dix ans après, il établira son atelier de « vièles et violes » en Provence. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais d’abord par goût de la musique.

Le goût de faire des violons (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Continuer la lecture de Rendre vie aux instruments médiévaux : parcours et recherches d’un luthier de vièles et violes

Obtenir la médaille d’or du concours international de lutherie de Crémone

Le luthier Nicolas Bonet à l’établi (Aix-en-Provence, juin 2018)

Dans un premier entretien daté de juin 2018, Nicolas Bonet luthier à Aix-en-Provence, a expliqué son parcours professionnel et son choix délibéré de changer de métier, devenant luthier après avoir été ingénieur. Le 26 septembre 2018, il a obtenu une récompense prestigieuse, la médaille d’or du concours international de lutherie de Crémone. Ce nouvel entretien, très bref, porte sur cet événement particulier qui marque une étape décisive dans le parcours talentueux de ce jeune luthier. Continuer la lecture de Obtenir la médaille d’or du concours international de lutherie de Crémone

Un ingénieur qui rêvait de violons : le parcours professionnel d’un luthier fils de luthiers

Le luthier Nicolas Bonet à l’établi (Aix-en-Provence, juin 2018)

Nicolas Bonet est ingénieur depuis 2 ans lorsqu’il décide de devenir luthier. A 25 ans, en 2011, il débute sa formation à Milan. La relation qu’il entretient avec la lutherie est complexe. D’une part, c’est un métier  qui lui est familier puisque son père, Frédéric Bonet, et sa mère, Martine Aguila, sont tous deux luthiers.

1. La lutherie au berceau (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Continuer la lecture de Un ingénieur qui rêvait de violons : le parcours professionnel d’un luthier fils de luthiers

Tailler du volume et sculpter dans la masse : le parcours d’un fils de luthier entre carrosserie et lutherie

Le luthier César Sakellarides, Marseille, juil. 2018 (photo Maïa Hawad)

César Sakellarides est aspirant compagnon carrossier lorsqu’il décide à 22 ans en 2014 de se réorienter vers la lutherie, une profession qu’il connaît bien car il s’agit du métier de son père, le luthier marseillais André Sakellarides.

  1. Grandir dans un atelier de lutherie (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Continuer la lecture de Tailler du volume et sculpter dans la masse : le parcours d’un fils de luthier entre carrosserie et lutherie

Grandir avec les violons : parcours d’un luthier fils de luthier

Le luthier Camille Hommel, Marseille,2017

Camille Hommel débute sa formation de luthier en 1990 à 19 ans. Très jeune, il souhaite déjà devenir luthier autant par goût de la musique et du violon – qu’il commence à apprendre dès l’âge de 7 ans – que par attrait pour un métier qui lui est familier grâce à la profession de son père, le luthier Charles-Luc Hommel.

L’atmosphère de l’atelier (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Camille Hommel représente un nouveau profil de « luthier fils de luthier ». Ce modèle de filiation professionnelle était en effet très répandu chez les anciens luthiers, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la crise ultime du métier qui au milieu du XXe siècle a menacé la lutherie de disparition et a interrompu la continuité des dynasties luthières originaires de Mirecourt, berceau de la lutherie française. Continuer la lecture de Grandir avec les violons : parcours d’un luthier fils de luthier

De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Pierre Barthel débute sa formation de luthier en 1974 à 18 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes mais « par hasard », dit-il. Vers 17 ans, alors qu’il souhaite devenir ingénieur du son, un documentaire lui donne envie de s’orienter vers la lutherie.

Continuer la lecture de De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative

Mieke Bodart devant la porte du 14 Rue Paradis à Marseille vers 1974 (coll. Mieke Bodart)

Mieke Bodart est née et a grandi à Oldenzaal en Hollande. En 1968, après avoir passé son baccalauréat, elle intègre l’Ecole de lutherie de Mittenwald en Allemagne. Elle a 18 ans. Elle fait partie des «nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière mais par goût de la musique, du violon et des activités manuelles. Depuis l’enfance, elle aime « fabriquer ». Vers 8 ans, elle commence à apprendre à jouer du violon et démonte son instrument pour comprendre comment il est construit.

  1. Devenir luthier (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Continuer la lecture de De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative