Archives de catégorie : formation par l’équipe de la phonothèque

Kuhuisha nyaraka za sauti Tanzania

Tanzania, tangu mwaka 2011, mradi ulianzishwa unaotazama kumbukumbu ya kihistoria ya Tanzania kuhusiana na Urithi wa Ukombozi wa Mwafrika. Tasisi husika za umma Tanzania zinajitahidi kulinda na kuhifadhi urithi huo kwa ajili ya kizazi cha sasa na kijacho kupitia ufadhili wa UNESCO pamoja na Jumuiya ya Ulaya. Kuna umuhimu mkubwa wa kuruhusu kumbukumbu za uhai wa Nyaraka za Sauti kusikika kupitia nchi husika. Warsha ya kwanza ilifanyika mwaka 2014, TBC, Dar es Salaam. Baada ya miaka mitatu, kabla ya mradi kuisha, warsha nyingine ilifanyika (yakifuatiwa na maonesho). Warsha hiyo ilitoa fursa ya kufunzwa utaalamu wa kidijitali na namna ya kuorodhesha taarifa za nyaraka za sauti. Taasisi nne ziliudhuria mafunzo hayo:Kutoka kulia kwenda kushoto: Continuer la lecture de Kuhuisha nyaraka za sauti Tanzania

Reviving the sound archives of Tanzania

In Tanzania, since 2011, a project is raising to highlight Tanzania’s historical memory relating to the African Liberation Heritage. To safeguard and ensure the preservation of endangered public archives in Tanzania, most institutions are promoting its heritage for present and future generations sustained by the UNESCO and European Community.

Sound archives are essential to transmit the vitality, memory and oral history through the voices of the country. This heritage archive reflects the diversity of languages, cultural identities and culture of Tanzania. Continuer la lecture de Reviving the sound archives of Tanzania

Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

Du samedi 1er au 5 avril 2017, une formation à la collecte, son archivage et sa valorisation a eu lieu au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques – CNRPAH, suivie par une quinzaine d’étudiants, en master 1 et 2 d’ethnomusicologie1. Ce master, dont la branche algérienne a été créée par Maya Saidani, ethnomusicologue au CNRPAH, est dirigé, en convention avec l’université de Gabès et l’Institut supérieur des arts et métiers, par Mohamed Gouja, musicologue2. Continuer la lecture de Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

  1. Option « Musique et musicologie, option recherche ». []
  2. Du 12 au 15 Avril 2017 un colloque sera organisé à Gabès en étroite collaboration avec le CNRPAH et l’université de Gabès, dans la lignée de la série de colloques que l’Institut supérieur des arts et métiers organise depuis trois ans. La thématique, cette année, portera sur le thème « Maghreb, Sahara, Sahel : unité et diversité culturelle ». []

Formation Ina Expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages » – décembre 2016

Les 5 et 6 décembre 2016 sur le site de l’INA de Bry-sur-Marne a eu lieu un nouveau stage de trois jours sur le collectage et l’enregistrement de témoignages. Comme au cours des autres cessions organisées par l’Ina, les stagiaires découvraient la préparation d’une enquête de terrain et d’une grille d’enquête, les modalités d’un entretien qualitatif, son cadre juridique et son traitement documentaire pendant une journée et demi. Puis ils approfondissaient leurs connaissances d’un enregistrement numérique sonore accompagné d’un ingénieur du son pendant une après-midi. Le troisième jour était consacré à la réalisation d’un entretien de même type enregistré cette fois en vidéo. Là aussi un professionnel apportait ses compétences et sa méthodologie pour la captation vidéo d’un témoignage. Continuer la lecture de Formation Ina Expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages » – décembre 2016

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

Transformation des genres audiovisuels : comparaison Brésil-France

Du 21 au 23 juin 2016, le programme PIMI (Patrimoines-Images-Médias-Identités) organise ses prochaines rencontres à Lyon et à Grenoble.

PROGRAMME

Mardi 21 juin 2016

Ouverture, 10h : Bernard Hours Directeur du LARHRA et Agnès Magnien Directrice des collections de l’INA avec Géraldine Poels  (Responsable de la valorisation scientifique à l’INA) Continuer la lecture de Transformation des genres audiovisuels : comparaison Brésil-France

Collecter le patrimoine immatériel de la Guadeloupe : formation au centre Rèpriz

Le centre Rèpriz – Centre des Musiques et Danses Traditionnelles et Populaires – CMDT1 a impulsé l’inscription du Gwoka sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, obtenue en novembre 2014.  Il a profité de cet anniversaire pour organiser une quinzaine axée sur la formation, la transmission et le savoir en organisant des animations, des stages et des conférences dans le sens de ses missions de collecte et valorisation  du patrimoine musical de la Guadeloupe.

Ce soir, jeudi 26 novembre, à 19h00 au Mémorial ACTe, vous pourrez assister à la projection du film documentaire « Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa ». Réalisé par Philippe Mugerin et produit par le centre Rèpriz, le film retrace les grandes étapes de la préparation du dossier de candidature et la journée qui s’est déroulée le 26 novembre 2014 à l’UNESCO. Continuer la lecture de Collecter le patrimoine immatériel de la Guadeloupe : formation au centre Rèpriz

  1. Le centre est adhérent au réseau de la FAMDT. []

Compte-rendu de la formation ANF Huma-Num 2015

La TGIR Huma-Num organise et soutient différentes actions de formation autour des Digital Humanities dont des Actions de Formation Nationale (ANF). En 2014, une ANF avait été organisée par Huma-Num autour du thème du Web sémantique (voir le programme). Cette année c’est l’interopérabilité qui a été au cœur des discussions à travers la problématique suivante : “Gérer les données de la recherche : de la création à l’interopérabilité”.

Cette formation a eu lieu à Fréjus du 21 au 25 septembre 2015. Voir le programme détaillé.

Qu’est-ce que la TGIR Huma Num ? Cette très grande infrastructure de recherche est avant tout un ensemble de services destinés à mieux gérer les données de la recherche : afin de stocker, traiter, diffuser, archiver, signaler et exposer ces données.

Alors que la plateforme d’accès Isidore offre un signalement des documents et données numériques en SHS via le processus de moissonnage, l’outil de Nakala permet une exposition des données par les producteurs de données. L’occasion pour Huma-Num de présenter son nouveau service destiné à éditorialiser ces données sous forme d’un “pack bibliothèque numérique” intégrant le logiciel de gestion OMEKA1 à Nakala.

Cette session 2015 a permis la présentation du nouveau directeur d’Huma-Num, Olivier Baude, qui depuis le 1e septembre remplace Marc Renneville.

La conférence inaugurale a été portée par Valérie Tesnière, directrice de la BDIC2, qui a proposé une mise en perspective des professionnels de l’IST impliqués dans l’interopérabilité et pris dans un véritable tournant numérique.

Durant cette formation aux aspects techniques, il a été question de standards (DC, EAD, IPTC…) et de syntaxe d’écriture (XML, RDF, JSON), de  protocole OAI-PMH, de formats de fichier pérennes3 et d’outils permettant de les identifier (DROID, JHOVE, Facile…), de référentiels (IdRef, VIAF, ISNI…) d’identifiants uniques (Purl, Handle, DOI, ARK) et de Web des données : des triplets RDF à l’interrogation SPARQL, en passant par le modèle de données SKOS4

Des retours d’expériences variés ont été partagées : développement de l’application mobile Isidore par Adrien Desseigne, élaboration de bonnes pratiques pour l’encodage des textes en TEI par Vincent Jolivet dans le cadre du consortium CAHIER5, exploitation des données de data.bnf par Philippe Glorieux, membre du Labex OBVIL6. Véronique Ginouvès a présenté des exemples de pratiques d‘interopérabilité au sein d’une phonothèque de recherche.

 

La conclusion de cette semaine  a été menée par Nicolas Larousse et Stéphane Pouyllau sur l’évolution des données et des métadonnées dans la sauvegarde, en soulignant le besoin de documenter le plus possible la donnée. Les services proposés par Huma-Num doivent permettre de répondre à ces impératifs, tout en anticipant  “les ruptures de charge” pour éviter les risques de perte de données et d’incompatibilité des formats dans le processus de transfert des données, du stockage vers l’archivage sur le long terme.

À la fin de ces quelques jours de formation, les stagiaires étaient sensibilisés aux différents aspects de l’interopérabilité grâce à quelques règles à suivre dans le cadre d’un programme de recherche, à savoir :  décrire les métadonnées et savoir anticiper sur sa localisation et son stockage,  choisir les bons formats et  standards à suivre pour préparer le dépôt des données dans les structures adaptées comme le CINES7 et enfin définir et comprendre la complexité des métadonnées qui peuvent être indexées par couches sémantiques.

Pour suivre le fil Twitter #interop2015

Vous pouvez lire  d’autres comptes-rendus sur les Carnets d’Hypothèse :

Alambic numérique – Le blog de la bibliothèque numérique de Clermont-Ferrand

Consortium Archives des Mondes Contemporains – Inventaires et documents numériques

 Crédits photographiques : Ouverture de la semaine de formation ANF-Huma-Num, le 21 spetembre 2015, Fréjus. Photographie de Marine Soubrié. Pas de restrictions de droits.

 

 

 

  1. Omeka est un logiciel Open Source qui se situe à l’intersection entre des systèmes de gestion de contenu web (CMS) comme Drupal ou WordPress, des systèmes de gestion d’archives comme Fedora ou Dspace et des systèmes de gestion de musées tels que TME ou KE Emu. []
  2. Un atelier sur les outils numériques de la BDIC sera proposé le 16 novembre 2015 par le Labexmed []
  3. Voir le Référentiel Général d’Intéropérabilité (RGI) produit par le Système d’Information de l’Etat []
  4. Simple Knowledge Organisation System []
  5. Corpus d’auteurs pour les humanités : informatisation, édition, recherche []
  6. Lien vers son Carnet de recherche []
  7. Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur []

Sources orales, sources sonores à l’âge du numérique, 19 janvier 2015

Le 19 janvier 2015 se tiendra à Lyon une journée d’étude sur le thème « Sources orales, sources sonores à l’âge du numérique. Du traitement des données à la valorisation des ressources ».

Présentation de la journée :

Dans un paysage des humanités numériques en plein essor, la multiplication des outils techniques disponibles pour le traitement des données pose à la recherche en sciences humaines et sociales des questions de plus en plus complexes. Les logiciels permettant de traiter des bases de données conséquentes ouvrent des perspectives nouvelles à l’usage des sources orales et, plus généralement, sonores (témoignages filmés, enregistrements…), et à la recherche. Une fois archivées, les données sont à même de documenter des champs peu couverts par les sources conventionnelles. Elles contribuent à renouveler les problématiques et les approches. Les procédés techniques facilitent aussi bien l’archivage de ces données, leur constitution en sources, que leur traitement analytique et leur valorisation. Le foisonnement des propositions techniques, leur complexité d’utilisation peut toutefois plonger dans la perplexité et décourager plus d’un chercheur. Par ailleurs, les possibilités d’exploitation des données qu’elles offrent, mais aussi leurs limites influent sur les méthodes d’analyse, voire sur les choix de problématisation. Enfin, le recours au numérique et à des outils fondés sur le partage des données, le travail collaboratif et la diffusion n’est pas sans soulever des problèmes éthiques et juridiques. Cette journée aura pour objectif de réfléchir à la rencontre entre les sources orales et certains outils numériques développés ces dernières années. Les interventions tenteront de clarifier les possibilités et les perspectives ouvertes par des logiciels permettant le traitement des données. Seront abordées les questions de la captation des données, filmées ou enregistrées, de leur traitement, de l’indexation et du catalogage, de l’interopérabilité entre des systèmes de conservation des données. La réflexion portera sur les usages, principalement scientifiques et pédagogiques, sur la production et la valorisation des ressources. Elle englobera les questions éthiques et juridiques soulevées par le numérique. Les contributions porteront sur différents types de corpus et leurs auteurs pourront présenter des outils, des programmes et des réalisations concrètes.

Programme :

09h00 : Accueil des participants

09h30 – 09h45 : Introduction

Matin : ordonner, indexer et analyser les données

Présidence : Jean-Philippe Magué (UMR ICAR)

9h45 – 10h15 : Edouard Lynch (LER, Lyon 2) : « Indexer des sons et des images en sciences humaines »

10h15 – 10h45 : Emmanuel Debono (IFE/LARHRA, ENS Lyon) ; « La collection de témoignages de l’USC Shoah Foundation. Indexation, catalogage et moteurs de recherche. »

11h15 – 11h45 : Alex Alber (Laboratoire CITERES, Tours) : « Présentation du logiciel Sonal pour l’aide à la transcription à l’analyse qualitative des entretiens »

11h45 – 12h15 : Joachim Carreira (LAS-EHESS, Paris) et Karine Basset (LARHRA-CNRS, Grenoble) : « Une expérience d’utilisation de Sonal au service d’un programme de recherche, « Histoire et mémoires du PnC (1970-2010) »
12h15 – 12h30 : Conclusion de la matinée

Après-midi : valoriser et diffuser les ressources

Présidence : Anne-Marie Granet Abisset (LARHRA-Pôle Images-sons-Mémoires)

14h00 – 14h30 : Aude Julien Da Cruz Lima (LESC-CREM, CNRS – Université Paris Ouest) : « Gérer et diffuser les archives sonores de la recherche ; le projet Telemeta et les archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme (ethnomusicologie) »

14h30 – 15h00 : Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, Aix-en-Provence) : « Valoriser les données de la recherche : quelle interopérabilité pour les archives sonores ? »

15h00 – 15h30 : Pause

15h30 – 16h00 : Elsa Coupard (Responsable du studio hypermédia de l’INA) : « Les grands entretiens de l’INA, conception et valorisation »

16h00 – 16h30 : Abderahmen Moumen (CRHiSM, Perpignan, Association Génériques, Paris) : « Histoire et mémoires de l’immigration : mobilisations et luttes pour l’égalité. 1968-1988 »

16h30 – 17h00 : discussion et conclusion

Informations pratiques :

Lieu : Institut Français de l’Éducation (ENS, Lyon) – 19 allée de Fontenay Lyon 7ème – Métro Debourg – Salle de réunion n°2 de 09h30 – 17h00

Organisateurs : LARHRA-IFÉ – Pôle Images-sons-mémoires (LARHRA) – Laboratoire d’Etudes Rurales

Organisateurs de la journée : Karine Basset (Larhra-Cnrs), Emmanuel Debono (IFé-Larhra), Edouard Lynch (Lyon 2, LER)

Crédits photographiques : visite des archives sonores de la radio-télévision nationale de Tanzanie, 26 août 2014, photographie de Véronique Ginouvès.

Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-es-Salaam

La phonothèque de la MMSH  participe au programme européen soutenu par l’UNESCO « Safeguarding, Preservation and Promotion of the Heritage Archives of Tanzania: the African Liberation Heritage Archives ». Dans ce cadre, une formation à la collecte, l’archivage et la valorisation des archives sonores aura lieu à Dar-es-Salaam du 25 août au 5 septembre 2014. Continuer la lecture de Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-es-Salaam