Archives de catégorie : Actualités

300 days of detention for Fariba Adelkhah – 300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche d’Europe et d’ailleurs, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération. Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle !

fariba

Fariba is in danger. We must act urgently for her!

We’ve been in lockdown for 20 days. Fariba Adelkhah, a researcher at the International Research Centre of Sciences Po Paris, has been in prison for 300 days in Iran. By posting her face on the websites of academic institutions and research teams in Europe and elsewhere, we want to show the support of the scientific community and urge the French government to do everything possible to secure her release.

Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Photographie à la une prise sur le site du comité de soutien de Fraiba Adelkhah et photogrpahie dans le billet réalisée par Stéphanie Samper. Diffusées avec leurs aimables autorisations.

Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

Lauréat de l’appel à projets Données et Sciences ouvertes, le projet de recherche ANTHROPEN « Les frontières des données anthropologiques »1, porté par le LESC et financé par l’ANR, organise le mardi 3 mars 2020 une journée d’étude sur le thème Les données anthropologiques en partage à l’Université Paris Nanterre, qui traitera des problématiques d’ouverture et de partage des données produites et utilisées par les anthropologues et ethnomusicologues.

Programme Continuer la lecture de Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

  1. Appel Flash « science ouverte : pratiques de recherche et données ouvertes » []

Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

Mise à jour du billet du 27 février 2020, le 25 mars 2020 :   Suite à la situation pandémique du COVID19, l’EHESS choisit placer en libre accès une partie de ses éditions. Les usagers des bibliothèques et institutions qui proposent l’offre OpenEdition Freemium for Books peuvent désormais lire en ligne l’ouvrage de Florence Descamps : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel (formats HTML, PDF et ePub).

La chose est bien connue maintenant. Dans l’historiographie française, la source orale s’est vue disqualifiée à la fin du XIXème siècle par les pères fondateurs de la première école historique française.

C’est par ces mots1 que débute le récit du long apprivoisement de l’histoire orale en France, qui se termine – comme un happy end – par une peinture d’une histoire orale à la française enfin reconnue : celle qui donne à entendre des corpus oraux où histoire, mémoire et patrimoine cohabitent. Un récit haletant, qui ne craint pas de relater les obstacles et l’adversité vécue par les historiennes et les historiens qui ont cru à cette discipline et à la force de la parole en histoire. Sous nos yeux défilent les portraits de celles et ceux qui ont jalonné cette histoire, même fugacement, et à travers les différentes phases de cette reconnaissance disciplinaire, ont permis la légitimation de cette source. On y retrouve ainsi Philippe Joutard2 et Jean-Claude Bouvier3, les deux fondateurs de la phonothèque de la MMSH, les grandes enquêtes Continuer la lecture de Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

  1. p. 31 []
  2. La figure de Philippe Joutard, historien moderniste, qui a lancé en 1979 dans la revue L’histoire l’injonction « Historiens à vos micros », est invoquée à plusieurs reprises dans l’ouvrage, notons en particulier les pages 56 et 124 []
  3. Ethnodialectologue, Jean-Claude Bouvier  a dirigé plusieurs thèses de chercheur.e.s qui ont constitué de vaste corpus sonores comme Jean-Noël Pelen, cité également dans l’ouvrage, Pierre Chabert ou Nicole Coulomb ; voir en particulier page 55. []

Des institutions jordaniennes et européennes collaborent pour la valorisation de l’histoire orale de Jordanie

En 2018 et 2019, des institutions jordaniennes, allemandes et françaises1 ont mené un projet commun d’histoire orale “Our Memory: Stories of Jordanian Oral Memory in the Twenty-first Century”, aboutissant sur la constitution d’un fonds d’archives sonores. Des étudiants issus des universités participantes ont ainsi mené des enquêtes de terrain auprès d’informateurs originaires de différentes villes de Jordanie, en se concentrant sur deux thèmes particuliers  : la période de la première guerre mondiale en Jordanie (thème choisi pour l’année 2018, correspondant au premier corpus du fonds), et les lieux de mémoire en Jordanie (année 2019, correspondant au second corpus).

Continuer la lecture de Des institutions jordaniennes et européennes collaborent pour la valorisation de l’histoire orale de Jordanie

  1. le Goethe-Institut, l’Institut français de Jordanie (IFJ), l’Institut français du Proche Orient (Ifpo), le Département de la bilbliothèque nationale de Jordanie, ainsi que l’Université de Yarmouk (YU), l’Université de Mutah, l’Université Hussein Bin Talal et l’Université de Jordanie []

Grève numérique contre la LPPR

Ce texte soutient les personnels en lutte dans l’enseignement supérieur et la recherche, en particulier les précaires dont les perspectives de stabilisation professionnelles sont gravement compromises par la réforme de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche connue sous son petit nom de LPPR à laquelle vient de s’ajouter celle sur la retraite. Ce texte se retrouve sur de nombreux carnets hébergés sur la plateforme OpenEdition. Vous pouvez suivre le mouvement à partir des billets postés sur le site de Mediatpart  OpenEdition en lutte en appelle à ses contributrices et contributeurs !  et sur le carnet Academia où est mise à jour la liste des soutiens au personnel d’OpenEdition. Continuer la lecture de Grève numérique contre la LPPR

À l’an que vèn…

En 2019, la phonothèque se sera placée sous la lumière du Proche-Orient avec en particulier l’organisation d’un colloque international au mois de mai à Beyrouth, la publication en décembre du catalogue des archives de Jean Métral et de celui de Michel Seurat qui paraîtra en janvier, en collaboration avec l’Institut français du Proche-Orient ou encore avec la poursuite de la collaboration scientifique avec le département de la bibliothèque nationale de Jordanie sur leurs projets d’archivage d’histoire orale. Continuer la lecture de À l’an que vèn…

Deux universitaires, française et australienne, détenues en Iran en grève de la faim depuis le 24 décembre

Communiqué : Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert, deux universitaires en prison en Iran sont entrées en grève de la faim depuis le 24 décembre  https://faribaroland.hypotheses.org

Fariba Adelkhah, directrice de recherche à SciencesPo-Paris, est entrée en grève de la faim illimitée, avec une autre universitaire, australienne, emprisonnée à Evin (Téhéran), Kylie Moore-Gilbert, le 24 décembre 2019 :  https://www.iranhumanrights.org/2019/12/imprisoned-french-australian-academics-call-for-christmas-eve-hunger-strike-iran/

Nos deux collègues exigent justice pour elles-mêmes, mais aussi au nom de tous et toutes les universitaires persécutés de manière arbitraire en Iran et dans l’ensemble du Moyen-Orient

Selon les sources internes à la prison d’Evin citées par le Center for Human Rights in Iran, elles demandent également leur transfert dans le quartier des prisonniers de droit commun de la prison – elles sont actuellement détenues depuis 7 mois, pour Fariba Adelkhah, 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert, dans le quartier des Gardiens de la Révolution où elles sont soumises à des “tortures psychologiques” et à de “nombreuses violations de leurs droits humains fondamentaux”, selon leurs propres termes.

Fariba Adelkhah est entrée en grève de la faim ce 24 décembre. Elle s’est vue signifier divers chefs accusations : d’espionnage, de désinformation, de propagande contre le régime, et autres contre-vérités dénuées non seulement de tout fondement, mais aussi de toute crédibilité. Il semblerait que Roland Marchal, chercheur CNRS à SciencesPo-Paris, arrêté en même temps que Fariba Adelkhah et lui aussi détenu à la prison d’Evin, soit également sur le point d’être formellement inculpé, vraisemblablement sur la même base erratique.

Nous rappelons que nos deux collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, n’ont jamais eu d’autres activités que scientifiques et qu’ils ont toujours mené leurs recherches en toute indépendance et en toute intégrité. C’est bien de cela dont ils sont accusés. Leur itinéraire personnel est une incarnation de la liberté de la science, qu’ils payent aujourd’hui de leur liberté personnelle.

Nous exigeons leur libération immédiate, ainsi que de celle de tous les universitaires, iraniens et étrangers, détenus arbitrairement en Iran – ils sont hélas nombreux. Nous récusons par avance toute instrumentalisation politique de leur détention, et de leur libération. Nos collègues sont des prisonniers scientifiques, et c’est à ce titre qu’ils doivent recouvrer leur libération.

Nous accordons évidemment une attention particulière à l’intégrité physique de Fariba Adelkhah et de Kylie Moore-Gilbert qui sont entrées en grève de la faim illimitée et dont la vie est désormais en danger. Le gouvernement de la République islamique d’Iran en est responsable, tout comme de la détention arbitraire dont elles font l’objet de la part de l’une de ses branches armées qui engage l’Etat iranien lui-même.

Nous demandons à chacun d’interpeller nos élus, nos institutions, nos entreprises, et de solliciter leur soutien à la cause de nos collègues pour que la liberté leur soit rendue.

Le Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Lire l’article du Monde, paru le 27 décembre 2019, publié par Allan Kaval “Détenue à Téhéran, l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah entame une grève de la faim”.

Que peut-on faire ? Certes, l’État français est en train de travailler à leur libération mais tout de même, vous pouvez

1) leur déposer un message de soutien enregistré ou écrit à déposer sur faribaroland.hypotheses.org
ou sur l’adresse du comité de soutien fariba.roland@gmail.com ou encore à sandrine.perrot@sciencespo.fr et corinne.deloy@sciencespo.fr.

2) offrir à vos proches l’un de leurs livres, pour que leurs travaux continuent à circuler et irriguer notre réflexion : http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=fariba+adelkhah&submit_search= et http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=roland+marchal&submit_search=

3) participer au séminaire mensuel du CERI “F & R : sociologie et anthropologie sociale du politique” que lance Béatrice Hibou pour penser en pensant avec eux (premier séminaire le 7 janvier de 16h à 19h) https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr/event/Guerre+et+formation+de+l%27Etat?event=1859

4) si vous êtes parisien, ou de passage à Paris, déposer une fleur au pied du panneau d’information installé par la mairie de Paris à l’entrée du public de l’Hôtel de Ville

5) et bien sûr signer et faire signer la pétition demandant leur libération : http://fasopo.org/free

Lire le communiqué du Comité international de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Un Comité international de soutien issu d’un réseau européen déjà existant, le Reasopo, réseau dont Fariba et Roland sont des membres fondateurs a été créé le 17 octobre 2019. Il vise à donner une résonance internationale au soutien déjà exprimé par la communauté et les institutions académiques françaises. Vous pouvez rejoindre ce comité et relayer toutes les informations et mobilisations en soutien à nos collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, incarcérés en Iran.

 

Les archives numériques du hirak algérien Comment constituer un corpus ? Marburg, 7 novembre 2019

La contestation algérienne qui a débuté le 22 février 2019 rentre en échos avec les contestations de ce qu’on a appelé, en 2011, « les printemps arabes ». De Bahreïn au Maroc en passant par le Yémen, la Syrie, l’Egypte, la Lybie, la Tunisie et aujourd’hui le Soudan et l’Algérie, le monde entier est informé de ce qui est en train de se passer dans cette partie du monde par les images des peuples en marche diffusées par la démultiplication des écrans et des supports en inondant l’espace médiatique de vidéos, de sons et d’images en tout genre (caricatures, photographie, banderoles, slogans, graffitis), Ces documents de communication (produits à profusion) ont contribué à (se) façonner des imaginaires de la contestation populaire ; celle des peuples qui se « réveillent » et qui réclament la chute des régimes autoritaires. Ces images ont médiatisé les révolutions du sud de la Méditerranée en informant, quasiment en temps réel, du déroulement de ces contestations. Elles ont, également, contribué à standardiser une scénographie de la mobilisation populaire. Continuer la lecture de Les archives numériques du hirak algérien Comment constituer un corpus ? Marburg, 7 novembre 2019

Témoignages, histoire et mémoire : la fécondité du concept de mémorialité

Cette intervention de Florence Descamps (Historienne, EPHE PSL) a été prononcée le 29 mai 2019 lors de la table ronde “Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale” du colloque international qui s’est tenu à Beyrouth : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk. Lire le compte-rendu du colloque.

Depuis une trentaine d’années, l’histoire orale, la constitution d’archives orales dans les organisations, la multiplication des enquêtes orales dans les laboratoires de recherche en sciences sociales et le développement des usages sociaux du témoignage dans la société civile apportent leur contribution à une étude renouvelée de la question de la mémoire collective et de son articulation avec les mémoires individuelles1. Les témoignages oraux, archivés, déposés dans des institutions patrimoniales et documentées, rendus accessible et vérifiables, peuvent-ils devenir des sources « primaires » susceptibles de documenter le processus de remémoration et de rendre compte de l’intrication de la mémoire collective et de la mémoire individuelle2 ? Et si oui, à quelles conditions et selon quelles modalités ?  Continuer la lecture de Témoignages, histoire et mémoire : la fécondité du concept de mémorialité

  1. Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la FNSP, 1994. []
  2. Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1968.. []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

Du 28 au 30 mai 2019 s’est tenu à Beyrouth un colloque international intitulé : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk1.

Introduction au colloque "Nouvelles archives numériques au Proche-Orient" à la BnL

En prenant comme objet les « nouvelles » archives numériques, ces deux journées ont présenté un état des lieux des collections dans des centres de ressources des deux côtés de la Méditerranée et ont interrogé les archives du point de vue des acteurs (des institutions aux activistes), des disciplines (linguistique, anthropologie, histoire, géographie, musicologie, sociologie, philosophie, archéologie) et des méthodes (archivages des supports, archivage du web, archivage sur le long terme) tout en mettant en avant leur intérêt heuristique et les enjeux de leur partage.

Salle de lecture de la bibliothèque nationale du Liban.

Continuer la lecture de Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

  1. Les directrices et directeurs des institutions qui ont financé le projet et le directeur de la Bibliothèque nationale du Liban ont, dans leurs allocutions d’ouverture, su rappeler les éléments essentiels pour la mise en place d’un véritable partage des données. Hassan Al Akra, directeur général de la Bibliothèque nationale du Liban, qui accueillait la première journée du colloque dans une bibliothèque toute nouvelle, inaugurée le 4 décembre dernier après quarante-deux ans de fermeture. Il est revenu sur la nécessité de la constitution de collections dans son pays. Il a également pris le temps d’effectuer la visite de cette nouvelle bibliothèque et faire découvrir les nouveaux outils mis à la disposition des publics  ; Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français au Liban, a mis en avant la capacité des acteurs de cette aire géographique de mettre en place des collaborations intellectuelles et de partager les savoirs ; Michel Mouton, directeur de l’Institut français du Proche-Orient, a mis en avant les collaborations recherche entre les acteurs du Moyen-Orient, en particulier la participation à au programme ANR Shakk, mais aussi des institutions françaises comme la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme dont la directrice, Sophie Bouffier a présenté les outils mis en place et souligné l’importance des collaborations. []