Archives de catégorie : Actualités

Grève numérique contre la LPPR

Ce texte soutient les personnels en lutte dans l’enseignement supérieur et la recherche, en particulier les précaires dont les perspectives de stabilisation professionnelles sont gravement compromises par la réforme de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche connue sous son petit nom de LPPR à laquelle vient de s’ajouter celle sur la retraite. Ce texte se retrouve sur de nombreux carnets hébergés sur la plateforme OpenEdition. Vous pouvez suivre le mouvement à partir des billets postés sur le site de Mediatpart  OpenEdition en lutte en appelle à ses contributrices et contributeurs !  et sur le carnet Academia où est mise à jour la liste des soutiens au personnel d’OpenEdition.

Le 16 décembre 2019, les employés·es d’OpenEdition réuni·es en assemblée générale ont voté le blocage pour 24h des plateformes qu’elles et ils maintiennent et animent dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites.

Nous, travailleur·es de l’enseignement supérieurs et de la recherche, avons découvert cette initiative avec enthousiasme.

Dans le contexte d’une réforme des retraites qui accroît les inégalités et d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche qui poursuit le travail de démantèlement des statuts de la recherche publique, mais aussi d’un mouvement plus vaste et plus ancien de précarisation constante des conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dont Parcoursup et la mise en place de frais d’inscription à l’université publique, la question des modalités de résistances et de lutte des travailleurs de l’ESR se pose avec une acuité croissante.

L’initiative des personnels d’OpenEdition et leurs prises de position répondent en partie à ces interrogations, tout en représentant une participation de poids à la mobilisation en cours. Il ne s’agit de rien de moins que de la réappropriation d’un outil de travail par les agents qui en sont le plus souvent invisibilisés, derrière une novlangue numérique qui veut nous faire croire à une production immatérielle, hors sol et sans travailleur·es.

L’économie numérique des savoirs est un lieu privilégié d’appropriation et d’exploitation par le système capitaliste de notre travail de production et de diffusion de connaissances. Les conflits récurrents avec les multinationales marchandes de l’édition scientifique qui s’accaparent des savoirs publics nous le rappellent. Il est donc nécessaire que cette économie numérique devienne aussi un terrain de lutte sociale, tout comme le sont les universités, les transports, etc.

Nous avons également découvert que l’action légitime des employé·es d’OpenEdition s’est attirée les foudres des tutelles de leur laboratoire, qui sont bien souvent aussi nos propres tutelles. Suite au blocage de 24h des plateformes d’OpenEdition, ces tutelles ont convoqué l’ensemble des responsables de services du laboratoire pour un « recadrage administratif ». De surcroît, les travailleur·es d’OpenEdition se sont vu·es interdire l’usage d’un moyen de communication qu’elles et ils font exister au quotidien (http://leo.hypotheses.org) pour informer les usagers de leur action (finalement rendue publique sur Academia) ! Nous y voyons une entrave à la liberté d’expression salariale et syndicale.

En tant qu’usagers d’OpenEdition (OpenEdition Journals, Calenda, Hypothèses, Books…), mais aussi en tant que contributrices et contributeurs directs ou indirects à ces outils de travail qui sont aussi les nôtres, en tant que membres des rédactions des revues, gestionnaires de listes d’information, carnetier·es, autrices et auteurs de livres et d’articles scientifiques, organisatrices, organisateurs et participant·es à des événements scientifiques, membres de comités scientifiques…, nous soutenons l’action des travailleuses et travailleurs d’OpenEdition et nous tenons à leurs côtés dans la lutte.

Signataires au 20 janvier 2020 (maj)

Assemblée générale du site Pouchet du CNRS
Assemblée générale des membres de revues en lutte
 
Et les comités de rédaction des revues :
    Actes de la recherche en sciences sociales
    ALTER, European Journal for Disability Research
    Biens symboliques/Symbolic Goods
    Cahiers d’Afrique de l’Est
    Cahiers des Amériques latines
    Cahiers d’études africaines
    Cahiers de littérature orale
    Cahiers du genre
Carnets de la phonothèque
    Champ pénal
    Clio. Femmes, genre, histoire
    Critique internationale
    Cultures & Conflits
    Esclavages & Post~esclavages
    Espaces et sociétés
    Esprit critique
    Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société
    Genèses
    Genre et histoire
    Genre, sexualité et société
    GLAD!
    Journal des anthropologues
    Langage et société
    Les Mondes du travail
    Mouvements
    Nouvelle Revue du travail
    Nuevo Mundo
    Participations
    Poli – Politiques des Cultural Studies
    Politiques de communication
    Politix
    Regards sociologiques
    RESET
    Revue des sciences sociales
    Revue française de socio-économie
    Revue francophone sur la santé et les territoires
    Sociétés contemporaines
    Socio-logos
    Sociologie du travail
    SAMAJ
    Savoir/Agir
    Terrains & travaux 
    Tracés
    Transposition

À l’an que vèn…

En 2019, la phonothèque se sera placée sous la lumière du Proche-Orient avec en particulier l’organisation d’un colloque international au mois de mai à Beyrouth, la publication en décembre du catalogue des archives de Jean Métral et de celui de Michel Seurat qui paraîtra en janvier, en collaboration avec l’Institut français du Proche-Orient ou encore avec la poursuite de la collaboration scientifique avec le département de la bibliothèque nationale de Jordanie sur leurs projets d’archivage d’histoire orale. Continuer la lecture de À l’an que vèn…

Deux universitaires, française et australienne, détenues en Iran en grève de la faim depuis le 24 décembre

Communiqué : Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert, deux universitaires en prison en Iran sont entrées en grève de la faim depuis le 24 décembre  https://faribaroland.hypotheses.org

Fariba Adelkhah, directrice de recherche à SciencesPo-Paris, est entrée en grève de la faim illimitée, avec une autre universitaire, australienne, emprisonnée à Evin (Téhéran), Kylie Moore-Gilbert, le 24 décembre 2019 :  https://www.iranhumanrights.org/2019/12/imprisoned-french-australian-academics-call-for-christmas-eve-hunger-strike-iran/

Nos deux collègues exigent justice pour elles-mêmes, mais aussi au nom de tous et toutes les universitaires persécutés de manière arbitraire en Iran et dans l’ensemble du Moyen-Orient

Selon les sources internes à la prison d’Evin citées par le Center for Human Rights in Iran, elles demandent également leur transfert dans le quartier des prisonniers de droit commun de la prison – elles sont actuellement détenues depuis 7 mois, pour Fariba Adelkhah, 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert, dans le quartier des Gardiens de la Révolution où elles sont soumises à des “tortures psychologiques” et à de “nombreuses violations de leurs droits humains fondamentaux”, selon leurs propres termes.

Fariba Adelkhah est entrée en grève de la faim ce 24 décembre. Elle s’est vue signifier divers chefs accusations : d’espionnage, de désinformation, de propagande contre le régime, et autres contre-vérités dénuées non seulement de tout fondement, mais aussi de toute crédibilité. Il semblerait que Roland Marchal, chercheur CNRS à SciencesPo-Paris, arrêté en même temps que Fariba Adelkhah et lui aussi détenu à la prison d’Evin, soit également sur le point d’être formellement inculpé, vraisemblablement sur la même base erratique.

Nous rappelons que nos deux collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, n’ont jamais eu d’autres activités que scientifiques et qu’ils ont toujours mené leurs recherches en toute indépendance et en toute intégrité. C’est bien de cela dont ils sont accusés. Leur itinéraire personnel est une incarnation de la liberté de la science, qu’ils payent aujourd’hui de leur liberté personnelle.

Nous exigeons leur libération immédiate, ainsi que de celle de tous les universitaires, iraniens et étrangers, détenus arbitrairement en Iran – ils sont hélas nombreux. Nous récusons par avance toute instrumentalisation politique de leur détention, et de leur libération. Nos collègues sont des prisonniers scientifiques, et c’est à ce titre qu’ils doivent recouvrer leur libération.

Nous accordons évidemment une attention particulière à l’intégrité physique de Fariba Adelkhah et de Kylie Moore-Gilbert qui sont entrées en grève de la faim illimitée et dont la vie est désormais en danger. Le gouvernement de la République islamique d’Iran en est responsable, tout comme de la détention arbitraire dont elles font l’objet de la part de l’une de ses branches armées qui engage l’Etat iranien lui-même.

Nous demandons à chacun d’interpeller nos élus, nos institutions, nos entreprises, et de solliciter leur soutien à la cause de nos collègues pour que la liberté leur soit rendue.

Le Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Lire l’article du Monde, paru le 27 décembre 2019, publié par Allan Kaval “Détenue à Téhéran, l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah entame une grève de la faim”.

Que peut-on faire ? Certes, l’État français est en train de travailler à leur libération mais tout de même, vous pouvez

1) leur déposer un message de soutien enregistré ou écrit à déposer sur faribaroland.hypotheses.org
ou sur l’adresse du comité de soutien fariba.roland@gmail.com ou encore à sandrine.perrot@sciencespo.fr et corinne.deloy@sciencespo.fr.

2) offrir à vos proches l’un de leurs livres, pour que leurs travaux continuent à circuler et irriguer notre réflexion : http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=fariba+adelkhah&submit_search= et http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=roland+marchal&submit_search=

3) participer au séminaire mensuel du CERI “F & R : sociologie et anthropologie sociale du politique” que lance Béatrice Hibou pour penser en pensant avec eux (premier séminaire le 7 janvier de 16h à 19h) https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr/event/Guerre+et+formation+de+l%27Etat?event=1859

4) si vous êtes parisien, ou de passage à Paris, déposer une fleur au pied du panneau d’information installé par la mairie de Paris à l’entrée du public de l’Hôtel de Ville

5) et bien sûr signer et faire signer la pétition demandant leur libération : http://fasopo.org/free

Lire le communiqué du Comité international de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Un Comité international de soutien issu d’un réseau européen déjà existant, le Reasopo, réseau dont Fariba et Roland sont des membres fondateurs a été créé le 17 octobre 2019. Il vise à donner une résonance internationale au soutien déjà exprimé par la communauté et les institutions académiques françaises. Vous pouvez rejoindre ce comité et relayer toutes les informations et mobilisations en soutien à nos collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, incarcérés en Iran.

 

Les archives numériques du hirak algérien Comment constituer un corpus ? Marburg, 7 novembre 2019

La contestation algérienne qui a débuté le 22 février 2019 rentre en échos avec les contestations de ce qu’on a appelé, en 2011, « les printemps arabes ». De Bahreïn au Maroc en passant par le Yémen, la Syrie, l’Egypte, la Lybie, la Tunisie et aujourd’hui le Soudan et l’Algérie, le monde entier est informé de ce qui est en train de se passer dans cette partie du monde par les images des peuples en marche diffusées par la démultiplication des écrans et des supports en inondant l’espace médiatique de vidéos, de sons et d’images en tout genre (caricatures, photographie, banderoles, slogans, graffitis), Ces documents de communication (produits à profusion) ont contribué à (se) façonner des imaginaires de la contestation populaire ; celle des peuples qui se « réveillent » et qui réclament la chute des régimes autoritaires. Ces images ont médiatisé les révolutions du sud de la Méditerranée en informant, quasiment en temps réel, du déroulement de ces contestations. Elles ont, également, contribué à standardiser une scénographie de la mobilisation populaire. Continuer la lecture de Les archives numériques du hirak algérien Comment constituer un corpus ? Marburg, 7 novembre 2019

Témoignages, histoire et mémoire : la fécondité du concept de mémorialité

Cette intervention de Florence Descamps (Historienne, EPHE PSL) a été prononcée le 29 mai 2019 lors de la table ronde “Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale” du colloque international qui s’est tenu à Beyrouth : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk. Lire le compte-rendu du colloque.

Depuis une trentaine d’années, l’histoire orale, la constitution d’archives orales dans les organisations, la multiplication des enquêtes orales dans les laboratoires de recherche en sciences sociales et le développement des usages sociaux du témoignage dans la société civile apportent leur contribution à une étude renouvelée de la question de la mémoire collective et de son articulation avec les mémoires individuelles1. Les témoignages oraux, archivés, déposés dans des institutions patrimoniales et documentées, rendus accessible et vérifiables, peuvent-ils devenir des sources « primaires » susceptibles de documenter le processus de remémoration et de rendre compte de l’intrication de la mémoire collective et de la mémoire individuelle2 ? Et si oui, à quelles conditions et selon quelles modalités ?  Continuer la lecture de Témoignages, histoire et mémoire : la fécondité du concept de mémorialité

  1. Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la FNSP, 1994. []
  2. Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1968.. []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

Du 28 au 30 mai 2019 s’est tenu à Beyrouth un colloque international intitulé : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk1.

Introduction au colloque "Nouvelles archives numériques au Proche-Orient" à la BnL

En prenant comme objet les « nouvelles » archives numériques, ces deux journées ont présenté un état des lieux des collections dans des centres de ressources des deux côtés de la Méditerranée et ont interrogé les archives du point de vue des acteurs (des institutions aux activistes), des disciplines (linguistique, anthropologie, histoire, géographie, musicologie, sociologie, philosophie, archéologie) et des méthodes (archivages des supports, archivage du web, archivage sur le long terme) tout en mettant en avant leur intérêt heuristique et les enjeux de leur partage.

Salle de lecture de la bibliothèque nationale du Liban.

Continuer la lecture de Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

  1. Les directrices et directeurs des institutions qui ont financé le projet et le directeur de la Bibliothèque nationale du Liban ont, dans leurs allocutions d’ouverture, su rappeler les éléments essentiels pour la mise en place d’un véritable partage des données. Hassan Al Akra, directeur général de la Bibliothèque nationale du Liban, qui accueillait la première journée du colloque dans une bibliothèque toute nouvelle, inaugurée le 4 décembre dernier après quarante-deux ans de fermeture. Il est revenu sur la nécessité de la constitution de collections dans son pays. Il a également pris le temps d’effectuer la visite de cette nouvelle bibliothèque et faire découvrir les nouveaux outils mis à la disposition des publics  ; Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français au Liban, a mis en avant la capacité des acteurs de cette aire géographique de mettre en place des collaborations intellectuelles et de partager les savoirs ; Michel Mouton, directeur de l’Institut français du Proche-Orient, a mis en avant les collaborations recherche entre les acteurs du Moyen-Orient, en particulier la participation à au programme ANR Shakk, mais aussi des institutions françaises comme la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme dont la directrice, Sophie Bouffier a présenté les outils mis en place et souligné l’importance des collaborations. []

Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

La publication aux Presses universitaires de Provence de l’ouvrage La Diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques en novembre 2018 a été l’aboutissement d’un travail collectif pour apporter des réponses concrètes aux questions qui se posent à toutes celles et ceux qui produisent, exploitent, diffusent, partagent ou éditent des sources numériques dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS).

Afin d’actualiser les réflexions de l’ouvrage, mais aussi d’aborder de nouvelles problématiques, le groupe de travail Ethique & Droit organise, avec le soutien de l’URFIST Méditerranée, une journée d’étude intitulée « Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés » le jeudi 3 octobre à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence.

S’inscrivant dans la dynamique de la science ouverte, cette journée d’étude présentera l’actualité juridique et éthique de la diffusion des données en SHS tout en précisant les orientations actuelles des institutions d’enseignement et de recherche en la matière. De nouvelles problématiques, comme celles soulevées par les archives du web, seront également abordées. Un cas pratique de signature d’un contrat d’utilisation de données sera proposé lors de la table ronde de l’après-midi. Enfin, les retours d’expériences de deux utilisateurs du Guide illustreront les possibilités de mises en œuvre effectives de pratiques de diffusion des données numériques. Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé de cette journée à laquelle nous espérons vous voir nombreux !

Les inscriptions sont ouvertes

sur le site de l’URFIST Méditerranée

 

Continuer la lecture de Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

La publication aux Presses universitaires de Provence de l’ouvrage La Diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques en novembre 2018 a été l’aboutissement d’un travail collectif pour apporter des réponses concrètes aux questions qui se posent à toutes celles et ceux qui produisent, exploitent, diffusent, partagent ou éditent des sources numériques dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS).

Afin d’actualiser les réflexions de l’ouvrage, mais aussi d’aborder de nouvelles problématiques, le groupe de travail Ethique & Droit organise, avec le soutien de l’URFIST Méditerranée, une journée d’étude intitulée « Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés » le jeudi 3 octobre à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence.

S’inscrivant dans la dynamique de la science ouverte, cette journée d’étude présentera l’actualité juridique et éthique de la diffusion des données en SHS tout en précisant les orientations actuelles des institutions d’enseignement et de recherche en la matière. De nouvelles problématiques, comme celles soulevées par les archives du web, seront également abordées. Un cas pratique de signature d’un contrat d’utilisation de données sera proposé lors de la table ronde de l’après-midi. Enfin, les retours d’expériences de deux utilisateurs du Guide illustreront les possibilités de mises en œuvre effectives de pratiques de diffusion des données numériques. Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé de cette journée à laquelle nous espérons vous voir nombreux !

Les inscriptions sont ouvertes

sur le site de l’URFIST Méditerranée

 

Continuer la lecture de Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

Les données d’enquête à l’épreuve de l’Open Data : approche juridique, Grenoble, 6 septembre 2019

affiche de la journée sur les données du 6 septembre 2019Organisée par l’équipe de documentation du CRESSON dans le cadre du groupe de travail “Science Ouverte et gestion des données” du laboratoire AAU. L’équipe propose une matinée de sensibilisation à la question de l’ouverture des données d’enquête. Comment prendre en compte dès le début de ses recherches cet objectif d’ouverture ? Afin de préciser une politique de gestion des données en architecture et urbanisme, pourquoi ne pas s’inspirer des pratiques à l’œuvre au sein d’autres laboratoires et d’autres disciplines ? Continuer la lecture de Les données d’enquête à l’épreuve de l’Open Data : approche juridique, Grenoble, 6 septembre 2019

Expérimenter la publication d’un blog : le cas de S.I.Lex

C’est en février 2009 que Lionel Maurel, alias Calimaq, juriste et bibliothécaire rédige son premier billet sur son blog s S.I.LEX six ans plus tard, ce sont plus de 600 qui sont lus, souvent relus, par les professionnels des sciences de l’information, par ceux qui se préoccupent des biens communs de la connaissance ou  par tous ceux qui s’interrogent sur leurs droits numériques et sur ce que peut devenir l’information sur le Web ou ses modèles économique. Sarah Clément et Mélanie Leroy-Terquem ont choisi d’en éditorialiser une sélection et de solliciter quinze blogueur.euse.s lecteur.trice.s de Calimaq  pour réaliser un ouvrage, qui paraîtra en octobre 2019 et sera – bien évidemment – également disponible dès sa sortie en libre accès aux presses de l’ENSSIB. Il sera donc enfin possible de feuilleter le blog sur la plage ou dans son fauteuil… ne manquez pas sa sortie en octobre 2019 !

Les blogueurs : Muriel Amar, Dominique Cambrésy, Benjamin Caraco, Véronique Ginouvès,Alexandre Hocquet, Bernard Majour, Luc Maumet, Silvère Mercier,Pouhiou, Sébastien Shulz, Bérengère Stassin, Isabelle Van Welden.

Télécharger le flyer promotionnel du livre.

 

Crédits photographiques : Image de la page 408 d’un compte rendu de l’Association française pour l’avancement des sciences, ca 1825, numérisé par la bibliothèque de New York Botanical Garden, LuEsther T. Mertz. Domaine public.

Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

Au moment où la question des collections semble être au coeur de nombre de réflexions1 le Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente  cet été une exposition centrée sur les siennes, profitant de la thématique pour revenir sur l’histoire de l’institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse…  Finalement, la notion de collection est-elle toujours pertinentes pour interpréter notre présent ? Comment montrer l’objet sans l’enfermer dans une logique chronologique, géographique, ethnique ou fonctionnelle ? Comment valoriser une collection sans se limiter à exposer le chef-d’œuvre que l’on sait qu’elle renferme  ? Ce retour sur les collections est aussi une façon de rappeler que les regards qui sont portées sur elles au fil du temps, mais aussi avec eux les démarches de ceux qui les ont constituées ou les objets qui les ont constitués, n’ont cessé de se transformer…

Mobile à base d'étiquettes d'objets au musée de Neuchâtel

Continuer la lecture de Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

  1. Outre l’école d’été l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée en juillet 2019 par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), rappelons que le 145ème congrès du CTHS en avril 2020 aura pour titre Collecter, collectionner, conserver. []