Archives de catégorie : Corpus de la phonothèque

Parcours des artistes, de fabricants de musiques et arts traditionnels : le Fonds Elisabeth Cestor à la phonothèque de la MMSH

Élisabeth Cestor, actuellement adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, a déposé les sources sonores de diverses recherches qu’elle a menée entre 1993 et 2006 sur la représentation de la ville de Marseille dans l’art et la fabrication des musiques traditionnelles1.

Deux corpus viennent alimenter ce fonds : un corpus sur la représentation et les activités de la ville de Marseille dans l’art et un second la fabrication des musiques traditionnelles : le provençal, le gaélique et l’orientale.

Continuer la lecture de Parcours des artistes, de fabricants de musiques et arts traditionnels : le Fonds Elisabeth Cestor à la phonothèque de la MMSH

  1. Un billet précèdent rédigé dans le cadre du calendrier de l’avent sur le thème de la disparition présente certaines thématiques du fonds []

Les ensablés à la phonothèque : consulter le fonds Fabienne Le Houérou, une histoire orale des italiens en Ethiopie et Erythrée

Fabienne Le Houérou, historienne, directrice de recherche émérite au Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) en histoire contemporaine, est spécialiste de l’histoire coloniale au sein de l’Institut de Recherche du Monde Arabe et Musulman (IREMAM) à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence.

Continuer la lecture de Les ensablés à la phonothèque : consulter le fonds Fabienne Le Houérou, une histoire orale des italiens en Ethiopie et Erythrée

Assassination of Lokman Slim (1962-2021): homage from the academic community

The death of Lokman Slim, cowardly assassinated on February 3, 2021, in southern Lebanon, raises deep feelings of sadness and revolt.

Lokman Slim was a man of culture and engagement. He paid a heavy price for his freedom of thought and his uncompromising freedom of speech.

Humanities and social scientists working in the Near East have regularly benefited from Lokman Slim’s work through Umam Research & Documentation, an association he co-directed with his wife Monika Borgmann. Umam was created in 2004 with a twofold objective: to build a citizen archives centre accessible to as many people as possible, and to raise public awareness on the subjects of war and violence through the arts. Together, they also founded the Hangar, a cultural centre in which many exhibitions have been organized, notably on memories of the war and of the Ghobeiri district where it was located. The building of an archive of Lebanon’s contemporary and present history constitutes a significant contribution to the work research in the field.

Lokman Slim was committed to the development of an open and democratic society in Lebanon. He was a main actor of Lebanon’s cultural life. In 1990, together with his sister, the writer Racha Al-Ameer, he founded Dar Al-Jadeed editions. Its innovative choices had a key impact on the Lebanese and Arab publishing landscape. With Monika Borgmann, he made two essential documentaries: Massaker (2004) is based on the testimonies of former militiamen who participated in the massacres in the Palestinian camps of Sabra and Chatila in 1982; Tadmor (2016) focused on the daily life of detainees in the Syrian prison of Tadmor (Palmyra).

Lokman Slim was also a lively and impactful writer and speaker. He spoke in a chiselled language, in Arabic as well as in French or English. Two of his writings, available in French, testify to the delicacy and refinement of his reflections and his uncompromising love of Lebanon: “Lebanese peace, or the art of reconciliation without moderation”((translated from French to English by the author)) (Liban. Espaces partagés et pratiques de rencontre, Cahiers de l’Ifpo, 2008 [Online] https://books.openedition.org/ifpo/105) and “Beyrouth. A capital which capitulates « (Beyrouth à mots découpés”), Poitiers, 2000, http://www.worldcat.org/oclc/495443604) in which he revealed a few false pretences of Beirut and the publishing profession.

This assassination raises fears of a new cycle of violence targeting intellectuals. The academic community engaged in the study and research of Near Eastern societies associates with the grief of Lokman Slim’s family and honours his memory.[SL1]

With the support of CéSor – Centre d’études en sciences sociales du religieux (UMR 8216 – EHESS / CNRS), Ifpo – Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 / USR 3135-MEAE / CNRS), Sciences-Po CERI – Centre de recherches internationales, département « Etudes arabes » de l’Inalco Institut National des Langues et Civilisations Orientales –  IREMAM – Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310 – CNRS), MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme USR 3125 (AMU/CNRS, GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, SEMOMM – Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans

 

Emma Aubin-Boltanski (CéSOR), Sandra Barrère, (Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire TELEM), Hamit Bozarslan (CETOBaC), Myriam Catusse (IREMAM), Frédérik Detue (Université Côte d’Azur), Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH Phonothèque), Eberhard Kienle (CERI), Pauline Koetschet (Ifpo), Stéphanie Latte-Abdallah (CERI), Franck Mermier (IFEA), Sabrina Mervin (CéSOR), René Otayek (Sciences Po Bordeaux/LAM), Anna Poujeau (Ifpo), Candice Raymond (Ifpo), Jean-Christophe Peyssard (MMSH), Elsa zakhia (Ifpo).

For an international investigation into the assassination of Lokman Slim: https://www.change.org/p/l-assassinat-de-lokman-slim-au-liban-pour-une-enqu%C3%AAte-internationale-ind%C3%A9pendante?signed=true

French language: https://phonotheque.hypotheses.org/33107

Photographic credits: Lokman Slim leading a round table on « Sharing digital data in the Middle East » on May 29, 2019, during the international conference New digital archives in the Middle East: sound, image, film and the web. Challenges of sharing field data in Lebanon, Jordan and Syria, photograph V. Ginouvès, CC-BY

 

More information :

Ayoub, Joey. 2021. « Le meurtre de Lokman Slim ne doit pas être dépolitisé ». L’Orient-Le Jour, 13 février 2021, sect. Idées. https://www.lorientlejour.com/article/1251785/le-meurtre-de-lokman-slim-ne-doit-pas-etre-depolitise.html.
Chulov, Martin. 2021. « Hezbollah Critic Lokman Slim Found Dead in Lebanon ». The Guardian, 4 février 2021, sect. World news. http://www.theguardian.com/world/2021/feb/04/hezbollah-critic-lokman-slim-found-dead-in-lebanon.
Courban, Antoine. 2021. « Lokman Slim ou « l’utilité de l’inutile » ». L’Orient-Le Jour, 8 février 2021, sect. Politique. https://www.lorientlejour.com/article/1251189/lokman-slim-ou-lutilite-de-linutile-.html.
Enders, David. 2021. « Lebanese Don’t Expect Accountability in Murder of Outspoken Publisher ». Foreign Policy, 13 février 2021. https://foreignpolicy.com/2021/02/13/assassination-lebanon-lokman-slim-hezbollah/.
Ghaddar, Hanin. 2020. « Hezbollah Is Vulnerable. Lokman Slim’s Assassination Proves It. » The Washington Institute for Near East Policy, 16 février 2020, sect. Policy Analysis. https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/hezbollah-vulnerable-lokman-slims-assassination-proves-it.
Life, Kayhan. 2021. « Exclusive: Interview With Sister of Murdered Lebanese Activist Lokman Slim ». Kayhan Life, Spotlight on a Global Iranian Community (blog). 16 février 2021. https://kayhanlife.com/authors/exclusive-interview-with-sister-of-murdered-lebanese-activist-lokman-slim/.
Tarnowski, Stefan. 2021. « Confirming the Already. Stefan Tarnowski Remembers Lokman Slim ». Academic. Lond Review of Book Blog (blog). 10 février 2021. https://www.lrb.co.uk/blog/2021/february/confirming-the-already-confirmed.
Vimercati, Giovanni. 2021. « Morte di un intellettuale scomodo. L’assassinio di Lokman Slim in Libano ». Monitor, 15 février 2021. https://napolimonitor.it/morte-di-un-intellettuale-scomodo-lassassinio-di-lokman-slim-in-libano/.

Avent -9 : La chênaie blanche ou le jardin disparu

On avait vu sortir du bois, un individu maigrichon, grand, portant un calot biscornu, soufflant dans un mirliton dont il tirait un air pimpant. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 143)

A Mane, dans les Alpes de Haute-Provence, se trouve le musée de Salagon, célèbre pour son église romane, son prieuré Renaissance et ses jardins ethnobotaniques. Continuer la lecture de Avent -9 : La chênaie blanche ou le jardin disparu

Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

« Puis sa vocation s’amplifiait. Il lui arrivait alors tout un brouillamini d’obscurs avatars qui simulait, mot pour mot, trait pour trait, sauf dans sa conclusion, la Saga aux profonds chaînons, l’amusant, mais pourtant moral, pourtant touchant roman qui avait jadis nourri la Chanson d’un troubadour du nom d’Hartmann, puis qu’un Thomas Mann à son tour avait suivi, y puisant par trois fois son inspiration. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 18-19).

Dans le cadre de mon stage à la phonothèque de la MMSH, j’ai l’opportunité de travailler sur un fonds d’enquêtes sonores consacré à l’étude de la fabrication des musiques particularistes. Ce fonds, conçu par Élisabeth Cestor1 entre les années 1994 et 2006, est produit autour de diverses études : un DEA (Diplôme d’Étude Approfondies) en Anthropologie sur le renouveau de la musique gaélique à  l’Université d’Edinburgh en Ecosse (1994), une thèse sur la fabrication des musiques particularistes, et la pratique de chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle (soutenue sous la direction d’Emmanuel Pedler à l’EHESS à Paris en 2004), ainsi qu’un post-doctorat à l’Ifpo de Beyrouth (2006) où plusieurs enquêtes consacrées à la musique orientale sont collectées. Continuer la lecture de Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

  1. Élisabeth Cestor occupe aujourd’hui le poste d’adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille. []

مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

منذ عام 2017 ، شاركت المكتبة الصوتية  MMSH في مشروع جماعي للتاريخ الشفهي بقيادة المعهد الفرنسي في الأردن  IFJ ، والمعهد الفرنسي للشرق الأدنى IFPO ومعهد جوته في عمان ، بدعم من الصندوق الفرنسي الألماني.

بالإضافة إلى التبادلات (بالفيديو) بين الفرق المنظمة وتنظيم أرشفة البيانات التي تم جمعها ، تم تقديم دورتين تدريبيتين داخل دائرة المكتبة الوطنية الأردنية في عمان ، حول مسألة التاريخ الشفوي و أرشفته.

من خلال المناقشات بين المؤرخات و المؤرخين ، أمناء المكتبات وأمناء المحفوظات ،المترجمات والمترجمين أو المهتمين بالمشروع ، أدركنا أنه كان من الصعب للغاية فهم بعضهم البعض بين المتحدثين باللغات الفرنسية والإنجليزية والعربية.

ثم شكلنا بشكل جماعي وتعاوني معجمًا نقدمه هنا. نرحب بالقارئ (من خلال التعليقات) لإضافة أي مصطلحات يعتقد أنها مفيدة حتى نتمكن من تحديث هذا العمل الذي لا يزال قيد التقدم.

Depuis 2017  la phonothèque de la MMSH participe à un projet collectif d’histoire orale mené conjointement par l’Institut français en Jordanie (IFJ), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et le Goethe Institut d’Amman, avec le soutien du Fonds franco-allemand. Outre les échanges (par visio) entre les équipes organisatrices et l’organisation de l’archivage des données collectées, deux formations ont été dispensées au sein du département de la bibliothèque nationale de Jordanie à Amman sur la question de l’histoire orale et de son archivage. Au fil des discussions entre historien.ne.s, bibliothécaires, archivistes, traducteur.trices ou curieux.ses intéressé.e.s par le projet, nous nous sommes rendu compte qu’il était extrêmement compliqué de se comprendre entre locuteurs des langues française, anglaise et arabe. Nous avons alors constitué de façon collective et collaborative un lexique que nous présentons ici. Le lecteur est bienvenu (à travers les commentaires) pour ajouter les termes qui lui sembleront utiles pour que nous puissions mettre à jour ce travail qui est toujours en cours.

Since 2017 the MMSH Sound Archive Center has been participating in a collective oral history project conducted by the French Institute in Jordan (IFJ), the French Institute of the Near East (Ifpo) and the Goethe Institute in Amman, with the support of the Franco-German Fund. In addition to the (visio) meetings between the organizing teams and archiving of the data, two training sessions were organized at the department of the National Library of Jordan in Amman. Through these discussions between historians, librarians, archivists, translators and people interested in the project, we realized that it was extremely difficult to understand each other through French, English and Arabic. We have therefore collectively and collaboratively settled together a lexicon that we present here. The reader is welcome to add terms that he or she finds useful and send them to us (through the comments) in order to update this work, which is still in progress.

مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

Continuer la lecture de مصطلحات التاريخ الشفوي – Oral History & Archivist Vocabulary – Lexique des archives et de l’histoire orale

Sur les traces de Charles de Foucauld

Il suffit de feuilleter la thèse de Marceau Gast pour mesurer l’influence de Charles de Foucault (1858-1916), explorateur, religieux catholique et spécialiste de la culture touarègue, sur ses recherches dans le sud du Sahara1. Marceau Gast en a même traduit et édité plusieurs textes dans l’ouvrage Textes touaregs en prose, illustrés de quelques-unes de ses propres photographies2.

Continuer la lecture de Sur les traces de Charles de Foucauld

  1. Marceau Gast, Alimentation des populations de l’Ahaggar, étude ethnographique, Mémoire du CRAPE VIII., Paris, AMG, 1968, p. 111, 197, 254, 310, 346. Marceau Gast cite à de nombreuses reprises le dictionnaire du père de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, dialecte de l’Ahaggar, imprimerie nationale de France, 1951 []
  2. Charles de Foucauld, A. de Calassanti-Motylinsky, Salem Chaker, Hélène Claudot et Marceau Gast, Textes touaregs en prose, Aix-en-Provence, Edisud, 1984. []

Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

L’ethnologue Marceau Gast a déposé les sources sonores de sa recherche en 2004 à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Science de l’Homme1. Il souhaitait ainsi en assurer la numérisation et la conservation dans un lieu adapté, pour garder une trace visible de sa recherche et de ses méthodes et obtenir des copies des enregistrements pour ses témoins ou leurs familles2. La détérioration rapide des supports analogiques en rendait prioritaire la numérisation et le traitement documentaire. Malgré plusieurs difficultés le traitement des archives sonores est presque terminé3. L’inventaire des corpus sonores riches de 160 heures est disponible sur la plateforme Calame et les enregistrements sont diffusés sur Ganoub, la base de données de la phonothèque ; restent encore à traiter des milliers de photographies et 12 carnets de terrain4.

Carte géographique du Sud du Sahara avec indication des lieux de collecte des photographies, des enregistrements sonores et des carnets de terrain.

Continuer la lecture de Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

  1. Marceau Gast, décédé en 2010,  était directeur de recherche au CNRS, d’abord membre puis directeur de l’ancien laboratoire LAPEMO, puis membre de l’IREMAM. []
  2. Au moment du dépôt par Marceau Gast en 2004, sa demande la plus pressante a été que la phonothèque réalise des copies sur cassettes à partir des fichiers numériques issus des bandes originales : en effet, d’après lui, ses témoins touaregs utilisaient encore des cassettes audios sur leurs postes portables et c’est le support qu’il pensait le plus simple pour leur diffusion sur place. La phonothèque lui a également fourni, toujours à sa demande, des copies au format cédés pour d’autres témoins qui préféraient ce support. []
  3. Les trois difficultés principales étaient de (1) repérer des locuteurs en langue tamahaq car  ils.elles étaient peu nombreux dans l’environnement direct de la phonothèque, (2) le temps incompressible que demande le l’analyse documentaire et (3),  pour la dizaine de cassettes des derniers enregistrements, la collecte des informations dispersées à retrouver et la vérification de l’intérêt de traiter les « scories » qui ne faisaient pas partie du corpus. []
  4. Les photographies du chercheur ainsi que ses carnets de terrain sont actuellement conservées dans les bureaux de l’association des Amis de l’Encyclopédie Berbère à la MMSH. La phonothèque détient uniquement des copies numériques. Une partie des carnets de terrain est valorisée sur la plateforme Transcrire et plusieurs photographies sont accessibles sur MédiHAL. La bibliothèque de Marceau Gast est conservée à la médiathèque de la MMSH. []

Michel Seurat dans ses archives

Un des atouts de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence est de faciliter les rencontres scientifiques : l’histoire du traitement du fonds Michel Seurat fait partie de ces concours de circonstances heureux qu’elle a pu faire naître. En 2009, l’anthropologue Franck Mermier, alors directeur du Département des études contemporaines de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) participe au jury d’une thèse qui se tient à la MMSH1. À cette occasion, il découvre les travaux de la phonothèque et fait aussitôt le lien avec une sacoche en cuir, rangée sur une étagère de son bureau à Beyrouth. Il l’a déjà plusieurs fois examinée sans vraiment savoir ce qui pourrait en être fait car elle contient principalement des minicassettes et des cassettes audios. Or les services de l’Ifpo ne disposent pas de lecteurs pour les écouter ni de moyens de les transférer sur un autre support. Rien de précis n’est indiqué mais le nom de « Michel Seurat » et l’adresse du Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Cermoc) sont inscrits en destinataire d’enveloppes postales. Il suppose donc qu’il s’agit de documents ayant appartenu au chercheur Michel Seurat, réunis par celui-ci entre 1979 – début de son rattachement au Cermoc désormais partie intégrante de l’Ifpo – et le 22 mai 1985, date de son enlèvement par l’organisation du Jihad islamique. Il ne sait pas ce que ces documents contiennent mais cela lui semble essentiel de les déposer dans un centre d’archives ; après sa visite aixoise, il se tourne vers la phonothèque de la MMSH. Continuer la lecture de Michel Seurat dans ses archives

  1. Il s’agissait de la thèse de Véronique Bontemps, Naplouse, le savon et la ville : patrimoine familial, travail ouvrier et mémoire au quotidien, sous la direction de Jean-Charles Depaule, http://theses.fr/2009AIX10062 []

300 days of detention for Fariba Adelkhah – 300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche d’Europe et d’ailleurs, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération. Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle !

fariba

Fariba is in danger. We must act urgently for her!

We’ve been in lockdown for 20 days. Fariba Adelkhah, a researcher at the International Research Centre of Sciences Po Paris, has been in prison for 300 days in Iran. By posting her face on the websites of academic institutions and research teams in Europe and elsewhere, we want to show the support of the scientific community and urge the French government to do everything possible to secure her release.

Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Photographie à la une prise sur le site du comité de soutien de Fraiba Adelkhah et photogrpahie dans le billet réalisée par Stéphanie Samper. Diffusées avec leurs aimables autorisations.