Archives de catégorie : Pgr européen

Polyphonies des collections sonores européennes

Le CNRS est parti prenante du programme européen Europeana Sounds à travers les collections sonores de deux laboratoires de recherche :
– le LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative) qui accueille le CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) où sont numérisées et mises en ligne les archives sonores du CNRS-Musée de l’homme et celles des chercheurs en ethnomusicologie grâce à la plateforme web Telemeta  ;
– l’USR 3125 au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence dont la phonothèque recueille, archive et valorise les entretiens de terrain des différents laboratoires qui la constitue sur la base de données Ganoub et sur la plateforme Calames.

Ces deux centres de ressources participent déjà à des catalogues collectifs ou des moteurs de recherche fédérés comme Isidore ou le Portail du patrimoine oral, leurs archives sonores seront bientôt présentes sur Europeana. Ainsi un nouveau territoire polyphonique se dessine en Europe où les voix du passé trouvent leurs auditeurs, se croisent, s’entendent… Ce projet sonore est présenté dans un des derniers billet du blog du programme Europeana Sounds et  illustré par deux chants polyphoniques issus des collections deux laboratoires.

Chant de nuit1, enregistré par Bernard Lortat Jacob dans la province de Nuoro, Sardaigne (archives du CREM).

https://archives.crem-cnrs.fr/archives/items/CNRSMH_E_1981_007_002_001_01/

Chant en langue française et occitane composé par Zéphirin Castellon, interprété à Belvédère en Vésubie, enregistré par Patrick Vaillant en 1989, MMSH

Crédits photographiques : Tenore à Oliena, photographie de Gabriele Doppiu, repérée par Enedina Sanna.

  1. « Le chant a tenore, et notamment les formes a sa seria ou boghe’ notte est chanté pour émouvoir, mais aussi parler des choses du monde et de l’histoire actuelle ou passée de la Sardaigne. » est-il inscrit sur la pochette du disque où est publié ce chant, interprété par : Cristoforo Bottaru, francesco Mulas, Michele Mureddu, Michele Puddu. Editions Musée de l’Homme-CNRS, collection « Les disques microsillons » []

Europeana Sounds : une porte ouverte sur le patrimoine sonore européen

D’ici 2017 plus de 540 000 enregistrements seront  disponibles sur la plateforme en ligne Europeana illustrant la riche variété du patrimoine sonore européen : des performances de musique classique et contemporaine ; de la musique, des chants et des contes issus de la tradition orale ; des bruitages, environnements sonores et sons de la nature ; des langues, accents, dialectes et souvenirs ; des enquêtes de terrain réalisées par des chercheurs en sciences humaines et sociales…

Le projet Europeana Sounds, coordonné par la British Library, regroupe 24 bibliothèques nationales, institutions et centres de recherche sur le son et universités partenaires, répartis dans 12 pays européens (voir la fiche d’identité du projet Eureopeana Sounds au bas du billet). Ces collections reflètent la diversité des cultures, des histoires, des langues et la créativité européenne au cours de ces 130 dernières années. Europeana Sounds est une initiative novatrice puisque, pour la première fois, des établissements patrimoniaux d’envergure internationale dotés de collections audio exceptionnelles unissent leurs efforts pour améliorer l’accès à des enregistrements anciens, et partager leur expertise et leurs compétences. Que ce soit par la télévision, la radio, Internet ou le cinéma, l’audiovisuel constitue depuis des décennies la bande-son de notre vie quotidienne. Pourtant il reste largement ignoré quant à la préservation de notre patrimoine culturel.

Europeana Sounds donnera accès à une multitude d’enregistrements d’exception, illustrant la place significative qu’ont pris les sons dans le paysage social, culturel et scientifique de notre temps. De dialectes oubliés depuis longtemps aux sons d’environnements naturels en voie de disparition ou à la musique contemporaine, Europeana Sounds fera dialoguer passé récent et temps présent, réunissant les citoyens européens autour d’un patrimoine oral commun. Une grande part de ce patrimoine est née à l’âge du droit d’auteur. Le préserver pour les générations futures fera avancer le dossier du libre accès à ces documents protégés. Ces sons forment un nouveau champ de notre expérience culturelle partagée. Garantir son accès au grand public dans l’ère du tout numérique constitue un défi.

Pour Bruno Racine, Président de la BnF et de la Fondation Europeana, « le grand apport d’Europeana Sounds est de mettre en lumière un média fondamental qui, de façon assez surprenante, est soit négligé, soit au contraire considéré comme curieux ou trop complexe à gérer. »

Roly Keating, Directeur général de la British Library affirme : « nous sommes impatients de travailler avec d’autres bibliothèques et archives européennes pendant les trois années à venir pour constituer un nécessaire ‘jukebox virtuel’ réunissant des sons de tout le continent accessibles en ligne à l’ensemble des internautes. La British Library possède à elle seule cinq millions d’enregistrements dans ses collections, couvrant un large éventail de documents sonores : musique, théâtre et littérature, histoire orale et sons de la nature. »

Dans ce projet, le CNRS est représenté par deux grands centres de ressources sonores : les archives du CNRS – musée de l’Homme, gérées par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM- LESC UMR 7186 CNRS Université Paris Ouest) où à été développé la plateforme web audio Telemeta, et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (USR3125).

Suivre Europeana Sounds sur les réseaux sociaux : 
Sur Twitter : @EU_Sounds
Sur Facebook : www.facebook.com/SoundsEuropeana

Fiche d’identité du projet Europeana Sounds

Durée : 01/02/2014 – 31/01/2017 (36 months)

Co-financement : Information and Communication Technologies Policy Support Programme of the European Commission

Coût total : €6.14m (€4.91m contribution européenne)

24 participants au projet :
8 bibliothèques nationales : British Library (Coordinator, UK), Bibliothèque nationale de France (FR), Deutsche Nationalbibliothek (DE), Music Library of Greece (GR), National Library of Latvia (LV), Österreichische Mediathek (AU), Statsbiblioteket (DA), Österreichische Nationalbibliothek (AU)

5 Centres de recherche et d’archives : Sound & Vision (NL) , Irish Traditional Music Archive (IR), Language Archive at Max Planck (NL), Austrian Institute of Technology (AU), Centre national de la
Recherche scientifique (FR)

2 Autres types d’institution publiques : Istituto Centrale per il Catalogo Unico (IT), Rundfunk Berlin-brandenburg (DE)

3 Associations à but non lucratif : Kennisland (NL), Europeana (NL), Comhaltas Ceoltoiri Eireann (IR)

3 Universités : National Technical University of Athens (GR), Sabhal Mòr Ostaig (IR), Universidade Nova de Lisboa (PT)

3 Sociétés : NET7 SRL (IT), We Are What We Do Community Interest Company (UK), UAB DIZI (LT)

Contacts :
Richard Ranft, Coordonnateur du projet
richard.ranft<@>bl.uk – +44 207 412 7424

Catherine Gater, Directrice du projet
catherine.gater<@>bl.uk – +44 207 412 7854

Axelle Bergeret-Cassagne, Coordonnatrice de la communication du projet
axelle.bergeret-cassagne<@>bnf.fr – +33 153 79 52 3

Europeana est le portail numérique multilingue des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. A ce jour, Europeana donne accès à 30 millions de livres, de films, de tableaux, de pièces de musée et d’archives en provenance de quelque 2 200 fournisseurs de contenus de toute l’Europe. Le contenu est issu de tous les États membres et l’interface du portail en ligne est disponible en 29 langues. Europeana est principalement financé par la Commission européenne.

Communiqué de presse du projet en langue française (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue anglaise (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue lettone (25 avril 2014)

Crédits photographiques : détail du logo d’Europeana Sounds créé en mars 2014, Photo de groupe du KickOffGroupe du projet à la British Library, février 2014, par Elizabeth Hunter (CC-BY-SA).

Lancement d’Europeana Sounds, 17 et 18 février 2014, British Library, Londres

Les 17 et 18 février 2014 a eu lieu le lancement du programme Europeana Sounds et son « Kick‐off Meeting » à la British Library (BL). Le CNRS y était présent avec deux collections sonores, celles du laboratoire de sociologie et d’ethnologie comparative à travers le groupe du CREM et celles de la phonothèque de la MMSH (USR 3125). Après les mots de bienvenue de Roly Keating, directeur de la BL, Richard Ranft le coordinateurs du projet a présenté les grands objectifs du programme Europeana Sounds suivi de  Jill Cousins, directeur exécutif d’Europeana,  qui a explicité les stratégies de ce portail européen dans lequel pour le moment peu de fichiers sonores sont mis à disposition : l’objectif à la fin du programme européen est qu’un million de sons puissent être accessibles sur le portail.  La matinée était assez technique car il fallait en deux jours comprendre à la fois l’objectif du programme mais aussi la façon dont les programmes européens fonctionnent et les règles du jeu à suivre. C’est, Krzysztof Nichczynski (Project Officer à la commision européenne) nous a expliqué comment nous allions devoir fonctionner et à quelles évaluations nous serions soumis.

Puis ce sont tous les coordonnateurs des « work packages » ou WP qui ont présenté de façon synthétique les grandes orientations du projet  :  –

  • WP1 (Aggregation / Agrégation) – Andra Patterson, (BL)
  • WP2 (Enrichment and Participation / Enrichissement et participation) – Maarten Brinkerink Netherlands Institute for Sound and Vision (NISV)
  • WP3 (Licensing Guidelines / Orientations juridiques) – Lissette Kalshoven, Kennisland (KL)
  • WP4 (Channels Development / Développement d’une chaîne thématique) – David Haskiya, Europeana Foundation (EF)
  • WP5 (Technical Infrastructure / Infrastructure technique) – Vassilis Tzouvara, National Technical University of Athens (NTUA) qui développe l’éditeur XML Mint qui sera l’outil utilisé par le programme.
  • WP6 (Dissemination & Networking / Réseaux et communication) – Marion Ansell, Bibiothèque Nationale de France (BnF)
  • WP7 (Project Management & Sustainability / Managment du projet et durabilité) ‐ Catherine Gater (Project Manager, BL) and Roger Gavin (BL finance).

Des ateliers ont été organisés par thématiques pour que nous puissions poser des questions, interroger les porteurs de WP et comprendre nos objectifs.

Après une visite du département de l’audiovisuel de la BL, Laurence Byrne (BL), a présenté des extraits sonores qui laissaient présager de l’intérêt de la diffusion de ces son dont les partenaires sont dépositaires sur la plateforme Europeana, présentés par Marianna Anastasiou (Friends of Music Society), Jane Topp Fargion (British Library), Juozas Markauskas (DIZI), Zane Grosa (National Library of Latvia), Max Kaiser (Max Planck Gesellschaft) and Mairead MacDonald (Tobar an Dualchais)

Outre la rencontre de tous les partenaires, la présentation des différents WP, la compréhension du futur modèle de métadonnées EDM et la façon dont nous allions organiser nos données, ces journées ont été pour nous l’occasion de préciser notre partenariat au sein du CNRS, avec le CREM au sein du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, au sein duquel ont été développées le projet Telemeta. Joséphine Simonnot a présenté les archives du CREM-Musée de l’homme et de la MMSH aux participants. Aude Da Cruz Lima et moi-même, avions proposé quelques fichiers en exemple pour les projets de valorisation à venir qui pouvaient être écoutés sur des postes à l’extérieur de l’auditorium. Ces journées ont également été l’occasion de mieux connaître la British Library, visiter les services de l’audiovisuel, interroger leur base de données « de l’intérieur » et mieux comprendre le travail à réaliser. Nous avons beaucoup de route à parcourir avant de pouvoir d' »ingérer » nos propres métadonnées dans MINT ! Une formation est prévue à Athènes d’ici quelques mois… A suivre !

Crédits photographiques : Europeana Sounds, Kick Off à la British Library, Elizabeth Hunter, 18 février 2015, CC-BY-SA.

Construire un jukebox pour l’Europe

Building a jukebox for Europe c’est sous ce titre joyeux que la British Library présente le programme Europeana Sounds qu’elle coordonne et qui a été lancé ce 1er février pour trois ans. L’objectif est de proposer des contenus sonores, accompagnés des documents qui leur sont associés, issus des grands centres de ressources en Europe. Le projet part du constat qu’Europeana, portail du patrimoine numérique européen, propose certes un gigantesque catalogue donnant accès à plus de 30 millions de livre, peintures, photographies, films, archives provenant des collections détenues par les institutions de 2200 sources mais que les documents sonores ne représentent que 2% de ce catalogue. Ainsi, Europeana Sounds a le projet de réunir les archives sonores de tous types, musique, parole, environnement naturel et sonore, d’une vingtaine d’établissements en Europe. Deux laboratoires du CNRS vont participer à ce réseau européen, en mettant en commun les collections du CREM et celles de la phonothèque de la MMSH. Soyez-en sûr-e-s, Les carnets de la phonothèque feront le récit ces nouvelles aventures sonores… En attendant, vous pouvez suivre l’actualité du projet sur le Twitter d’Europeana Sounds.

Présentation du projet Europeana Sounds en langue anglaise 

Europeana Sounds is Europeana’s ‘missing’ fifth domain aggregator, joining APEX (Archives), EUscreen (television), the Europeana Film Gateway (film) and TEL (libraries).

The project will:

  • increase the opportunities for access to and creative re-use of Europeana’s audio and audio-related content
  • build a sustainable best practice network of stakeholders to aggregate, enrich and share a critical mass of audio for public audiences, the creative industries (notably publishers) and researchers.

 

The consortium of 24 partners from 12 countries will:

  • Double the number of audio items accessible through Europeana to over 1 million and improve geographical and thematic coverage by aggregating items with widespread popular appeal such as contemporary and classical music, traditional and folk music, the natural world, oral memory, and languages and dialects.
  • Enrish metadata for 2 million items in Europeana’s audio and audio-related collections, developing techniques for cross-media and cross-collection linking.
  • Develop and validate audience-specific sound channels and a distributed crowdsourcing infrastructure for end-users that will improve Europeana’s search facility, navigation and user experience.
  • Engage music publishers and rights-holders in efforts to make more material accessible online through Europeana by resolving domain constraints and lack of access to commercially unviable (i.e. out-of-commerce) content.
  • These outcomes will be achieved through a network of leading sound archives working with specialists in audiovisual technology, rights issues and software development. The network will expand to include other content-providers and mainstream distribution platforms (Historypin, Spotify, Soundcloud) to ensure widest possible availability of their content.

Crédits photographiques : Women at the jukebox during a New Year’s Eve part in Tallahassee, Floride, 31 décembre 1956, Bibliothèque et archives nationales de Floride, projet Florida Memory, pas de restrictions de droit connues.