Archives de catégorie : Moyen-orient

Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite

C’est le travail de toute une vie qui a été confié à la Phonothèque de la MMSH. Fatima Al-Baydani-Alzawiya, aujourd’hui accueillie en France par l’IREMAM, a déposé le contenu d’une collecte unique  du patrimoine oral yéménite : un fonds composé de plus de 13.000 documents multi-supports. Continuer la lecture de Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite

Adieu Ustadh Souheil

Il y a un an, le 11 septembre 2015, Souheil Chebat, professeur de langue arabe à l’Institut Français du Proche-Orient, nous quittait. En mai 2010, il avait accepté d’enregistrer un entretien1, sur son expérience au sein de l’Institut dans le cadre d’un projet de recherche sur les archives de l’Institut. Ce billet est l’occasion de l’écouter encore une fois, et de lui rendre hommage.

Continuer la lecture de Adieu Ustadh Souheil

  1. L’entretien mené par Véronique Ginouvès et François Siino est conservé à la phonothèque et diffusé, avec l’accord de Souheil Chebat en ligne sur la base de la phonothèque sous le numéro d’enquête n°4042 []

Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

En stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, dans le cadre de mon Master 2 Archives et Images à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès1, j’ai été chargée du traitement documentaire de la collection de témoignages des Français expatriés au Liban en 1975, rattachés au fonds d’archives orales Jean Métral.Celui-ci a rapidement induit pour des questions de droits d’utilisations et de diffusions, une recherche des témoins dont les voix avaient été enregistrées à Beyrouth dans le cadre de la recherche de Jean Métral, entièrement inédite. De fait, je suis devenue en tant qu’archiviste et grâce à des recherches croisées sur différents critères et sur les orientations de la veuve du chercheur, l’« archéologue » de biographies individuelles enregistrées en 1975. Continuer la lecture de Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

  1. Ce stage a été financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) et s’est déroulé sur 3 mois, du 11 avril au 22 juillet 2016 []

Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

Des enregistrements en 1975 à                        leur traitement documentaire en 2016

Le fonds des portraits des expatriés français au Liban en 1975, ne représente en réalité qu’un volet sur trois des recherches menées par Jean et France Métral. Le premier volet de leur recherche était une étude statistique menée à partir de 8000 fiches de Français expatriés détenues par l’ambassade de France à Beyrouth. Cette étude, rendue aux autorités libanaises en 1975, a disparu au moment du pillage et de l’incendie qui a détruit l’Administration centrale de la statistiques. Les chercheurs, rentrés en France en juillet 1975, apprirent leur disparition le mois de septembre suivant. Le deuxième volet de l’étude était constitué de témoignages des Français expatriés, enregistrés par le couple de chercheurs en collaboration avec Alain Battegay1. Interrompu par la Guerre civile du Liban survenue en mai 1975, les entretiens n’ont pu tous être menés sans que l’on puisse évaluer combien il en manquait. Quant au troisième volet, l’analyse des institutions françaises de Beyrouth, celui-ci n’a pas du tout pu être commencé. Continuer la lecture de Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

  1. Alain Battegay était alors en coopération militaire à l’Université Libanaise de Beyrouth, rattaché à l’Université de Lyon, il a été ensuite rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) à Aix-en-Provence de septembre 2006 à juin 2016.  []

Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Ils étaient coopérants militaires enseignants à l’École supérieure des lettres, homme d’affaires amené à voyager dans tout le Moyen-orient, cadre de la banque de l’Organisation des Nations Unies, ingénieur dans l’industrie des métaux chez Sidem, pères jésuites arabisants, chroniqueur sportif franco-libanais, avocat installé depuis plusieurs décennies au Liban…  En 1975, Jean Métral a enregistré 65 portraits de Français qui évoquent leur expatriation puis leur intégration au Liban, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis Français et Libanais. Ce sont autant de regards posés sur une société libanaise où, à cette période, des tensions séparent de plus en plus les différentes communautés et où l’élite libanaise réclame une entière autonomie.



Continuer la lecture de Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Un mois avec ceux de l’Ifpo

Art by accident # 11Dans les « carnets de l’Ifpo », Véronique Ginouvès et François Siino publiaient en mai dernier un billet proposant un retour sur une première série d’entretiens effectués dans le cadre du projet « Archives scientifiques de l’Ifpo ». Bien que ce corpus se soit depuis enrichi de nouveaux enregistrements, on ne peut que constater la même inflexion à leur écoute : en effet, si la démarche initiale consistait à localiser les différentes archives de l’Ifpo, les témoignages recueillis apportent surtout des éclairages sur le fonctionnement et l’évolution de l’institut.

Voilà trois semaines que je suis à la phonothèque pour écouter et documenter ces entretiens dans le cadre d’un stage d’un mois. Comment fonctionne un Ifre (Institut français de recherche à l’étranger) ? Comment expatriés et locaux y coopèrent ? Quels problèmes peuvent poser les renouvellements de personnel dans la réalisation des projets scientifiques ? Tel est le type de questions auquel ces témoignages apportent des réponses passionnantes. Ajoutons à cela que les activités des différents centres de l’Ifpo s’effectuent souvent dans un contexte politique bien particulier. L’impact de la guerre du Liban sur les publications de l’institut ou le zèle avec lequel le régime syrien s’assure du bon déroulement des enquêtes de terrain d’un chercheur sont des exemples parmi d’autres illustrant comment l’histoire des pays du Proche-Orient peut affecter le travail des membres de l’Ifpo.

L’inflexion qu’a pu subir cette enquête n’a donc, à mes yeux, rien de dommageable, bien au contraire ! Je souhaiterais d’ailleurs sélectionner un des thèmes qui circulent à travers ces entretiens pour en proposer ici une présentation détaillée, avec extraits sonores à l’appui. Espérons que les quelques jours qui me restent y suffisent.

 

Crédits photographiques :
Art by accident #11. Photographie d’Eivind Lie Nitter publiée sous licence Creative Commons (sans utilisation commerciale).