Archives de catégorie : Traitement documentaire

Le fonds Suzanne et Edmond Bernus : voyage sonore chez les Touaregs

En 2020 et 2021, la phonothèque de la MMSH a effectué le catalogage sur la plateforme Calames de la partie sonore du fonds Bernus, conservé aux Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM). Il s’agissait de créer un instrument de recherche [en ligne] au format XML/EAD (format interopérable dédié à la description archivistique) afin d’améliorer la visibilité et l’accès à ces documents sonores datant des années 1960 à 1980, riches en témoignages, en contes, en chants et en histoire du peuple touarègue. Continuer la lecture de Le fonds Suzanne et Edmond Bernus : voyage sonore chez les Touaregs

Nommer un laboratoire : toute une histoire

Mon mémoire de Master 2 “Métiers des archives et des bibliothèques. Humanités numériques et médiation de l’histoire” porte sur le fonds d’archives constitué par Michel Vovelle (1933-2018), ancien professeur d’Aix-Marseille Université1 et conservé par le laboratoire TELEMMe, Temps, espaces, langages, Europe méridionale-Méditerranée. Pourtant, lorsque Michel Vovelle travaillait sur ces documents il était intégré au CESM, le Centre d’études des sociétés méditerranéennes. TELEMMe – créé en 1996 -, n’existait pas encore, tout  comme la notion même d’UMR (unité mixte de recherche).

Une description archivistique nécessite de documenter avec précision le producteur mais aussi la collectivité, qui a produit, reçu et conservé les documents dans l’exercice de son activité. Il me fallait retracer l’histoire du fonds et préciser le lien entre les archives et le lieu de conservation, dresser finalement une sorte de généalogie de TELEMMe où le CESM serait l’un de ses ancêtres. Il n’existe malheureusement pas en France un référentiel stable qui permette de retrouver l’évolution de la nomenclature d’un laboratoire de recherche. Ce billet vous propose de présenter les outils que j’ai utilisé pour suivre le fil de l’évolution des laboratoires qui se sont succédés et qui ont  conservé les boîtes à archives du fonds Vovelle sur leurs étagères. Continuer la lecture de Nommer un laboratoire : toute une histoire

  1. En 1980, Michel Vovelle a réuni un ensemble de questionnaires sur les communes de Provence provenant de différents dictionnaires pour en faire une compilation (dictionnaires Achard, Féraud et Garcin). Une boîte (32) regroupe des cartes, des graphiques, des statistiques et des correspondances qui documentent le projet. []

Avent -7 : Je me souviens de Texto-Logotel

20 ans durant j’allais multipliant d’intrigants contacts, payais d’oisifs indics, consultai partout moult sous bibs, m’ouvrant d’importants stocks archiviaux m’informant sur ma filiation, m’acharnai sur d’immoraux magistrats, substituts, avocats, commis, plumitifs, calicots, factotums corrompus, à qui il fallait offrir gros pour savoir pas lourd. (George Perec, La disparition, 1969, p. 121.)

Avec Georges Perec en tête pour ce calendrier de l’Avent des disparitions, beaucoup de choses nous reviennent en mémoire, en mode de son Je me souviens (1978). En écrivant ces billets, je me suis ainsi souvenue de Texto, ou Texto-Logotel. Au cours de mon expérience professionnelle ((Désormais, je cite aussi la référence d’une page web sur la Wayback machine lorsque je renvoie à une page qui me semble essentielle, j’aurais acquis une nouvelle méthode avec ce calendrier de l’Avent 🙂 : Continuer la lecture de Avent -7 : Je me souviens de Texto-Logotel

Michel Seurat dans ses archives

Un des atouts de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence est de faciliter les rencontres scientifiques : l’histoire du traitement du fonds Michel Seurat fait partie de ces concours de circonstances heureux qu’elle a pu faire naître. En 2009, l’anthropologue Franck Mermier, alors directeur du Département des études contemporaines de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) participe au jury d’une thèse qui se tient à la MMSH1. À cette occasion, il découvre les travaux de la phonothèque et fait aussitôt le lien avec une sacoche en cuir, rangée sur une étagère de son bureau à Beyrouth. Il l’a déjà plusieurs fois examinée sans vraiment savoir ce qui pourrait en être fait car elle contient principalement des minicassettes et des cassettes audios. Or les services de l’Ifpo ne disposent pas de lecteurs pour les écouter ni de moyens de les transférer sur un autre support. Rien de précis n’est indiqué mais le nom de « Michel Seurat » et l’adresse du Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Cermoc) sont inscrits en destinataire d’enveloppes postales. Il suppose donc qu’il s’agit de documents ayant appartenu au chercheur Michel Seurat, réunis par celui-ci entre 1979 – début de son rattachement au Cermoc désormais partie intégrante de l’Ifpo – et le 22 mai 1985, date de son enlèvement par l’organisation du Jihad islamique. Il ne sait pas ce que ces documents contiennent mais cela lui semble essentiel de les déposer dans un centre d’archives ; après sa visite aixoise, il se tourne vers la phonothèque de la MMSH. Continuer la lecture de Michel Seurat dans ses archives

  1. Il s’agissait de la thèse de Véronique Bontemps, Naplouse, le savon et la ville : patrimoine familial, travail ouvrier et mémoire au quotidien, sous la direction de Jean-Charles Depaule, http://theses.fr/2009AIX10062 []

Quand le Kosovo refusait la violence : un fonds sonore du Mouvement pour une alternative non-violente

À la phonothèque de la MMSH se déroule actuellement le traitement d’un corpus déposé par l’ethnologue Pierre Laurence , enregistré au Kosovo en 1993 et 1995. Une délégation de militantes et militants français·e·s, engagé·e·s au sein du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN), a réalisé des entretiens d’acteurs politiques kosovars et serbes portant sur la situation en ex-Yougoslavie, la répression de l’État serbe au Kosovo et la résistance civile non-violente.

Le traitement de ce fonds est pour l’équipe de la phonothèque l’occasion de réfléchir à la place que peuvent occuper des archives issues de l’engagement personnel et militant dans les fonds de chercheur·e·s. Il s’agit en effet d’une collection qui a peu de lien avec la production scientifique du producteur1 et donc du reste de son fonds2. Ainsi, dans ce cas, la nature très politique des entretiens mais aussi l’aire géographique concernée par ce corpus tranche avec son travail de collecte sur les pratiques musicales, le pastoralisme et la mémoire orale dans les Cévennes. Continuer la lecture de Quand le Kosovo refusait la violence : un fonds sonore du Mouvement pour une alternative non-violente

  1. Pierre Laurence est chef du service patrimoine au Département culture du Conseil général de l’Hérault. Il a travaillé notamment sur la chanson populaire et la musique instrumentale mais aussi sur le pastoralisme et sur la mémoire orale. []
  2. Selon la définition du Dictionnaire de terminologie archivistique de la Direction des Archives de France (2002) le fonds est un « Ensemble de documents de toute nature constitué de façon organique par un producteur dans l’exercice de ses activités et en fonction de ses attributions. Cette notion s’oppose à celle de collection. » Plus brièvement, le fonds correspond à l’ensemble des documents qu’une personne physique ou morale a produit ou reçu dans l’exercice de ses activités au cours de sa vie. []

Voir la ville en vert : la question du paysage et de l’aménagement dans les villes nouvelles de l’étang de Berre

La collection, Histoire du projet des formes urbaines de la ville nouvelle des rives de l’étang de Berre a été menée par René Borruey, architecte et historien, directeur du laboratoire INAMA (École nationale supérieure d’architecture de Marseille) entre 2003 et 2007. Un premier billet traitait de la naissance des villes nouvelles de l’étang de Berre. Déposée et cataloguée à la phonothèque, cette collection sonore peut désormais être réutilisée et exploitée par d’autres chercheurs de plusieurs manières. Dans ce billet, nous avons choisi de vous proposer un focus sur l’aménagement au sein des villes nouvelles de l’étang de Berre, et le regard porté sur l’environnement à cette période, dans les années 1970 et 1980.

Continuer la lecture de Voir la ville en vert : la question du paysage et de l’aménagement dans les villes nouvelles de l’étang de Berre

Comment sont nées les villes nouvelles de l’étang de Berre ? Histoire urbaine, histoire d’un territoire

Transformer le cadre de vie des gens n’est pas une tâche à prendre à la légère. Architectes, urbanistes, paysagistes, tous ont un impact important sur les milieux dans lesquels nous évoluons jours après jours. Comme tout technicien ou artiste, ceux qui participent à la planification, à la création ou à la conception de tels espaces portent un regard particulier sur leur travail. Il est alors intéressant de documenter la perception de l’histoire de ces différents professionnels afin de pouvoir confronter les points de vues.

René Borruey, architecte et historien, est aussi enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture de Marseille depuis 1994, et directeur du laboratoire INAMA. Dans le cadre d’un projet de recherche sur les villes nouvelles françaises1, il réalise 13 entretiens, menés entre 2003 et 2007, auprès de divers acteurs de l’Établissement public d’aménagement des rives de l’étang de Berre (EPAREB). Tous et toutes apportent leur perception, leurs anecdotes, leur compréhension du projet ambitieux qu’étaient les villes nouvelles. De l’architecte au paysagiste, de la programmatrice au directeur général adjoint de l’Établissement, René Borruey a voulu reconstruire, pas à pas, un tableau des évènements, des enjeux de l’époque et des jeux politiques les accompagnant. Ces entretiens constituent une des sources qui ont permis la rédaction du rapport de recherche : Les formes urbaines de la ville nouvelle des Rives de l’étang de Berre2.

Continuer la lecture de Comment sont nées les villes nouvelles de l’étang de Berre ? Histoire urbaine, histoire d’un territoire

  1. En 2003, le ministère de la Culture lance un appel à proposition de recherche interministériel « Histoire et Évaluation des Villes Nouvelles Françaises » (HEVN). Ce programme propose, 35 ans après la fondation de ces villes nouvelles : « d’interroger leur rôle significatif dans l’histoire urbaine récente. » | Ministère de la culture. Villes Nouvelles Françaises.  [en ligne]. Disponible sur : http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Architecture/Formations-Recherche-Metiers/La-recherche-architecturale-urbaine-et-paysagere/L-organisation-de-la-recherche/La-politique-incitative-a-la-recherche/Villes-Nouvelles-Francaises []
  2. BORRUEY René, BARTOLI Pascale, CARPENTIER Anne. Les formes urbaines de la ville nouvelle des Rives e l’étang de Berre : histoire du projet. [rapport de recherche]. Ministère de la Communication, BRAUP, ENSA-Marseille, Laboratoire INAMA. 2010, 183p. Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01824896 []

Archiver les sources orales d’Histinéraires

Des historiens, des égo-histoires et des archives
Les historiens sont les chercheurs les plus familiers à l’usage des archives, sans lesquelles ils ne peuvent travailler. Or, dans le programme ANR Histinéraires le rapport s’est inversé : devenant objet de la recherche à travers le récit qu’ils font d’eux-mêmes, de leur parcours d’historien, académique comme intellectuel. Racontés d’abord dans les écrits des mémoires de synthèse des activités scientifiques de l’Habilitation à diriger la recherche (HDR), ils sont désormais enrichis par une série d’entretiens menés dans le cadre de l’enquête orale Histinéraires, et des quelques séances enregistrées du séminaire « L’écriture de soi des historiens ». Le programme est l’occasion de mettre en archive l’ensemble de ce corpus inédit. Forte de son expérience des archives orales de terrain et de sa collaboration avec les chercheurs, la phonothèque de la MMSH s‘est vue confier le traitement documentaire et la conservation des enregistrements sonores du projet Histinéraires. Continuer la lecture de Archiver les sources orales d’Histinéraires

Retour sur une expérience de traitement d’un fonds sonore

Étudiante en première année du Master histoire et humanités, métiers des archives et des bibliothèques, médiations de l’histoire & des humanités numériques à Aix-Marseille-Université, j’ai effectué un stage à la phonothèque de la MMSH, un centre d’archive qui recueille les données de terrain de chercheurs de sciences humaines et sociales. J’ai été en charge d’un fonds confié par Claudie Gontier, sociologue au CERFISE – Centre d’études, de recherche et de formation institutionnelle du Sud-Est. Ce corpus est composé d’entretiens avec des militants écologistes du parti des Verts dans la zone du pourtour de l’Étang de Berre.  Ces entretiens avaient été réalisés dans le cadre d’une étude commandée par le Ministère de l’Ecologie suite au grand nombre de voix obtenues par les Verts aux élections municipales et européennes de 1989 dans ce secteur. Ils ont été une des sources qui ont permis la rédaction d’un rapport, déposé avec les supports sonores et conservé à la médiathèque de la MMSH1..

A partir de cette expérience, le métier d’archiviste m’est apparu bien plus qu’un simple savoir-faire technique et méthodique. Le travail intellectuel accompagnant le traitement des documents s’est avéré  indispensable et il a occupé une grande part de mon temps de travail. Il fallait permettre au public de mieux comprendre le contexte de production des archives dans une fiche corpus. Pour chaque entretien ensuite – outre les informations signalétiques -, des typologies ont été données, un résumé et des mots-clés. Cela m’a paru encore plus essentiel dans le cas du document sonore. En effet, l’écoute d’une archive audio a tendance à favoriser l’immersion, l’auditeur se laisse emporter par le récit et entre dans l’entretien, enfermé dans sa bulle, coupé du bruit ambiant, surtout s’il utilise un casque. Du côté des informateurs, surtout lorsqu’il s’agit d’entretiens semi directifs ou non directif, la spontanéité des réponses ou les digressions sont parfois l’occasion pour celui qui écoute de se laisser emporter par le récit. Le son donne une sensation de réel, de participation à l’action. L’archiviste, en citant la source, les conditions d’enregistrement les fonctions des personnes entendues renvoie à la réalité de la production, il permet la médiation entre l’archive et celui qui la consulte.

Autre travail peu connu du phonothécaire mais pourtant fondamental : la sensibilisation auprès des chercheurs ou associations au versement des archives sonores. La phonothèque n’a aucune acquisition onéreuse, tous les fonds proviennent tous de dons ou de dépôt de chercheurs de sciences humaines et sociales. Parmi tous les intérêts de déposer les archives de terrain dans une phonothèque (conservation, réusage, valorisation…) je retiendrai en particulier la possibilité de citer les sources de la recherche. Désormais, dans les articles scientifiques, il est possible de citer en bibliographie finale ou en notes de bas de page les entretiens.

L’équipe de la phonothèque n’a pas encore obtenu les droits d’utilisation des informateurs pour les enquêtes réalisées par Claudie Gontier mais vous pouvez d’ores et déjà lire les notices documentaires sur la base Ganoub. D’autres archives sont en cours de traitement de la même sociologue, sur les cabanons, le port de Marseille ou les ronds points de la zone de l’Étang-de-Berre… elles sont à venir sur la base de données. A suivre !

 

Crédits photographiques : Etang de Berre 12, 16 avril 2016, Arrixaca Gascó, CC-BY-NC-SA.

  1. Cerfise, Claudie Gontier, L’émergence des verts dans un contexte métropolitain : le cas de la zone Fos-Etang de Berre, doc dactylogr., Service de la recherche des études et du traitement de l’information sur l’environnement, Ministère de l’Environnement, janvier 1993, 69p. Cote MMSH : GL-21222. []

Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital, 7, 8, 9 septembre 2016

La semaine prochaine la phonothèque de la MMSH présentera deux conférences à Mexico dans le cadre des journées d’études sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques : Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital1.

  • La première dans le cadre de la table ronde du 7 septembre  Propuestas y soluciones para la preservación de documentos sonoros y audiovisuales de origen digital, annoncée en langue espagnole sous le titre  « Perfeccionnando el accesso en línea del Patrimonio cultural sonoro. Propuestas de la Fonoteca del Centro national de investigación científica, Francia, Aix-en-Provence ». L’intervention se fera en langue anglaise, sous le titre : « Preserving and disseminating sound cultural heritage: the experience of the MMSH Phonothèque (CNRS) »
  • La seconde, le 8 septembre, se fera dans le cadre d’ateliers pratiques intitulés Clinica para el análisis documental de grabaciones sonores y audiovisuales qui ont pour objectif de suivre toute la chaîne de traitement des documents sonores et audiovisuels. La phonothèque de la MMSH a sélectionné pour cet exercice un enregistrement de terrain du terrain saharien de Marceau Gast. A lire sur https://phonotheque.hypotheses.org/20033

Programme de ces journées :
Sur Europeana Sounds
Sur le blog Papeles de Musica
Sur le blog de l’école SIMMONS – School of Library and Information Science
Sur les Carnets de la phonothèque

Suivre ces journées en direct :
Sur le twitter et FaceBook de l’IIBI UNAM
et sur Twitter, avec le hashtag, certes un peu long :-), #PreservColecc_SonorasAV_UNAM

Lire le storify :

  1. Ces journées sont organisées avec le soutien du programme UNAM-DGAPA-PAPIIT, n° IN402016 et organisées par l’Institut de recherche sur la bibliothéconomie et l’information – IIBIInstituto de investigaciones bibliotecológicas y de la información et le laboratoire national des sources orales – LANMLaboratorio Nacional de Materiales Orales de la UNAM – Université nationale autonome de Mexico = Universidad nacional autónoma de México, l’École Européenne Supérieure de l’image (Poitiers, France), le centre de recherche et de développement de l’Institut national Polytechnique du Mexique – CITEDI-IPN  – Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del Instituto Politécnico Nacional et l’Alliance française de Mexico []