Archives de catégorie : Valorisation

L’archivio sonoro di Luisa Orrù, riflessioni sull’archiviazione

L’Archivio Storico dell’Università di Cagliari1 ha recentemente accolto tra i suoi fondi l’importante archivio sonoro di Luisa Orrù. Questa antropologa, nata in Sardegna nel 1944, ha studiato Linguistica sarda. Dopo la laurea, dopo aver insegnato per qualche anno presso una scuola media inferiore, nel 1974 è diventata assistente alla cattedra di Storia delle tradizioni popolari all’Università di Cagliari, retta dalla prof.ssa Enrica Delitala. In seguito, ha iniziato una collaborazione con l’antropologo Pietro Clemente e ha partecipato a una raccolta di testimonianze biografiche sulle donne in Toscana. Nel 1982 ha sistematizzato il metodo e sono iniziate le interviste alle donne sarde all’interno dello studio da lei condotto sul ciclo riproduttivo. Nel 1986 ha ottenuto in posto di professore associato di Antropologia culturale all’Università di Cagliari e ha portato avanti le sue ricerche. Luisa Orrù è morta nel 1998, a seguito di una malattia.

Continuer la lecture de L’archivio sonoro di Luisa Orrù, riflessioni sull’archiviazione

  1. La responsabile scientifico dell’archivio è attualmente la prof.ssa Cecilia Tasca. []

The Archive of Luisa Orrù, thinking of archiving

The Historical Archive of the University of Cagliari (whose director is Cecilia Tasca) has recently received an important sound archive by Luisa Orrù among its funds. This anthropologist was born in Sardinia in 1944 and she studied Sardinian Linguistics at the University of Cagliari. After her Master degree, she started teaching in middle school and, in 1974, she became History of Popular Traditions assistant professor with the supervision of Enrica Delitala. She later started collaborating with the anthropologist Pietro Clemente and participated in collecting biographical material on Tuscanian women. In 1982 she started interviewing Sardinian women as part of her study on  reproductive cycles. In 1986 she successfully became associate professor of Cultural Anthropology at the University of Cagliari and continued her research. Luisa Orrù died in 1998, due to her illness.

Continuer la lecture de The Archive of Luisa Orrù, thinking of archiving

Les archives sonores de Luisa Orrù, réflexions sur un archivage

Les Archives historiques de l’Université de Cagliari1 ont reçu dernièrement un fonds très riche, celui de Luisa Orrù. Cette anthropologue, née en 1944 en Sardaigne, a d’abord étudié la linguistique sarde. Puis, après avoir enseigné quelques années dans un collège, elle est nommée en  1974,  professeure assistante d’Enrica Delitala en histoire des traditions populaires à l’université de Cagliari. Dans le cadre d’une collaboration avec l’anthropologue Pietro Clemente, elle découvre la méthode de l’entretien enregistré en participant à une  enquête de terrain sur les femmes en Toscane. Dès 1982 elle systématise la méthode et débute ses propres recherches sur le terrain. En 1986, elle obtient un poste de professeure d’anthropologie culturelle à l’université de Cagliari. Luisa Orrù décède des suites d’une maladie en 1998. Continuer la lecture de Les archives sonores de Luisa Orrù, réflexions sur un archivage

  1. La responsable scientifique des archives historiques de l’université de Cagliari est actuellement Cecilia Tasca []

Lumière sur les données citoyennes et le petit patrimoine : retour sur la journée atelier du 12 mars

La journée organisée par Jean-Yves Blaise  le 12 mars 2018 a été l’occasion de présenter  le projet Territographie,  créé en partenariat avec le Mucem, la Région PACA et le MAP  autour du petit patrimoine en région. Cette plateforme numérique expérimentale de recueil et d’annotation participative, appuyée sur des technologies libres, est fondée sur une approche des sciences ouvertes pour l’identification, la localisation et la caractérisation participatives d’objets qui échappent aux logiques d’inventaire. En introduction, Yolande Padilla, sensible à la rencontre entre recherche, muséographie et public, a rappelé l’importance de la participation citoyenne et de la question de l’autorité partagée dans la perspective de l’Open Science.

Rôle du citoyen capteur, information géographique volontaire, cartographie critique, tels étaient les axes abordés et illustrés lors d’une première intervention du géographe Matthieu Noucher (CNRS–UMR PASSAGES). Il a introduit l’idée qu’une déconstruction de la cartographie est possible, au sens où Jacques Derrida1 l’entendait pour le discours et le savoir. Cette cartographie critique naît de la production des données collectées en géolocalisation par les citoyens. Le citizen sensor (citoyen capteur) apporte une information géographique volontaire en fournissant des données sur diverses applications. Ce système de contribution à la recherche a été décrit par le géographe Michael Frank Goodchild2  en 2007.  Les données ainsi produites sont ensuite analysées par les géographes qui peuvent en retirer des informations inédites.

Continuer la lecture de Lumière sur les données citoyennes et le petit patrimoine : retour sur la journée atelier du 12 mars

  1. J. Derrida, De la grammatologie, Les Éditions de Minuit, 1967 []
  2. « Citizens as sensors: the world of volunteered geography ». GeoJournal. 69 (4): 211–221 []

La phonothèque, actrice de l’innovation en SHS

Entre recherche et patrimoine, les archives sonores enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales sont peu exploitées. La phonothèque de la MMSH a mis en place une expertise depuis quelques années pour bénéficier des ressources du crowdsourcing afin de mieux faire connaître ses collections mais aussi de les enrichir. Voilà ce que l’équipe de la phonothèque1 a présenté sur le pôle « expertise » du salon Innovatives SHS2 où nous avions la chance d’être les voisins de la TGIR Huma-Num et d’OpenEdition.  

Continuer la lecture de La phonothèque, actrice de l’innovation en SHS

  1. Nous étions trois à représenter la phonothèque de la MMSH : Anissa-Claire Adgharouamane, archiviste, Hélène Giudicissi, adjointe à la phonothèque, et Claire Grégoire Saint-Pierre, juriste du patrimoine. []
  2. Les 17 et 18 mai derniers s’est tenue la troisième édition d’Innovatives SHS : salon pour la valorisation en sciences humaines et sociales, organisé par le CNRS au Parc Chanot de Marseille. Pour présenter leurs projets, les 68 exposants ont été répartis en différents pôles : éducation, expertise, patrimoine, santé et territoire. Pour les découvrir, vous pouvez consulter le mur du salon. []

Utiliser les archives télévisées, radiophoniques et du Web pour la recherche : nouveau catalogue documentaire

Consultez (en ligne ou à la MMSH) le catalogue des mémoires et thèses universitaires, s’appuyant sur des sources télévisées, radiophoniques et du Web – en majorité de l’Ina – déposés à la médiathèque de la MMSH. N’hésitez pas à l’enrichir en déposant des travaux !

Pourquoi ce catalogue ?

Continuer la lecture de Utiliser les archives télévisées, radiophoniques et du Web pour la recherche : nouveau catalogue documentaire

Épinglez les collections sonores de la phonothèque dans Historypin !

L’après-midi organisée le 17 octobre à la MMSH a été l’occasion d’explorer de façon collaborative les fonctionnalités du média social Historypin pour mettre en valeur deux collections sonores de la phonothèque1.

Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Récits de vie de français vivant au Maghreb entre 1930 et 1962

L’équipe de la phonothèque explorait pour la première fois cet outil dont le but est d’épingler2 des contenus (photos, vidéos, fichiers audio, textes) sur une carte générée par Google Maps. Après le chargement des fichiers sur SoundCloud, dans une collection spécifique, un tutoriel de l’outil a été réalisé pour guider l’organisation de l’après-midi. La navigation dans Historypin, est possible par deux approches : le lieu (à partir d’une recherche sur la carte) ou bien en se promenant dans les collections thématiques. Une fois inscrit, l’utilisateur peut créer ses propres collections, ou bien enrichir des collections existantes, ce qui a été le cas lors de cet atelier.

Lors de l’après-midi, la majeure partie des participants a choisi d’enrichir les témoignages des Arméniens des Bouches-du-Rhône,  sans doute en raison de la familiarité avec les lieux évoqués. En effet, une des missions principales était de géolocaliser ces entretiens, d’après le lieu principalement évoqué, une des difficultés étant l’itinéraire parfois complexe de la communauté arménienne, d’Asie-Mineure en France.

L’enrichissement a permis d’identifier les lieux d’implantation de cette communauté : leurs lieux de vie dans les différents quartiers de Marseille : Beaumont, Les Trois- Lucs (12e), La Rose (13e) et dans les environs : Bouc-Bel-Air (13320), Le Tholonet (13100), Martigues (13500) ainsi que leurs lieux de culte (église apostolique à Saint Jérôme, cathédrale des Saints-Traducteurs au Prado).

La saisie de mots-clés3 a permis de compléter les lieux évoqués dans les entretiens, mais aussi d’évoquer les thèmes récurrents, comme la cuisine, la musique et les traditions arméniennes. Pour cette première session dans HistoryPin, une modération s’est avérée nécessaire pour rectifier des fautes de frappe ou mots « parasites », qui nuisaient à la qualité de l’indexation.

L’annotation collaborative a également servi à apporter des informations de contextualisation, comme cette précision sur le quartier de Croix-Sainte :
Le quartier de Croix Sainte était là où se situait l’usine d’oléagineux Verminck (route de Port-de-Bouc à Martigues)
ou encore sur la localisation de l’association culturelle arménienne à Aix-en-Provence :
Aujourd’hui elle [l’association] s’appelle « Hay’s club du Pays d’Aix »

Enfin, la possibilité d’épingler de nouveaux éléments a permis a un utilisateur de signaler une exposition sur les Arméniens à Marseille au Musée d’histoire de Marseille.

En effet, un des atouts de l’outil Historypin est de pouvoir croiser tous types de documents, en intégrant des articles, photographies, vidéos en commentaire. Après avoir utilisé l’outil, il nous a semblé qu’une fonctionnalité  à développer serait le tracé d’itinéraires, qui – dans le cas de la migration des arméniens – mettrait en valeur les trajets des réfugiés, comme pour la collection sonore des réfugiés d’Asie-Mineure.

Comme lors de l’edit-a-thon du 23 octobre 2015,  organisé en partenariat avec la communauté Wikimedia France et Europeana Sounds, les collections sélectionnées par l’équipe de la phonothèque avaient pour objet les récits de migrants. Une idée d’enrichissement pourrait consister à lier ces articles de Wikipedia qui ont été créé lors de l’edit-a-thon directement aux enregistrements via Historypin.

Visitez le blog d’HistoryPin : http://blog.historypin.org/

 

  1. Cette journée a été organisée avec le soutien du groupe « Enrichment & participation » du projet Europeana Sounds, Workpackage 2, dont un des axes est l’enrichissement des données à travers l’usage d’outils collaboratifs. Au préalable, les fichiers  audio sélectionnés par l’équipe de la phonothèque ont été préalablement chargés sur la plateforme SoundCloud sous licence « Attribution » (CC-BY) avec le soutien d’Harry Van Biessum. []
  2. To pin en anglais []
  3. Tags en anglais []

Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

On October 17th, in the middle of the Open Access Week, and in the frame of the Europeana Sounds program, we invite you to join us in an afternoon dedicated to the annotation of the MMSH sound archives in order to help us to enrich our sourds with a focus on the geolocation. You will tag on History Pin a set of oral history interviews from the MMSH Sound Archives Center. For this session, we choose two very different historical periods : a collection about oral memory of Armenians living in Bouches-du-Rhône  (South of France), and an other about french people in Algeria in the middle of the 20th century ; both are under creative commons CC-BY. Continuer la lecture de Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

Le 17 octobre  2016, avec le soutien du programme européen Europeana Sounds, au cœur de l’Open Access Week, l’équipe de la phonothèque de la MMSH organise une après-midi dédiée à l’annotation de ses archives. Une centaine d’entretiens1 sont disponibles à l’écoute sur SoundCloud dans la Playlist de la phonothèque de la MMSH.
Le but de cet atelier collaboratif est de géolocaliser ces enregistrements sur la plateforme HistoryPin qui permet d’épingler des médias à l’aide de Google Maps. Continuer la lecture de Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

  1. Deux thématiques historiques ont été sélectionnées en fonction de leur intérêt historique et parce qu’elles ne posaient pas de problèmes juridiques de diffusion : la collection créée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône, et des récits de vie de français ayant vécu en Algérie, au Maroc ou en Tunisie entre 1930 et 1962. []

Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

Dans le cadre du Master 1 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », j’ai eu l’occasion de découvrir et de travailler autour des Postes de Consultation Multimédia de l’Institut national de l’audiovisuel. Depuis janvier 2016, deux PCM sont disponibles à la médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Ils offrent un accès exceptionnel aux archives du patrimoine audiovisuel français. Le 27 juin 2016, la journée de découverte « Visual Studies et Méditerranée »1 a officiellement inauguré ces postes Les interventions des chercheurs et des professionnels du monde de l’audiovisuel ainsi que l’atelier pratique ont permis de décliner les usages des PCM. Cette rencontre met en perspective l’exploitation du dépôt légal de l’Ina dans le cadre de la recherche en Sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années 1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm [] []