Archives de catégorie : Consortium « Archives des ethnologues »

Séminaire sur l’enquête-collecte : pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels (1925-1943)

Durant le séminaire sur l’enquête-collecte, qui s’est déroulé entre 2014 et 2019 et décrit dans sa globalité dans cet article, une des 9 journées thématiques était nommée « Documenter la nature ». Elle était consacrée aux collections naturelles des musées (herbiers, animaux, objets végétaux) ainsi qu’à leur collecte par les ethnologues. Au total, trois conférences ont été présentées durant cette journée. Nous avons choisi de vous présenter celle de Julien Bondaz, anthropologue et maître de conférence à l’université Lyon 2.

Julien Bondaz a intitulé son intervention : Collecter et documenter la nature : «Des témoins desséchés, comme les plantes d’un herbier». Les pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels. (1925-1943) dont vous pouvez retrouver la notice dans la base de la phonothèque en cliquant ici. Dans cette conférence, Julien Bondaz nous présente les débuts d’une discipline  de l’ethnologie aujourd’hui reconnue : l’ethnobotanique. Au début du XXe siècle, les universités financent des ethnologues pour une mission particulière : faire des recherches et étudier les écosystèmes dans les colonies françaises en Afrique, notamment la flore, afin de trouver des « plantes tropicales utiles » pour les secteurs de l’alimentation ou du textile.

Il évoque aussi des grandes figures comme André-George Haudricourt (1911-1996), botaniste et ethnologue, ou le célèbre Marcel (1872-1950) ont joué un rôle prépondérant dans l’établissement de ces « premières pratiques d’herborisation ». A une époque où l’ethnologie connaît un grand intérêt auprès des pouvoirs publics et du monde universitaire, les herbiers décrivant les écosystèmes tropicaux sont aujourd’hui conservés dans des musées comme le Museum National d’Histoire Naturelle.

Extrait de la conférence de Julien Bondaz1

Dans cette conférence, Julien Bondaz fait un panorama historique de cette période mouvementée, mais également trouble, de l’ethnologie au début du XXe siècle. Il explique en détails les origines de cet objet qu’on connaît un peu tous, mais sans jamais s’y être trop penché : les herbiers.

Non seulement ce travail peut intéresser n’importe quel amateur d’ethnologie ou de botanique, mais elle peut aussi apporter de précieux renseignements aux étudiants des filières de l’ethnologie et d’anthropologie. En effet, ces disciplines scientifiques ont été très dynamiques durant la période que décrit Julien Bondaz. conférence de donne à entendre plusieurs clés de compréhension sur l’histoire coloniale, le rôle des universitaires ou des musées qui intéressera certainement les amateurs comme les spécialistes du domaine.

Julien Bondaz a donné l’autorisation de diffusion de sa conférence. Les métadonnées qui la décrivent et l’enregistrement sont consultables sur le site de la phonothèque en cliquant ici.

Stevie KOLODZIEJ, M2 au sein du Master Histoire, parcours métiers des archives, bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. l’usage du casque audio est conseillé en raison de la faible qualité de l’enregistrement. []

Traitement archivistique d’une collection sur l’enquête collecte dans les musées de société

Entre 2014 et 2019 le Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) a accueilli un séminaire ayant pour titre : L’enquête-collecte dans les musées de société. Il a été organisé par Cyril Isnart (Ethnologue, Idemec), Véronique Dassié (Ethnologue, Idemec) et Aude Fanlo (Directrice du Pôle Recherche-Musée, Mucem). Ces conférences ont été enregistrées et la phonothèque les a accueillies en octobre 2020 pour les traiter et les archiver.

Le sujet de ce séminaire est le processus de l’enquête-collecte dans l’environnement d’un musée.  Il s’agit d’un terme employé en ethnologie et en muséologie, il désigne le processus par lequel un musée forme des équipes de scientifiques (ethnologues, sociologues, historiens) pour acquérir de nouveaux objets et documents pour ses collections. Il y a plusieurs manières d’effectuer cette opération (collecte dans la nature, ventes aux enchères, achat de documents à des particuliers). Ce séminaire contient 41 conférences d’une durée moyenne comprise entre 20 et 40 minutes, suivies pour la plupart de séances de débat.

Le séminaire est composé de 9 journées qui souhaitent brosser l’entièreté des thématiques concernées par l’enquête-collecte dans des établissements comme le Mucem. Voici les dates et titres des 9 journées composant le séminaire :

22/05/2014 : Recherche et musée
06/11/2015 : Exposition horizon enquête1
20/05/2016 : Documenter la nature
25/11/2016 : Collecter en terrain sensible
09/06/2017 : Collecter les migrations
24/11/2017 : Collectes sensorielles2
30/05/2018 : Collectes sonores
23/09/2019 : Photographie et collecte
12/11/2019 : Critique et éthique de l’enquête-collecte

Continuer la lecture de Traitement archivistique d’une collection sur l’enquête collecte dans les musées de société

  1. Conférences non-enregistrées []
  2. Idem []

Utrecht, 8-12 juillet : la phonothèque aux DH2019

La phonothèque représentera l’équipe du Consortium des archives des ethnologues lors du congrès international Digital Humanities 2019  du 8 au 12 juillet prochain.

Accueillie par l’Université d’Utrecht, cette édition 2019 de la conférence internationale annuelle de l’Alliance of Digital Humanities Organizations, aura lieu dans la ville médiévale d’Utrecht, l’une des plus anciennes villes des Pays-Bas. La modernisation et la croissance rapides de la ville ont inspiré le thème directeur de la conférence : la complexité.

Le panel « Building community at the National and/or International Level in the Context of the Digital Humanities »auquel la phonothèque participera, réunit différents consortium labellisés par la TGIR Huma-Num qui sera aussi présente :

Cette table ronde se propose d’examiner différentes manières de  » former une communauté  » entre les acteurs de la recherche en sciences humaines et d’étudier comment ceux-ci se regroupent autour d’intérêts communs, en interaction avec des organisations existantes ou spécialement créées pour soutenir les sciences humaines numériques (infrastructures de recherche nationales ou européennes, réseaux professionnels, centres de recherche spécialisés, etc.)

L’objectif de ce panel n’est pas d’adopter une perspective purement comparative, mais de comprendre les enjeux du mouvement  » humaniste numérique  » et de mesurer l’impact des interactions entre les différents types d’organisations observées (institutions, réseaux professionnels, acteurs sociaux, etc.), à différentes échelles (locale, nationale, supranationale), sur la création et l’évolution des communautés. Il s’agit de comprendre comment ces différents niveaux s’articulent et si l’intégration à un niveau supranational peut être un facteur de cohésion et de durabilité.

Durant ces journées, Hélène Giudicissi, représentera la phonothèque et, en particulier, le 11 juillet elle fera le récit du voyage ethnographique proposé par le Consortium archives des ethnologues (en « image à la une » du billet) : A New Journey Through Shared Ethnological Archives For UnderstandingAnthropology: The “Archives Des Ethnologues”, A Multifaceted Consortium.

Vous pouvez accéder au programme détaillé de la conférence ici

Découvrez le poster du consortium des ethnologues :

 

Mexico, 24-29 juin : la phonothèque aux DH2018

La phonothèque représentera l’équipe du Consortium des ethnologues lors du congrès international Digital Humanities 2018 à Mexico, du 24 au 29 juin prochain.  Les organisateurs du congrès ont choisi l’image des ponts (bridges/puentes) qui se retrouve dans les différentes interventions. Ainsi, lors d’une première session intitulée Building Bridges With Interactive Visual Technologies1 sous la présidence d’Adeline Joffres, responsable de la coopération internationale à Huma-Num, les travaux réalisés en partenariat avec le consortium 3D-SHS dans le cadre du projet H2020 PARTHENOS seront notamment présentés. Dans ce panel seront présents, outre le consortium Archives des ethnologues, ceux de Cahier, Corli et Masa sous le titre communThe Impact of FAIR Principles on Scientific Communities in (Digital)Humanities. An Example of French Research Consortia in Archaeology, Ethnology, Literature and Linguistics. Leurs différentes expériences et les usages des principes du FAIR y seront présentés. Venez les écouter, jeudi 28 juin, de 11h à 12h30, Mexico City au Sheraton Maria Isabel (salle Constitución C).

En avant première, voilà le titre et le résumé de l’intervention collective du Consortium des ethnologues : Continuer la lecture de Mexico, 24-29 juin : la phonothèque aux DH2018

Archives en bibliothèques. Regards croisés, chercheurs et professionnels

Ces journées d’étude constituent la deuxième rencontre du projet Archives en bibliothèque. Elles s’intéressent aux papiers savants, entendus comme l’ensemble des documents de toute nature produits ou rassemblés par un savant (de l’érudit du XVIIe siècle au chercheur du XXIe siècle), qui sont aujourd’hui conservés dans des bibliothèques. Elles questionnent la façon dont la bibliothèque « archive » ce qui a déjà été, d’une certaine manière, archivé par le savant et à rebours évaluent la possibilité de « remonter l’archive », en identifiant les enjeux et les méthodes d’une histoire régressive de ces fonds. Continuer la lecture de Archives en bibliothèques. Regards croisés, chercheurs et professionnels