Archives de catégorie : AFAS

Parution du nouveau bulletin de l’AFAS

En 2015, l’AFAS a modifié  son nom en ajoutant aux documents “sonores et audiovisuels” les document “oraux”. Désormais AFAS signifie Association des archives orales, sonores et audiovisuelles. En effet, depuis quelques années l’histoire orale et les archives orales étaient de plus en plus présentes dans les articles du bulletin. Il en va de même dans ce nouveau numéro 41 qui vient de paraître (hiver 2015).

Florence Descamps, présidente de l’associationn nous présente, dans son éditorial, ce numéro comme une pause rétrospective car il offre l’occasion d’une réflexion sur l’histoire orale et  les différents courants d’histoire orale en France et à l’étranger : Qu’est-ce que l’histoire orale et qu’est-elle devenue ? Comment et pourquoi a-t-elle été « inventée » ? Quels ont été ses grandes intuitions d’origine et y est-elle restée fidèle ? Quels sont ses enjeux épistémologiques, sociaux et technologiques aujourd’hui ? Pour lancer le débat et ouvrir le dialogue, le numéro débute par un très beau texte, qui conserve son oralité, issu d’une conférence de Giovanni Contini sur l’histoire orale “à l’italienne” et il est suivi par une réponse sur l’histoire orale “à la française”.

Voilà une belle occasion de voyager avec ce numéro dans l’oralité puisque les textes présentés passent par le Canada, la Suisse et voguent sur les océans à travers les compagnies maritimes françaises… Bonne lecture !

Dernière information : pour la première fois, depuis le numéro zéro du bulletin, vous ne pourrez pas le lire au format papier mais en ligne, en texte intégral, sur le site de la revue.

N’hésitez pas à soumettre des articles au comité de rédaction (en langues française ou anglaise) de l’AFAS.

Comment adhérer à l’AFAS ?

Crédits photographiques de la photographie “à la une” : Dans le village d’Amalfi, plaque de verre de la bibliothèque du Congrès, vers 1910 ou 1915. Pas de restrictions de droits connues.

Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Le mardi 27 janvier, l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS –http://afas.revues.org) organise une rencontre autour du témoignage oral à travers les sciences humaines et sociales sous le titre “Nommer et définir les archives sonores : les témoignages enregistrés. Exemples méditerranéens” à Aix-en-Provence, MMSH.

Le terme “témoignage” est profondément polysémique; il traverse aujourd’hui plusieurs univers ou domaines professionnels : la confession de foi religieuse, l’enquête policière, le monde judiciaire et pénal, le journalisme, la littérature, la communication, les sciences humaines et sociales… L’AFAS s’intéresse plus particulièrement aux témoignages enregistrés, dans un cadre patrimonial, scientifique, pédagogique ou culturel. Continuer la lecture de Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Appel à communication/Call for papers, AFAS n°40

Le dernier Bulletin de l’AFAS, association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (n°39 2013) vient d’être mis en ligne sur le site de l’association. Pour le numéro 40 (à paraître fin 2014), le comité de rédaction du bulletin lance un appel à communication. Il s’adresse aux centres de ressources en France ou à l’étranger qui gèrent, conservent, et valorisent, des archives sonores et/ou audiovisuelles. L’article doit présenter leur retour d’expérience en particulier sur la mise en ligne des documents.

– Le texte peut être en français ou en anglais (maximum 20 000 signes) ;
– Le protocole de rédaction est accessible ici : http://afas.revues.org/2451
– Les propositions sont à envoyer par courriel à : liste-afas<@>listes.revues.org
– Date limite : 20 juillet 2014

AFAS is a French association dedicated to sound and audiovisual archives (n°39 2013). For the 40th issue of its journal, the AFAS Bulletin, a call for proposal has been posted by the editorial team on the association website. The team is interested in papers dealing with archives repositories located in or outside Europe and in charge of curating, preserving and disseminating sound and audiovisual collections online. Papers should present and reflect on online dissemination experiences or projects. This 40th issue of the AFAS Bulletin will be published at the end of 2014.
– The text can be either in French or in English (maximum 20 000 characters).
– Notes for authors are available here (only in French): http://afas.revues.org/2451
– Proposals have to be sent by email to liste-afas@listes.revues.org.
– Copy deadline: 20th of July 2014.

Crédits photographiques : Town crier, Terschelling Island, 1938, Archives nationales des Pays-Bas, pas de restrictions de droit connues.

Adieu à Marie-Rose Simoni-Aurembou

Marie-Rose Simoni-Aurembou ne fera plus raconter d’histoires aux habitants de l’Ile de France… Elle est partie le 3 août 2012. Linguiste, directrice émérite de recherche au CNRS, elle a participé à la création de l’association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) où elle a oeuvré sans relâche pour que les archives sonores trouvent leur place dans la recherche en science humaines et sociales. Nous garderons le souvenir de sa gaieté, de son élégance, de sa générosité et ferons tout pour maintenir l’énergie qu’elle mettait au service des récits, de la langue et de la mémoire des gens de peu.

Des extraits de ses enquêtes orales réalisées pour l’Atlas Linguistique et Ethnographique de l’Île-de-France, Orléanais, Perche, Touraine qu’elle a dirigé peuvent être consultées sur le site “Corpus de la parole” : http://corpusdelaparole.in2p3.fr

En illustration : un des ouvrages qu’elle a publié, ici avec sa mère Renée Aurembou institutrice dans l’Allier, décédée en 2006.

Journée d’étude de l’AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? Compte-rendu, deuxième partie

Ce billet fait suite au compte-rendu de la première partie de la matinée de la journée de l’AFAS à Angers, le 26 mai 2011.

Edouard Bouyé, directeur des archives départementales du Cantal, a présenté un programme de valorisation d’un corpus d’archives orales dans le cadre d’une collaboration entre le MuCEM, les archives départementales du Cantal (AD15) et le centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, longtemps connu sous l’appellation « Conservatoire occitan ». Ce corpus présente des archives sonores enregistrées au début des années 1960 sur un des sites les plus fascinants parmi les hauts plateaux du Cantal dédiés à l’agropastoralisme, l’Aubrac. Menée par des ethnologues, des agronomes et des historiens cette « Recherche coopérative sur programme » (RCP) qui dura trois ans1, réunit – entre autres – des chercheurs du MNATP (aujourd’hui le MuCEM) et du CNRS.

Cette RCP aboutit à une publication en 7 volumes2 et à la production d’une série de sources sonores, visuelles et audiovisuelles. Les sources sonores, déposées au MNATP, ont été numérisées par la MRT dans le cadre du plan national de numérisation au début des années 2000. A cette époque, pour accélérer le traitement documentaire des archives du MNATP et restituer ces collectes aux populations sur le terrain, Florence Gétreau, alors directrice du Département de la musique et de la parole au MNATP, a institué des conventions entre le musée et les centres d’archives sonores en région. Ce projet a été développé par Marie-Barbara Le Gonnidec à partir de 2009. C’est ainsi que le traitement documentaire de ces archives a été confié au Centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, tandis que les archives départementales du Cantal étaient chargées de résoudre les questions des droits relatifs à ces enregistrements en vue de leur valorisation. Les AD15 ont ainsi commencé à rechercher des contacts avec les anciens informateurs ou leurs ayants droit en vu d’obtenir la signature des autorisations de diffusion. Cette tâche de longue haleine, n’est certes pas aisée, d’autant que le Cantal est situé sur trois départements et trois régions (Cantal, Aveyron, Lozère), ce qui complexifie les questions administratives.

Lorsque l’ensemble du traitement documentaire de ces 561 documents sonores sera terminé, tous les enregistrements pourront être consultés localement à Toulouse ainsi qu’aux AD15 et, pour les documents pour lesquels les questions de droit auront été résolues, en ligne sur Internet. Un premier entretien est aujourd’hui accessible sur le site des AD15, celui de Lucien Remise enregistré en 1964, où cet ancien « cantalais », joueur de cabrette, raconte son départ en montagne entre mai et octobre pour fabriquer le fromage.

Mais les AD15 ne se limitent pas à la recherche des droits. Chaque témoin, ou ses ayants droit lorsqu’ils sont retrouvés, reçoit une copie de l’enregistrement qui est souvent resté inédit pour la famille. Frédéric Bianchi, responsable des archives audiovisuelles aux AD15, met à profit ces rencontres pour collecter autour de la RCP et sur la façon dont elle a été perçue à l’époque. C’est ainsi qu’il a rencontré et filmé, la veuve de Lucien Remise, Jeanne-Marie Remise. Frédéric Bianchi lui avait remis auparavant l’enregistrement de son mari. Edouard Bouyé a diffusé des extraits de cet entretien filmé à l’assemblée. Toute à l’émotion de réécouter cette voix surgissant du passé, Jeanne-Marie Remise confie à l’enquêteur : «  Y’a des choses que j’ai apprises parce que mon mari ne parlait pas beaucoup, il se vantait pas lui (…) ». Puis, promettant de l’écouter prochainement avec ses enfants, elle ajoute : « J’ai pas été plus loin parce que vraiment c’était sa voix ».

Les enquêtes de la RCP Aubrac avec George-Henri Rivière, avaient également vocation de participer à l’acquisition de collections pour le musée des arts et traditions populaires. Ainsi, pour créer ses « unités écologiques », le directeur du musée pouvait réussir à déplacer des ensembles complets avec l’objectif de les présenter dans les salles d’exposition. Il s’agissait d’offrir au visiteur une meilleure compréhension du fonctionnement des sociétés étudiées en reconstituant des ensembles dans leur contexte : une aire de battage, une forge, la fabrication d’un aliment mais aussi des intérieurs de maisons dans différentes régions de France. C’est ainsi que la pièce principale de l’habitation du frère de Lucien Remise avait fait l’effet d’un rigoureux travail de repérage par l’équipe du musée, puis avait été entièrement démontée et remontée dans la galerie culturelle du MNATP. Dans le souvenir de Jeanne-Marie Remise, tout avait été transporté jusqu’aux casseroles et au chapeau de l’oncle Lucien. Elle se rappelle en souriant que ce dernier avait un jour proposé à son frère de récupérer une armoire familiale cachée dans un fenil à ce moment-là. En effet, ces « démontages » étaient toujours liés à une négociation. Une lettre de George-Henri Rivière, lue par Edouard Bouyé à l’assemblée, précise les termes de la transaction : l’espace de la cuisine avait été échangé contre de nouvelles boiseries, des meubles en formica, un lit en fer et… une télévision.

Mme George-André Panguio-Mendibil, chef du pôle médiation culturelle et communication, aux archives départementales des Pyrénées Atlantiques (AD64), a ensuite présenté le travail mené par le service, notamment autour de la culture basque, là encore, à partir des collections du MuCEM (ex-MNATP). En 2007, les Archives ont ainsi reçu, après la signature d’une convention, 17 enquêtes ethnomusicologiques, soit 40 heures d’enregistrements. Ils ont alors, eux-aussi, commencé la recherche des ayants droit et entamé la réalisation d’un instrument de recherche normalisé. Pour cela, ils se sont associés avec l’Institut culturel basque qui a réalisé le traitement dans la langue, tandis que les AD64, en appui technique, organisaient le traitement des données sous la norme ISAD-G. Ce fonds sonore est donc traité comme tous les autres, sur leur base de données Pleade/Arkhéïa. Pour le moment, les documents sonores ne peuvent pas encore être recherchés sur la base mais le seront bientôt. L’analyse s’est terminée en décembre 2010 et l’inventaire est désormais accessible en intranet, dans les salles de recherches de Pau et de Bayonne.

Plusieurs actions de valorisation ont été mises en place à partir de ce fonds sonore, en particulier, des ateliers pédagogiques réguliers en direction des élèves. Ainsi, lorsque l’exposition Archives sensibles a été créée à partir d’une sélection du patrimoine archivistique du Pays Basque, au moment de l’inauguration du pôle de Bayonne sur la thématique des cinq sens, les archives sonores sont naturellement venues illustrer l’ouïe. Mascarade, pelote, sonnailles, une partie de l’exposition donne à écouter de nombreux enregistrements, offrant un regard original sur la culture du Pays Basque au 19e et 20e siècles. L’un des enregistrements a d’ailleurs suscité une grande émotion : l’enregistrement de la pastorale souletine en 1967 à la salle Wagram a pu être entendu pour la première fois par la plupart des visiteurs. Cette pastorale, héritière des mystères du Moyen-Age, était interprétée uniquement par des hommes et cette représentation, délocalisée alors à Paris en direction de la communauté souletine, avait été la première introduisant la mixité.

Ainsi, les AD64 ont pris goût aux archives sonores et plusieurs actions de collectes ont été sous traitées auprès de l’Institut culturel basque, ou de l’Institut occitan. Le traitement archivistique et la valorisation sont toujours réalisés par les Archives. D’après un premier état des lieux sur le département, quelques 20 000 heures pourraient être engrangées dans les années à venir. Un premier programme de numérisation a été lancé engageant 500 heures sur le Béarn et 500 autres sur le Pays Basque.

En début d’après-midi, Elizabeth Vérry, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire (AD49) intervenait sur le thème « Le rôle d’un service d’archives départemental comme appui et ressources ». De son point de vue, même si depuis le 19e siècle le métier des archives ont beaucoup évolué, depuis l’époque des archivistes garants des droits des citoyens jusqu’aux archivistes manageurs en passant par les archivistes paléographes, la mission prioritaire des archivistes est restée celle de la collecte et de la conservation des traces de la mémoire de la Nation. Mais les archives se déclinent désormais sous des formats et des supports très variés.

C’est pourquoi les AD49 ont créé à la fin des années 1990 un emploi dédié aux archives sonores et audiovisuelles, suite à une double prise de conscience :

  • les archives audiovisuelles sont fragiles et nécessitent un traitement approprié ;
  • la mémoire orale est devenue un objet d’étude à part entière.

La politique menée actuellement fait des AD49 un lieu de production d’archives orales (collectes thématiques réalisées en direct), en même temps qu’un lieu d’accompagnement des producteurs. Cette mission d’appui prend plusieurs formes : l’appui méthodologique pour la formation des chefs de projet (méthodes d’entretien, techniques sonores, traitement documentaire, documents-types), grâce à des sessions de formation, des ateliers d’échanges et de partage d’expériences, des rencontres de collecteurs ou des tables rondes ; l’appui juridique (conseils, documents-types, contrats de communicabilité) ; l’appui technique (numérisation) et parfois un appui documentaire (bibliographie, archives).

Les AD49 sont également un lieu de ressources où s’organisent la conservation et la valorisation des archives sonores. 2400 heures de témoignages oraux sont conservées actuellement aux AD49, issues de collectes thématiques menées par la chargée de mission ou d’enquêtes menées par des collecteurs : campagnes de récits de vie de pays 2003-2007 ; corpus des musées de société (vin, chaussure, Maison de la Loire) ; corpus universitaires ou de centres de recherche ; corpus associatifs (maisons de quartier, professions, immigration, etc…).

La valorisation est conçue comme un prolongement naturel de la collecte, mais pas comme un absolu : il s’agit de la permettre, pas forcément de la faire ! La priorité est donnée à la communication et à la diffusion au public ; les autres formes de valorisation se font dans le cadre des journées d’études thématiques élargies (histoire des femmes, histoire locale, vie politique locale, mémoire des métiers etc.)… En conclusion, aucune action en matière de mémoire orale ne peut se faire sans un partenariat étroit avec les acteurs locaux (associations, collectivités publiques), les chercheurs et les institutions patrimoniales.

Deux actions départementales dans la Manche et dans la Sarthe ont été ensuite présentées.

Responsable du service des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de la Manche  (AD50), Domnine Plume a présenté un projet qui s’est structuré, dès sa création dans une logique de partenariat avec des institutions, des associations, des chercheurs, des scolaires et des particuliers. Il a été élaboré dès 2000 par l’association Mémoire et terroirs porté par Marie Tassel autour du recueil de la mémoire auprès des 120 presque centenaires recensés dans le département de la Manche. Pour constituer cette « galerie de portraits », une vingtaine de personnes originaires du département de la Manche seront rencontrées dans les mois à venir par l’une des deux collectrices (Marie Tassel et Elisabeth Nodinot) de l’association afin de recueillir leur récit, un photographe (Thomas Jouanneau) les accompagnera. Ces enregistrements seront par la suite déposés aux archives départementales et mis en ligne sur le site des archives et du conseil général. Une exposition présentée dans un premier temps dans les locaux des archives et itinérante par la suite dans des maisons de retraite et/ou établissements scolaires permettra de la faire circuler. Il est aussi prévu un concours ou un appel à projet destiné aux collèges, il s’agira de valoriser lors de l’exposition les entretiens les plus intéressants recueillis par les élèves. 

Frank Pohu, initiateur d’un vaste projet de développement des archives sonores et audiovisuelles dans le département de la Sarthe, a relaté comment – avec l’appui de différents partenaires- il avait réussi à lancer une action de sauvegarde de la mémoire orale sarthoise. Au départ, c’est une émission réalisée sur le parler sarthois, dans le cadre de l’association Fréquence Sillé, qui lui a permis de rencontrer des acteurs locaux qui, sur le terrain, avaient chez eux des documents sonores et audiovisuels enregistrés dans le département. Rapidement est né le programme « sauvegarde la parole sarthoise » en collaboration avec des partenaires publics comme le conseil général de la Sarthe et les archives départementales de la Sarthe (AD72), les communautés de communes du pays de la haute Sarthe et du pays du Mans et la mission recherche et technologie du ministère de la Culture qui a financé le projet pendant 4 ans. L’objectif de « Parole sarthoise » est de restituer librement sur un site internet des documents d’archives. Aujourd’hui, sur le site conçu par Fréquence Sillé en collaboration avec les AD72, plus de 75 heures sont disponibles, à terme 1000 heures seront accessibles lorsque les questions de droits auront été réglées.

Avant que ne s’organise la table ronde en clôture de cette journée, Marina Maréchal, de la Cité des mémoires étudiantes, a présenté un appel à communication pour un colloque en préparation qui aura lieu en mars 2012 dans le cadre du 40e anniversaire des universités de France sur le thème Vers un corpus d’archives orale avec une organisation originale valorisant l’oralité. Il est en effet prévu que des ateliers thématiques réunissent différentes composantes de la communauté universitaire susceptible d’avoir recours aux archives orales (histoire de la recherche, histoire de l’enseignement, histoire de la gouvernance et de l’administration des universités, histoire des étudiants et des mouvements étudiants) et fassent intervenir, à partir de cas précis, un témoin interrogé, un chercheur et/ou un archiviste ; un discutant extérieur s’ajoutant au trinôme étant chargé d’éclairer le potentiel de généralisation des cas présentés.

La table ronde qui a suivi, a permis aux nombreux participants de terminer par des échanges cette riche journée. Elle a porté principalement sur les développements et les actions qui s’offrent à l’association et à son ouverture vers de nouveaux adhérents. Un compte rendu et le rapport d’activités de l’association seront diffusés dans le prochain numéro du Bulletin de l’AFAS.

 Compte-rendu rédigé par Marie-Christine Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques :

– Joueur de cornemuse sur la Maison d’Adam, place Ste-Croix à Angers (encadrement de la fenêtre surmontant la porte), photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

– La traite d’une vache à la montagne de Placès de Cure (1972). L’utilisation différenciée des deux mains ou d’une main, de tous les doigts ou seulement du pouce et de l’index, de l’index et du majeur, commune de Nasbinals, photographie de Jean-Dominique Lajoux, MNATP. Recherches coopératives sur programme sur l’Aubrac (1964-1966), cote : Ph.1976.110.95. Visualisation des images de la RCP Aubrac.

– Domnine Plume (AD50) intervient lors de la journée de l’AFAS à Angers, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

– La salle de conférence des archives départementales de Maine-et-Loire lors de la journée de l’AFAS, Angers, 26 mai 2011, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

 

 

  1. Il y eut d’autres RCP à la même période en France. Celle de Plozévet, qui s’est déroulée entre 1961 et 1965, fait actuellement l’objet d’une recherche-action menée par le CERHIO (UMR CNRS 6258) qui a organisé dans ce cadre un colloque qui reprenait l’histoire de ces RCP http://plozevet.hypotheses.org/1675 []
  2. L’Aubrac – Etude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain. Recherche Coopérative sur Programme  RCP, CNRS 1970, 7 tomes + carte et catalogue des montagnes. []

Journée d’étude de l’AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? : compte-rendu, première partie

Le 17 juin dernier l’association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) organisait une journée d’étude à Angers, aux Archives départementales de Maine-et-Loire sur le thème : « Les services d’archives et les sources orales. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? ». Celle-ci a été suivie de l’assemblée générale de l’association.

Après les mots d’introduction d’Elisabeth Verry, directrice des AD49, à l’initiative de l’organisation de cette journée avec le bureau de l’AFAS, et de Marie-Barbara Le Gonidec, présidente de l’AFAS et responsable du département de la musique au MuCEM, la matinée débuta par une présentation du nouveau site de l’AFAS par Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence.

La mise à jour du site de l’AFAS n’a pu se faire que grâce au travail bénévole des membres de l’association et d’un partenariat engagé avec le laboratoire du centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). En effet, depuis juin 2010 l’AFAS a intégré la plateforme de Revues.org et France Besson, stagiaire dans le cadre d’un Master2 à l’ENSSIB, a mis en ligne la totalité des bulletins de l’association depuis le numéro 10 (1998). L’intégration de la plateforme Openedition créée par le Cléo est un moyen pour le Bulletin de l’AFAS d’entrer “dans la cour des grands”. Plus de 2000 visiteurs uniques viennent chaque mois le consulter1 et il peut désormais être lu depuis les nouveaux outils de lectures comme les téléphones portables, les ipad ou les liseuses2. Quelques 150 articles, compte-rendus de lecture ou présentation de sites informent non seulement sur la vie des archives sonores et audiovisuelles en France des années 1990 à nos jours mais aussi sur l’histoire d’une association, qui au fil du temps a évolué en fonction de ses adhérents. Ainsi, même si les archives de terrain ont toujours été présentes3, les discographes avaient dans les premiers bulletins et dans la revue d’origine Sonorités, une importance qui n’a commencé de décroître qu’avec la disparition du vinyle dans les usages des amateurs de musique. Aujourd’hui, le bulletin ne reçoit plus – et c’est dommage – de ces discographies qui ont marqué nos lecteurs et qui, d’après les statistiques d’utilisation, intéressent encore les internautes comme celles de Georges BrassensJean Sablon ou Léo Ferré. Le bulletin a également toujours été  un moyen de présenter des centres de discothèques publiques, d’archives ou des bibliothèques spécialisées. Les conservateurs de la BnF, ont souvent proposé des articles liés aux collections du département de l’audiovisuel et Elizabeth Giuliani, longtemps présidente de l’AFAS et directrice du département de la musique à la BnF, a proposé plusieurs textes qui connaissent un extrême succès chez les internautes, comme celui sur la musique dans les films de Stanley Kubrick. Les archives sonores et audiovisuelles inédites sont aujourd’hui devenues le centre des sujets repris dans le bulletin mais l’appel aux adhérents est constant et ils sont vivement invités à utiliser cet espace éditorial pour y évoquer leurs pratiques ou leurs expériences.

Florence Descamps, historienne (EPHE), a ensuite introduit les conférences et la thématique de la journée dont elle était à l’initiative avec Elisabeth Vérry. Régulièrement, l’AFAS organise à l’occasion de son assemblée générale une journée d’étude qui a pour objectif de mettre en valeur l’action de ses membres ou de ses partenaires institutionnels (discographes, musicologues, institutions patrimoniales, chercheurs, chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), institutions audiovisuelles etc.). Entre la journée d’étude de 2005 consacrée à Aix à la valorisation et celle de 2010 au Musée Branly consacrée aux bases de données sonores et audiovisuelles, la journée du 17 juin 2011 voulait braquer le projecteur d’une part sur les services d’Archives qui ont été impliqués de longue date dans la collecte et la conservation des sources orales4 et d’autre part attirer l’attention sur la nécessité désormais incontournable de mettre en place des collaborations et des partenariats multiples afin de réunir les conditions d’un développement optimal des sources orales. En effet, lors du congrès de l ‘Association des Archivistes français organisé à Montpellier en 2007, il est apparu que la gestion de projets d’archives orales, si elle voulait couvrir l’ensemble de la chaîne de production depuis le « terrain » de la collecte jusqu’à sa diffusion et sa valorisation, devait réunir dans une même dynamique associations, collecteurs, services d’archives, chercheurs, collectivités locales, éditeurs, réalisateurs, médiateurs culturels, experts du patrimoine et spécialistes des nouvelles technologies et mobiliser des métiers, des compétences, des ressources et des financements diversifiés. Cette ambition de donner au patrimoine oral une visibilité et une place plus importante dans la société exige la mutualisation des savoir-faire et des moyens (financiers et humains), le partage des ressources et des énergies, la circulation des idées et l’ouverture sur des réseaux sociaux élargis. C’est cette envie d’ouverture et de travail en commun qu’ont souhaité susciter les organisateurs en présentant quelques réalisations de partenariats réussis entre des services d’archives départementaux, des musées, les SHS, des associations et des radios locales.

Marie-Hélène Chevalier a ensuite présenté une enquête nationale lancée à l’occasion de cette journée d’étude, à partir d’un questionnaire de onze questions qu’elle avait préparé avec Florence Descamps auprès de l’ensemble des services d’archives. Elle l’avait envoyé à l’ensemble des services d’archives en France (via le forum du service interministériel des archives de France) et nous a présenté les principaux points qui s’en sont dégagés :

1. La première question était claire : “Possédez-vous des fonds de témoignages oraux, sonores ou filmés inédits ?”. Marie-Hélène Chevalier avait repéré 73 services qui s’intéressaient à la mémoire orale à partir de son réseau professionnel. Pour cette enquête, sur les 40 réponses obtenues 34 services se sont déclarés détenteurs de témoignages oraux et de documents audiovisuels.

2. La question sur le volume d’heures conservé a mis en valeur des approches différentes, selon les services d’archives et leur histoire, pour décrire l’importance de leur collection : par nombre d’heures, de témoignages, de témoins ou de supports.

3. Une deuxième question portait sur les thématiques et les périodes des corpus conservés. Les guerres et en particulier, la deuxième guerre mondiale, demeurent les sujets de prédilection avec la vie quotidienne et les récits de vie ainsi que tous les thèmes locaux (la langue, le conte, la chanson). Certaines collectes, ponctuelles, ont été réalisées parallèlement à des dépôts papiers comme aux AD49 où un fonds déposé sur le métier de perruquier posticheur a été accompagné par le témoignage du déposant. Dans leur majorité, les enregistrements ont été recueillis à partir de 1990 et se poursuivent aujourd’hui. Cependant, des fonds plus anciens existent, notamment autour des parlers régionaux.

4. A propos de qui réalise les enquêtes, trois cas de figures se présentent : la majorité des services mènent leurs propres collectes, d’autres les délèguent et  ils passent notamment par des marchés publics alors que certains sont simplement récipiendaires.

5. La réponse à la question sur l’existence ou non d’un responsable du centre d’archives sonores et audiovisuelles était rassurante : les archivistes de l’audiovisuel et de l’oral existent enfin, même si cette mission est parfois à temps partiel. Pour d’autres services, comme les Archives municipales de Cannes, ce sont la direction ou les cadres qui effectuent des collectes ponctuelles pour une exposition par exemple ou pour toute autre action de valorisation.

6. Pour l’entrée des fonds, la provenance des sources est variée mais la majorité demeure la création ; certains services n’ont jamais reçu de dons ou de dépôts comme l’INRA.

7. Pour les instruments de recherche une grande diversité prévaut : du descriptif sommaire à l’inventaire très précis, de l’absence de description des fonds à l’état des fonds, en passant par le répertoire numérique, avec une volonté pour certains services d’indexer les fonds.

8. La numérisation des collections est loin d’être achevée même si elle avance (pour 4 services elle est terminée et seuls 3 ne l’ont pas encore entamée). Les méthodes sont variées (en interne, en partenariat, en externe).

9. L’accès en ligne des données se développe mais reste parcellaire au regard des fonds. Parmi tous les outils, celui qui a été développé par le conservatoire des mémoires étudiantes est particulièrement remarquable. Il propose une recherche par nom de témoin, période, date.

10. La valorisation peut prendre différentes formes : colloque, site internet, sonorisation d’une exposition, publication d’extraits, disque joint à une revue, DVD d’un événement, témoignage en direct d’un témoin, manifestation en l’honneur du donateur, participation à des anthologies ou prêt aux radios, animations scolaires, intégrations de fonds de bibliothèques publiques, et – plus original -, spectacle de marionnettes reprenant des témoignages oraux.

11. La dernière question, sur les partenariats, a montré combien ces derniers se développaient avec les EPST et les Universités, la MRT (Ministère de la culture), l’ONAC, l’Inspection académique, les association locales (IEO, Institut de culture basque, Dastum), les DRAC, les mairies, les collectivités locales et les musées.


Première partie du compte-rendu de la journée d’étude de l’AFAS rédigée par Marie-Hélène Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès, à suivre dans les prochains billet des Carnets de la Phonothèque. Merci à Hélène Chevalier et Marie-Barbara Le Gonnidec pour leur relecture et commentaires.

Crédits photographiques : porte de la cathédrale Saint-Maurice-d’Angers, Véronique Ginouvès, juin 2011.

  1. Les statistiques des visiteurs d’un site web peuvent se lire de plusieurs façons mais le nombre de visiteurs uniques est celui qui permet de mesurer le nombre réel de visiteurs. Ce nombre est fondé sur les adresses IP des visiteurs. Ainsi, quel que soit le nombre de pages feuilletées par un visiteur, le serveur enregistre la session comme une unique visite. Le nombre de visites uniques donne donc une idée réelle du trafic généré sur le site Pour plus d’information sur les statistiques de consultation, voir : http://www.maisondesrevues.org/379. []
  2. Le site est publié avec le logiciel d’édition électronique LODEL, inventé par Revues.org. Ce logiciel diffuse les pages publiées sous différentes normes et formats ce qui permet la diffusion suivant les normes Dublin Core METS, TEI et aux format HTML, PDF  et ePUB. []
  3. L’AFAS a été fondée en 1979, l’année où la phonothèque de la MMSH, alors intégrée au CREHOP, a été elle-même créée. Les fondateurs de cette phonothèque (Jean-Claude Bouvier) mais aussi d’autres laboratoires de recherche, en particulier en linguistique, comme Marie-Rose Simoni ont été présents tout au long de la vie de l’association. []
  4. Les Archives nationales et les Archives de France ont été historiquement présents au sein de l’AFAS dès sa création. Depuis le Guide sur les témoignages oraux de C. de Tourtier-Bonnazzi (1992) jusqu’au dernier colloque organisé par l’Association des archivistes français à Montpellier en 2008, en passant par le Guide du Patrimoine sonore et audiovisuel d’A. Callu et H. Lemoine (Belin, 2002), les articles consacrés aux archives orales dans La Gazette des archives et les guides départementaux destinés aux associations de collecteurs, le réseau des Archives a maintenu et renouvelé son intérêt pour les archives orales. []

Des nouvelles des archives sonores et audiovisuelles : parution du bulletin de l’AFAS n°36

Le numéro 36 du Bulletin de l’AFAS1 vient de paraître pour la première fois simultanément sous format papier et électronique. Depuis septembre 2010 le bulletin de l’AFAS adhère à Revues.org2 et fait partie du programme OpenEdition freemium, augmentant ainsi considérablement ses possibilités de diffusion. Concrètement, les adhérents de l’AFAS  continuent de recevoir l’édition papier du bulletin, simultanément il est édité en libre accès au format HTML tandis que les formats epub et PDF sont accessibles à travers des abonnement souscrits par des bibliothèques ou commercialisés via une librairie électronique.  Ce nouveau modèle économique hybride a pour objectif le développement durable du libre accès et l’AFAS se réjouit de participer cette aventure innovante.  Le nouveau site sera présenté lors des prochaines journées de l’association à Angers le 17 juin prochain qui ont pour titre “Les services d’archives et les sources orales de la collecte à la valorisation : quels partenariats ?”.

Crédits photographiques : Passengers on a Pan Am Boeing 307, photographié entre 1940 et1947, pas de photographe connu, permalien :http://ibistro.dos.state.fl.us/uhtbin/cgisirsi/x/x/0/5?library=PHOTO&item_type=PHOTOGRAPH&searchdata1=Rc15258, Collection de la bibliothèque et des archives de Floride, pas de restrictions de droit connues.

  1. L’AFAS, association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuel est une association créée en 1979 sur l’initiative de responsables de fonds d’archives sonores ou de phonogrammes inédits ou édités à vocation de recherche, d’études ou d’usage professionnel. Son objectif est avant tout de réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités. []
  2. La migration du site comme la reprise des anciens articles du bulletin et de la revue Sonorités ont été réalisées par France Besson lors d’un stage qu’elle a effectué dans le cadre d’un MASTER2 à l’ENSSIB. Son travail a permis la mise en ligne de plus de 130 articles depuis le numéro zéro du bulletin en 1993. Le bulletin n°36 a été stylé par Alina Zaharia dans le cadre de son stage de Master sur les métiers du livre à Aix-en-Provence. Lisa George, chargée d’édition au Cléo, a suivi le projet, réalisé sa charte graphique et nous a conseillé tout au long de notre entreprise. []

Angers, 17 juin 2011: Les services d’archives et les sources orales de la collecte à la valorisation : quels partenariats ?

Les archives orales n’obéissent plus seulement à une problématique scientifique de sources ou de matériaux de recherche réservés à des experts soucieux de diversifier leurs corpus documentaires, mais s’intègrent désormais dans un plus vaste réseau de ressources patrimoniales et de contenus culturels que les acteurs sociaux cherchent à s’approprier et à valoriser.

La conservation, la connaissance, le traitement, la diffusion et la mise en valeur de ce patrimoine immatériel, partagé par les collectivités publiques, les services d’archives, les musées, les institutions de recherche, les réseaux associatifs, les radios locales etc., requièrent désormais des compétences, des techniques et des moyens que seules des coopérations croisées sont en mesure d’apporter. Le 17 juin 2011, l’AFAS, qui célèbre par ailleurs le Centenaire des Archives de La Parole, s’associe aux Archives départementales de Maine-et-Loire pour explorer les différents partenariats qui marquent actuellement le développement des archives orales en France.

Cette journée est aussi l’occasion de mieux connaître le travail réalisé par l’association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels. Créée en 1979, son objectif est avant tout de réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités.

Compte-rendu des journées :

Première partie : http://phonotheque.hypotheses.org/5253

Deuxième partie : http://phonotheque.hypotheses.org/5281

Programme

9h00 Accueil des participants

9h30 Ouverture de la journée

Allocutions de bienvenue

par les représentants du Conseil général de Maine-et-Loire et du Service Interministériel des Archives de France, et Marie-Barbara Le Gonidec, présidente de l’AFAS, responsable de la phonothèque du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (ancien MNATP).

Introduction

9h45 Présentation de l’AFAS, par Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, université d’Aix-en-Provence.

10h00 Présentation de la journée, par Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’École Pratique des Hautes Études.

10h15 Bilan de l’enquête : les archives orales au sein des services d’archives, par Marie-Hélène Chevalier, responsable des archives sonores et audiovisuelles, Archives départementales de Maine-et-Loire.

Les services d’archives et leurs partenaires institutionnels

10h30 Archives sonores scientifiques et patrimoniales : collaborer pour créer un paysage documentaire cohérent et des formes de valorisation innovantes, par Véronique Ginouvès.

11h00 – 11h15 pause

11h15 Les archives de l’enquête Aubrac (CNRS-MNATP) : des partenaires, une valorisation, par Édouard Bouyé, directeur des Archives départementales du Cantal.

11h45 Une archive d’un genre différent proposé au grand public ou la valorisation du fonds sonore du Mucem par les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, par madame George-André Panguio-Mendibil, chef du pôle médiation culturelle et communication Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

12h30 Déjeuner (sur place, avec réservation préalable indispensable)

Les services d’archives et la diversification des partenariats

14h00 Le rôle d’un service départemental comme appui et ressource : l’exemple du Maine-et-Loire, par Élisabeth Verry, directeur des Archives départementales de Maine-et-Loire.

14h30 L’association Mémoires et terroirs et les Archives départementales de la Manche, par Domnine Plume, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux Archives départementales de la Manche.

15h00 Sauvegarde de la parole sarthoise, un programme collaboratif de recherche, d’archivage et de diffusion de documents sonores entre les Archives départementales de la Sarthe, une radio associative, des associations locales et des chercheurs du département, par Franck Pohu, chargé de mission, Fréquence Sillé / Sauvegarde de la parole sarthoise.

15h30 – 15h45 Pause

Table ronde

15h45 animée par Florence Descamps : attentes et perspectives d’un partenariat scientifique entre l’AFAS et les services d’archives.

17h00 Bilan et conclusion
Le programme sur Calenda http://calenda.revues.org/nouvelle20033.html

 

Pour vous inscrire :

Marie-Hélène Chevalier, Archives départementales de Maine-et-Loire

Archives audiovisuelle, collecte et préservation des témoignages orauxa

m.chevalier[@]cg49.fr

DGA Proximité / Archives départementales de Maine-et-Loire

106 rue de Frémur – B.P. 80744 – 49007 Angers cedex 01

Tél. 02 41 80 80 00 – Fax 02 41 68 58 63

www.archives49.fr – archives49@cg49.fr

Conseil général de Maine-et-Loire

Crédits photographiques : dépôt du fonds sonores Marceau Gast à la phonothèque de  la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Photographie de Laure Principaud, janvier 2010.

Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles : introduction de la journée par Florence Descamps

Les Carnets de Plozarch viennent de publier un compte-rendu de la journée du 30 novembre qui a eu lieu sur le thème “Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles”. Les actes de ces journées seront publiés au format électronique au deuxième trimestre 2011, sur le site en cours de gestation du Pôle image, son, pratiques du numérique – un programme transversal de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Pour vous faire patienter, nous vous présentons une lecture de l’introduction de ces journées prononcée par Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes qui anime un séminaire sur l’histoire orale et les archives sonores et audiovisuelles.


En ouverture de séance, je tiens à remercier les organisateurs de cette journée d’étude, la MMSH d’Aix et la MSH de Nice, et plus particulièrement Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la MMSH, qui avec le dynamisme qu’on lui connaît trace son sillon en matière d’archives sonores et de témoignages oraux, et fait fructifier l’héritage de l’antique CREHOP des origines. J’en veux pour preuve la fidélité et la régularité avec laquelle elle réunit tous ceux des SHS qui s’intéressent à la source orale ; les journées d’étude qu’elle a organisées à la MMSH sont autant de bornes-témoins du chemin parcouru en matière de sources orales, auxquelles, vous l’aurez noté, s’ajoutent maintenant les sources audiovisuelles…

Il suffit de rappeler quelques dates de journées d’étude ou de colloque organisés à Aix-en-Provence par la phonothèque de la MMSH depuis dix ans :

22 et 23 mai 2002,  en collaboration avec l’AFAS sur le thème, Les sciences humaines et le témoignage oral. De la source à l’archive, publiées dans la revue Sonorités, Cahiers du Patrimoine sonore et audiovisuel en juillet 2002 (n° 4) et dont certaines interventions sont en ligne sur le site de l’AFAS.

21 et 22 novembre 2005, sous la direction de Florence Descamps : Le documentaliste, le juriste et l’historien. Quelle valorisation pour les archives orales ? en collaboration avec l’AFAS et la mission pour les musiques et danses traditionnelles d’ARCADE, journées publiées partiellement en ligne sur le site de l’AFAS.

12 octobre 2007 : Nouvelles archives, nouveaux accès : Les nouveaux instruments de recherche en sciences humaines et sociales, en collaboration avec les archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD13).

19 septembre 2008 Collecter, organiser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : quelles collaborations mettre en oeuvre ? en collaboration avec le programme Archives des Sciences Humaines et Sociales (ARSHS), dont le compte-rendu a été publié sur les Carnets de la phonothèque et dont les actes ont été publiés en ligne.

Et aujourd’hui, ce colloque, organisé en collaboration avec la MSH de Nice, plus précisément le LASMIC, qui nous laisse espérer des rendez-vous réguliers, qui nous permettent d’avancer dans la réflexion et de capitaliser.

Le sujet de notre journée d’étude est donc : « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? »

Ces questions manifestent une interrogation nouvelle au sein de la communauté scientifique, ou du moins rendent compte de sa plus grande acuité depuis quelques années : la redécouverte des enjeux collectifs de la recherche en SHS et du sort de leurs données qualitatives, après une période de grande individualisation des travaux. Cette réflexion est ponctuée de plusieurs initiatives ou bornes-témoins : Roxane Silberman, Les sciences sociales et leur données, Rapport au ministre de la Recherche en juin 1999 ; le Rapport Dubar-Demazière en 2001 sur la création d’« une banque de données qualitatives » ; le Rapport auprès du Ministère de la Recherche et de la technologie sur les données qualitatives en sciences sociales recueillies en France auprès de la “société civile” par Françoise Cribier et Elise Feller en 2003 ; les travaux du groupe Archives de la Recherche en SHS (ARSHS) pilotés par S. Wolikow dans le cadre du réseau des Maisons des sciences de l’homme à travers le projet “Archives de la recherche” qui ont donné lieu à une publication dans la Gazette des Archives en 2008 ; et dernièrement, la mission de Bertrand Müller pour le CNRS en 2010 qui est parmi nous…

On peut d’ailleurs se demander : pourquoi cette interrogation plus pressante sur le partage et la conservation des données de la recherche en SHS ?

Une série de raisons alimentent selon moi ce mouvement et cette réflexion, et bien sûr, je n’ai pas l’ambition d’être exhaustive :

1° – Des motivations propres à la recherche et à la communauté scientifique (propension à la rétrospectivité et à la réflexivité des acteurs de la discipline, à un moment où les générations fondatrices des SHS de l’après-guerre disparaissent, historicisation de la recherche en SHS, fascination pour l’archive et pour l’archivisation des traces du passé ;

2°- L’impératif patrimonial et la patrimonialisation, qui exigent bien sûr une meilleure conservation des données, mais instaure aussi de nouveaux mots d’ordre tels que la diffusion et l’ouverture au public, le partage des contenus, l’appropriation et la restitution, des mots d’ordre qui par nature sont collectifs au sens où ils concernent des groupes sociaux ou des communautés et auxquels le monde de la recherche n’échappe pas plus que les autres secteurs de la société…

3° – Les exigences de la société de l’information et de la connaissance, qui promeut elle aussi des nouveaux principes, tels que la transparence, l’accès libre et direct aux informations et aux données, la revendication d’ouverture, l’exigence de vérifiabilité…

4° – La pression budgétaire et économique qui s’impose désormais au domaine de la culture, mais aussi au monde de la recherche en SHS (cf. les appels à projets, la recherche sur commande, les appels d’offres, etc.). Désormais, il faut que les investissements, y compris les investissements intellectuels soient rentables et qu’il y ait un retour sur investissements. Comme ces investissements humains sont coûteux, surgit rapidement l’idée que ces investissements devraient être mutualisés, cumulatifs, répliqués même, et que leurs résultats devraient être ordonnés à la collectivité.

5° – La demande sociale, celle qui émane des institutions, des collectivités locales, des associations, qui demandent toutes à être associée à la production des connaissances sur elles-mêmes et qui demandent que leur soient restitués les connaissances produites par la recherche;

6° – Les progrès des systèmes de transmission, de diffusion et de circulation des données et des contenus (informatique, numérique, internet), des outils de partage et de communication qui se multiplient et qui progressent sans cesse en termes de capacité et de rapidité, qui n’existaient pas avant et qui poussent sans cesse au mieux-disant …

Il y a certainement d’autres raisons, on pourra revenir sur ce sujet dans la discussion….

Voilà donc quelle est notre interrogation : la mise en partage des données et des contenus, entre chercheurs et entre différentes SHS, et la mise en partage entre enquêteurs, enquêtés et « société civile ».

Et de fait, notre programme reflète bien ces préoccupations puisque nos intervenants appartiennent aux différentes SHS : histoire, sociologie, anthropologie, ethnographie, ethnologie, linguistique, littérature, patrimoine…Il reflète aussi le dialogue entre le monde de la recherche et la société civile (les films amateurs, la mémoire familiale, le monde carcéral…). Polyphonie des points de vue et des regards sur l’archive sonore et audiovisuelle, qui sous sa forme de l’entretien enregistré ou filmé, est devenu une pratique transversale des SHS, sans pour autant être normalisé ni uniformisé d’une discipline à l’autre. Des corpus oraux qui oscillent, selon le statut qu’on leur assigne dans le cadre de la recherche, entre archives, matériaux de recherche, « contenus » ou « données », oeuvres de l’esprit, objets de patrimoine… Avec des frontières qui sont devenues assez poreuses désormais…

Si on laisse maintenant de côté le « pourquoi », le titre de notre journée d’étude nous emmène clairement du côté du « comment » ? Comment partager les données ? Cette question nous emmène du côté de la technique et des nouvelles technologies du son et de l’audiovisuel ; du côté des outils documentaires, des métadonnées et de l’analyse des corpus ; du côté des règles, de la déontologie et du droit. Ce qui permet de souligner combien la valorisation et l’édition des données qualitatives de la recherche en SHS exigent désormais de compétences professionnelles multiples : technicien de l’image et du son, documentalistes, archivistes, ingénieurs de recherche, chercheurs, ingénieurs informatiques, éditeurs, juristes etc…Il faut désormais penser les corpus sonores dans une chaîne de collaboration ou même dans une chaine de production intellectuelle, qui va de la production à sa diffusion.

Il n’en reste pas moins que l’informatique et internet permettent désormais à des chercheurs individuels de publier ou d’éditer directement leurs corpus sonores, oraux ou audiovisuels. Donc, le défi pour nous, me semble-t-il, c’est de faire en sorte qu’il existe des outils collectifs et collaboratifs, des « plates-formes » collectives, à forte valeur ajoutée, qui puissent être attractifs et efficaces, et présenter des avantages décisifs par rapport à une offre ou à un système plus individuel. Quels pourraient être ces avantages objectifs ? La pérennisation, et la transmission des corpus, la mise en réseau, la comparaison des corpus et le dialogue des corpus entre eux ; la documentation et le perfectionnement des méta-données ; la sécurisation juridique et la protection des auteurs et de leurs œuvres en regard de la propriété intellectuelle, la pluridisciplinarité ou l’interdisciplinarité des regards, « la revisitation »…

Il n’en reste pas moins que cette idée de mise en commun et de partage des ressources, et plus particulièrement de dépôt des corpus oraux qualitatifs, rencontre des freins, des résistances individuelles, qu’il faut sans doute identifier, si on veut pouvoir les faire disparaître ou tout le moins les atténuer, résistances qui selon moi s’enracinent dans la crainte:

du côté des témoins ou des informateurs, il peut y avoir la crainte de perdre son anonymat, crainte de se dévoiler, de s’exposer publiquement, de voire des informations confidentielles divulguées et non maîtrisées, crainte d’utilisations malhonnêtes ou tronquées, crainte d’un non-contrôle des usages des témoignages, crainte de voir des informations mal perçues ou mal reçues, crainte de se voir finalement objectivé etc…Quels pourraient être les antidotes à cette crainte ? Le respect déontologique des personnes et de leur parole, l’esprit de responsabilité, la réflexion sur le caractère « sensible » des informations à court, moyen ou long terme ; la réflexion sur le métier de la recherche par rapport à celui du journaliste ; la prise en compte du facteur « temps » ; la réflexion sur la définition des accès à l’information (sélectif, spécialisé, grand public etc.).

du côté des chercheurs, il peut y avoir la crainte de dévoiler ses pratiques de recherche, la crainte du jugement des autres et de ses pairs, la crainte du « pillage », la réticence psychologique à se dépouiller de ses sources ou de son œuvre, la difficulté à envisager que les corpus oraux puissent vivre d’une vie autonome, détachés de leur auteur initial… Crainte aussi de nuire involontairement aux témoins en rendant publiques des informations accordées au départ dans un cadre confidentiel et de trahir la confiance ou « le pacte d’entretien » d’origine. La solution consiste sans doute à laisser du temps au temps ! On peut aussi imaginer de déposer ses corpus oraux ou audiovisuels une fois qu’on a terminé de les exploiter et qu’on passe à un autre sujet… Mais sans doute cela ne suffit-il encore pas ! Pour déposer ses propres données, il me semble qu’il faut trois autres critères : une prise de conscience patrimoniale1, qui fait dire que les matériaux qu’on a collectés ou constitués sont des traces d’un temps définitivement disparu ; il faut aussi un interlocuteur en qui on ait une totale confiance (une institution dotée de la continuité et d’un ensemble de règles stables, fiables et déontologiques) ; enfin, il faut sans doute ressentir une forme de «réceptivité sociale »…

du côté des institutions, les craintes ne sont pas totalement absentes non plus : crainte d’être dépouillé ou de se faire désapproprier si on « ouvre » trop largement l’accès aux ressources, crainte d’être complices de diffamation ou d’atteintes à la vie privée si la diffusion n’est pas bien maîtrisée, désir de contrôle, crainte de la lourdeur de la gestion des droits de propriété et d’usage, crainte des ayant droits..

En face de ces craintes, il me semble qu’il y a autant de chantiers à ouvrir :

– Inventer les outils documentaires pour permettre la diffusion, mais surtout pour améliorer la description, la comparaison et l’analyse à la fois rapide et fine des corpus, et former les « producteurs-auteurs » des corpus oraux ou audiovisuels

– Ouvrir le chantier juridique et déontologique concernant la diffusion des contenus, du côté des enquêteurs, des enquêtés, des chercheurs et des conservateurs…Définir des « bonnes pratiques » !

– Investir dans de la réflexion sur la diffusion : diffuser quoi ? diffuser comment ? diffuser pourquoi ? diffuser pour qui et pour quels publics ? selon quelles règles ?

– Investir dans la réflexion sur la restitution aux populations enquêtées ou observées : comment le faire ? avec quels outils ? En étudiant quel impact a ce partage ou cette restitution sur les populations concernées ? Et aussi, en étudiant quel impact la restitution de la recherche vers les groupes sociaux étudiés a à son tour sur la recherche elle-même (interactions) ?

Au vu de la complexité de tous ces chantiers, on devine aisément que la clef de la réussite se trouve dans un travailler-ensemble…

Crédits photographiques : merci à Raphaël Parejo-Coudert, association Txoke.

http://histoire-education.revues.org/index352.html
  1. cf. La rupture patrimoniale de Michel Rautenberg, Editions à la croisée, 2003 []

Le “Bulletin de l’AFAS” se renouvelle

L’AFAS [Association des détenteurs de documents audiovisuels et sonores] est une association créée en 1979 sur l’initiative de responsables de fonds d’archives sonores ou de phonogrammes inédits ou édités à vocation de recherche, d’études ou d’usage professionnel. Elle a pour finalité de réunir et informer les personnes et institutions qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités. Depuis peu, son bulletin,  le Bulletin de l’AFAS, a été accepté sur  Revues.org, le plus ancien portail d’édition électronique français dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales.

Actuellement stagiaire  Master II en documentation à l’Université Lyon 1 et l’Enssib dans le cadre de la formation continue, passionnée par le son et les langues, j’ai découvert à la Phonothèque de la MMSH une diversité de fonds d’archives impressionnante. L’une de mes missions de stage était la reprise après migration du Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS, devenu Bulletin de l’AFAS après son intégration sur la plateforme Revues.org. Le Bulletin de l’AFAS a d’abord été édité en 1980 sous le nom de Sonorités. Au lancement du numéro 0 en janvier 1980, Sonorités avait pour objectif de faire le point sur les activités de l’AFAS, association créé en février 1979. Cette publication avait tout d’abord pour ambition de répondre à un besoin précis dans un contexte où les enregistrements commencent à proliférer, générant en cela de nouvelles problématiques d’ordre juridique ou déontologique. Elle était aussi considérée comme un lien concret entre les adhérents et l’association favorisant une meilleure prise de conscience des richesses que constituent en France, ces innombrables fonds d’archives sonores et la nécessité de mieux les protéger, les connaître et les utiliser. Le Bulletin de liaison des adhérents de  l’AFAS a remplacé celui des Sonorités en 1993, reprenant les même sujets d’étude et il a été mis en ligne dès 2005.

Le son et l’archive

Qu’est-ce que le son ? Une vibration, une fréquence, mais surtout, une manifestation de vie dans sa diversité et sa richesse ; toujours pratiquement porteur de sens, quelque qu’en soit l’émetteur. Parfois, il se trouve qu’il ne délivre pas de message, ou seulement à qui sait l’entendre. Il y a tout type de sons, le bruit de fond, le bruit des objets inanimés, le chant, la parole, la musique instrumentale. Il témoigne en tout cas de l’extraordinaire diversité des êtres humains. L’Homme moderne occidental ignore volontairement ou involontairement certains sons, car il vit dans un environnement sonore riche. Les preneurs de sons, animés par une volonté curieuse de collecte de la mémoire, les moissonneurs de témoignages ont cette qualité extraordinaire d’aller chercher le discours, la musique, le son et d’en mémoriser l’écho. L’univers sonore est suggestif et pouvoir écouter des témoignages sans image aussi est parfois plus porteur de sens que lorsque l’œil est attiré par une couleur, un visage. L’oral à souvent été déprécié par rapport à l’écrit. Or, ses valeurs sont intrinsèquement liées à une forme d’authenticité et de spontanéité qui ne se retrouve plus dans le texte.

L’homme a toujours eu la curiosité de s’intéresser à tous les phénomènes qui l’entourent. Cette curiosité insatiable se retrouve dans les bases de données auxquelles le navigateur peut accéder en cliquant sur les liens proposés par le Bulletin de l’AFAS. Celui-ci ouvre ainsi des portes sur d’autres univers. Vous êtes sur un site de sons et vidéos animaliers, toujours sous l’onglet des Sites Sonores du Bulletin, le site des patrimoines de musique du monde, les radios du Smithsonian dont l’objectif de est de renforcer les liens entre les cultures, et de rapprocher les gens, à travers le biais des musiques traditionnelles dont le but, de fournir à chacun un outil pour retrouver son héritage personnel à travers une collection de fonds sonores soignés et précieusement choisis. Mais il y aussi le site des plus vilains sons, projet amusant de l’université de Salford (vous souvenez-vous du bruit de la craie sur le tableau noir), celui des voix de poètes en langue anglaises (Kipling, Thomas Hardy…) dont les voix uniques traversent l’éternité, l’association de Soutien à la production indépendante de documentaires qui possède un grand nombre de conférences sur différents sujets d’actualité, etc. Ces témoignages ainsi collectés sont riches de réflexions sur le monde.

Avec le son, l’émotion surgit inévitablement. Dans un témoignage oral, l’intonation d’une voix, les silences, les rires nous renseignent parallèlement à ce qui est dit. A ce sujet, l’article de Latitia Nicolas concernant “La part du sensible dans l’écoute et ses conséquences sur le traitement documentaire d’archives sonores en anthropologie”‘, qui prend ses distances avec les pratiques pour s’attacher aux affects de ceux qui appliquent leur savoir à collecter ou analyser les archives sonores, est une étude à consulter.

Le rôle du bulletin

Avec le Bulletin de l’AFAS, vous trouvez des discographies, des articles sur des thèmes qui concernent la préservation du patrimoine sonore. Actuellement la mission du Bulletin de l’AFAS n’a fondamentalement pas changée. cependant le contexte des archives sonores s’est élargi : nouvelles technologies, évolution de la recherche, multiplicité des supports et progrès du net,  les questions débattues nécessitent des expertises plus grandes aussi. Dans les articles du Bulletin de l’AFAS, les chercheurs en ethnologie, sociologie, anthropologie s’interrogent sur les missions des archives orales, ses fondements. Ils collectent les témoignages à travers leurs pérégrinations aux sources des fonds populaires. Mais dans ce bulletin, on peut aussi découvrir les techniques de numérisation des fonds sonores, du cylindre au son numérisé actuel. Les missions du documentaliste, ou du phonothécaire mis sur le devant de la scène avec les évolutions technologiques y sont clairement débattues : travail sur la pérennisation des documents, leur valorisation, la mutualisation des connaissances, leur rôle dans le choix documentaire lors de la prise en charge du document pour sa conservation.

A ce sujet, le travail de Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou dont le Guide d’analyse documentaire du son inédit (qui s’attache à la conservation des supports et des données numériques) répond aux préoccupations des phonothécaires publié par l’AFAS en 2001 en collaboration avec la FAMDT. Les articles, discographies, veille technologique sur les dernières technologies pour la sauvegarde du son, remontent à 1979. On retrouve avec émerveillement des articles traitant des technologies d’autrefois : les cylindres du musée de Berlin, l’histoire du disque à saphir etc., des témoins d’une époque où le son conservé était encore presque aussi volatile que lorsqu’il était émis. Tout ceci est à votre portée avec le Bulletin de l’AFAS.

Ainsi, ce bulletin est le reflet de l’activité d’une association qui propose depuis de nombreuses années, des colloques, des rencontres professionnelles diverses, dont l’enthousiasme de ses membres pour le patrimoine sonore transforme le bulletin en site d’information pour les formations, les astuces techniques des professionnels du son, les projets de sauvegarde des fonds sonores et de leur valorisation. Un article aura un regard historique, un autre s’attardera sur une expérience concrète de numérisation, à des fins de préservation et de consultations. Un autre saura prendre le sujet sous l’angle de la linguistique. A signaler aussi, l’article portant sur le travail de La Bibliothèque nationale de France qui en 2009, a élargit son offre de documents sonores sur le web avec Gallica 2, une collection de plus de 500 enregistrements. Un article va décrire avec précision la méthode, les procédures tant techniques que documentaires et juridiques qui ont permis à la Bibliothèque publique d’information de rendre accessible la mémoire sonore numérique des événements et manifestations qu’elle a produits et accueillis. Un texte saura amener une réflexion autour du silence : méthode et la théorie pour étudier ce contrepoint de la parole et du bruit, ce qui habille la musique, et que John Cage a immortalisé dans son œuvre intitulée : 4’33. De nombreux textes, bien sûr, approfondissent la question de l’archive sonore, sa collecte active et raisonnée, sa diffusion et son assimilation. Audacieux, un article d’Hélène Wallenborn Analyser un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi sur la collecte et l’interprétation des témoignages des rescapés des camps amène des réflexions sur l’histoire orale, son rôle et sur la place du passé dans nos société contemporaines. Il faut enfin signaler l’enquête menée par l’AFAS et la Bibliothèque nationale de France “Inventaire des fonds sonores édités patrimoniaux dans les collections publiques en France” sur l’édition phonographique des cylindres, disques 78 tours et microsillons (voir aussi le Groupe de travail sur le disque). Les questionnaires de l’enquête sont en ligne, n’hésitez pas à y répondre si vous avez dans votre établissement des 78t à signaler.

L’environnement éditorial

Le renouvellement du site du Bulletin de l’AFAS n’aurait pas pu se faire sans le soutien de l’équipe de Revues.org et en particulier Lisa George qui a étroitement suivi le changement de version du logiciel d’édition électronique Lodel. Lodel, est un CMS (Content Management Systems – systèmes de gestion de contenus) utilisé pour produire à travers le monde de nombreuses revues. Lodel a de nombreux atouts et en particulier le respect des normes d’édition sur le Web (Métadonnées, Dublin Core, syndication par flux RSS). En outre, les personnes ne connaissant pas les techniques du Web peuvent aussi mettre des documents en ligne facilement. La dernière version de Lodel sur laquelle est migrée le Bulletin de l’AFAS a beaucoup évolué par rapport à l’ancienne.  C’est ainsi que les numérisations d’ anciens articles ou discographies ont pu être chargées sur le site. Ce sont à présent plus d’une centaine d’articles et une centaine d’annonces, compte-rendus, et informations pratiques, une soixantaine de notices, auxquels viennent se joindre liens et flux de syndication qui sont sur le Bulletin de l’AFAS.

En conclusion

Ainsi, tout l’intérêt de ce nouveau bulletin repose sur l’ancienneté de l’AFAS et sur l’effort fait pour mettre en ligne dans la mesure du possible les anciens numéros qui jusqu’à présent étaient sous version papier, afin qu’à la lecture naisse une compréhension de l’évolution des méthodes d’enregistrement, de transmission et de production des sources sonores. De ce fait, en plus des anciens numéros jusqu’à présent sous version papier uniquement du Bulletin de l’AFAS, vous avez aussi accès à quelques articles extraits de Sonorités qui a précédé le Bulletin de l’AFAS. De nombreuses discographies vont vous faire revivre les belles heures de la chanson française (Edith Piaf, Georges Brassens, …). Peut être aussi découvrirez-vous certains noms de chanteurs oubliés, ceux que l’on a qualifié de “chanteurs maudits” ?
Vous l’aurez compris, les objectifs du Bulletin de l’AFAS sont la mise en valeur du patrimoine sonore, de multiples réflexions sur la collecte, l’archivage et la préservation du patrimoine sonore. La richesse des réflexions menées, la multiplication des informations apportées lui donnent un intérêt pour de nombreux visiteurs. Le Bulletin de l’AFAS est plus que jamais un “lieu de rencontre, un carrefour pluridisciplinaire et multi-thématique, témoin de la richesse d’un patrimoine sonore et audiovisuel en pleine mutation”. A propos, nous vous invitons  à proposer à l’équipe éditoriale du Bulletin de l’AFAS, les sites sonores qui vous paraissent intéressants, vos articles, ou à faire part de vos remarques.

J’espère donc que vous aurez la curiosité d’aller sur le site : Bulletin de l’AFAS, dont les articles de fonds montrent l’effervescence scientifique sur le domaine des archives audiovisuelles et sonores.

Crédit photographique : “Etiquette de disque pyral conservé à la BnF”