Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

La publication aux Presses universitaires de Provence de l’ouvrage La Diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques en novembre 2018 a été l’aboutissement d’un travail collectif pour apporter des réponses concrètes aux questions qui se posent à toutes celles et ceux qui produisent, exploitent, diffusent, partagent ou éditent des sources numériques dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS).

Afin d’actualiser les réflexions de l’ouvrage, mais aussi d’aborder de nouvelles problématiques, le groupe de travail Ethique & Droit organise, avec le soutien de l’URFIST Méditerranée, une journée d’étude intitulée « Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés » le jeudi 3 octobre à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence.

S’inscrivant dans la dynamique de la science ouverte, cette journée d’étude présentera l’actualité juridique et éthique de la diffusion des données en SHS tout en précisant les orientations actuelles des institutions d’enseignement et de recherche en la matière. De nouvelles problématiques, comme celles soulevées par les archives du web, seront également abordées. Un cas pratique de signature d’un contrat d’utilisation de données sera proposé lors de la table ronde de l’après-midi. Enfin, les retours d’expériences de deux utilisateurs du Guide illustreront les possibilités de mises en œuvre effectives de pratiques de diffusion des données numériques. Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé de cette journée à laquelle nous espérons vous voir nombreux !

Les inscriptions sont ouvertes

sur le site de l’URFIST Méditerranée

 

Continuer la lecture de Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

La publication aux Presses universitaires de Provence de l’ouvrage La Diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques en novembre 2018 a été l’aboutissement d’un travail collectif pour apporter des réponses concrètes aux questions qui se posent à toutes celles et ceux qui produisent, exploitent, diffusent, partagent ou éditent des sources numériques dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS).

Afin d’actualiser les réflexions de l’ouvrage, mais aussi d’aborder de nouvelles problématiques, le groupe de travail Ethique & Droit organise, avec le soutien de l’URFIST Méditerranée, une journée d’étude intitulée « Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés » le jeudi 3 octobre à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence.

S’inscrivant dans la dynamique de la science ouverte, cette journée d’étude présentera l’actualité juridique et éthique de la diffusion des données en SHS tout en précisant les orientations actuelles des institutions d’enseignement et de recherche en la matière. De nouvelles problématiques, comme celles soulevées par les archives du web, seront également abordées. Un cas pratique de signature d’un contrat d’utilisation de données sera proposé lors de la table ronde de l’après-midi. Enfin, les retours d’expériences de deux utilisateurs du Guide illustreront les possibilités de mises en œuvre effectives de pratiques de diffusion des données numériques. Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé de cette journée à laquelle nous espérons vous voir nombreux !

Les inscriptions sont ouvertes

sur le site de l’URFIST Méditerranée

 

Continuer la lecture de Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

Les données d’enquête à l’épreuve de l’Open Data : approche juridique, Grenoble, 6 septembre 2019

affiche de la journée sur les données du 6 septembre 2019Organisée par l’équipe de documentation du CRESSON dans le cadre du groupe de travail “Science Ouverte et gestion des données” du laboratoire AAU. L’équipe propose une matinée de sensibilisation à la question de l’ouverture des données d’enquête. Comment prendre en compte dès le début de ses recherches cet objectif d’ouverture ? Afin de préciser une politique de gestion des données en architecture et urbanisme, pourquoi ne pas s’inspirer des pratiques à l’œuvre au sein d’autres laboratoires et d’autres disciplines ? Continuer la lecture de Les données d’enquête à l’épreuve de l’Open Data : approche juridique, Grenoble, 6 septembre 2019

Un ancien numéro de Sonorités nouvellement paru… le n°41

Nous avions déjà fait le récit, sur ce carnet, de la mise aux standards et aux normes éditoriales de la revue de l’AFAS – association française des documents sonores, oraux et audiovisuels1 il y a presque cinq ans, le Bulletin de l’AFAS. Sonorités. Tout en poursuivant le processus (nouveau logo, nouvelle couverture, nouvelle maquette, nouveau comité de rédaction, nouvelle charte éditoriale…), l’association n’a  cessé de publier et même si l’année 2015 était compliquée pour l’équipe éditoriale, le numéro 41 est paru en libre accès sur le site de la revue. Mais, pour la première fois depuis sa création, ce numéro paraissait uniquement au format électronique. Continuer la lecture de Un ancien numéro de Sonorités nouvellement paru… le n°41

  1. L’association a été créée en 1978 et sa première revue dont le premier numéro (n°0) est paru en 1980 avait pour titre, Sonorités. Le premier numéro du Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS (n°0) qui a départ avait une simple vocation de communication est paru en 1980. Les deux titres ont été réuni sous Bulletin de l’AFAS. Sonorités au moment de la création de la nouvelle maquette en 2005. []

Expérimenter la publication d’un blog : le cas de S.I.Lex

C’est en février 2009 que Lionel Maurel, alias Calimaq, juriste et bibliothécaire rédige son premier billet sur son blog s S.I.LEX six ans plus tard, ce sont plus de 600 qui sont lus, souvent relus, par les professionnels des sciences de l’information, par ceux qui se préoccupent des biens communs de la connaissance ou  par tous ceux qui s’interrogent sur leurs droits numériques et sur ce que peut devenir l’information sur le Web ou ses modèles économique. Sarah Clément et Mélanie Leroy-Terquem ont choisi d’en éditorialiser une sélection et de solliciter quinze blogueur.euse.s lecteur.trice.s de Calimaq  pour réaliser un ouvrage, qui paraîtra en octobre 2019 et sera – bien évidemment – également disponible dès sa sortie en libre accès aux presses de l’ENSSIB. Il sera donc enfin possible de feuilleter le blog sur la plage ou dans son fauteuil… ne manquez pas sa sortie en octobre 2019 !

Les blogueurs : Muriel Amar, Dominique Cambrésy, Benjamin Caraco, Véronique Ginouvès,Alexandre Hocquet, Bernard Majour, Luc Maumet, Silvère Mercier,Pouhiou, Sébastien Shulz, Bérengère Stassin, Isabelle Van Welden.

Télécharger le flyer promotionnel du livre.

 

Crédits photographiques : Image de la page 408 d’un compte rendu de l’Association française pour l’avancement des sciences, ca 1825, numérisé par la bibliothèque de New York Botanical Garden, LuEsther T. Mertz. Domaine public.

Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

Au moment où la question des collections semble être au coeur de nombre de réflexions1 le Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente  cet été une exposition centrée sur les siennes, profitant de la thématique pour revenir sur l’histoire de l’institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse…  Finalement, la notion de collection est-elle toujours pertinentes pour interpréter notre présent ? Comment montrer l’objet sans l’enfermer dans une logique chronologique, géographique, ethnique ou fonctionnelle ? Comment valoriser une collection sans se limiter à exposer le chef-d’œuvre que l’on sait qu’elle renferme  ? Ce retour sur les collections est aussi une façon de rappeler que les regards qui sont portées sur elles au fil du temps, mais aussi avec eux les démarches de ceux qui les ont constituées ou les objets qui les ont constitués, n’ont cessé de se transformer…

Mobile à base d'étiquettes d'objets au musée de Neuchâtel

Continuer la lecture de Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

  1. Outre l’école d’été l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée en juillet 2019 par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), rappelons que le 145ème congrès du CTHS en avril 2020 aura pour titre Collecter, collectionner, conserver. []

Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive

A côté des missions des archives, celles de prouver, de témoigner ou d’informer, a été mises en lumière – depuis la parution de l’ouvrage d’Arlette Farge, Le goût de l’archive (1989) – , la prise de conscience des multiples émotions que les archives suscitent, ce qu’elles rendent compte du rêve et de la fantaisie et de la façon dont elles peuvent documenter les imaginaires de ceux qui sont à l’origine de leur création, de leur collecte ou qui en sont l’objet.

L’atelier professionnel Visual Studies “Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive” organisé le 30 septembre 2019 à la MMSH vise à comprendre le rôle des archives dans la fabrique des imaginaires en Méditerranée. Cette journée alternera entre présentation de fonds d’archives constituées à même de traduire des regards collectifs sur la Méditerranée (InaCMCA) et des questionnements de chercheurs sur des points de cristallisation des imaginaires méditerranéens. Le film, Catherine ou le corps de la passion, réalisé par Emma Aubin-Boltanski, anthropologue au Centre d’études en sciences sociales du religieux – CéSor, ouvrira la discussion.

Programme

Continuer la lecture de Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive

Se promenant dans le jardin des orangers… [Comeback, Tübingen]

Et si nous remontions le cours du temps pour mieux comprendre les artistes du passé ou même pour partager avec eux des moments d’émotions intenses ?  Aujourd’hui, il n’est pas rare de se trouver dans des situations où des acteurs sociaux cherchent à  rembobiner le cours de l’histoire et nous la faire revivre1 ; l’exposition Comeback – Kunsthistorische Renaissancen [Art-Historical Rennaissances] nous confronte à une autre situation toute aussi insolite : les artistes ne s’y limitent pas à copier ou à chercher à maîtriser techniquement les tableaux des “Anciens”. Ils dialoguent avec leurs “Maîtres”, leur répondent librement et ré-inventent un patrimoine collectif à travers des modalités artistiques contemporaines qui passent par tous les médias actuels.

tableau de Markus Schinwald au nez rouge

Continuer la lecture de Se promenant dans le jardin des orangers… [Comeback, Tübingen]

  1. Il y beaucoup à lire sur ces questions ; je vous renvoie vers les travaux de Maryline Crivello (AMU), dont une synthèse se retrouve sur son blog : Muse, Memories and USEs of history – Mémoires et usages de l’histoire dans l’espace public https://muse.hypotheses.org []

L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Gilles Mercier vers 1977 dans son atelier (ancien atelier Grizzo), Paris, Belleville

Gilles Mercier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre en France jusqu’au milieu du XXe siècle. Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et des activités manuelles. Enfant, il a fait de la guitare et du violon au conservatoire. C’est à 16 ans qu’il décide de devenir luthier, inspiré par une émission de télévision (janvier 1969) avec le luthier Etienne Vatelot.

1. Le déclic (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Quelques mois plus tard, il débute sa formation à Mittenwald en Allemagne, sans trop de problèmes avec la langue.

2. Le choix de Mittenwald (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Dans l’organisation de l’enseignement à Mittenwald, les cours pratiques sont majoritaires.

3. Cinq ou six heures d’atelier par jour  (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La formation pratique se déroule dans un grand atelier avec une trentaine d’élèves encadrés par deux enseignants.

4. Des élèves venus d’ailleurs (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Ebauchage, intérieur du fond (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1982)

L’apprentissage se fait par mimétisme des gestes dans une ambiance disciplinée.
5. Un enseignement pragmatique   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Gilles Mercier n’a pas éprouvé de difficultés particulières pour apprendre. L’encadrement était de qualité. Il explique la répartition des ateliers selon les tâches à exécuter.
6. ça finissait toujours par fonctionner   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La première année, il fabrique deux violons. Certaines opérations comme le vernissage et le montage se font la dernière année, avec certains procédés spécifiques (par exemple l’usage de la propolis dans le vernis).

9. Les étapes de l’apprentissage   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Devant gagner rapidement sa vie, il part 6 mois avant la fin des 3 ans de formation. Il travaille et se perfectionne dans différents ateliers où il fait essentiellement de la restauration et de l’entretien d’instruments, passant 1 an à Cologne dans une grande maison d’instruments de musique ; puis 1 an à Paris chez Etienne Vatelot et enfin 2 ou 3 ans chez Jacques Camurat.

10. Entre divers ateliers (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Après ces années de restauration d’instruments, il a envie de revenir à la fabrication pour « parler en son nom ». En 1976, il prend la succession de Xavier Grizzo, luthier de guitare à Paris dans le quartier Belleville. Continuer la lecture de L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Quand les anthropologues se retrouvent en Sardaigne… (Lares, n°1, 2018)

Il y a 107 ans se créait en Italie la revue Lares, dédiée à la recherche de que les italiens nomment “démo-ethno-anthropologie”1. En langue française, la tendance serait de traduire cette discipline sous le simple terme d’anthropologie mais il faudrait sans doute, préciser qu’il s’agit de l’étude anthropologique des cultures populaires contemporaines.  Dans son cours en ligne sur l’anthropologie culturelle2, Fabio Dei, son directeur actuel, définit la  “demoetnoantropologia” comme la combinaison de trois disciplines : l’anthropologie culturelle, l’ethnologie et la démologie (histoire des traditions populaires). L’articulation de l’anthropologie et de l’ethnologie avec les expressions populaires est donc au coeur de ce secteur scientifique que nous ne retrouvons pas vraiment dans enseignements français de l’anthropologie. Continuer la lecture de Quand les anthropologues se retrouvent en Sardaigne… (Lares, n°1, 2018)

  1. La revue est publiée par Olschki dont la maison d’édition a été créée en 1886. []
  2. Ce cours de Fabio Dei a été mis en ligne par des étudiants de l’université de Sassari mais Fabio Dei enseigne à l’université de Pise. Nombre de ses cours sont en ligne sur le site “Fare antropologia” : http://fareantropologia.cfs.unipi.it/notizie/author/fabiodei []

Les archives de la phonothèque s’écoutent sur l’île de Tinos

Jeudi 25 juin, vous pourrez écouter sur l’île de Tinos, les entretiens réalisés entre 1994 et 2005 auprès des réfugiés de Smyrne vers l’île de Syros dans le cadre du festival Polyphonik à Koumaros dont vous pouvez télécharger le programme ici.

programme festival de Tylos en langue grecque

Extrait du programme en langue grecque signalant la présentation du fonds sonore.

Présentation du corpus sonore :
Dans le cadre du programme de recherche “La ville moderne” mené par Christos Loukos, historien moderniste, au sein de l’Institut d’études méditerranéennes (Université de Réthymnon, Crète) Continuer la lecture de Les archives de la phonothèque s’écoutent sur l’île de Tinos

A propos d'archives sonores et audiovisuelles