Archives de catégorie : Le métier de luthier

Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970

Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016
Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016

Frédéric Bonet débute sa formation de luthier en 1977 à 21 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Tout jeune, il commence l’apprentissage du violon au conservatoire de Toulon et acquiert le goût de la musique autant que celui des instruments de musique.

Attrait pour les instruments de musique (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Après s’être orienté vers un Diplôme Universitaire de Technologie en électro-technique, puis avoir fait un an de service militaire, il décide de changer de voie et s’inscrit à l’Ecole de lutherie de Crémone en Italie, car pour Mirecourt, il a déjà dépassé l’âge règlementaire.

L’inscription à Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’école de lutherie de Crémone comprend deux types de cursus, l’un pour les Italiens recrutés très jeunes, et l’autre pour les étrangers parmi lesquels il y a beaucoup de Français.

Une école internationale (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1e année, les trois classes sont l’une réservée aux Italiens et les deux autres aux étrangers, avec quatre ateliers d’environ 15 personnes par atelier. Les cours de culture générale (littérature italienne, histoire de l’art, de la musique, de la lutherie, physique, acoustique, mathématiques, etc) sont données en italien. Beaucoup d’étrangers qui ont fait des études supérieures et ont largement le niveau sont dispensés des cours de sciences exactes.

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Deux conceptions de la lutherie sont en concurrence à Crémone : celle de Morassi et celle de Bissolotti.

Deux « écoles » italiennes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet expose la différence de méthodes des deux écoles.

Des méthodes différentes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Ses professeurs successifs appartiennent à l’un ou à l’autre courant.

Les professeurs (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Il décrit les étapes de l’apprentissage. La formation dure 4 ans. Après la 1e année où il s’agit d’acquérir la maîtrise des outils, commence la fabrication des instruments. Le choix des modèles d’instruments est assez flexible selon les capacités et les envies des élèves. Le vernis enseigné à Crémone est un vernis à l’alcool.

Vernis à l’alcool (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Vernis. Atelierdu luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Beaucoup d’élèves dès la 1e année installent un atelier chez eux. Frédéric Bonet trouve cet apprentissage à Crémone « fabuleux », il en apprécie la dimension humaine et culturelle, avec de l’entraide et de l’amitié entre les élèves.

Une découverte constante (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

A l’école, il a fabriqué 3 ou 4 violons, 2 altos, 1 violoncelle, 1 contrebasse (faite à plusieurs), et il en a fait autant ou plus chez lui, ce qui lui permettait de survivre en vendant ses instruments et en faisant aussi du dégrossissage (table, fond, tête…) pour un luthier de Crémone. Il complétait ses revenus en travaillant dans les champs.

Sous-traitance (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Il obtient son diplôme en 1981 et s’installe à Aix-en-Provence dans les locaux d’un marchand d’instruments. Il assure la réparation et la maintenance des violons et archets du magasin.

Une opportunité à Aix-en-Provence (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Revenant sur ses études à Crémone, il évoque la grève des élèves de lutherie. Beaucoup (notamment des Français) ont été renvoyés, ce qui ne les a pas empêché de poursuivre leur formation ailleurs et de devenir luthiers.

La grève à l’école de lutherie de Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1985, Frédéric Bonet ouvre son propre atelier à Aix-en-Provence avec Martine Aguila, formée comme lui à Crémone. Les débuts sont financièrement difficiles. L’accueil du milieu professionnel est souvent suspicieux, d’où la nécessité ressentie par de jeunes luthiers, la plupart formés ailleurs qu’en France, de créer une association professionnelle alternative : l’ALADFI.

Un nouveau groupement professionnel (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’ALADFI a permis l’entraide et les échanges professionnels, ainsi que la valorisation des oeuvres des jeunes luthiers en organisant des expositions et des salons.

Permettre le partage (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations entre le groupement professionnel ancien, le GLAAF  et l’ALADFI ont ensuite évolué et des projets communs ont été élaborés. S’il y a eu antagonisme, c’est davantage au niveau des personnes que des groupements eux-mêmes.

Un certain conservatisme (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet explique le contexte qui contraint le luthier à faire de la restauration plutôt que du neuf, alors qu’acheter un instrument neuf est souvent plus avantageux dans une gamme de prix donné.

Fabriquer ou restaurer ? (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

La production chinoise, en améliorant sa qualité à partir de 1995, a fait sérieusement concurrence aux instruments d’étude fabriqués à Mirecourt.

Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

En Italie, il n’y a pas eu de problème d’approvisionnement en «fournitures » de lutherie. Les marchands spécialisés en bois de lutherie sont restés nombreux, comme en Allemagne, alors qu’ils étaient devenus rares en France dans les années 1970.

Marchands de bois de lutherie (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet évoque ses modèles personnels pour violon et alto, et l’utilité d’un ouvrage récent de François Denis concernant le tracé des instruments.

Modèles personnels (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Etiquette du luthier Frédéric Bonnet
La signature de Frédéric Bonet dans l’un de ses violons

Au sujet de la proportion de filles et de garçons dans la formation de lutherie à Crémone, il y avait presque autant de filles que de garçons dans sa classe.

Nombre de filles et de garçons inscrits (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations professionnelles des luthiers lui paraissent dans l’ensemble bonnes, à l’exception de deux ou trois ateliers qui, comme autrefois, restent fermés aux confrères.

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Bonet, Frédéric  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970, 25 janvier 2016. Enregistrement numérique :  53 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4968.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt

La luthière Anne-Sophie Trivin travaillant sur les collections du musée de la lutherie et de l'archèterie à Mirecourt (2014, cliché HCH)
La luthière Anne-Sophie Trivin en train de classer un fond d’atelier au  musée de la lutherie et de l’archèterie à Mirecourt (2014, cliché HCH)

Anne-Sophie Trivin (ex Benoit) a débuté sa formation de lutherie en 1982, à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux luthiers » venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle commence le violoncelle à 12 ans. Les activités artisanales – qu’elle connaît par son grand-père, tailleur de pierre et sculpteur et un grand-oncle ébéniste – l’attirent. Après la 3e, elle est admise à l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt, établissement ouvert depuis douze ans.

Un monde à part (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Dans sa classe formée de six élèves, le nombre de filles est égal à celui des garçons, marquant une tendance forte des années 1980 : la féminisation du métier, favorisée par l’insertion de la formation en lutherie dans le système de l’éducation nationale.

Féminisation du métier (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

A l’école, pour la formation, elle n’a pas senti de différence faite entre filles et garçons.

Pas de différence  filles/garçons (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Par contre, l’ambiance lui apparaît dure et compétitive, les aînés ont une autorité écrasante sur les plus jeunes.

Ambiance de compétition (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Elle est gauchère et doit faire encore plus d’efforts que les autres pour suivre le rythme, une manière, dit-elle, de forger le caractère.

Les gauchers (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2006 (cliché Catherine Baroin)
Anne-Sophie Trivin vernissant un violon, Mirecourt, 2006 (cliché Catherine Baroin)

Elle évoque l’équipe des enseignants pour la lutherie et la jeunesse des formateurs, à peine sortis de l’école et qui prennent le relai des anciens partant à la retraite.

Enseignants en lutherie (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

En 2e année, la pression est moins forte. On acquiert une certaine aisance grâce à la répétition des gestes techniques qui deviennent « naturels ».

La méthode d’apprentissage (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Pour Anne-Sophie Trivin, l’époque est privilégiée car il existe un véritable suivi des jeunes.

Suivi des élèves (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Gabarits. Collections du Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises à Mirecourt (2014, cliché HCH)
Gabarits (Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises à Mirecourt ,2014) Cliché HCH

La 2e année, elle fait un stage chez le luthier René Quenoil, qui est gaucher comme elle. Elle voit dans cet atelier toutes les facettes du métier (réparation et neuf).

Stage chez René Quenoil (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

L’ambiance de travail est silencieuse, le savoir se transmet essentiellement en « montrant ».

On ne parlait pas (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2007 (cliché Catherine Baroin)
Anne-Sophie Trivin en train de fabriquer un violoncelle, Mirecourt, 2007 (cliché Catherine Baroin)

Elle considère qu’on apprend beaucoup en regardant et durant ses trois années d’études à l’école de lutherie à Mirecourt, elle rend visite tous les mercredis à l’archetier Charles Alfred Bazin pour le regarder travailler.

Apprendre en regardant (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

A la fin de la 3e année, après le diplôme, elle est employée chez Jacques Camurat à Paris. Dans l’atelier, le travail est intense et l’ambiance bonne et bienveillante. Elle fait de la réparation. Cependant, elle ne reste pas dans la capitale où elle ne se sent pas bien et tombe souvent malade. Elle retourne à Mirecourt, embauchée par Jean-Jacques Pagès qui vient d’ouvrir un atelier en Italie et n’est présent que 15 jours par mois à Mrecourt.

Embauchée dans l’atelier JJ Pagès (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

La vitrine du luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt (2012, cliché HCH)
La vitrine du luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt (2012, cliché HCH)

Au début, elle préfère la réparation, mais elle apprend aussi dans cet atelier à aimer fabriquer du neuf et à travailler sur les effets de sonorité, ce qui la passionne. Elle évoque une  expérience faite à partir de copies d’un violon de Nicolas Amati.

Obtenir un son puissant (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Il y a un style atelier, mais chacun a sa personnalité, identifiable dans chaque instrument.

Chacun sa main (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

En 2002, après 17 ans passé dans la maison Pagès, elle perd son emploi suite à la création par ce dernier d’une nouvelle structure (Ecole internationale de lutherie Jean-Jacques Pagès) où elle n’est pas incluse. Après une pause d’un an, elle reprend la lutherie en partageant un atelier avec l’archetière Catherine Baroin, installée dans l’ancien atelier René Morizot à Mirecourt. C’est l’expérience professionnelle la plus positive de sa carrière.

Tester les instruments (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne Sophie Trivin évoque la relation de travail équilibrée et enrichissante qu’elles partagent pendant trois ans et l’entraide qui caractérise cette « lutherie au féminin », nom du site que la luthière et l’archetière fondent pour faire connaître leur atelier.

La lutherie au féminin (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2005 (cliché Cathy Baroin)
Anne-Sophie Trivin à l’établi, Mirecourt, 2005 (cliché Catherine Baroin)

Cependant, la clientèle n’est pas suffisante. Elle fait de la sous-traitance, mais son travail ne lui permet pas de vivre. Elle doit renoncer avec tristesse à la lutherie et changer d’activité professionnelle en 2008, après plus de vingt ans passés à l’établi.

Difficile d’arrêter l’atelier (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Elle obtient ensuite en juin 2009 un poste au Musée de la lutherie et de l’archèterie de Mirecourt pour travailler notamment sur les collections d’instruments et les inventaires d’ateliers, dans une perspective incluant les facteurs d’instruments, les musiciens et autres acteurs des métiers de la musique .

La lutherie comme aventure humaine (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Classement d'un fond d'atelier (Musée de la lutherie, Mirecourt, 2014) cliché H. Claudot-Hawad
Classement d’un fond d’atelier (Musée de la lutherie, Mirecourt, 2014) cliché H. Claudot-Hawad

Elle revient sur l’apprentissage de la lutherie et l’idée que la violence et l’humiliation utilisées par certains vis-à-vis des apprentis n’aboutissent finalement qu’à entraver la transmission des savoirs.

Une méthode dure et inutile (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)(

Anne-Sophie Trivin, Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises, Mirecourt, 2014 (cliché HCH)
Anne-Sophie Trivin, Annexe du Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises, Mirecourt, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Trivin, Anne Sophie  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt, Mirecourt, 7 juillet 2014. Enregistrement numérique :  85 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4915.

Crédits photographiques : C. Baroin (photos 3 et 5 : Anne Sophie Trivin à l’établi) ; autres : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête d’Hélène Claudot-Hawad sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

 

Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles

Anne Houssay dans l'atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. A. Houssay)
Anne Houssay dans l’atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. A. Houssay)

Anne Houssay commence sa formation de lutherie en 1976, à vingt ans, après deux ans d’études universitaires. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle a été « élevée dans le disque » par des parents mélomanes. Elle commence le hautbois à 10 ans, joue dans un orchestre d’enfants et prend plaisir à faire des tournées. Son professeur de hautbois lui apprend à faire des anches elle-même. Pouvoir modifier le son de l’instrument en ajustant une pièce la fascine.

Changer le son d’un instrument (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Parce qu’elle aime la musique et le travail manuel, l’orientatrice scolaire lui signale le lycée de la lutherie à Mirecourt qu’elle va visiter ainsi que l’atelier Morizot pour un premier contact. Mais ses parents l’incitent à passer d’abord son baccalauréat.

1er contact avec Mirecourt (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Le luthier René Morizot (Mirecourt, cliché J. D. Braconnier)
Le luthier René Morizot (Mirecourt, cliché J. D. Braconnier)

Elle s’inscrit ensuite à l’université en mathématiques-physique et suit des cours d’acoustique en auditeur libre, tout en continuant le hautbois au conservatoire de Strasbourg. Démotivée par les conséquences de la physique nucléaire, elle repense à lutherie et apprend que des écoles à l’étranger prennent les élèves à un âge plus tardif qu’à Mirecourt (qui ne recrute pas au-delà de 17 ans et qui, en France, paraît incontournable).

Des écoles de lutherie à l’étranger (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle envoie plusieurs demandes et, en attendant, s’inscrit en musicologie, tout en fréquentant l’atelier d’un facteur de clavecin, Rémi Gug, chez qui elle commence à s’initier au travail de précision de la facture instrumentale. Elle rend visite aux luthiers parisiens de la rue de Rome. L’attitude assez  moqueuse et misogyne de certains ne fait qu’amplifier sa détermination.

Une attitude misogyne (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Quel que soit l’accueil réservé par les ateliers qu’elle visite, on lui fait comprendre que la priorité est donnée aux luthiers formés à l’école de Mirecourt

Remontée de la rue de Rome (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle est admise en 1976 à l’Ecole anglaise de Newark-on-Trent (The Newark School of Violin Making) dans le Nottinghamshire au centre de l’Angleterre.

L’école de Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Les outils d'Anne Houssay (canifs, rabots, trusquin, racloirs), cliché A. Houssay
Les outils d’Anne Houssay (canifs, rabots, trusquin, racloirs), cliché A. Houssay

La 1e année, sa classe compte douze personnes dont deux femmes. L’apprentissage se faisant par mimétisme, elle découvre un nouveau rapport à la connaissance. Les élèves apprennent également à fabriquer les outils et les meubles utiles au luthier.

La formation à Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Les enseignants de lutherie ont des spécialités différentes (restauration, neuf, vernis…).

L’équipe de formateurs à Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Ingrédients pour le vernis, atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1994 (cliché HCH)
Ingrédients pour le vernis (atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1994, cliché HCH)

Anne Houssay décrit le programme d’apprentissage en 3 ans, avec un choix à faire la dernière année entre neuf et restauration.

Le programme (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Sa formation lui a paru difficile mais enthousiasmante. En dernière année, on les initiait également à l’expertise.

Initiation à l’expertise (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Sortie de l’école de Newark en 1979, elle retourne à Longwy, ville sinistrée par l’effondrement de la sidérurgie. Après un tour de France des ateliers (hormis Paris), elle  décide de s’installer en indépendante à Avignon et constate que la plupart des musiciens vont à Paris. Pour acquérir plus d’expérience, elle tente d’entrer dans un atelier, comme d’autres jeunes luthiers formés à l’étranger, notamment à Crémone. Mais il est très difficile de s’intégrer au réseau professionnel français, ce qui va s’améliorer par la suite.

Difficulté d’insertion dans le réseau français (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle prend un travail de laborantine à Metz et fait des violons chez elle à la maison. Elle rend visite au luthier de Metz, Paul Didier, pour avoir des conseils. Un jour, ce dernier, selon la méthode ancienne qui préfère le geste au mot, intervient énergiquement sur son moule de violoncelle.

Visite à l’atelier de Paul Didier (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982
Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

En 1983, elle fait un stage de trois mois à Lyon chez le luthier Jean Schmitt avec Dominique Camard comme chef d’atelier. Elle y apprend une méthode ergonomique de montage de l’instrument. On la charge de vernir 17 violons dans une pièce spéciale consacrée au vernissage.

La suite du récit d’Anne Houssay sur son parcours professionnel a fait l’objet d’un deuxième entretien, onze mois plus tard, en février 2015. Voir « Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée« , enquête n° 4914 [23 mars 2016].

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Houssay, Anne (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles. 18 mars 2014. Enregistrement numérique : 49 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4913.

Crédits photographiques : A. Houssay dans l’atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. privée A. Houssay) ; Le luthier René Morizot, vers 1995, Mirecourt, cliché J. D. Braconnier ; Les outils d’Anne Houssay (cliché A. Houssay) ; Ingrédients pour le vernis, atelier de P. Claudot, 1994, La Bouilladisse, cliché H. Claudot-Hawad ; Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing).

La lutherie comme un métier et une école de vie

Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)
Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)

Charles-Luc Hommel débute sa formation de luthier en 1973, à dix-huit ans, après son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique et du violon. Il commence l’apprentissage de cet instrument à huit ans et demi. Son père, mélomane, amateur de disques, lui a transmis l’amour de la musique. Vers quinze ans, en entrant dans un atelier de lutherie (à Bâle), il découvre une atmosphère qui lui plait beaucoup. Encouragé par son professeur de violon, il part à Mirecourt rencontrer le luthier René Morizot chez qui il fera un stage d’une semaine pendant les vacances d’été en 1972 (il est alors en 1e au lycée). Après son bac, il entre en septembre comme apprenti dans l’atelier Morizot et, au cas où la lutherie ne lui conviendrait pas, s’inscrit à l’université en maths-physique puis en droit. L’Ecole de lutherie de Mirecourt existe déjà mais n’admet d’élèves qu’au niveau de la 3e et âgés de moins de 17 ans.

Entrée en apprentissage (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

René Morizot à la fois enseignait comme professeur technique auxiliaire à l’école de lutherie et avait des apprentis dans son atelier qui se formaient et participaient à la production d’instruments.

Trois ans d’apprentissage à l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

La relance de la musique entraînait des commandes nombreuses d’instruments d’étude, d’où la création de la Sofraluth, manufacture de lutherie à Mirecourt.

Besoin d’instruments (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Les importations étaient difficiles à l’époque. Il fallait donc fabriquer des instruments dont le prix était encore très bon marché : la « façon » d’un violon (sans la tête) était rémunérée, par exemple pour un luthier habile comme Eugène Guinot, 250 francs (soit un peu plus de 30 euros) vers 1974.

Il fallait fabriquer (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Son apprentissage se déroule sans enseignement général, mais avec 40 heures d’atelier par semaine, soit plus du double de temps à l’établi que les élèves de l’Ecole de lutherie, ce qui lui a donné un avantage et un meilleur statut professionnel, bien que son diplôme soit un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et non un BT (Brevet de Technicien).

L’avantage de la pratique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Après sa formation, deux places s’offraient à lui : l’une chez Jacques Camurat à Paris, et l’autre chez Philippe Bodart à Marseille chez qui il va. Il y reste deux ans, se formant dans cet atelier à la restauration, à la réparation, au montage, au raccord de vernis.

Formation à la restauration (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)

Ensuite, il part chez Etienne Vatelot à Paris, avec comme bagage des techniques particulières de restauration (comme le moulage au plâtre) enseignées par Philippe Bodart qui les a apprises lui-même à Londres.

Moulage au plâtre (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il évoque le souvenir marquant des luthiers qui l’ont formé et dont il a beaucoup appris, non seulement sur le plan professionnel mais également humain.

Des personnes ressources (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

A Paris, il a pu voir, à l’atelier, de grands concertistes qu’il allait écouter le soir. L’ambiance était bonne dans l’atelier et l’équipe jeune (de 22 ans d’âge environ) avec des personnes qu’il connaissait toutes  de Mirecourt.

L’ambiance de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il se plait beaucoup chez Etienne Vatelot qui sait faire comprendre avec talent et générosité le sens du métier. L’atelier fait à la fois de la restauration et du neuf.

Organisation de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Etienne Vatelot supervisait tout le travail de l’atelier, où passaient les plus beaux instruments et les plus grands artistes, un privilège pour l’expérience des jeunes luthiers, comme l’évoque Charles-Luc Hommel.

Une expérience formatrice (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il revient ensuite chez le luthier Philippe Bodart qui accepte qu’il travaille à mi-temps, ce qui permet à Charles-Luc Hommel de faire du neuf chez lui en Ardèche, en attendant de pouvoir s’installer à son compte. C’est une période où on manque de luthiers.

Manque de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il y avait aussi une pénurie de fournitures de lutherie. Les grandes maisons de bois de lutherie à l’ancienne, avec tout leur savoir-faire pour le choix, la conservation, le séchage, avaient disparu.

Pénurie de bois (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Cette situation va changer dans les années 1980 et on trouve aujourd’hui du très beau bois qui vient de Bohème, Bosnie, Dolomites.

Du très beau bois de lutherie (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Au sujet des techniques, Charles-Luc Hommel évoque les recherches empiriques sur les vernis faites par les luthiers et les progrès réalisés aujourd’hui.

Les vernis (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il cite différentes expérimentations, dont celle du luthier italien Sacconi.

Vernis de Sacconi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Le luthier Pierre Claudot (qui de son côté avait essayé la térébenthine de Chios) passait souvent à l’atelier, d’où la transmission d’anecdotes de luthiers anciens et également de la connaissance de certains instruments.

Anecdotes de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Charles-Luc Hommel s’installe à Marseille ; il aura jusqu’à trois assistants dans les années 1985-90, ce qui était trop lourd comme charges salariales et gestion, d’où un changement de cap en 1990.

Avoir du temps à l’établi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Dans cet atelier du centre ville de Marseille, ce sont les réparations et l’entretien d’instruments qui font tourner l’atelier. Certains luthiers ont choisi de faire du neuf et vendent eux-mêmes leurs instruments ; la sous-traitance est devenue plus rare qu’autrefois. Pour élaborer un modèle personnel de violon, Charles-Luc Hommel évoque l’intérêt de s’inspirer non pas des formes connues d’instruments de grands luthiers, mais de certains instruments seulement, car s’ils ont été fabriqués par une même main de maître, ils n’atteignent pas tous le même niveau de perfection sonore ou esthétique.

Des instruments qui sonnent (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Aujourd’hui, les rapports avec les acousticiens se poursuivent, même si ces derniers ont du mal à aider les luthiers. Charles-Luc Hommel pense que les luthiers apporteraient beaucoup au débat en notant leur savoir empirique : quels réglages et ajustements pratiques font-ils quand un violon sonne mal ?

Retranscrire le savoir empirique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Charles-Luc  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  La lutherie comme un métier et une école de vie, Marseille, 5 mai 2014. Enregistrement numérique :  82 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4912.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête  « Les nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Un jeune luthier devient mirecurtien et se passionne pour l’histoire de la lutherie

Le luthier Roland Terrier (cliché JD Braconnier)
Le luthier Roland Terrier (cliché J. D. Braconnier), années 1990)

Roland Terrier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre jusqu’au milieu du XXe siècle.  Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et aussi par attrait pour les métiers de précision. Très jeune, il veut jouer du violon qu’il étudiera à l’école de musique de Bourg-en-Bresse.

« Un violon dans une malle » (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

En 1972, à quinze ans, il candidate à la toute nouvelle Ecole nationale de lutherie de Mirecourt, où il est admis. Sur les dix inscrits de sa promotion, quatre seulement  auront le diplôme final.

La sélection (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Avec le plan Malraux-Landowski qui relance les métiers de la musique, les élèves luthiers sont alors assurés d’avoir du travail après leur formation. A cette époque, contrairement à aujourd’hui, ils cherchent à trouver un poste en France plutôt qu’à l’étranger.

Assurés d’avoir du travail (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Roland Terrier raconte sa formation avec le maître-luthier René Morizot qui a connu la relance du métier après avoir peiné pour en vivre. Il a des facilités pour le travail du bois grâce à son père menuisier-ébéniste. Dans l’école de lutherie, les formes anciennes de l’apprentissage en atelier subsistent : le maître travaille devant les élèves qui en imitent les gestes. L’idée inculquée est que le savoir se « mérite ».

L’apprentissage selon la méthode ancienne (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

La manière de transmettre changera plus tard grâce aux nouvelles générations de luthiers qui cherchent à instaurer une attitude fondée sur l’entraide et le partage des connaissances davantage que sur la compétition et les vexations.

L’entraide (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Outils de lutherie (atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014), cliché HCH
Outils de lutherie (atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014), cliché HCH

Roland Terrier décrit le programme des trois années d’apprentissage de la lutherie dans le cadre de l’école.

Un programme de formation  en 3 ans  (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

L’enseignement général dispensé pour le diplôme final, c’est-à-dire le Brevet de technicien option facture instrumentale, n’est pas encore  adapté aux besoins de la lutherie. Par ailleurs, il n’y a pas cours de gestion.

Un enseignement général peu adapté (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

La rapidité d’exécution du travail de lutherie, exigée par l’Ecole à cette période, a permis à Roland Terrier de toujours gagner sa vie.

La rapidité d’exécution (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Atelier du luthier Roland Terrier à Mirecourt (2014), cliché HCH
Atelier du luthier Roland Terrier à Mirecourt (2014), cliché HCH

Pour fabriquer un instrument de qualité, il faut concilier les exigences de rapidité et de netteté du geste pour que le violon soit beau et travailler sur les épaisseurs du bois pour en obtenir de bonnes qualités acoustiques.

La sonorité (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Après avoir travaillé deux ans comme enseignant à l’école de lutherie et comme luthier dans l’atelier Morizot, R. Terrier a plusieurs propositions d’embauche. Il choisit d’aller chez Etienne Vatelot à Paris, mais finalement est envoyé dans l’atelier de René Quenoil où il apprend la restauration d’instruments.

Les postes après le diplôme (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Il évoque les deux méthodes de restauration en concurrence, en les illustrant d’un exemple concret.

Deux écoles pour la restauration (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Exemple des deux méthodes de restauration (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014 (Cliché H. Claudot-Hawad)
Atelier du luthier Roland Terrier, Mirecourt, 2014 (Cliché H. Claudot-Hawad)

Après avoir travaillé trois ans dans la Maison Quenoil à Paris, il s’installe en 1980, avec son collègue Jean-Philippe Cognier, à Mirecourt, petite ville dont il apprécie la proximité avec la nature. Il pensait pouvoir faire du neuf, mais la relance de la musique nécessite la restauration d’instruments anciens, qu’il fait en sous-traitance.

L’installation à Mirecourt (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

En fait, les instruments neufs en copie d’anciens (avec usure) se vendent mieux que le violon qui a l’air neuf. Il constate que parfois les copies se retrouvent vendues comme des originaux, ce qui l’a un peu écoeuré. Il arrête de faire du neuf pendant dix ans car pour vendre, il faut faire des salons et passer beaucoup de temps à la commercialisation, ce qu’il n’a pas appris à faire.

Faire des salons (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Son collègue Jean-Philippe Cognier va devenir professeur à l’Ecole. Lui se consacre à la restauration d’instruments et commence ses recherches historiques avant 1988, où il a déjà fait des fiches sur les luthiers à partir des instruments vus dans l’atelier. Il s’aperçoit que les dictionnaires existants ne conviennent pas toujours et fait aussi des recherches à l’Etat civil car les Mirecurtiens signaient souvent en ajoutant à leur patronyme le nom de leur épouse. Il découvre le rôle de la parenté à Mirecourt et le fonctionnement des familles qui incluent des luthiers fabriquant, des marchands de musique, des facteurs d’orgue, etc.

L’énigme Henri Thouvenel (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Roland Terrier dans ses travaux d'histoire de la lutherie (juil2014, Mirecourt, cliché H. Claudot-Hawad)

A l’arrière de son atelier, le luthier Roland Terrier poursuit ses travaux d’histoire de la lutherie (juil 2014, Mirecourt, cliché H. Claudot-Hawad)

Ces recherches le fascinent et il n’a, depuis, jamais arrêté. Il dit avoir ainsi pris la relève d’Albert Claudot (luthier à Dijon), qui avait fait beaucoup de recherches et avait un correspondant à Mirecourt pour ses investigations dans l’Etat civil. Les luthiers l’appelaient pour identifier certains instruments. En fait, il y a des énigmes constantes à résoudre. Roland Terrier en donne quelques exemples.

Qui est Vuillaume cadet ? (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Au début, il s’est intéressé à tous les luthiers inconnus qui l’ont fait progresser en expertise avec le style de chaque époque, les évolutions, parfois les changements de signature . Il a découvert des étiquettes correspondant à des magasins de musique pour des violons fabriqués à Mirecourt avec un sigle spécial permettant de ne pas se tromper d’époque. Roland Terrier offre sur son site professionnel une documentation très riche issue de ses recherches sur la lutherie.

Les luthiers inconnus  (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Carnet d'étiquettes de luthiers (atelier Granier, archives P. Claudot), cliché HCH
Carnet d’étiquettes de luthiers (atelier Granier, archives P. Claudot), cliché HCH

 

Il a ouvert un site d’identification des instruments et reçoit des photos d’instruments du monde entier, grâce à internet qui facilite les échanges.

Un site d’expertise sur internet (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Son projet de dictionnaire des luthiers est bien avancé, il en montre la maquette. Un volume à part sera consacré aux photographies d’instruments. Il souhaite que son dictionnaire soit maniable, peu encombrant pour le mettre au coin de l’établi et le consulter facilement.

L'atelier de Roland Terrier (Mirecourt, 2014), cliché HCH
L’atelier de Roland Terrier face à la Halle aux grains (Mirecourt, 2014), cliché HCH

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Terrier, Roland  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un jeune luthier devient mirecurtien et se passionne pour l’histoire de la lutherie, Mirecourt, 5 juillet 2014. Enregistrement numérique :  71 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4910.

Crédits photographiques : Cliché 1. JD Braconnier ; suivants : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête d’Hélène Claudot-Hawad sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

Un index des luthiers original : extrait du catalogue documentaire du corpus créé par Hélène Claudot-Hawad, « Le métier de luthier »

Les Carnet de la phonothèque ont publié régulièrement, entre 2012 et janvier 2013, le traitement documentaire des enquêtes orales réalisées par l’ethnologue Hélène Claudot-Hawad dans les années 1980 sur le métier de luthier dans la première moitié du XXe siècle. Un catalogue documentaire sera bientôt publié. Il présentera non seulement les notices contextualisées mais aussi différents index (informateurs, sujets, lieux et personnes citées). Ce catalogue est un outil documentaire qui synthétise, sous une forme papier, la base de données et c’est déjà un de ses intérêts car tout le monde n’est pas connecté. Mais c’est aussi l’occasion de visualiser d’un coup d’oeil le contenu de ces archives et leurs thématiques à travers les index. Celui des noms propres cités ou évoqués a fait l’objet de la part d’Hélène Claudot-Hawad d’un travail de recherche pour retrouver les noms, les dates et les lieux de vie de tous les acteurs. Dans sa présentation, elle remercie pour son aide précieuse et amicale Roland Terrier, luthier et historien de la lutherie. Elle a croisé ses données orales avec diverses sources écrites (notamment le Dictionnaire universel des luthiers de René Vannes, La lutherie lorraine et française d’Albert Jacquot, le Dictionnaire des luthiers d’H. Poidras) et avec la quantité de références fournies par divers sites dont ceux de Roland Terrier, luthier à Mirecourt, du Musée de Mirecourt et de plusieurs maisons de lutherie qui se sont intéressées à leurs fondateurs et auxquelles renvoient certaines notices . Les chiffres correspondent aux numéros d’enquêtes que vous pouvez interroger sur Ganoub, la base de données de la phonothèque.

Index des luthiers cités et évoqués dans les archives sonores Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine)

Apparut-Hilaire (atelier) (1925-1967) – Maison de lutherie à Mirecourt, créée par Georges Apparut qui reprit l’atelier de Victor Joseph Charotte (1859-1925) et s’associa plus tard avec son élève Paul Hilaire (1906-1967). Après le décès de ce dernier, l’atelier fut géré par le premier ouvrier, Jean Eulry, jusqu’à sa retraite.
3494

Aubert (atelier puis manufacture de chevalets, 1865-1984) – Maison fabriquant des chevalets fondée par Emile Aubert qui s’installe à Ambacourt en 1865. Son établissement, dont le développement se poursuivra avec ses descendants (maison Jeandel-Aubert), exportera des chevalets dans le monde entier. Voir Jeandel, Louis.
3496

Aubry, Joseph (1873 Domjulien – 1937 Le Havre)Luthier à Mirecourt, puis au Havre
3492

Audinot, Emile (1880 Mirecourt – 1941 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, a formé de nombreux apprentis.
3488

Bailly, Charles (1879 Mirecourt – 1957 Mirecourt)Luthier à Mirecourt. Il a travaillé chez Georges Lotte, Paul Mangenot puis Laberte (1906). Installé de 1909 à 1957 rue de colonel Mangin à Mirecourt.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/bailly_charles_1921.htm
3488, 3489, 3492

Bazin, Charles-Alfred (1907 Mirecourt – 1987 Epinal)Archetier à Mirecourt, successeur de son père Louis.
3490

Bazin, Charles-René (1906 Mirecourt – 1982 Munich)Luthier à Munich.
3490

Bazin, François-Xavier (1824 Mirecourt – 1865 Mirecourt)Archetier, fondateur de la maison Bazin à Mirecourt en 1840.
3490

Bazin, Gustave (1871 Mirecourt – 1920 Mirecourt)Luthier à Mirecourt. Formé chez Darte-Vuillaume, il travailla notamment à Paris chez Collin-Mézin Père avant de s’établir à son compte à Mirecourt. 
3490

Bazin, Louis (1881, Mirecourt – 1953, Mirecourt)Archetier, né et décédé à Mirecourt. Formé dans l’atelier paternel dont il prit la succession en 1915.
3490

Bisch, Paul (1893, Mirecourt -1967)Luthier, établi à Mirecourt et Paris, élève de L. Mougenot et de Caressa-Français.
3495

Bodart, Philippe (1945 Paris – 2007 Cucuron)Luthier, formé à Mittenwald en Allemagne puis à Mirecourt, successeur de Pierre Claudot à Marseille en 1973, avant de s’établir à Besançon en 1981.
Voir http://www.besac.com/actualite-besancon/lame_du_violon_-143.htm
3486

Boulanger, Pierre-Eugène (1864 Mirecourt – 1940 Mirecourt )Luthier à Mirecourt.
3491

Charotte (famille, fin XVIIIe-XXe s.)Famille de luthiers mirecurtiens dont certains descendants se sont établis à Angoulême et Nice.
Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/luthiers_de_mirecourt.htm
3493, 3496

Chevrier (famille, fin XVIIIe-XXe s.)Famille de luthiers mirecurtiens dont certains descendants se sont établis à Cherbourg, Beauvais, Chalon-sur-Saône, Paris (Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/genealogie_chevrier.htm).
3493, 3496

Claudot, Albert (1899 Mirecourt – 1980 Dijon) Luthier à Dijon, originaire de Mirecourt, fils du luthier Félix Claudot ; travailla dans l’atelier de son oncle François à Dijon avant de s’établir à son compte.
3483, 3485, 3488, 3489, 3491, 3492

Claudot, Félix (1871 Mirecourt – 1906 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, spécialiste de contrebasses ; élève de H.C. Sylvestre ; après avoir travaillé trois ans à Paris, puis chez Jacquet à Mirecourt, il s’installa à son compte vers 1899.
3483, 3485, 3486, 3493

Claudot, François, dit Le-Sourd (1865 Mirecourt – 1937 Mirecourt)Luthier du conservatoire à Dijon, élève de Darte et de Grandjon ; travailla chez Gand et Bernardel à Paris avant de d’établir en 1889 à Dijon.
3483, 3485, 3486, 3493

Claudot, Pierre, dit le Pézot (1906, Mirecourt-1996, La Bouilladisse)Luthier à Marseille, successeur de Denis Granier ; fils du luthier Félix Claudot ; élève de Camille Poirson et Marius Didier chez Thibouville à Mirecourt, puis d’Amédée Dieudonné, chez qui il travailla trois ans avant de partir à Marseille en 1928.
3487, 3488, 3489, 3490, 3491, 3492, 3493

Claudot, Pierre II (1942, Mirecourt-1985, Dijon) – Luthier à Dijon et violoncelliste, associé à son père Albert Claudot.
3492

Cognier, Jean-Philippe (né en 1955, Auxerre)Luthier établi en 1980 à Mirecourt en association avec Roland Terrier.
3191, 3490, 3492

Collin-Mezin (atelier Mirecourt/Paris, 1823-1960)Maison de lutherie créée à Mirecourt en 1823. Une succursale est installée à Paris en 1867. La maison Collin-Mezin a fermé ses portes en 1960.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/collin_mezin.htm
3488, 3492

Couesnon (fabrique) 1885-1967Fabrique de lutherie à Mirecourt qui faisait les instruments du quatuor et des guitares.
3191, 3487, 3488, 3489, 3494

Darche, Hilaire (1865, Bruxelles-1929, Ixelles) – Luthier à Bruxelles, d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt, associé pendant quelques années à son frère.
3483

Darte, Auguste (1829 Paris – 1892 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Nicolas Vuillaume à Mirecourt et de Jean-Baptiste Vuillaume à Paris.
3487, 3489, 3496

Deblaye, Albert  (1874 Bouzemont-1929 Mirecourt)Luthier établi à Mirecourt, dont l’atelier comptait jusqu’à cinquante-quatre ouvriers en 1926.  Fondateur de l’entreprise Deblaye & Meunier, domicilée à Paris. Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/deblaye_albert.htm
3488

Dieudonné, Amédée (1890, Mirecourt -1960, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Gustave Bazin (1871-1920). Ouvrier de la maison Darche à Bruxelles, puis installé à son compte dans cette ville, il revint s’établir à Mirecourt en 1920. Il forma de nombreux apprentis et fournit des violons de qualité à beaucoup de luthiers établis à Paris ou en province.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/dieudonne_amedee.htm
3483, 3485, 3486, 3488, 3489, 3494, 3495, 3496

Enel, Charles (1880, Mirecourt – 1954, Saint-Brieuc)Luthier établi à Paris. Elève de Gustave Bazin, ouvrier chez Léon Mougenot puis dans diverses maisons (Paris, Genève, Lyon, Linz, Augsburg et Stuttgart), il installa son atelier à Paris à 29 ans et fit venir son neveu Pierre Enel en 1920 pour travailler avec lui, notamment à la restauration d’instruments anciens. Voir http://www.boyerlutherie.com/qui/charles_enel.htm
3489, 3493

Enel, Pierre (1903 Mirecourt – 1984 Mirecourt) Luthier établi à Mirecourt, spécialiste de la restauration des violons anciens. Elève de Léon Mougenot puis de son oncle, Charles Enel, pour qui il travailla à Paris. Après un passage à Lyon, il revint s’installer dans sa ville natale.
3489, 3492

Espinasse et Etienne (société)Société créée en 1911 : tourneurs sur bois et métaux, fondeurs en cuivre et bronze, fournissant des outils de lutherie au début du XXe siècle.
3488

Eulry, Charles ( ? – vers 1914) Luthier, tué à la guerre de 1914, qui travaillait dans la maison Bazin à Mirecourt. Père de Jean Eulry.
3494

Eulry, Jean (1907 Mirecourt – 1986 Rouen)Luthier qui fit la plupart de sa carrière chez A. Dieudonné de 1923 jusqu’à la fermeture de l’atelier en 1956, puis devint premier ouvrier chez Hilaire jusqu’à sa retraite en 1967.
3488, 3491, 3492

Gand et Bernardel Frères, puis Gand et Bernardel (atelier, 1866-1901)Atelier parisien créé en 1866 par l’association entre Charles Eugène Gand et les deux frères Bernardel, Gustave Adolphe et Ernest Auguste. Après le retrait de ce dernier en 1886, l’atelier est dirigé par Ch. E. Gand et G. A. Bernardel sous le nom de Gand et Bernardel.
3483

Gerome Famille (1892-1994)Atelier mirecurtien de fabrication d’instruments à cordes pincées (mandolines, guitares), fondé par Louis Gerome auquel succède en 1920 son fils René (1884-1968) qui, à partir des années 1930, travaille avec ses  quatre fils, André, René, Roger et Lucien, qui reprennent l’atelier en 1994 sous le nom Gerome Frères.
3488

Grandjon, Jules (1824, Mirecourt-nd) Luthier à Mirecourt, beau-frère et élève de L. Bernardel à Amsterdam.
3483

Granier et Barbet, puis Granier (atelier, 1877-1934, Marseille)Maison de cuivres et instruments à cordes, fondée par deux ouvriers-luthiers de l’atelier marseillais d’E. Daniel lorsque celui-ci cède son affaire à Guérin, son troisième ouvrier. Après le retrait de Barbet en 1910, Edmond Granier (1851, Le Puits Ste Répérade-1931) se recentre sur la lutherie, travaillant avec ses fils, André et Denis. En 1922, ces derniers prennent la suite de leur père, puis, à la mort d’André en 1924, Denis Granier continue seul jusqu’en 1934 où lui succède Pierre Claudot associé d’abord à André Granier II, neveu de Denis, puis propriétaire de l’atelier à partir de 1937.
3483, 3485, 3486, 3488

Granier, André I (1881, Marseille-1924, Marseille)Fils et élève d’Edmond Granier, luthier à Marseille, dont lui et son frère Denis prendront la succession en 1922. S’est formé à Mirecourt chez Brugère et Charles-Louis Bazin.
3488

Granier André II, dit Boubous (1912-1986, Marseille)Fils d’André Granier I (1881-1924), fit son apprentissage chez A. Dieudonné à Mirecourt, travailla dans l’atelier familial et s’associa entre 1934 et 1937 au luthier P. Claudot qui reprit ensuite la maison. Il dut changer métier suite à des problèmes de santé.
3488

Granier, Denis (1893-1966)  Fils d’Edmond Granier, luthier à Marseille, descendant de l’un des fondateurs de la maison Granier-Barbet en 1877. Formé par son père, puis à Mirecourt chez Laberte, et chez Charles Bazin pour l’archèterie.
3483, 3486

Guinot, Eugène, dit « Le Gégène » (1905, Mirecourt – 1991, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, a travaillé chez Bailly, puis chez Dieudonné de 1929 à 1950, et enfin pour diverses Maisons.
3492, 3495

Hilaire, Paul (1906, Rozerotte – 1967, Mirecourt )Luthier à Mirecourt, successeur de Georges Apparut
3492, 3494

Hill W. E. & Sons (atelier 1887-1992)Atelier de lutherie et archèterie installé à Londres, où travaillèrent plusieurs luthiers de Mirecourt, dont Léon Mougenot qui conserva des liens avec cette maison pour laquelle il fit de nombreux violons.
3487

Jaquet, Gabriel  (1870, Mirecourt -1945, Mirecourt), dit Jacquet-Gand, Luthier de Mirecourt réputé en particulier pour ses belles contrebasses.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/jacquet_genealogie.htm
3485

Jacquot, Albert (1853, Nancy – 1915, Nancy)Luthier à Nancy et historien de la musique, auteur de La Lutherie lorraine et française, paru en 1912, descendant d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt.
Voir  http://www.inha.fr/IMG/article_PDF/article_a2373.pdf
3487

Jacquot, Fernand (1884, Nancy – 1936, Nancy)Luthier de Nancy, descendant d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt.
3487

Jacquot, Pierre-Charles (1828, Nancy – 1900, Nancy)Luthier originaire de Nancy.
3487

Jeandel, Louis (1895, Mirecourt – 1984, Ambacourt)Fabricant de chevalets à Mirecourt, héritier de la marque Aubert, fondée par son grand-père maternel, Emile Aubert. En 1922, il réunit les deux entreprises familales (Jeandel et Aubert), devenant l’unique fabricant de chevalets en France.
Voir http://www.savarez.fr/flash_aubert/histoire_lutherie.swf

3485, 3492, 3493

Laberte, Auguste (1849-1929)Luthier et fondateur de la manufacture Laberte.
Voir généalogie in http://www.luthiers-mirecourt.com/laberte_genealogie.htm
3488, 3491, 3493

Laberte, Marc (1880, Mirecourt – 1963, Mirecourt) – Luthier ayant succédé à son père Auguste Laberte à la tête de la manufacture Laberte.
3491

Laberte, Philippe (1906, Mirecourt-1969, Mirecourt)Luthier, gérant de la fabrique Laberte.
3491

Laberte (manufacture, 1876-1972) qui porte le nom de Laberte-Humbert Frères, puis Laberte & Magnié – Maison qui fait remonter son activité initiale à 1775 (sans précision de lieu).  En 1876, la société Laberte Frères est créée à Mirecourt par Auguste et Maurice Emile Laberte, négociants et fabricants d’instruments. La Maison prendra les noms de Laberte-Humbert Frères, puis Laberte-Humbert-Frères & Fourier Magnié (1914), enfin Laberte & Magnié (1919). La transformation de l’atelier en fabrique serait l’oeuvre d’Auguste Laberte (1849-1929), auquel succède son fils Marc (1880-1963). Après le décès de Philippe Laberte (1906-1969), fils de Marc, la Maison est définitivement fermée en 1972 par la descendante de la lignée, Cécile Laberte (1905 Mirecourt – 1999 Mirecourt).

Voir Fonds d’Archives Laberte et Magnié : http://www.vosges-archives.com/fichiers/privees/inv16J.pdf

3487, 3488, 3489, 3490, 3491, 3492, 3493, 3494

La Fille ou Lafille (XVIIIe siècle)Célèbre sculpteur de têtes de violon, vivant au XVIIIe siècle à Paris.
3483

Lapierre, Marcel (1907 Mirecourt – 1979 Mirecourt) – Archetier qui après avoir travaillé pour divers ateliers d’archèterie (François Lotte, Louis Bazin, Louis Morizot), partit à Genève dans la maison Pierre Vidoudez, pour ensuite s’établir à son compte à Mirecourt en 1948.
Voir :
– Vatelot, Etienne (1976). Les Archet Français, Sernor, M. Dufour ;
– Raffin, Jean-Francois & Millant, Bernard (2000). L’Archet, Paris, L’Archet Éditions ;
– http://atelier-raffin.blogspot.fr/2012/08/un-archet-un-auteur-marcel-charles.html
3490

Lotte, François (1889, Mirecourt – 1970, Mirecourt)Archetier de Mirecourt.
3490

Magnié, Fourrier (1868,  Mirecourt – 1946, Mirecourt) S’est associé en 1915 à la famille Laberte pour créer l’entreprise Laberte-Humbert Frères et Fourier Magnié Réunis
3489, 3491

Mamlok, Michel (1871, Plock en Pologne – après 1946)Luthier qui s’installe à Mirecourt pour créer une manufacture d’instruments de musique en 1924 et y reste au moins jusqu’en 1934. Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/mamlock_michel.htm
3489, 3491

Mangenot, Paul (1862 Mirecourt – 1941 Mirecourt), dit « Le Zon »Luthier de Mirecourt, élève de Paul Bailly. Après avoir travaillé à Lille, Paris, Lyon et Genève, il prend la succession de Justin Derazey à Mirecourt et s’installe en 1890 sous l’enseigne « A la ville de Crémone ». Il vend son propre nom à la fabrique Laberte. Il a formé de nombreux apprentis. Référence : http://www.luthiers-mirecourt.com/mangenot1.htm
3488

Maucotel, Eugène (1893, Mirecourt – 1947, Mirecourt)Luthier de Mirecourt ; premier ouvrier de l’atelier Dieudonné de 1927 à 1932 ; travaille ensuite à la manufacture Laberte avant de s’installer à son compte.
3483, 3491

Millant, Bernard (né en 1929, Paris)Luthier et archetier, fils de Max Millant, établi à Paris en 1950. Co-auteur notamment de l’ouvrage L’Archet – Les archetiers français 1750 -1950
3487, 3488

Millant, Max (1903, Paris – 2005, Cannes)Luthier établi à Paris. Elève de son grand-père Sébastien Auguste Deroux (Mirecourt, 1848-1919) et de Léon Mougenot à Mirecourt.Travailla quelques années à Londres chez Harry Dykes. Associé à son frère Roger depuis 1923, il publia avec lui en 1952 le « Manuel pratique de lutherie ».
Voir http://home.pi.be/~tor-4879/millant.htm
3487, 3491

Morizot, Louis (1874, Darney – 1957, Mirecourt) – i>Archetier à Mirecourt, apprenti chez Cuniot puis chez Charles Nicolas Bazin. Il s’établit vers 1919 et travaille pour de nombreux luthiers. Vers 1933, il s’associe avec ses  cinq fils archetiers.
Voir : http://www.musee-lutherie-mirecourt.fr/index.php?rub=autour_de_la_lutherie&idmenu=3&idpage=33
3488, 3489

Morizot, René (1917, Mirecourt – 2001, Vittel)Luthier à Mirecourt
3488, 3495

Morizot, Yves (né en1937, Mirecourt)Luthier qui, après son apprentissage chez son oncle, René Morizot, se réorienta à cause de la crise des années 1950.
3489

Mougenot, Léon (1874, Mirecourt – 1954, Mirecourt), dit « Le Quinze Grammes »Luthier qui après avoir travaillé à Lyon, Paris et Londres, revint s’établir en 1899 à Mirecourt. Il forma de nombreux apprentis français et étrangers.
Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/mougenot.htm
3487, 3489, 3491, 3493, 3495

Ouchard, Emile Auguste (1900, Mirecourt – 1969, Gan)Archetier qui exerça à Mirecourt dans l’atelier paternel, puis à Paris et aux Etats-Unis (New York et Batavia) avant de se réinstaller en France à Gan dans les Basses Pyrénées en 1964.
3490

Pagès, Jean-Jacques  (né en 1947, Paris)– Luthier établi à Mirecourt
3191, 3492

Poirson Camille (1891, Mirecourt – 1979, Mirecourt) – Luthier de Mirecourt, fils de Poirson dit « Le roi de Rome » ; a formé de nombreux apprentis chez Thibouville dans l’atelier de lutherie d’art (aux côtés de Marius Didier  [1873-1958] et de Marcel Voiry).
3491

Poirson Jules, dit « Le roi de Rome » – Luthier de Mirecourt
3491

Quenoil, René (1921, Mirecourt – vivant)Luthier à Paris ; formé par son père, Victor Quenoil établi à Massy, et par Amédée Dieudonné à Mirecourt.
3488

Sakellaridès, AndréLuthier autodidacte établi à Marseille en 1970.
3486

Schmitt, Jean-Frédéric (1937, La Tronche – 2012, Lyon)Luthier établi à Lyon en 1967, formé à Mittenwald en Allemagne, qui a travaillé à Copenhague, à Paris chez Vatelot et au Japon, avant de s’établir à son compte.
3491

Serdet, Paul-Henri (1905-1983)Luthier à Mirecourt (1905 Mirecourt – 1983 Mirecourt), (généalogie des luthiers de la famille Serdet sur http://www.luthiers-mirecourt.com/serdet_genealogie.htm)
3492

SofraluthSociété Française de Lutherie à Mirecourt.
3492, 3495

Somny, Victor-Emile (1875 Mirecourt-sd)  Luthier de Mirecourt qui, avec ses frères également luthiers, a travaillé notamment chez Magnié puis à la manufacture Laberte & Magnié.
3491

Terrier, Roland (né en 1956, Bourg-en-Bresse)Luthier établi en 1980 à Mirecourt en association avec Jean-Philippe Cognier.
3490, 3492

Thibouville, Jérôme (1833, Mouette – 1902 Paris)Héritier d’industriels fabriquant des instruments à vent dans l’Eure, il épouse en 1861 la nièce de Lamy, luthier à Mirecourt et devient son associé, créant la fabrique Thibouville-Lamy.
3483, 3486, 3487

Thibouville-Lamy (manufacture, 1857-1968)A la fin du 19e siècle, la fabrique Thibouville-Lamy comprend quatre usines dans les Vosges : à La-Couture pour les instruments à vent en bois, à Grenelle pour les cuivres et les cordes harmoniques, à Mirecourt pour les instruments à cordes et à Poussay pour les accessoires et le débit.
3483, 3484, 3486, 3487, 3488, 3491, 3492, 3493

Thomassin, Joseph (1866, Mirecourt – 1946 ,Mattaincourt)Archetier de la maison Bazin à Mirecourt.
3490

Thomassin, Marcel (1891, Mirecourt-1976, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Gustave Bazin, premier ouvrier dans l’atelier Dieudonné.
3483

Tourte, François, dit Tourte Le Jeune (vers 1747-1835)
3496

Vatelot, Etienne (né en 1925 à Provin)Luthier établi à Paris,  élève de son père, Marcel Vatelot, ainsi que d’Amédée Dieudonné à Mirecourt et de Victor Quenoil à Massy Palaiseau. Prend la succession de son père en 1959. Il contribua à la création de l’Ecole de lutherie française à Mirecourt.
Voir http://www.vatelot-rampal.com/imgbd/File/Biographie_etienne_vatelot.pdf
3483, 3488

Vigneron, Louis, dit le Zico (1887, Mirecourt – 1971, Mirecourt)Vernisseur de violons à Mirecourt.
3489, 3495

Villaume, Gustave (1899, Mirecourt – 1983, Mirecourt)Luthier établi à Nancy, formé par Léon Mougenot, a travaillé à Mirecourt puis chez Fernand Jacquot à Nancy, avant de s’établir à son compte en 1924 quand cette maison fit faillite.
3489

Villaume, Jean-Baptiste (1905 Mirecourt –1989 Mirecourt), dit le JeanjinotLuthier à Mirecourt, apprenti chez Léon Mougenot ; en 1924 il intègre la manufacture Mamlok où il gagne davantage mais pour un travail qui ne lui plait pas (violons moulés) ; il travaille ensuite pour son frère Gustave installé à Nancy.
3487

Vuillaume, Jean-Baptiste (1798, Mirecourt – 1875, Paris)Célèbre luthier du XIXe siècle établi à Paris ; il travailla dans l’atelier de F. Chanot puis s’établit à son compte en 1827. Voir Roger Millant, Jean-Baptiste Vuillaume, sa vie, son œuvre ( W.E. Hill & Sons, London, 1972) ; Sylvette Millot, L’histoire de la lutherie parisienne du 18e siècle à 1960, Tome 3 (2 volumes) : Jean-Baptiste Vuillaume et sa famille ». (Editions Les Amis de la Musique, Spa, Belgique, 2006).
3487, 3489

Vuillaume, Nicolas (1800, Mirecourt – 1872, Mirecourt) Luthier à Mirecourt, travailla d’abord chez son frère Jean-Baptiste Vuillaume à Paris de 1832 à 1842 puis, de retour à Mirecourt, continua à fabriquer pour ce dernier. Il eût pour 1er ouvrier  le luthier  Darte qui prit sa succession.
3487, 3489

Crédits photographiques : carte postale sur les activités de la lutherie à Mirecourt, 1920, collection privée famille Morizot.

De la main à la main : une exposition et un ouvrage sur les luthiers

Les modes de transmission sont multiples mais si le luthier peut aujourd’hui consulter en ligne une multitude d’ouvrages sur divers aspects de sa profession, visionner des films sur Youtube ou écouter des témoignages d’anciens professionnels, il semble établi que l’efficacité du geste ne peut se transmettre que de la main à la main. Ainsi Dominique Nicosia1 au cours d’un récit léger, précis et documenté, reprend les différentes phases d’une fabrication d’un instrument et raconte : « Amener l’apprenti à ressentir cette tenue fine de l’outil est de l’ordre de l’indicible. Prenant le rabot de ses mains, le maître lui montre, sans prononcer un mot, comme pour mieux lui dire « Regarde comme le copeau s’enroule, tu entends ce beau sifflement de la lame… » (p. 176).  L’image se retrouve dans l’article de Baptiste Buob au cours d’un entretien avec un ancien luthier de Mirecourt (p.140) anonymisé sous les deux majuscules JP : « (…) On démarre de rien, de l’observation (…) ce n’est pas une information verbale. Dans la pratique, c’est vraiment l’observation. Et à force de voir le mouvement se faire, on le fait soi-même ». Cette observation est elle-même un véritable apprentissage et lorsque René Morel (1932-2011) relate ses quelques années passées chez Amédée Dieudonné (p. 144), lui qui n’est plus un apprenti sait déjà voir au-delà du geste : « Qu’est-ce qu’il m’a appris Amédée ? Moi j’observais et je voyais comment (les luthiers) tenaient leurs outils. Je n’avais pas besoin d’apprendre, je pouvais faire exactement la même chose. Sans me concentrer (…) et puis ça aller tout seul ».

Voilà comment s’éclaire le titre de cet ouvrage, en écho à une exposition temporaire du Musée de lutherie et de l’archèterie françaises à Mirecourt, qui rappelle ce mode très particulier de transmission avec en creux, l’image d’un apprentissage secret lié à l’expression homonyme ou encore du passage intentionnel d’un objet. Les auteurs, issus de parcours multiples, ouvrent aux curieux des fenêtres multiples sur ce métier,  dessinées par des historiens, des ethnologues, des conservateurs, des musiciens et des luthiers. Certains s’appuient sur des archives qu’il s’agisse des instruments eux mêmes, de photographies, de dessins, d’enregistrements ou de correspondances, d’autres sur la pratique elle-même. Ainsi l’ouvrage, richement illustré, se découpe entre « Artefacts » et « Arts de faire ». Parmi toutes les images que l’on retient au fil du texte, il y a celle d’un réseau professionnel international de luthiers, où filiations et alliances, qu’elles soient artistiques, économiques ou familiales se tricotent serrées. Un réseau complexe où les valeurs de solidarité et d’attachement au métier sont fortes, appuyées par l’objectif de transmettre des méthodes, des formes, des esthétiques… de faire durer la musique dont les pratiques qui évoluent au cours des siècles avec des conséquences parfois inéluctables sur le métier.

La publication de cet ouvrage est l’occasion de rappeler le travail réalisé par Hélène Claudot-Hawad qui a enregistré au début des années 1980 une série d’entretiens avec des luthiers mirecurtiens2. Elle a déposé ses archives sonores à la phonothèque de la MMSH qui les a numérisées et analysées. Pour un accès à un plus large public elle a éditorialisé les notices documentaire en choisissant des extraits sonores et des photographies pour les illustrer. Ce dépôt a été l’occasion d’un travail mutuel fructueux dont le Musée de Mirecourt bénéficiera puisqu’une copie des fichiers son et un catalogue documentaire qui les contextualise y seront bientôt accessibles. A la lecture des brefs extraits d’entretiens de l’article de Baptiste Buob ou du chapitre consacré à la dynastie des Bazin, on aimerait pouvoir faire parler les archives entre elles, croiser les voix des luthiers et redonner la parole autrement que par le livre à tous ces hommes détenteurs d’un savoir séculaire. Les Carnets de la phonothèque et le blog de Baptiste Buob sur Culture visuelle leur donne la parole. Ils parlent avec simplicité et précision – faisant fi des idées reçues – de leur regard sur la technique et ses évolutions, des processus d’observation, de leurs réseaux professionnels ou de leur rêves… des bribes de vie qui nous intéressent bien au-delà de la fabrication instrumentale. 

Luthiers. De la main à la main, sous la direction de Valérie Klein et Baptiste Buob. Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises, Actes Sud, 2012. 187p.

 

 

Sommaire

Préambule

Marina Chauliac

Introduction

Valérie Klein et Baptiste Bu

Artefacts

La juste mesure du violon, un art oublié

François Denis

Trois générations de fabricants de guitare à Mirecourt au 19e siècle

Catherine et Bruno Marlat

« La lutherie se meurt… » Chronique épistolaire de la crise des années 1950-1960

Hélène Claudot-Hawad

Une dynastie d’archetiers : les Bazin

Valérie Klein

Mirecourt et la facture instrumentale : rappel historique

Valérie Klein

Art de faire

De quelques idées reçues en lutherie

Lothaire Mabru

Du vol à l’appropriation d’un savoir

Baptiste Buob

Les gestes du luthier

Hélène Claudot-Hawad

De la main à l’oreille

Dominique Nicosia

  1. Luthier, formateur à l’école nationale de lutherie de Mirecourt []
  2. Ces entretiens documentent un article publié en 1985, republié pour l’occasion dans ce catalogue sous le titre « Les gestes du luthier » p. 152-173 []

Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon

Le luthier Pierre Claudot vers 1985 (cliché H. Claudot-Hawad)

Cet entretien fait partie d’une série réalisée par Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, auprès de son père Pierre Claudot, luthier de profession. L’enquêtrice l’interroge ici sur le choix des bois pour la fabrication du violon : épicea (pour la table) et érable (pour le reste du corps de l’instrument), ébène pour la touche…

Les fournitures : table, fond et éclisses
Ebène et gabarits

 

 

 

 

 

 

Le luthier explique qu’il faisait appel à des débiteurs de bois spécialisés qui connaissaient bien le métier et recherchaient les bois en fonction des besoins de la fabrication.

 Marchands et bûcherons de bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Les meilleurs bois d’érable pour la lutherie venaient des forêts denses des Alpes moyennes. En effet, pour être de bonne qualité, le bois doit se développer lentement, ce qui le rend dur et dense.

 Le beau bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Certaines écoles françaises de luthiers du 19e siècle ont fait venir du Canada ou d’Amérique du Nord des érables à sucre qui sont également très beaux. Pour les épiceas, les meilleurs venaient de Suisse. Le luthier reconnait le bois de premier choix à l’œil autant qu’à l’oreille.

Le luthier P. Claudot teste la sonorité du bois (cliché H. Claudot-Hawad)

La sonorité du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Le bois de lutherie est débité dans le sens de la longueur et coupé dans le fil.

Le débitage du bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

C’est le bûcheron qui sait à quel moment le bois doit être coupé, en fonction de la lune. Le bois plus ancien est plus cher tout simplement parce qu’il est certain qu’il ne bougera pas. Aujourd’hui le bois est séché dans des étuves mais en tant que luthier, l’informateur n’a jamais expérimenté cette méthode.

Le séchage du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

En effet, il conservait toujours du bois en avance qu’il surveillait par rapport à l’hygrométrie, au froid et aux insectes.

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon. Courchevel, 18 juillet 1981. 1 cass. :  21 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3988.

Crédits photographiques : Clichés H. Claudot-Hawad. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques

Le luthier Pierre Claudot à Marseille vers 1930

Après plusieurs entretiens menés par sa fille ethnologue en 1981 puis en 1988, Pierre Claudot, alors âgé de 87 ans, est interrogé ici sur sa vie marseillaise par Mireille Jattiot-Cohu. L’enquête s’apparente à un dialogue du fait des liens qu’entretient l’enquêtrice avec l’informateur : elle est une petite-fille Granier, anciens propriétaires de l’atelier marseillais de Pierre Claudot. Ce dernier raconte son parcours de Mirecourt à Marseille.

Naissance à Mirecourt (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Sollicité par son oncle François, luthier à Dijon, qui n’a pas de successeur, il décide de s’orienter vers la lutherie, bien que sa mère soit assez réticente. Le contexte lui paraît favorable, d’autant que la guerre de 1914 a décimé une partie des spécialistes de la lutherie.

Le choix de la lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Pierre Claudot voit aussi dans cette orientation une possibilité de s’échapper de Mirecourt, dont le cadre familial et provincial semble l’étouffer. Il entre en apprentissage chez Thibouville.

Apprentissage (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Son rêve d’indépendance est apparemment incompatible avec la vie à Mirecourt.

S’éloigner (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

A la fin de son apprentissage, déçu par l’installation de son oncle à Dijon, il part travailler chez Dieudonné pendant trois ans à Mirecourt où il dit avoir beaucoup appris.

Perfectionnement chez Dieudonné (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Au retour de son service militaire, Dieudonné l’informe de deux demandes pour un ouvrier-luthier, l’une à Lille et l’autre à Marseille.

De Mirecourt à Marseille (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Il gagne Marseille le 15 janvier 1928 âgé de 21 ans et demi pour être embauché par la maison Granier, installée 14 rue Paradis depuis 1877.

 

Fondateurs de la maison Barbet et Granier, puis Granier à Marseille (Archives P. Claudot)

Un contrat tacite (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Au-delà de l’adaptation aux climat et tempérament méditerranéens, il s’agit d’une véritable adoption de Pierre Claudot par la famille Granier.

Lors de la crise de 1933, Denis Granier abandonne la lutherie. Son neveu, André Granier II (fils d’André Granier I), et Pierre Claudot s’associent et ne conservent de la maison Granier que l’atelier dont Pierre Claudot deviendra propriétaire en 1937 jusqu’à sa retraite en 1973.

Effort de continuité (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

De son côté, Denis Granier ouvrira un magasin de peinture en exposant les artistes peintres dans l’arrière-boutique, mais quelques années après, devra se réorienter à nouveau en travaillant dans l’aéronautique, pour revenir plus tard, après la guerre, à l’archèterie dans un petit atelier installé rue des Minimes.

Si Pierre Claudot évoque avec plaisir le parcours de son maître Dieudonné ou s’il narre avec détails la leçon de survie qu’a imposée la guerre de 1939-1945, c’est quand il parle de son métier qu’il trouve toute son aisance. Outre l’importance primordiale de la netteté du geste, il décrit quelques étapes de la fabrication d’un violon, les deux types de moules utilisés (en dedans ou en dehors) pour les éclisses, quelques techniques et progressivement le corps de l’informateur s’anime : il va chercher un instrument pour le présenter à l’enquêtrice, puis des outils, il va même jusqu’à la démonstration.

Il évoque les ouvriers habiles et rapides qui gagnaient leur vie à condition de faire dix beaux violons à la main par mois.

Le travail aux pièces (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Il y avait trois manufactures de lutherie à Mirecourt, au début du XXe siècle, qui embauchaient de nombreux ouvriers et avaient développé la technique du violon moulé.

Le violon moulé et les fabriques de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Enfin ce dernier entretien de Pierre Claudot se termine par un dialogue sur ce qui est appelé  »l’âme » du violon, cette petite pièce cyclindrique placée entre la table et le fond de l’instrument pour soutenir la voûte du violon qui subit la pression du chevalet sur lequel s’appuient les cordes.

Son, âme et barre (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

 

Le luthier Pierre Claudot ajustant l’âme d’un violon avec la pointe aux âmes, et à ses côtés Philippe Bodart, son successeur, à Marseille, vers 1973 (Archives Pierre Claudot)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt et auquel a été ajouté l’entretien évoqué ci-dessus mené par Mireille Jattiot-Cohu , corpus déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Jattiot-Cohu, Mireille (enquêtrice).  Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques,  30 octobre 1993. 1 cass. :  33 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3486. 

Crédits photographiques : Archives Atelier Pierre Claudot. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.