Tous les articles par Hélène Claudot-Hawad

Grandir avec les violons : parcours d’un luthier fils de luthier

Le luthier Camille Hommel, Marseille,2017

Camille Hommel débute sa formation de luthier en 1990 à 19 ans. Très jeune, il souhaite déjà devenir luthier autant par goût de la musique et du violon – qu’il commence à apprendre dès l’âge de 7 ans – que par attrait pour un métier qui lui est familier grâce à la profession de son père, le luthier Charles-Luc Hommel.

L’atmosphère de l’atelier (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Camille Hommel représente un nouveau profil de « luthier fils de luthier ». Ce modèle de filiation professionnelle était en effet très répandu chez les anciens luthiers, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la crise ultime du métier qui au milieu du XXe siècle a menacé la lutherie de disparition et a interrompu la continuité des dynasties luthières originaires de Mirecourt, berceau de la lutherie française. Continuer la lecture de Grandir avec les violons : parcours d’un luthier fils de luthier

De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Pierre Barthel débute sa formation de luthier en 1974 à 18 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes mais « par hasard », dit-il. Vers 17 ans, alors qu’il souhaite devenir ingénieur du son, un documentaire lui donne envie de s’orienter vers la lutherie.

Continuer la lecture de De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative

Mieke Bodart devant la porte du 14 Rue Paradis à Marseille vers 1974 (coll. Mieke Bodart)

Mieke Bodart est née et a grandi à Oldenzaal en Hollande. En 1968, après avoir passé son baccalauréat, elle intègre l’Ecole de lutherie de Mittenwald en Allemagne. Elle a 18 ans. Elle fait partie des «nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière mais par goût de la musique, du violon et des activités manuelles. Depuis l’enfance, elle aime « fabriquer ». Vers 8 ans, elle commence à apprendre à jouer du violon et démonte son instrument pour comprendre comment il est construit.

  1. Devenir luthier (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Continuer la lecture de De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative

1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

Maison Barbet & Granier à Marseille (Archives du luthier Pierre Claudot)

Rares sont les ateliers de lutherie qui ont plus de cent ans aujourd’hui. C’est le cas de la Maison Hommel à Marseille qui a été créée en 1877. Ses fondateurs sont liés à Mirecourt, capitale de la lutherie française. L’un, Charles BARBET, 38 ans, né à Bourges en 1839, descend d’une famille de luthiers de Mirecourt. L’autre, Edmond GRANIER, 26 ans, Provençal né en 1851, y a des attaches professionnelles. En matière de lutherie, les Vosges ne sont jamais loin, même à Marseille. Continuer la lecture de 1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

Comprendre plutôt qu’obéir : le parcours frondeur d’une luthière violoniste passionnée de recherche

La luthière Katerina Fronista dans son atelier à Avignon, nov. 2016

Katerina Fronista est née et a grandi en Grèce. Après avoir passé son baccalauréat à Athènes, elle intègre l’Ecole de lutherie de Mirecourt à 17 ans en 1990, soit vingt ans après l’ouverture de cet établissement. Elle fait partie des jeunes générations de « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ni, bien sûr, racines mirecurtiennes, mais par amour de la musique et du violon. Son enfance, passée entre Athènes, où ses parents l’amènent souvent au concert, et l’île de Sikinos, où la musique joue un rôle important localement, la sensibilise très jeune à la musique. Dès l’âge de quatre ans, elle commence une formation musicale au conservatoire d’Athènes, lieu privilégié qui installe la musique au coeur de sa vie et lui donne le goût du violon.

Le conservatoire (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Continuer la lecture de Comprendre plutôt qu’obéir : le parcours frondeur d’une luthière violoniste passionnée de recherche

Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré

Le luthier Pierre Allain devant son atelier, Nice, novembre 2016

Pierre Allain a dix-neuf ans lorsqu’il débute sa formation de luthier à Crémone en 1974, après avoir passé son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût des activités manuelles et artistiques. Parti de sa Normandie natale pour visiter différentes écoles de métiers d’art à Paris (Boule, Etienne), il tombe par hasard sur l’atelier du luthier James Chauvelin.

Un luthier très accueillant (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Intéressé par ce métier qu’il vient de découvrir, il se rend en auto-stop en Italie pour se faire une idée de l’Ecole de lutherie de Crémone. Continuer la lecture de Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré

Fabriquer des guitares de jazz avec des outils venus de la mécanique de précision : le parcours original d’un autodidacte

Dominique Thomas dans son atelier (Henridorff, photo B. Munch)

Dominique THOMAS a la passion des guitares de jazz, acoustiques ou électriques : il aime les fabriquer et en jouer. Il s’est formé seul, mobilisant ses compétences professionnelles en mécanique de précision.

Prototypiste et outilleur (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Continuer la lecture de Fabriquer des guitares de jazz avec des outils venus de la mécanique de précision : le parcours original d’un autodidacte

L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970

L'archetière Sylvie Masson à l'établi, Paris, 2016
L’archetière Sylvie Masson à l’établi, Paris, février 2016

Sylvie Masson débute sa formation d’archetière en 1973 à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par un concours de circonstances. Son père, musicien professionnel, l’amène un jour à Mirecourt.

Découverte de Mirecourt (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Un ami luthier leur fait visiter deux ateliers, l’un de lutherie et l’autre d’archèterie. Sylvie Masson qui a 14 ans est impressionnée par le métier d’archetier, capable de transformer une simple baguette de bois en archet raffiné.

Devenir archetière ? (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Continuer la lecture de L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970

Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante

Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)
Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)

Nicole LABERTE (soeur de Cécile Laberte avec laquelle un entretien avait été mené en 1982 ) est une descendante de la famille Laberte qui fut à la tête d’une grande manufacture d’instruments de musique à Mirecourt, pendant plusieurs générations. Son père Marc Laberte (1880-1963) fut lui-même directeur de l’entreprise. L’entretien débute par une discussion sur l’origine de la maison Laberte (les dates de fondation de la maison remontant au XVIIIe siècle correspondent en fait au rachat de marques d’ateliers anciens, comme l’a montré Roland Terrier).

Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)
Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)

Nicole Laberte évoque le premier Laberte qui était marchand de violons. Dans ses archives familiales, un acte daté du 27 septembre 1846 mentionne « Augustin François Laberthe, marchand d’instruments de musique, à Mirecourt », comme acquéreur d’une vigne située sur le territoire de Mirecourt, au canton du Neuf Moulin.

Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)
Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)

Parmi les trois fabriques d’instruments de Mirecourt, l’entreprise Laberte fut-elle la seule à ne faire que de la lutherie, comme le dit Nicole Laberte ? C’est certainement le cas pour la période la plus récente.

Seulement de la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Mais des recherches montrent qu’en 1873, « à la suite de la faillite de la société REMY-GENIN, c’est la Maison LABERTE-HUMBERT qui reprend le stock et continue quelques temps la fabrication d’instruments de musique à vent » (Pierre René, « LABERTE, les derniers fabricants d’instruments de musique à vent de Mirecourt (1779-1972). Dans les collections du Musée de la lutherie de Mirecourt figurent par ailleurs une clarinette marquée au fer LABERTE-HUMBERT/ PARIS (vers 1900) et un Piano droit de la marque Laberte-Humbert Frères, Mirecourt/N° 12559 (vers 1910).

La société en nom collectif Laberte-Humbert Frères est créée en 1876 par les frères Laberte  (Auguste et Maurice Emile), fils d’Augustin François Laberthe et de son épouse Rose née Humbert .

Acte Société Laberte, 1876, Mirecourt
Acte Société Laberte-Humbert Frères, 1876, Mirecourt

Pour Nicole Laberte, le grand homme de la famille est son père, Marc Laberte (fils d’Auguste). Celui-ci a une double formation : l’école de commerce à Nancy et l’apprentissage de la lutherie avec Camille Poirson. Les violons le passionnent.

Passionné par la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il connaît bien le bois et part le choisir lui-même en Bosnie-Herzégovine :

Choix du bois de lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte gère la fabrique sur un autre mode que son père, en utilisant tous les moyens de communication modernes. Il constitue par ailleurs une collection de très beaux violons anciens, dont il fait ensuite fabriquer des copies d’excellente qualité.

La collection d’instruments anciens (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Son associé, Fourier Magnié, a beaucoup de compétences techniques et conçoit des machines pour la fabrication des instruments ordinaires qui font tourner l’usine. Marc Laberte de son côté suit de très près les opérations de l’atelier de lutherie d’art.

L’atelier des seigneurs (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)
Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)

Il s’intéresse beaucoup à l’opération de vernissage.

Le vernissage (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Lui et le vernisseur sont les premiers à tester la sonorité des meilleurs violons fabriqués dans l’atelier d’art. Or, ils sont tous les deux sourds. Pourtant, leurs appréciations ont toujours coïncidé avec celles des plus grands violonistes invités ensuite à essayer les instruments.

Tester la sonorité des violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte avait du mal à se détacher des instruments fabriqués sous sa direction et ne les vendait qu’à contrecoeur.

Triste de vendre ses violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il a donné de l’ampleur à l’usine de lutherie. Polyglotte, il était en contact direct avec la clientèle internationale. Son fils Philippe a eu également une formation internationale.

La dimension internationale  (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié
Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié

L’entreprise se diversifie dans les années 1930 en fabriquant des gramophones et des radios en bois de résonance. N. Laberte évoque notamment la correspondance entre son père et Louis Lumière au sujet du Stradivox et la visite de ce dernier dans les ateliers.

Le son du Stradivox (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte
Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte

Mais pendant la guerre de 40, les machines très onéreuses de l’usine (servant à la fabrication des radios) sont déménagées par les autorités allemandes. Marc Laberte de retour à Mirecourt tentera  de reprendre certaines activités de l’usine (la fabrication des violons) et devra pour cela vendre tous les beaux instruments de sa collection.

La guerre de 40 (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

L’époque est très difficile et les affaires périclitent. Marc Laberte décède en 1963. Son fils lui succède mais n’a pas la même passion pour le violon et pour le bois. Une passion que N. Laberte illustre par plusieurs anecdotes.
Le ton du vernis (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Le vernis blond est une caractéristique des violons Laberte.

Nicole Laberte évoque les rapports de son père avec les clients internationaux et les  grands musiciens.

Après la deuxième guerre mondiale, la grande crise liée à la mécanisation de la musique affecte très durement tous les fabricants d’instruments.

La grande crise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)


La reprise s’est faite plus tard en commençant par une demande concernant les guitares.
La reprise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Nicole Laberte dit sa surprise lorsqu’invitée au repas des luthiers à la Sainte-Cécile à Mirecourt dans les années 1990, elle rencontre des jeunes gens qui gagnent leur vie dans la lutherie.
Les nouveaux luthiers (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle revient sur la Ste Cécile, le grand jour de l’année à Mirecourt, et sur son organisation.

La Sainte-Cécile (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle souligne la différence qui existaient entre les luthiers de Mirecourt centrés sur la fabrication des instruments neufs et les luthiers installés dans les grandes villes qui avaient presque des activités d’antiquaires et restauraient les instruments anciens.

Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié
Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt. Le corpus constitué de 1982 à 1990 puis complété par de nouveaux entretiens depuis 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : L’enquête a concerné les parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt jusqu’aux nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Nicole  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante . 18 mars 2014, Paris. Enregistrement numérique :  66 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4905.

Crédits photographiques : Cartes postales (début du XXe siècle) et H. Claudot-Hawad.

 

La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier

Portrait de l'archetier Jean-Pascal Nehr, par Patrice Terraz (2010, Marseille)
Portrait de l’archetier Jean-Pascal Nehr, par Patrice Terraz (2010, Marseille)

Jean-Pascal Nehr débute sa formation d’archetier en 1974 à 16 ans. Il fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par goût pour les activités d’art et d’artisanat. Très tôt, il participe aux divers ateliers créatifs organisés dans la Maison des Jeunes et de la Culture dont son père est directeur. Dès le début de son année scolaire de 2e, il envoie son dossier à l’école Boulle d’Arts appliqués à Paris et à l’Ecole nationale de lutherie et d’archèterie de Mirecourt où il est retenu pour passer les tests d’admission.

Les tests d’admission à Mirecourt (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Dans la ville où il habite, à Aix-en-Provence, il rend visite à un luthier qui lui déconseille d’aller se former à Mirecourt.

Un avis négatif sur Mirecourt (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Sélectionné en archèterie, il fait son apprentissage avec Bernard Ouchard et évoque les étapes de la formation.

La formation (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L’emprise du maître est forte. Jean-Pascal Nehr raconte l’exigence de son enseignement et une certaine forme d’intolérance à l’égard de tout ce qui lui paraît original.

Le maître (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)

Le poids et la longueur règlementaires de l’archet n’empêchent pas une marge d’invention qui, bien qu’étroite, fait tout l’intérêt du métier et permet d’identifier le style et l’auteur d’un archet.

Le style (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L’outillage des archetiers n’a pas changé, mais certains archetiers utilisent aujourd’hui des machines pour effectuer une partie de la fabrication.

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Crin pour les mèches d’archets. Atelier de Jean-Pascal Nehr à Marseille

Après son diplôme, Jean-Pascal Nehr fait ses débuts professionnels  en fabriquant des archets qu’il vend aux luthiers parisiens de la Rue de Rome. De1980 à 84, il s’installe dans le 18e arrondissement de Paris avec un luthier et fait de la restauration et de la réparation d’archets.

Fabrication et restauration (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il part ensuite à Marseille et travaille dans l’atelier du luthier Charles-Luc Hommel. Il restaure et fabrique des archets et a l’opportunité d’exposer dans des salons professionnels internationaux.

Salons suivis de commandes (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Baguettes pour archets
Baguettes pour archets

En 1990, il s’établit à son compte à Marseille et, de plus à plus, souhaite ne faire que du neuf.

Seulement du neuf (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Ce qui l’intéresse dans les salons, c’est le rapport avec les musiciens et avec les collègues.

Le rapport avec le musicien (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il regrette la fermeture de la section d’archèterie jamais rouverte à cause de la peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

La fermeture de l’école d’archèterie (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il forme à l’archèterie son cousin puis son frère, reconstituant ainsi une dynastie de nouveaux archetiers.

Une nouvelle famille d’archetiers (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)

Il explique l’importance de fréquenter divers ateliers. Voir beaucoup de beaux archets anciens est pour lui une source d’inspiration. Il a plusieurs fois changé de styles.

Voir de belles pièces (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il définit sa recherche actuelle dans la fabrication de ses archets : il faut parvenir à faire sentir le geste.

Faire sentir le geste (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Pendant 10 ans, il part régulièrement travailler à Barcelone où il n’y avait pas d’archetier.

Barcelone (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il évoque également son expérience de trois mois à Cuba avec l’association « Luthiers sans frontière ». Se concentrer sur son travail et pouvoir le réaliser sans avoir besoin de son cadre habituel lui procurent un sentiment de grande liberté.

Concentration et liberté (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Ebène, corne, ivoire, copeaux de pernambouc et autres matériaux (atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille), fév. 2016

Le problème des matières brutes que travaille l’archetier se pose car aujourd’hui la majorité d’entre elles est interdite (comme le bois de pernambouc, l’ivoire, la tortue, l’ébène, etc). La qualité actuelle des bois d’archèterie est supérieure à celle utilisée autrefois. Les archets contemporains peuvent rivaliser avec les grands archets anciens.

Qualité des archets contemporains (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Comment savoir ce que va donner un archet ? Jean-Pascal Nehr l’évalue par rapport aux réactions et vibrations de la matière.

Vibrations de la matière (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Jean-Pascal Nehr est épris de son métier et, après 40 ans de pratique, ne peut envisager de s’arrêter. Il ne l’a pas fait, même après un grave accident de scooter. Il poursuit la voie qui l’intéresse : créer de nouveaux archets.

Continuer à créer (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L'archetier Jean-Pascal Nehr, 2010 (photo Patrice Terraz)
Portrait de l’archetier Jean-Pascal Nehr, par le photographe Patrice Terraz (2010, Marseille)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers et archetiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Nehr, Jean-Pascal (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier, Marseille, 3 février 2016. Enregistrement numérique :  43 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4970.

Crédits photographiques : Portraits de l »archetier Jean-Pascal Nehr  (2010, Marseille)  : avec l’aimable autorisation du photographe Patrice Terraz  ; autres : H. Claudot-Hawad.