Archives de catégorie : Méthodologie

Le fonds Suzanne et Edmond Bernus : voyage sonore chez les Touaregs

En 2020 et 2021, la phonothèque de la MMSH a effectué le catalogage sur la plateforme Calames de la partie sonore du fonds Bernus, conservé aux Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM). Il s’agissait de créer un instrument de recherche [en ligne] au format XML/EAD (format interopérable dédié à la description archivistique) afin d’améliorer la visibilité et l’accès à ces documents sonores datant des années 1960 à 1980, riches en témoignages, en contes, en chants et en histoire du peuple touarègue. Continuer la lecture de Le fonds Suzanne et Edmond Bernus : voyage sonore chez les Touaregs

Séminaire sur l’enquête-collecte : pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels (1925-1943)

Durant le séminaire sur l’enquête-collecte, qui s’est déroulé entre 2014 et 2019 et décrit dans sa globalité dans cet article, une des 9 journées thématiques était nommée “Documenter la nature”. Elle était consacrée aux collections naturelles des musées (herbiers, animaux, objets végétaux) ainsi qu’à leur collecte par les ethnologues. Au total, trois conférences ont été présentées durant cette journée. Nous avons choisi de vous présenter celle de Julien Bondaz, anthropologue et maître de conférence à l’université Lyon 2.

Julien Bondaz a intitulé son intervention : Collecter et documenter la nature : «Des témoins desséchés, comme les plantes d’un herbier». Les pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels. (1925-1943) dont vous pouvez retrouver la notice dans la base de la phonothèque en cliquant ici. Dans cette conférence, Julien Bondaz nous présente les débuts d’une discipline  de l’ethnologie aujourd’hui reconnue : l’ethnobotanique. Au début du XXe siècle, les universités financent des ethnologues pour une mission particulière : faire des recherches et étudier les écosystèmes dans les colonies françaises en Afrique, notamment la flore, afin de trouver des “plantes tropicales utiles” pour les secteurs de l’alimentation ou du textile.

Il évoque aussi des grandes figures comme André-George Haudricourt (1911-1996), botaniste et ethnologue, ou le célèbre Marcel (1872-1950) ont joué un rôle prépondérant dans l’établissement de ces “premières pratiques d’herborisation”. A une époque où l’ethnologie connaît un grand intérêt auprès des pouvoirs publics et du monde universitaire, les herbiers décrivant les écosystèmes tropicaux sont aujourd’hui conservés dans des musées comme le Museum National d’Histoire Naturelle.

Extrait de la conférence de Julien Bondaz1

Dans cette conférence, Julien Bondaz fait un panorama historique de cette période mouvementée, mais également trouble, de l’ethnologie au début du XXe siècle. Il explique en détails les origines de cet objet qu’on connaît un peu tous, mais sans jamais s’y être trop penché : les herbiers.

Non seulement ce travail peut intéresser n’importe quel amateur d’ethnologie ou de botanique, mais elle peut aussi apporter de précieux renseignements aux étudiants des filières de l’ethnologie et d’anthropologie. En effet, ces disciplines scientifiques ont été très dynamiques durant la période que décrit Julien Bondaz. conférence de donne à entendre plusieurs clés de compréhension sur l’histoire coloniale, le rôle des universitaires ou des musées qui intéressera certainement les amateurs comme les spécialistes du domaine.

Julien Bondaz a donné l’autorisation de diffusion de sa conférence. Les métadonnées qui la décrivent et l’enregistrement sont consultables sur le site de la phonothèque en cliquant ici.

Stevie KOLODZIEJ, M2 au sein du Master Histoire, parcours métiers des archives, bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. l’usage du casque audio est conseillé en raison de la faible qualité de l’enregistrement. []

Nommer un laboratoire : toute une histoire

Mon mémoire de Master 2 “Métiers des archives et des bibliothèques. Humanités numériques et médiation de l’histoire” porte sur le fonds d’archives constitué par Michel Vovelle (1933-2018), ancien professeur d’Aix-Marseille Université1 et conservé par le laboratoire TELEMMe, Temps, espaces, langages, Europe méridionale-Méditerranée. Pourtant, lorsque Michel Vovelle travaillait sur ces documents il était intégré au CESM, le Centre d’études des sociétés méditerranéennes. TELEMMe – créé en 1996 -, n’existait pas encore, tout  comme la notion même d’UMR (unité mixte de recherche).

Une description archivistique nécessite de documenter avec précision le producteur mais aussi la collectivité, qui a produit, reçu et conservé les documents dans l’exercice de son activité. Il me fallait retracer l’histoire du fonds et préciser le lien entre les archives et le lieu de conservation, dresser finalement une sorte de généalogie de TELEMMe où le CESM serait l’un de ses ancêtres. Il n’existe malheureusement pas en France un référentiel stable qui permette de retrouver l’évolution de la nomenclature d’un laboratoire de recherche. Ce billet vous propose de présenter les outils que j’ai utilisé pour suivre le fil de l’évolution des laboratoires qui se sont succédés et qui ont  conservé les boîtes à archives du fonds Vovelle sur leurs étagères. Continuer la lecture de Nommer un laboratoire : toute une histoire

  1. En 1980, Michel Vovelle a réuni un ensemble de questionnaires sur les communes de Provence provenant de différents dictionnaires pour en faire une compilation (dictionnaires Achard, Féraud et Garcin). Une boîte (32) regroupe des cartes, des graphiques, des statistiques et des correspondances qui documentent le projet. []

La génétique des textes appliquée aux archives de chercheur

Dans le cadre de son mémoire de Master 1 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques, Pauline Muller a classé les archives papiers qui accompagnaient les enregistrements sonores et audiovisuels déposés par l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan1. Elle vient de publier sur le carnet du Master un billet qui met en avant l’intérêt de l’archivage de ce type d’archives pour comprendre non seulement la méthode disciplinaire mais aussi suivre l’enquête sur le terrain, le cheminement intellectuel du chercheur, et en particulier appréhender la place de l’entretien dans son dispositif. Dans son billet elle a sélectionné des feuillets où Jean-Pierre Olivier de Sardan “nous [ouvre] les pistes qu’il aurait pu suivre et [nous laisse] observer son cheminement scriptural qui devient intéressant en soi2. Les documents qu’elle a extrait de la boîte C-06 ont notamment été utilisés dans la rédaction de l’ouvrage La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique3 et ils donnent à lire plusieurs schémas, comme versions successives de la même figure. Continuer la lecture de La génétique des textes appliquée aux archives de chercheur

  1. Français et nigérien, spécialiste de l’Afrique, et en particulier du Niger, Jean-Pierre Olivier de Sardan a déposé en 2017 une partie de ses archives de terrain à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme. Plusieurs archivistes ont classé et traité ce fonds, Claire Cialone-Grégoire les a organisées, Astou Ndoye Seck a analysé La bouche déliée en rattachant les enregistrement à la bande sonore du film,  des étudiantes d’anthropologies et de psychologie on écouté et analysé une partie des enregistrements, Annick Boissel est en train d’en rédiger le plan de gestion de données rétrospectif qu’elle publiera bientôt sur Les carnets de la phonothèque, Pauline Muller a organisé les archives papier. []
  2. Extrait de l’article de Claire Doquet-Lacoste, « Écrits intermédiaires, écritures intermittentes. Carnets, notes, bribes de science », Langage et société, 2009/1, n° 127, p. 7-22. DOI : 10.3917/ls.127.0007. URL : https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2009-1-page-7.htm. []
  3. Jean-Pierre Olivier de Sardan, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-La-Neuve, Academia-Bruylant, 2008, 368 p. []

La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

L’attrait des sciences humaines pour les contenus audiovisuels apparait dans les années 1970. En effet, si l’image et le son ont longtemps été relégués au second plan1, des questionnements émergent en cette deuxième partie du XXème siècle, à la fois pour son aspect éducatif et pédagogique, mais aussi pour son intérêt mémoriel. L’anthropologie, l’ethnologie et la sociologie vont particulièrement s’attarder sur ce nouveau format, notamment au cours des enquêtes de ces professionnels2. La retranscription des entretiens et l’immersion cognitive a une plus-value par rapport à l’écrit, puisqu’elle fait vivre à jamais des témoignages et les ancre dans la réalité. Continuer la lecture de La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

  1. DAVID, Frédéric, « Des trésors cachés parmi nos archives : comment préserver et conserver les archives audiovisuelles » [en ligne], Maison des bâtisseurs, Association des archivistes du Québec – Région Nord, Alma, 26 avril 2019, (consulté le 9 avril 2021). URL: https://archivistes.qc.ca/wp-content/uploads/2019/04/Conference_conservation_doc_audiovisuel_AAQ_2019.pdf []
  2. PIAULT Colette. Aspects de la diffusion du film ethnologique en France. In: Bulletin de l’Association française des anthropologues, n°37-38, Septembre-décembre 1989. La valorisation de la recherche, sous la direction de Dominique Desjeux, Annie Le Palec et Marc-Eric Gruénais. pp. 77-83. [en ligne] DOI : https://doi.org/10.3406/jda.1989.1478 []

La visualisation de données appliquée à des fonds d’archives : retour sur trois cas d’études

Lors de ma dernière année de Master sur les métiers des archives, des bibliothèque et humanités numérique, à l’Université Aix-Marseille, j’ai eu l’opportunité de travailler sur plusieurs fonds d’archives sonores portant sur des thématiques variées. En réalisant leurs catalogues documentaires, j’ai souhaité les accompagner de graphes, de diagrammes ou de cartes qui permettent une représentation visuelle des fonds d’archives et en facilite la lecture.

Pour les archives sonores, la représentation visuelle est aussi une autre façon d’aborder les fonds, voir ce que l’on ne peut pas entendre. En effet, la visualisation de données facilite l’exploitation, l’analyse et la communication de données1.

Continuer la lecture de La visualisation de données appliquée à des fonds d’archives : retour sur trois cas d’études

  1. Les données archivistiques sont les données descriptives et d’autorité liées aux documents d’archives, qui sont pour la majorité produites par les services d’archives dans l’optique de la publication en ligne d’instruments de recherche. Voir : « La visualisation des données archivistiques : les premiers pas, et ensuite ? », dans La Gazette des archives, 248, 4, 2017, pp.97-112 []

The Insabbiati at the Sound Archives : consult the Fabienne Le Houérou fund, an oral history of italiens in Ethiopia and Eritrea

Fabienne Le Houérou, historian, director of research emeritus at the National Center for Scientific Research (Centre National de Recherche Scientifique – CNRS) in contemporary history, is a specialist in colonial history within the Research Institute of the Arab and Muslim World (Institut de Recherche du Monde Arabe et Musulman – IREMAM) at the Mediterranean House of Human Sciences (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – MMSH) of Aix-en-Provence.

Continuer la lecture de The Insabbiati at the Sound Archives : consult the Fabienne Le Houérou fund, an oral history of italiens in Ethiopia and Eritrea

Les ensablés à la phonothèque : consulter le fonds Fabienne Le Houérou, une histoire orale des italiens en Ethiopie et Erythrée

Fabienne Le Houérou, historienne, directrice de recherche émérite au Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) en histoire contemporaine, est spécialiste de l’histoire coloniale au sein de l’Institut de Recherche du Monde Arabe et Musulman (IREMAM) à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence.

Continuer la lecture de Les ensablés à la phonothèque : consulter le fonds Fabienne Le Houérou, une histoire orale des italiens en Ethiopie et Erythrée

Avent -6 : Une machine à remonter le temps

« Il bondissait, trop tard, toujours trop tard, sur son tapis : mais tout avait disparu, sauf l’irritation d’un souhait ayant failli aboutir, sauf la frustration d’un savoir non assouvi. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 7).

Michèle Battisti, a été durant sa vie active formatrice de droit de l’information dans divers centres de formation en lien avec l’information scientifique et technique. Son blog Paralipomènes a été lu avec attention par de nombreux·ses bibliothécaires, archivistes et documentaliste. Elle publiait des textes écrits issues de plusieurs de ses fonctions : dans le cadre de son activité de veille sur le droit de l’information pour l’ADBS, dans ses activités de lobbying pour l’Inter-association archives-bibliothèques-documentation, d’autres qui ont servi de supports à des interventions, etc. Continuer la lecture de Avent -6 : Une machine à remonter le temps

Avent -7 : Je me souviens de Texto-Logotel

20 ans durant j’allais multipliant d’intrigants contacts, payais d’oisifs indics, consultai partout moult sous bibs, m’ouvrant d’importants stocks archiviaux m’informant sur ma filiation, m’acharnai sur d’immoraux magistrats, substituts, avocats, commis, plumitifs, calicots, factotums corrompus, à qui il fallait offrir gros pour savoir pas lourd. (George Perec, La disparition, 1969, p. 121.)

Avec Georges Perec en tête pour ce calendrier de l’Avent des disparitions, beaucoup de choses nous reviennent en mémoire, en mode de son Je me souviens (1978). En écrivant ces billets, je me suis ainsi souvenue de Texto, ou Texto-Logotel. Au cours de mon expérience professionnelle ((Désormais, je cite aussi la référence d’une page web sur la Wayback machine lorsque je renvoie à une page qui me semble essentielle, j’aurais acquis une nouvelle méthode avec ce calendrier de l’Avent 🙂 : Continuer la lecture de Avent -7 : Je me souviens de Texto-Logotel