Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive

A côté des missions des archives, celles de prouver, de témoigner ou d’informer, a été mises en lumière – depuis la parution de l’ouvrage d’Arlette Farge, Le goût de l’archive (1989) – , la prise de conscience des multiples émotions que les archives suscitent, ce qu’elles rendent compte du rêve et de la fantaisie et de la façon dont elles peuvent documenter les imaginaires de ceux qui sont à l’origine de leur création, de leur collecte ou qui en sont l’objet.

L’atelier professionnel Visual Studies “Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive” organisé le 30 septembre 2019 à la MMSH vise à comprendre le rôle des archives dans la fabrique des imaginaires en Méditerranée. Cette journée alternera entre présentation de fonds d’archives constituées à même de traduire des regards collectifs sur la Méditerranée (InaCMCA) et des questionnements de chercheurs sur des points de cristallisation des imaginaires méditerranéens. Le film, Catherine ou le corps de la passion, réalisé par Emma Aubin-Boltanski, anthropologue au Centre d’études en sciences sociales du religieux – CéSor, ouvrira la discussion.

Programme

Continuer la lecture de Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive

Se promenant dans le jardin des orangers… [Comeback, Tübingen]

Et si nous remontions le cours du temps pour mieux comprendre les artistes du passé ou même pour partager avec eux des moments d’émotions intenses ?  Aujourd’hui, il n’est pas rare de se trouver dans des situations où des acteurs sociaux cherchent à  rembobiner le cours de l’histoire et nous la faire revivre1 ; l’exposition Comeback – Kunsthistorische Renaissancen [Art-Historical Rennaissances] nous confronte à une autre situation toute aussi insolite : les artistes ne s’y limitent pas à copier ou à chercher à maîtriser techniquement les tableaux des “Anciens”. Ils dialoguent avec leurs “Maîtres”, leur répondent librement et ré-inventent un patrimoine collectif à travers des modalités artistiques contemporaines qui passent par tous les médias actuels.

tableau de Markus Schinwald au nez rouge

Continuer la lecture de Se promenant dans le jardin des orangers… [Comeback, Tübingen]

  1. Il y beaucoup à lire sur ces questions ; je vous renvoie vers les travaux de Maryline Crivello (AMU), dont une synthèse se retrouve sur son blog : Muse, Memories and USEs of history – Mémoires et usages de l’histoire dans l’espace public https://muse.hypotheses.org []

L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Gilles Mercier vers 1977 dans son atelier (ancien atelier Grizzo), Paris, Belleville

Gilles Mercier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre en France jusqu’au milieu du XXe siècle. Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et des activités manuelles. Enfant, il a fait de la guitare et du violon au conservatoire. C’est à 16 ans qu’il décide de devenir luthier, inspiré par une émission de télévision (janvier 1969) avec le luthier Etienne Vatelot.

1. Le déclic (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Quelques mois plus tard, il débute sa formation à Mittenwald en Allemagne, sans trop de problèmes avec la langue.

2. Le choix de Mittenwald (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Dans l’organisation de l’enseignement à Mittenwald, les cours pratiques sont majoritaires.

3. Cinq ou six heures d’atelier par jour  (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La formation pratique se déroule dans un grand atelier avec une trentaine d’élèves encadrés par deux enseignants.

4. Des élèves venus d’ailleurs (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Ebauchage, intérieur du fond (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1982)

L’apprentissage se fait par mimétisme des gestes dans une ambiance disciplinée.
5. Un enseignement pragmatique   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Gilles Mercier n’a pas éprouvé de difficultés particulières pour apprendre. L’encadrement était de qualité. Il explique la répartition des ateliers selon les tâches à exécuter.
6. ça finissait toujours par fonctionner   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

La première année, il fabrique deux violons. Certaines opérations comme le vernissage et le montage se font la dernière année, avec certains procédés spécifiques (par exemple l’usage de la propolis dans le vernis).

9. Les étapes de l’apprentissage   (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Devant gagner rapidement sa vie, il part 6 mois avant la fin des 3 ans de formation. Il travaille et se perfectionne dans différents ateliers où il fait essentiellement de la restauration et de l’entretien d’instruments, passant 1 an à Cologne dans une grande maison d’instruments de musique ; puis 1 an à Paris chez Etienne Vatelot et enfin 2 ou 3 ans chez Jacques Camurat.

10. Entre divers ateliers (Gilles Mercier, extrait de l’enquête n°5345)

Après ces années de restauration d’instruments, il a envie de revenir à la fabrication pour « parler en son nom ». En 1976, il prend la succession de Xavier Grizzo, luthier de guitare à Paris dans le quartier Belleville. Continuer la lecture de L’intelligence de la main : le parcours créatif d’un luthier musicien, entre quatuor et guitare

Quand les anthropologues se retrouvent en Sardaigne… (Lares, n°1, 2018)

Il y a 107 ans se créait en Italie la revue Lares, dédiée à la recherche de que les italiens nomment “démo-ethno-anthropologie”1. En langue française, la tendance serait de traduire cette discipline sous le simple terme d’anthropologie mais il faudrait sans doute, préciser qu’il s’agit de l’étude anthropologique des cultures populaires contemporaines.  Dans son cours en ligne sur l’anthropologie culturelle2, Fabio Dei, son directeur actuel, définit la  “demoetnoantropologia” comme la combinaison de trois disciplines : l’anthropologie culturelle, l’ethnologie et la démologie (histoire des traditions populaires). L’articulation de l’anthropologie et de l’ethnologie avec les expressions populaires est donc au coeur de ce secteur scientifique que nous ne retrouvons pas vraiment dans enseignements français de l’anthropologie. Continuer la lecture de Quand les anthropologues se retrouvent en Sardaigne… (Lares, n°1, 2018)

  1. La revue est publiée par Olschki dont la maison d’édition a été créée en 1886. []
  2. Ce cours de Fabio Dei a été mis en ligne par des étudiants de l’université de Sassari mais Fabio Dei enseigne à l’université de Pise. Nombre de ses cours sont en ligne sur le site “Fare antropologia” : http://fareantropologia.cfs.unipi.it/notizie/author/fabiodei []

Les archives de la phonothèque s’écoutent sur l’île de Tinos

Jeudi 25 juin, vous pourrez écouter sur l’île de Tinos, les entretiens réalisés entre 1994 et 2005 auprès des réfugiés de Smyrne vers l’île de Syros dans le cadre du festival Polyphonik à Koumaros dont vous pouvez télécharger le programme ici.

programme festival de Tylos en langue grecque

Extrait du programme en langue grecque signalant la présentation du fonds sonore.

Présentation du corpus sonore :
Dans le cadre du programme de recherche “La ville moderne” mené par Christos Loukos, historien moderniste, au sein de l’Institut d’études méditerranéennes (Université de Réthymnon, Crète) Continuer la lecture de Les archives de la phonothèque s’écoutent sur l’île de Tinos

Voir la ville en vert : la question du paysage et de l’aménagement dans les villes nouvelles de l’étang de Berre

La collection, Histoire du projet des formes urbaines de la ville nouvelle des rives de l’étang de Berre a été menée par René Borruey, architecte et historien, directeur du laboratoire INAMA (École nationale supérieure d’architecture de Marseille) entre 2003 et 2007. Un premier billet traitait de la naissance des villes nouvelles de l’étang de Berre. Déposée et cataloguée à la phonothèque, cette collection sonore peut désormais être réutilisée et exploitée par d’autres chercheurs de plusieurs manières. Dans ce billet, nous avons choisi de vous proposer un focus sur l’aménagement au sein des villes nouvelles de l’étang de Berre, et le regard porté sur l’environnement à cette période, dans les années 1970 et 1980.

Continuer la lecture de Voir la ville en vert : la question du paysage et de l’aménagement dans les villes nouvelles de l’étang de Berre

Comment sont nées les villes nouvelles de l’étang de Berre ? Histoire urbaine, histoire d’un territoire

Transformer le cadre de vie des gens n’est pas une tâche à prendre à la légère. Architectes, urbanistes, paysagistes, tous ont un impact important sur les milieux dans lesquels nous évoluons jours après jours. Comme tout technicien ou artiste, ceux qui participent à la planification, à la création ou à la conception de tels espaces portent un regard particulier sur leur travail. Il est alors intéressant de documenter la perception de l’histoire de ces différents professionnels afin de pouvoir confronter les points de vues.

René Borruey, architecte et historien, est aussi enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture de Marseille depuis 1994, et directeur du laboratoire INAMA. Dans le cadre d’un projet de recherche sur les villes nouvelles françaises1, il réalise 13 entretiens, menés entre 2003 et 2007, auprès de divers acteurs de l’Établissement public d’aménagement des rives de l’étang de Berre (EPAREB). Tous et toutes apportent leur perception, leurs anecdotes, leur compréhension du projet ambitieux qu’étaient les villes nouvelles. De l’architecte au paysagiste, de la programmatrice au directeur général adjoint de l’Établissement, René Borruey a voulu reconstruire, pas à pas, un tableau des évènements, des enjeux de l’époque et des jeux politiques les accompagnant. Ces entretiens constituent une des sources qui ont permis la rédaction du rapport de recherche : Les formes urbaines de la ville nouvelle des Rives de l’étang de Berre2.

Continuer la lecture de Comment sont nées les villes nouvelles de l’étang de Berre ? Histoire urbaine, histoire d’un territoire

  1. En 2003, le ministère de la Culture lance un appel à proposition de recherche interministériel « Histoire et Évaluation des Villes Nouvelles Françaises » (HEVN). Ce programme propose, 35 ans après la fondation de ces villes nouvelles : « d’interroger leur rôle significatif dans l’histoire urbaine récente. » | Ministère de la culture. Villes Nouvelles Françaises.  [en ligne]. Disponible sur : http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Architecture/Formations-Recherche-Metiers/La-recherche-architecturale-urbaine-et-paysagere/L-organisation-de-la-recherche/La-politique-incitative-a-la-recherche/Villes-Nouvelles-Francaises []
  2. BORRUEY René, BARTOLI Pascale, CARPENTIER Anne. Les formes urbaines de la ville nouvelle des Rives e l’étang de Berre : histoire du projet. [rapport de recherche]. Ministère de la Communication, BRAUP, ENSA-Marseille, Laboratoire INAMA. 2010, 183p. Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01824896 []

Utrecht, 8-12 juillet : la phonothèque aux DH2019

La phonothèque représentera l’équipe du Consortium des archives des ethnologues lors du congrès international Digital Humanities 2019  du 8 au 12 juillet prochain.

Accueillie par l’Université d’Utrecht, cette édition 2019 de la conférence internationale annuelle de l’Alliance of Digital Humanities Organizations, aura lieu dans la ville médiévale d’Utrecht, l’une des plus anciennes villes des Pays-Bas. La modernisation et la croissance rapides de la ville ont inspiré le thème directeur de la conférence : la complexité.

Le panel “Building community at the National and/or International Level in the Context of the Digital Humanities”auquel la phonothèque participera, réunit différents consortium labellisés par la TGIR Huma-Num qui sera aussi présente :

Cette table ronde se propose d’examiner différentes manières de ” former une communauté ” entre les acteurs de la recherche en sciences humaines et d’étudier comment ceux-ci se regroupent autour d’intérêts communs, en interaction avec des organisations existantes ou spécialement créées pour soutenir les sciences humaines numériques (infrastructures de recherche nationales ou européennes, réseaux professionnels, centres de recherche spécialisés, etc.)

L’objectif de ce panel n’est pas d’adopter une perspective purement comparative, mais de comprendre les enjeux du mouvement ” humaniste numérique ” et de mesurer l’impact des interactions entre les différents types d’organisations observées (institutions, réseaux professionnels, acteurs sociaux, etc.), à différentes échelles (locale, nationale, supranationale), sur la création et l’évolution des communautés. Il s’agit de comprendre comment ces différents niveaux s’articulent et si l’intégration à un niveau supranational peut être un facteur de cohésion et de durabilité.

Durant ces journées, Hélène Giudicissi, représentera la phonothèque et, en particulier, le 11 juillet elle fera le récit du voyage ethnographique proposé par le Consortium archives des ethnologues (en “image à la une” du billet) : A New Journey Through Shared Ethnological Archives For UnderstandingAnthropology: The “Archives Des Ethnologues”, A Multifaceted Consortium.

Vous pouvez accéder au programme détaillé de la conférence ici

Découvrez le poster du consortium des ethnologues :

 

Understanding mediterranean collections : des conférences publiques à Aix et à Marseille

Dans le cadre du réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Understanding Mediterranean Collections”.

L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. Elle réunira une vingtaine de participants venus de pays et d’horizons professionnels très différents qui suivront les modalités pédagogiques de l’école mais elle offrira aussi l’occasion de participer à plusieurs conférences publiques pluridisciplinaires, qui se tiendront à la MMSH et au MuCEM. Vous y êtes toutes et tous cordialement invité.e.s.

Conférences ouvertes au public

Understanding mediterranean collections

Lundi 8 juillet, 14h-16h : Les collections muséales d’Alexandrie : une perspective historique, par Marie Dominique Nenna (directrice du Centre d’études alexandrines), MuCEM-I2MP FORT SAINT JEAN (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Mercredi 10 juillet, 9h30-12h :  deux conférences sur la thématique “Collections en conflits”. Karima Dirèche (Telemme) : Constituer le corpus des archives du web de la révolution du sourire. Quelques pistes de réflexion, suivie de Katia Bellan (AMU), Marseille filmée : images, histoire, mémoires, 1945, MMSH,  Salle Germaine Tillion

Mercredi 10 juillet, 16h30-18h30 : Collections en péril. Vols et dégradations sur patrimoine islamique par Omniya Abdel Barr(architecte, Victoria and Albert Museum), MMSH, SALLE DUBY

Vendredi 12 juillet, 14h-16h : Reconstituer les bibliothèques anciennes. Sources et méthodes par Patrick Latour (bibliothèque Mazarine), MMSH, Salle Germaine Tillion

Samedi 13 juillet, 9h30-10h30 : Les cahiers d’écoliers du fonds Roux par Dahbia Abrous (Inalco), MMSH, salle DUBY (inscription préalable sur ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr)

Mardi 16 juillet, MuCEM-I2MP, Fort Saint-Jean

9h30-12h : Les archives numériques de la révolution tunisienne, par Houria Abdelkafi et Elisabeth Cestor commissaires de l’exposition (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

16h30-18h30 : Collections in the web archives, Anat Ben-David (sociologue, The Open University of Israel) introduction par Sophie Gebeil (historienne, AMU). Conférence en langue anglaise. (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Mercredi 17 juillet, 9h30-12h : Les deux tentations des musées ethnographiques par Christian Bromberger (anthropologue, AMU), suivie de  Archiving ethnography? The impossibility and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t. par David Zeitlyn
(anthropologue, Université d’Oxford), MUCEM-I2MP, FORT SAINT JEAN [conférence en langue anglaise]. (inscription préalable sur i2mp@mucem.org).

Lectures et films proposés en lien avec les conférences.

Crédits photographiques : Statue de Dusarès mutilée en basalte (Hauran, Syrie), vers 1925, collections photographiques de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). La statue proviendrait de Jhariyé, Shoubeih. Mission archéologique au Jebel Druze. Plaque de verre (13×18) publiée in Maurice Dunand, Musée de Soueida, p.37, n°42, Pl.7 n°42. CC-BY-NC https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-00509517

La recette du mois : orties ou fanes de radis, bonnes pour la soupe

En continuation de la série des recettes du mois, nous partageons ce lundi une nouvelle recette de cuisine issue des archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Ce mois-ci : la soupe aux fanes de radis ou aux orties.

Dans le cadre d’un stage réalisé en 2015 au Musée de Salagon, Pauline Mayer, alors étudiante en ethnobotanique, a réalisé une enquête sur la cueillette et la consommation d’herbes sauvages1 dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle a rencontré ainsi une douzaine de témoins amateurs de cueillette et de cuisine des plantes sauvages. Geneviève Riboud (enquête n°5787 dont un extrait est disponible en ligne) est une passionnée de botanique originaire des Hautes-Alpes, elles’est entretenue avec Pauline Mayer au sujet de l’origine de ses connaissances en botanique, des espèces comestibles locales et des recettes qu’elle tient de sa grand-mère. Continuer la lecture de La recette du mois : orties ou fanes de radis, bonnes pour la soupe

  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []

A propos d'archives sonores et audiovisuelles