Archives de catégorie : Actualités

Journée Visual Studies : Projection du film « Looted and Hidden – Palestinian Archives in Israel », le 28 septembre à la MMSH

Pour la cinquième année consécutive et dans le cadre du Master Histoire parcours métier des archives et des bibliothèques, médiation de l’Histoire et humanités numériques, un Atelier professionnel Visual Studies est organisé le 28 septembre 2020 conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée à la MMSH sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation ».

En raison de l’épidémie de Covid-19, le port du masque dans l’enceinte de la MMSH (y compris les espaces extérieurs) est obligatoire, ainsi que l’inscription préalable à l’atelier*.

La journée sera clôturée par une projection du film Looted and Hidden, réalisé par Rona Sela (2017).

Rona Sela est conservatrice et chercheuse en histoire et en arts visuels et experte en histoire de la photographie israélienne. Son film a été réalisé à partir des archives cinématographiques pillée par l’armée israélienne et informe sur l’histoire du cinéma palestinien.

Le film se concentre sur un certain nombre d’institutions révolutionnaires : le Centre de recherche palestinien, l’Institut du cinéma palestinien et l’Unité de la culture et des arts de l’OLP (Organisation de la Libération de la Palestine). Ces organismes ont été parmi les premiers à s’engager dans la documentation de l’existence palestinienne et la préservation, la recherche et l’écriture de l’histoire visuelle et écrite palestinienne de la fin des années 1960. Le film suit leurs créateurs et leurs parcours – jeunes, pionniers, audacieux, motivés et idéalistes – et les archives qu’ils ont construites.

Il analyse également l’acte de pillage et les pratiques israéliennes dans le contrôle de ces archives – censure, restriction d’accès – et la question de révision, dissimulation et effacement de l’histoire. Il interroge le rôle des archives dans les zones de conflits et souligne la nécessité de fouiller pour révéler des informations qui ont été cachées ou déformées.

Le film est entièrement basé sur des documents d’archives, trouvés au fil de plusieurs années de recherche, et des entretiens approfondis avec les personnages incarnés dans le film. Il a été projeté pour la première fois au musée de Tel Aviv en 2017, est révèle des photographies rares ainsi que des extraits de films d’archives palestiniennes, qui documentent des décennies d’histoire palestinienne et qui remontent avant 1948.

Le film sera projeté à 16h30 dans la salle Germain Tillon et Gorges Duby. Il sera introduit et suivi d’une discussion, animées par Falestin Naili, historienne et chercheuse associée à l’Ifpo Jordanie.

*Informations pratiques :

L’atelier Partager les archives et les livres prendra place le 28 septembre 2020 à 9h30 à la Maison Méditerranéennes des Sciences de l’Homme, amphithéâtre George Duby.

Pour vous inscrire à la journée ou pour tout autres renseignements, veuillez contactez par mail marie.arab-banckaert@etu.univ-amu.fr  et maryasha-yael.barbe@etu.univ-amu.fr en précisant votre nom, votre prénom et votre fonction si vous le souhaitez. 

Le programme est disponible sur Calenda. Publication original du programme sur les carnets du Master métiers des archives et des bibliothèque 04/09/20

Atelier professionnel : Partager les archives et les livres, le 28 septembre 2020 à la MMSH

Pour la cinquième année consécutive et dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, un Atelier professionnel Visual Studies est organisé le 28 septembre 2020 conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée à la MMSH sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation ».
 

En raison de l’épidémie de Covid-19, le port du masque dans l’enceinte de la MMSH (y compris les espaces extérieurs) est obligatoire, ainsi que l’inscription préalable à l’atelier*.

Programme :

Matinée (salle Gorges Duby)

9h30 – 10h : Introduction, Maryline Crivello, professeure d’Histoire moderne et Vice-présidente du conseil d’administration d’Aix-Marseille Université. 

10h-10h30Frac Provence-Alpes-Côte dAzur – AMU une collaboration nouvelle et innovante, Elsa Pouilly, chargée de projet documentaire et iconographique au Fonds Régional d’art contemporain (FRAC).

11h – 11h30 : La place des ANOM dans le champ de la mémoire partagée, Isabelle Dion, directrice des Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM).

11h30-12h : Patrimoines partagés en ligne, le projet « Bibliothèques d’Orient » https://www.bnf.fr/fr/bibliotheques-dorient, Vanessa Desclaux responsable des manuscrits orientaux de l’Egypte antique et du Proche-Orient à la Bibliothèque Nationale de France (BnF).

Après-midi (salles Gorges Duby et Germaine Tillion)

13h30-15h30 :  « Ré/affirmer la place des métadonnées comme source pour l’analyse des archives audiovisuelles ». Introduction par Mireille Maurice, directrice de l’Institut national de l’audiovisuel Méditerranée puis atelier animé par Gautier Poupeau, architecte de données (Ina).

16h00 – 17h30 : Projection du film « Looted and Hidden – Palestinian Archives in Israel » (45 mns), 2017, réalisé par Rona Sela, suivie d’une discussion avec Falestin Naili, historienne. 

Présentation de l’atelier professionnel :

En France, les centres de ressources du domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche français connaissent un bouleversement structurel et organisationnel sans précédent depuis quelques années du fait de l’internationalisation des réseaux, de la mise en œuvre de catalogues partagés et de nouvelles orientations nationales.  La stratégie que propose la Ligue Européenne des Bibliothèques de Recherche est ainsi reprise par de nombreuses institutions qu’il s’agisse de conduire l’adoption des pratiques de la science ouverte, de promouvoir une communication scientifique innovante, de soutenir le développement des compétences numériques et les activités de formation associées, de favoriser le développement et l’adoption d’infrastructures et de services de recherche. L’objectif final affiché est de soutenir des pratiques de recherche et d’érudition « plus ouvertes, transparentes et épanouissantes ». Pour l’atteindre, les centres documentaires sont en pleine transformation. Le nouveau paysage qui prend forme est partagé entre des espaces virtuels qui affichent des plateformes technologiques regroupant des ressources interopérables et des espaces physiques où malgré les catalogues « hors les murs » il faut gérer des objets, des bâtiments et l’accueil des publics. D’un côté les plateformes encouragent une convergence des pratiques dans la description des données, offrant des comparaisons encore inexploitées, de l’autre les gestionnaires des centres de ressources doivent concentrer leurs compétences pour valoriser leurs fonds en développant les collaborations avec d’autres centres, en s’associant ou en mutualisant leurs ressources. Cet atelier orienté sur les Visual Studies s’intéressera à cette question du point de vue des archives sonores et audiovisuelles, des livres d’art et des images d’archives sur l’aire méditerranéenne.

*Informations pratiques :

L’atelier Partager les archives et les livres prendra place le 28 septembre 2020 à 9h30 à la Maison Méditerranéennes des Sciences de l’Homme, amphithéâtre George Duby

Pour vous inscrire à la journée ou pour tout autres renseignements, veuillez contactez par mail marie.arab-banckaert@etu.univ-amu.fr  et maryasha-yael.barbe@etu.univ-amu.fr en précisant votre nom, votre prénom et votre fonction si vous le souhaitez. 

Le programme est disponible sur Calenda.

Publication original sur les carnets du Master métiers des archives et des bibliothèque 04/09/20

Apprendre à gérer les données de la recherche : nouveau diplôme à l’université de Montpellier

Face aux nouveaux enjeux scientifiques et règlementaires de Science ouverte, les chercheurs, ingénieurs, doctorants doivent aujourd’hui maîtriser les méthodes, concepts et outils liés aux nouvelles pratiques de gestion des données de la recherche. Dans cet objectif, un nouveau diplôme universitaire vient d’être créé à  lUniversité de Montpellier pour apprendre à gérer les données de la recherche sous le titre « Gestion des données de la science – Scientific Data Management ». De nombreux aspects seront abordés par des intervenants issus d’environnements multiples. Après ce diplôme vous saurez tout sur les enjeux de la science ouverte, l’informatique appliquée à la gestion des données, ingénierie de projets, le droit de la propriété intellectuelle et du numérique, les enjeux éthiques et juridiques, la problématique de l’anonymisaiton des données,  le content et data mining, les plans de gestion de données, intégrité scientifique, stockage, entrepôt et partage de données, l’open access,… et bien d’autres choses encore nécessaires à la gestion des données de la recherche.
 
 
La formation, diplômante ou certifiante, est accessible à la formation continue et initiale (gratuite pour les doctorants). Le démarrage est en septembre 2020 : le 
nombre de places limité mais vous pouvez encore vous inscrire !
 
La formation est rattachée à l’Institut de la Science des Données de Montpellier et à l’Université de Montpellier. Elle est issue du programme de recherche CommonData, aujourd’hui Plateforme de la Maison des Sciences de l’Homme SUD.
 
Pour plus d’informations et inscriptions, suivez ce lien : https://sdm.edu.umontpellier.fr
 
 
 
Crédits photographiques : détail de la fontaine place de la Comédie, Montpellier, septembre 2008, photographie de Véronique Ginouvès, licence CC-BY.

365 jours dans une geôle de Teheran ça suffit #FreeFariba !

Fariba Adelkhah (CERI-SciencesPo/CNRS) est détenue depuis un an ce 5 juin vient d’être condamnée à six ans de prison, e-Manifestez pour sa libération !

Cliquez sur la vidéo ci-dessus offerte par le plasticien Stéphane Tretz et faites circuler le lien pour son soutien.

Lire à propos de l’incarcération de Fariba Adelkhah

« Pourquoi le combat de Fariba Adelkhah est le combat de tous » par Béatrice Hibou, The conversation, 5 juin 2020 :  https://theconversation.com/pourquoi-le-combat-de-fariba-adelkhah-est-le-combat-de-tous-139892

Roland Marchal  avait également été incarcéré le 5 mars 2019 dans la prison d’Evin, à Téhéran. Il a été libéré le 20 mars dernier après avoir fait l’objet d’un échange avec un ingénieur des Gardiens de la Révolution arrêté en France sur un mandat d’arrêt international émis par les Etats-Unis. Dans une tribune du Monde publiée aujourd’hui il appelle à ne pas oublier les universitaires étrangers incarcérés en Iran, et notamment sa collègue franco-iranienne Fariba Adelkhah.

Suivre le carnet en soutien à sa libération :  https://faribaroland.hypotheses.org

 

300 days of detention for Fariba Adelkhah – 300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche d’Europe et d’ailleurs, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération. Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle !

fariba

Fariba is in danger. We must act urgently for her!

We’ve been in lockdown for 20 days. Fariba Adelkhah, a researcher at the International Research Centre of Sciences Po Paris, has been in prison for 300 days in Iran. By posting her face on the websites of academic institutions and research teams in Europe and elsewhere, we want to show the support of the scientific community and urge the French government to do everything possible to secure her release.

Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Photographie à la une prise sur le site du comité de soutien de Fraiba Adelkhah et photogrpahie dans le billet réalisée par Stéphanie Samper. Diffusées avec leurs aimables autorisations.

Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

Lauréat de l’appel à projets Données et Sciences ouvertes, le projet de recherche ANTHROPEN « Les frontières des données anthropologiques »1, porté par le LESC et financé par l’ANR, organise le mardi 3 mars 2020 une journée d’étude sur le thème Les données anthropologiques en partage à l’Université Paris Nanterre, qui traitera des problématiques d’ouverture et de partage des données produites et utilisées par les anthropologues et ethnomusicologues.

Programme Continuer la lecture de Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

  1. Appel Flash « science ouverte : pratiques de recherche et données ouvertes » []

Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

Mise à jour du billet du 27 février 2020, le 25 mars 2020 :   Suite à la situation pandémique du COVID19, l’EHESS choisit placer en libre accès une partie de ses éditions. Les usagers des bibliothèques et institutions qui proposent l’offre OpenEdition Freemium for Books peuvent désormais lire en ligne l’ouvrage de Florence Descamps : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel (formats HTML, PDF et ePub).

La chose est bien connue maintenant. Dans l’historiographie française, la source orale s’est vue disqualifiée à la fin du XIXème siècle par les pères fondateurs de la première école historique française.

C’est par ces mots1 que débute le récit du long apprivoisement de l’histoire orale en France, qui se termine – comme un happy end – par une peinture d’une histoire orale à la française enfin reconnue : celle qui donne à entendre des corpus oraux où histoire, mémoire et patrimoine cohabitent. Un récit haletant, qui ne craint pas de relater les obstacles et l’adversité vécue par les historiennes et les historiens qui ont cru à cette discipline et à la force de la parole en histoire. Sous nos yeux défilent les portraits de celles et ceux qui ont jalonné cette histoire, même fugacement, et à travers les différentes phases de cette reconnaissance disciplinaire, ont permis la légitimation de cette source. On y retrouve ainsi Philippe Joutard2 et Jean-Claude Bouvier3, les deux fondateurs de la phonothèque de la MMSH, les grandes enquêtes Continuer la lecture de Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

  1. p. 31 []
  2. La figure de Philippe Joutard, historien moderniste, qui a lancé en 1979 dans la revue L’histoire l’injonction « Historiens à vos micros », est invoquée à plusieurs reprises dans l’ouvrage, notons en particulier les pages 56 et 124 []
  3. Ethnodialectologue, Jean-Claude Bouvier  a dirigé plusieurs thèses de chercheur.e.s qui ont constitué de vaste corpus sonores comme Jean-Noël Pelen, cité également dans l’ouvrage, Pierre Chabert ou Nicole Coulomb ; voir en particulier page 55. []

Des institutions jordaniennes et européennes collaborent pour la valorisation de l’histoire orale de Jordanie

En 2018 et 2019, des institutions jordaniennes, allemandes et françaises1 ont mené un projet commun d’histoire orale « Our Memory: Stories of Jordanian Oral Memory in the Twenty-first Century », aboutissant sur la constitution d’un fonds d’archives sonores. Des étudiants issus des universités participantes ont ainsi mené des enquêtes de terrain auprès d’informateurs originaires de différentes villes de Jordanie, en se concentrant sur deux thèmes particuliers  : la période de la première guerre mondiale en Jordanie (thème choisi pour l’année 2018, correspondant au premier corpus du fonds), et les lieux de mémoire en Jordanie (année 2019, correspondant au second corpus).

Continuer la lecture de Des institutions jordaniennes et européennes collaborent pour la valorisation de l’histoire orale de Jordanie

  1. le Goethe-Institut, l’Institut français de Jordanie (IFJ), l’Institut français du Proche Orient (Ifpo), le Département de la bilbliothèque nationale de Jordanie, ainsi que l’Université de Yarmouk (YU), l’Université de Mutah, l’Université Hussein Bin Talal et l’Université de Jordanie []

Grève numérique contre la LPPR

Ce texte soutient les personnels en lutte dans l’enseignement supérieur et la recherche, en particulier les précaires dont les perspectives de stabilisation professionnelles sont gravement compromises par la réforme de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche connue sous son petit nom de LPPR à laquelle vient de s’ajouter celle sur la retraite. Ce texte se retrouve sur de nombreux carnets hébergés sur la plateforme OpenEdition. Vous pouvez suivre le mouvement à partir des billets postés sur le site de Mediatpart  OpenEdition en lutte en appelle à ses contributrices et contributeurs !  et sur le carnet Academia où est mise à jour la liste des soutiens au personnel d’OpenEdition. Continuer la lecture de Grève numérique contre la LPPR

À l’an que vèn…

En 2019, la phonothèque se sera placée sous la lumière du Proche-Orient avec en particulier l’organisation d’un colloque international au mois de mai à Beyrouth, la publication en décembre du catalogue des archives de Jean Métral et de celui de Michel Seurat qui paraîtra en janvier, en collaboration avec l’Institut français du Proche-Orient ou encore avec la poursuite de la collaboration scientifique avec le département de la bibliothèque nationale de Jordanie sur leurs projets d’archivage d’histoire orale. Continuer la lecture de À l’an que vèn…