Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

À l’heure où la communauté scientifique souhaite rendre les données plus accessibles1, le Bulletin de l’AFAS. Sonorités entreprend de faciliter la mise à disposition des archives sonores enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales, leur citation et leur réusage, en publiant des instruments de recherche sous un format de « numéro spécial  »2. Le premier des numéros porte sur un fonds demeuré inédit pendant plus de 40 ans à la suite de l’arrivée d’une guerre civile, celle du Liban en 1975. Continuer la lecture de Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

  1. Ce billet et une forme de reprise de l’éditorial de l’édition papier du fonds Métral, parue en 2019, librement accessible en ligne sur le site de l’AFAS et dont les exemplaires papier sont en vente sur la librairie électronique I6DOC.  Au moment où l’Europe est au coeur de la pandémie du COVID19 et que la population est confinée, l’AFAS a choisi de mettre en ligne librement le PDF du numéro spécial de la revue comme de nombreux autres éditeurs d’ouvrage et de revues. L’éditorial, rédigé en décembre 2019, fait lui allusion à la Feuille de route pour la science ouverte du CNRS, 18 novembre 2019 : http:// www.cnrs.fr/sites/default/ files/press_info/2019-11/ Plaquette_ScienceOuverte.pdf []
  2. Merci à Arnaud Chabrol, responsable de Diacrite édition, de son travail éditorial. Cet instrument de recherche a pu être publié grâce au soutien de la MMSH et du consortium des ethnologues (TGIR Huma-num). Ajoutons que la rétroconversion du traitement archivistique sur Calames a été financé en partie par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche – ABES. []

Jordanian and European institutions work together for the promotion of oral history in Jordan

In 2018 and 2019, Jordanian, German and French institutions1 conducted a joint oral history project “Our Memory: Stories of Jordanian Oral Memory in the Twenty-first Century”, leading to the creation of a sound archive fonds. Students from the participating universities conducted field surveys with informants from different parts of Jordan, with a focus on two specific themes: the period of the First World War in Jordan (theme chosen for the year 2018, corresponding to the first collection of the fonds), and sites of memory in Jordan (year 2019, corresponding to the second collection). Continuer la lecture de Jordanian and European institutions work together for the promotion of oral history in Jordan

  1. The Goethe-Institut, the Institut français de Jordanie (IFJ), the Institut français du Proche Orient (Ifpo), the National Library of Jordan as well as the University of Yarmouk (YU), the University of Mutah, the University Hussein Bin Talal and the University of Jordan []

Livre blanc : Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans : états des lieux et perspectives »

Le livre blanc Vers une science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France a été présenté le 26 février 2020 dans l’auditorium de la Bulac (Paris 13e). Ce livre blanc, rédigé dans le cadre du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans, a été pensé comme un état des lieux, assorti de propositions destinées à consolider la transition numérique et à garantir la visibilité et la compétitivité de la recherche française sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France et à l’international à l’heure de la science ouverte.

Continuer la lecture de Livre blanc : Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans : états des lieux et perspectives »

Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

Lauréat de l’appel à projets Données et Sciences ouvertes, le projet de recherche ANTHROPEN « Les frontières des données anthropologiques »1, porté par le LESC et financé par l’ANR, organise le mardi 3 mars 2020 une journée d’étude sur le thème Les données anthropologiques en partage à l’Université Paris Nanterre, qui traitera des problématiques d’ouverture et de partage des données produites et utilisées par les anthropologues et ethnomusicologues.

Programme Continuer la lecture de Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

  1. Appel Flash « science ouverte : pratiques de recherche et données ouvertes » []

Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

Mise à jour du billet du 27 février 2020, le 25 mars 2020 :   Suite à la situation pandémique du COVID19, l’EHESS choisit placer en libre accès une partie de ses éditions. Les usagers des bibliothèques et institutions qui proposent l’offre OpenEdition Freemium for Books peuvent désormais lire en ligne l’ouvrage de Florence Descamps : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel (formats HTML, PDF et ePub).

La chose est bien connue maintenant. Dans l’historiographie française, la source orale s’est vue disqualifiée à la fin du XIXème siècle par les pères fondateurs de la première école historique française.

C’est par ces mots1 que débute le récit du long apprivoisement de l’histoire orale en France, qui se termine – comme un happy end – par une peinture d’une histoire orale à la française enfin reconnue : celle qui donne à entendre des corpus oraux où histoire, mémoire et patrimoine cohabitent. Un récit haletant, qui ne craint pas de relater les obstacles et l’adversité vécue par les historiennes et les historiens qui ont cru à cette discipline et à la force de la parole en histoire. Sous nos yeux défilent les portraits de celles et ceux qui ont jalonné cette histoire, même fugacement, et à travers les différentes phases de cette reconnaissance disciplinaire, ont permis la légitimation de cette source. On y retrouve ainsi Philippe Joutard2 et Jean-Claude Bouvier3, les deux fondateurs de la phonothèque de la MMSH, les grandes enquêtes Continuer la lecture de Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

  1. p. 31 []
  2. La figure de Philippe Joutard, historien moderniste, qui a lancé en 1979 dans la revue L’histoire l’injonction « Historiens à vos micros », est invoquée à plusieurs reprises dans l’ouvrage, notons en particulier les pages 56 et 124 []
  3. Ethnodialectologue, Jean-Claude Bouvier  a dirigé plusieurs thèses de chercheur.e.s qui ont constitué de vaste corpus sonores comme Jean-Noël Pelen, cité également dans l’ouvrage, Pierre Chabert ou Nicole Coulomb ; voir en particulier page 55. []

Des institutions jordaniennes et européennes collaborent pour la valorisation de l’histoire orale de Jordanie

En 2018 et 2019, des institutions jordaniennes, allemandes et françaises1 ont mené un projet commun d’histoire orale « Our Memory: Stories of Jordanian Oral Memory in the Twenty-first Century », aboutissant sur la constitution d’un fonds d’archives sonores. Des étudiants issus des universités participantes ont ainsi mené des enquêtes de terrain auprès d’informateurs originaires de différentes villes de Jordanie, en se concentrant sur deux thèmes particuliers  : la période de la première guerre mondiale en Jordanie (thème choisi pour l’année 2018, correspondant au premier corpus du fonds), et les lieux de mémoire en Jordanie (année 2019, correspondant au second corpus).

Continuer la lecture de Des institutions jordaniennes et européennes collaborent pour la valorisation de l’histoire orale de Jordanie

  1. le Goethe-Institut, l’Institut français de Jordanie (IFJ), l’Institut français du Proche Orient (Ifpo), le Département de la bilbliothèque nationale de Jordanie, ainsi que l’Université de Yarmouk (YU), l’Université de Mutah, l’Université Hussein Bin Talal et l’Université de Jordanie []

Grève numérique contre la LPPR

Ce texte soutient les personnels en lutte dans l’enseignement supérieur et la recherche, en particulier les précaires dont les perspectives de stabilisation professionnelles sont gravement compromises par la réforme de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche connue sous son petit nom de LPPR à laquelle vient de s’ajouter celle sur la retraite. Ce texte se retrouve sur de nombreux carnets hébergés sur la plateforme OpenEdition. Vous pouvez suivre le mouvement à partir des billets postés sur le site de Mediatpart  OpenEdition en lutte en appelle à ses contributrices et contributeurs !  et sur le carnet Academia où est mise à jour la liste des soutiens au personnel d’OpenEdition. Continuer la lecture de Grève numérique contre la LPPR

Quand le Kosovo refusait la violence : un fonds sonore du Mouvement pour une alternative non-violente

À la phonothèque de la MMSH se déroule actuellement le traitement d’un corpus déposé par l’ethnologue Pierre Laurence , enregistré au Kosovo en 1993 et 1995. Une délégation de militantes et militants français·e·s, engagé·e·s au sein du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN), a réalisé des entretiens d’acteurs politiques kosovars et serbes portant sur la situation en ex-Yougoslavie, la répression de l’État serbe au Kosovo et la résistance civile non-violente.

Le traitement de ce fonds est pour l’équipe de la phonothèque l’occasion de réfléchir à la place que peuvent occuper des archives issues de l’engagement personnel et militant dans les fonds de chercheur·e·s. Il s’agit en effet d’une collection qui a peu de lien avec la production scientifique du producteur1 et donc du reste de son fonds2. Ainsi, dans ce cas, la nature très politique des entretiens mais aussi l’aire géographique concernée par ce corpus tranche avec son travail de collecte sur les pratiques musicales, le pastoralisme et la mémoire orale dans les Cévennes. Continuer la lecture de Quand le Kosovo refusait la violence : un fonds sonore du Mouvement pour une alternative non-violente

  1. Pierre Laurence est chef du service patrimoine au Département culture du Conseil général de l’Hérault. Il a travaillé notamment sur la chanson populaire et la musique instrumentale mais aussi sur le pastoralisme et sur la mémoire orale. []
  2. Selon la définition du Dictionnaire de terminologie archivistique de la Direction des Archives de France (2002) le fonds est un « Ensemble de documents de toute nature constitué de façon organique par un producteur dans l’exercice de ses activités et en fonction de ses attributions. Cette notion s’oppose à celle de collection. » Plus brièvement, le fonds correspond à l’ensemble des documents qu’une personne physique ou morale a produit ou reçu dans l’exercice de ses activités au cours de sa vie. []

À l’an que vèn…

En 2019, la phonothèque se sera placée sous la lumière du Proche-Orient avec en particulier l’organisation d’un colloque international au mois de mai à Beyrouth, la publication en décembre du catalogue des archives de Jean Métral et de celui de Michel Seurat qui paraîtra en janvier, en collaboration avec l’Institut français du Proche-Orient ou encore avec la poursuite de la collaboration scientifique avec le département de la bibliothèque nationale de Jordanie sur leurs projets d’archivage d’histoire orale. Continuer la lecture de À l’an que vèn…

Deux universitaires, française et australienne, détenues en Iran en grève de la faim depuis le 24 décembre

Communiqué : Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert, deux universitaires en prison en Iran sont entrées en grève de la faim depuis le 24 décembre  https://faribaroland.hypotheses.org

Fariba Adelkhah, directrice de recherche à SciencesPo-Paris, est entrée en grève de la faim illimitée, avec une autre universitaire, australienne, emprisonnée à Evin (Téhéran), Kylie Moore-Gilbert, le 24 décembre 2019 :  https://www.iranhumanrights.org/2019/12/imprisoned-french-australian-academics-call-for-christmas-eve-hunger-strike-iran/

Nos deux collègues exigent justice pour elles-mêmes, mais aussi au nom de tous et toutes les universitaires persécutés de manière arbitraire en Iran et dans l’ensemble du Moyen-Orient

Selon les sources internes à la prison d’Evin citées par le Center for Human Rights in Iran, elles demandent également leur transfert dans le quartier des prisonniers de droit commun de la prison – elles sont actuellement détenues depuis 7 mois, pour Fariba Adelkhah, 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert, dans le quartier des Gardiens de la Révolution où elles sont soumises à des “tortures psychologiques” et à de “nombreuses violations de leurs droits humains fondamentaux”, selon leurs propres termes.

Fariba Adelkhah est entrée en grève de la faim ce 24 décembre. Elle s’est vue signifier divers chefs accusations : d’espionnage, de désinformation, de propagande contre le régime, et autres contre-vérités dénuées non seulement de tout fondement, mais aussi de toute crédibilité. Il semblerait que Roland Marchal, chercheur CNRS à SciencesPo-Paris, arrêté en même temps que Fariba Adelkhah et lui aussi détenu à la prison d’Evin, soit également sur le point d’être formellement inculpé, vraisemblablement sur la même base erratique.

Nous rappelons que nos deux collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, n’ont jamais eu d’autres activités que scientifiques et qu’ils ont toujours mené leurs recherches en toute indépendance et en toute intégrité. C’est bien de cela dont ils sont accusés. Leur itinéraire personnel est une incarnation de la liberté de la science, qu’ils payent aujourd’hui de leur liberté personnelle.

Nous exigeons leur libération immédiate, ainsi que de celle de tous les universitaires, iraniens et étrangers, détenus arbitrairement en Iran – ils sont hélas nombreux. Nous récusons par avance toute instrumentalisation politique de leur détention, et de leur libération. Nos collègues sont des prisonniers scientifiques, et c’est à ce titre qu’ils doivent recouvrer leur libération.

Nous accordons évidemment une attention particulière à l’intégrité physique de Fariba Adelkhah et de Kylie Moore-Gilbert qui sont entrées en grève de la faim illimitée et dont la vie est désormais en danger. Le gouvernement de la République islamique d’Iran en est responsable, tout comme de la détention arbitraire dont elles font l’objet de la part de l’une de ses branches armées qui engage l’Etat iranien lui-même.

Nous demandons à chacun d’interpeller nos élus, nos institutions, nos entreprises, et de solliciter leur soutien à la cause de nos collègues pour que la liberté leur soit rendue.

Le Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Lire l’article du Monde, paru le 27 décembre 2019, publié par Allan Kaval « Détenue à Téhéran, l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah entame une grève de la faim ».

Que peut-on faire ? Certes, l’État français est en train de travailler à leur libération mais tout de même, vous pouvez

1) leur déposer un message de soutien enregistré ou écrit à déposer sur faribaroland.hypotheses.org
ou sur l’adresse du comité de soutien fariba.roland@gmail.com ou encore à sandrine.perrot@sciencespo.fr et corinne.deloy@sciencespo.fr.

2) offrir à vos proches l’un de leurs livres, pour que leurs travaux continuent à circuler et irriguer notre réflexion : http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=fariba+adelkhah&submit_search= et http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=roland+marchal&submit_search=

3) participer au séminaire mensuel du CERI « F & R : sociologie et anthropologie sociale du politique » que lance Béatrice Hibou pour penser en pensant avec eux (premier séminaire le 7 janvier de 16h à 19h) https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr/event/Guerre+et+formation+de+l%27Etat?event=1859

4) si vous êtes parisien, ou de passage à Paris, déposer une fleur au pied du panneau d’information installé par la mairie de Paris à l’entrée du public de l’Hôtel de Ville

5) et bien sûr signer et faire signer la pétition demandant leur libération : http://fasopo.org/free

Lire le communiqué du Comité international de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Un Comité international de soutien issu d’un réseau européen déjà existant, le Reasopo, réseau dont Fariba et Roland sont des membres fondateurs a été créé le 17 octobre 2019. Il vise à donner une résonance internationale au soutien déjà exprimé par la communauté et les institutions académiques françaises. Vous pouvez rejoindre ce comité et relayer toutes les informations et mobilisations en soutien à nos collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, incarcérés en Iran.

 

A propos d'archives sonores et audiovisuelles

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search