Archives de catégorie : Hommage

Avent -6 : Une machine à remonter le temps

« Il bondissait, trop tard, toujours trop tard, sur son tapis : mais tout avait disparu, sauf l’irritation d’un souhait ayant failli aboutir, sauf la frustration d’un savoir non assouvi. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 7).

Michèle Battisti, a été durant sa vie active formatrice de droit de l’information dans divers centres de formation en lien avec l’information scientifique et technique. Son blog Paralipomènes a été lu avec attention par de nombreux·ses bibliothécaires, archivistes et documentaliste. Elle publiait des textes écrits issues de plusieurs de ses fonctions : dans le cadre de son activité de veille sur le droit de l’information pour l’ADBS, dans ses activités de lobbying pour l’Inter-association archives-bibliothèques-documentation, d’autres qui ont servi de supports à des interventions, etc. Continuer la lecture de Avent -6 : Une machine à remonter le temps

Avent -23 : Disparition d’Anne Sylvestre

Qui aurait cru voir surgir la Mort dans un Paradis où tout paraît si doux ? (La disparition, Georges Perec, 1969).

Lorsque l’équipe de la phonothèque a lancé le projet du calendrier de l’Avent des disparitions nous pensions à celles des objets numériques, des formats et plateformes et en oubliant les personnes… Nous avons bouleversé notre organisation bien huilée hier en apprenant celle d’Anne Sylvestre (1934-2020). Rien de très relié au numérique sans doute mais cet adieu brutal à une histoire sonore nous interroge… comment l’archiviste du son peut continuer dans le temps à faire partager, avec le répertoire, tout le contexte social, culturel et politique qui accompagne une interprète et ses chansons  ? voilà une question à garder en tête au moment de la documentation de ses fonds…

Nous reprendrons demain le cours de notre Avent des disparitions numériques – avec des mélodies d’Anne Sylvestre dans la tête…

 

Image “à la une” : coucher de soleil sur Beyrouth, juin 2018, photographie V. Ginouvès, CC-BY-NC.

Sur les traces de Charles de Foucauld

Il suffit de feuilleter la thèse de Marceau Gast pour mesurer l’influence de Charles de Foucault (1858-1916), explorateur, religieux catholique et spécialiste de la culture touarègue, sur ses recherches dans le sud du Sahara1. Marceau Gast en a même traduit et édité plusieurs textes dans l’ouvrage Textes touaregs en prose, illustrés de quelques-unes de ses propres photographies2.

Continuer la lecture de Sur les traces de Charles de Foucauld

  1. Marceau Gast, Alimentation des populations de l’Ahaggar, étude ethnographique, Mémoire du CRAPE VIII., Paris, AMG, 1968, p. 111, 197, 254, 310, 346. Marceau Gast cite à de nombreuses reprises le dictionnaire du père de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, dialecte de l’Ahaggar, imprimerie nationale de France, 1951 []
  2. Charles de Foucauld, A. de Calassanti-Motylinsky, Salem Chaker, Hélène Claudot et Marceau Gast, Textes touaregs en prose, Aix-en-Provence, Edisud, 1984. []

Hommage à Michel Vovelle

Le mercredi 29 mai se tiendront au Musée Granet les Rencontres Méditerranéennes de TELEMMe sur le thème Méditerranée(s) en regards, Généalogie et circulation des images en Méditerranée. Durant la journée, coordonnée par Marilyne Crivello, sera présenté un hommage à l’historien Michel Vovelle lors d’une table ronde, en présence de Régis Bertrand, Annie Duprat et Philippe Joutard. Il sera coordonné par Bernard Cousin. Un film, réalisé par le service audiovisuel de ce qui se nommait à cette période l’université de Provence1, présentera son travail précurseur sur les sources iconographiques. Continuer la lecture de Hommage à Michel Vovelle

  1. L’université de Provence a été intégrée au sein d’Aix-Marseille Université en 2013. []

En souvenir d’une autre vie, hommage à Jean-Pierre Belmon (1952-2015)

Jean-Pierre Belmon est surtout connu pour son activité de  journaliste et de sa connaissance des cultures régionales mais il a également enregistré, en collaboration avec Jean-Noël Pelen (ethnologue), plusieurs enquêtes sur la Provence, qui ont enrichi le fonds de la phonothèque de la MMSH. Il parlait un  occitan riche et imagé ce qui lui a permis de réaliser plusieurs entretiens auprès de locuteurs naturels de cette langue :

Je ne l’ai jamais rencontré mais en souvenir de son départ, il y a trois ans – le 27 septembre 2015 – l’équipe de la phonothèque a choisi de vous faire écouter cet extrait enregistré sans le cadre d’une enquête collective sur “Le Pays d’Arles par ses gens” en 19841. Jean-Pierre Belmon échange avec un pêcheur qui a connu le début du XXème siècle et évoque avec lui  les temps anciens et révolus aux Saintes-Maries-de-la-Mer  : Vivem de la rapina (…). Aquò te l’ai dit : de granouille, de lapin, de canard. Et ancora, tutta l’anada : chassa fermet, pas fermet, barrata, pas barrata. Majàvem totes lo gibier, de cascalausas, de champignons. Manjàvem solo de rapina. Èra una autra vida aquò. Èra una autra vida.

Une dizaine d’enquêtes enregistrées par Jean-Pierre Belmon sont en ligne sur Ganoub. Chacune montre, à sa façon, à la fois sa curiosité de l’autre, sa connaissance de la langue occitane mais aussi son amour de l’imaginaire et des images qui font rêver.

Écoutez une émission de Radio France Vaucluse en hommage à Jean-Pierre Belmon, réalisée 2015.

Crédits photographiques : Street in Saintes-Marie-de-la-Mer, Metropolitan Museum of Art, Chalk, Reed pen, quill, and ink over chalk on wove paper (backed with wove paper), Paper, Drawings, Ink, ca. July 15, 1888, Quill. Domaine public.

  1. Vous pouvez écouter en ligne la totalité de cet entretien sur la base Ganoub, n°167 []

Hommage à Jacques Tourrel

Jacques Tourrel aimait la musique, la musique chantée qui s’envole celle qui “tintinnabule”, celle qui se chante en choeur et communique la complexité de la vie tout autant que sa joie. Il était aussi un collègue, qui a mis au service de tou.te.s son érudition et ses compétences avec une immense générosité. Continuer la lecture de Hommage à Jacques Tourrel

Journées d’hommage à Luisa Orrù (1944-1998)

Jeudi 26 et vendredi 27 octobre se tiendront deux journées d’hommage à l’anthropologue Luisa Orrù (1944-1998). Cette journée d’étude est organisée conjointement par les départements des sciences de la vie et de l’environnement et d’histoire et du patrimoine de l’université de Cagliari1 en Sardaigne.

La première journée a pour objectif de donner des orientations sur l’organisation des archives de cette chercheuse infatigable, qui a réalisé, ou encadré, dans le cadre de l’université des entretiens des travaux de recherche qui ont produit des entretiens enregistrés, des photographies, des documents d’enquêtes ou des notes… autant de supports déposés à l’archive historique de l’Université de Cagliari. Le lendemain, historiens et anthropologues reprendront les recherches en cours sur les questions qui passionnaient Luisa Orrù et sur lesquels elle a enquêté, revenant sur ses méthodes mais aussi réfléchissant à l’évolution de la recherche dans le domaine. Une belle occasion d’envisager comment les archives qu’elle a constitué pourront être réutiliser par d’autres chercheurs.

PROGRAMME – PROGRAMMA
Continuer la lecture de Journées d’hommage à Luisa Orrù (1944-1998)

  1. Università degli Studi di Cagliari – Dipartimento di Scienze della Vita e dell’Ambiente & Dipartimento di Storia, Beni culturali e Territorio []

Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ?

Depuis le 15 mars 2012, nous attendions que Bassel Khartabil soit libéré. Après tout, c’était certainement une erreur. Malgré l’horreur de la guerre, un geôlier, un militaire, quelqu’un comprendrait vite que c’était une erreur. Bassel était simplement informaticien et travaillait à un internet libre en développant les Creatives Commons dans son pays.  Alors que j’attendais, il a été exécuté. Cela s’est passé il y a longtemps déjà, sans doute en octobre 2015.

Une fois dévastés par l’absurdité et l’absence, Bassel Khartabil est toujours là ! Un fonds à sa mémoire vient d’être ouvert, hébergé par la fondation des Creatives Commons The Bassel Khartabil Memorial Fund, une communauté internationale s’est constituée dès les débuts de son incarcération dont il est le ciment toujours très animée, une playlist donne à entendre les formes sensibles du souvenir et des images de ceux qui attendaient, encore ouverte. A très bientôt Bassel.

Si l’on me disait encore : Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ? Je répondrais sur-le-champ : Si le sommeil me gagne, je m’endormirai ; si j’ai soif, je boirai ; si j’écris, ce que j’écris me plaira et j’ignorerai la question ; si je déjeune, j’ajouterai un peu de moutarde et de poivre à ma grillade ; si je me rase, je pourrai me couper au lobe ; si j’embrasse mon amie, je dévorerai ses lèvres comme une figue ; si je lis, je sauterai quelques pages ; si j’épluche des oignons, je verserai quelques larmes ; si je marche, j’irai plus lentement ; si j’existe ainsi qu’à présent, je ne penserai pas au néant ; si je ne suis pas présent, l’affaire ne me concernera pas ; si j’écoute Mozart, je me rapprocherai du carré des anges ; si je dors, je continuerai à dormir, rêvant et follement amoureux du gardénia ; si je ris, je réduirai mon rire de moitié par décence. Que puis-je faire ? Que puis-je faire d’autre, même si j’étais plus courageux qu’une tête brûlée et plus fort qu’Hercule ? Extrait de “La trace du papillon”, Mahmoud Darwich.

Suivez Freebassel sur Instagram et @freebassel sur Twitter

Crédit photographique :  Portrait de Bassel Khartabil lors du Creative Commons Arab Regional Meeting, par Mohamed Nanabhay, 24 octobre 2010  (CC BY)

J’ai un long voyage à faire, je ne sais qui le fera…

Jean-François Dutertre, le 10 mars, puis Jean-Michel Guilcher, le 27, ont décidé de partir en voyage et quitter le monde des musiques traditionnelles qu’ils avaient contribué à ré inventer. Le premier était chanteur, compositeur, collecteur, joueur de vielle et d’épinette ; le second ethnologue, chercheur, spécialiste de la danse traditionnelle en France, collecteur.

Tous les deux ont participé à une dynamique formidable pour la connaissance des musiques et des danses traditionnelles de France. Chacun avec un apport spécifique pour les phonothèques de l’oral. Pour ma part je retiendrai la méthode et la rigueur de la collecte chez Jean-Michel Guilcher et le questionnement critique et sensible de Jean-François Dutertre sur les questions de la diffusion des musiques traditionnelles et des collectages – en particulier lorsque dans son dernier métier il était délégué général à l’ADAMI – Société civile pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes.

Où donc leurs collectes peuvent-elles être entendues aujourd’hui ? Une partie de celles de Jean-François Dutertre peuvent être entendues sur le site des Archives de Vosges. Une partie de celles de Jean-Michel Guilcher (98 notices) sont accessibles sur la base de Dastum.

“Je n’irai plus à la fontaine, le printemps s’en va” entonnaient gaiement Jean-François Dutertre avec Yvon Guilcher, fils de Jean-Michel, il y a quelques 40 ans. Les entendre donnent envie de chanter ou de danser avec eux…

 

Crédits photographiques : danse bretonne, photographie prise un an avant la naissance de Jean-Michel Guilcher en 1913, page 282 de l’ouvrage France from sea to sea, domaine public.

La phonothèque médaillée !

Très belle journée aujourd’hui pour l’équipe de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme puisque la voilà médaillée du Cristal du CNRS. Ghislaine Milliet-Bouquet et Jérémie Hessas , journalistes à France 3, ont réalisé à cette occasion un  reportage qui présente en quelques minutes notre travail quotidien…

 

 

Cette médaille est dédiée à tous ceux qui sont passés ou passent  à la phonothèque et à toutes les institutions qui soutiennent nos travaux par leurs financements ou par les plateformes mises en place : bien entendu, l’USR 3125 – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme -,  l’équipe de la médiathèque et les laboratoires de la MMSH, en particulier les UMR Iremam et Telemme, les laboratoires avec qui nous travaillons sur la question des archives sonores (le CREM au LESC, le CRESSON, l’INAMA, le LHARA),  la MSH de Nice et en particulier le LASMIC, l’ANR, le département culture & patrimoine scientifique d’AMU, l’ABES avec l’équipe de Calames, la TGIR Huma-Num et le réseau du Consortium des ethnologue, le réseau des Maisons des sciences de l’homme,  le CCSD avec la plateforme MediHAL, Hypotheses.org, le programme européen Europeana Sounds. À ces institutions d’enseignement et de recherche, s’ajoutent les associations, centres d’archives ou musées avec qui la phonothèque travaille avec cohérence pour que les fonds sonores s’enrichissent, soient mieux connus et utilisés par les chercheurs et la société civile. Eux aussi doivent être remerciés : l’association Paroles Vives, les Archives départementales des Bouches-du-Rhône et celles du Tarn, les Musées Arlaten et de Salagon.

 

On en parle :

Mariella Coste, “5 médailles pour 5 chercheurs du CNRS d’Aix et Marseille”, France 3, 27/10/2016 [Consulté le 27 octobre 2016], http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/5-medailles-5-chercheurs-du-cnrs-aix-marseille-1117921.html

“La phonothèque : plus de 8000 heures de connaissances…”, La Provence, édition d’Aix-en-Provence, mardi 23 février 2016, page 2

“Distinguée de la médaille de Cristal du CNRS : Véronique Ginouvès”. La lettre d’AMU, rubrique “A l’honneur”, n°41, mai 2016, page 27.

“Le CNRS met Aix à l’honneur”, Le Point, n°2284, 16 juin 2016, édition d’Aix-en-Provence,  page IV.

“Distinctions 2016 : Véronique Ginouvès reçoit la médaille de cristal du CNRS. Responsable de la phonothèque de la MMSH, Véronique est distinguée pour sa contribution à l’avancée des savoirs, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme [Consulté le 27 octobre 2016], http://www.mmsh.univ-aix.fr/news/Pages/Flash-45.aspx

“Médailles de Cristal 2016”, CNRShttp://www.cnrs.fr/fr/recherche/prix/cristal/2016.htm

Crédits photographiques : présentation des médaillés 2016 à la délégation Provence-Corse du CNRS (DR12), photographie de Jean-Christophe Peyssard, 27 octobre 2016, tous droits réservés.