Archives de catégorie : Lire/écouter/voir

Pour l’amour de la guitare : apprendre l’ébénisterie en France et la lutherie aux USA

Le luthier Florian Deneuville à l’établi (Aix-en-Provence, mai 2019)

Florian Deneuville découvre la guitare et la musique à 7 ans en 1995, suite à un drame familial, la perte de son père. Il débute la guitare classique à l’école de musique du village de Lamanon. Il fera de cet instrument et de son goût pour le travail du bois une passion et un métier.

La passion de la guitare (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Pour se familiariser avec la construction des guitares, il commence à en démonter et désosser certaines, avec un matériel rudimentaire. Continuer la lecture de Pour l’amour de la guitare : apprendre l’ébénisterie en France et la lutherie aux USA

La phonothèque en visite à l’INIST, 8 février 2019

L’INIST – Institut de l’information scientifique et technique (Nancy) propose régulièrement à ses agents des échanges avec des professionnel.le.s – chercheur.e.s, enseignant.e.s ou ingénieur.e.s – issu.e.s de métiers différents, travaillant dans le domaine ou proches de l’IST dans le cadre d’un séminaire interne Séquence de com’ IC2020 organisé par Clotilde Roussel. Ils/elles viennent présenter leurs parcours professionnels et les enjeux qu’ils/elles peuvent percevoir autour des questions de la gestion de l’information, des données et de leur partage. Vendredi 8 février, ce sera au tour de la phonothèque de présenter ses aventures professionnelles sous le titre : Des enquêtes orales aux données de la recherche : parcours professionnel d’une archiviste. Enjeux, méthodes, réseaux. Continuer la lecture de La phonothèque en visite à l’INIST, 8 février 2019

Des nouvelles de la phonothèque sur la lettre de l’INSHS

La lettre de l’Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS) du mois de mars est résolument sonore : non seulement elle fait un focus sur les activités de la phonothèque de la MMSH1, mais elle présente le projet Continuer la lecture de Des nouvelles de la phonothèque sur la lettre de l’INSHS

  1. Merci à Odile Cobtat qui a rédigé cet article après une visite à la MMSH en compagnie d’Armelle Leclerc où elles ont dû affronter les éléments. []

Qu’est-ce que vivre au bagne ? Chronique sonore

Radio Calade, la radio du Beaujolais et du Val de Saône a mis en ligne une chronique sonore terrifiante1 de Philippe Collin sur la vie aux bagnes de Guyane et de Nouvelle Calédonie. Réalisée à partir des témoignages de Léon Collin, son grand-père (1880-1970), médecin militaire de l’Empire français qui a consigné et photographié ce qu’il vivait et voyait dans l’enfer carcéral des colonies de Guyane (de 1906 à 1910) et de Nouvelle Calédonie (de 1910 à 1913).  Son carnet de notes a été publié sous le titre Des hommes et des bagnes en 2015 aux éditions Libertalia avec une partie de ses 130 photographies2.

Continuer la lecture de Qu’est-ce que vivre au bagne ? Chronique sonore

  1. Cette chronique historique du bagne par Philippe Collin a été diffusée entre avril et mai 2017,  le vendredi à 16h30 et rediffusée le dimanche à 9h30 sur CALADE , elle est en réécoute sur le site www.radio-calade.fr sous licence Creative Commons CC-BY-SA []
  2. Philippe Colin a fait en sorte que l’ensemble de la production de son grand-père soit accessible de multiples manières et le plus librement possible réutilisable.  Outre la publication de son carnet, un documentaire a été diffusé sur Arte le 20 mai 2017 à 16h25. Les exemplaires originaux ont été déposés aux ANOM, aux archives de Nouvelle-Calédonie, au musée de Saint-Laurent-du-Maroni et au Musée Nicéphore Nièpce. Enfin les documents de Léon Collin sont accessible sur le site de Criminocorpus. []

Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

L’ouvrage de Gregor Mathias La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie, qui vient de paraître aux éditions Vendémiaire est tiré de sa thèse1. L’auteur s’appuie sur les archives de la Préfecture de police de Paris, les archives militaires du SHD de Vincennes, les archives nationales de Pierrefitte, les archives administratives des ANOM d’Aix-en-Provence et des archives privées. Ces archives sont complétées par des entretiens enregistrés d’ouvriers ou de supplétifs de la Force de Police auxiliaire de Paris au cours de l’année 1999. L’ensemble du corpus, riche de plus de 70 heures, a été déposé à la Phonothèque de la MMSH et peut être aujourd’hui écouté sur place. Cette nouvelle publication nous donne l’occasion de mettre en ligne des extraits de ces entretiens qui ont été utilisés dans l’ouvrage et que Gregor Mathias a sélectionné pour l’occasion. Continuer la lecture de Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

  1. Les officiers des SAS et des SAU et la politique de pacification pendant la guerre d’Algérie (1955-1962), soutenue en 2013, sous la direction de Guy Pervillé, à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures , en partenariat avec l’équipe de recherche France méridionale et Espagne. Histoire des sociétés du Moyen âge à l’époque contemporaine. []

Alors que j’attendais…

Voilà comment le metteur en scène Omar Abussaada évoque la  Syrie dans un entretien au journal La terrasse1 : “On parle souvent de guerre à propos de la situation en Syrie. Je ne suis pas très à l’aise avec ce terme-là. Car ce qui se passe aujourd’hui est la conséquence directe de la répression brutale qui mit fin, en 2011, à l’impulsion révolutionnaire. C’est à partir de ce moment-là que ma vie a définitivement changé. Ma famille a quitté Damas. La plupart de mes amis sont partis vivre à l’étranger. Et parmi ceux qui sont restés, certains ont été arrêtés par les autorités (…). Aujourd’hui, plus que jamais, le théâtre est la chose qui me permet de continuer à vivre, de faire face à la mort.” Continuer la lecture de Alors que j’attendais…

  1. La terrasse, 26 juin 2016, n°245. []

Parution du nouveau bulletin de l’AFAS (n°42)

En 2015, l’AFAS changeait son intitulé, devenant ainsi “Association des archives sonores, orales et audiovisuelles”. En 2016, les changements continuent… Le comité de rédaction de l’association a travaillé étroitement  avec l’école Estienne pour produire une nouvelle maquette qui sera bientôt accessible en impression à la demande en ligne. Continuer la lecture de Parution du nouveau bulletin de l’AFAS (n°42)

La Minoterie des Alpes-de-haute-Provence

En juillet 2016 est paru l’ouvrage : La Minoterie des Alpes, inventaire du patrimoine, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, par Géraud Buffa, Photographes : Marc Heller, Frédéric Pauvarel, cartes et schémas : Sarah Bossy, Collection Parcours du patrimoine n°403, Ed. Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Cet ouvrage, remarquablement illustré et documenté, est consultable à la bibliothèque de la MMSH (en cours de cotation). Conçu comme un guide, il  retrace le parcours de la Minoterie de La Mure-Argens située sur les bords de l’Issole et desservie par le « Canal du Moulin ». Elle était à l’origine une fabrique de draps qui fut rachetée à la fin du dix-neuvième siècle pour être transformée en minoterie. Parfaitement conservé, le moulin renferme une machinerie imposante qui servait à trier, broyer, extraire et ensacher le blé. La commune de La Mure-Argens a racheté ce moulin pour le transformer en musée qui fut inauguré le 18 juin 2016. Vous pouvez le visiter jusqu’au 18 septembre.

Géraud Buffa1 a publié à la fin de ce guide, une enquête de la phonothèque qui retrace l’histoire de la Minoterie, il s’agit de l’entretien n°4167, “Témoignage sur la minoterie de la Mure-Argens (04) et sur les différentes farines” réalisé en 2012 par Corinne Cassé, ethnologue, dans le cadre du projet Mémoires orales des industries du bord de l’eau en collaboration avec le pays A3V (Pays Asses Verdon Vaïre Var). Les extraits sonores issus de l’enquête reprenant les propos de la fille du dernier meunier peuvent être écoutés sur Les carnets de la phonothèque.

À découvrir également :
http://fr.calameo.com/accounts/4224234
http://www.secrets-de-fabriques.fr : Musée de la Minoterie des Alpes, moulins d’Entrevaux, draperies du Verdon, distillerie de lavande de Barème  à voir sur secrets de fabriques.

En image à la une, photo de couverture de l’ouvrage.

  1. Géraud Buffa est conservateur territorial du patrimoine au Service de l’Inventaire et du Patrimoine de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur []

Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Compte-rendu de l’ouvrage de Michèle Castellongo, Écoute musicale et acoustique : 420 sons et leurs sonagrammes décryptés, Eyrolles, 2015, 541p. + cédérom.

En 2010, dans la préface de la réédition de l’ouvrage d’Emile Leipp L’acoustique musicale, Michèle  Castellengo faisait part de son étonnement face à l’intérêt renouvelé du public pour cet ouvrage publié pour la première fois en 1984 Ce fait est d’autant plus surprenant [écrivaetit-elle] que l’ acoustique a connu depuis un essor considérable, notamment grâce au développement des techniques numériques du son. Les recherches se sont multipliées, complexifiées, spécialisées, et c’est peut-être la raison pour laquelle il n’existe pas encore d’ouvrage équivalent en français, traitant de l’ensemble des questions soulevées par l’acoustique des communications humaines, sous son double aspect physique et perceptif. Trente ans plus tard, cette infatigable spécialiste de l’acoustique musicale publie une somme de connaissances sur la perception de la musique et des sons qui marquera certainement, elle aussi, plusieurs générations de mélomanes. Continuer la lecture de Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Archiver le futur radieux

Dans son documentaire,  “Souvenirs d’un futur radieux” José Veira filme la vie dans un bidonville en 2005 et croise ses images avec des films d’archives du même bidonville qu’il a habité 50 ans auparavant. Les traces du bidonville où il est arrivé en 1966 sont rares : la bande son d’une émission de télé, quelques journaux d’actualité et des articles de presse aux photographies noir et blanc, jaunies et tramées. Pas grand chose pour se remémorer cette période, pas facile de retrouver d’anciens habitants et de les faire témoigner.  Car que sont les archives des bidonvilles sinon des archives administratives ? Certes, certains ont été bien documenté, et sur la durée, comme celui de Nanterre par exemple. Sur celui-ci, des enregistrements ont été collectés par la BDIC (bibliothèque de documentation internationale contemporaine) et plusieurs émissions ou journaux télévisées et radiodiffusés sont archivés par l’Ina. Mais comment peut-on archiver l’adversité et la joie,  les odeurs, le mouvement ?

Le tournage du bidonville de Massy filmé au début des années 2000 est finalement emblématique : si José Veira y retrouve ses souvenirs d’enfance, et en particulier ceux de son père qui les y amena pour quitter un pays où la dictature et la pauvreté sévissaient, il plonge le spectateur dans la durée en passant sobrement des années 1966 au 21ème siècle. Autour des baraques, le quotidien semble toujours en mouvement : construire, trier, nettoyer, déblayer, bricoler, cuisiner, transporter… Il ne faut pas s’arrêter si on veut survivre. Il y a aussi la boue tyrannique sur le terrain marécageux : les pas qui s’enfonce et demandent une grande attention pour ne pas trébucher (surtout éviter de se salir), les roues des petits chariots qui protègent ce que l’on transporte qui s’embourbent , l’odeur de la terre remuée. Il y a bien sûr la violence de la promiscuité, de ceux qui veulent gagner de l’argent même sur ceux qui n’en ont pas,  celle de la Marie qui ne veut pas inscrire les enfants à l’école ou installer l’eau courante pour éviter que les installations durent, les chauffeurs de bus qui continuent leur route alors qu’un habitant du bidonville leur fait signe à l’arrêt qui pourtant est bien construit là.

Arrivé un peu par hasard en suivant un groupe de Roms qu’il filmait, José Veira a eu la surprise de retrouver un campement planté comme il y a 50 ans à quelques centaines de mètres des trois tours de Massy qui dominaient son paysage enfant. Rien n’a changé. Enfin était différent tout de même c’était la période économique : si son père avait trouvé du travail dans les années 1960, il n’y en avait pas pour ces nouveaux habitants. Si l’avenir de l’enfant arrivé en 1966 semblait radieux1 , celui des enfants qu’il découvre là semble bouché, l’inscription à l’école est impossible. Pour transmettre cette durée, José Veira utilise les portraits filmés. Ceux-là même qu’il transforme ensuite en photographies et imprime pour les habitants du bidonville, et qu’ils affichent sur les murs de leurs cahutes. Dans le documentaire, ces portraits sont d’une force toute particulière : les personnes posent, sans bouger et pourtant un clignement d’oeil, le vent qui soulève les cheveux, le sourire qui pointe, les rendent vivants dans une histoire qui ne se termine jamais. Ce sont aussi ces portraits qui donne la joie du film, son humour. Avec aussi les moments particuliers de franche rigolade comme les pseudos journalistes de bidonville, ou la baignade dans le petit lac de Massy (toujours sous la surveillance des trois tours d’HLM) qui elle aussi traverse les années.

Le scénario peut se deviner : à la fin du film la Mairie commence à détruire les maisons inhabitées et creuser des tranchées autour des autres, au dessus de murs de boue, impossibles à franchir. D’autres vont venir les chasser violemment et brûler les quelques murs qui restent. Le film ne raconte pas comment ils vont recommencer à bâtir leurs baraques après être repartis en Roumanie et revenus aussitôt mais la continuité retracée depuis les années 1960 nous laisse imaginer la poursuite des mêmes gestes, à quelques mètres.

D’ailleurs si on voulait encore un signe de l’universalité de ce documentaire, il faut savoir que José Veira ne parle pas la langue des Roms. Il a filmé d’abord puis a compris ensuite au montage, avec un traducteur, le sens des mots. Peu importe, il avait déjà entendu une partie de l’histoire lorsqu’il était enfant…

A lire également sur ce documentaire :
Isabelle Ligner, “Bidonvilles: parcours croisés de « chercheurs de vie meilleure » portugais et roumains”, Dépêche tsiganes, 23 février 2015 [En ligne] http://www.depechestsiganes.fr/bidonvilles-parcours-croises-de-chercheurs-de-vie-meilleure-portugais-et-roumains

Voir la fiche technique du film : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_actualite_film/42460

et la page Facebook du film : https://www.facebook.com/souvenirsdunfuturradieux

Crédits photographiques de l’image à la une : image d’une famille dans un bidonville sur l’île d’Antigua en 1914, pas de restrictions de droits connues, collection des archives nationales UK.

  1. La voix off du documentaire nous explique le titre “Il était annoncé des cités dans l’espace, des villes sous marines, il se disait que les robots débarrasseraient l’homme de la servitude, la science triompherait des malheurs de l’Humanité. La science fiction était devenu le futur tangible. C’est ce que prédisaient les revues que nous trouvions à la décharge. Cet avenir là n’a jamais existé que dans mes souvenirs.” []