Archives de catégorie : Lire/écouter/voir

#IAW2024 : Une capsule sonore “écho de la performance”, jeudi 13 juin 2024, CRAL (Paris)

Pour célébrer la semaine internationale des archives (#IAW2024) 1, le secteur Archives de la recherche – Phonothèque publie chaque jour, du 7 au 11 juin 2024, un billet illustrant la vitalité des archives à travers les projets de création et d’expérimentation gravitant autour des fonds de la Médiathèque de la MMSH. De la capsule sonore au parcours sonore et sensible, de l’adaptation artistique et engagée par des comédiennes de théâtre à la lecture passionnée par un étudiant de licence, en passant par le retour d’expérience d’apprenties archivistes numériques… Suivez-nos actualités archivistiques entourant la Journée Internationale des Archives le 9 juin2.

Jeudi 13 juin 2024, le Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL, UMR 8566 EHESS/CNRS) organise la journée d’étude “Les échos de la performance / Entendre des voix” afin de questionner le son comme médium pour donner à entendre la performance artistique.

Continuer la lecture de #IAW2024 : Une capsule sonore “écho de la performance”, jeudi 13 juin 2024, CRAL (Paris)

  1. Pendant la Semaine Internationale des Archives (IAW), des organismes du monde entier partagent leurs événements et se joignent à lICA pour souligner la valeur intrinsèque et limportance des archives et des archivistes. En savoir plus : https://francearchives.gouv.fr/fr/actualite/346039784 []
  2. En écho au 9 juin 1948, date à laquelle le Conseil International des Archives a été créé sous la houlette de lUNESCO []

L’Algérie au coeur des archives de la recherche de la médiathèque de la MMSH

Au moment de la création de la MMSH, en 1997, des fonds de chercheuses et de chercheurs jusqu’ici dispersés au sein de plusieurs laboratoires ont été réunis à la Médiathèque offrant ainsi une opportunité unique de croiser dans un seul lieu des sources issues de diverses disciplines, qui ont traversé les technologies du début du 20ème siècle à nos jours : papiers, calques, cartes, plaques de verre, diapositives, négatifs et tirages, bandes et cassettes analogiques puis, dès les années 2000, Minisdics et DAT, films sur tous supports, disquettes, vidéodisques ou fichiers numériques natifs. Une grande part de ces archives témoigne des activités, des tâtonnements, des processus de réflexion, des données utilisées dans les publications sur le terrain algérien, sur lequel historiens, sociologues, anthropologues, politistes, linguistes, musicologues, historiens de l’art, ont travaillé. Les archives constituées forment aujourd’hui un fonds considérable, cohérent et en grande partie inédit sur la Méditerranée et tout particulièrement sur l’Algérie. Les fonds sur l’Algérie correspondent à environ 80 mètres linéaires sur un ensemble de 600 mètres linéaires, et à une quinzaine de collections. Continuer la lecture de L’Algérie au coeur des archives de la recherche de la médiathèque de la MMSH

Lunedì 9 ottobre 2023, 17:45 : Restituzione dei risultati della ricerca I-DEA / Matera 2019

Lunedì 9 ottobre 2023, alle 17:45, presso l’Università della Basilicata, la Phonothèque (Archivi Sonori) della MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme) sarà a Matera per promuovere il libro Sassi e memoria: etnografie per un archivio delle voci (2022) curato da Ferdinando Mirizzi e Vita Santoro. Questo evento offre l’opportunità di mettere in luce le testimonianze orali raccolte nel quadro di IDEA – Matera 2019.

Leggere in Italiano / Read in English / Lire en langue française Continuer la lecture de Lunedì 9 ottobre 2023, 17:45 : Restituzione dei risultati della ricerca I-DEA / Matera 2019

A la découverte de la Discoteca di stato – ICBSA, Rome

Les 4 et 5 juillet 2023, dans le cadre du programme MedMus – Méditerranée(s) musicale(s) : Techniques, circulations et représentations – XIXe-XXIe siècles Panagiota Anagnostou (école française d’Athènes) et Séverine Gaby-Thienpont (IDEMEC, UMR7307), ont organisé un atelier pour tenter de lister les bonnes pratiques de l’archivage des données recueillies sur le terrain. En effet,  leur projet pluridisciplinaire1, qui traverse le bassin Méditerranéen et trois écoles françaises2 privilégie la collecte sur le terrain. L’objectif est, à la fin du programme, de donner accès aux archives sonores enregistrées, dans la mesure du règlement des questions juridiques et éthiques. L’atelier, fructueux et constructif, s’est terminé sur le terrain des archivistes,  par une visite à  l’ICBSA, l’Istituto centrale per i beni sonori ed audiovisivi, anciennement nommé “Discoteca di Stato”.

Le Secteur archives de la recherche / Phonothèque de la Médiathèque SHS de la MMSH et l’ICBSA ont signé une convention de collaboration scientifique le 9 octobre 2019 pour faciliter les échanges entre les deux institutions. Cette convention s’appuie en particulier sur le travail mené par Matteo Cialone dans le cadre de sa thèse, “L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone” – ED055, en cours, sous la direction d’Olivier Tourny (IDEMEC) et Christine Esclapez (PRISM).

Merci à  Luciano D’Aleo et à Corinna Ranzi de leur disponibilité et de la transmission de leur savoir. La rencontre avec l’équipe de la numérisation a été l’occasion de la découverte d’un portail encore trop méconnu, créé en 2018, sur la chanson italienne : http://www.canzoneitaliana.it … on peut s’en douter, tout n’est pas en écoute libre et renvoie pour la variété à des plateformes payantes après quelques secondes d’extrait, mais plusieurs disques du domaine public sont écoutables dans leur totalité ainsi que la majorité des enregistrements de musique traditionnelle, dont voilà quelques sélections :

A virrinedda, interprété par Ros:a Balistreri (Sicilia) : www.canzoneitaliana.it/a-virrinedda.html

Amore mio non piangere, interprété par Giovanna Daffini (Emilia Romagna) www.canzoneitaliana.it/amore-mio-non-piangere.html

Buongiorno macellaro interprété par Michele L. Straniero (Toscana) www.canzoneitaliana.it/buongiorno-macellaro.html

Et j’ai eu la joie de réentendre le groupe des Pouilles Arakne Mediterranea où Giorgio Di Lecce nous réjouit de ses percussions : Canterina (Te pizzicau) : www.canzoneitaliana.it/canterina-te-pizzicau.html

Dommage que les références discographiques ne soient pas mieux précisées. Il est seulement indiqué pour ces morceaux “Mostra delle Regioni” ce qui correspondent sans doute à l’exposition de 1961 à Turin pour le centenaire de l’Unità d’Italia,ceci sans plus d’information. Mais ne boudons pas notre plaisir… à vos oreilles !

A lire également,pour en savoir plus sur l’activité de l’ICBSA : https://icbsaitalia.hypotheses.org

Crédits de l’image “à la une” : détail d’un phonographe à jeton vers 1910, phogr. Séverine Gaby, 5 juillet 2023, CC-BY-NC.

Merci à Matteo Cialone pour sa relecture.

  1. Plusieurs chercheur·e·s de différents horizons sont impliqués dans ce projet qui croise musicologie, anthropologie et histoire des techniques. []
  2. Trois écoles françaises sont impliquées : l’institut français d’archéologie orientale (IFAO); l’École française d’Athènes (EFA) et l’École française de Rome qui finance le projet. []

Journées du patrimoine 2022 : une exposition sonore et des projections au Centre Hospitalier Montperrin

Dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine 2022 le secteur Archives de la recherche de la médiathèque SHS de la MMSH s’associe au  service Archives et documentation du Centre Hospitalier Montperrin et au Centre d’arts contemporains d’intérêt national 3 bis f,  situés à Aix-en-Provence, pour proposer une exposition autour d’un évènement intitulé “Mémoire et Création” sur le patrimoine cinématographique, architectural et vivant, la création in situ et l’hôpital en récits. Un parcours autour de la mémoire, du soin et de la psychiatrie à travers des témoignages, des images et des réalisations au sein du plus grand, et parmi l’un des plus anciens, établissement psychiatrique des Bouches-du-Rhône. Continuer la lecture de Journées du patrimoine 2022 : une exposition sonore et des projections au Centre Hospitalier Montperrin

Avent 2021 – Créer un musée pour comprendre comment se lisaient, se voyaient et s’entendaient les archives de la recherche

RIS DE VEAU SURPRISE : Escaloper finement quatre ris de veau que vous aurez auparavant faits dégorger dans une eau légèrement citronnée. Mettre à four moyen pendant quarante minutes en arrosant fréquemment. Déglacer au Noilly, servir avec un sorbet au thé. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.97.

Lecteur de diapositives et mallette dédiée à son transport appartenant au fonds Marceau Gast

A quel moment un format devient-il obsolète ? Est-ce lorsque qu’il n’est plus utilisé, plus produit ou quand il a été remplacé par un nouveau format ? C’est la question que se pose le Museum of obsolete media sur son site muséographique présentant une impressionnante collection d’objets audiovisuels et de supports de données : plus de 750 formats y sont dévoilés et documentés à travers le temps. Continuer la lecture de Avent 2021 – Créer un musée pour comprendre comment se lisaient, se voyaient et s’entendaient les archives de la recherche

Présentation de l’ouvrage Collectes sensorielles. Recherche, musée, art

Vendredi 19 novembre se tiendra le sémaire de l’IDEMEC où sera présenté l’ouvrage co-dirigé par Véronique Dassié (UMR Héritages), Aude Fanlo (Mucem), Marie-Luce Gélard (Université de Paris, Canthel), Cyril Isnart (UMR Idemec) et Florent Molle (Musée du design St-Étienne), postfacé par Mélanie Roustan.

L’équipe de la phonothèque de la MMSH1 a participé à cet ouvrage collectif avec Joël Candau, Sara Kuehn, Federica Manfredi, Léna Massiani, Boris Raux, Compagnie Tam A Tam, Laurent Jérôme, Carole Delamour, Elise Olmédo, Virginie Kollmann-Caillet, Judith Dehail et Joëlle Le Marec.

Sommaire de l’ouvrage Continuer la lecture de Présentation de l’ouvrage Collectes sensorielles. Recherche, musée, art

  1. Pour la rédaction de cet article, il s’agit de Matteo Cialone, Véronique Ginouvès, Claire Grégoire et Hélène Giudicissi,. []

Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

« Puis sa vocation s’amplifiait. Il lui arrivait alors tout un brouillamini d’obscurs avatars qui simulait, mot pour mot, trait pour trait, sauf dans sa conclusion, la Saga aux profonds chaînons, l’amusant, mais pourtant moral, pourtant touchant roman qui avait jadis nourri la Chanson d’un troubadour du nom d’Hartmann, puis qu’un Thomas Mann à son tour avait suivi, y puisant par trois fois son inspiration. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 18-19).

Dans le cadre de mon stage à la phonothèque de la MMSH, j’ai l’opportunité de travailler sur un fonds d’enquêtes sonores consacré à l’étude de la fabrication des musiques particularistes. Ce fonds, conçu par Élisabeth Cestor1 entre les années 1994 et 2006, est produit autour de diverses études : un DEA (Diplôme d’Étude Approfondies) en Anthropologie sur le renouveau de la musique gaélique à  l’Université d’Edinburgh en Ecosse (1994), une thèse sur la fabrication des musiques particularistes, et la pratique de chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle (soutenue sous la direction d’Emmanuel Pedler à l’EHESS à Paris en 2004), ainsi qu’un post-doctorat à l’Ifpo de Beyrouth (2006) où plusieurs enquêtes consacrées à la musique orientale sont collectées. Continuer la lecture de Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

  1. Élisabeth Cestor occupe aujourd’hui le poste d’adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille. []

Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

Mise à jour du billet du 27 février 2020, le 25 mars 2020 :   Suite à la situation pandémique du COVID19, l’EHESS choisit placer en libre accès une partie de ses éditions. Les usagers des bibliothèques et institutions qui proposent l’offre OpenEdition Freemium for Books peuvent désormais lire en ligne l’ouvrage de Florence Descamps : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel (formats HTML, PDF et ePub).

La chose est bien connue maintenant. Dans l’historiographie française, la source orale s’est vue disqualifiée à la fin du XIXème siècle par les pères fondateurs de la première école historique française.

C’est par ces mots1 que débute le récit du long apprivoisement de l’histoire orale en France, qui se termine – comme un happy end – par une peinture d’une histoire orale à la française enfin reconnue : celle qui donne à entendre des corpus oraux où histoire, mémoire et patrimoine cohabitent. Un récit haletant, qui ne craint pas de relater les obstacles et l’adversité vécue par les historiennes et les historiens qui ont cru à cette discipline et à la force de la parole en histoire. Sous nos yeux défilent les portraits de celles et ceux qui ont jalonné cette histoire, même fugacement, et à travers les différentes phases de cette reconnaissance disciplinaire, ont permis la légitimation de cette source. On y retrouve ainsi Philippe Joutard2 et Jean-Claude Bouvier3, les deux fondateurs de la phonothèque de la MMSH, les grandes enquêtes Continuer la lecture de Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

  1. p. 31 []
  2. La figure de Philippe Joutard, historien moderniste, qui a lancé en 1979 dans la revue L’histoire l’injonction « Historiens à vos micros », est invoquée à plusieurs reprises dans l’ouvrage, notons en particulier les pages 56 et 124 []
  3. Ethnodialectologue, Jean-Claude Bouvier  a dirigé plusieurs thèses de chercheur.e.s qui ont constitué de vaste corpus sonores comme Jean-Noël Pelen, cité également dans l’ouvrage, Pierre Chabert ou Nicole Coulomb ; voir en particulier page 55. []

Expérimenter la publication d’un blog : le cas de S.I.Lex

C’est en février 2009 que Lionel Maurel, alias Calimaq, juriste et bibliothécaire rédige son premier billet sur son blog s S.I.LEX six ans plus tard, ce sont plus de 600 qui sont lus, souvent relus, par les professionnels des sciences de l’information, par ceux qui se préoccupent des biens communs de la connaissance ou  par tous ceux qui s’interrogent sur leurs droits numériques et sur ce que peut devenir l’information sur le Web ou ses modèles économique. Sarah Clément et Mélanie Leroy-Terquem ont choisi d’en éditorialiser une sélection et de solliciter quinze blogueur.euse.s lecteur.trice.s de Calimaq  pour réaliser un ouvrage, qui paraîtra en octobre 2019 et sera – bien évidemment – également disponible dès sa sortie en libre accès aux presses de l’ENSSIB. Il sera donc enfin possible de feuilleter le blog sur la plage ou dans son fauteuil… ne manquez pas sa sortie en octobre 2019 !

Les blogueurs : Muriel Amar, Dominique Cambrésy, Benjamin Caraco, Véronique Ginouvès,Alexandre Hocquet, Bernard Majour, Luc Maumet, Silvère Mercier,Pouhiou, Sébastien Shulz, Bérengère Stassin, Isabelle Van Welden.

Télécharger le flyer promotionnel du livre.

 

Crédits photographiques : Image de la page 408 d’un compte rendu de l’Association française pour l’avancement des sciences, ca 1825, numérisé par la bibliothèque de New York Botanical Garden, LuEsther T. Mertz. Domaine public.