Archives de catégorie : Valorisation

Semaine du son entre Marseille et Aubagne du 23 au 29 janvier 2012

La 9ème édition de la Semaine du son débutera vendredi 20 janvier 2012. L’objectif de cet événement est de sensibiliser le grand public au sonore dans tous ses états. Cette année les sujets sont éclectiques : santé, nature, création, pédagogie, musique, sciences…et les façons d’entendre multiples de la conférence à l’atelier, en passant par la promenade sonore et le concert. Le programme complet est accessible sur le site de La semaine du son. Entre Aubagne et Marseille les archives sonores de la MMSH seront présentes. A la médiathèque Marcel Pagnol où le vendredi 27 janvier vous pourrez entendre des archives sonores qu’Olivier Féraud, ethnologue, a déposé à la phonothèque de la MMSH et qu’il avait enregistré dans le cadre de sa thèse Voies publiques. Environnement sonores représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples. A l’équitable café, vous pourrez écouter le jeudi 26 janvier à 19h30 une conférence sur L’oralité en Provence qui donnera à écouter des enquêtes issues de l’histoire de la collecte enregistrée en sciences humaines et sociales. Debrètz vòstres aurelhas !

Le site de la semaine du son : http://www.lasemaineduson-marseille-aubagne.org

Tout est son – Tutto è suono : une exposition à Alghero (Sardaigne)

 

 

 

A Alghero, jusqu’au 30 mars 2012, a lieu une expostion d’instruments issus de la collection privée du musicien Enzo Favata. Cette exposition orignale, est difficilement classable entre organologie et émotion. En effet, ce polyinstrumentiste qui parcourt le monde et sa Sardaigne natale depuis des années n’a cessé de rencontrer et d’échanger avec des musiciens et des luthiers. Ainsi, “Tutto è suono” présente une centaine d’instruments, tous uniques puisque chacun d’eux a été  fabriqué par un artisan. Certains ont été commandés par Enzo Favata lui-même, d’autres collectés ou offerts au grè de ses voyages et de ses concerts, d’autres enfin sont de véritables pièces d’antiquité acquises au fil du temps. Il s’agit donc d’une “expostion d’auteur” où chaque instrument raconte une histoire et évoque le contexte et la communauté au sein de laquelle il a été fabriqué et joué.

L’exposition offre un voyage dans la nature et le monde ancien à travers les matériaux des instruments eux-mêmes (roseau, bois, terre cuite, os, peau d’animaux, crin, boyaux, métal) mais aussi les évènements d”une vie quotidienne où la musique scandait le monde (danse, combat, mariage, naissance, funérailles, fêtes, Carnaval, prières, travail). Les catégories organologiques organisent l’espace où l’on peut admirer flûtes, clarinettes popualires, haubois, trompettes, flûtes globulaires, orgues à bouche.. L’occasion est trop belle de pouvoir admirer les flûtes sardes magiues : aluneddas, benas et pipiolos.

Enzo Favata, n’est pas que musicien, il est aussi le fondateur, avec Enedina Sanna ici commissaire de l’exposition, de l’association Archivi del Sud, qui réunit depuis les années 1980 de nombreuses collectes des traditions orales en Sardaigne. Soucieux de faire le lien avec la mémoire sonore de ces instruments, les deux artistes ont associé l’écoute d’archives à la découverte de qui accompagnent ces maginifiques instruments qui viennent venus de Sardaigne mais aussi du Brésil, d’Egypte, du Maroc, des Balkans, du Tibet, d’Australie, d’Inde ou du Japon.

Cette visite est une belle façon de découvrir un musicien et son histoire, des instruments traditionnels et leurs contexte de fabrication et d”interpréation et tout un monde de musiques et de sons. Si vous n’avez pas la chance d’aller à Alghero, vous pouvez contacter isoladeisuoni@gmail.com et faire venir la Sardaigne chez vous.

Zummara du Maroc (clarinettes populaires, à anche simple)

Texte de présentation de l’exposition en langue italienne

La mostra si basa su una collezione di strumenti di proprietà del musicista Enzo Favata, che ha raccolto gli esemplari nel corso di molti anni nei quali, per la sua attività concertistica, è entrato in contatto diretto con musicisti e artigiani della Sardegna e di altri paesi, in particolare Brasile, Egitto, Marocco, Balcani, Giappone, India. Gli strumenti esposti sono per lo più pezzi unici realizzati da artigiani, altri sono pezzi d’antiquariato, altri ancora sono stati costruiti su commissione dello stesso musicista.

Si tratta di una “collezione d’autore”, dove ogni strumento è accompagnato da una sua storia personale, che evoca l’ambiente e la comunità al quale appartiene. Ciò permette che l’esposizione sia visitabile su un doppio un percorso, da una parte quello oggettivo, di informazione musicologica, dall’altra un percorso “emozionale” che invita ad accostarsi senza preconcetti all’ascolto e alla scoperta di culture musicali diverse.

Nell’epoca del suono digitale e della musica de-materializzata che pervade la nostra vita quotidiana con strumenti di elaborazione e riproduzione sempre più piccoli e leggeri, questa esposizione mette in risalto il suono “materiale”, prodotto da strumenti che nella loro materia sono una sintesi del mondo naturale: canna, legno, terracotta, osso, pelle di animali, crine, budella, metallo risuonano da migliaia di anni, accompagnando la vita dell’uomo in ogni sua espressione comunitaria, la danza e la battaglia, il matrimonio e il funerale, la preghiera e il lavoro.

Gli strumenti esposti rappresentano la tradizione musicale di diversi paesi del mondo. Sono rappresentati in modo particolare gli strumenti a fiato, suddivisi in flauti, clarinetti popolari, oboi, trombe, flauti globulari e organi a bocca. Tra gli strumenti a fiato della Sardegna si possono ammirare diversi esemplari di launeddas, benas e pipiolos.

Numerosi gli strumenti provenienti da altri paesi, in particolare da America Latina, diverse regioni europee e del Mediterraneo arabo, e il lontano Oriente, Cina, Giappone, India, Tibet, fino all’Australia rappresentata dal didgeridoo. Ciò consente una comparazione tra gli strumenti occidentali più noti e quelli diffusi in altre aree geografiche: ad esempio si potranno raffrontare i diversi tipi di clarinetti popolari, come le launeddas sarde, l’arghoul egiziano, la zummara del Maghreb.

Accanto a diversi esemplari di percussioni e idiofoni, vi sono anche oggetti e giocattoli sonori che pur non essendo propriamente strumenti musicali, incuriosiscono per le modalità di produzione del suono e l’ambito d’uso: da su furrianughe sardo alla sudafricana vuvuzela.

Una sezione è dedicata ai suoni delle feste più significative della Sardegna, in particolare il Carnevale barbaricino. Un’ultima sezione ripercorre la storia degli archivi sonori e dei ricercatori che nel corso del Novecento hanno contribuito a far conoscere la straordinaria ricchezza del patrimonio costituito dalle musiche popolari in tutto il mondo.

La mostra è dotata di supporti per l’ascolto dei suoni e la visione di filmati relativi agli strumenti esposti. Si possono programmare visite speciali per le scuole dalle primarie alle superiori, elaborate sulla base delle esigenze didattiche e educative. Per informazioni: isoladeisuoni@gmail.com tel. 393 8946954

Texte de présentation de l’exposition en langue anglaise

The exhibition is based on the collection owned by the musician Enzo Favata, who collected the specimens in the course of many years in which, for its concerts, came into direct contact with musicians and artisans of Sardinia and other countries, particularly Brazil, Egypt, Morocco, the Balkans, Japan, India. The instruments are mostly unique pieces made by artisans, others are antiques, others were built on commission of the same musician.

This is an artistic collection, where each instrument is accompanied by his personal story, which evokes the environment and the community to which it belongs. This allows the exposure is visited by a dual path, on the one hand the objective, musicological information, on the other path “emotional” approach that invites you to listen without preconceptions, and to discover different music cultures.

In the era of digital sound and music de-materialized that pervades our everyday life with tools for processing and reproduction ever smaller and lighter, this exhibition highlights the sound “material”, produced by instruments that are a synthesis of the natural world: cane, wood, clay, bone, animal skin, hair, entrails, metal resonate thousands of years, accompanying the man’s life in every community expression, dance and battle, marriage and funeral, prayer and work.

The instruments exposed are representative of the musical traditions of different countries of the world. They are represented in a particular way the wind instruments, divided into flutes, clarinets popular, oboes, trumpets, flutes, mouth organs and globular. Among the wind instruments of Sardinia you can see several examples of launeddas, and benas pipiolos.

Many instruments from other countries, particularly Latin America, several countries of the Mediterranean regions of Europe and the Far East, China, Japan, India, Tibet. This allows a comparison between the Sardinians and those instruments typically spread to other geographical areas: in essence, you can compare the different types of clarinets popular, such as sardines launeddas, the arghoul Egypt, the Maghreb zummara.

A section is devoted to the most important festivals in Sardinia, in particular, Carnival Barbaricino. A final section covers the history of sound archives and researchers in the twentieth century have helped to raise awareness of the extraordinary richness of the music made ​​by people all over the world.

The exhibition features support for listening to sounds and watching movies on instruments on display. Special visits can be programmed for tourists. For more information, please contact: isoladeisuoni@gmail.com tel. 393 8946954

 

Revue de presse de l’exposition :

Ciao Sardinia : http://www.ciaosardinia.com/ita/sardegna/news/mostra-tutto-e-suono-alghero-15-dicembre—30-marzo

Sardegna Oggi : http://www.sardegnaoggi.it/Spettacolo_e_Cultura/2011-12-21/17229/Tutto_e_suono_strumenti_da_tutto_il_mondo_in_mostra_ad_Alghero.html

 

Crédits photographiques : Enedina Sanna

Nòvas istòrias de las Cevenas – Nouvelles histoires des Cévennes

Gageons que, sans Jean-Noël Pelen, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne (MMSH) n’existerait pas. Lorsque la collection d’archives sonores a été créée en 1979 à l’université d’Aix-en-Provence, il n’y avait quasiment pas de dépôts d’enregistrements. Au sein du CREHOP, le centre de recherches et d’études sur l’histoire orale et les parlers populaires, ce sont les enquêtes de terrain de Jean-Noël Pelen qui ont commencé à nourrir le fonds, avec ceux de ses collègues et ami(e)s qui travaillaient dans son sillage. Tous ces chercheurs étaient soucieux que la parole des anonymes qu’ils enregistraient et sur laquelle il s’appuyaient pour leurs publications, puissent être un jour écoutée. Si un poste d’archiviste du son a été créé en 1997, lorsque la phonothèque a été intégrée à la MMSH, c’est bien parce que Jean-Noël Pelen avait continué à travailler avec cette source qui pourtant n’a pas toujours été très appréciée dans le petit monde des sciences humaines et sociales…

Tout a commencé avec le conte en Cévennes en 1973 suivi d’échappées sur des thématiques particulières comme le vieux Donzère (1978) ou la question de la mémoire autour du châtaignier (1987), pour quitter ensuite la terre cévenole et s’ouvrir sur des travaux collectifs comme le Pays d’Arles par ses gens (1983-1987) ou L’homme et le taureau (1987-1990), puis se diriger vers des sujets novateurs et plus urbains avec La Résistance à l’exclusion, dernier grand corpus qu’il a constitué (1994-1998). Jean-Noël Pelen, par sa méthode de travail, a également fait évoluer le monde des archives orales déplaçant l’auteur de l’enregistrement, place que s’est longtemps arrogée le chercheur, vers le témoin. C’est ainsi qu’à la publication de Jours de Provence  (1990-1994), son informateur Laurent Merlo se trouvait à ses côtés sur la couverture de l’ouvrage, en tant qu’auteur. La réflexion qui a accompagné la constitution de corpus enregistrés a toujours été clairement affichée,  sa méthodologie toujours en évolution et mise à l’épreuve de la discussion. C’est ainsi que pendant quatre années (1997-2000) se sont succédées de séminaires pluridisciplinaires sur un thème qui lui tenait à coeur : le récit collectif, posé comme objet de recherche dans toutes ses dimensions.

Les 16 et 17 décembre prochain, la municipalité de Sainte-Cécile-d’Andorge présentera une exposition sonore et visuelle, accompagnée de conférences en hommage à Jean-Noël Pelen qui vient de terminer sont temps de travail au CNRS, sous le titre “Echos des Cévenols d’autrefois – Jean-Noël Pelen en Vallée-Longue (1971-1976)”. Ce chercheur originaire de la Haute-Levade par son grand-père maternel, a enregistré il y a presque quarante ans la mémoire des anciens et voilà que son travail, conservé à travers les années par la phonothèque de la MMSH, vont pouvoir être entendues à nouveaux dans les villages alentours.

L’inauguration de l’évènement aura lieu le vendredi 16 décembre à 18h dans la salle des associations de la Haute-Levade et l’exposition sera visible du samedi 17 au dimanche 18 décembre de 14 h à 17 h. Vous pourrez également écouter des entretiens de terrain enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Raoul Pic et Gabriel Teissier, qui seront mis à disposition dans la salle paroissiale du village de Sainte-Cécile-d’Andorge. Puis le lendemain, samedi 17 décembre,  sous le chapiteau dressé place de la Haute-Levade à 16 h Jean-Noël Pelen tiendra une conférence sous le titre “L’expérience des Cévennes : un chemin d’ethnographie”. La journée se clôturera à 18h  par une série de concerts, reprenant les cants et danses populaires des Cévennes avec Le collectif Manja Pélos, Tornamai, Marianne Evezard, Pascal Jaussaud, Les violoneux de la Cola’Ophane, Clair de Terre, les chanteurs du Galeison… Le lendemain, dimanche 18 décembre dans la Salle municipale du Collet-de-Dèze à 15 h, vous pourrez écouter d’autres entretiens enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Zénobie Hours, Gabriel Teissier et Raoul Pic.

Profitez de la visite, venez nombreux et en famille ! Ce jour là se tiendra au village un marché de Noël sur la place avec une dégustation de soupe tout la soirée… Les anciens cévenols doivent être bien joyeux de savoir que leurs histoires font encore rire le monde et que leurs chants font toujours danser la jeunesse.

Programme du 16-17 decembre 2011à télécharger

 

 Crédits photographiques : Arènes, attaque du cheval du picador par le taureau, Toulouse, 14 juillet 1906. Fonds Trutat – Photographie ancienne. Cote : TRU C 1418, Localisation : Fonds ancien (S 30), Lieu de création : Toulouse (Haute-Garonne), Mesures : : 9 x 12 cm, Observations : Note manuscrite de Trutat : Toulouse, course de toros, 14 juillet 1906, Goerz-Anschutz. Négatifs sur plaque de verre. Collection de la Bibliothèque de Toulouse. Domaine public.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agitation de neurones et d’archives sonores à la fête de la science 2011

Du 12 au 16 octobre 2011 la science s’est fêtée à Marseille comme partout en France pour la 20ème édition. Pas moins de 40 animations étaient proposées sur les sites de Marseille aux enfants des écoles primaires, collégiens et lycéens comme à tous les publics. Les archives sonores et la phonothèque de la MMSH tenaient bonne place sur le campus de Saint Charles de l’Université de Provence, dans la salle des conférences au sein… du marché de la chimie ! Quel rapport avec la chimie ? Tout d’abord un lien étroit avec la constitution du savoir comme pouvaient l’exposer au moins trois stands présents. Celui décrivant la fabrication et les multiples usages du savon de Marseille (Compagnie des détergents et du savon de Marseille), un autre sur les huiles essentielles et la fabrication des cosmétiques (Laboratoire Chimie Provence UMR 6264), ou encore celui des connaissances ethnobotaniques (Herbiers de l’Université de Provence). Chacun abordait au cours de son exposé le savoir empirique développé et transmis par les anonymes utilisant au cours des siècles une herbe parfumée, curative, ou le savon comme dentifrice.

L’exploration de la base de données de la phonothèque de la MMSH sur le thème des savoirs scientifiques et de leur transmission nous a permis l’extraction de quelques extraits pertinents : le témoignage d’un descendant d’arménien devenu chimiste à Lyon, les souvenirs de la fille d’un chimiste d’Erevan sur la carrière de son père, le récit du développement d’une usine d’engrais chimique par deux de ses anciens employés, les soins aux brebis décrits par un berger ou encore l’utilisation de la saponaire dans le lessive. Les visiteurs du stand de la phonothèque, scolaires et collégiens pour les jeudi et vendredi, ont découvert les méthodologies en sciences sociales, le traitement documentaire source de réappropriation des archives sonores, la sauvegarde des supports fragiles, la démarche d’une cession de droits patrimoniaux. Ils ont pu aussi expérimenter l’entretien qualitatif au cours d’un jeu de rôle. Formant un binôme, les jeunes devaient se partager les rôles d’enquêteur et de témoin en ayant déterminé au préalable une thématique d’entretien de leur choix. Seules règles à respecter : éviter les questions trop personnelles ou gênantes, éviter de porter des jugements sur les réponses obtenues et ne pas se couper la parole. Sans rien écrire, ils se sont lancés dans l’enregistrement. Se sont succédés des essais d’entretien sur les émissions de télévision favorites, les goûts musicaux, la pratique de différentes danses, le hip-hop de Nicki Minaj,

les recettes des grand-mères, les goûts culinaires et vestimentaires, la pratique des jeux video, du vélo,

et les groupes d’amis au collège.

Les enquêteurs en herbe ont pu ainsi découvrir la richesse des récits oraux, leur finesse et leur originalité par rapport aux productions écrites par exemple. Ils comprenaient ainsi la place particulière de ces archives, au carrefour des intérêts de plusieurs disciplines, décalées des productions journalistiques qu’ils peuvent connaître au quotidien. Une discussion pouvait s’engager parfois entre les jeunes gens et leur enseignant sur de nouveaux termes de vocabulaire, sur leurs histoires familiales, sur notre patrimoine commun.

Le samedi, l’accueil proposait au grand public des écoutes d’extraits sonores choisis en explorant la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ces journées permettent aussi des échanges entre chercheurs de discipline différentes et la découverte mutuelle de leurs travaux, de leurs outils dans des présentations ludiques, dans un langage accessible, pédagogique, servit par une grande volonté de partage, d’ouverture et de curiosité.

 

Crédits photograpiques : Corinne Cassé, Marché de la chimie octobre 2011, Fête de la Science, Campus de Saint-Charles.

Crédits phonographiques : merci à tous les élèves qui ont suivi les ateliers de la phonothèque et accepté de devenir, un instant,  collecteur de témoignages.

La randonnée du patrimoine culturel

 

Depuis quelques temps, on trouve dans certaines villes des propositions pour de nouvelles façons de marcher ensemble. Je viens de faire une voyage dans mon quartier, le 15e arrondissement de Marseille avec l’Agence touriste. Cette drôle d’agence présente ses balades comme “partitions de promenades” et elle en profite pour transmettre des bribes de mémoire locale. A travers les voix des artistes qui nous emmènent “par monts et par vaux”, nous entendons – entre autres choses – les récits de ceux qui habitent, jouent, traversent ou travaillent dans ces espaces. Le fonctionnement de ces “balades patrimoniales”, qui s’inscrivent dans le cadre la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société1 est très bien décrit dans Wikipedia. Je n’ai pas trouvé traces d’autres balades de ce type qu’à Marseille (qui en a fait un projet pour 2013) et Venise mais si un lecteur entend parler d’autres sites, qu’il nous le signale dans un commentaire du billet !

Quoiqu’il en soit, tout en marchant, j’imaginais qu’il serait intéressant d’inviter les artistes qui organisent ces promenades à venir écouter les entretiens de terrain archivés : ils pourraient alors les réutiliser directement dans ces balades, sur les sites où leurs captations se sont faites, comme un écho de ceux qui ont jadis occupé cet espace. La lecture de la convention de Faro devrait bousculer les gestionnaires de fonds patrimoniaux et les pousser à la multiplication des publics, à la recherche de nouveaux usagers qui  écouteraient (enfin ?) ces archives de notre mémoire collective qui racontent l’histoire des anonymes et tissent la diversité culturelle du terrain.

En effet, j’exagère sans doute, mais il me semble que si les centres d’archives sonores mettent aujourd’hui de plus de documents en libre accès, les consultations et les réutilisations restent limitées au regard du coût que représentent la numérisation, l’analyse et la mise en ligne. D’ailleurs, cette question n’est pas propre aux archives sonores mais se retrouve dans de nombreuses collections patrimoniales à travers le monde, et certains osent le dire. Les bibliothécaires de la Library of Congress confiaient dans leur premier bilan d’activités du projet Flickr Commons2 qu’ils ne s’attendaient pas à recevoir autant de félicitations de la part leurs concitoyens pour la mise en ligne de leurs collections sur Flickr puisqu’elles étaient déjà accessibles sur leur site de puis plusieurs années :

Ironically, some of the email and comments we received after launch noted how pleased people were to see the Library “begin” to digitize their photographs and make them available online. In fact, the Library of Congress Prints and Photographs Online Catalog (PPOC) contains more than one million digitized images that have been available on the Library’s Web site for years. Feedback of this nature suggests that as a result of this project the Library is reaching new audiences—people who did not or could not find this material on our own site, and people who never thought to look here. (p. 14)

Il existe donc des façons de sortir des centres d’archives et de partir en direction de nouveaux usagers, à nous de les découvrir.

Crédits photographiques : balade avec l’agence tourisme, en dessous du Plan d’Aou, juste au-dessus de la Bricarde, vendredi 10 juin 2011, photogr. Véronique Ginouvès.

 

  1. Ou convention de Faro, cette convention vient d’entrer en vigueur le premier juin 2011 []
  2. Deux billets sur Flickr Commons ont été publiés dans les Carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/3658 et http://phonotheque.hypotheses.org/452 []

Conférences sur les archives du patrimoine vivant au Centru culturale VOCE, Centre de musique traditionnelle de Corse

Les 25 et 26 février 2011, dans le magnifique village de Pigna – entièrement piéton-, se sont tenues deux journées de conférences sur les archives sonores. Ces rencontres inauguraient un cycle de conférences préparées par la médiathèque du Centre Culturel Voce association de recherche et de formation sur la musique traditionnelle.

Quatre interventions présentaient les modalités de collectage d’archives du patrimoine vivant libres de droits, leur traitement documentaire et leur partage sur l’internet (Corinne Cassé, association Paroles Vives, Véronique Ginouvès, phonothèque de la MMSH), l’expérience de cycle de restitution de ces archives aux populations insulaires ( Antoine Leonelli, chargé du service de la médiation au Musée de la Corse programme Estru Paisanu), et de magnifiques portraits de chanteuses collectées par Nicole Casalonga, présidente de l’association mais aussi chanteuse, musicienne et collectrice et Catherine Perrier, collectrice et chanteuse, spécialisée dans la collecte des musiques et danses traditionnelles.

Il fut question des dimensions affectives de ces archives, de leur portée patrimoniale unique, mais aussi de la qualité des entretiens autant sur un plan technique que sur le plan des relations établies entre les locuteurs, propices à la transmission de la parole, de la mémoire, du sens que chacun pouvait donner à la notion de patrimoine. La place des familles notamment des informateurs et leur histoire de vie dans ces parcours de chanteurs, de témoins fut particulièrement mis en valeur.

Un public hétérogène assistait attentif à ces présentations : musiciens, habitants du village, collecteurs, chanteurs… La présence de plusieurs partenaires et institutionnels, Damien Delgrossi, directeur du Centre des Musiques Traditionnelles de Corse, et Dominique Devaux, directeur des archives départementales de Haute-Corse, ont permis de croiser les regards sur ces archives, les méthodologies employées et d’envisager de nouvelles collaborations.

Il faut saluer le dynamisme des équipes du Centre Culturel Voce, de sa direction et de sa médiathèque, leur volonté d’initier de nouveaux échanges, dans l’île et au dehors, sur le collectage de la musique et du patrimoine oral en général. Les questionnements sur la communication des archives et sur la place des locuteurs, informateurs ou collecteurs, ne connaissent pas de frontières et ne sont pas propres à une seule discipline. Ainsi, le professeur Ignazio Macchiarella, de l’université de Cagliari en Sardaigne, ethnomusicologue, nous a fait partager ses recherches en musicologie menée avec les chanteurs de polyphonies de différentes confréries corses. Les échanges sur le terrain ont abouti à la publication d’un livre, “Tre Voce per pensare il mondo”, véritable co-écriture avec ses informateurs. Un grand moment d’émotion nous fut donné lorsque les hommes de ces confréries nous ont rejoints en fin de journée et ont accepté de prendre la parole pour témoigner de cette expérience de questionnement et de restitution culturelle. Au moment de partager les collations de fin de conférence, les petits groupes se sont formés spontanément pour explorer toute la beauté des polyphonies chantées au sein des confréries, comme autant de partages d’émotions.

En parallèle de la richesse de ces échanges, baignés dans la majestueuse beauté du site, se déroulait l’atelier sur les instruments à cordes frottées mené par John Wright, collecteur, musicien et musicologue. Chaque élève, particulier, musicien traditionnel, était venu avec son instrument pour partager les pratiques, les expériences musicales, les sons…

Ces journées, parmi tant d’autres, témoignent de la vivacité du milieu du collectage et de la volonté de s’enrichir des autres trajectoires. Elles prouvent, s’il en était encore besoin, des avancées de la réflexion autour du sens du collectage et de sa restitution. Il est à souhaiter qu’elles préfigurent de futurs partenariats, de nouvelles pistes de terrain et de nouveaux outils communs.

Le Centre Culturel Voce a été créé en 1978. Il collecte, archive et met à la disposition du public des enquêtes de terrain. La phonothèque de la MMSH travaille en collaboration avec ce centre qui a commencé à mettre en ligne nombre d’archives musicales sur sa base Repertorium.

Crédits photographiques : Village de Pigna, l’image est sous Creatives Commons. Salle de conférence à l’hôtel Casa Musicale, Pigna, par le Centru Culturel Voce, et stagiaires des Ateliers de John Wright, par Corinne Cassé, le 25 février 2011.

11e carrefour des possibles à Marseille : où sont les données ?

Mercredi soir, a eu lieu la 11e édition du Carrefour des possibles sur le thème de la ville créative. Difficile de savoir qui avait eu l’idée de venir jusqu’au Point de bascule ce soir là mais plus d’une centaine de personnes s’y sont retrouvés pour échanger. La soirée a débuté par une conférence de Frédérique Entrialgo, professeur à l’école des Beaux-Arts de Marseille. Elle a présenté des installations artistiques mettant en oeuvre des outils numériques expérimentaux à travers le monde, là où il arrive que l’on se laisse glisser dans le corps de la ville à travers des écrans, des jeux, des échanges physiques ou virtuels. Denis Pansu a ensuite définit ce carrefour des possibles en le présentant comme un accélérateur de développement local, un moyen d’émancipation citoyenne et un agitateur de communautés innovantes. Les trois mots-clés de la FING : créativité, diversité, sérendipité… Un programme ambitieux représenté par  trois “coups de projecteurs” et dix “usages innovants” sélectionnés sur le thème de la ville créative, chacun ayant 6 minutes pour présenter son projet.

Le premier coup de projecteur portait sur un projet la FING sur le partage et la récupération des données publiques. La FING, qui n’hésite pas à parler d’une révolutionen train de se faire autour des données, engage une action  avec deux territoires pilotes. Son objectif est de de faire émerger sur ces territoires le plus grand nombre de projets innovants fondés sur la réutilisation de données publiques. La région PACA serait l’un de ces deux territoires. Il est même prévu, dans le cadre de Marseille Provence 2013, d’organiser des assises autour de la réutilisation des données publiques en PACA en collaboration avec la FING. Le citoyen marseillais va-t-il finir par obtenir des informations précises sur les budgets de la ville et leur utilisation ? Sur les heures d’ouverture de ses piscines ? Obtenir un annuaire des agents et de leur fonction ? En tout cas, cette expérimentation devrait ensuite   permettre la production d’un “guide pratique” de la réutilisation des informations publiques territoriales au service de l’innovation et de la proximité.  A suivre donc….

Deuxième coup de projecteur,  la présentation de SAGESS PRO, un outil d’aide à la décision de au service de l’entreprenariat mis en oeuvre par la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de la région PACA. Dommage, quand je me connecte sur le site je ne retrouve pas les informations présentées lors du Carrefour car il faut s’inscrire, gratuitement certes  mais avec un numéro de Siret et toute une série d’informations à fournir : côté mise à disposition publique des données, peut mieux faire.

Le troisième coup de projecteur racontait une jolie histoire de grand-mère qui promène ses petits-enfants en 2050. Ils ont entre 8 à 12 ans et leur mamie leur propose des images et des vidéos futuristes pour les sensibiliser aux évolutions sociétales et technologiques tout en leur faisant exécuter des exercices de créativité.

Ensuite, la présentation des dix projets s’est accélérée. De 6  minutes en 6 minutes nous ont ainsi été présentés une proposition d’objets augmentés pour gérer nos outils numérique en un seul geste, un dispositif permettant de filmer un swing (je ne le savais pas, le swing est un geste au golf) et plus si affinités, un musée électronique (une application embarquée sur téléphonie mobile pour collecter et partager les oeuvres que vous avez vues dans les expositions – sauf que je n’ai pas du tout compris comment il fonctionnaient pour régler les questions de droits d’auteur), un classeur virtuel d’activité numérique (un projet pédagogique), un jeu vidéo interactif géolocalisé sur téléphone mobile, Citywall – un dispositif collectif d’exploration et de découverte sous la forme d’un mur interactif multi usagers destiné à l’espace public -, WAAW – un moteur de recherche des activités culturelles et touristiques du territoire marseillais et de sa région -, un site pour les fans du passé (un genre plus alternatif du “Journal de votre année de naissance”), la galerie virtuelle Tournicoton sur Second Life  et bien sûr le projet de géolocalisation du patrimoine sonore immatériel présenté par l’association Paroles Vives et la phonothèque de la MMSH en collaboration avec une action de captation sonore envisagée en 2013 imaginée par Cyrille Carillon à partir d’un projet bruxellois similaire : “Marseille nous appartient”.

La présentation de tous ces projets était riche et dense, souvent étonnante parfois amusante. Mais une chose est sûre, beaucoup de ces projets envisagent de puiser dans les données publiques libres de droit, très peu en constituent ou en mettent à disposition. Or, il me semble que si le web à venir est bien le web de données, il y a encore beaucoup à faire pour que les données publiques puissent être diffusées librement.

Après les présentations, autour d’une soupe de pois cassés et de gâteaux à l’orange, les participants se pressaient autour des stands de présentation des projets. Pour le patrimoine immatériel, le projet semblait avoir intéressé de nombreuses personnes ravie d’échanger sur l’intérêt et la force de l’enquête de terrain. Toutefois, en discutant avec de possibles financeurs je me suis vite rendue compte que les sociétés sont toujours ravies de récupérer les données  publiques pour les mettre en avant dans des projets dits collaboratifs où leur marque apparaît en sponsors mais elles le sont beaucoup moins lorsqu’il s’agir de participer au financement de leur constitution et leur contextualisation…

A lire en préambule, la présentation de la sélection du projet le 3 décembre 2010 : Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Crédits photographiques :

– Deuxième salle de projection au ¨Point de Bascule. Photographie Véronique Ginouvès.

– Véronique Ginouvès (MMSH), Cyrille Carillon (Studio Domino), Florence Mazzella (Paroles Vives) présentent leur projet de géolocalisation du patrimoine immatériel puis sont interviewés par Radio Grenouille. Photographie de Gaëlle Inizan.


Chercheurs et organisations communautaires: un exemple de collaboration réussie

Le projet ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés)- Histoires de vie Montréal a débuté en 2007 et s’achèvera en 2012.  Un projet de 5 années durant lesquelles une équipe de plus de 150 chercheurs universitaires et communautaires réalisent des entrevues auprès de résident(e)s montréalais(e)s ayant été victimes de violations aux droits de la personne. Ces entrevues sont enregistrées en format vidéo ou audio et sont conservées au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia (CHORN) et éventuellement chez des organismes communautaires partenaires.

La notion d’ “autorité partagée” entre les chercheurs, les intervieweurs, ainsi que les personnes interviewées est le concept clé de ce projet. Ceci est possible notamment grâce à l’obtention d’un “consentement éclairé” des personnes interviewées lors des collectes (Cf. le code déontologique décrivant l’éthique du projet). De plus, le projet prévoit des stratégies de partage d’autorité après l’entrevue:  les personnes interrogées participent également à la production de la recherche et notamment à l’interprétation des propos recueillis. Il s’agit en définitive de développer une relation de confiance qui favorise  la collaboration et les prises de décision partagées.

Ce projet est structuré en 7 groupes de travail autour de thèmes géographiques (“Cambodge”, “Haïti” , “Rwanda”) ou transversaux  (“Jeunes réfugiés”, “Shoah et autres persécutions contre les  juifs”, “Histoires de vie en éducation”)  et le groupe “Histoires orales et représentations artistiques”. Ce dernier groupe de travail se base sur les histoires de vies recueillies lors des interviews et élabore des œuvres  musicales, théâtrales, dansées ou encore des expositions, conférences etc. Ainsi les témoignages recueillis participent à la création artistique contemporaine engagée: une façon de donnée une autre vie aux archives ainsi constituées.

Différents outils ont été développés dans le cadre de cette collaboration:

Le projet Histoire de Vie démontre (encore une fois) l’intérêt et la richesse d’une collaboration à grande échelle entre universitaires et communautés, de sorte que ces dernières ne soient pas uniquement observées mais deviennent des partenaires de la recherche. (Nous reprenons ici les propos de Steven High).

Océane Chotard

Après avoir obtenu un master recherche en musicologie-spécialité ethnomusicologie: "Les sillons du Gwo ka de la Guadeloupe" (2008) à l'Université François-Rabelais de Tours, Océane complète sa formation par une maîtrise des sciences de l'information à l'Ecole de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information à l'Université de Montréal (en cours). Ses intérêts professionnels résident dans la préservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine musical et particulièrement en ce qui concerne les documents sonores.

More Posts - Website

2011 : Quand le renard entre dans les bases de données pour raconter des histoires au monde…

L’année 2011 va débuter avec la mise en production du portail du patrimoine oral : plus de 81 000 notices documentaires issues de quatre centres d’archives sonores et audiovisuelles sont moissonnées et présentées dans ce catalogue collectif. Elles racontent les histoires des habitants de Bretagne, du Sud-Ouest de la France, de Bourgogne, de la Provence et au-delà vers la Méditerranée. L’occasion enfin de dresser une première cartographie des entretiens de terrain réalisés en France de la fin des années 1950 à nos jours, de pouvoir réaliser des interrogations sur des masses critiques importantes d’archives sonores et de permettre des comparaisons entre les différents corpus, les façons de faire et de dire.

Des récits, d’hommes et de femmes, qui – dans des langues où le français est loin d’être dominant – nous font partager leur mémoire, décrivent leurs savoir-faire, évoquent leur vie quotidienne au village, retracent leur migration, nous racontent des histoires,  chantent ou  jouent pour faire danser,…  Interroger le portail rend compte de documents qui traversent les traditions orales de la France.  Tentons une requête sur le mot “renard”,  un animal oublié dans les villes qui, sur le portail, renvoie vers plus d’une centaine de réponses. Notre renard apparaît damb sa coetta dans des chants à danser de la région de Damazan1 ou avec le loup et la belette dans ceux du pays d’A-Bas2, dans des récits de rituels de protection des poulaillers en Cévennes, des évocations de la sauvagine ou des anecdotes de la vie quotidienne. A force de vivre près de lui, certains agriculteurs savaient même imiter son cri à la perfection.

Le renard est depuis longtemps un personnage important des contes traditionnels, c’est lui qui dupe toujours le loup par sa ruse. L’interrogation du portail du patrimoine oral offre l’occasion de retrouver et comparer des versions multiples de ces récit, celles du “Renard parrain” par exemple3. L’histoire est celle d’une dure journée de travail du loup et du renard qui doit être payée, suivant les versions, par un pot de miel, des salaisons ou du beurre destiné à être mangé en commun. En plein effort, le renard feint d’être appelé pour un baptême lorsque sonnent les cloches de l’église… et cela plusieurs fois au cours de la journée (le plus souvent à trois reprises). Évidemment le renard profite de la pause pour manger en cachette le repas promis au fur et à mesure, évitant ainsi de travailler. A la fin de la journée, grand seigneur, il laisse  au loup la totalité du  salaire et s’enfuit en courant avant que  le loup harassé de sa journée ne découvre le pot de miel ou la motte de beurre dévorée… L’interrogation du portail nous offre une trentaine de versions de ce seul conte  en langue française et occitane. Chacune de ces versions raconte la même histoire, chaque fois avec une langue ou une façon de dire qui lui est propre.

Cette simple interrogation illustre la multitude de facettes que peut prendre l’oralité, et laisse percevoir tout l’intérêt d’interroger des métadonnées homogènes pour des documents du patrimoine oral. L’oralité n’est pas figée, elle est vivante ! Les outils documentaires mis en place permettent d’obtenir, pour chaque oeuvre orale, différentes versions enregistrées issues de témoins dispersés à travers la France. C’est pourquoi la question du titre uniforme des œuvres orales est centrale. Les catalogues internationaux comme ceux de Aarne et Thompson pour le conte et de Conrad Laforte ou de Patrice Coirault pour la chanson francophone sont les outils indispensables qui permettent à tous ces centres documentaire sur l’oralité de parler le même langage. C’est de cette façon que les contes du renard peuvent être retrouvés à partir des titres donnés par les témoins tels qu’ils les racontaient, par ceux que les collecteurs ont indiqué dans leurs publications ou encore par les titres uniformes dans les catalogues, en l’occurence notre “Renard parrain” se retrouvera dans la rubrique « Contes d’animaux sauvages / Animal tales — Wild animals » sous le numéro T15. Mieux encore, chaque oeuvre est décrite et rapprochée de l’enquête de terrain et elle peut être écoutée en prenant en compte le contexte de production et de transmission du témoignage. Enfin, le résultat des requêtes posées au catalogue collectif renvoie systématiquement vers le catalogue originel puisque le portail n’entrepose que des notices en Dublin Core. Il est alors possible, localement, de consulter la notice complète et d’écouter l’enregistrement s’il a été mis en ligne. C’est d’ailleurs, techniquement, un des intérêts majeurs du protocole OAI-PMH que d’offrir cette centralisation des informations et un accès unique pour les recherches tout en conservant l’identité de chaque catalogue. Voilà de nouvelles aventures en perspectives pour Renard qui entre dans la le village global pour avoir dupé le loup…

Le portail du patrimoine oral a été créé par la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles dans le cadre du pôle associé avec la Bibliothèque nationale de France. Il est hébergé sur les serveurs d’IN2P3 avec le soutien du TGE Adonis. C’est la société GB Concept qui l’a mis en oeuvre en s’appuyant sur la plateforme PKP. Les notices sont fournies au format Dublin Core simple.

Crédits photographiques : Un petit renard apprivoisé chez M. et Mme Gordon Jones à Talysarn / Titre de la photographie en gallois : Cadnawes ddof yng nghartre Mr a Mrs Gordon Jones, Talysarn. Ffotograffydd/Photographe : Geoff Charles (1909-2002) Nodyn. Dyddiad/Date: 16 juillet 1959.  Geoff Charles Collection, bibliothèque nationale du Pays de Galles. Pas de restrictions de droits connus.

Ce billet est en parti repris d’un article à paraître dans un prochain numéro de la revue L’internationale de l’imaginaire, revue de la maison des cultures du monde, sur le patrimoine culturel immatériel en France, chez Actes Sud/Babel en janvier 2011.

  1. En région Aquitaine, commune située dans le département de Lot-et-Garonne []
  2. Le pays d’A-Bas ou encore pays d’En-Bas se trouve dans la région de Questembert-Muzillac en Bretagne []
  3. Le titre équivalent de ce conte dans la classification Aarne et Thompson est, en langue anglaise, The Theft of Butter to Playing Godfather, sous le numéro T15 . C’est ce qu’on appelle un “titre uniforme”. Il  permet de retrouver toutes les versions de ce conte que l’on retrouve un peu partout de par le monde. []

Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Depuis quelques temps, trotte à la phonothèque de la MMSH l’idée de géolocaliser les archives sonores de la recherche pour permettre de nouveaux accès plus interactifs, plus simples et plus ludiques.  Pour formaliser le projet et trouver les moyens de le mettre en oeuvre, nous nous sommes associés à Paroles Vives, une association d’ethnologues qui réalise des enquêtes  de terrain et a le souci de la contextualisation des données. Ensemble, nous avons constitué un dossier de financement qui a été présenté en juin 2010 auprès d’un fonds de soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur qui semblait propice à ce type de projet. Il s’agissait d’e-services et territoires qui a pour objectif de développer les usages et les services du numérique en région PACA. Nous imaginions un parcours à travers la ville de Marseille, et de ses alentours, qui provoquerait – au détour d’une rue d’un monument, d’un espace -, une écoute contextualisée de la paroles d’anonymes enregistrés par les ethnologues, les historiens, les linguistes, les sociologues, … ou tous ceux qui ont utilisé la source orale dans le cadre de leur recherche et souhaité qu’elle puisse être écoutée par tous, dans le respect des droits de la propriété intellectuelle, littéraire, artistique.

Le projet prévoyait des modalités d’écoute adaptées à la vie du citoyen : en mobilité ou installé bien au chaud avec un téléphone portable, un lecteur mp3, une tablette, une liseuse multimédia ou tout simplement son ordinateur. Pour le mettre en oeuvre, nous proposions une application multimédia (mashup) avec un wiki et une carte Googlemaps. Nous tirions notre inspiration – entre autre – d’un autre domaine, celui de l’archéologie. Nous avions trouvé exemplaire le travail mené au sein de l’Institut français du Proche-Orient sur l’Annuaire des missions archéologiques françaises au Proche-Orient. Les sites archéologiques y sont très simplement signalés sur une carte du Proche-Orient accompagnés d’une série de métadonnées. Un outil efficace et astucieux qui avait l’avantage d’insister sur la contextualisation. Or ce critère  nous paraissait central pour que les données sonores puissent être comprises, interprétées convenablement et citées avec précisions.

Nous n’avons pas été retenus par le jury de e-services et territoire mais le projet était lancé et nous l’avons conservé dans nos cartons. D’autant que quelques semaines après notre présentation les sound maps n’ont pas cessé d’être publiées en ligne : carte de Londres, carte de Lisbonne, carte de Montréal. Marseille n’a toujours pas la sienne, et nous cherchons encore à présenter le projet, trouver des collaborations, des soutiens techniques et financiers. Aujourd’hui, nouvelle étape, nous avons présenté le dossier devant le Brief collectif de présélection du carrefour des possibles qui se déroulera mi-janvier à Marseille. Une bonne expérience : si vous avez un projet dans le domaine des usages innovants des technologies de l’information et de la communication, n’hésitez pas à entrer dans le processus et proposer de la présenter. Vous aurez beaucoup à y gagner sur la formalisation de votre présentation publique et vous y recevrez des conseils avisés pour consolider la constitution d’un réseau dans le domaine, pour améliorer votre référencement, pour mettre en place une stratégie de communication virale… Ce sera aussi l’occasion de découvrir des projets riches de leurs différences, tous créatifs et innovants. Ce matin là nous avons ainsi découvert un mur communiquant, un projet d’innovation auditive, une plateforme collaborative pour l’enseignement (Jog educ), une galerie d’art créée sur la terre de Metaversel avec Second Life sous le nom de Tournicoton, des objets augmentés en vue d’intégrer les objets numériques dans l’habitat, un moteur de recherche sur la vie culturelle à Marseille… Peut-être à bientôt dans un carrefour des possibles.

A lire : la présentation de la matinée du Brief du 3 décembre par la galerie Tournicoton.

En tête du billet, la page d’accueil de la carte sonore de Lisbonne : http://www.cincocidades.com/en/soundmap/