Archives de catégorie : Provence

La mémoire de l’exploitation de la lavande dans le pays barrêmois (04) avant 1950

Plusieurs témoignages déclinent l’évolution de l’exploitation de la lavande autour de Barrême (04) avant les années 1950 dans la collection Mémoires orales des industries du bord de l’eau. Les témoins évoquent leurs propres expériences (coupes sur les terrains sauvages, embauches saisonnières, culture de la lavande, alambics de campagne) et celles de leurs parents à l’époque de l’installation de la distillerie de l’allemand Schimmel à Barrême. C’est la belle époque de l’exploitation de la lavande par les parfumeurs grassois qui viennent dynamiser le contexte économique et social des « paoutous », surnom peu flatteur donné aux barrêmois en raison des fréquents débordements des rivières voisines qui laissent de durables traces de boue dans les rues du village.

Explications sur le surnom des barrêmois (extrait de l’enquête 4175)

La lavande tient une place particulière dans les mémoires provençales et dans les récits déposés à la phonothèque. Dans le corpus des enquêtes diverses réalisées par, ou sur l’impulsion de, la famille Martel, dans le collectage de La tradition orale à Soleihas, comme dans les travaux de collectage à Courbons dans les années 1970 dans le cadre des campagnes du MNATP, jusqu’à celles plus récentes de la MSH de Nice sur les enquêtes d’histoires orales dans les vallées de la Roya et de la Bevera. Il faut aussi entendre les chants des coupeurs de lavande enregistrés en 1959 par Jean Mascaux qui reconstituent l’ambiance des repas collectifs des travailleurs saisonniers. Dans cette enquête, les ouvriers sans doute venus de la région de Valence interprètent plusieurs chants a capella rythmés en frappant des mains à la manière andalouse au milieu des rires et des interpellations des convives.

La plante concerne plusieurs territoires comme le Luberon, interrogé dans la collection Enquêtes ethnobotaniques en Luberon (1994-1995), ou encore le mont Ventoux en 1980-1981 Mémoire orale d’une commune du Ventoux.

Lavendula_Rillke-110627CreativeCommonsPartageal-identiqueSource importante de revenus, avant l’apparition des cultures immenses de lavandin, de l’exportation massive de fleurs des pays de l’Est ou de la substitution du parfum de synthèse, la lavande sauvage Lavandula Angustifolia, a laissé des traces profondes dans les mémoires paysannes de la première partie du 20ème siècle.

Explications sur les  revenus apportés par l’exploitation de la lavande

(extrait de l’enquête 4179)

(extrait de l’enquête 4185)

Les témoignages recueillis en 2012 sur l’exploitation de la lavande avant la seconde guerre mondiale présentent une série d’exemples de souvenirs transmis au sein des familles. Nous vous proposons d’en écouter ici quelques extraits. Souvenirs d’une ressource extraordinaire lorsque la vente des fleurs dépassait largement le salaire d’un instituteur, souvenirs des activités autour des nombreux alambics de campagne, ou encore de l’attente fébrile de la date autorisant la première coupe sur les terrains sauvages de montagne. Un entretien particulier entre deux générations de salariés de la distillerie Mane, compare les salaires des années 40 et des années 70, et permet de comprendre l’écart entre deux sociétés, entre ce que représentait le salaire à la distillerie avant la guerre et pour un étudiant en 1970.

Les entretiens nous font découvrir une multitude de détails. Par exemple, celui de ce lavandiculteur aujourd’hui, qui connait, par récit entendu au sein de sa famille, de son réseau relationnel ou par sa propre participation, les histoires d’utilisation des alambics de campagne jusqu’au années 60 et 70.

Discussion familiale autour du fonctionnement des alambics de campagne dans les années 50-60 (extrait de l’enquête 4179)

L’informateur peut situer ces utilisations dans leur contexte, les expériences et les erreurs du passé, et peut les comprendre, les expliquer :  le trop petit nombre d’alambics de campagne face à la multiplication des parcelles, l’impossibilité de stocker la fleur, la connaissance grossière de la combustion et de la fabrication chimique de l’essence. Dans son parcours il a cherché à savoir et à comprendre l’impact de la chauffe et de sa régularité dans la qualité de l’essence. Ce savoir lui a permis d’améliorer sa pratique en perfectionnant les acquis des générations précédentes.

Dans un environnement de procédés très artisanaux, la technologie de la distillerie Mane, avec ses 10 cuves installées en série et alimentées par une chaudière fait figure d’exception. Son produit est de grande qualité mais aussi très stable là où les autres production varient fortement.

Explications sur le fonctionnement technique de la distillerie Mane de Barrême (extrait de l’enquête 4180)

Le travail au sein de la distillerie Mane a laissé des souvenirs impérissables dans la mémoire de ses salariés. Malgré le temps ou le peu de temps passé dans l’entreprise, chacun a été marqué par les techniques inventives de la machinerie du début du 20ème siècle à la distillerie Mane de Barrême. Ce témoin, par sa curiosité, son observation attentive a appris un savoir-faire technique, des procédés chimiques et en témoigne encore avec passion.

Souvenir de la filtration de l’essence après distillation (extrait de l’enquête 4175)

Évocation du travail autour des alambics de la société Mane de Barrême (extrait de l’enquête 4175)

L’or bleu, la lavande, dont tout un chacun essaye de vendre de la fleur ou de l’essence aux courtiers des parfumeries de Grasse, dépasse toutes les autres sources de revenus. Les témoins se souviennent des soins aux cultures, de la récupération des graines sous les tiges dressées en « andins » pour éviter quelles ne pourrissent dans la cours de la distillerie de Barrême.

Récupération des graines de lavande pour le repiquage de pieds (extrait de l’enquête 4175)

La vie reprend à la belle saison. De grands évènements rythment l’année : les foires, les fêtes votives, les saisons agricoles. Celle de la lavande ne déroge pas à la règle. Les courtiers visitent les villages, les coupeurs sont embauchés, les locaux comme ceux venus d’Italie ou d’Espagne, les distilleries et les alambics de campagne tournent à plein régime. Cette suractivité temporaire fait circuler les hommes, les bêtes, créé de l’activité et des odeurs. Le soir venu, on vient bader, flâner du côté des distilleries. C’est l’occasion de se retrouver et de profiter du parfum qui envahit tout.

Souvenirs de la saison de la lavande (extrait de l’enquête 4174)

Les savoir-faire autour de l’exploitation de la lavande sont multiples : de la coupe des fleurs au meilleur moment, de leur entreposage pour éviter le moisissement à ceux plus récents entourant la distillation. Ce jeune lavandiculteur explique la nécessaire « désinfection » des cuves entre les distillations de plantes différentes pour assurer une qualité optimale de l’essence AOC. Ce savoir-faire est issu de son héritage familial, de ses études comme de son expérimentation personnelle. Au cours de son entretien il décrit ses choix de pratiques professionnelles respectant une charte de qualité pour une valorisation d’un produit local et son plaisir de transmettre ses connaissances aux visiteurs de son entreprise.
Tous les savoirs semblent se croiser, des techniques modernes des jeunes professionnels, issus de leurs études spécialisées, aux savoirs plus anciens, empiriques comme cette description du voyage de l’essence dans la tige de la lavande, en fonction du froid, du soleil, de la pluie.

Explications sur le nettoyage des cuves entre différentes distillations (extrait de l’enquête 4180)

Explications sur l’influence de la météorologie sur l’essence végétale (extrait de l’enquête 4181)

Le travail de la main, la maîtrise du geste, le rythme des mouvements font la différence d’un terrain à l’autre, d’une plantation à l’autre et de sa configuration. Dans cette description des différentes formes de « coupe » de lavande, les savoir-faire et compétences techniques se présentent comme des spécialités de groupes de travailleurs. Dans les équipes de coupeurs venus d’Italie ou d’Espagne, la façon de couper se transmettait, d’une génération à l’autre, d’un coupeur à l’autre. Elle semblait devenir une carte de visite professionnelle, un savoir spécifique, observé, reconnu, discuté, en compétition dans le monde de la lavande. Il est aussi question de la pénibilité du travail sous la morsure du soleil.

Explications sur les différentes façons de couper des ouvriers français, italiens et espagnols et sur le chant au travail (extrait de l’enquête 4180)

Crédits photographiques
Lavandula Angustifolia, Rillke, 2011, Creative Commons, partage à l’identique

Cueillette de lavande sauvage sur le mont Ventoux, 1910, auteur inconnu, domaine public, wikicommons

Mémoires orales des industries du bord de l’eau des pays Asses, Verdon, Vaïre et Var

Dans le cadre de l’opération de mise en tourisme du patrimoine culturel du Pays A3V1 j’ai réalisé, en tant qu’ethnologue au sein de l’association Paroles Vives, plusieurs collectages de la mémoire orale des activités drapières, de la minoterie de la Mure-Argens et de la distillerie de Barrême.  La campagne de collecte s’est déroulée du 28 avril au 30 août 2012. Vous pouvez écouter de nombreux extraits de ces enquêtes contextualisés sur le blog du projet Museoa3v

Ce travail, limité dans le temps, n’avait pas la prétention de produire une analyse close de cette réalité industrielle mais d’ouvrir des fenêtres sur certains de ces aspects concrets : qu’avaient apporté ces entreprises pour la population, quel était le contexte social de leur implantation, de quoi héritaient-elles et qu’avaient-elles laissé ?

Les témoins sont les descendants des propriétaires, des contemporains, des professionnels partenaires de ces entreprises, ou de jeunes professionnels héritiers des savoir-faire. Chaque récit d’expériences personnelles et de souvenirs familiaux illustre l’un ou l’autre aspect de l’activité industrielle : la vie quotidienne dans la minoterie, la transmission du métier, l’appropriation et l’intégration des atouts du territoire dans une activité, la recherche de la nouveauté, des évolutions technologiques. Chacune de ces pièces de mémoire personnelle est légitime car elle compose, avec toutes les autres, le portrait vivant d’une aventure humaine, de son territoire, de son époque et de ses valeurs.

Trente deux heures d’entretiens ont été ainsi collectées et font partie aujourd’hui des archives du patrimoine commun. Elles sont déposées auprès de l’association Pays A3V, commanditaire du collectage, et auprès de plusieurs partenaires du projet pour sa conservation et sa mise à disposition : les archives départementales 04, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, le Musée de Salagon, le Service de l’Inventaire général du Patrimoine Culturel, les Communautés de Communes du Moyen et du Haut Verdon Val d’Allos.

Les témoins participant aux entretiens ont donné par contrat leur autorisation pour l’utilisation de leur parole dans le cadre de restitutions muséographiques, culturelles et touristiques. Trente trois personnes sur seize villes et villages, de Barrême à la Foux-d’Allos, ont légué leurs souvenirs sur les entreprises de la région, l’utilisation de l’eau, les évolutions techniques, la vie quotidienne des campagnes des années 1930 aux années 1980.

La grille d’enquête utilisée couvrait les trois domaines majeurs et leurs liens professionnels : distillerie et culture de lavande, minoterie, production de céréales et activité de boulangerie, draperie et élevage ovin. Très vite les commentaires des personnes ont révélé une imbrication étroite entre les espaces professionnels. Chacun, chacune avait une expérience plus ou moins lointaine de ces professions, les familles allant souvent de l’une à l’autre pour trouver les revenus nécessaires au foyer. Dans l’ensemble des récits les thèmes de l’évolution des techniques, de l’ingéniosité et de la créativité dominent largement.

Ces souvenirs d’activité sont, pour les témoins, l’occasion d’exposer une réalité rurale difficile pour leurs parents au début du 20ème siècle jusque dans les années 1960 même si leurs souvenirs d’enfance sont colorés d’une sensation plus sereine que la vie aujourd’hui. Ils se situent néanmoins dans un contexte social de travail incessant, sans congé, pour un résultat toujours précaire, permettant tout juste de subvenir aux besoins élémentaires. Les plus modestes louaient leur force de travail dans les travaux agricoles, ceux de la terre, des bêtes et du bois et, lorsqu’ils le pouvaient, entretenaient leurs maigres hectares. Ainsi, l’apparition d’entreprises, même de petite taille, représentait une embauche plus pérenne et un salariat régulier pour des dizaines de personnes et la sécurité de leur famille. Les héritiers de ces entrepreneurs nous ont raconté l’investissement financier et l’intérêt de leurs aïeux pour les avancées technologiques, leur formation, leurs relations avec la population.

Cette première campagne de collectage révèle une disposition certaine des témoins à penser leur région sur une longue période de développement et de transitions. Entre l’élevage et la culture comme uniques moyens de subsistance, les villages ont connu les bouleversements des deux guerres, des expériences industrielles, de leur fermeture, des métamorphoses du tourisme (de luxe puis de masse), du chômage des femmes et du départ des jeunes.

Si les difficultés quotidiennes ne sont pas éludées, ce sont les savoir-faire, les compétences et la créativité de ces hommes et de ces femmes qui prennent une place centrale dans tous les entretiens. Les activités professionnelles interrogées rendent compte des liens entre les villages mais aussi vers les régions voisines, Marseille, Nice, Gap, pour vendre, acheter, travailler et se former

Enfin, un éclairage très actuel des professions, éleveurs ou encore lavandiculteurs, expose l’intégration des connaissances fines des expériences du passé dans une exploitation en 2012, avec ses parti pris, la précision de ses savoir-faire, ses choix économiques.

Une série de trois espaces est réservée sur ces carnets à l’écoute d’extraits d’entretiens  sélectionnés :

– l’exploitation de la lavande, la distillerie de Barrême

– la minoterie de la Mure-Argens, la vie au moulin, les liens avec le monde de la boulangerie

– la vie quotidienne et le travail dans les campagnes à la Foux-d’Allos, Barrême, Saint-André-les-Alpes

La thématique des savoir-faire, leur apparition et leur transmission, est transversale à tous les sujets. Cette sélection d’extraits n’est pas exhaustive, elle ne rendra compte que d’une partie de la mémoire collectée, de quelques fenêtres ouvertes sur un ensemble plus vaste que vous pourrez découvrir en écoutant l’intégralité de la collection.

L’intégralité des notices descriptives de la collection est disponible sur le site de la phonothèque de la MMSH. L’association Paroles Vives a été chargée du traitement documentaire de ces enquêtes suivant la méthodologie prescrite par la phonothèque de la MMSH.

La restitution sur les carnets est une façon de remercier l’ensemble des personnes rencontrées  d’avoir accepté de nous  rencontrer. Celles qui nous ont aidé dans la construction du terrain et les témoins et leur famille, pour leur accueil et leur participation, pour la qualité de leur témoignage et leur volonté de transmettre ces savoir-faire et ces savoir-être comme un héritage commun. Cette écoute leur permettra aussi de s’entendre et d’écouter la voix de tous les autres.

Chacun et chacune est dépositaire d’éléments uniques de cet héritage et, de fait, un témoin légitime. Dans un contexte idéal, cette mémoire devrait avoir un espace où être déposée, entendue et conservée pour être transmise.

Le projet de mise en tourisme du patrimoine culturel du pays A3V réalise en partie cette mission. La société toute ensemble des vallées peut elle aussi prendre soin de cette mémoire en légitimant cette prise de parole, en la stimulant et en aménageant des espaces de recueil, inspirée d’un dicton auquel on prête plusieurs origines, dont une sénégalaise : Si tu ne sais pas où tu vas, au moins sache d’où tu viens.

Crédits photographiques

Colmars-les-Alpes vue générale, Mossot, Wikipedia, Creative Commons Attribution-Share Alike.

  1. Le A et les trois V du pays A3V correspondent aux pays d’Asses, Verdon, Vaïre, Var est une association qui regroupe 40 communes des cantons de Castellane, Saint- André-les-Alpes, Barrême, Colmars, Annot et Entrevaux. []

Retour sur archives : l’ethnographie dans les Alpes de Haute-Provence

 

 

Lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de ma licence d’anthropologie, j’ai été amenée à travailler sur trois corpus oraux rassemblés au Musée ethnobotanique de Salagon. Les écoutes que j’ai faites sur des archives d’enquêtes ethnographiques, ont enrichi ma connaissance personnelle sur diverses pratiques et modes de vie. Elle m’ont aussi permis de compléter la formation que j’ai eu en licence d’anthropologie, en m’ouvrant à une autre forme de recherche par les archives orales.

Ces trois corpus oraux, qui se focalisent principalement sur les Alpes de Haute-Provence et le Luberon, sont très diversifiés de par leur sujet, mais ils montrent également trois méthodes d’enquêtes distinctes qui peuvent être mises à profit en anthropologie. On y perçoit diverses approches de la part de l’enquêteur, tout autant que sa relation avec l’informateur.

Ainsi, la directrice du musée de Salagon et anthropologue Danielle Musset, a rencontré des anciens charbonniers entre 1992 et 1995, pour conserver une trace orale de leurs savoirs et leur mode de vie particulier. Avec ces charbonniers -pour la plupart immigrants italiens-, on découvre les techniques de fabrication d’une charbonnière, le mode de vie en montagne, mais aussi les relations entre les charbonniers et les conflits entre Piémontais et Lombards. Ces récits témoignent non seulement d’un métier aujourd’hui disparu, mais renseignent aussi précisément sur un mode de vie et des relations humaines.

Le deuxième corpus que j’ai eu à traiter a été mené par Magali Amir, ethnobotaniste. Son axe de recherche était double: comprendre quelle utilisation était faite des plantes dans les Alpes de Haute-Provence et le Luberon, mais aussi se questionner sur les néo-ruraux et leur relation avec les habitants originaires de la région (transmission des savoirs, secrets gardés, etc). Ces enquêtes montrent une grille d’enquête fermée, dont l’objectif est de faire préciser les connaissances des informateurs dans ce domaine. Ils sont amenés à parler de recettes de cuisine et d’alcools à base de plantes, ainsi que des vertus médicinales qu’ils leur attribuent. Voici quelques exemples de recettes de plat, confiture ou boisson que j’ai pu recueillir à travers ces enquêtes: gratin de pissenlit, confiture de cynorrhodon,  vin de cerise ou encore sirop de sureau.

 

Enfin, Jean-Pierre Joly, un passionné d’histoire de pays qui s’est improvisé ethnologue au cours de discussions avec une quinzaine d’habitants de la vallée du Jabron, nous offre une série de 17 témoignages de la vie entre les deux guerres. La relation particulière qu’il entretient avec les personnes qu’il interroge, due au fait qu’il est lui-même un  »enfant du pays », pose la question de la distance en anthropologie entre un enquêteur et son informateur. Ces conversations n’en sont que plus naturelles et riches en anecdotes historiques de la part des enquêtés, comme de l’enquêteur.

Cette anecdote sur un tireur de corde, tirée d’un entretien avec un natif de Saint-Vincent-sur-Jabron, illustre bien cette ambiance particulière que l’on retrouve dans les enquêtes de Jean-Pierre Joly :

Les récits couvrent une grande quantité de sujets comme la fabrication de fromage, d’alcool, la vie agricole, la distillation de la lavande, les fêtes de villages, la religion… du début du vingtième siècle jusqu’aux années 1960.

Une histoire sur les loups montre notamment comment l’enquêteur amène ses informateurs à raconter ce qu’ils savent, mais aussi quelle position il adopte par rapport à eux :

L’intérêt commun de ces enregistrement me semble être dans la manière dont ils relient anthropologie et histoire. On prend conscience en écoutant ces conversations de l’importance de l’histoire au sein de l’anthropologie, car elles permettent de cerner les évolutions des techniques et des pratiques et parce qu’elles restent des témoignages sur la vie en société. On peut s’étonner que l’anthropologie, qui revendique son étude des faits sociaux par le biais d’enquêtes orales, ne s’attache pas plus à la valorisation de ces sources uniques que constituent les archives.

 Crédits photographiques: Al lavoro sul pojat, Vénétie, pas de photographe indiqué, photographie dans le domaine public, citée en illustration du « Pojat » http://vec.wikipedia.org/wiki/Pojat

L’homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu’à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d’écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l’histoire de l’exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l’histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l’époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d’une charbonnière et de la gestion de l’air pendant la combustion, nous entendons d’autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d’un homme à un autre, d’un groupe d’hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu’à ce que le groupe décide de l’intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s’adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d’un portrait de professionnel ancré dans l’espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l’enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant « pour éviter que le feu brûle tout ».

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l’enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l’imagination de l’auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d’avoir déjà marché dans un sous-bois, d’avoir entendu ce silence si particulier, empli d’une infinité de bruissements divers et de craquements, d’avoir senti l’odeur prégnante du vert des arbres et de l’humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l’enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l’exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l’enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d’Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L’évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []

Practica la Fonoteca MMSH : à propos de La Cité Radieuse din Marsilia

În calitatea pe care o am de sociolog, bursier postdoctoral al Academiei Române – Filiala Iași, fiind totodată și cadru didactic la Universitatea Petre Andrei din Iași, am decis să efectuez în luna august 2011 un stagiu de documentare în străinătate. Subiectele mele de cercetare se concentrează în principal pe sociologia comunităților iar în cadrul proiectului Filialei Iași a Academiei Române tema mea este formulată astfel: O perspectivă comunitaristă asupra vieții sociale în spațiul urban românesc. Mecanisme de instituire și de perpetuare a disfuncțiilor sociale.

Conceptul arhivelor de teren mi s-a părut întotdeauna extrem de atrăgător. Orientat în ultimii ani cu precădere spre studii în care utilizez majoritar date cantitative, am considerat oportun să echilibrez puțin abordarea și să îmi îndrept atenția către abordări care favorizează datele de tip calitativ. În mod natural aceasta m-a condus către fonoteca din cadrul Casei Mediteraneene a Științelor Omului unde am contactat-o pe d-na Veronique Ginouves, un profesionist pasionat al Arhivelor sonore.

Diversitatea și complexitatea datelor existente în cadrul fonotecii sunt deosebite. La dispoziția cercetătorilor se află peste 5.000 de ore de arhivă. Aceasta poate fi descurajant dacă încerci să identifici singur dosarul care te-ar putea ajuta cel mai mult în demersul tău. După ce ce i-am indicat zona mea de interes profesional pentru acest stagiu, Veronique Ginouve mi-a pregatit un dosar care s-a potrivit excelent și îi multumesc foarte mult pentru asta. Dosarul este legat de „unitatea rezidențială” Cité Radieuse din Marsilia, prima dintre cele 5 asemenea construcții realizate după planurile și în viziunea arhitectului Le Corbusier. Acesta propunea o construcție gândită să ofere oportunitatea dezvoltării unei vieți sociale bogate pentru rezidenți, o soluție pentru generarea spiritului comunitar într-o clădire tipic urbană. De altfel, anchetele sunt cu atât mai originale cu cât ele nu au fost realizate în cadrul unui program de cercetare așa cum se întâmplă cel mai adesea ci de către o persoană care a dorit să patrimonializeze memoria acestui proiect arhitectural și a primilor rezidenți.

Este vorba despre o serie de interviuri realizate de Serge Mercier (fotograf de presă) cu Suzane Lherisson, Președinte de onoare al Asociației Rezidenților din Unitatea Rezidențială Cité Radieuse din Marsilia. Trebuie specificat că la toate întâlnirile, cu excepția uneia, a fost prezentă și o a treia persoană care a fost la un moment dat Președinte al Asociației rezidenților din unitatea rezidențială Cité Radieuse din Marsilia. De cele mai multe ori acționează ca intervievator, dar uneori ca subiect. Este revelator faptul că toți cei trei locuiesc în Cité Radieuse. Dacă subiectul este dintre primii locatari (1952), cealaltă doamnă a venit în 1999 (informație de asemenea dedusă din context) în timp ce intervievatorul este locatar din 2001.

Dosarul constă dintr-o serie de 17 fișiere audio digitale care însumează un total de 25h00m15s înregistrate pe parcursul mai multor săptămâni din vara anului 2009. Subiectul principal al anchetei este cu totul exceptional: practic timp de decenii, Suzane Lherisson s-a dedicat Asociației și în general vieții comune în Cité Radieuse. A păstrat tot ceea ce a avut legătură cu imobilul și cu Asociația încă de la debutul locuirii care s-a petrecut în anul 1952. Astfel, bazându-se pe o memorie care nu o trădează câtuși de puțin nici la o vârstă înaintată, ca de altfel și pe arhiva personală, subiectul ne oferă o imagine consistentă și cuprinzătoare a ceea ce a însemnat și înseamnă locuirea în Cité Radieuse.

Pentru mai multe aspecte de natură tehnică, epistemologică și metodologică puteți consulta notele și observațiile pe care le-am redactat în cadrul materialului fiche corpus. Tot acolo am indicat și o serie de alte surse utile pentru informarea pe acest subiect.

Sarcina mea a fost una dublă. Pe de o parte, am realizat o tratare primară a datelor din fișiere pentru a permite altor cercetători interesați să le consulte cu mai multă ușurință. Astfel, am identificat în fiecare fișier în parte și am indicat corespunzător temele relevante și intervalul în care acestea sunt abordate. De asemenea, am completat o fișă standard pentru fiecare fișier în parte ce cuprinde și un succint rezumat al informațiilor conținute. Pe de altă parte, am realizat o analiză secundară a datelor respective din perspectiva temei mele de cercetare. Întrebarea esențială la care am căutat răspuns a fost legată de gradul în care s-a materializat viziunea inițială a lui Corbusier referitoare la apariția semnificativă a spiritului comunitar în acest imobil dar nu voi dezvolta aici subiectul pentru că o voi face într-un articol dedicat ce va apărea în toamna viitoare.

Dosarul oferă cercetătorilor posibilitatea de a înțelege mai bine funcționarea vieții asociative într-un complex locativ atât de special precum Cité radieuse. Amploarea și profunzimea prezentării sunt rarisime. Avem de-a face atât cu aspecte ce țin de istoria vieții pentru o durată de depășește 6 decenii cât și cu elemente care evidențiază maniera de inițiere și dezvoltarea unei Asociații de locatari cu o anvergură ce depășește cu mult inițiative similiare. Avem și aici imaginea unui demers pe peste 5 decenii și o înlănțuire de întâmplări interesante și de personaje remarcabile. Regăsim informații despre viața obișnuită în complex, despre activitățile prilejuite de diversele sărbătoriri, despre maniera de conturare a interacțiunii dintre rezidenți, despre initiativele de dezvoltare la fel ca și despre cele de prezervare, despre influența amenajării spațiului asupra relațiilor fie dintre membrii familiei fie dintre vecini ș.a.m.d.

Este totodată o pledoarie implicită deosebit de convingătoare pentru importanța implicării în activități colective care exced spațiul propriei locuințe pentru a se evita degradarea spațiului colectiv.

Am beneficiat în cadrul acestui stagiu de o excelentă oportunitate pentru dezvoltarea mea profesională și vreau să mulțumesc încă o dată dnei Veronique Ginouvès pentru tot ceea ce face în cadrul fonotecii. Practic numele domniei sale devine încet-încet sinonim cu cel al fonotecii iar asta spune enorm despre entuziasmul neștirbit și profesionalismul impecabil de care dă dovadă. Un cuvânt de mulțumire și pentru Corine, coleg de birou întotdeauna atent și dedicat.

Notă – fotografiile La cité Radieuse, juin 2011 –  Véronique Ginouvès , Tudor Pitulac, Corinne Cassé, août 2011.

Billet en français : http://phonotheque.hypotheses.org/5443

Blog post in englishhttp://phonotheque.hypotheses.org/5470

Autor : Tudor Pitulac (tudorpitulac[at]yahoo[dot]com)

 

A documentation internship by Tudor Pitulac : about La cité Radieuse in Marseille

As sociologist, postdoctoral research fellow of The Romanian Academy, Iasi Branch, and also as professor at the Petre Andrei University of Iasi, I have decided to take a documentation internship abroad, in August 2011.

My research subjects concentrating mainly on the sociology of communities, for the project developed within the Iasi Branch of the Romanian Academy, the theme is formulated as it follows: A communitarian perspective on the social life in the Romanian urban space. Mechanisms for the establishment and perpetuation of social dysfunctions.

The concept of land records seems to me very attractive. In the recent years I have been developing my work mainly based on quantitative date, so I thought appropriate to balance my approach, by reorienting my research on some qualitative data as well. Naturally this leads me towards the MMSH’s phonoteque where I got in touch with Mrs. Veronique Ginouves, a passionate professional of these special types of records.

The diversity and complexity of the data kept within the Sound Archives are very special. The researchers finds here more than 5000 hours of archives. This could be quite discouraging if someone has to find by themselves the files they are interested in. After I indicated to Mrs. Veronique Ginouves my interest area for this internship, she prepared for me a folder which matched excellently my research topics and therefore I thank her very much.

The folder contained documents regarding the ‘residential unit’ Cité Radieuse from Marseille, first of such 5 constructions, realized after the architect’s Le Corbusier plans and vision. He would propose o construction designed to offer the setting for a productive social life for its residents, a suitable background for the community spirit to flourish in a proper urban building. The records are very original as they are not developed in the framework of a reaserch program as usual but by a person interested in keeping the memory of this architectural project and of the first of its residents.

These documents comprised of a series of interviews taken by Serge Mercier (press photographer) with Suzane Lherisson, Honorary President of the Association of Residential Unit Residents in Cite Radieuse in Marseille. It must be specified that at every meeting, except one, there was a third person participating, she is being former President of the Association of Residential Unit Residents in Cite Radieuse in Marseille. Most of the times she acts as an interviewer, but sometimes she is the subject. It is important to mention that all three live in Cité Radieuse. The subject is one of the first residents (1952), the other woman came in 1999 (information inferred from the text), while the interviewer is a resident of Cité Radieuse since 2001.

The folder consists of 17 audio digital files, which account for a total of 25 hours and 15 seconds recorded during several weeks in the summer of 2009. The subject is an exceptional one for this matter. Practically, for decades Suzane Lherisson dedicated her time to the Association and to common life in Cite Radieuse. She kept every document or file referring to the building and to the Association, since she began living there in 1952. Hence, supported by a very good memory that does not betray her not even at a very old age, the subject offers the reader a consistent and comprising image of what meant living in Cite Radieuse.

For more technical, epistemological and methodological details, one can consult the notes and comments written in the document fiche corpus. In the same document I also suggested some other useful references on the same topic.

During this documentation period I fulfilled a double task. On one hand I made a primary analysis on the data from these files, so other researchers interested in this field could access them more easily. Thereby, I identified and indicated every relevant theme from each file and the time period in record to which they refer. Also, I completed a standard form for each file, which includes a brief summary of the information contained. On the other hand, I conducted a secondary analysis on the data from the perspective of my research topic mentioned above. I sought to answer the question regarding the degree to which materialized Corbusier’s vision for the emergence of significant communitarian spirit in this type of building but I shall not develop the subject here, as I will dedicate a special article for this topic next fall.

The folder offers the researchers the possibility to acknowledge extremely useful information on associative life in a particular residential complex. Breadth and depth of the presentation are quite rare in this research field. One encounters elements of life history for a period of over six decades, and with components that highlight the manner of initiation and development of a large housing association that far exceeds similar initiatives. These files offer the overview of a process developing in over five decades, with interesting stories and remarkable characters. One finds information about the ordinary life in the building complex, about the various activities celebrating the anniversaries, about the manner in which residents interact, about the development and preservation initiatives, about the influence of the spatial arrangements on relations between neighbors or family members, etc.

It is also an extremely convincing pleading for the importance of involvement in collective activities beyond the own living space, in order to avoid the atrophy of the collective space.

During this internship I enjoyed a great opportunity for my professional development and I want to thank again to Mrs. Veronique Ginouves for everything she does in this institution. Practically, her name becomes gradually synonym to the Sound Archives’ name, saying a lot about her enthusiasm and impeccable professionalism. Also, I shall thank Corine, a very attentive and dedicated office colleague.

Author : Tudor Pitulac (tudorpitulac[at]yahoo[dot]com)

Blog post in French : http://phonotheque.hypotheses.org/5443

Post în româna :http://phonotheque.hypotheses.org/5491

 

Photos : Tudor Pitulac at the Phonothèque, August 2011.

 

Compte-rendu de stage : à propos de la Cité radieusede Marseille

En tant que sociologue, boursier post-doctoral de l’Académie Roumaine – Filiale de Iasi[1] –, étant en même temps enseignant à l’Université Petre Andrei de Iasi, j’ai décidé d’effectuer pendant le mois d’août 2011 un stage de documentation à l’étranger. Mes sujets de recherche portent principalement sur la sociologie des communautés et dans le cadre du projet de la Filiale de Iasi de l’Académie Roumaine en sociologie urbaine, mon sujet est ainsi formulé : Une mise en perspective communautariste de la vie sociale dans l’espace urbain roumain. Mécanismes d’institution et de perpétuation des dysfonctionnements sociaux.

Le concept des archives de terrain m’a toujours semblé extrêmement attractif. Dans le cadre de mes recherches, j’ai jusqu’ici utilisé majoritairement des données quantitatives. Aussi, il m’a semblé opportun d’équilibrer mon approche en m’intéressant aux enquêtes qualitatives. Je me suis ainsi tourné tout naturellement vers la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme où j’ai pris contact avec Véronique Ginouvès, une professionnelle passionnée par les Archives sonores.

La diversité et la complexité des données existantes à la phonothèque de la MMSH sont nombreuses puisqu’elle met à la disposition des chercheur plus de 5000 heures d’archives : pour un stage court cela peut être décourageant si l’on tente d’identifier tout seul le corpus le plus intéressant à traiter en fonction de sa spécialité. Véronique Ginouvès m’a proposé de travailler sur un corpus en lien avec mon domaine d’expertise, et je l’en remercie. Il s’agissait d’un ensemble d’enquêtes concernant « l’unité résidentielle » Cité Radieuse de Marseille, première des cinq constructions architecturalement identiques réalisées selon les plans et la vision de l’architecte Le Corbusier.

Celui-ci proposait à l’époque une construction capable d’offrir l’opportunité du développement d’une vie sociale riche pour les résidents, une solution pour la création d’un esprit communautaire dans un bâtiment typiquement urbain. Par ailleurs, ces enquêtes étaient assez originales puisqu’elles n’avaient pas été enregistrées dans le cadre d’un programme de recherche comme c’est le plus souvent le cas  à la phonothèque de la MMSH mais par un citoyen soucieux de patrimonialiser la mémoire de ce projet architectural et de ses premiers habitants.

Cette série d’entretiens a été réalisée par Serge Mercier, journaliste photographe de presse, auprès de Suzane Lherisson, Présidente d’honneur de l’Association des Résidents de l’Unité Résidentielle Cité Radieuse de Marseille. Excepté pour l’une d’entre elles, les enquêtes sont enregistrées en présence d’une tierce personne résidente, intervenant secondaire, et elle-même ancienne Présidente de l’Association des résidents. Cette dernière accompagne l’enquêteur, mais elle intervient parfois en tant qu’ancienne habitante. Un des paramètres significatifs de ces enquêtes est d’ailleurs que les trois interlocuteurs habitent tous la Cité Radieuse. D’après ce que nous avons déduit du contexte d’enquête, le sujet principal a habité « Le Corbu » à l’époque des premiers locataires (1952), la seconde s’est installée en 1999, l’enquêteur étant locataire depuis 2001.

Le corpus est constitué de 17 fichiers audio numériques, totalisant 25 heures 15 minutes, enregistré sur plusieurs semaines au cours de l’été 2009. Le témoin au centre des entretiens est unique : pendant des décennies, Suzane Lhérisson s’est consacrée à l’Association et en général à la vie commune de la Cité Radieuse. Elle a conservé toutes les archives de l’Association dès 1952, au tout début des logements mais en a constitué également autour de la construction de l’immeuble. Bénéficiant d’une mémoire infaillible, même à un âge avancé, et s’appuyant sur ses archives personnelles, elle nous offre une image précise et étendue sur ce que peut être l’expérience d’habiter dans la Cité Radieuse.

Pour les aspects de nature technique, épistémologique et méthodologique, vous pourrez consulter les notes et les observations rédigées  dans la fiche corpus présentant les enquêtes qui sera mis en ligne sur la base Ganoub. J’ai indiqué aussi une série d’autres sources utiles sur ce sujet.

Ma mission a été double. D’une part, j’ai réalisé une approche primaire sous forme d’écoute linéaire des données sonores pour permettre aux autres chercheurs de les consulter plus facilement. J’ai ainsi identifié dans chaque fichier des séquences thématiques et créé des séquences chronothématiques, saisi une fiche standard pour chaque fichier avec un résumé succinct des informations signalétiques. D’autre part, j’ai réalisé une analyse secondaire des données dans la  perspective de mon thème de recherche en abordant  la question de l’apparition significative de l’esprit communautaire et sa matérialisation dans cet immeuble. Je l’aborderai dans un article à paraître à l’automne prochain.

Ce corpus est l’occasion, pour les chercheurs, de mieux comprendre le fonctionnement de la vie associative dans un complexe locatif aussi particulier que celui de la Cité radieuse. L’ampleur, la précision et la profondeur de ces informations sont vraiment rares. Il y est question d’une histoire de la vie quotidienne sur plus de 6 décennies et du récit de la création et du développement d’une vaste Association de locataires qui dépasse les initiatives similaires. Y sont aussi dépeints un enchaînement d’évènements intéressants et de personnages exceptionnels. Nombre de moments de la vie quotidienne dans le complexe y sont décrits : fêtes diverses, vie scolaire et sportive, interaction entre les résidents, initiatives de développement et de préservation, influence de l’aménagement de l’espace sur les relations, qu’il s’agisse des relations entre  membres d’une même famille ou entre voisins… Ces entretiens sont aussi, de façon sous-jacente, une véritable plaidoirie pour l’implication des citoyens dans des activités collectives, hors de l’espace de son propre logement car ils évitent la dégradation de l’espace collectif.

J’ai bénéficié au cours de ce stage d’une excellente opportunité pour mon développement professionnel et je veux remercier encore une fois à Véronique Ginouvès pour tout ce qu’elle fait au sein de la phonothèque et qui fait preuve d’un professionnalisme impeccable. Un grand merci à Corine aussi, une collègue de bureau toujours très attentive et dévouée.

 

Auteur : Tudor Pitulac

Contact : tudorpitulac[at]yahoo[dot]com

Blog post in english : http://phonotheque.hypotheses.org/5470

Post în româna : http://phonotheque.hypotheses.org/5491

Note – Photographie réalisée dans le cadre de ma visite effectuée à la Cité Radieuse le 14 août 2011.

 


[1]          Iasi est, en Roumani, le chef-lieu de la région de Moldavie.

Voyage sonore dans la mémoire orale du Luberon

Il est toujours plaisant d’entendre une mémoire livrée généreusement avec modestie, simplicité et joie. C’est le cas dans l’une des enquêtes sur l’Histoire et la culture locales en Luberon, réalisée par Nicole Thevenet en 1979. Ces enquêtes ont été réalisées dans le cadre d’une commande de l’Office régional de la culture de Marseille1 sur l’histoire et la culture locales en Provence. Pour répondre à cette commande plusieurs étudiants de l’université de Provence sont intervenus sur différentes zones géographiques. L’enquêtrice a travaillé sur le territoire du Luberon. Les entretiens s’échelonnent de novembre 1977 à avril 1980 auprès des communautés protestantes et catholiques principalement de trois villages du Luberon, Cucuron, Mérindol et Saint-Martin-de-la-Brasque. L’étude aborde l’ensemble des aspects de la vie villageoise : sociabilité, vie culturelle, vie religieuse. Les personnes rencontrées apportent, avec une joie manifeste, des détails de la vie quotidienne au temps de leur enfance, sur l’agriculture, la religion, la configuration du paysage, leur attachement au provençal. C’est le cas de cette enquête où le témoin, une dame du village de Mérindol, visite ses souvenirs avec tendresse, émotion et visiblement avec plaisir. Il faut entrer dans ce récit, dont le temps a usé la qualité sonore, comme on pousserait une végétation envahissante pour retrouver un ancien chemin, les murs d’un ancien village ensoleillé. S’appuyant parfois sur des cahiers dans lesquels elle a transcrit ses trésors de mémoire, l’informatrice – comme une enfant sauterait d’un rocher à l’autre pour traverser un torrent – évoque la vie quotidienne au village au grès des souvenirs émergeants. Sa parole coule comme source, soutenue par un voisin, un autre enfant du village, présent à l’entretien, oreille attentive à cette mémoire partagée. L’enquêtrice ne pose quasiment aucune question, elle écoute. Vient le poème commencé par le grand-père berger, pour louer la beauté du hameau des Borrys (commune de Puget). Une émotion passe, rapide et légère, lorsque la voix se noue sur une dernière strophe évoquant l’ancienne gare :

La petite station appelée maisonnette,

vient de se voir détruire ne laissant sur son sol,

qu’un superbe platane ayant l’air de nous dire :

 »je voudrais bien rester pendant longtemps encore ».

Mais pour en terminer avec ce bavardage,

dont les jeunes aujourd’hui en comprendraient zéro,

je vais donc arrêter en répétant encore,

que les vieux souvenirs apaisent tous les maux. 

L’entretien livre les souvenirs personnels sur les anciennes filatures, la récolte des olives, les farandoles, le carnaval. Finalement, au cœur de son entretien, la dame de 84 ans chante, de sa belle et gracieuse voix, quelques couplets de sa chanson aimée, O Magali. Elle chante pour elle, pour l’enquêtrice, pour son voisin, et pour nous aujourd’hui.

Ces enquêtes de Nicole Thevenet s’inscrivent dans une série de corpus issus d’époque et de discipline diverses qui explorent ce territoire provençal. Elles apportent, à leur échelle, des compléments d’information sur les conditions de vie villageoises et paysannes de la fin du 19e et début du 20e siècle, les anciens métiers, les relations inter communautaires, aux côtés des autres corpus sur la Provence, disponibles à la phonothèque de la MMSH. Citons par exemple les enquêtes réalisées par l’association Alpes de Lumière sur le patrimoine immatériel de Haute-Provence, celles dirigées par Jean-Noël Pelen sur le Pays d’Arles par ses gens ou encore celles sur les Gens du Val Germanasca enquêtés par Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour et Mariano Fresta. Ce sont autant d’occasions d’écouter les témoignages oraux d’expériences vécues dans le midi.

Ce travail nous a permis de découvrir d’autres enquêtes orales réalisées par Nicole Thevenet dans le cadre de sa thèse De l’histoire à la légende : les régions vaudoises françaises. Ou existe-t-il un légendaire historique des régions vaudoises françaises ?2 qui pourraient aussi être déposées à la phonothèque. Mais que sont devenues les autres enquêtes orales enregistrées dans le cadre de l’office régional de la culture de Marseille ? Ces témoins ont accepté d’être enregistrés pour transmettre et leurs voix ont disparues, peut-être les retrouverons nous au fil du temps si les supports résistent encore un peu…

Crédits photographiques : La Spirale d’Oliviers. (Provence. 2005) Photographie de Guy Hervais, 2005. Photographie sous GNU free documentation licence.

 

 

  1. L’office régional de la culture de Marseille a été créé en 1976 dans la dynamique de la création des régions en France en 1973. C’est Michel Pezet qui fonde et préside cette association qui va évoluer au fil du temps []
  2. Thèse de 3ème cycle Histoire et Civilisations, sous la direction de Philippe Joutard, Aix-en-Provence, 1986. 2 vol. Cote de la Médiathèque MMSH : MT-23629 []

Mise en ligne des enquêtes sonores du répertoire musical de la Vésubie autour de Zéphirin Castellon, corpus déposé par Patrick Vaillant

Zéphirin Castellon au fifre

Depuis quelques mois déjà, les notices du corpus d’archives sonores du répertoire musical de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon réalisées en 1989 et 1990 sont visibles sur Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH.

Désormais, les fichiers sonores des enquêtes sont en ligne et consultables en lien avec les notices. Les internautes peuvent écouter les enregistrements dans leur ensemble ou chaque morceau séparément, en cliquant sur le lien au-dessus du résumé. Si certains airs ne peuvent pas être écoutés, c’est parce que la phonothèque de la MMSH ne détient pas les droits ou que la qualité du son est trop mauvaise.

Farandole dans une rue de Belvédère accompagnée de musiciens dont Zéphirin Castellon au fifre
Zéphirin Castellon sonneur de cloches

Les amateurs de musiques traditionnelles occitanes pourront entendre plusieurs chants polyphoniques, airs de conscrits ou farandoles. Ils découvriront également des morceaux instrumentaux joués lors d’une séance d’improvisation chez Zéphirin Castellon en 1990, interprétés par Zéphirin Castellon à l’harmonica, Thierry Cornillon au fifre et Patrick Vaillant à la mandoline. Comme exemple de cette session musicale, je vous propose d’écouter un extrait de l’enquête : il s’agit d’une polka improvisée par ces trois musiciens. Le fifre joue la mélodie, l’harmonica et la mandoline l’accompagnent. Malheureusement, nous ne connaissons pas le nom de cette polca :  dans la musique traditionnelle, les airs musicaux n’ont pas toujours de titre et c’est le plus souvent la typologie de la danse qui prime. Mais si un jour vous avez entendu nommer cette polca, alors signalez le nous, nous l’ajouterons à ses métadonnées !

Daniel Fresquet, photographe, a participé à différents collectages de mémoire populaire. Il a réalisé dans le cadre des enquêtes auprès de Zéphirin Castellon des travaux photographiques qui ont capté l’émotion des instants musicaux que vous pouvez entendre en ligne. Nous le remercions de nous avoir autoriser d’en diffuser quelques unes. Vous pourrez voir d’autres images sur l’ouvrage collectif  signalé ci-dessous.

Sorti en 1990, le CD Zéphirin Castellon. Siblar e cantar en Vesubia a été réédité accompagné d’un livret conséquent en 2003. Des textes des participants au projet, dont Daniel Fresquet et Patrick Vaillant, y sont inclus.

Crédits photographiques : Daniel FRESQUET. Contact : dfresquet[at]yahoo[point]fr

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Vivem totjorn en montanha ! Traditions musicales en vallée de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon

Zéphirin Castellon, chanteur, harmoniciste, siblaïre (joueur de fifre), sonneur de cloches et auteur-compositeur, nait en 1926 dans le village de Belvédère, dans la vallée de la Vésubie (arrière-pays niçois). Il devient gardien de prison à Marseille à sa majorité. C’est également à ce moment-là, loin de son pays natal, que ce musicien emblématique de sa vallée commence à écrire ses chansons. Ses textes rendent souvent hommage à son village et à sa vallée (« Vivem totjorn en montanha », « Boisson », « Toujours perché là-haut », etc.). Dès son départ en retraite, Zéphirin Castellon revient à Belvédère où il pratique sa musique pour toutes les occasions qui se présentent (fêtes régionales, cérémonies religieuses et pèlerinages, repas villageois, etc.). En 1989 et 1990, il est au centre d’une collecte des musiques traditionnelles de Vésubie.

C’est Patrick Vaillant, mandoliniste, chanteur et spécialiste des traditions musicales des Alpes-Maritimes et des vallées occitanes d’Italie, qui, en 2003, dépose à la phonothèque de la MMSH le fonds d’archives sonores enregistré en 1989 et 1990 autour de Zéphirin Castellon. Les enquêtes qui constituent le corpus avaient pour but la création du disque « Siblar e Cantar en Vesubia » (Silex mosaïque, Riom) dont la première édition date de 1990 et la seconde, accompagnée d’un livre conséquent sur le musicien, sort en 2003. Les trente-quatre enquêtes, centrées sur les traditions musicales des fêtes villageoises et sur les chants polyphoniques issus de la tradition vésubienne, française, corse ou italienne, sont en majorité des enregistrements musicaux provoqués pour la réalisation du disque auxquels s’ajoutent d’autres moments captés sur le terrain lors de fêtes ou de situations quotidiennes. Bien que le nombre total d’heures d’enregistrement composant le corpus soit relativement faible (environ 13 heures), l’enquête autour de Zéphirin Castellon et des traditions musicales de la vallée de la Vésubie révèle un contenu très riche.

Ainsi, chaque enquête du corpus a été documentée dans son intégralité et les musiques la composant ont bénéficié d’un catalogage spécifique. Trois types de musiques ressortent de cette enquête : les musiques de rue, les chants polyphoniques et les musiques instrumentales jouées dans un cadre plus intimiste.

Lors de fêtes de village, certaines musiques de rue sont jouées par un couple de sonneurs fifre/tambour (farandoles, airs de conscrits), parfois accompagné d’autres instruments (cymbales, timbales, clochettes, etc.), ou par la fanfare La Banda dau Palhon . Les chants polyphoniques, interprétés par les villageois, sont tirés de répertoires de la tradition vésubienne ou des compositions de Zéphirin Castellon mais aussi de la variété française, corse ou italienne. Enfin, une enquête présente des musiques instrumentales, et parfois chantées, interprétées au fifre (Thierry Cornillon), à l’harmonica (Zéphirin Castellon) et à la mandoline (Patrick Vaillant) lors d’une séance musicale chez Zéphirin Castellon.  Lors de cette rencontre, les musiciens interprètent plusieurs morceaux traditionnels (polkas, valses, fandangos, paso-dobles, javas, mazurkas, etc.) ou composés par Zéphirin Castellon et Thierry Cornillon , ou encore issus de la variété française.

Musiques instrumentales, parole et paysages sonores ne sont pas absents des enquêtes du corpus. Il contient en effet le récit de la légende de la Madone de Fenestre, des explications de Zéphirin Castellon sur sa façon de composer la musique et le récit d’anecdotes de son enfance, des paysages sonores (cloches du village, notamment le carillon traditionnel de Belvédère joué par Zéphirin Castellon ,  sonnailles de vaches, paroles de bergers en occitan, bruits de foule) ou encore des extraits de messes lors de processions des villageois à la Madone de Fenestre.

Entièrement documenté, l’ensemble des enquêtes est consultable sur la base de données de la phonothèque. Les fichiers son y seront prochainement intégrés et consultables en ligne.

Crédits photographiques : Następnego dnia mijamy kolejną przełęcz (po lewej) i schodzimy w kierunku Ref. de la Madone de Fenestre, Oliwia i Mariusz, http://picasaweb.google.com/lh/photo/luvUkgrNx_YBs2ulzMpWVg. Vue du village de Belvédère depuis Roquebillière, Nataraja at fr.wikipedia, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Belv%C3%A9d%C3%A8re.jpg. Les images sont sous Creatives Commons et GNU.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts