Archives de catégorie : Corpus de la phonothèque

مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

منذ عام 2017 ، شاركت المكتبة الصوتية  MMSH في مشروع جماعي للتاريخ الشفهي بقيادة المعهد الفرنسي في الأردن  IFJ ، والمعهد الفرنسي للشرق الأدنى IFPO ومعهد جوته في عمان ، بدعم من الصندوق الفرنسي الألماني.

بالإضافة إلى التبادلات (بالفيديو) بين الفرق المنظمة وتنظيم أرشفة البيانات التي تم جمعها ، تم تقديم دورتين تدريبيتين داخل دائرة المكتبة الوطنية الأردنية في عمان ، حول مسألة التاريخ الشفوي و أرشفته.

من خلال المناقشات بين المؤرخات و المؤرخين ، أمناء المكتبات وأمناء المحفوظات ،المترجمات والمترجمين أو المهتمين بالمشروع ، أدركنا أنه كان من الصعب للغاية فهم بعضهم البعض بين المتحدثين باللغات الفرنسية والإنجليزية والعربية.

ثم شكلنا بشكل جماعي وتعاوني معجمًا نقدمه هنا. نرحب بالقارئ (من خلال التعليقات) لإضافة أي مصطلحات يعتقد أنها مفيدة حتى نتمكن من تحديث هذا العمل الذي لا يزال قيد التقدم.

Depuis 2017  la phonothèque de la MMSH participe à un projet collectif d’histoire orale mené conjointement par l’Institut français en Jordanie (IFJ), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et le Goethe Institut d’Amman, avec le soutien du Fonds franco-allemand. Outre les échanges (par visio) entre les équipes organisatrices et l’organisation de l’archivage des données collectées, deux formations ont été dispensées au sein du département de la bibliothèque nationale de Jordanie à Amman sur la question de l’histoire orale et de son archivage. Au fil des discussions entre historien.ne.s, bibliothécaires, archivistes, traducteur.trices ou curieux.ses intéressé.e.s par le projet, nous nous sommes rendu compte qu’il était extrêmement compliqué de se comprendre entre locuteurs des langues française, anglaise et arabe. Nous avons alors constitué de façon collective et collaborative un lexique que nous présentons ici. Le lecteur est bienvenu (à travers les commentaires) pour ajouter les termes qui lui sembleront utiles pour que nous puissions mettre à jour ce travail qui est toujours en cours.

Since 2017 the MMSH Sound Archive Center has been participating in a collective oral history project conducted by the French Institute in Jordan (IFJ), the French Institute of the Near East (Ifpo) and the Goethe Institute in Amman, with the support of the Franco-German Fund. In addition to the (visio) meetings between the organizing teams and archiving of the data, two training sessions were organized at the department of the National Library of Jordan in Amman. Through these discussions between historians, librarians, archivists, translators and people interested in the project, we realized that it was extremely difficult to understand each other through French, English and Arabic. We have therefore collectively and collaboratively settled together a lexicon that we present here. The reader is welcome to add terms that he or she finds useful and send them to us (through the comments) in order to update this work, which is still in progress.

مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

Continuer la lecture de مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

L’ethnologue Marceau Gast a déposé les sources sonores de sa recherche en 2004 à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Science de l’Homme1. Il souhaitait ainsi en assurer la numérisation et la conservation dans un lieu adapté, pour garder une trace visible de sa recherche et de ses méthodes et obtenir des copies des enregistrements pour ses témoins ou leurs familles2. La détérioration rapide des supports analogiques en rendait prioritaire la numérisation et le traitement documentaire. Malgré plusieurs difficultés le traitement des archives sonores est presque terminé3. L’inventaire des corpus sonores riches de 160 heures est disponible sur la plateforme Calame et les enregistrements sont diffusés sur Ganoub, la base de données de la phonothèque ; restent encore à traiter des milliers de photographies et 12 carnets de terrain4.

Carte géographique du Sud du Sahara avec indication des lieux de collecte des photographies, des enregistrements sonores et des carnets de terrain.

Continuer la lecture de Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

  1. Marceau Gast, décédé en 2010,  était directeur de recherche au CNRS, d’abord membre puis directeur de l’ancien laboratoire LAPEMO, puis membre de l’IREMAM. []
  2. Au moment du dépôt par Marceau Gast en 2004, sa demande la plus pressante a été que la phonothèque réalise des copies sur cassettes à partir des fichiers numériques issus des bandes originales : en effet, d’après lui, ses témoins touaregs utilisaient encore des cassettes audios sur leurs postes portables et c’est le support qu’il pensait le plus simple pour leur diffusion sur place. La phonothèque lui a également fourni, toujours à sa demande, des copies au format cédés pour d’autres témoins qui préféraient ce support. []
  3. Les trois difficultés principales étaient de (1) repérer des locuteurs en langue tamahaq car  ils.elles étaient peu nombreux dans l’environnement direct de la phonothèque, (2) le temps incompressible que demande le l’analyse documentaire et (3),  pour la dizaine de cassettes des derniers enregistrements, la collecte des informations dispersées à retrouver et la vérification de l’intérêt de traiter les « scories » qui ne faisaient pas partie du corpus. []
  4. Les photographies du chercheur ainsi que ses carnets de terrain sont actuellement conservées dans les bureaux de l’association des Amis de l’Encyclopédie Berbère à la MMSH. La phonothèque détient uniquement des copies numériques. Une partie des carnets de terrain est valorisée sur la plateforme Transcrire et plusieurs photographies sont accessibles sur MédiHAL. La bibliothèque de Marceau Gast est conservée à la médiathèque de la MMSH. []

Michel Seurat dans ses archives

Un des atouts de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence est de faciliter les rencontres scientifiques : l’histoire du traitement du fonds Michel Seurat fait partie de ces concours de circonstances heureux qu’elle a pu faire naître. En 2009, l’anthropologue Franck Mermier, alors directeur du Département des études contemporaines de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) participe au jury d’une thèse qui se tient à la MMSH1. À cette occasion, il découvre les travaux de la phonothèque et fait aussitôt le lien avec une sacoche en cuir, rangée sur une étagère de son bureau à Beyrouth. Il l’a déjà plusieurs fois examinée sans vraiment savoir ce qui pourrait en être fait car elle contient principalement des minicassettes et des cassettes audios. Or les services de l’Ifpo ne disposent pas de lecteurs pour les écouter ni de moyens de les transférer sur un autre support. Rien de précis n’est indiqué mais le nom de « Michel Seurat » et l’adresse du Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Cermoc) sont inscrits en destinataire d’enveloppes postales. Il suppose donc qu’il s’agit de documents ayant appartenu au chercheur Michel Seurat, réunis par celui-ci entre 1979 – début de son rattachement au Cermoc désormais partie intégrante de l’Ifpo – et le 22 mai 1985, date de son enlèvement par l’organisation du Jihad islamique. Il ne sait pas ce que ces documents contiennent mais cela lui semble essentiel de les déposer dans un centre d’archives ; après sa visite aixoise, il se tourne vers la phonothèque de la MMSH. Continuer la lecture de Michel Seurat dans ses archives

  1. Il s’agissait de la thèse de Véronique Bontemps, Naplouse, le savon et la ville : patrimoine familial, travail ouvrier et mémoire au quotidien, sous la direction de Jean-Charles Depaule, http://theses.fr/2009AIX10062 []

300 days of detention for Fariba Adelkhah – 300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche d’Europe et d’ailleurs, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération. Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle !

fariba

Fariba is in danger. We must act urgently for her!

We’ve been in lockdown for 20 days. Fariba Adelkhah, a researcher at the International Research Centre of Sciences Po Paris, has been in prison for 300 days in Iran. By posting her face on the websites of academic institutions and research teams in Europe and elsewhere, we want to show the support of the scientific community and urge the French government to do everything possible to secure her release.

Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Photographie à la une prise sur le site du comité de soutien de Fraiba Adelkhah et photogrpahie dans le billet réalisée par Stéphanie Samper. Diffusées avec leurs aimables autorisations.

Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

À l’heure où la communauté scientifique souhaite rendre les données plus accessibles1, le Bulletin de l’AFAS. Sonorités entreprend de faciliter la mise à disposition des archives sonores enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales, leur citation et leur réusage, en publiant des instruments de recherche sous un format de « numéro spécial  »2. Le premier des numéros porte sur un fonds demeuré inédit pendant plus de 40 ans à la suite de l’arrivée d’une guerre civile, celle du Liban en 1975. Continuer la lecture de Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

  1. Ce billet et une forme de reprise de l’éditorial de l’édition papier du fonds Métral, parue en 2019, librement accessible en ligne sur le site de l’AFAS et dont les exemplaires papier sont en vente sur la librairie électronique I6DOC.  Au moment où l’Europe est au coeur de la pandémie du COVID19 et que la population est confinée, l’AFAS a choisi de mettre en ligne librement le PDF du numéro spécial de la revue comme de nombreux autres éditeurs d’ouvrage et de revues. L’éditorial, rédigé en décembre 2019, fait lui allusion à la Feuille de route pour la science ouverte du CNRS, 18 novembre 2019 : http:// www.cnrs.fr/sites/default/ files/press_info/2019-11/ Plaquette_ScienceOuverte.pdf []
  2. Merci à Arnaud Chabrol, responsable de Diacrite édition, de son travail éditorial. Cet instrument de recherche a pu être publié grâce au soutien de la MMSH et du consortium des ethnologues (TGIR Huma-num). Ajoutons que la rétroconversion du traitement archivistique sur Calames a été financé en partie par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche – ABES. []

Jordanian and European institutions work together for the promotion of oral history in Jordan

In 2018 and 2019, Jordanian, German and French institutions1 conducted a joint oral history project “Our Memory: Stories of Jordanian Oral Memory in the Twenty-first Century”, leading to the creation of a sound archive fonds. Students from the participating universities conducted field surveys with informants from different parts of Jordan, with a focus on two specific themes: the period of the First World War in Jordan (theme chosen for the year 2018, corresponding to the first collection of the fonds), and sites of memory in Jordan (year 2019, corresponding to the second collection). Continuer la lecture de Jordanian and European institutions work together for the promotion of oral history in Jordan

  1. The Goethe-Institut, the Institut français de Jordanie (IFJ), the Institut français du Proche Orient (Ifpo), the National Library of Jordan as well as the University of Yarmouk (YU), the University of Mutah, the University Hussein Bin Talal and the University of Jordan []

Livre blanc : Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans : états des lieux et perspectives »

Le livre blanc Vers une science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France a été présenté le 26 février 2020 dans l’auditorium de la Bulac (Paris 13e). Ce livre blanc, rédigé dans le cadre du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans, a été pensé comme un état des lieux, assorti de propositions destinées à consolider la transition numérique et à garantir la visibilité et la compétitivité de la recherche française sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France et à l’international à l’heure de la science ouverte.

Continuer la lecture de Livre blanc : Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans : états des lieux et perspectives »

Quand le Kosovo refusait la violence : un fonds sonore du Mouvement pour une alternative non-violente

À la phonothèque de la MMSH se déroule actuellement le traitement d’un corpus déposé par l’ethnologue Pierre Laurence , enregistré au Kosovo en 1993 et 1995. Une délégation de militantes et militants français·e·s, engagé·e·s au sein du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN), a réalisé des entretiens d’acteurs politiques kosovars et serbes portant sur la situation en ex-Yougoslavie, la répression de l’État serbe au Kosovo et la résistance civile non-violente.

Le traitement de ce fonds est pour l’équipe de la phonothèque l’occasion de réfléchir à la place que peuvent occuper des archives issues de l’engagement personnel et militant dans les fonds de chercheur·e·s. Il s’agit en effet d’une collection qui a peu de lien avec la production scientifique du producteur1 et donc du reste de son fonds2. Ainsi, dans ce cas, la nature très politique des entretiens mais aussi l’aire géographique concernée par ce corpus tranche avec son travail de collecte sur les pratiques musicales, le pastoralisme et la mémoire orale dans les Cévennes. Continuer la lecture de Quand le Kosovo refusait la violence : un fonds sonore du Mouvement pour une alternative non-violente

  1. Pierre Laurence est chef du service patrimoine au Département culture du Conseil général de l’Hérault. Il a travaillé notamment sur la chanson populaire et la musique instrumentale mais aussi sur le pastoralisme et sur la mémoire orale. []
  2. Selon la définition du Dictionnaire de terminologie archivistique de la Direction des Archives de France (2002) le fonds est un « Ensemble de documents de toute nature constitué de façon organique par un producteur dans l’exercice de ses activités et en fonction de ses attributions. Cette notion s’oppose à celle de collection. » Plus brièvement, le fonds correspond à l’ensemble des documents qu’une personne physique ou morale a produit ou reçu dans l’exercice de ses activités au cours de sa vie. []

Sites of memory: oral history project in Jordan

This #WorldDayForAudiovisualHeritage, Sites of Memory presents memories and personal testimonies about places of importance to modern Jordanian history.  Carving up a space for dissonance and incoherency, the exhibition is an invitation to consider the role of the aural in the construction of historical narratives and rethink the representation of “the event” in relation to various sites across the country1.

The exhibition is the final public event of the research project Our Memory which is jointly realized by the Goethe-Institut, the Institut français de Jordanie (IFJ), the Institut français du Proche Orient (Ifpo), the National Library of Jordan as well as the University of Yarmouk (YU), the University of Mutah, the University Hussein Bin Talal and the University of Jordan. Realized as part of the Cultural Heritage Days in Jordan, the exhibition was made possible with a fund from EUNIC and the EU. The project “Our Memory” received funding from the Franco-German Cultural Fund.

Continuer la lecture de Sites of memory: oral history project in Jordan

  1. Ali Pasha Abdyeh Street (Mafraq), Al-Muqariya Village (Shobak- Ma’an), Sheikh Rashid Mosque (Al-Ramtha- Irbid), The Duke’s Diwan (Amman), Palace of Al – Alali – Kleib Shreyda Palace (Tubnah- Irbid), Ma’an Stream (Ma’an), Castle Street (Al-Karak), Old Ma’an Market (Ma’an), Al Rawsha Cafe (Al-Zarqa), Diwan Al Majali (Al-Karak), Diwan Methqal (Um Al Amad, Amman). []

Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

La luthière Martine Aguila dans son atelier à Pertuis (juin 2019)

Martine Aguila débute sa formation luthière à 17 ans en 1977. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. En dépit d’un milieu familial peu favorable aux activités musicales, elle apprend à jouer de la guitare et s’intéresse à la construction de l’instrument. Avec les moyens du bord, elle tente d’en fabriquer un.
1. Ça ne ressemblait à rien, mais ça me plaisait (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Vers 15 ans, elle souhaite apprendre la lutherie, mais ses parents veulent qu’elle passe d’abord son baccalauréat. C’est après cette étape qu’elle s’inscrit deux ans plus tard en 1977 à l’école de lutherie de Crémone (pour Mirecourt, elle a déjà dépassé l’âge). L’inscription est très simple, sans examen préalable. Plongée dans le bain linguistique italien, elle apprend la langue rapidement. Continuer la lecture de Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge