Archives de catégorie : Archives en ligne

Mise en ligne des enquêtes sonores du répertoire musical de la Vésubie autour de Zéphirin Castellon, corpus déposé par Patrick Vaillant

Zéphirin Castellon au fifre

Depuis quelques mois déjà, les notices du corpus d’archives sonores du répertoire musical de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon réalisées en 1989 et 1990 sont visibles sur Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH.

Désormais, les fichiers sonores des enquêtes sont en ligne et consultables en lien avec les notices. Les internautes peuvent écouter les enregistrements dans leur ensemble ou chaque morceau séparément, en cliquant sur le lien au-dessus du résumé. Si certains airs ne peuvent pas être écoutés, c’est parce que la phonothèque de la MMSH ne détient pas les droits ou que la qualité du son est trop mauvaise.

Farandole dans une rue de Belvédère accompagnée de musiciens dont Zéphirin Castellon au fifre
Zéphirin Castellon sonneur de cloches

Les amateurs de musiques traditionnelles occitanes pourront entendre plusieurs chants polyphoniques, airs de conscrits ou farandoles. Ils découvriront également des morceaux instrumentaux joués lors d’une séance d’improvisation chez Zéphirin Castellon en 1990, interprétés par Zéphirin Castellon à l’harmonica, Thierry Cornillon au fifre et Patrick Vaillant à la mandoline. Comme exemple de cette session musicale, je vous propose d’écouter un extrait de l’enquête : il s’agit d’une polka improvisée par ces trois musiciens. Le fifre joue la mélodie, l’harmonica et la mandoline l’accompagnent. Malheureusement, nous ne connaissons pas le nom de cette polca :  dans la musique traditionnelle, les airs musicaux n’ont pas toujours de titre et c’est le plus souvent la typologie de la danse qui prime. Mais si un jour vous avez entendu nommer cette polca, alors signalez le nous, nous l’ajouterons à ses métadonnées !

Daniel Fresquet, photographe, a participé à différents collectages de mémoire populaire. Il a réalisé dans le cadre des enquêtes auprès de Zéphirin Castellon des travaux photographiques qui ont capté l’émotion des instants musicaux que vous pouvez entendre en ligne. Nous le remercions de nous avoir autoriser d’en diffuser quelques unes. Vous pourrez voir d’autres images sur l’ouvrage collectif  signalé ci-dessous.

Sorti en 1990, le CD Zéphirin Castellon. Siblar e cantar en Vesubia a été réédité accompagné d’un livret conséquent en 2003. Des textes des participants au projet, dont Daniel Fresquet et Patrick Vaillant, y sont inclus.

Crédits photographiques : Daniel FRESQUET. Contact : dfresquet[at]yahoo[point]fr

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Mise en ligne. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs de charbon du Tarn

Les Archives départementales du Tarn expérimentent la mise en ligne d’archives sonores sur leur site.

Les entretiens et les notices du corpus Mémoires de mineurs mineurs de charbon du Tarn sont désormais accessibles à partir de la rubrique accès aux fonds, documents en ligne puis archives sonores.

La diffusion a été possible grâce à la signature d’un contrat par le témoin ou ses ayants droit. Les témoignages sont restitués dans leur totalité, de la présentation du témoin à la demande d’autorisation orale adressée par l’enquêteur, pour préserver l’intégrité de l’enquête. En revanche, lorsque des témoins ont souhaité garder l’anonymat et nous ont demandé que les noms cités soient masqués, des “silences” ont été insérés volontairement sur les fichiers de consultation. Les autres interventions consistent uniquement en la suppression de sons parasitaires. Le fichier de conservation est une copie fidèle de l’original.

Le corpus collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines compte une trentaine de témoignages soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grandes thématiques : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine. La première renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. La seconde précise l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, la fermeture des puits. Enfin, le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001

Ce billet est en lien avec Écouter la mine publié dans les Carnets de la phonothèque en octobre 2009.

Céline Della Savia, chargée du secteur des archives audiovisuelles et sonores aux Archives départementales du Tarn

celine.dellasavia@tarn.fr

Site des Archives audiovisuelles et sonores

Crédits photographiques : Donatien Rousseau, Mission photographique du Conseil général du Tarn.

Vamos a hacer mémoria : el Centro de Documentación Musical de la Biblioteca Nacional de Colombia

Le centre de documentation musical de la bibliothèque nationale de Colombie est un petit frère des centres d’archives sonores que l’on retrouve en France. Il a été créé dans ce même mouvement mondial de revivalisme de la fin des années 1970 et ses objectifs sont bien sûr de conserver mais aussi de mettre à la disposition du public des enregistrements sonores, des films et des images et des partitions sur le patrimoine oral de la Colombie. Jaime Quevedo qui le dirige, est aussi le responsable éditorial de la revue A contratiempo, dont les 13 numéros sont en ligne. La revue est en texte intégral (format PDF), et renvoie à des partitions, des images, des illustrations sonores et vidéos.

providenciaCette année, el Centro de Documentación Musical a mis en place une carte électronique musicale de la Colombie et vous allez pouvoir voyager sans décalage horaire ! Il vous est possible de découvrir ainsi les différents instruments de musique  joués dans la région Pacifique nord de la Colombie et le contexte de leur interprétation avec des images, parfois des schémas et toujours des archives sonores qui viennent illustrer les informations.  Vous pouvez par exemple tout savoir sur la Chirimía Chocoana un quintet (parfois sextet) de clarinette, euphonium et percussions (cymbales et tambours). Si vous partez vers la Caraïbe, visualisez les images magnifiques de musiciens de la minuscule et paradisiaque isla Providencia en écoutant des extraits sonores de la Calypso-Bolero. Si, au contraire, vous vous décidez pour la cordillère, en direction de l’Equateur écoutez une merengue andine, ou le chant de Pedro Bernal.

Une autre “carte musicale” est en cours de réalisation : il s’agit de localiser les festivals de musique colombiens et d’en décrire toutes les caractéristiques (genre musical, période, localisation, organisation, contexte…).  Des images et des extraits sonores viennent compléter les fiches qui sont renseignées par les organisateurs des festivals eux-mêmes. Une trentaine d’évènements sont déjà décrits : de quoi organiser votre futur voyage en Colombie !

Dernier outil, le thesaurus de la musique colombienne et des instruments de musique. Cette liste hiérarchisée est documentée avec en lien des références bibliographiques qui permettent de se repérer dans le temps et l’espace.  Les instruments sont liés systématiquement à classification Sachs Hornbostel.

Actuellement les trois outils sont indépendants mais la volonté du Centre de documentation musical est bien sûr de les réunir et offrir une recherche globale, incluant toutes les références bibliographiques, sonores, iconiques du centre documentaire.  Le site doit encore évoluer car une grande partie est encore encapsulé dans du Flash et des frames qui interdisent toute citabilité. Profitez de le découvrir avec ce billet car il est très mal référencé par notre moteur généraliste dominant, et c’est dommage.

Crédit photographique : Ile de Providencia, Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Vamos a hacer memoria : la bibliothèque nationale du Chili

violeta-paraNo seas como el árbol primifloro que después de dar hojas i morirse comienza a florecer… Sur le site de la bibliothèque nationale du Chili j’ai lu le manuscrit du premier poème signé sous le pseudonyme de Pablo Neruda, Hombre. Le feuillet est froissé, la pliure en son centre laisse imaginer qu’il est longtemps resté rangé dans une boite. En haut, à gauche, l’en-tête du journal  où il publiait souvent, La Mañana de Temuco ; une date, 1920. Même en connaissant le poème, je n’ai pas retrouvé ce document magique à travers mon moteur généraliste habituel. Non, il ne retrouve rien de toutes ces richesses. Allez savoir pourquoi (mais peut-être l’imaginez-vous ?).

Il faut donc se glisser dans les rayonnages de la bibliothèque virtuelle du Chili pour y repérer ses merveilles. Vous pouvez hésiter entre  la lecture des poèmes de Gabriela Mistral (qui admirait Frédéric et D’Annnunzio), visualiser des images de la vie quotidenne chilienne ou des portraits des personnages qui ont marqué le Chili entre 1925 et 1985. Pour ma part, je me suis dirigée sans hésitation vers les manuscrits des auteurs chiliens, et  je n’ai pas été déçue. Pablo Neruda s’est imposé.

Allende con un niño, Campaña Presidencial 1970

La bibliothèque recèle de nombreux sites multimédias à découvrir. Un des plus importants porte sur la mémoire chilienne, autour de cinq axes : histoire, littérature, arts visuels, musique et sciences sociales. A travers le catalogo vous pouvez faire des recherches par auteur, titre ou sujet dans tout le site ou pour une période en particulier. Si c’est la presse chilienne qui vous intéresse, vous pouvez utiliser un autre moteur ou pour une recherche chronologique, un autre encore.

Lors du symposium Vamos a hacer mémoria, Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili a présenté tous les projets de collections numériques qui ont été lancés depuis quelques années… ils méritent d’être visités. Promenez vous aussi du côté des enfants sur le site du Chile para niños, Ana Pironi est fière de ce projet et c’est clairement une réussite. Il manque sans doute un moteur de recherche unique et performant, on se perd parfois entre toutes les ressources et les questions de citabilité ne sont pas toujours résolues mais tout cela est mouvement, et cette bibliothèque propose certainement un des plus beaux catalogues de l’Amérique Latine. En 2010 la bibliothèque du Chili aura 200 ans, elle vous propose de participer à ses futures aventures en remplissant un questionnaire en ligne.


Crédits photographiques : bibliothèque nationale du Chili. Violeta Para puis Salvador Allende.

La radio et la maîtrise du temps

mary-maguire-1936… C’est le très joli titre d’un article de Jean-François Tétu, professeur à l’IEP de Lyon, paru en 1994 dans la revue Etudes de communication et déposé sur HAL SHS cet été.  L’occasion de le découvrir pour les archivistes du son qui ne connaissent pas tous cette revue en ligne  sur Revues.org (pour ses collections depuis 2002). Ce texte est intéressant car il existe très peu de références sur la question de la perception de la durée d’écoute des “récepteurs” en ligne (j’utilise le champ lexical de l’article). Aussi, si il s’intéresse uniquement à la radio et en particulier à la question du traitement de l’actualité à la radio, l’auteur apporte tout de même quelques éléments à nos interrogations.

Je ne vais pas m’attarder sur les questions de rythme, de contenu et de publics des programmes des émissions radiophoniques d’actualité qui sont les sujets qu’il abordent en profondeur. Le rappel de La guerre des mondes d’Orson Welles, vient en filigrane illustrer la collusion entre les temporalités “actuelles” et “inactuelles”.  Justement, dans l’aventure radiophonique de La guerre des mondes, Jean-François Tétu souligne l’importance de la scénarisation du son dans la perception. Il insiste sur le fait que c’est “à la mise en scène du temps, à la narration que revient le soin de représenter le temps”.  Il démontre ainsi que les règles de l’information écrite ou télévisuelle sont très éloignées des règles de l’information radiophonique. Ainsi, alors que la télévision impose une image de l’évènement (une figure) la radio s’en tient “à une sorte de récit minimal qui vise la seule reconnaissance des catégories de l’action”.

Mais là où les oppositions sont décisives c’est lorsqu’il s’agit de “faire du direct”.  Ainsi, le direct télévisé adhère à la réalité. L’image peut me faire voir autre chose que ce que j’imaginais. A la radio au contraire, les trous dans le récit comme les pauses ou le suspens de la voix me disent que quelque chose “perturbe le sens, traverse ou transperce l’attente narrative”. En bref, le son laisse à imaginer.

Les archivistes de l’audiovisuel se posent beaucoup de questions sur la durée qu’il faudrait allouer aux enregistrements sonores qu’ils veulent mettre en ligne. Les discussions pour savoir si il faut désormais passer du son à l’audiovisuel vont bon train. Un des arguments principal pour faire des collectes en image animées est que la concentration du récepteur serait plus forte si il voit plutôt que si il écoute. A la lecture de cet article, je dirais tout simplement qu’ils devraient laisser les usages s’installer et diffuser leurs archives sonores dans la durée naturelle de l’enquête de terrain. Laisser la place au son. Si il s’agit bien d’une unité intellectuelle qui est mise en ligne (une enquête, une conférence, un environnement sonore), gardons confiance dans l’écoute de l’internaute. Certes,  une enquête orale n’est pas scénarisée et elle est bien loin d’un journal radiophonique ou d’un bulletin météorologique. Mais ces enquêtes produisent du récit (du suspens) dans la temporalité naturelle de l’auditeur et de son imaginaire.

Pour revenir aux images animées, j’ai assisté récemment à plusieurs reprises à la diffusion publique d’enquêtes de terrain filmées non montées et j’ai perçu obscurément des éléments que cet article éclaire. La question du réel par exemple. Concrètement, dans le cadre des enquêtes de terrain, les témoins interrogés sont souvent âgés. Lorsqu’ils sont filmés plusieurs heures, le spectateur les voit petit à petit se fatiguer, perdre physiquement leur énergie.Il se met alors à s’intéresser non plus au discours mais aux objets qui se présentent à sa vue et à l’environnement direct, portant des jugements intérieurs qui vont venir interférer sur l’écoute et rompre avec la temporalité du témoin. Loin de moi l’idée de vouloir supprimer toute image :  voir un visage, un lieu, un espace peut soutenir une écoute. Mais l’image systématique peut aussi engendrer de la confusion. Aux archivistes à imaginer des écoutes d’unités complètes accompagnées de sélections d’images ou de tout autres documents à même de  contextualiser l’enregistrement. Il s’agit finalement de faire de la numérisation et de la mise en ligne de leurs archives non plus un simple travail technique mais un véritable travail d’édition.

A lire ou relire : Tétu, Jean-François. “La radio et la maîtrise du temps”. Études de communication, n°15, 1994, pp. 50-90.

Dépôt dans HAL : http://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/UNIV-LYON3/halshs-00397693/fr/

Crédit photographique : State Library of Queensland, Brisbane (Australie), Magy Maguire est interwievée sur Radio 4BH à Brisbane vers 1936. Pas de restriction de diffusion connue. http://www.flickr.com/photos/statelibraryqueensland/3737277160/

J’écris ton nom…

Hier, mardi 12 mai 2009, était une mauvaise journée pour la diffusion des contenus culturels en ligne. Pour nous changer les idées, je vous propose de visiter le blog d’un amoureux de la chanson arabe qui met en ligne plus de 675 chansons de 135 artistes différents et nous offre, en langue anglaise, une traduction des paroles. Il donne aussi quelquefois son avis sur les chants et leur interprétation ; plusieurs internautes commentent également les morceaux et indiquent de nouveaux noms d’artistes à écouter. Une belle manière de mieux connaître cette musique. Aujourd’hui, j’ai écouté cette douce chanson de Fairouz (I’m writing you’re name) فيروز – بكتب اسمك

Profitez-en pour écouter son fils, Ziad Rahbani,  par exemple “I’m not a heathen” زياد رحباني – انا مش كافر

I’m not a healthen, but hunger is heathen
I’m not a healthen, but desease is heathen
I’m not a healthen, but poverty is heathen
And shame is heathen.

Des paroles qui me parlent ce matin.

Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

Précipitez vous sur le site du Musée de Genève et ouvrez vos oreilles : les archives sonores du fonds Constantin Brailoiu sont en ligne ! Ce compositeur roumain,  professeur d’esthétique musicale, pionnier de l’ethnomusicologie contemporaine avait été bouleversé par la découverte de la musique traditionnelle de son pays. Il avait ainsi décidé de se consacrer à la collecte de terrain et fondé, en 1928 à Bucarest, les premières archives de folklore roumain. Plus tard, au musée d’ethnologie de Genève où il travailla de 1944 jusqu’à sa mort en 1958, il entreprit de constituer les “Archives internationales de musique populaire” (AIMP) destinées à conserver la mémoire des “mélodies originelles de toutes les contrées du monde”. Continuer la lecture de Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

Nouvelle version de Gallica : 2009, l’année des archives sonores en ligne !

Comme cadeau de nouvel an, la bibliothèque nationale de France nous ouvre ses collections sonores sur le web. Le 19 janvier 2009, Gallica2 a lancé sa nouvelle version et propose désormais en écoute en ligne 518 documents sonores. Sur 675 024 documents numériques accessibles, on ne peut pas vraiment dire que les documents audiovisuels soient prédominants, mais tout de même… sur Gallica1 parmi sur les 170 000 documents numériques mis en ligne, seuls 79 documents sonores étaient proposés. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas encore intégrées dans la nouvelle offre mais on peut imaginer qu’ils le seront dès la mi-février où il est annoncé que Gallica2 se sera entièrement substitué Gallica1.

Actuellement, sur Gallica2 il n’est pas possible de se promener dans les collections pour avoir une idée précise de ce que l’on peut entendre mais on peut espérer qu’un lien se fasse au fil du temps avec les notices “fonds” du répertoire du catalogue collectif de France qui, lui aussi, est en pleine mutation. Des nouvelles fonctionnalités de Gallica2, la plus intéressante est certainement la citabilité des ressources et la possibilité de les copier simplement (par un permalien ou une vignette exportable) mais aussi la syndication de ses recherches ou la création d’un espace personnel. Pour l’utilisation des documents, l’information est indiquée dans les notices complètes des documents (champ “Droits”) et vous pouvez également, lors de la recherche avancée, cliquer sur les cases “Libre” ou “Sous condition” dans la rubrique “Type d’accès”.

Pour découvrir les documents sonores, outre la recherche avancée qui vous permet de les sélectionner (cocher la case “documents sonores”), vous pouvez “déplier” des listes d’auteurs ou de langues (à gauche de l’écran).  L’offre dominante actuelle concerne avant tout la musique, et principalement la musique savante. Pour le moment, il n’y a pas d’enregistrements accessibles en langue régionale de l’hexagone à part le corse (je note dans la liste l’expression “français moyen” que ne suis pas sûre de bien comprendre). Les enquêtes de Roger Devigne , de Ferdinand Brunot ou de Geneviève Massignon ne sont donc pas encore disponibles, mais Gallica nous promet de nouveaux enrichissements très rapidement, aussi ne boudons pas notre plaisir ! Ecoutez en ligne le lamento du bandit Giuan Camellu, le chant persan Tasnif segah accompagné au ney ou des chants malgaches interprétés par un groupe de musiciens de Fenoarivo dans les années 1930 ou encore des pièces de chant choral de la Rennaissance française dirigées par Nadia Boulanger dans les années 1950.

Crédit photographique : Grand cèdre, parc Stanley, Vancouver, C.-B., 1897, William McFarlane Notman, archives photographiques Norman, Muse Mc Cord http://www.mccord-museum.qc.ca/en/collection/artifacts/VIEW-3138

2009, année des archives sonores en ligne ?

L’année toute neuve, sera-t-elle celle des archives sonores en ligne ? Jusque là les exemples d’écoute en ligne d’entretiens de terrain en France se comptaient sur les doigts de la main mais voilà que les projets se multiplient.

Après le lancement en Corse de Repertorium, décrit dans les carnets de la phonothèque en décembre, trois sites proposent l’écoute en ligne d’archives de terrain.  Les archives départementales du Cantal (AD15), qui depuis plusieurs années déjà ont créé une section audiovisuelle, viennent tout récemment de proposer une recherche spécifique à ces fonds. A près plusieurs campagnes de collectes et de dépôts, un fonds d’envergure a été constitué. Aujourd’hui vous pouvez écouter des entretiens mais aussi visualiser des films : “L’exemple du mois” est un film couleur muet déposé par un particulier qui a filmé, en 1938 dans les rues d’Aurillac, un défilé organisé pour le millénaire de la naissance de Gerbert, futur pape Sylvestre II. Vous vous repérez dans les collections à travers une recherche simple,  avancée ou en cliquant sur une carte du Cantal. Le site ne propose pas encore de présentation globale des fonds ni du contexte des recherches, il est donc difficile de se faire une idée de l’ensemble des enregistrements et des notices mis à disposition. Ceux qui peuvent être écoutés en ligne sont bien évidemment ceux pour lesquels les archives du Cantal ont obtenu les droits d’utilisation et de diffusion. Il s’agit principalement d’enquêtes récentes réalisées par le directeur des AD15, Edouard Bouyé, et par Frédéric Bianchi, responsable du département audiovisuel, auxquelles s’ajoutent les enregistrements des animations organisées par les archives départementales (forums d’associations, lectures de texte, conférences…) et des émissions radiophoniques de la radio libre Radio 15 (années 1980).

En Basse-Normandie, le CRéCET (centre régional de culture ethnologique et technique) vient de mettre en ligne deux entretiens sélectionnés dans les enquêtes réalisées par l’association. Ici, il s’agit avant tout de valoriser les entretiens dans une démarche de sensibilisation à l’ethnologie en direction du grand public. Il est ainsi possible d’écouter un récit de vie réalisé en 2007 auprès de Lucienne Cabana, ouvrière dans le textile des années 20 aux années 1970, et des extraits d’entretiens enregistrés auprès de différents acteurs du port de Caen-Ouistreham sur le thème de l’escale. L’onglet “base de données du site” ne semble pas encore fonctionner mais il permettra certainement de prendre connaissance des différents entretiens réalisés par l’association.

Le site du patrimoine oral et festif en Aquitaine, Son d’Aquí est plus ancien et les collections documentées sont nombreuses. Vous pouvez écouter en ligne plusieurs fonds sonores dans leur totalité, lorsque les questions des droit ont été réglées, ou sous forme d’extraits. Vous pouvez par exemple accéder au fonds Guy-René Busnel, ancien chercheur du MNATP/MuCEM, qui a enregistré dans le village d’Aas (Vallée d’Ossau) en 1962 ; au archives du festival de Siros (1967-2006) où ont été présentés de nombreux chanteurs et conteurs béarnais ; diverses collectes de Pierre Boissière et de Pierre Corbefin, que l’on retrouve également dans la base de données du centre des musiques et danses traditionnelles en Midi-Pyrénées à Toulouse (mais sans les extraits sonores) ; les archives d’un des pionnier de l’édition discographique occitane, Jean Moureu (1924-1995) créateur de la maison de disques Junqué-Oc (Jurançon, Pyrénées-Atlantiques).

Ainsi les collections sonores inédites deviennent peu à peu accessibles sur la toile. Mais cette expansion montre aussi un paysage documentaire dispersé et morcelé et la cartographie des archives sonores inédites en France reste à faire. C’était déjà une remarque du rapport Cribier/Feller en 2003*. Comment repérer les collections sonores dans leur ensemble ? Les portails pourraient être une solution à cet éparpillement. Ce sera justement l’un des axes des prochaines rencontres nationales de l’ACIM (association pour la coopération des professionnels de l’information musicale). Dans le programme de ces rencontres plusieurs portails, nationaux et européens, seront présentés (Gallica 2, la Cité de la musique, le portail du patrimoine oral et Michael). Ces portails pourraient devenir de véritables outils de partage , de mutualisation, de valorisation mais aussi de repérage et de cartographie du patrimoine sonore inédit.

* Cribier F., Feller E., 2003, Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la ‘société civile’., Rapport au Ministère de la recherche, 2 vol., 170 p. [en ligne] http://www.cmh.acsdm2.ens.fr/rapport/Rapdonneesqualita.pdf

Crédit photographique :Drinking to the New Year, New-York [prise de vue entre 1910 et 1915], plaque de verre, Bain News Service, collection George Grantham Bain Collection (Library of Congress).
http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2163812678

Nouvelles archives sonores de Corse

Le village de Pigna, en Balagne, n’a ni boulanger ni charcutier mais grouille d’activités culturelles. Vous y trouvez ainsi un luthier, une maison d’accueil pour les musiciens, un magasin de disque, une école de musique, une maison d’édition, un festival, des artisans, un auditorium, des associations, des groupes de musique… C’est la fédération E voce di u comune, créée en 1978,  qui fédère toutes ces activités. Ses fondateurs ont collecté, au fil du temps, des chants profanes et sacrés en Corse mais aussi des concerts, des chjama è rispondi (joute poétique orale improvisée), des récits de vie… Les jours prochains une nouvelle structure va s’ouvrir au village : une phonothèque de l’oral. Ce centre d’archives sonores est l’aboutissement de longues années de recherche, de collectage, d’analyse et de publication menés sur la musique traditionnelle corse depuis la fin des années 1960. Les fonds sonores ont déjà été numérisés et seront prochainement mis en ligne avec le soutien du Ministère de la culture qui a financé une partie du projet dans le cadre du plan national de numérisation 2008.

Pour que Repertorium puisse exister, l’association a recueilli de la part de tous les informateurs et les interprètes les autorisations d’utilisation et de diffusion sur le Web. Mais, sans poste de documentaliste, il lui était difficile de constituer une véritable base de données documentaire. Après réflexion, l’association a décidé de diffuser les fiches descriptives des enquêtes accompagnées des fichiers sonores au format MP3 à partir du CMS Joomla! Ainsi les collecteurs qui ont réalisé ces enregistrements sans toujours les documenter peuvent simplement décrire leur fonds dans l’éditeur de texte auquel s’ajoute une extension de Jomla! qui permet de créer une série de champs. C’est une société d’Ile Rousse qui va réaliser le site. Ce CMS permet des exports en XML et donc en Dublin Core, c’était un critère important car au-delà du choix de l’outil, l’objectif est de travailler à partir des orientations du Guide d’analyse documentaire du son inédit (AFAS, FAMDT, 2001), central pour les phonothèques du pôle associé BnF/FAMDT, et d’intégrer au plus vite le Portail du patrimoine oral.

Voilà le genre de projet qui fait espérer que les archives sonores de la Corse puissent bientôt être documentées et accessibles à tous, en particulier les enquêtes de Félix Quilici (des années 1950 à 1970) qui dorment depuis bien longtemps.


Crédits phonotographiques : Pigna vue depuis ND du Lazio, le 6 décembre 2008, Véronique Ginouvès, CC