Archives de catégorie : Corpus de la phonothèque

Sites of memory: oral history project in Jordan

This #WorldDayForAudiovisualHeritage, Sites of Memory presents memories and personal testimonies about places of importance to modern Jordanian history.  Carving up a space for dissonance and incoherency, the exhibition is an invitation to consider the role of the aural in the construction of historical narratives and rethink the representation of “the event” in relation to various sites across the country1.

The exhibition is the final public event of the research project Our Memory which is jointly realized by the Goethe-Institut, the Institut français de Jordanie (IFJ), the Institut français du Proche Orient (Ifpo), the National Library of Jordan as well as the University of Yarmouk (YU), the University of Mutah, the University Hussein Bin Talal and the University of Jordan. Realized as part of the Cultural Heritage Days in Jordan, the exhibition was made possible with a fund from EUNIC and the EU. The project “Our Memory” received funding from the Franco-German Cultural Fund.

Continuer la lecture de Sites of memory: oral history project in Jordan

  1. Ali Pasha Abdyeh Street (Mafraq), Al-Muqariya Village (Shobak- Ma’an), Sheikh Rashid Mosque (Al-Ramtha- Irbid), The Duke’s Diwan (Amman), Palace of Al – Alali – Kleib Shreyda Palace (Tubnah- Irbid), Ma’an Stream (Ma’an), Castle Street (Al-Karak), Old Ma’an Market (Ma’an), Al Rawsha Cafe (Al-Zarqa), Diwan Al Majali (Al-Karak), Diwan Methqal (Um Al Amad, Amman). []

Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

La luthière Martine Aguila dans son atelier à Pertuis (juin 2019)

Martine Aguila débute sa formation luthière à 17 ans en 1977. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. En dépit d’un milieu familial peu favorable aux activités musicales, elle apprend à jouer de la guitare et s’intéresse à la construction de l’instrument. Avec les moyens du bord, elle tente d’en fabriquer un.
1. Ça ne ressemblait à rien, mais ça me plaisait (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Vers 15 ans, elle souhaite apprendre la lutherie, mais ses parents veulent qu’elle passe d’abord son baccalauréat. C’est après cette étape qu’elle s’inscrit deux ans plus tard en 1977 à l’école de lutherie de Crémone (pour Mirecourt, elle a déjà dépassé l’âge). L’inscription est très simple, sans examen préalable. Plongée dans le bain linguistique italien, elle apprend la langue rapidement. Continuer la lecture de Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

À la découverte du temps et des hommes en Provence à travers les archives d’Annie-Hélène Dufour

Plus de dix ans après le dépôt à la phonothèque de la MMSH en juillet 2007, le traitement du fonds Annie-Hélène Dufour est désormais achevé et le catalogage disponible sur la plateforme Calames. Au cours de ces années, quelques seize archivistes et stagiaires de la phonothèque1 ont apporté leur contribution au traitement de ce fonds constitué de treize boîtes d’archives papier, de 1849 photographies et de 115 heures de fichiers audio.

Ce fonds multisupport, un des plus volumineux de la phonothèque, est constitué des données et matériaux récoltés sur le terrain par l’ethnologue Annie-Hélène Dufour au cours de sa carrière, entre 1978 et 2002. Réparti sur sept corpus par les archivistes de la phonothèque2, le fonds témoigne du fort attachement de la chercheure au domaine provençal, à la vie rurale, à la pêche et aux histoires de vie. Continuer la lecture de À la découverte du temps et des hommes en Provence à travers les archives d’Annie-Hélène Dufour

  1. Germille Fargeot (2007), Laetitia Nicolas (2008), Flora Faure-Mateos (2008), Nacha Umbelina-Neto (2008), Marie Doumain (2010), Corinne Cassé (2012), Marine Soubrié (2016), Hélène Colombié (2017), Matteo Cialone (2017), Claire Grégoire (2018), Hélène Giudicissi (2018), Mathilde Bresc (2018), Marylène Mattei (2018), Julie Salaun (2018), Laurence Salze (2018) et Véronique Ginouvès se sont relayés pour le traitement du fonds. []
  2. La répartition en corpus a été révisée plusieurs fois au cours du traitement. Il est possible de trouver un découpage antérieur différent. []

Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

Du 28 au 30 mai 2019 s’est tenu à Beyrouth un colloque international intitulé : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk1.

Introduction au colloque "Nouvelles archives numériques au Proche-Orient" à la BnL

En prenant comme objet les « nouvelles » archives numériques, ces deux journées ont présenté un état des lieux des collections dans des centres de ressources des deux côtés de la Méditerranée et ont interrogé les archives du point de vue des acteurs (des institutions aux activistes), des disciplines (linguistique, anthropologie, histoire, géographie, musicologie, sociologie, philosophie, archéologie) et des méthodes (archivages des supports, archivage du web, archivage sur le long terme) tout en mettant en avant leur intérêt heuristique et les enjeux de leur partage.

Salle de lecture de la bibliothèque nationale du Liban.

Continuer la lecture de Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

  1. Les directrices et directeurs des institutions qui ont financé le projet et le directeur de la Bibliothèque nationale du Liban ont, dans leurs allocutions d’ouverture, su rappeler les éléments essentiels pour la mise en place d’un véritable partage des données. Hassan Al Akra, directeur général de la Bibliothèque nationale du Liban, qui accueillait la première journée du colloque dans une bibliothèque toute nouvelle, inaugurée le 4 décembre dernier après quarante-deux ans de fermeture. Il est revenu sur la nécessité de la constitution de collections dans son pays. Il a également pris le temps d’effectuer la visite de cette nouvelle bibliothèque et faire découvrir les nouveaux outils mis à la disposition des publics  ; Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français au Liban, a mis en avant la capacité des acteurs de cette aire géographique de mettre en place des collaborations intellectuelles et de partager les savoirs ; Michel Mouton, directeur de l’Institut français du Proche-Orient, a mis en avant les collaborations recherche entre les acteurs du Moyen-Orient, en particulier la participation à au programme ANR Shakk, mais aussi des institutions françaises comme la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme dont la directrice, Sophie Bouffier a présenté les outils mis en place et souligné l’importance des collaborations. []

L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Gilles Mercier vers 1977 dans son atelier (ancien atelier Grizzo), Paris, Belleville

Gilles Mercier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre en France jusqu’au milieu du XXe siècle. Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et des activités manuelles. Enfant, il a fait de la guitare et du violon au conservatoire. C’est à 16 ans qu’il décide de devenir luthier, inspiré par une émission de télévision (janvier 1969) avec le luthier Etienne Vatelot.

1. Le déclic (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Quelques mois plus tard, il débute sa formation à Mittenwald en Allemagne, sans trop de problèmes avec la langue.

2. Le choix de Mittenwald (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Dans l’organisation de l’enseignement à Mittenwald, les cours pratiques sont majoritaires.

3. Cinq ou six heures d’atelier par jour  (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La formation pratique se déroule dans un grand atelier avec une trentaine d’élèves encadrés par deux enseignants.

4. Des élèves venus d’ailleurs (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Ebauchage, intérieur du fond (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1982)

L’apprentissage se fait par mimétisme des gestes dans une ambiance disciplinée.
5. Un enseignement pragmatique   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Gilles Mercier n’a pas éprouvé de difficultés particulières pour apprendre. L’encadrement était de qualité. Il explique la répartition des ateliers selon les tâches à exécuter.
6. ça finissait toujours par fonctionner   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La première année, il fabrique deux violons. Certaines opérations comme le vernissage et le montage se font la dernière année, avec certains procédés spécifiques (par exemple l’usage de la propolis dans le vernis).

9. Les étapes de l’apprentissage   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Devant gagner rapidement sa vie, il part 6 mois avant la fin des 3 ans de formation. Il travaille et se perfectionne dans différents ateliers où il fait essentiellement de la restauration et de l’entretien d’instruments, passant 1 an à Cologne dans une grande maison d’instruments de musique ; puis 1 an à Paris chez Etienne Vatelot et enfin 2 ou 3 ans chez Jacques Camurat.

10. Entre divers ateliers (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Après ces années de restauration d’instruments, il a envie de revenir à la fabrication pour « parler en son nom ». En 1976, il prend la succession de Xavier Grizzo, luthier de guitare à Paris dans le quartier Belleville. Continuer la lecture de L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Les archives de la phonothèque s’écoutent sur l’île de Tinos

Jeudi 25 juin, vous pourrez écouter sur l’île de Tinos, les entretiens réalisés entre 1994 et 2005 auprès des réfugiés de Smyrne vers l’île de Syros dans le cadre du festival Polyphonik à Koumaros dont vous pouvez télécharger le programme ici.

programme festival de Tylos en langue grecque

Extrait du programme en langue grecque signalant la présentation du fonds sonore.

Présentation du corpus sonore :
Dans le cadre du programme de recherche “La ville moderne” mené par Christos Loukos, historien moderniste, au sein de l’Institut d’études méditerranéennes (Université de Réthymnon, Crète) Continuer la lecture de Les archives de la phonothèque s’écoutent sur l’île de Tinos

La recette du mois : orties ou fanes de radis, bonnes pour la soupe

En continuation de la série des recettes du mois, nous partageons ce lundi une nouvelle recette de cuisine issue des archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Ce mois-ci : la soupe aux fanes de radis ou aux orties.

Dans le cadre d’un stage réalisé en 2015 au Musée de Salagon, Pauline Mayer, alors étudiante en ethnobotanique, a réalisé une enquête sur la cueillette et la consommation d’herbes sauvages1 dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle a rencontré ainsi une douzaine de témoins amateurs de cueillette et de cuisine des plantes sauvages. Geneviève Riboud (enquête n°5787 dont un extrait est disponible en ligne) est une passionnée de botanique originaire des Hautes-Alpes, elles’est entretenue avec Pauline Mayer au sujet de l’origine de ses connaissances en botanique, des espèces comestibles locales et des recettes qu’elle tient de sa grand-mère. Continuer la lecture de La recette du mois : orties ou fanes de radis, bonnes pour la soupe

  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []

Pour l’amour de la guitare : apprendre l’ébénisterie en France et la lutherie aux USA

Le luthier Florian Deneuville à l’établi (Aix-en-Provence, mai 2019)

Florian Deneuville découvre la guitare et la musique à 7 ans en 1995, suite à un drame familial, la perte de son père. Il débute la guitare classique à l’école de musique du village de Lamanon. Il fera de cet instrument et de son goût pour le travail du bois une passion et un métier.

La passion de la guitare (Florian Deneuville, extrait de l’enquête n°5344)

Pour se familiariser avec la construction des guitares, il commence à en démonter et désosser certaines, avec un matériel rudimentaire. Continuer la lecture de Pour l’amour de la guitare : apprendre l’ébénisterie en France et la lutherie aux USA

Alpes de Lumière’s inventory of Provence dry stone sheds

The “Bories” operation was launched in 1956 by Alpes de Lumière, an association working on the preservation of the natural and cultural heritage of the region of Haute-Provence in south-eastern France, created by Pierre Martel. The use of paper cards as datasheets is a substantial practice in Pierre Martel’s process of documentation and promotion of the lower Alps territory.

The inventory aspect of the association’s work was central since its beginnings. The aim of mapping the heritage of the territory was to promote a revival of its rich cultural legacy while the region was highly affected by the desertification of its inhabitants, its economical activities and its cultural facilities during the fifties.

Filing index cards was one of Pierre Martel’s constant concern, who used to document each of his own discoveries on heavy paper cards. Continuer la lecture de Alpes de Lumière’s inventory of Provence dry stone sheds

La recette du mois : les mûres sauvages dans leur coulis

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.

Dans cadre d’un stage au Musée ethnologique de Salagon1, Pauline Mayer s’est entretenue en 2015 avec Jean-Yves Royer, spécialiste de la culture occitane dans une enquête (n°5781) sur les habitudes de cueillette de plantes sauvages dans les Alpes-de-Hautes-Provence. Continuer la lecture de La recette du mois : les mûres sauvages dans leur coulis

  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []