Archives par mot-clé : accès aux sources

Le statut juridique des archives orales : les propositions du rapport Vaïsse

Dans le cadre du Conseil supérieur des Archives, qui est l’instance consultative en matière de politique archivistique en France, présidé par Georgette Elgey historienne de la IVè République et auteur de l’Avis du Conseil économique et social de janvier 2001 sur « Les archives orales. Rôle et statut », la question du statut juridique des archives orales et des témoignages oraux, recueillis dans une visée patrimoniale, scientifique, pédagogique ou culturelle, a de nouveau été mise à l’ordre du jour.

En effet, en dépit de travaux récents menés sur la question par des chercheurs, par le réseau des Archives, par celui des Bibliothèques ou des Maison des sciences de l’homme,  de nombreuses difficultés et incertitudes persistent, soit dans la détermination des dispositifs juridiques à mettre en place  lors de création de corpus oraux , soit dans la communicabilité et la diffusion des corpus existants conservés par les institutions patrimoniales ou de recherche, soit dans les règles à appliquer lors de l’exploitation et de la publication de ces témoignages oraux.

D’autre part, les difficultés conjoncturelles rencontrées par le Service Historique de la Défense en 2012-2013 dans la gestion de ses collections de témoignages oraux, pourtant parmi les plus importantes et les plus anciennes en France, ont attiré l’attention du Conseil supérieur des Archives de France, qui a alors confié au professeur Maurice Vaïsse, historien contemporanéiste et spécialiste des relations internationales au XXème siècle, la responsabilité d’un groupe de travail sur les archives orales et leur statut juridique. Ce groupe de travail a rendu une note de synthèse générale et fait des propositions que vous trouverez dans le fichier joint.  Vos remarques, propositions et suggestions sont les bienvenues, vous pouvez contacter Florence Descamps (EPHE) par courriel descampsflorence<at>gmail.com .

Documents à télécharger :

Rapport Vaïsse (octobre 2013)

Délibération no2012-113 du 12 avril 2012 portant autorisation unique de traitements de données à caractère personnel contenues dans des informations publiques aux fins de communication et de publication par les services d’archives publiques (décision d’autorisation unique AU-029)

Délibération no 2010-460 du 9 décembre 2010 portant recommandation relative aux conditions de réutilisation des données à caractère personnel contenues dans des documents d’archives publiques

Crédits photographiques : Dépôt du fonds Métral à la phonothèque de la MMSH, avril 2013, photographie d’Hélène Loukou.

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

Qui veut entendre une chanson, nouvellement nous la dirons…

oiso

Dans une Ardèche pas si lointaine où la tradition orale se transmettait encore de bouche à oreille, dans les années 1980, de jeunes gens, musiciens ou chercheurs ont enregistré plus de 500 chansons traditionnelles auprès d’anciens dans plusieurs cantons du Vivarais. Ainsi, Sylvette Béraud-Williams a arpenté le pays de Boutières, Aline et Dominique Laperche, les Cévennes et Christian Oller le Haut-Vivarais. Ce corpus n’est pas accessible pour le moment dans une archive (excepté le fonds de Sylvette Béraud-Williams déposé en partie à la phonothèque de la MMSH), mais l’association l’Aigardent en avait publié une partie en 1985 sous la forme d’un 33 tours documenté par un livret. Il réapparaît aujourd’hui, numérisé : il mesure désormais 12 centimètres et il est toujours accompagné de sa brochure.

Sept femmes et huit hommes, nés entre 1899 et 1929, interprètent tour à tour leurs complaintes, chansons d’amour ou chansons grivoises, chant de Noël, de quête ou de Carnaval, chanson à danser ou à rythmer le travail, chanson de noces ou de veillées… Cet « arrêt sur son » nous renvoie trente-cinq ans en arrière, vers une belle histoire, celle qui a permis de bâtir de nombreuses phonothèques à travers la France.

Voilà un voyage dans le temps bien joyeux. Les textes qui contextualisent dans le livret les 24 chansons nous racontent quelques bribes des vies de chaque interprète. Ces hommes et ces femmes étaient pour la plupart paysan-ne ou travaillaient ou comme ouvrier-ère dans des moulins à blé ou des filatures. Les occasions pour chanter ne manquaient pas, souvent en lien avec le travail, le rythme des saisons, les rites de passage, les veillées ou les fêtes de village.

Certains interprètes vous resteront dans l’oreille. Peut-être Rose Derail qui chantait à la voix dans les bals de village (titre 4, face A), ou alors Milou Liotard et son frère Roger qui interprètent à eux seuls huit titres dans le disque ou encore Marie-Victoire Chazel qui nous laisse une jolie interprétation de Rossignolet du bois (titre 11, face B), dont on retrouve des versions du côté des Pyrénées ou en Bretagne et que Malicorne interprétait déjà en 1973 dans son premier disque, Pierre de Grenoble. Ces voix a cappella nous bousculent. Profitez de l’émission en podcast d’Hélène Azéra « Chanson Boum! » du 22 décembre 2013 (France-Culture), qui diffuse à la 25ème minute une chanson issue du disque : « Je suis fillette à plaindre » (titre 7, face B), interprétée par Madame Dumas.

Disque et livret « Apprends moi ton langage » Chansons des Pays d’Ardèche. Enquêtes , enregistrement et réalisation : Sylvette Béraud-Williams, Dominique Laperche, Christian Oller, Aline Sévilla, 12 euros, à commander à famdta@famdt-ardeche.fr ou 06 52 05 48 61.

Crédits photographiques : Roodborstje – European robin (Erithacus rubella) par Martha de Jong-Lantink, 2013, CC BY-NC-ND 2.0.

Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d’un projet de collectage et de ses objectifs, de l’écriture du cahier des charges jusqu’aux travaux de captation d’images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l’écriture du projet et la réalisation d’entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l’intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l’INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques. Continuer la lecture de Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

A qui appartient l’histoire orale ? Proposition de solutions utilisant les licences Creative Commons

Ce texte est une traduction de l’article de Jack Dougherty et Candace Simpson : « Who Owns Oral History? A Creative Commons Solution », in Oral History in the Digital Age, edited by Doug Boyd, Steve Cohen, Brad Rakerd, and Dean Rehberger. Washington, D.C.: Institute of Museum and Library Services, 2012, http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/a-creative-commons-solution. Il est d’abord paru in Jack Dougherty (collectif), On The Line: How schooling, housing, and civil rights shaped Hartford and its suburbs (Hartford, CT: Trinity College, Fall 2011 web-book), http://OnTheLine.trincoll.edu, et partagé sous une licence Creative Commons BY-NC-SA. Cela signifie que vous pouvez réutiliser, partager et modifier ce texte si vous indiquez la citation originale (BY), pour une proposition non commerciale (NC), et que vous le partagez à l’identique (SA).

Qui est «propriétaire» des enregistrements réalisés dans le cadre de projets d’histoire orale ? Quand un témoin enregistré partage son histoire en réponse aux questions d’un enquêteur et que l’enregistrement et sa transcription sont déposés dans un centre d’archive, qui détient les droits sur ces sources historiques? Qui décide si oui ou non ils peuvent être partagées, cités dans une publication, ou téléchargés sur le web? Qui décide si une personne a le droit de gagner de l’argent en commercialisant un livre, une vidéo, un site où sera publié l’entretien ? Est-ce que les licences Creative Commons, mises au point par le mouvement du libre accès pour protéger le droit d’auteur, tout en augmentant la distribution publique, offrent une meilleure solution à ces questions que les protocoles existants dans le domaine de l’histoire orale ?

Les historiens de l’oral ont commencé à se poser ce type de questions lorsqu’ils ont été confrontés aux nouveaux défis posés par Internet. En novembre 2010, au moment de l’organisation du congrès Oral History in the Digital Age : law and technology le professeur Sheldon Halpern posa la question provocatrice : « Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ? ». L’archiviste Troy Reeves, qui participait au colloque, réfléchit aux conséquences juridiques dans le domaine de l’histoire orale. Il y a désormais plus d’une décennie, lorsque les témoins accordaient un entretien d’histoire orale, ils signaient un formulaire de décharge qui les informait que l’enregistrement et la transcription audio / vidéo « resteraient sous la surveillance et le contrôle » d’une archive ou une bibliothèque. Celle-ci en détenait les droits de propriété et accordait  l’accès au public de façon appropriée. Mais le Web a modifié radicalement cette façon de procéder. De nombreux centres d’archives orales ont commencé à partager le contenu de leurs enregistrements en ligne ; et l’archiviste de dire  « cela vaut la peine de renoncer à un certain contrôle pour que plus de personnes utilisent les matériaux »1.  Notre réflexion s’appuie sur notre ouvrage, publié en libre accès, sur la façon dont Internet a transformé la profession de l’historien, Writing Historoy in the digital age  = Ecrire l’histoire à l’ère numérique2

Jack Dougherty et ses étudiants-chercheurs ont commencé à utiliser les licences Creative Commons dans les formulaires de consentement de d’histoire orale comme alternative aux protocoles traditionnels lorsqu’ils menaient des entretiens dans la région d’Hartford (Connecticut), dans les villes et les banlieues du réseau des écoles de Trinity College. Plusieurs entretiens sont présentés dans le web-book librement accessible en ligne : On the Line: How Schooling Housing, and Civil Rights Shaped Hartford and its Suburbs ; la totalité de la collection sonore, au format numérique, est conservée et accessible au Trinity College3. En mêlant les interprétations scientifiques, l’écoute d’entretiens et d’autres fonctions interactives, ce web-book raconte la façon, dont dans ces quartiers, les sociétés immobilières ont maintenu la ligne de démarcation raciale, les prêts au logements se sont alignés sur cette frontière, les familles ont cherché des logements en fonction des cartes scolaires et des militants se sont battus pour traverser, redessiner ou effacer ces frontières. Cet essai a d’abord été présenté en 2012, dans le cadre d’une discussion plus large, sous le titre Whose Civil Rights Stories on the Web? = Où en est l’histoire des droits civiques sur le Web ? lors du congrès conjoint de l’OAH (Organization of American Historians) et du NCPH (National Council on Public History)4.

Jack Dougherty

Au milieu des années 1990, j’ai commencé à conduire des entretiens dans le cadre de ma thèse sur les militants Afro-américains de la réforme scolaire à Milwaukee5. J’ai enregistré des récits de vie, j’ai suivi des protocoles standardisés proposant des formulaires de consentement et de dépôt institutionnel et j’ai tenu ma promesse de transcrire les entretiens et de fournir un exemplaire de cette transcription et de l’enregistrement à chacun des 60 participants qui avaient bien voulu partager leur histoire. Mais ces «bonnes pratiques» dans le domaine m’ont laissé insatisfait. A l’origine, je m’étais dirigé vers l’histoire orale et l’histoire publique en l’envisageant comme une forme de responsabilisation collective de l’histoire des droits civiques. Or les guides de bonnes pratiques m’obligeaient à demander aux témoins enregistrés – ceux là même qui m’avaient librement offert leurs récits –, de renoncer à certains de leurs droits.

A cette époque, le guide de référence que j’utilisais pour rédiger les formulaires de consentement s’appuyait sur la brochure de l’OHA (Oral History Association) de John Neuenschwander : Oral History and the Law = L’histoire orale et la loi, qui a depuis été publié dans une édition augmentée6. Sur la question juridique de la propriété intellectuelle, au moment où l’entretien est enregistré dans le cadre d’une enquête orale, le témoin détient initialement le droit d’auteur. Mais, la pratique en vigueur consiste à lui faire signer un formulaire de consentement pour transférer ses droits. Comme l’explique John Neuenschwander « La grande majorité des historiens de l’oral (et de leur programmes de recherche) est de sécuriser  à un moment donné le transfert du droit d’auteur du témoin par la signature d’un accord juridique qui l’en libère »7. Il propose ainsi plusieurs exemples de contrats en annexe de son ouvrage. La Déclaration de l’OHA sur les Principles and Best Practices = Principes et bonnes pratiques va dans le même sens puisqu’elle attend de chaque participant à un projet d’histoire orale de suivre la procédure standard après une entretien :

« L’enquêteur doit obtenir un formulaire d’autorisation par l’informateur, qui doit être signé après chaque session d’enregistrement ou à la fin du dernier entretien avec le témoin, qui transfère les droits du témoin au centre d’archive ou à l’organisme désigné. »8. En m’appuyant sur ces informations, et si je comprenais bien les questions de copyright, dans le cas où je voulais réaliser une transcription de mes entretiens et les citer librement dans mes publications scientifiques, il valait mieux pour moi opérer un transfert du droit d’auteur et exclure le témoin de ces questions.

Mais quelle affligeante ironie : en tant que chercheur blanc appartenant au mouvement des droits civiques, mon formulaire de consentement exigeait des activistes afro-américains de signer « pour renoncer » à leurs droits sur leur propre histoire. A cette époque, le meilleur arrangement que je pouvais envisager était de proposer deux étapes, parce que je travaillais avec deux centres d’archives. Ainsi, je proposais d’abord aux témoins  dans mon formulaire de consentement de me transférer directement leurs droits, et à mon tour, je faisais don des enregistrements et des transcriptions à deux institutions:  le Wisconsin Black Historical Society/Museum (une organisation du Wisconsin tournée vers des publics locaux qui était la mieux placée pour partager ces histoires orales avec la communauté afro-américaine) et les archives de la bibliothèque de l’Université de Wisconsin-Milwaukee (une institution majoritairement blanche, mieux financée et mieux équipée pour partager cette histoire sur les réseaux Internet émergents le plus largement possible). J’ai volontairement réalisé ce partenariat avec les deux centres d’archives, et tenu ma promesse de donner les enregistrements et les transcriptions aux deux parties, pour contrecarrer les générations précédentes d’universitaires blancs et de journalistes, venus dans la communauté noire de Milwaukee chercher des « scoop » dans leurs histoires, tout en ne laissant aucune trace derrière eux. La version 1995 de mon formulaire de consentement incluait ces phrases, paraphrasée de la brochure de Neuenschwander datant de1993 :

Je suis d’accord pour être interviewé et enregistré par Jack Dougherty, dans le cadre de sa thèse sur l’histoire récente de l’éducation afro-américaine à Milwaukee. A la fin du projet de recherche, les bandes originales et les transcriptions seront versées aux Archives Urban Milwaukee de l’Université de Wisconsin-Milwaukee ainsi qu’à la Black Historical Society Museum / Wisconsin. Ces documents seront identifiés par mon nom, et mis à la disposition du public à des fins scientifiques et éducatives, sauf exceptions figurant ci-dessous…

J’accorde également à Jack Dougherty tous les droits d’auteur et de propriété littéraire dans cet (ces) enregistrement (s) ainsi que leur utilisation dans toute publication ou pour toutes reproduction, qu’il s’agisse des transcriptions, des index ou des instruments de recherche produits par cet (ces) enregistrement (s) .

Ma participation à ce projet est entièrement volontaire, et je peux me retirer à tout moment avant sa conclusion et le don des matériaux aux Archives.

Cochez ici pour recevoir gratuitement un exemplaire de l’enregistrement

Cochez pour recevoir une copie de la transcriptions (totale ou partielle). Vous pourrez la relire et préciser vos paroles.

Pourtant, je restais frustré avec ce langage juridique qui impliquait un transfert de droit d’auteur. A mes yeux, la formulation était un mal nécessaire pour conserver ces histoires orales dans des centres d’archives universitaires (dont le personnel me poussait à utiliser ce formulaire de consentement) et me permettre de citer les entretiens dans mon ouvrage (ainsi que l’exigeait mon éditeur). Naturellement, de nombreux noirs de Milwaukee étaient sceptiques ou réticents lorsque j’expliquais les termes du formulaire de consentement. Nombre d’entre eux exprimaient une profonde inquiétude en devant renoncer à leurs droits sur leurs récits de vie, alors que je leur assurais que ce n’était pas le cas. Quelques-uns ont accepté d’être enregistrés, mais n’ont pas signé le formulaire. D’autres ont refusé d’être interrogés. Un témoin m’a convaincu, après l’entretien, de rédiger un formulaire de consentement spécifique préservant son droit d’auteur et m’a accordé la permission de citer des passages précis dans mon ouvrage, sans étendre les droits, comme aux centres d’archives. Finalement, plus de soixante participants à ce projet d’histoire orale ont accepté de signer mon formulaire de consentement, et je leur en suis reconnaissant. Certains ont signé en échange d’un exemplaire gratuit de l’enregistrement et de la transcription, les considérant comme une contribution à leur propre histoire de familiale. D’autres ont été motivés par l’intérêt public de conserver et de partager leurs histoires de droits civiques par un ou plusieurs centres d’archives partenaires. Toutes ces discussions m’ont mis au défi de réfléchir plus profondément sur la question du bénéficiaire de cet arrangement contractuel. Si des militants avaient partagé librement leurs récits sur les droits civiques avec moi, avais-je le droit d’en tirer profit en tant qu’historien ? Cette démarche a élargi ma réflexion sur l’histoire orale et le bien public, et après avoir bénéficié d’un contrat d’édition universitaire, j’ai retourné ma part des droits (et, par la suite, l’argent reçu d’un prix) à la Black Historical Society Museum / Wisconsin pour qu’ils puissent continuer leurs travaux d’histoire.

En tant qu’étudiant diplômé dans le milieu des années 1990, et au regard de ce que je savais de l’histoire orale et du droit d’auteur, c’était la meilleure forme de consentement éclairé que je pouvais imaginer. Avec le recul, des alternatives auraient mérité plus de considérations. Par exemple, j’aurais pu élargir l’autorisation de transfert des droits d’auteur en ajoutant une ligne pour que les témoins puissent bénéficier du droit d’utiliser leurs propres entretiens au cours de leur vie. Mais l’ajout de cette clause ne résolvait en rien le problème latent de transfert de la propriété du droit d’auteur vers les ayants droit à la fin de leur vie9. Une autre alternative que j’aurais pu explorer aurait été de demander aux témoins de placer leurs entretiens dans le domaine public. Mais cette option aurait impliqué l’élimination totale de leurs droits en vertu du droit d’auteur ; et d’autant plus, qu’à cette époque, je ne trouvais aucun exemple de cette approche par les historiens de l’oral. Dans ces circonstances, au milieu des années 1990, ce formulaire de  consentement était le meilleur que je pouvais rédiger10. Il m’a toutefois laissé un goût amer et a accentué ma volonté de trouver un meilleur modèle pour l’avenir.

Candace Simpson

Lorsque j’ai commencé à travailler sur le projet On The Line public history web-book au cours de l’été 2011, une de mes missions était de mener des entretiens enregistrés dans le cadre d’enquêtes orales réalisées avec des militants des droits civiques à Hartford. À ce moment là, notre équipe de recherche avait cessé d’utiliser les formulaires de consentement conventionnels (qui demandaient aux témoins de « se défaire de tous leurs droits sur les entretiens) et elle commençait à utiliser un nouveau formulaire développé par Jack Dougherty à partir des licences Creative Commons. Pour aller vite,  les Creative Commons proposent des licences standards qui permettent à l’auteur original de conserver ses droits, tout partageant largement son oeuvre avec le public. L’auteur peut ajouter certaines restrictions, s’il le désire. Initialement publiées en 2002 avec le soutien du Center for the Public Domain, il y a maintenant six types de licences Creative Commons :

La forme actuelle de contrat de consentement que nous utilisons pour les enregistrements réalisés dans le cadre d’enquêtes orales utilise la licence Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique accompagnée de ces phrases clés :

Je suis d’accord, d’être enregistré volontairement dans le cadre de cette étude d’histoire…

Je comprends que mon entretien (et d’autres éléments ci-dessus) peut être distribué au public à des fins éducatives, y compris toute autre forme comme l’impression, la programmation publique, et la diffusion sur Internet.

Je suis également d’accord pour partager librement mon entretien (et d’autres éléments ci-dessus) aux termes de la licence Creative Commons « Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Partage à l’identique 3.0 ». Cela signifie que je conserve mon droit d’auteur, mais que le public peut librement copier, modifier et partager ces documents à des fins non commerciales dans les mêmes termes, si elles incluent les informations de la source originale enregistrée.

En retour, l’enquêteur envoie une copie gratuite de l’enregistrement de l’entretien, de la transcription, et des articles connexes à mon adresse ci-dessus.

Nous préférons le formulaire de consentement Creative Commons (CC), car le droit d’auteur est clairement aux mains de la personne enregistrée dans le cadre de projets d’histoire orale, mais il nous permet également de partager librement l’enregistrement et la transcription sur notre site web et dans notre centre de ressources, où chacun peut copier et diffuser les matériaux en indiquant les crédits et la source originale. Dans notre formulaire de consentement destiné aux enregistrements d’histoire orale,  nous avons ajouté la restriction « Pas d’Utilisation Commerciale », afin d’assurer aux témoins que personne ne pourra vendre leurs entretiens. Ainsi que la FAQ du site des Creative Commons l’indique, une fois qu’une licence CC est appliquée à un document, elle ne peut pas être révoquée. Toutefois, toutes les licences CC sont non-exclusives, ce qui signifie que le titulaire du droit d’auteur (dans ce cas, le témoin) peut accorder des licences supplémentaires pour d’autres éléments (comme par exemple un livre ou un film à but commercial)11. En outre, les licences CC ne limitent pas les dispositions « fair use » du droit d’auteur américain, ce qui signifie que tout autre auteur pourra utiliser l’œuvre originale avec les mêmes droits, en la citant. Par ailleurs, les licences CC sont de plus en plus utilisées par des institutions majeures, fondées sur la connaissance, comme le projet OpenCourseWare du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et la Public Library of Science (PLoS). En conclusion, il nous semble que cette combinaison d’outils sur la propriété intellectuelle – droit d’auteur traditionnel lié aux licence Creative Commons – correspond mieux à notre objectif principal qui est la conservation des matériaux historique et l’éducation du public, ce que ne fait pas le droit d’auteur traditionnel.

À Hartford, un entretien d’histoire orale, que nous avons mené avec Elizabeth Horton Sheff, militante de l’intégration scolaire, mérite d’être mentionné. Elle a repris notre format de consentement Creative Commons en allant plus loin et en renégociant ses termes, juste avant que nous ne commencions notre enregistrement vidéo. Horton Sheff était d’accord avec notre objectif de conserver pour le bien commun son enregistrements réalisé dans le cadre de programme d’enquêtes orales, mais sa principale préoccupation était d’éviter d’être citée hors contexte ; elle avait vécu cette expérience avec des journalistes dans le passé. Elle voulait que son entretien puisse être disponible dans son intégralité sur le web et ne souhaitait pas que soit possible la création de versions modifiées ou l’obtention d’extraits. Par chance, Horton Sheff connaissait bien les licences Creative Commons parce que son fils travaillait dans le monde de la musique indépendante. Elle a donc demandé la restriction « pas de produits dérivés », et au moment de l’entretien, nous avons modifié la licence sur le formulaire de consentement en indiquant la licence CC By Attribution-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de travaux dérivés. C’est ainsi que son entretien enregistré en vidéo et la transcription apparaissent dans le centre d’archive numérique du Trinity College, mais respectent sa restriction puisque nous avons bloqué la possibilité pour les utilisateurs de télécharger une copie de la vidéo (rendant ainsi rendre plus difficile la possibilité de créer une version modifiée)12. Bien entendu n’importe qui peut déplacer le curseur du lecteur vidéo sur leur navigateur Web pour n’en regarder qu’une partie (par exemple de la 28e à 32e minute). En outre, n’importe qui peut télécharger la transcription de l’interview, et citer le texte sous les directives de « fair use ».

Nous ne prétendons pas que les licences Creative Commons peuvent résoudre toutes nos questions au sujet de « qui possède » des enregistrements réalisés dans le cadre d’enquêtes orales, et nous ne prétendons en rien avoir une quelconque expertise en droit de propriété intellectuelle. Toutefois, l’histoire orale est en quête d’alternatives et nous pensons que cette combinaison – copyright traditionnel et licence Creative Commons – répond à nos besoins pour préserver à la fois les droits des témoins en tant qu’individu mais aussi le partage de la connaissance avec le public.

Nous vous invitons à nous envoyer vos questions, vos commentaires ou à nous proposer d’autres exemples de projets d’histoire orale qui utilisent les licences Creative Commons.

 

Crédits photographiques : Enquête oral dans le cadre d’un stage sur la collecte à Dar-es-Salam (Tnazanie), septembre 2005; photogr. de V. Ginouvès, CC by-nc-sa.

 

Traduction de Véronique Ginouvès, mai 2012.

  1. Troy Reeves, “What Do You Think You Own,” in Oral History in the Digital Age, 2012, http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/what-do-you-think-you-own. []
  2. Writing History in the Digital Age a born-digital, open-review volume edited by Jack Dougherty and Kristen Nawrotzki, Mai 2013, University of Michigan Press, 59p. []
  3. Jack Dougherty and colleagues, On The Line: How Schooling, Housing, and Civil Rights Shaped Hartford and its Suburbs. Web-book preview edition. Hartford, CT: Trinity College, Fall 2011, http://OnTheLine.trincoll.edu; Oral History Interviews, Cities Suburbs and Schools Project, Trinity College Digital Repository, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp. []
  4. “Whose Civil Rights Stories on the Web?” roundtable session at Organization of American Historians/National Council on Public History joint meeting, Milwaukee, WI, April 20, 2012, available from the Trinity College Digital Repository, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp_papers/40. []
  5. Jack Dougherty, More Than One Struggle: The Evolution of Black School Reform in Milwaukee (University of North Carolina Press, 2004). Voir les différents liens sur le site de l’auteur, http://caribou.cc.trincoll.edu/depts_educ/struggle/, et “More Than One Struggle Oral History Project Records,” University of Wisconsin-Milwaukee archives, http://digital.library.wisc.edu/1711.dl/wiarchives.uw-mil-uwmmss0217. Some interviews  have been digitized and included in the March on Milwaukee Civil Rights History Project website, http://www4.uwm.edu/libraries/digilib/march/index.cfm. []
  6. John Neuenschwander, Oral History and the Law, revised edition. (Oral History Association Pamphlet series no. 1, originally published 1985, revised 1993), mis à jour et renommé en Neuenschwander, A Guide to Oral History and the Law (New York: Oxford University Press, 2009). []
  7. Neuenschwander, A Guide to Oral History and the Law, p. 64. He also cites case law that the copyright may be jointly held by the interviewee and interviewer. []
  8. Oral History Association, “Principles and Best Practices”, 2009, http://www.oralhistory.org/do-oral-history/principles-and-practices/ []
  9. Je me souviens que l’une des raisons de pas inclure cette clause dans le formulaire de consentement a été que, dans mon esprit à ce moment-là, je craignais que le libellé proposé à partir de la brochure de l’association d’histoire orale de 1993 (p. 46) mette l’accent sur la mort du témoin, faisant fuir certains de mes participants : “Je vous autorise à copier, utiliser et publier ma mémoire orale en partie ou en totalité jusqu’à la date de ma mort ou [insérer la date].”  Au contraire, l’édition 2009 de Neuenschwander’s 2009 edition (p. 116) comprend des éléments de langages beaucoup plus accés sur le vivant du témoin : “[En contrepartie de la cession d’auteur], le Centre me concède une licence non exclusive pour utiliser mon entrevue / s au cours de ma vie.” []
  10. Dans l’édition 2009 de Neuenschwander’s il y a maintenant cette phrase, rédigée dans un langage simple : “En faisant ce don, je comprends parfaitement que mon(mes) entretien(s) ne sera(ont) pas protégé(s) par copyright qu’il s’agisse de moi-même ou du programme d’histoire orale, mais sera(ont) placé(s) immédiatement dans le domaine public. Cette décision est destinée permettre une utilisation maximale de(des) entretiens(s) par les futurs chercheurs” (p. 85). []
  11. “How Do CC Licenses Operate?” Frequently Asked Questions, Creative Commons,http://wiki.creativecommons.org/FAQ. []
  12. Elizabeth Horton Sheff, Oral history interview on Sheff v. O’Neill (with video) by Candace Simpson for the Cities, Suburbs, and Schools Project, July 28, 2011. Available from the Trinity College Digital Repository, Hartford Connecticut, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp_ohistory/16. []

Présentation d’un corpus sonore : Celles qui n’ont pas écrit

Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911

Pour leur mise en lumière et analyse des récits de femmes de la région marseillaise de 1914 à 1945, publiées dans un ouvrage de 19951, Anne Roche et Marie-Claude Taranger se sont appuyées sur un ensemble d’enquêtes orales réalisées entre 1977 et 1992 dont les supports (cassettes audio) et les transcriptions ont fait l’objet d’un dépôt à la phonothèque de la MMSH respectivement en 2009 et en 19992. L’année 1983-1984, qui comprend une cinquantaine d’enquêtes soit la quasi-totalité des enregistrements réalisés cette année, est en cours de numérisation et de traitement (voir la liste des notices d’enquêtes). Nous présentons ici les grandes caractéristiques de ce corpus.

Fabrication du corpus

Les circonstances de constitution de ce corpus n’ont pas d’équivalent dans les fonds de la phonothèque : ces enregistrements s’inscrivent en effet dans le cadre d’un enseignement de Lettres Modernes à l’Université de Provence, que Marie-Claude Taranger et Anne Roche avaient axé, dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune qui préface leur ouvrage, sur le récit autobiographique3. Pour les étudiants qui suivaient ce cours, l’examen consistait à mener une enquête orale auprès de l’informateur de leur choix. L’évaluation portait sur la méthodologie d’enquête, l’intérêt du témoin et du témoignage, et la qualité de la transcription. Pour cela, les étudiants devaient remettre aux enseignants un enregistrement de l’enquête (sur cassette) accompagné d’une transcription.

La vue du contexte de constitution permet ordinairement de comprendre le choix des informateurs. Dans le cadre d’une évaluation, il ne fait pas de doute que les étudiants ont parfois cherché à se distinguer par le choix d’un témoin prestigieux (figures militaires, de la résistance). La dynamique de ce corpus est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre étudiants-enquêteurs en quête de vedettes. Cette tendance, en mettant l’accent sur l’intérêt du témoin, menace dans certains cas l’intérêt de l’enquête. Par exemple, dans certaines d’entre elles l’informateur se contente de lire le récit déjà écrit (parfois publié comme dans cet entretien) de son parcours. Dans le choix des informateurs par les étudiants, l’aspect pratique apparaît également : les liens de parenté entre enquêteur et informateur sont fréquents. Ces liens ne sont toutefois pas systématiques et dans de nombreux cas le lien reste à identifier.

Bien que la méthode de chacun diffère (à chaque enquête correspond un enquêteur), les consignes des professeures donnent un axe général. Pour Roche et Taranger, le projet de départ est de « faire mener à leurs étudiants une série d’interviews sur le souvenir du Front Populaire dans le Midi » (les enregistrements de 1977 à 1979 le montrent), mais « la richesse du matériau recueilli a aussitôt modifié les buts des enquêteurs »4 : le récit des personnes interrogés se trouve être « plein d’informations variés que la seul rubrique  »souvenirs du Front populaire » »5 ne contient plus. Une fois la période relayée au second plan au profit du récit de vie, la méthode s’achemine vers sa forme finale : une « interview semi-directive, à consigne ouverte (« racontez votre vie depuis vos premiers souvenirs jusqu’à 1945 »), sans questionnaire fermé (contrairement aux enquêtes de type statistique), […] le but étant de créer une situation de parole dans laquelle les femmes (mais aussi les hommes) puissent donner leur version privée, personnelle, de la grande Histoire »6. Cependant, de la variété des informations recueillis et des informateurs peuvent ensuite émerger des ensembles cohérents comme le sous-corpus de l’année universitaire 1991-1992 référencé sous le titre « Appelés en Algérie ».

Nature du corpus

Les deux auteures caractérisent leur corpus par un découpage temporel : le témoignage peut débuter à la petite enfance (jusqu’à la guerre de 1914-1918 pour certain), mais doit s’arrêter en 1945. Un découpage géographique intervient également : le corpus est « centré sur des témoins habitant […] le midi de la France »7. Si la plupart des témoins sont originaires des Bouches-du-Rhônes, du Var et du Vaucluse, il s’agit parfois de retraités venant d’autres régions ainsi que des témoins d’origine étrangère : « Italiens ayant fui le fascisme ou la misère du Sud, Espagnols exilés de la guerre civile et du franquisme, Allemands ou Autrichiens, juifs ou non, ayant fui le nazisme »8. Roche et Taranger soulignent aussi la variété socio-professionnelle des informateurs et l’absence consciente de découpage de cet ordre.

Exemple d’une analyse par M.-C. Taranger d’après une enquête de N. Morel auprès de P. Pinguet (1990)

Le titre de l’ouvrage (Celles qui n’ont pas écrit), parce qu’il suggère un corpus composé exclusivement de témoignage de femmes, n’en exprime pas la véritable nature. En effet, la distinction des genres est une problématique propre à l’ouvrage, étrangère aux consignes fournies aux étudiants (ils étaient alors libres d’interroger un homme ou une femme). Ainsi, le corpus déposé à la phonothèque est mixte. Par ailleurs, si l’ouvrage s’appuie essentiellement sur des témoignages de femmes, les auteures font également usage de témoignages d’hommes, non seulement via les témoignages mixtes, mais aussi par leur emploi à titre de « contre-épreuve »9.

Au dépôt des cassettes s’ajoute celui des transcriptions et des analyses de contenu. Les résumés analytiques de Marie-Claude Taranger et Anne Roche, bien que destinés dans un premier temps à l’évaluation de l’enquête, manifestent déjà l’intérêt du chercheur. Ils témoignent de l’évolution de ce corpus, passé du statut d’archive « pédagogique » à celui de source scientifique lors de la publication de l’ouvrage.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage de Roche et Taranger10, Sonia Branca-Rosoff regrettait l’absence des sources orales elles-mêmes, en rappelant que le toilettage que nécessitent la transcription empêche par exemple tout travail syntaxique sur ces discours.  L’accès à cette source orale est désormais possible sans concours de l’écrit.

Liste non-exhaustive de publications exploitant ce corpus

Anne Roche, « Popular Front in the South of France : memory and oral transmission », communication au colloque « 1936 », Université d’Essex, 1978, paru dans  Practices of literature and politics, Colchester, 1978.

Anne Roche, Marie-Claude Taranger, « Ne compte pas que tu vas boire l’huile de l’olivier que tu viens de planter » analyse de l’interview d’un militant communiste, dans « Mémoire du chantier de Port-de-Bouc », Technologies, idéologies et pratiques, 1980.

Anne Roche, « Deuil et mélancolie dans quelques autobiographies « nostalgériques » de l’après 1962″, Cahiers de sémiotiques textuelle, 4, 1985.

Marie-Claude Taranger, « Pouvoir dire le pouvoir », communication au 5e Colloque international d’histoire orale « El Poder a la Societat », Barcelone, 1995.

Anne Roche, « La perte et la parole. Témoignages oraux de pieds-noirs », dans J.-P. Rioux, La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

Anne Roche, « Un défaut de vision. Les Arabes vus par des Pieds-noirs. Analyse d’entretiens », dans Mots, mars 1992, N°30, Images arabes en langue française, pp. 72-89. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mots_0243-6450_1992_num_30_1_1681, consulté le 05 décembre 2012.

Crédits photographiques : Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911. U.S. National Archives’ Local Identifier: 102-LH-2395 ; Photographe: Hine, Lewis ; Lien permanent : research.archives.gov/description/523447. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit. Récits de femmes dans la région marseillaise. 1914-1945, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, 238 p. (voir notice SUDOC) []
  2. Il existe quelques divergences entre le corpus déposé à la phonothèque et le corpus de l’ouvrage. L’index des enquêtes établi par Roche et Taranger et qui figure à la fin de l’ouvrage permet de constater que toutes les cassettes n’ont pu être déposées. A l’inverse, l’exercice demandé aux étudiants s’étant poursuivi alors que l’ouvrage était en cours de rédaction certaines enquêtes déposées ne sont pas indexées. []
  3. des recherches sont en cours auprès des archives de l’Université Aix Marseille pour déterminer avec plus de précision le contenu de ces enseignements []
  4. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit, op. cit., p. 10 []
  5. Ibid. p. 10 []
  6. Ibid. p. 11 []
  7. Ibid. p. 12 []
  8. Ibid. p. 12 []
  9. Ibid. p. 12 []
  10. Sonia Branca-Rosoff. Anne Roche, Marie-Claude Taranger – Celles qui n’ont pas écrit, Langage et société, 1995, vol. 73, n° 1, pp. 91-93. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lsoc_0181-4095_1995_num_73_1_2712. Consulté le 03 décembre 2012. []

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre « Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique »3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce « gouvernement de techniciens » qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

« La politique de ce « gouvernement de techniciens » en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5 ».

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce « gouvernement de professeurs »‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : « C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté ».

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928 []
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi []
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini []
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux. []
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011 []

Déposer en ligne ses enquêtes de terrain : appel aux chercheurs de sciences humaines et sociales

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressources sous forme de vidéo et de postcasts utilisant les plateformes grand public Youtube et Itunes. Sur la chaîne Youtube de l’université, Rassegna Stampa SUP, sont accessibles 450 vidéos issues de journaux télévisés, de films, de prises de vues ou de documentaires sur l’activité scientifique des différentes institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur de la ville de Pise. La plateforme Itunes, un peu plus difficile à repérer formellement, propose principalement des cours en ligne dans toutes les disciplines. Pour l’area umanistica, 33 cours sont disponibles aussi bien en histoire médiévale1, qu’en littérature ou en linguistique2.

La dernière mise en ligne intéresse les archives sonores du monde rural puisque, sous le titre de Testimonianze dal Territorio (Témoignages du territoire), elle propose de constituer une archive sur la société paysanne italienne. Pour le moment il s’agit uniquement du dépôt des films du documentariste et photographe Arturo Izzo mais le projet pourrait s’ouvrir à d’autres archives de terrain des chercheurs. En effet, le responsable du projet de l’Ateneo di iTunes, Enrica Salvatori, professeure d’histoire médiévale, introduit ainsi cette collection :

Le laboratoire de culture numérique de l’université de Pise invite les sociologues, les historiens, les linguistes qui ont collecté des témoignages de la vie rurale italienne du siècle dernier à mettre à disposition ces matériaux pour constituer une archive sur la société paysanne et la culture du territoire. L’espace qui vient d’être créé héberge des films documentaires et des entretiens enregistrés avec des témoignages qui racontent, à la première personne, la vie quotidienne, les expériences de chacun, les habitudes du passé. Notre ambition est de construire une archive de témoignages en récupérant aussi les matériaux que les chercheurs pourraient avoir dans leurs tiroirs3.

Les premiers dépôts sont peu documentés, il manque à l’internaute les éléments du contexte de la recherche et les droits d’utilisation et de diffusion sont limités à un copyright mais peu importe, l’initiative est originale, il sera intéressant d’étudier ce qu’en feront les chercheurs… A suivre !

Crédits photographiques : The Leaning Tower, Pise, Italie, prise de vue entre 1890-1900, bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues, permalien http://www.loc.gov/pictures/resource/ppmsc.06581

  1. Vous pouvez par exemple écouter la Professeure Enrica Salvatori, responsable de la plateforme numérique, sur le thème « Musulmani e Cristiani nel Mediterraneo medievale alla luce dell’economia e degli scambi » = Musulmans et chrétiens en Méditerranée médiévale à la lumière de l’économie et des échanges. []
  2. avec en particulier un cours de langue Amharic, audioclips illustrés d’images créés par Nadia M. Yimer and José C. Rodriguez []
  3. « Il Laboratorio di cultura digitale dell’Università di Pisa invita sociologi, storici, linguisti che hanno raccolto testimonianze della vita rurale italiana del secolo scorso a mettere a disposizione il proprio materiale per costituire un archivio sulla società contadina e sulla cultura del territorio. Lo spazio appena creato ospita infatti documentari e interviste d’archivio in cui testimoni raccontano in prima persona la vita quotidiana, le esperienze e le abitudini del passato e la nostra ambizione sarebbe costruire un archivio di testimonianze recuperando anche materiali che i docenti potrebbero avere nei loro cassetti ». []

De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Le TGE Adonis organise en 2011-2012 un séminaire sur « Le document sonore ». Dans ce cadre, des chercheurs et des experts, français ou étrangers, d’organismes de recherche, de grands établissements ou équipements, d’universités ou d’entreprises sont invités à présenter leurs travaux. Avec cette série de conférences, l’objectif est de crérer un lieu de réflexion et de confrontation des pratiques et des analyses afin d’établir, en liaison avec les grands programmes internationaux, un espace de questionnement sur les normes et les usages, de la conservation patrimoniale aux outils de traitement automatique. Le séminaire a la volonté d’accompagner la définition des nouveaux enjeux qui se dessinent autour des corpus sonores, de la collecte du matériel à la mise en ligne, de l’outillage aux exploitations. Jeudi 8 mars Véronique Ginouvès a choisi de présenter les travaux de la phonothèque de la MMSH dans un format interactif sous le titre De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Le numérique et l’internet ont bouleversé en profondeur les questions de l’accès et du traitement des données mais, plus encore, entraînent de nouveaux usages et comportements face à la recherche d’information et à son utilisation. Les chercheurs sont attentifs à la façon dont ils vont pouvoir accéder aux grands réservoirs de données, et à leurs propres recherches, tandis que la demande sociale et culturelle pour y accéder va sans cesse en s’amplifiant. Dès lors, ce type d’archive jusqu’ici resté confidentiel, s’est trouvé projeté sous les feux de la rampe du web de données. Les gestionnaires de fonds d’archives sonores ont dû en conséquence modifier leurs pratiques et développer des méthodologies d’accompagnement de dépôt des enquêtes enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales. Comment, et dans quel contexte, les centres de recherches sont-ils aujourd’hui amenés à donner accès à cette mémoire orale enregistrée ? Quel intérêt ont aujourd’hui les chercheurs en SHS à permettre l’écoute de leurs sources ? Quel encadrement juridique et éthique peut accompagner cette mise à disposition ? L’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme peut apporter des réponses à ces questions qui ouvrent un débat large et collectif auquel cette intervention voudrait prendre part.

Les conférences :

Jeudi 10 novembre 2011 : Michel Jacobson (Archives de France) – L’archivage de données numériques : Retours d’expérience sur des données orales

Jeudi 8 décembre 2011 : Pascal Cordereix (BNF) – Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ?

Jeudi 12 janvier 2012 : Joséphine Simonnot (CREM) – Présentation de TELEMETA, un outil de traitement des archives sonores de la recherche http://telemeta.org

Jeudi 9 février 2012 : Olivier Baude et Gabriel Bergounioux (Laboratoire Ligérien de Linguistique, Université d’Orléans) – Eslo, instrument de comparaison pour le recueil de données linguistiques

Jeudi 8 mars 2012 : Véronique Ginouvès (Phonothèque de la Maison méditerranéeenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence) – De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Jeudi 5 avril 2012 : John Coleman (British National Corpus, Oxford University) – Mining a Year of Speech

Jeudi 10 mai 2012 : Lou Burnard (Meet, TGE Adonis) – Encoder l’oral en TEI : démarches, avantages, défis…

 

Lieu : campus universitaire d’Orléans, 14h,  salle 274 de l’UFR Lettres

 

Crédits photographiques : Photograph of Sound Recording Equipment from the Division of Motion Pictures, February 27, 1941, U.S. National Archives’ Local Identifier: 64-NA-271-A. Pas de restrictions de copyright connues. Permalien : arcweb.archives.gov/arc/action/ExternalIdSearch?id=3493236

Les voix des Cévennes

Deux nouveaux corpus d’enquêtes orales sur le territoire cévenol viennent enrichir les collections déjà présentes à la phonothèque de la MMSH : celles réalisées entre 1978 et 1986 par Nicole Coulomb et Claudette Castell sur la « Mémoire orale du Mont Lozère » et celles réalisées par les agents du Parc National des Cévennes, encadrés par la même Nicole Coulomb, en 1985 et 1986, Conscience identitaire cévenole.

La première collection visite les répertoires de chants, de contes, d’airs à danser des habitants de la face nord du Mont Lozère. Un recueil de ces contes, extraits du répertoire d’un couple attachant de conteurs et chanteurs, a été édité en 19861. La plupart de ces enquêtes rendent compte de la lente relation de confiance qui s’est établie au fil des années entre les enquêtrices et leurs informateurs. Les sons de l’horloge du salon, du ronronnement de feu de cheminée des enquêtes de novembre, de la cuillère tournant la tisane, accompagnent les contes drôles, les histoires de peurs, les chansons plaisantes. Certaines enregistrements se sont faits pendant des veillées regroupant jeunes et vieux, ou pendant des retrouvailles d’amis, de proches, de voisins, qui rient de retrouver les « bêtises » de jeunesse, les paroles occitanes d’un air de polka ou de bourrée.

L’ai vist passar lo papet davant la pòrta / Je l’ai vu passer le papet devant la porte

L’ai vist passar que pensav’ anar gostar / Je l’ai vu passer qu’il pensait aller goûter

Portav’ un piòch, una pala sus l’espatla / Il portait une pioche, une pelle à l’épaule

Portav’ un piòch e anava beure un còt. / Il portait une pioche et il allait boire un coup.2

A l’époque où ces enquêtes ont été faites, la mémoire des bals à la voix et des activités « avant la télévision » était encore vivace, les accents cévenols bien trempés. L’ensemble du corpus témoigne également de la constitution du savoir des enquêtrices qui, de moins en moins novices, rentrent dans les détails des répertoires, avancent à pas lent en demandant de nouvelles versions, des précisions sur l’orthographe. Auteurs d’une thèse de troisième cycle d’études occitanes sur les « Chansons et danses populaires du Mont Lozère »3;La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). Cote Médiathèque MMSH : F.ME 398COU)), Nicole Coulomb et Claudette Castell, ensemble ou séparément, ont depuis multiplié les enregistrements en territoire cévenol : Mémoire de la vie quotidienne autour du châtaignier, Mémoire des jeux et jouets de l’enfance en Cévennes rurales traditionnelles. Autant de pièces qui complémentent le portrait d’une culture cévenole, comme de savoureuses histoires de bergers, présentes aussi dans des répertoires de contes internationaux.

Le Fossat lié par l’herbe (extrait)

Une autre fois, il était monté là-haut sur le mont Lozère pour garder ses moutons, là dans le mois de juin. Il faisait beau, il avait pris sa biasse et il s’était couché là-haut dans l’herbe. Et quand il s’est réveillé, l’herbe avait tellement poussé qu’elle l’avait attaché par terre. Elle en avait fait le tour et elle s’était nouée au-dessus de lui brindille par brindille, il ne pouvait plus remuer. Alors il s’est dit :

– Aqueste còp, siòi fotut, siòi fotut. Pòde pas bolegar. Mès es pas possible, de qu’es aquò que ti ten ?4

Et il ne voyait presque pas, puis avec sa bouche il s’est mis à manger l’herbe :

– Es pas possible quant erba qu’ai bofat !5

Comme il avait les bras allongés le long du corps, il a pu aller à sa poche et tout doucement, il a sorti son couteau et il s’est mis à couper l’herbe autrement il y restait.6

Lo pastre qu’èra pas d’acòrdi amb lo patron  7

Le berger prenait sa biasse, son manger pour tout le jour. Alors sur la table, le patron lui as mis un os où il y avait un peu de viande et le berger trouvait que pour tout le jour ça ne faisait pas trop. Il  a dit au patron :

– Mais vous croyez que mon brave monsieur, que c’est suffisant pour tout le jour ?

– Oh si, la viande des os c’est la meilleure.

Bon. Le berger prend ça puis il va faire sortir les moutons, il les mène là-bas face à la maison à un endroit où il n’y avait que des pierres, des rochers, pas beaucoup d’herbe. Alors le patron y est allé. Pendant un moment, il lui avait crié de changer d’endroit mais le berger, avec son chien, tenait toujours les moutons dans ces rochers. Le patron lui a dit :

– Mais tu es fou, tu ne vois pas que les moutons crèveront de faim là !

– Si sabiòtz coma l’erba del rònc es bòna, es la melhora. 8

Et le patron a compris. Et le lendemain, il lui a donné une meilleure biasse.

 

Le second corpus traite lui des représentations, opinions et témoignages des habitants du Causse Méjean, attachés à cette terre sauvage, à ce climat rude. Les enquêtes ont été réalisées dans une période charnière pour le pays qui connaît alors une accélération de la modernisation de l’agriculture et l’exode des jeunes générations. Plusieurs classes d’âge ont été interviewées. Les enquêteurs novices ont utilisé systématiquement une grille d’enquête leur permettant de naviguer simplement dans la mémoire des témoins. De ce fait, cette collection a deux intérêts principaux. Tout d’abord elle aborde des questions intemporelles sur l’identité d’un groupe : qui sommes nous, comment nous représentons nous les nôtres, les autres, comment est fixé le périmètre d’un territoire qui nous ressemble, auquel nous nous efforçons de ressembler ? Elle représente aussi une source très riche en terme d’illustrations pédagogiques en méthode de collectage.

 

Pour des raisons historiques et circonstancielles la phonothèque possède un fonds très important sur les Cévennes, soit plus de 28% des notices, issues de recherches d’enquêteurs très différents et couvrant plusieurs territoires des Cévennes : Mont Aigoual, Mont Lozère, Vallée-Longue, Vallée-Borgne, Causse Méjean. Ces collections représentent par leur diversité une ressource unique et autant d’occasions de nouveaux travaux ou projets de valorisation, quelque soit la discipline.

 

Crédits photographiques : Scene at square dance in rural home in McIntosh County, Oklahoma (LOC). Lee, Russell,, 1903-1986,, photographer. http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2178339419 Pas de restrictions de copyright connues

Chevaux de Przewalski sur le Causse Méjean.  Auteur Ancalagon. Creative commons.

 

 

  1.  La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). []
  2. L’ai vist passar. Air à danser de bourrée chanté dans la période de l’entre-deux-guerres sur le mont Lozère. Les différentes versions de cet air abondent et une partie se retrouve dans une bourrée limousine. []
  3. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. (Cotes Médiathèque : MT-21856(1) ; MT-21856(2 []
  4. Cette fois-ci, jesuis foutu, je suis foutu. Je ne peux plus bouger. Mais ce n’est pas possible, qu’est-ce qui me tient comme ça ? []
  5. Ce n’est pas croyable toute l’herbe que j’ai mangée ! []
  6. Ce conte est répertorié dans la classification des contes d’Aarne et Thompson sous le titre The great vegetable ou AT 1960D []
  7. Le berger qui n’était pas d’accord avec son patron []
  8. Si vous saviez comme l’herbe du rocher est bonne, c’est la meilleure. []