Archives de catégorie : Mobilisation

À l’an que vèn…

En 2019, la phonothèque se sera placée sous la lumière du Proche-Orient avec en particulier l’organisation d’un colloque international au mois de mai à Beyrouth, la publication en décembre du catalogue des archives de Jean Métral et de celui de Michel Seurat qui paraîtra en janvier, en collaboration avec l’Institut français du Proche-Orient ou encore avec la poursuite de la collaboration scientifique avec le département de la bibliothèque nationale de Jordanie sur leurs projets d’archivage d’histoire orale. Continuer la lecture de À l’an que vèn…

Deux universitaires, française et australienne, détenues en Iran en grève de la faim depuis le 24 décembre

Communiqué : Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert, deux universitaires en prison en Iran sont entrées en grève de la faim depuis le 24 décembre  https://faribaroland.hypotheses.org

Fariba Adelkhah, directrice de recherche à SciencesPo-Paris, est entrée en grève de la faim illimitée, avec une autre universitaire, australienne, emprisonnée à Evin (Téhéran), Kylie Moore-Gilbert, le 24 décembre 2019 :  https://www.iranhumanrights.org/2019/12/imprisoned-french-australian-academics-call-for-christmas-eve-hunger-strike-iran/

Nos deux collègues exigent justice pour elles-mêmes, mais aussi au nom de tous et toutes les universitaires persécutés de manière arbitraire en Iran et dans l’ensemble du Moyen-Orient

Selon les sources internes à la prison d’Evin citées par le Center for Human Rights in Iran, elles demandent également leur transfert dans le quartier des prisonniers de droit commun de la prison – elles sont actuellement détenues depuis 7 mois, pour Fariba Adelkhah, 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert, dans le quartier des Gardiens de la Révolution où elles sont soumises à des “tortures psychologiques” et à de “nombreuses violations de leurs droits humains fondamentaux”, selon leurs propres termes.

Fariba Adelkhah est entrée en grève de la faim ce 24 décembre. Elle s’est vue signifier divers chefs accusations : d’espionnage, de désinformation, de propagande contre le régime, et autres contre-vérités dénuées non seulement de tout fondement, mais aussi de toute crédibilité. Il semblerait que Roland Marchal, chercheur CNRS à SciencesPo-Paris, arrêté en même temps que Fariba Adelkhah et lui aussi détenu à la prison d’Evin, soit également sur le point d’être formellement inculpé, vraisemblablement sur la même base erratique.

Nous rappelons que nos deux collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, n’ont jamais eu d’autres activités que scientifiques et qu’ils ont toujours mené leurs recherches en toute indépendance et en toute intégrité. C’est bien de cela dont ils sont accusés. Leur itinéraire personnel est une incarnation de la liberté de la science, qu’ils payent aujourd’hui de leur liberté personnelle.

Nous exigeons leur libération immédiate, ainsi que de celle de tous les universitaires, iraniens et étrangers, détenus arbitrairement en Iran – ils sont hélas nombreux. Nous récusons par avance toute instrumentalisation politique de leur détention, et de leur libération. Nos collègues sont des prisonniers scientifiques, et c’est à ce titre qu’ils doivent recouvrer leur libération.

Nous accordons évidemment une attention particulière à l’intégrité physique de Fariba Adelkhah et de Kylie Moore-Gilbert qui sont entrées en grève de la faim illimitée et dont la vie est désormais en danger. Le gouvernement de la République islamique d’Iran en est responsable, tout comme de la détention arbitraire dont elles font l’objet de la part de l’une de ses branches armées qui engage l’Etat iranien lui-même.

Nous demandons à chacun d’interpeller nos élus, nos institutions, nos entreprises, et de solliciter leur soutien à la cause de nos collègues pour que la liberté leur soit rendue.

Le Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Lire l’article du Monde, paru le 27 décembre 2019, publié par Allan Kaval “Détenue à Téhéran, l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah entame une grève de la faim”.

Que peut-on faire ? Certes, l’État français est en train de travailler à leur libération mais tout de même, vous pouvez

1) leur déposer un message de soutien enregistré ou écrit à déposer sur faribaroland.hypotheses.org
ou sur l’adresse du comité de soutien fariba.roland@gmail.com ou encore à sandrine.perrot@sciencespo.fr et corinne.deloy@sciencespo.fr.

2) offrir à vos proches l’un de leurs livres, pour que leurs travaux continuent à circuler et irriguer notre réflexion : http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=fariba+adelkhah&submit_search= et http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=roland+marchal&submit_search=

3) participer au séminaire mensuel du CERI “F & R : sociologie et anthropologie sociale du politique” que lance Béatrice Hibou pour penser en pensant avec eux (premier séminaire le 7 janvier de 16h à 19h) https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr/event/Guerre+et+formation+de+l%27Etat?event=1859

4) si vous êtes parisien, ou de passage à Paris, déposer une fleur au pied du panneau d’information installé par la mairie de Paris à l’entrée du public de l’Hôtel de Ville

5) et bien sûr signer et faire signer la pétition demandant leur libération : http://fasopo.org/free

Lire le communiqué du Comité international de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Un Comité international de soutien issu d’un réseau européen déjà existant, le Reasopo, réseau dont Fariba et Roland sont des membres fondateurs a été créé le 17 octobre 2019. Il vise à donner une résonance internationale au soutien déjà exprimé par la communauté et les institutions académiques françaises. Vous pouvez rejoindre ce comité et relayer toutes les informations et mobilisations en soutien à nos collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, incarcérés en Iran.

 

Appel à participation : « Ecouter nos mondes, parler de nos écoutes ». Une sonothèque en libre accès pour le public, les artistes et les chercheurs

« Savons-nous parler de notre écoute, la décrire et l’écrire ? »

Cette question, qui constitue un enjeu majeur du quotidien de l’archiviste sonore, a été posée, à l’occasion de cet appel à participation, à un large public de contributeurs. Continuer la lecture de Appel à participation : « Ecouter nos mondes, parler de nos écoutes ». Une sonothèque en libre accès pour le public, les artistes et les chercheurs

2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

2018 aura été une année pilote, qui a démontré que le dispositif de la phonothèque, adossé aux principes du FAIR, est fonctionnel et efficace. Pendant plus de cinq mois, l’équipe de la phonothèque a travaillé sans sa responsable qui a obtenu une mobilité professionnelle à l’étranger.  L’activité était intense mais, en s’appuyant sur le dispositif mis en place, Hélène Giudicissi1 et Claire Grégoire2  – outre le travail d’accueil du public, toujours plus nombreux, et du traitement documentaire quotidien –  sont intervenues dans plusieurs colloques et journées d’étude. Elles ont aussi organisé le travail de 14 stagiaires, venus d’horizons divers, qui souhaitaient découvrir les archives sonores et à apporter leur contribution au traitement et à la valorisation des fonds. Elles ont été également soutenues ponctuellement par deux bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, Mathilde Bresc3 et Christian Champaloux4. Enfin, avec l’équipe, plusieurs chercheur.e.s ont participé à l’archivage de leurs données sonores. Merci en particulier à Hélène Claudot-Hawad, de continuer à faire converser les “nouveaux luthiers” avec les anciens comme les amateurs de violon sur Les carnets de la phonothèque.

Ainsi 2018 a été joyeuse et formatrice : ce travail collectif s’appuie sur un système ouvert et structuré, qui respecte les principes du FAIR5 offrant de merveilleux cadeaux de réusages pour le partage – au-delà du traitement documentaire des archives sonores – d’une méthode de travail compréhensible, claire et efficace.

2018 est aussi l’année d’un ancrage profond des archives sonores dans les données de la recherche avec trois signes forts : la publication d’un ouvrage sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, l’accomplissement du traitement du fonds de l’ethnologue Annie Hélène Dufour et la multiplication des thèses sur la question des sources sonores et de leur ré- usage.

Le guide de bonnes pratiques : 2018 se termine avec la publication d’un ouvrage collectif : le Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est paru en version papier en novembre aux Presses universitaires de Provence et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019. Une belle aventure qui s’est menée avec Isabelle Gras6, avec le soutien du Consortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num, du SCD d’AMU et de la MMSH.  Le projet continue sur le carnet “Questions d’éthique et de droit” : https://ethiquedroit.hypotheses.org

Le fonds Annie-Hélène Dufour : elle avait choisi de déposer de toutes ses sources sur lesquelles s’appuyaient sa recherche à la phonothèque, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont entièrement accessibles sur Calames. Les articles et les source de l’anthropologue connaissent une singulière diffusion posthume puisque les voilà désormais faciles à trouver, interopérables, accessibles et ré-utlisables. A partir de Calames, on accède à une partie des photographies de l’ethnologue sur Medihal, de ses entretiens sur Ganoub, de ses films sur Nakala et de ses articles scientifiques sur HalSHS.

2019, l’année des jeunes chercheurs : Mais surtout, la fin de l’année s’inscrit dans une nouvelle dynamique qui propulse les archives sonores dans le monde académique, avec un intérêt accru des jeunes docteurs. Ainsi, Maëlle Mériaux, qui avait été en résidence à la phonothèque en 2017, a soutenu en décembre 2018 une thèse qui s’appuie sur les archives orales sous le titre Histoires de plantes : les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Valeria Zedda, en thèse d’archivistique à l’université de Cagliari a choisi la phonothèque comme lieu d’étude de son projet Erasmus, enfin Matteo Cialone a obtenu un contrat doctoral qui a débuté le premier octobre avec un titre en forme d’hommage à Florence Descamps : L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone: état des lieux, analyse comparative et transdisciplinaire d’archives musicales inédites en méditerranée.

Ce billet est l’occasion de souhaiter à toutes et tous une joyeuse année 2019 et de remercier toutes celles et ceux qui ont participé à l’activité de notre phonothèque cette année – de près ou de loin. Vous pouvez les découvrir ici, de A à Z !

Continuer la lecture de 2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

  1. Hélène Giudicissi est en reconversion professionnelle et a intégré l’équipe de la phonothèque depuis deux ans et demi maintenant. En 2018, avec le soutien  des stagiaires, elle a finalisé le traitement du fonds Pierre Laurence et sa mise en ligne dans le respect des questions juridiques et éthiques. Une collaboration avec l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, a permis la naissance d’un nouveau corpus sur les luthiers sur Ganoub. Elle a aussi développé les  collaborations avec le MuCem et le CHU Montperrin. []
  2. Claire Grégoire, après un stage à la phonothèque de la MMSH, a obtenu plusieurs contrats à durée déterminées sur des projets divers. Dans le cadre d’un projet collectif mené par le Consortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num, elle a réalisé un référentiel sur les contes populaires, puis s’est consacrée au catalogage complet du fonds Annie-Hélène Dufour sur Calames. Un fonds dont le traitement et la numérisation a également été soutenu par leConsortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num. []
  3. Mathilde Bresc est responsable du traitement du fonds Salagon et nous régale chaque mois avec les recettes issues des fonds de la phonothèque. []
  4. Christian Champaloux a permis la numérisation de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Dans le cadre du Pôle images, sons, pratiques numériques en SHS, il  est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC. []
  5. Voir les voeux 2017 : https://phonotheque.hypotheses.org/23328. []
  6. Isabelle Gras est conservatrice de bibliothèque au sein du SCD AMU, au sein du département de l’ingénierie documentaire où elle est responsable des publications numériques en sciences et négociatrice Couperin pour le pôle sciences juridiques et politiques. Elle est également chargée de mission Open Access et participe au déploiement de l’archive ouverte HAL-AMU en étant notamment référente pour les questions juridiques. À ce titre, elle travaille dans le projet Jurisguide piloté par la bibliothèque Cujas et elle est également impliquée dans le groupe juridique Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @IsaGr_pro. []

Forum on alternative archival practices, Beyrouth, 14 & 15 décembre 2018

ACSS is a regional, independent, non-profit organization, dedicated to strengthening social science research and knowledge production in the Arab world which is organizing today and tomorrow an inventive forum in Beyrouth. Following on twitter : #AlternativeArchivesDownload the program in arabic and english Continuer la lecture de Forum on alternative archival practices, Beyrouth, 14 & 15 décembre 2018

La phonothèque présente au 25ème édition du Salon du livre francophone de Beyrouth

Le thème du 25ème édition du Salon du livre francophone de Beyrouth porte sur les cultures numériques. Plus de 60 exposants et 180 auteurs sont présents dans ce Salon où dans ce cadre, une table ronde est organisée par l’Institut français sur le thème du numérique comme outil du patrimoine culturel le samedi 10 novembre 2018, à 16h.

L’objectif est de mettre en avant des expériences concrètes auprès des publics du Salon montrant comment la numérisation, ou la diffusion des données numériques natives, permet de conserver et de valoriser le patrimoine culturel et de (re)donner accès au plus grand nombre à ces biens communs immatériels.

Vous pouvez suivre le programme du Salon sur Facebook : https://www.facebook.com/SalondulivrefrancophoneBeyrouth


#dlc2018 – Tous producteurs de data ! Les sciences participatives nous montrent la voie

Le 5 octobre 2018, à à Aix-en-Provence, venez contribuer à la table ronde consacrée à la production de données pour  des sciences citoyennes et participatives, organisée dans le cadre de la Data Literacy Conference . Et si chacun d’entre nous était capable de produire de la donnée de qualité ? C’est le pari, initié depuis fort longtemps, par les sciences participatives dans le domaine de la biodiversité, de la culture ou de l’astronomie. Comment fonctionnent ces projets ? Produire de la donnée nous aide-t-il à mieux la maîtriser et la comprendre ? Quels enseignements en tirer pour la constitution de bases de données collaboratives ?  Cette table ronde vous propose d’explorer cette nouvelle frontière de la data avec celles et ceux qui mettent en œuvre et observent des projets de sciences participatives. 

Le compte rendu de la journée a été publié le 30 novembre 2018 (maj) : https://next.etalab.gouv.fr/demain-tous-producteurs-de-donnees-les-sciences-participatives-nous-montrent-la-voie-data-literacy-conference-2018

Continuer la lecture de #dlc2018 – Tous producteurs de data ! Les sciences participatives nous montrent la voie

Venez fêter la journée internationale des archives à Beyrouth le 8 juin 2018 !

A l’occasion de la journée internationale des archives, la Phonothèque de la MMSH souhaite  porter un coup de projecteur sur l’exposition réalisée dans le Hangar de UMAM Documentation & Research le samedi 9 juin. Elle lance le début d’une succession d’événements qui se dérouleront sur les deux années à venir puisque le thème porte sur la commémoration des 100 ans de la création du Liban en 1920Lebanon 1920 – 2010: How Might We Commemorate this Centennial? Continuer la lecture de Venez fêter la journée internationale des archives à Beyrouth le 8 juin 2018 !

Los archivos sonoros del cine mexicano a (re)descubrir y apoyar

El fondo de música compuesta específicamente para el cine mexicano entre 1957 y 1975 acaba de recibir el reconocimiento de Memoria del Mundo (para México) de la UNESCO. Sin embargo, este evento mayor  paso desapercibido…El cine mexicano, al menos hasta los años 1990, incluyendo el periodo llamado “Época de Oro” tiene una importante producción de música de fondo y de play-backs cuyos intérpretes son famosos y reconocidos. Continuer la lecture de Los archivos sonoros del cine mexicano a (re)descubrir y apoyar

Les archives sonores du cinéma mexicain à (re)découvrir et à soutenir !

Le fonds de la musique composée spécifiquement pour le cinéma mexicain entre 1957 et 1975 vient d’être inscrit à la Mémoire du Monde pour le Mexique par l’Unesco. C’est un événement majeur qui n’a pas été tellement mis en avant et pourtant…  Le cinéma mexicain jusqu’aux années 1990, au moins, avec la période dite du Cinema de Oro est riche de musique de fond et des  play-backs interprétés par toutes les vedettes à la mode de cette période. Continuer la lecture de Les archives sonores du cinéma mexicain à (re)découvrir et à soutenir !