Archives de catégorie : Lire/écouter/voir

Paroles publiques et Internet : enjeux et modalités de la valorisation d’enregistrements sonores

4092440453_568d2ab927

“Paroles publique et Internet” c’est le titre d’un mémoire qui vient d’être soutenu à l’INTD et qui intéresse de près les phonothèques de l’oral car il fait le point sur les enjeux et les modalités de valorisation des conférences sur l’Internet. Les mémoires sur les enregistrements sonores ne sont pas légions, et celui-ci mérite d’être signalé.

On se souvient de l’impact de text-e, un colloque virtuel interactif que la BPI avait organisé entre le 15 octobre 2001 et la fin mars 2002. Ce premier colloque entièrement virtuel était consacré à l’exploration de l’impact de l’Internet sur la lecture, l’écriture et la diffusion du savoir. Le grand succès qu’il a rencontré a été aussi le début d’une réflexion fructueuse dans le domaine de de l’édition électronique et a participé aux prémices du Web 2.0 ; il a aussi suscité un grand intérêt pour la diffusion des conférences en ligne jusqu’ici peu valorisées.

Partie d’un stage au sein de l’association La joie par les livres, Pauline Longin s’interroge dans son mémoire sur la place de l’oralité dans le monde intellectuel. Question avisée puisque la parole demeure la forme la plus commune d’enseignement dans le monde. A cela s’ajoute aujourd’hui un souci de patrimonalisation, de valorisation de transmission du savoir qui pousse les institutions à mettre en ligne les conférences publiques enregistrées en leur sein. Le mémoire pose la question des publics et du temps d’écoute des conférences sur l’internet, pas vraiment considérable (le temps d’écoute moyen serait de 7 minutes pour 1h30 d’enregistrement). La question de l’attention portée au son sur le web est difficile à circonscrire car il y a peu de littérature spécialisée sur le sujet.

Si on souhaite se lancer dans une mise en ligne exhaustive et systématique de ce type de document, il sera nécessaire d’établir des critères de qualité. Le mémoire propose (p. 75) une grille pour mieux sélectionner les enregistrements à traiter en priorité avec une série de questions basiques qui peut se transformer en une fiche intéressante pour la gestion des collections :

– La prise de son est-elle d’une qualité suffisante ? (absence de bruits parasites, bonne compréhension…) ;

– Le propos est-il facilement séquençable ? (cycle de questions/réponses, plan précis…)

– Le contenu est-il accessible sans l’appui d’un diaporama ?

– Le thème de la conférence est-il un sujet orginal, peu traité ?

– La manifestation va-t-elle faire l’objet d’une publication ? (acte, compte-rendu…).

Des tableaux comparatifs de sites mettant en ligne des conférences, des propositions de contrats d’utilisation, un point complet sur les formats de diffusion des fichiers sonores… plusieurs éléments du mémoire intéressent les gestionnaires des archives sonores qui vont trouver là une synthèse précieuse.

Pour ma part, la question des publics est celle qui me semble la plus décisive pour l’avenir des phonothèques : qui prendra le temps d’écouter ces enregistrements en ligne ? Finalement, les institutions qui se posent la question sont peu nombreuses mais par contre, celles qui mettent en ligne leurs conférences en exposition derrière la grande vitrine d’Internet se multiplient sans cesse.

Le mémoire est accessible en ligne, publié sur Calaméo : Parole publique et Internet : enjeux et modalités de la valorisation d’enregistrements sonores.

Crédit photographique : Internal Audio Visual Aids Conference, 10th May 1970, Library of the London School of Economics and Political Science, permalien

Un petit souvenir, écoutez une conférence anniversaire : le 15 novembre 1965 Walt Disney donnait une conférence de presse sur les projets de sa société en Floride

Où est donc passée l’Afrique ?

2548066769_2abae15538Le journaliste Chérif Faye a publié récemment sur le  Sud Quotidien (le 23 septembre 2009) un entretien avec Adama Aly Pam, président de l’Association des Bibliothécaires archivistes documentalistes du Sénégal.

Adama Aly Pam est paléographe de formation. Il interpelle dans cet article les pouvoirs publics sénégalais pour qu’ils arrêtent de penser “que l’accès à la culture est moins important que la construction de routes”. Il est désormais nécessaire de fournir les moyens aux centres d’archives et aux bibliothèques du Sénégal pour qu’ils puissent conserver le patrimoine culturel national.

Plusieurs questions sont abordées mais il est intéressant de noter que la toute première porte sur les archives sonores et sur ce qu’il est possible de faire pour les préserver. Selon Adama Aly Pam, les archives radiophoniques et télévisuelles du Sénégal pourraient valoriser des enregistrements historiques comme les discours de Lamine Guèye ou la musique traditionnelle de Samba Diabaré Samb, mais il n’en est rien. Les Africains ne peuvent accéder à leur culture patrimoniale orale. Pour écouter les discours de Senghor ou ses poèmes récités par lui-même, il faut que les Sénégalais se rendent à Paris, à la Bibliothèque nationale de France ou dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Le danger en Afrique est que non seulement les documents se trouvent dans des conditions de conservation déplorables mais en plus, ils appartiennent souvent à des institutions privées ou des personnes qui ne se préoccupent guère du patrimoine collectif.

Amada Ali Pam est bien conscient que l’Afrique est la grande absente du Web aujourd’hui , et qu’il faut que cela change : “La bataille aujourd’hui, ce n’est pas de faire des recherches sur Google et obtenir des informations requises, mais la bataille pour nous, c’est la présence de l’Afrique sur les réseaux.” A nous aussi d’aider l’Afrique à accéder aux ressources électroniques que nous produisons en évitant les sites en flash ou les PDF trop lourds que les bas débits ne peuvent ouvrir.

Cela m’a rappellé une réflexion faite dans une conférence par Douglas Merill ancien CIO chez Google (chief information officer) alors qu’il venait présenter Les secrets de la recherche de Google à la Faculty of electrical ingineering au sein de l’Université technique de Prague. Il démontrait à l’assemblée que l’Afrique n’existait pas : certes, il avait survolé en venant jusque là un continent nommé Afrique mais il suffisait de regarder les lumières des réseaux pour voir d’un seul coup d’oeil que l’espace qu’il aurait dû occuper était vide.

Adama Aly Pam fait confiance aux bibliothécaires : “C’est la présence de toutes nos ressources informationnelles, de toutes nos ressources culturelles que nous détenons dans nos musées, dans nos centres d’archives, dans nos bibliothèques, pour qu’on puisse faire de sorte que quelque Africain qu’il soit, quelque Sénégalais qu’il soit, là où il se trouve, qu’il puisse accéder à la documentation scientifique et technique, à l’histoire du Sénégal, à l’information. Car l’accès à l’information est un droit qui est consacré par les conventions internationales, et par nos constitutions. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire, d’archiviste ou de documentaliste participent d’une manière ou d’une autre au renforcement de nos sociétés démocratiques.” A eux aussi, en Europe, de ne pas oublier l’Afrique sur le réseau. Tous ces sujets ont certainement été abordés lors de la semaine internationale des archives à Dakar qui a eu lieu du 19 au 23 octobre.  Si un archiviste peut nous signaler un compte-rendu, ce sera bienvenu !

A lire : Préservation du patrimoine culturel : Adama Aly Pam interpelle les pouvoirs publics.  Publié par Chérif Faye le 23 septembre 2009,  rubrique  Culture,  Sud Online [En ligne ] http://www.sudonline.sn/spip.php?article20470


Crédits photographiques : A woman potter from Senegal hand shapes a pot in the Roots of Virginia Culture program at the 2007 Smithsonian Folklife Festival on the National Mall, Washington, D.C. par Ken Rahaim. Aucune restriction de copyright connue. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3419&q=SFF2007_Rahaim_6-27_0143

Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale, compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons. L’image “à la une” du même immeuble a été ajoutée en 2021 (avec une mise à jour des liens), issue d’une promenade dans Beyrouth en novembre 2019,  photogr. V. Ginouvès, CC-BY-NC.

Mnemosyme frappe à la porte…

3110865740_084403e284

… et s’invite sur le tout nouveau blog de Goulven Le Brech, archiviste à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris.

Un blog qui promet de nous informer sur la question des archives dans le monde du numérique. Le titre,  “En attendant Mnemosyme”, est un rappel de la fille d’Ouranos et de Gaïa, qui présidait à la transmission, à la mémoire et donc aux archivistes, avant même que le panthéon des dieux grecs ne commence à s’organiser. Il faut que je pense à lui dédier un ex-voto si je scratche encore un disque dur (oups, je croise les doigts).

Crédit photographique : Ruth St. Denis photographie de Nickolas Muray (1923), New York Public Library http://www.flickr.com/photos/nypl/3110865740 – Pas de restrictions de diffusion connues.

De quelle oreille relire ses notes de terrain ?

HAL induit une nouvelle veille d’information en nous permettant de lire des articles que nous n’aurions pas repéré parce trop loin du domaine dans lequel nous avons l’habitude de fureter. En voilà un, par exemple, qui semble n’avoir aucun rapport avec les questions de terrain des ethnologues. Publiée en 2006 et déposée ces jours derniers sur HAL-SHS, l’étude porte sur des étudiants amenés à suivre des conférences en langue étrangère. Nicolas Guichon, de l’Université de Lyon 2, propose une étude sur la compétence complexe que demande la prise de note rapide sous le titre Le brouillon : aide mémorielle et trace de la compréhension de l’oral. Il rappelle que prendre des notes en écoutant c’est engager ensemble différents processus cognitifs – écouter, écrire, traiter de l’information – qui font appel à la mémoire de travail. Dans l’article, il renvoie vers les différentes stratégies que les étudiants sont amenés à utiliser révélant ainsi une partie des processus de compréhension de l’oral. De quoi s’interroger sur la façon de relire nos notes prises lors d’un entretien de terrain, un jour où le magnétophone a été oublié ou que nous avions tout simplement décidé – pour tout un tas de bonnes raisons – de ne pas l’utiliser.

L’article “Le brouillon : aide mémorielle et trace de la compréhension de l’oral” de Nicolas Guichon est accessible en texte intégral sur HAL-SHS et sur Les Cahiers de l’APLIUT [Association des Professeurs de Langues des. Instituts Universitaires de Technologie], tome 25, n°2, 2006, p. 61-76.

Crédits photographiques : “Untitled” par Thomas Smillie (1843-1917). Premier photographe du Smithsionan il a eut l’idée d’utiliser les images pour cataloguer la collection d’objets du musée. Aujourd’hui ses photographies font elles-mêmes partie des collections du Smithsonian. Ici il s’agit un porte-plume du musée. Droits : no known copyright restrictions, Smithsonian institution archives.

Oralité première, oralité seconde

Après ces journées sur le patrimoine immatériel de Rennes, j’ai trouvé par sérendipité un article Jean Dérive (LLACAN) sur l’oralité qui m’a semblé un bel écho à cette formation qui a réuni plus de 150 personnes. L’article a été publié ces jours-ci sous le titre “Les modes spécifiques de transmission du patrimoine oral : traditions et perspectives” sur HAL-SHS. Il est destiné à un livre d’hommages à Jean-Pierre Perrot qui paraîtra en 2009.

Dans ce texte, Jean Dérive rappelle qu’au Moyen-âge, les artistes – souvent musiciens – réalisaient de véritables performances culturelles devant leur public, en récitant leur texte de mémoire, selon les principes habituels de l’oralité. Si des manuscrits circulaient, ils n’étaient qu’un support graphique pour raviver la mémoire. A partir de cet exemple médiéval, et en s’appuyant sur son terrain en Afrique noire, il démontre ainsi que l’oralité n’est pas une culture par défaut, placée sous le signe du manque : manque d’écriture, manque d’auteur (les oeuvres en sont souvent anonymes), manque du raffinement que seul permettrait le recul de l’écrit. Elle est plutôt un choix culturel impliquant un type de rapport au verbe incarné, consommé à chaud dans le cadre « immédiat » d’une cohésion communautaire qui adhère collectivement.

Se référant à W. J. Ong et à son ouvrage Orality and Literacy. The technologizing of the word (Londres, New-York, Methuen, 1982) il suggère que la concurrence entre “oralité première” (transmise de bouche à oreille) et “oralité seconde” (relayée par des médias) se rapproche de la situation médiévale. L’oralité seconde, est capturée par les enregistrements – hier magnétiques, aujourd’hui numériques -, qui deviennent matériellement consultables et conservés, au même titre qu’un ouvrage dans une bibliothèque. Son texte se clos sur cette idée qui mériterait d’être développée dans un autre article : selon Jean Dérive nous assistons, dans les sociétés de l’oral, à une révolution comparable à cette dont nous parle Mc Luhan. Ainsi, de la même manière que le livre a permis de passer de l’audition collective à la lecture individuelle, la consultation des archives sonores substitue à une écoute, ou à des pratiques, collectives, la solitude de l’auditeur devant son écran et son fichier MP3 ou avec son casque sur les oreilles dans une phonothèque. De quoi trouver matière à réflexion pour nous aider à la mise en place du portail portail du patrimoine oral, ou portail de “l’oralité seconde”, encore naissant…

Consulter la notice détaillée de l’article de J. Derive sur HAL-SHSLire l’article en texte intégral

Crédits photographiques : soirée du 12 décembre, 21h, après avoir discuté longuement (entre autres choses) d’oralité seconde, les participants aux journées sur le patrimoine immatériel à Rennes passent à l’oralité première et écoutent les conteurs et les chanteurs qui se succèdent au cours du repas. V. Ginouvès CC

Le patrimoine oral en Bourgogne

Dans les années 1970, des associations du Morvan se sont mises en quête de répertoire musical et instrumental, de contes et de récits de tradition orale. Cette action s’est consolidée au fil du temps, professionnalisée, toujours dans le respect du témoin collecté. L’inauguration de la Maison du Patrimoine Oral en Bourgogne, le 20 septembre dernier à Anost, en est l’aboutissement. Elle est le fruit d’une concertation  entre les associations intéressées par le domaine, les collectivités territoriales (Parc, Région, Départements, Communautés de communes) et les services de l’Etat (DRAC, DIREN). L’oralité vient donc ainsi s’inscrire dans le patrimoine bourguignon, comme la 6ème maison à thème d’un  réseau bien ancré dans le territoire, après la maison du seigle (créée en 1989), celle des galvachers (1994), de Vauban (1996), de l’élevage et du charolais (1999) et des hommes et des paysages (2000).

Le pôle « archives sonores et audiovisuelles » de la Maison du Patrimoine Oral que dirige Mickaël O’Sullivan, numérise, documente et valorise des archives sonores sur l’ensemble du territoire bourguignon en collaboration avec les différents centres d’archives départementales, et régionales, le parc naturel du Morvan et l’association Musique Danse Bourgogne. Vous pouvez d’ores et déjà interroger la base de données et découvrir de nombreuses archives sonores et audiovisuelles.

Pour préparer cette maison du patrimoine oral, un colloque avait été organisé en septembre 2006 à Bibracte sur le thème “Le patrimoine immatériel : de la collecte à la restitution”. Il était déjà possible d’écouter les interventions et les débats mais, pour fêter cette nouvelle maison, les actes viennent de paraître. Ce petit ouvrage, joliment illustré, est une passionnante introduction au patrimoine immatériel. N’hésitez pas à vous le procurer, pour la modique somme de 15 euros, à la boutique du parc naturel régional du Morvan.

Et pour oublier l’hiver qui s’installe, faire revenir les beaux jours…, écoutez donc cette imitation de la mésange par Maurice Digoy.