Archives de catégorie : Mobilisation

Hommage à Fariba Adelkhah : Liberté scientifique et risques du métier: la recherche comme profession

Les jeudis 23 septembre et 24 septembre se 2021 se tiendra à Paris un colloque en hommage à Fariba Adelkhah un colloque sous le titre “Liberté scientifique et risques du métier: la recherche comme profession”.

Programme : https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr?event=2722
Lieux :
le 23 septembre 2021 : Hôtel de Ville de Paris – 5 rue Lobau (14h30 – 20h/20h30)
le 24 eptembre 2021 : salle de conférence du CERI, 56 rue Jacob – 75006
Horaires : 9h-20h
Organisation : collaboration entre le séminaire « Sociologie et anthropologie sociale du politique. Penser en pensant à elle » du CERI, La Rencontre européenne du FASOPO et le comité de soutien à Fariba Adelkhah ; avec le soutien de SciencesPo, de la Mairie de Paris et de l’AFD.
Lien pour l’inscription (obligatoire) : https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr?event=2722

Argumentaire scientifique

Les difficultés rencontrées par les chercheurs dans l’accès à certains terrains d’étude sont généralement analysées comme résultant d’une dégradation de la situation dans ces pays. Les crises politiques (comme les violations des libertés publiques, la montée de l’autoritarisme ou l’existence de conflits armés), les questions qui remettent en cause le lien social (comme la « radicalisation » ou la diffusion du crime organisé), Continuer la lecture de Hommage à Fariba Adelkhah : Liberté scientifique et risques du métier: la recherche comme profession

#IAD2021 : hommage à Umam documentation & research

Pour la journée internationale des archives la phonothèque de la MMSH veut rendre hommage à Umam Documentation & Research, et vous faire le cadeau d’écouter ou réécouter la voix de Lokman Slim, co-fondateur d’Umam D & R, avec Monika Borgmann.

Lokman Slim y explique le fonctionnement des deux sites de Umam Documentation & Research : Memory at work et Umam Biblio et Monika Borgmann raconte une anecdote sur la façon dont il arrive que se fasse la collecte des archives…

Lokman Slim a été assassiné le 4 février 20211, nous attendons toujours les résultats d’une enquête indépendante.

Crédits photographiques : Lokman Slim lors de la 25ème édition du Salon du livre francophone de Beyrouth, atelier sur le numérique comme patrimoine culturel le 10 novembre 2018, photographie de Leïla Doraï, CC-BY-NC.

  1. Une bibliographie sur Zotero suit l’investigation et les réactions à cet assassinat : https://www.zotero.org/groups/2799066/pour_lokman_slim. []

Assassination of Lokman Slim (1962-2021): homage from the academic community

The death of Lokman Slim, cowardly assassinated on February 3, 2021, in southern Lebanon, raises deep feelings of sadness and revolt.

Lokman Slim was a man of culture and engagement. He paid a heavy price for his freedom of thought and his uncompromising freedom of speech.

Humanities and social scientists working in the Near East have regularly benefited from Lokman Slim’s work through Umam Research & Documentation, an association he co-directed with his wife Monika Borgmann. Umam was created in 2004 with a twofold objective: to build a citizen archives centre accessible to as many people as possible, and to raise public awareness on the subjects of war and violence through the arts. Together, they also founded the Hangar, a cultural centre in which many exhibitions have been organized, notably on memories of the war and of the Ghobeiri district where it was located. The building of an archive of Lebanon’s contemporary and present history constitutes a significant contribution to the work research in the field.

Lokman Slim was committed to the development of an open and democratic society in Lebanon. He was a main actor of Lebanon’s cultural life. In 1990, together with his sister, the writer Racha Al-Ameer, he founded Dar Al-Jadeed editions. Its innovative choices had a key impact on the Lebanese and Arab publishing landscape. With Monika Borgmann, he made two essential documentaries: Massaker (2004) is based on the testimonies of former militiamen who participated in the massacres in the Palestinian camps of Sabra and Chatila in 1982; Tadmor (2016) focused on the daily life of detainees in the Syrian prison of Tadmor (Palmyra).

Lokman Slim was also a lively and impactful writer and speaker. He spoke in a chiselled language, in Arabic as well as in French or English. Two of his writings, available in French, testify to the delicacy and refinement of his reflections and his uncompromising love of Lebanon: “Lebanese peace, or the art of reconciliation without moderation”((translated from French to English by the author)) (Liban. Espaces partagés et pratiques de rencontre, Cahiers de l’Ifpo, 2008 [Online] https://books.openedition.org/ifpo/105) and “Beyrouth. A capital which capitulates “(Beyrouth à mots découpés”), Poitiers, 2000, http://www.worldcat.org/oclc/495443604) in which he revealed a few false pretences of Beirut and the publishing profession.

This assassination raises fears of a new cycle of violence targeting intellectuals. The academic community engaged in the study and research of Near Eastern societies associates with the grief of Lokman Slim’s family and honours his memory.[SL1]

With the support of CERMOM – Centre de recherches Moyen-Orient Méditerranée/Inalco,  CéSor – Centre d’études en sciences sociales du religieux (UMR 8216 – EHESS / CNRS), Ifpo – Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 / USR 3135-MEAE / CNRS), Sciences-Po CERI – Centre de recherches international, département “Etudes arabes” de l’Inalco Institut National des Langues et Civilisations Orientales –  IREMAM – Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310 – CNRS), MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme USR 3125 (AMU/CNRS, GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, SEMOMM – Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans, Unité de Recherches Migrations et Société (IRD UMR 205 URMIS).

Emma Aubin-Boltanski (CéSOR), Sandra Barrère, (Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire TELEM), Hamit Bozarslan (CETOBaC), Myriam Catusse (IREMAM), Frédérik Detue (Université Côte d’Azur), Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH Phonothèque), Eberhard Kienle (CERI), Pauline Koetschet (Ifpo), Stéphanie Latte-Abdallah (CERI), Franck Mermier (IFEA), Sabrina Mervin (CéSOR), René Otayek (Sciences Po Bordeaux/LAM), Anna Poujeau (Ifpo), Nicolas Puig (IRD UMR 205), Candice Raymond (Ifpo), Jean-Christophe Peyssard (MMSH), Elsa zakhia (Ifpo).

For an international investigation into the assassination of Lokman Slim: https://www.change.org/p/l-assassinat-de-lokman-slim-au-liban-pour-une-enqu%C3%AAte-internationale-ind%C3%A9pendante?signed=true

French language: https://phonotheque.hypotheses.org/33107

Photographic credits: Lokman Slim leading a round table on “Sharing digital data in the Middle East” on May 29, 2019, during the international conference New digital archives in the Middle East: sound, image, film and the web. Challenges of sharing field data in Lebanon, Jordan and Syria, photograph V. Ginouvès, CC-BY

More information (selection on Zotero).

Assassinat de Lokman Slim (1962-2021), hommage de la communauté scientifique

C’est avec une immense tristesse et un sentiment de révolte que nous apprenons la mort de Lokman Slim lâchement assassiné le 3 février 2021 dans le Sud du Liban.

Homme de culture et d’engagement, Lokman Slim paye d’un lourd tribut sa liberté de pensée et sa pratique sans concession de la liberté d’expression.

Les chercheur·es en sciences humaines et sociales sur la région du Proche-Orient ont régulièrement bénéficié du travail de Lokman Slim à travers Umam Research & Documentation, une association qu’il co-dirigeait avec son épouse Monika Borgmann. Umam avait été créée en 2004 avec un double objectif : construire un centre d’archives citoyennes accessibles au plus grand nombre et sensibiliser le public aux sujets de la guerre et de la violence à travers les arts. Ensemble, ils avaient aussi fondé le Hangar, un centre culturel dans lequel ont été organisées de nombreuses expositions, notamment sur les mémoires de la guerre et du quartier de Ghobeiri où il était situé.

Porté par une parole située et engagée dans le développement d’une société ouverte et démocratique, ce travail de construction d’une archive de l’histoire immédiate du Liban constitue un apport décisif à nos travaux de recherche.

Lokman Slim occupait une place éminente dans la vie culturelle libanaise. Il avait fondé en 1990, avec sa sœur l’écrivaine Racha Al-Ameer, les éditions Dar Al-Jadid qui ont marqué le paysage éditorial libanais et arabe par ses choix innovants. Avec Monika Borgmann, il avait réalisé deux documentaires incontournables: Massaker (2004) livrait les témoignages d’anciens miliciens ayant participé aux massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982, Tadmor (2016) portait sur le quotidien des détenus dans la prison syrienne de Tadmor/Palmyre.

Lokman Slim était aussi un écrivain et un orateur au style vif et percutant. Il s’exprimait dans une langue ciselée, aussi bien en arabe qu’en français ou encore en anglais. Deux de ses écrits disponibles en français témoignent de la finesse de ses réflexions et de son amour sans concession du Liban : « La paix à la libanaise, ou l’art de la réconciliation sans modération » (Liban. Espaces partagés et pratiques de rencontre, Cahiers de l’Ifpo, 2008 [En ligne] https://books.openedition.org/ifpo/105) et « Beyrouth. Une capitale qui capitule » (Beyrouth à mots découpés, Poitiers, 2000, http://www.worldcat.org/oclc/495443604) dans lequel il dévoilait quelques faux-semblants de Beyrouth et du métier d’éditeur.

Cet assassinat fait craindre un nouveau cycle de violence visant les intellectuel·les. La communauté académique engagée dans l’étude et la recherche sur les sociétés du Proche-Orient s’associe à la douleur de la famille de Lokman Slim et honore sa mémoire.

Avec le soutien du CERMOM – Centre de recherches Moyen-Orient Méditerranée/Inalco, CéSor – Centre d’études en sciences sociales du religieux (UMR 8216 – EHESS / CNRS), l’Ifpo – Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 / USR 3135-MEAE / CNRS), Sciences-Po CERI – Centre de recherches internationales, le département « Etudes arabes » de l’Inalco Institut National des Langues et Civilisations Orientales, IREMAM – Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310 – CNRS), la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme USR 3125 (AMU/CNRS, GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, la SEMOMM – Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans, l’Unité de Recherches Migrations et Société (IRD UMR 205 URMIS).

Emma Aubin-Boltanski (CéSOR), Sandra Barrère, (Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire TELEM), Hamit Bozarslan (CETOBaC), Myriam Catusse (IREMAM), Frédérik Detue (Université Côte d’Azur), Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH), Eberhard Kienle (CERI), Pauline Koetschet (Ifpo), Stéphanie Latte-Abdallah (CERI), Franck Mermier (IFEA), Sabrina Mervin (CéSOR), René Otayek (Sciences Po Bordeaux/LAM), Anna Poujeau (Ifpo), Nicolas Puig (IRD UMR 205), Candice Raymond (Ifpo), Jean-Christophe Peyssard (MMSH), Elsa zakhia (Ifpo).

Communiqué en langue anglaise.

Publication du communiqué sur Academia.

Lien vers la pétition pour obtenir une enquête internationale indépendante sur l’assassinat de Lokman Slim

Crédits photographiques : Lokman Slim anime une table ronde sur le thème « Partager les données numériques au Proche-Orient » le 29 mai 2019 lors du colloque international Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie, photographie V. Ginouvès, CC-BY

lokman

 

 

 

 

Communiqué du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères sur l’assassinat de Lokman Slim, 3 février 2021.

Communiqué de la délégation de l’Union européenne au Liban sur l’assassinat de Lokman Slim, 5 février 2021.

Communiqué des Nations Unis sur l’assassinat de Lokman Slim, UN Says Killing of Lokman Slim is a Loss for Lebanon, 4 février 2021.

***

Revue de presse partagée (sélection)

 

 

Avent -1 : « La vague n’emporte pas les souvenirs »

Il bondissait trop tard, toujours trop tard sur son tapis, mais tout avait disparu, sauf l’irritation d’un souhait ayant failli aboutir, sauf la frustration d’un savoir non abouti. (La disparition, Georges Perec, 1969, p.6).

Voilà déjà Noël, une année difficile qui s’efface – qu’avec elle disparaissent nos soucis et nos inquiétudes ! Repartons avec de nouvelles créations, de nouveaux projets et de nouvelles aventures. 2020 aura été, malgré la distanciation sociale qui s’est imposée au mois de mars, une année riche d’un travail collectif. Une formidable occasion de rencontres fertiles avec celles et ceux qui ont rejoint l’équipe de passage ou sur le plus long terme, parfois en présentiel masqué, parfois à distance à travers toute une série d’outils numériques  : Etienne Bauza, Lina Benzacour, Maryasha Barbé, Annick Boissel, Stevie Kolodziej, Laurence Salze. Merci pour leur travail et le partage de leur expérience !

Pour ce petit bout d’an qui nous reste à passer, concentrons nous sur les souvenirs positifs. L’expérience du calendrier de l’Avent des disparitions numériques – lui aussi collectif – a été une belle aventure :  les bibliothèques et les archives sont là pour nous aider à (re)construire notre mémoire ; Coralie Castel nous fait le récit d’une archive collective et collaborative, exemplaire en cela, dans son article “Reconstruire ses souvenirs : le nettoyage des photographies emportées par le tsunami à Kesennuma” paru dans le numéro 47 d’Ebisu au printemps-été 2012 (n° spécial “Catastrophes du 11 mars 2011, désastre de Fukushima : fractures et émergences”). Une belle lecture de Noël. Bon bout d’an à tout le monde. Continuer la lecture de Avent -1 : « La vague n’emporte pas les souvenirs »

Avent -9 : La chênaie blanche ou le jardin disparu

On avait vu sortir du bois, un individu maigrichon, grand, portant un calot biscornu, soufflant dans un mirliton dont il tirait un air pimpant. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 143)

A Mane, dans les Alpes de Haute-Provence, se trouve le musée de Salagon, célèbre pour son église romane, son prieuré Renaissance et ses jardins ethnobotaniques. Continuer la lecture de Avent -9 : La chênaie blanche ou le jardin disparu

Avent -10 : How to bury Winter?

L’on dansa dans tous les caboulot au son du hautbois, du biniou, du tambour. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 20)

This post was published for the first time on the Europeana Sounds Blog the 29th of February 2016, at this URL: http://www.europeanasounds.eu/news/when-carnival-buries-winter, and fortunately, this post is not dissolved in the web! We found it on the Wayback Machine (many many thanks Archive.org) at this URL: https://web.archive.org/web/20160624193905/http://www.europeanasounds.eu/news/when-carnival-buries-winter

Continuer la lecture de Avent -10 : How to bury Winter?

Avent -15 : Where is MySpace?

« Il y avait un manquant. Il y avait un oubli, un Uanc, un trou qu’aucun n’avait vu, n’avait su, n’avait pu, n’avait voulu voir. On avait disparu. Ça avait disparu. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 9).

Et si Facebook disparaissait lui aussi ? la moyenne d’âge de ses utilisateurs est de plus en plus élevée et il n’y a plus le même engouement . L’entreprise essaie de s’adapter aux nouvelles pratiques des jeunes et a notamment racheté plusieurs plateformes, dont Instagram et Whatsapp. Et si Facebook disparaissait ? Que deviendraient nos données ? Ce genre de disparition est possible, depuis l’avénènement du web des outils ou des services ont disparu1. Continuer la lecture de Avent -15 : Where is MySpace?

  1. Hier nous évoquions la disparition de données parce que l’espace alloué devient payant ou se réduit mais d’autres services ont disparu qui semblaient stables et robustes. Par exemple, nous utilisions beaucoup GoogleReader, l’outil de lecture des fils RSS de Google, et depuis son arrêt on note un usage moindre du RSS ; nous avons aussi rédigé un billet sur la disparition de la plateforme Crévilles arêtée en mars 2015. []

Avent -18 : De la fugacité des players

Il frissonna sans draps, il transpira sous un plaid, il compara l’alfa au kapok. Il coucha assis, accroupi, à califourchon ; il consulta un fakir qui lui proposa son grabat à clous, puis un gourou qui lui ordonna la position yoga. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 7).

Faire écouter les fichiers son de la phonothèque en streaming n’est pas chose si simple. Le service informatique de la MMSH nous a proposé dès 2010 de mettre à notre disposition un serveur de stream1 dont nous avons géré les contenus à partir de 2012.  Toutefois, par souci d’esthétique et comme la création de ces points de publication n’étaient pas très ergonomique, pour publier sur les billets de blog nous nous sommes laissées prendre par la simplicité et l’esthétique de Sound Cloud  : cette plate-forme de distribution audio nous permettait d’afficher des images dans le player lui-même et de créer des liens avec les musiciens. Toutefois, nous ne pouvions y placer qu’une douzaine de séquences car pour obtenir plus d’espace il fallait payer le service – et nous n’en avions pas les moyens.

Continuer la lecture de Avent -18 : De la fugacité des players

  1. Le  serveur avait le joli nom d’Astarte (à prononcer du nom de la déesse phénicienne Astarté mais en tant que machine, donc DNS, son nom s’écrivait en ASCII donc sans accent) et était motorisé par la technologie Service Windows Media. Quand le serveur Astarte s’est arrêté de fonctionner, brutalement, il tournait sur une version obsolète du système d’exploitation, le nouveau chef de service informatique de la MMSH a repris les données sur une toute autre technologie. []

Avent -22 : Disparition des billets du blog d’Europeana Sounds

Voilà grosso modo six mois Hassan Ibn Abbou proposa pour son doctorat à la Commission ad hoc du CNRS un rapport succinct mais plutôt pas mal foutu, du moins à mon avis, traitant du Jus latinum, du droit latin quoi, qu’il connaissait jusqu’au bout du doigt ; Il discourait surtout sur un point jusqu’ici obscur qui avait fait pâlir maints savants pourtant trapus : y avait-il ou non obligation pour un pagus ou un oppidum d’offrir à sa population (paysans ou parfois marchands) un statut ignorant la distinction qui faisait ipso facto du Romain un individu plus important qu’un habitant du Sahara ? (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 43)

Entre février 20141 et février 2017, la participation de l’équipe de la phonothèque au programme Europeana Sounds avec celle du CREM a été une magnifique expérience. Joyeuse, collective, assidue, elle nous a appris beaucoup en particulier pour travailler à ce qui a été nommé, quelques mois plus tard par l’Europe les principes du FAIR. L’objectif était bien de rendre interopérables nos données en les “aggrégeant” à travers le modèle EDM – Europeana data model à la plateforme Europeana, et en les rendant réutilisables, en travaillant tout au long du projet sur les questions éthiques et juridiques pour leur diffusion2. Un formidable travail en direction des publics pour l’enrichissement participatifs de ces données ou sur leur diffusion à travers différents outils multimédia a été réalisé durant cette période. Nous nous sommes formées3 pour utiliser la plateforme MINT – Metadata Interoperability Platform, hébergée en Grèce, à la National Technical University of Athens4 afin de réaliser les exports en EDM. Continuer la lecture de Avent -22 : Disparition des billets du blog d’Europeana Sounds

  1. Le lancement du projet s’est fait entre les 17 et 18 février 2014 à la British Library, Londre, le programme du “Kick-off meeting” est ici. []
  2. Voir en  particulier dans le cadre du WP3, Licensing Guidelines / Orientations juridiques, coordonné par Lisette Kalshoven, Kennisland – KL []
  3. En effet l’équipe était plutôt féminine et je salue ici Françoise Acquier, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié : ensemble nous avons beaucoup discuté pour comprendre comment effectuer ces exports/imports de la meilleure des façons en respectant les normes de l’EDM. []
  4. Une présentation de nos ateliers de travail peut être retrouvée sur les carnets, à Athènes en juin 2015 et à Dublin en avril 2016 ou Nikolaos Simou (NTUA) a présenté l’outil MINT et  Tom Miles (BL) la méthode de travail. []