Archives de catégorie : Provence

Gros ou maigre : le souper traditionnel provençal de Noël

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle du repas traditionnel de Noël en Provence.

Pour les fêtes qui approchent, je vous propose d’écouter trois extraits d’entretiens. Le premier, n° 71, est enregistré en 1978 par Nicole Jacquier-Roux-Thévenet  auprès de Paule et Emmanuel Picou de Saint-Martin-de-la-Brasque ( Vaucluse). Le  deuxième, n° 2429, a été réalisé en 1979 par Annie-Hélène Dufour, ethnologue,  auprès de Madame Portal de Collobrières (Var)  qui est accompagnée d’une deuxième personne anonyme. Le  troisième,  n° 4021 a été enregistré en 1977 par Henri-Paul Brémondy,  auprès de Marcelle  et Paul Brémondy de Six-Fours-les-Plages (Var).

A la description donnée par les informateurs de ces enquêtes, je me permets d’ajouter quelques détails liés à ma propre culture provençale toujours d’actualité dans la famille. Concernant cette tradition – si forte en Provence – et la certitude des provençaux de son ancestralité -, je vous renvoie à la lecture de l’article de Brigitte Brégeon-Poli, « Va pour treize ! » publiée sur Terrain dans un numéro spécial sur « La fabrication des Saints »1 (1995). 

M et Mme Picou décrivent la façon dont se déroulait le repas de Noël dit « gros souper« . Sur la table de Noël, trois nappes blanches étaient dressées, posées les unes sur les autres. Un chandelier de trois bougies éclairait la table (cela symbolisait trois temps : le Passé, en souvenir des défunts, le Présent, en témoignage de fidélité aux proches et le Futur, dans l’espérance des enfants à naître). Le couvert supplémentaire, dit du «pauvre» était rajouté et désignait celui qui était décédé ou était réservé au passant qui demanderait l’hospitalité. Pour tous les deux, la symbolique des chiffres est précise :  le chiffre trois pour rappeler la Sainte Trinité,  les sept plats maigres pour les sept douleurs de Marie, et les treize desserts pour le Christ et les douze apôtres.
Puis, au début du gros souper, se déroulait la tradition du cacho-fiò (ce qui signifie « mettre le feu » ou « écraser le feu »).  L’aïeul, aidé du Cago-nis (le plus jeune de l’assemblée) place une bûche dans la cheminée. Cette bûche servait de lien entre le doyen, le dernier-né, l’année qui s’achève et  l’année qui arrive. Ici c’est un  chêne qui est brûlé mais en Provence il arrivait souvent qu’il s’agisse d’un arbre fruitier. La buche est arrosée de trois libations de vin cuit et bénie (Ia bénédiction est effectuée en accompagnant la bûche vers le foyer). Enfin, elle était allumée en prononçant les paroles rituelles suivantes : « Cacho-fiò, Bouto fiò ! Alègre ! Alègre ! Diéu nous alègre ! Calèndo vèn, tout bèn vèn ! Diéu nous fague la gràci de vèire l’an que vèn, E se noun sian pas mai, que noun fuguen pas mens ! »ce qui veut dire : « Allégresse, allégresse ! Dieu nous réjouit,  Avec Noël tout bien vient, que  Dieu nous fasse la grâce de voir l’an qui vient, et, si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins. »
Le « gros souper » curieusement appelé « repas maigre » n’en reste pas moins fastueux. Maigre par la simplicité de ses plats mais copieux par la quantité, le gros souper est composé de légumes traditionnels qui se doivent d’être présents  : cardes, cardons, artichauts, céleri en branches souvent accompagné d’une anchoïade, épinards cuits en « Tian »  (le tian est un plat provençal en terre vernissée dans lequel on cuisait toutes sortes de gratins de légumes).Tian de cardons

Généralement, en accompagnement, on servait des plats maigres de poisson : muge (ou mulet), poutargue (œufs de mulet séchés et fumés), morue, brandade, mais également  des escargots.
Le repas se terminait par les treize desserts et du vin cuit.
Au cours de l’enquête n°71 plusieurs recettes sont décrites comprenant  :
Une soupe, dite  « aigo boulido » (traduire par « eau bouillie » qui est une soupe digestive),  dont voici la recette :
Faire cuire une douzaine de gousses d’ail dans de l’eau agrémenté d’un bouquet de sauge fraiche. Une fois l’ail cuit, retirer du feu, ôter la sauge, écraser l’ail, et ajouter des oeufs (deux ou trois) battus et couvrir. Verser le mélange sur des tranches de pains grillés recouvertes d’huile d’olive.
Puis vient ensuite la recette de la morue aux poireaux :


Faire revenir  des poireaux coupés très finement en conservant la partie verte dans de l’huile d’olive. Faire fondre doucement à feu doux. d’autre part, pocher la morue dessalée et conserver une partie du bouillon, en verser une petite quantité sur les poireaux saupoudrés d’un peu de farine, ajouter la morue en petits morceaux, débarrassée de la peau et des arrêtes et ajouter quelques olives noires et servir.

Ci-dessous une autre variante de plat de morue, extraite de l’enquête n° 2429 et consommée pour l’occasion.
Voici la recette : « morue à la raïto »

Faire revenir dans de l’huile d’olive la morue farinée, ajouter de la tomate qui se lie à la farine pour donner une sauce épaisse, du vin cuit, et des câpres et servir avec des panais frits.

L’ouvrage écrit par Louis Stouff : « Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles », Mouton & Co, Paris consultable à la médiathèque de la MMSH, donne également des renseignements précieux  sur  la consommation du poisson en Provence,  sa distribution sur le pourtour méditerranéen.

Voici la liste des 13 desserts, extraits de l’enquête n°4021,  et  qui comporte quelques variantes selon les départements :



– la pompe à huile d’olive, dite « pompe taillée » par ses découpes   centrales, qui se déguste avec du vin cuit.
– les quatre mendiants : figues sèches (Franciscains), raisins secs (Dominicain), amandes (Carmes), noix (Augustins),
– les noisettes,
– les dattes,
– le nougat noir,
– le nougat blanc,
– les oranges,
– les clémentines,
– le melon vert,
–  raisin d’hiver,
à ces desserts s’ajoutent souvent une spécialité locale sucrée par exemple  : les calissons, la pâte de coings, ou les fruits confits.

Dans le livre de Bernard Ely, La cuisine  des provençaux, Edisud , également disponible à la Médiathèque vous trouverez les recettes de la   morue à la raito et de la morue aux poireaux.

 

crédits photographiques : Mathilde Bresc

  1. [En ligne], n°24, mars 1995, consulté le 22 novembre 2015 ; DOI : 10.4000/terrain.3127 []

La recette du mois : rencontre entre une courge et un fromage

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle d’une méthode de  conservation du fromage de chèvre.

Dans les entretiens enregistrés en 1988 et en 1990 que nous vous proposons d’écouter ce lundi voici trois enquêtes  : la première , n°4100, est  réalisée auprès de Mesdames  Latil et Aillot, habitantes du Hameau de Saint-Martin (04200 Noyers-sur-Jabron) la seconde, n°4097, auprès de Monsieur Urbain Durand de la vallée du Jabron et la troisième enquête, n° 2429, a été réalisé par Annie-hélène Dufour, ethnologue, qui enregistre, en 1979,  Madame Portal de collobrières (Var) (accompagnée d’une deuxième dame qui a gardé l’anonymat).

Les informateurs indiquent à Jean-Pierre Joly différents procédés de conservation et de consommation du fromage  de chèvre :

Cette méthode est attestée dans d’autres enquêtes… et la voici :

Casser des morceaux de tomes de chèvre  bien secs, évidez une petite courge (pour l’expérience un potimarron a été utilisé ici  compte tenu de la quantité de fromage qu’il aurait fallu avec une courge) puis alterner une couche de dès de fromage, une couche de courge  également en morceaux, ainsi de suite dans la quantité désirée. Refermer ensuite à l’aide d’un couvercle découpé au sommet de la courge et entreposer environ  de 3 semaines à 1 mois au frais le temps suffisant pour que le fromage se réhydrate. Il prend alors une belle couleur orangé et une saveur au goût noisette.

Toujours dans le même esprit, voici la version à saveur forte :

Faites ramollir le fromage sec dans un peu de lait de chèvre chaud (cette recette est valable pour toutes sortes de  lait : vache, brebis, chèvre), laisser macérer en toupine (généralement une jarre de grès) et de temps à autre rajouter d’autre morceaux de tome. Le temps de macération est au goût de chacun, sachant que la préparation prend de la « puissance » au fur et à mesure, et nécessite parfois un arrêt de la fermentation avec de l’eau de vie. Cette « cachaille » ou « cassa » se tartinait ensuite sur des tranche de pain que l’on faisait griller à la flamme de la cheminée. Vous l’aurez compris… « palais sensibles s’abstenir, c’est rude » car, pour avoir tenté l’expérience, l’action purificatrice de la flamme est nécessaire…

la troisième recette  de fromage dit « broussin » dans le Var est tout aussi puissante en goût  :

Une autre variante de conservation, celle réputée  du fromage de Banon (04),  consiste à   poivrer des fromages de chèvres secs que l’on enveloppe ensuite dans des feuilles de châtaigniers préalablement trempées dans de l’eau de vie.

La recette complète, figure à la page 28 du livre de Anne-Marie Topalov,  La Vie des paysans bas-alpins à travers leur cuisine de 1850 à 1950, Aix-en-Provence, Édisud , 1986.

Vous la trouverez également dans le  rapport d’étude de Jean-Marc Mariottini , A la recherche d’un fromage, le banon : éléments d’histoire et d’ethnologie, 1992.

Crédits photographiques : Mathilde Bresc

 

La recette du mois : Nougat, pralines et liqueur.

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle du nougat, des pralines, et de la liqueur d’amandes.

nougat3

Domnine Plume  interroge Madame Bertin à Cruis (04) en 1992 dans le cadre de son master d’ethnologie, une informatrice qui, sa vie entière, a ramassé des amandes (enquête n°4504).

Elle nous  livre tout d’abord la recette du nougat :
Prendre 1 kg de miel et 1kg d’amandes grillées préalablement au four. Mettre à bouillir le miel dans une marmite puis rajouter les amandes et 2 morceaux de sucre par kilo. Tourner le mélange 20 minutes sur le feu, et juste avant de mettre le mélange dans un moule, battre deux blancs d’œufs en neige et les incorporer. Terminer en laissant refroidir le mélange dans son moule recouvert de papier hostie.

Elle décrit ensuite la recette des pralines :
Prendre un bol d’amande, un bol de sucre, un bol d’eau. Mettre dans une marmite sur le feu tous les ingrédients et tourner. Lorsque les amandes commencent à pétiller, rajouter un peu  d’eau. Laisser refroidir les pralines .

Enfin, elle explique comment faire une liqueur d’amandes amères :
Faire tremper les amandes dans de l’eau de vie,  filtrer le mélange, faire un sirop (environ 400 g de sucre pour un quart de litre d’eau) et le rajouter à l’eau de vie.

Vous pourrez lire la recette du nougat (page 43) présente dans l’ouvrage de l’ethnologue Anita Bouverot-Rothacker :  Le gros souper en Provence, Marseille, Jeanne Laffitte, 1982.  Le livre est disponible à la bibliothèque de la médiathèque de la MMSH sous la cote FME 641 BOU

ou consulter l’ouvrage écrit par Louis Stouff : La table provençale, boire et manger en Provence à la fin du Moyen Age, Barthélémy, 1996, présent à la médiathèque de la MMSH sous la cote : DUB 900.1 STO

et prendre également connaissance des pages numérisées  par la MMSH de Provence-Historique  : regards nouveaux sur la cuisine du bas moyen âge .

crédits photographiques : Mathilde Bresc

 

 

 

La recette du mois : le gratin de pissenlits

herbier

taraxacum graniticum,  ; Société pour l’échange des plantes vasculaires de l’Europe occidentale et du bassin Méditerranéen, Ed. P. Auquier, fasc. 16, 1974-1975, F. Billy, J.L. van Soest (Université de Strasbourg, Service Commun de la Documentation (dépôt BNU)

taraxacum

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain le dernier lundi du mois. La recette de la semaine est celle du gratin de pissenlit.

En 1998, dans l’enquête n° 4071 archivée à la phonothèque de la MMSH, Magali Amir, ethnobotaniste, enregistre Madame Miette Watt, une habitante de Saint-Vincent-sur-Jabron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle nous parle de son usage des plantes sauvages comestibles et  nous fait découvrir la recette du gratin de pissenlits :

pissenlit

Faire blanchir quelques minutes une assez grande quantité de pissenlits, puis les faire revenir avec un peu d’huile, ajouter deux oeufs, une cuillère de farine, un peu de lait, saler et mélanger le tout, faire gratiner au four en saupoudrant avec la chapelure que l’on a fait précédemment griller dans un peu d’huile d’olive à la poêle, mélangée à du persil haché et de l’ail.

gratin

Consultez l’index des recettes de cuisine publiées sur Les carnets de la phonothèque.

Cette recette est l’occasion de signaler la mise en ligne de l’ouvrage de Dominique Villars, botaniste originaire des Hautes-Alpes1 : « Histoire des plantes du Dauphiné » (en 3 volumes : tome 1, tome 3, tome 4) éditeurs : Grenoble, chez l’Auteur et chez les Libraires. A Lyon, chez les frères et chez Piestre de La Molière. A Paris, chez Prévot , &c. M. DCC. LXXXIX) contenant une préface historique; un dictionnaire des termes de botanique; les classes, les familles, les genres, & les herborisations des environs de Grenoble, de la Grande Chartreuse, de Briançon, de Gap & de Montélimar. Celui -ci est conservé par service commun de documentation (SCD) de l’Université de Strasbourg (BNU de Strasbourg).

D’autres herbiers numérisés en ligne vous donnent la possibilité de  consulter les fiches des différentes variétés de pissenlit :
– Sur l’inventaire national du patrimoine naturel ;
– Dans l’herbier Rouy, numérisé par l’université de Lyon 1 ;
– Dans L’herbier de Jean-Frédéric Oberlin (récolte de 1781) ;
– Dans l’ouvrage de Magali Amir : enquêtes ethnobotaniques en Lubéron (1994-1995), réalisées avec le conseil de Pierre Lieutaghi, tome II, p. 206, les différents usages du pissenlit  y sont  également répertoriés. Consultable à la médiathèque de la MMSH sous la cote GL-20505 (2).

Crédits photographiques : Image à la une et photos de l’en-tête publiées avec l’aimable autorisation du SCD de l’Université de Strasbourg , dépôt BNU de Strasbourg. Pour les photographies du plat préparé et de la cueillette de pissenlits, Mathilde Bresc.


  1. Né à Noyer en 1745 dans les Hautes-Alpes, Dominique Villars a été professeur de l’Ecole Centrale de Grenoble, puis médecin titulaire de l’hôpital de Grenoble, et doyen de la Faculté de médecine de Strasbourg. []

La recette du mois : les panisses à la pommes de terre

our mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain le dernier lundi du mois. La recette de la semaine est celle des « Panisses à la pomme de terre »

 

En Provence,  les panisses,  s’appellent également « Brigadèu »1,  elles  sont habituellement confectionnées avec de la farine de pois chiches. Curieusement, le « Reboul » dont nous possédons l’édition de 1900 et qui, habituellement,  est notre référence culinaire provençale n’en fait pas mention. Vous pourrez toutefois en trouver deux versions :

– la première dans l’ouvrage collectif Cuisine de tradition du Var et des Alpes du Sud2.

– la seconde dans le livre la cuisine provençale de tradition populaire  par René Jouveau, édité par Imprimerie Bene3.

panisses

Ces deux  ouvrages  sont consultables à la Médiathèque de la MMSH
Cherchez sur le Trésor du Félibrige les articles « brigadèu » et « panisso »

Dans l’entretien enregistré en 1982 que nous vous proposons d’écouter ce lundi (enquête n° 2722 ), Madame Marie-Pauline Cottalorda, habitante de Breil-sur-Roya, indique à Danièle Musset4 sa façon de procéder pour réaliser ces panisses à base de pommes-de-terre :

Voilà plus précisément comment procéder :
– Couper des tranches de pommes de terre fines ;
– Faire bouillir ces tranches dans un peu de lait ou d’huile d’olive ;
– Lorsque les pommes-de-terre sont fondantes ajouter de la farine et cuire tout en tournant 30 minutes (le geste se fait ici, avec une spatule en bois de buis) ;
– Verser la préparation dans un moule, laisser refroidir ;
– Couper en tranche et faire frire.

Vous trouverez la suite de la recette et les variantes de celle-ci dans l’ouvrage de Danielle Musset, Les plantes alimentaires de la vallée de la Roya, fiche recette n° 21 page 1915  que nous vous avons proposé de lire en ligne dans un de nos précédents billets.

Consultez l’index des recettes de cuisine publiées sur Les carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques :
– Image à la une  : Mr. & Mrs. Turtledove’s New French Cook, par Rau, William H., 1902, Southern Methodist University, Central University Libraries, DeGolyer Library. Pas de restrictions de droits connues ;
– Couverture de l’ouvrage Cuisine de tradition du Var et des Alpes du Sud, vous pouvez l’empruntez à la bibliothèque de la médiathèque de la MMSH ;
– Trésor du félibrige : dictionaire numérisé et recherche par mot possible sur le site d’Occitanica.eu : http://occitanica.eu/omeka/lou-tresor-dou-felibrige
– Panisses : photographies  et réalisation de la recette  par Mathilde Bresc, mars 2015.

  1. Le brigadèu a le sens de bouillie dans Le trésor du Félibrige, . []
  2. La recette est à la page 24. Cet ouvrage collectif du Centre culturel  Provençal de Draguignan, publié par Edisud, était dirigé par Georges Domenge, cote F.ME 641 CUI. Vous pouvez écouter l’enquête qu’il a enregistré de la recette sur le site des archives départementales du Var, séquence 27. []
  3. La recette est à la page 107, cote 12-20537 []
  4. D. Musset ethnologue et ancienne directrice du Musée de Salagon []
  5. Ministère de la Culture Mission du Patrimoine ethnologique, Parc du Mercantour, Ateliers méditerranéens expérimentaux, novembre 1983, 216p, 39 fiches, 15 illustrations []

La recette du mois : les ganses

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.

La recette de la semaine est celle  d’une sorte de beignet  que l’informatrice, Madame  Sylvie Petit  d’Allemagne-en-Provence (04) , appelle « les ganses  » ou « merveilles ».  Dans  l’entretien n°385, en langue provençale, enregistré en  1980  dans le cadre de l’association Alpes de Lumièreelle nous livre sa méthode pour la préparation des beignets (à 1,25min du début de l’enregistrement) qui étaient dégustés au cours des veillées tout comme les châtaignes ou le crespeou.

– Mettre à bouillir dans un  « poêlon » (casserole) deux verres d’eau.
– Dès qu’elle bout ajouter une goutte d’eau froide pour arrêter l’ébullition et verser d’un seul coup la farine tout en tournant à l’aide d’une  cuillère en bois  très vigoureusement pour éviter les grumeaux,  ajouter un à un les deux œufs, un peu d’huile tout en  continuant de tourner la pâte sur le feu jusqu’à ce que celle-ci se détache bien des parois . Cette technique, qui  s’apparente à la pâte à choux  évite l’ajout de levure.
– Etaler et découper la pâte et former les ganses comme ci dessous :

ganses
– Plonger les ganses dans le « sartan » (poêle) et faire frire (il semble que l’informatrice précise « un hecto de farine » (100g) mais nous n’en avons pas la certitude1.

ganses cuites

En tout début d’enquête, Sylvie Petit nous raconte  les festivités dédiées à Saint Marc à Allemagne-en-Provence :   deux jours avant, un crieur muni  d’un tambour et  d’une flûte  effectuait un tour de village pour annoncer la fête : l’informatrice explique toutes les étapes de cette cérémonie religieuse  et relate les réjouissances  autour cette fête qui était l’occasion de partager un  déjeuner sur l’herbe offert à tous les habitants  dans le champs derrière l’église.

ARRIERE-SAINT-MARC

La fin de la journée se concluait par un bal au village.

Ce saint à qui le village faisait bénir les fruits de la terre, s’apparente aux « saints légionnaires » étudiés par  Cyril Isnart, anthropologue à l’IDEMEC (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS).

Vous pouvez écouter la totalité de l’enquête sur Ganoub, la base de donnée de la phonothèque

…et  lire la recette dans l’ouvrage de Jean-Baptiste Reboul, librairie Ruat, Marseille, 1900, p.222 (consultable à la Médiathèque de la MMSH).

Crédits photographiques :

Images de la chapelle Saint Marc (façade en « image à la une » et vue arrière) : droits de diffusion appartenant au Conseil général 04 / SDA – Subdivision départementale d’archéologie, publiées avec l’aimable autorisation de Mathias Dupuis, chef du service départemental d’archéologie, Pôle Services aux habitants, Conseil général des Alpes de Haute-Provence.

Pour la recette de cuisine, photographies de Mathilde Bresc, février 2015.
Merci à Christian Champaloux pour la numérisation de  l’ouvrage « la cuisine provençale de J.B. Reboul », février 2015.

  1. Avouons quelques  ajouts personnels : 250g de farine au lieu d’un hecto,  une pincée de sel, le zeste d’un citron, le remplacement de l’huile par 25g de beurre…   et du sucre glace après cuisson. []

La recette du mois : la soupe verte

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.

La recette de la semaine est celle d’une soupe verte que l’on peut entendre dans  l’entretien n°4074 , enregistrée le  1er juillet 1992  par Magali Amir avec Madame Nicole Bitouzé, habitante de Buis Les Baronnies. Voilà ce qu’elle appelle la soupe avec de tout :

Nous vous indiquons ci-dessous les ingrédients et la méthode de cette soupe que nous avons réalisée pour les lecteurs-trices des Carnets de la phonothèque :

soupe_verte

– Faire revenir dans un peu d’huile d’olive  de l’oseille, de la ciboulette, du persil, des poireaux, du céleri, des oignons, de l’estragon

– Ajouter de l’eau, du sel, des pommes de terres et de la sauge

– Laisser cuire et déguster mixée ou en minestrone.

Magali Amir, qui a réalisé cette enquête est ethnobotaniste. Elle a collaboré avec plusieurs Parcs naturels régionaux, en particulier  du Luberon et du Verdon. Elle a déposé les sources orales de ses recherches à la phonothèque.  Un de ses ouvrages et un rapport en trois volumes sur les usages des plantes sont disponibles à la médiathèque de la MMSH. Ces publications ont été réalisées avec le soutien scientifique de Pierre Lieutaghi :

 Les cueillettes de confiance. Mane (Alpes de Haute Provence), France: Les Alpes de Lumière, 1998. (256 p.)

– Enquêtes ethnobotanique en Lubéron : 1994-1995, Rapport Goult, Association L’arbre solaire, Parc naturel régional du Lubéron , [s. d.] , 3 volumes : vol.1 (451 p.), vol. 2 ( 342 p.) , vol. 3 (401 p. )

Vous pouvez également lire en ligne l’ouvrage de Pierre Lieutaghi . L’herbe qui renouvelle : Un aspect de la médecine traditionnelle en Haute-Provence. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986. Disponible sur Internet pour les usagers des bibliothèques et institutions qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books.

Consultez l’index des recettes de cuisine publiées sur Les carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques :
– Image à la une : image de la notice Artemisia dracunculus L. (estragon) de la base de données du Museum d’histoire naturelle, BNA-GAP-GAP002520 extraite de la collection du Museum départemental de Gap (Propriétaire) – Conservatoire Botanique National Alpin. Interrogation de l’herbier national :  http://science.mnhn.fr

– Photographie de la soupe verte, photographiée, réalisée et dégustée par Mathilde Bresc, janvier 2015.

La recette du mois : la Crichenta, brioche de Noël

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, une fois par mois (habituellement le dernier lundi mais pour Noël exceptionnellement nous avons anticipé le billet d’une semaine), nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.

La recette de la semaine est celle d’une brioche de Noël extraite de l’enquête 2688 , enregistrée le 11 Novembre 1982  par Danièle Musset (ethnologue, ancienne directrice du Musée Ethnologique de Salagon de Haute-Provence). auprès de Madame Marie Rostagni  habitante de Breil-sur-Roya.

Comme le souligne Mme Rostagni dans l’entretien,  la Crichenta était autrefois avant tout un plat de fête de la période de Noël. Aujourd’hui, elle se mange toute l’année , fabriquée par plus d’un boulanger des Alpes-Maritimes.

Recette de la Crichenta ou Cricenta, brioche de Noël :

La Crichenta était autrefois avant tout un plat de fête de Noël dans la vallée de la Roya. Aujourd’hui, elle se mange toute l’année  et à Saorge ou à Fontan (06),  on la retrouve sous le nom de « picore ». Ce gâteau brioché était aussi consommé après bénédiction lors de la messe de la fête patronale de la Saint-Roch, au mois d’août.

Préparer la veille la macération suivante :

Dans un verre verser un tiers d’eau de fleur d’oranger, de rhum, et  d’eau de vie, quelques graines d’anis ou fenouil,  1 zeste de citron râpé,  une pincée de safran.

Ingrédients :

300 gr de farine, 30gr de beurre, 3 cuillère à soupe d’huile d’olive,  2 cuillères de lait, sel, 60 gr de sucre,  ½ paquet de levure de boulanger.

Préparation :

Tout doit être manipulé dans une pincée chaude, à l’abri des courants d’air.  Tiédir le lait  y ajouter  le sucre, le sel, le beurre et l’huile et la levure verser le tout en fontaine avec la macération dans le saladier au milieu de la farine ajouter et bien pétrir et former une boule de pâte molle que l’on laisser lever dans un endroit chaud en ajoutant un peu de farine. Une fois levée recommencer l’opération tout en farinant si nécessaire et laisser à nouveau lever sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé. Une fois gonflée, et placer là dans le four préalablement chauffé à 50°.  Cuire 15 à 25 min de cuisson selon grosseur entre 180° et 200° selon four (gaz ou électrique).

15436633274_96e61728d7_o

A lire pour en savoir plus sur la Crichenta et ses variantes:

le livre de Joséphine Sassi, présent à la Médiathèque de la MMSH : Recettes de cuisine breilloise, Breil, Cercle culturel breillois, 1999, cote FME 641 SAS.
Cette recette a été reprise en 2007 sur le blog culinaire « Mais qu’est-ce qu’on mange ce soir à Cannes ? » sous le titre La crichente breilloise, une fondante brioche de la vallée de la Roya, en revenant d’Italie… 

Danielle Musset, dans parle également dans : Les plantes alimentaires de la vallée de la Roya, Ministère de la Culture )- Mission du Patrimoine ethnologique, Parc du Mercantour, Ateliers méditerranéens expérimentaux, novembre 1983, 216p (39 fiches, 15 illustrations) ; voir en particulier la fiche 7.
A lire en ligne :

Consultez l’index des recettes de cuisine publiées sur Les carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques :  

Véronique Ginouvès (crichenta préparée et cuite le 13 décembre 2014)

 Mathilde Bresc (pour la crichenta avant la cuisson du 18 décembre 2014) (CC BY-NC-SA 2.0)

La recette du mois : le ragoût de morue aux truffes

ragout_morue

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque une fois par mois (le dernier lundi), nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et  révélées par les informateurs sur le terrain.

La recette du jour est celle du « ragoût de morue aux truffes ». Elle a été enregistrée en avril 1988 par Jean-Pierre Joly. Cet habitant de la Vallée du Jabron, passionné par sa région, a collecté de nombreuses enquêtes  entre 1988 et 1990 sur la vie autrefois, en particulier sur la période d’avant la guerre de 1914-1918. Un entretien présentant sa démarche est en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Ce plat , consommé le soir de Noël, est extrait de l’enquête 4101 effectuée auprès de Madame Mélanie Girard, habitante de la Vallée du Jabron .

L’équipe de la phonothèque a testé pour vous la recette,  qu’il a fallu adapter par manque de détails concernant la façon de procéder et la voici  :

1 kg de morue sèche (à dessaler 24h en changeant l’eau 1 fois) ou prendre de la morue dessalée, des poireaux, 1 truffe, huile d’olive,  croutons grillés.

Mettez la morue dessalée dans un fait-tout, recouvrez-la d’eau froide, amenez à ébullition, éteignez le feu, laissez-la pocher 5 mn, elle doit rester un peu ferme, sans que la chair se détache. Égouttez-la, gardez-la en attente. Faites revenir les poireaux dans de l’huile d’olive. Lorsqu’ils sont colorés, ajoutez  du pain dur (de type croûtons grillés), quelques  olives vertes, pour éviter d’annihiler le goût de la truffe, de l’eau et  placer la morue, sur les poireaux, poivrer, ne pas saler et déposer des lamelles de truffes et laisser au chaud en cocotte servir immédiatement.

. A propos de la morue aux poireaux, voir par exemple, Cuisine de tradition du Var et des Alpes du Sud, Centre culturel provençal de Draguignan, 1993, 223p. Cote de la bibliothèque de la médiathèque de la MMSH : 641CUI))  dans de l’huile (certainement de l’huile d’olive). Lorsqu’ils sont colorés, ajoutez  du pain dur (de type croûtons grillés), des olives (vertes peut être… pour éviter d’annihiler le goût de la truffe), le bouillon (adaptation libre car rien n’est dit sur sa constitution,  jus de cuisson de la morue une fois dessalée), et la morue. Poivrez, ne pas saler et déposer des lamelles de truffes. Mettre au four ou laisser au chaud en cocotte.

Consultez l’index des recettes de cuisine publiées sur Les carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques : Ragoût de morue cuisiné le 18 novembre, dévoré par deux adultes et deux adolescents, pour ce plat ce sont des olives noires qui ont été utilisées et l’assemblée a décidé que les vertes auraient été préférables…. Photographie de Pierre Martinez-Ginouvès, CC0.

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête « Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur« .

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []