Archives par mot-clé : accès aux sources

Aix-en-Provence, 29 novembre 2011 : journée d’étude sur les questions de droit et d’éthique pour la diffusion des données de la recherche en sciences humaines et sociales

Produire, exploiter, éditer des sources numériques fait aujourd’hui partie du travail quotidien du chercheur. Indissociable du développement du web, ce format numérique a largement facilité la diffusion des ressources documentaires iconographiques, sonores et/ou audiovisuelles dans le monde de la recherche et, au-delà, auprès de citoyens de plus en plus curieux et intéressés par les documents produits par les scientifiques. Par ailleurs, les financeurs incitent au libre accès aux résultats de la recherche et à ce que les données réputées « publiques » soient réellement rendues publiques. Dans les institutions, ceux qui sont chargés des projets de valorisation ne savent pas toujours comment répondre aux questions de respect des droits des auteurs et des personnes interrogées ou représentées au moment de la mise en ligne des ressources, et les chercheurs, qui publient désormais régulièrement en format électronique, se trouvent confrontés à des séries de questions juridiques et éthiques.

A travers le réseau des Maisons des sciences de l’homme1, une série de journées d’étude vont être organisées sur ces questionnements, croisant les regards des chercheurs avec ceux des professionnel(le)s des digital humanities qui accompagnent la recherche. Elles seront suivies de réunions de travail dont l’objectif final est la rédaction collective d’un guide des bonnes pratiques s’appuyant sur les compte-rendus de ces journées et sur des expériences concrètes. La première journée a eu lieu à Tours le 26 septembre dernier, la suivante se tiendra à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence le 29 novembre prochain.

Programme de la journée d’Aix-en-Provence, le mardi 29 novembre 2011 – Salle Paul-Albert Février (MMSH)

Accueil et petit-déjeuner : 8h45-9h30, cafétéria de la MMSH

9h30 – Une conférence introductive de Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques à la Bibliothèque nationale de France et animateur du blog S.I.Lex

Trois regards croisés entre chercheurs et professionnels de l’information :

10h30 – L’anthropologue et le médiateur pour la diffusion des données de la recherche : libre accès aux sources de terrain vs respect des droits d’auteurs. Laurent Dousset (Maître de conférences EHESS, Directeur du CREDO, créateur de la base ODSAS – Online digital source annotation system) et Judith Hannoun (Responsable de la bibliothèque du CREDO, Maison Asie, Pacifique, Marseille).

11h30 – Le linguiste et ses corpus :  concilier l’éthique du terrain avec une gestion systématique des droits d’accèsMédéric Gasquet-Cyrus (Maître de conférences – Laboratoire Parole et Langage UMR 6057 CNRS, Aix-en-Provence) et Bernard Bel (Ingénieur de Recherche, Informaticien, responsable du site d’archivage Speech & Language Data Repository – SLDR, Laboratoire Paroles et langage UMR 6057 CNRS, Aix-en-Provence)

14h – L’utilisation des images télévisées dans le cadre de la recherche  Maryline Crivello(Professeur des universités, UMR TELEMME, Membre du comité de pilotage du programme MEDMEM (Ina-Euromed-Heritage) et Marie-Christine Helias (Responsable documentaire et commerciale, INA PACA)

15h – Deux synthèses de la journée :

La synthèse d’une archiviste : Denise Ogilvie, conservateur du patrimoine aux Archives nationales, section du XIXe siècle.

La synthèse d’une juriste Anne-Laure Stérin, Juriste, consultante en Propriété intellectuelle, Chargée de cours à l’Université Paris Est, Membre de la commission « Droit de l’information » de l’ADBS, Auteur du Guide pratique du Droit d’Auteur – Maxima, 2011.

La journée d’étude est ouverte à tous, sur inscription par courriel auprès de Pascal Garret (pascal.garret[@]univ-tours.fr) ou de Véronique Ginouvès (ginouves[@]mmsh.univ-aix.fr).

 

Cette journée est organisée avec le soutien de la MSH de Dijon et les Consortiums Ethnologues et Corpus oraux et multimodaux (IRCOM) de la TGIR Corpus.

 

Crédits photographiques : World’s Columbian Exposition: Ferris Wheel, Chicago, United States, 1893. [View through support wires from one gondola to gondolas opposite on] Ferris Wheel, Sept.; Starks W. Lewis, Amateur, Brooklyn, N.Y. Brooklyn Museum Archives.  Collection photographique du Brooklyn Museum. Pas de restrictions de droit connues.  http://www.brooklynmuseum.org/opencollection/archives/group/156/Ferris_Wheel

  1. Ces journées sont organisées par quatre maisons des sciences de l’homme qui ont pour objectif de rédiger collectivement par la suite  Ce travail sera sera coordonné par le Centre de ressources électroniques sur les villes (Crévilles) de la MSH de Tours, le Pôle image-son, pratiques du numérique de la MMSH d’Aix-en-Provence, la bibliothèque Éric-de-Dampierre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de la Maison René-Ginouvès (MAE) de Nanterre et la MSH de Dijon. []

La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral

La tradition orale est mouvante, et les contes se retrouvent sous des versions multiples à travers le temps et l’espace. Contes d’animaux, contes de l’ogre dupé, contes sur les trompeurs ou les naïfs, les hommes et les femmes, les maîtres et les serviteurs, quête initiatique des contes merveilleux, contes licencieux, contes à thème religieux ou récits de peurs… Enregistrés sur le terrain, les témoins qui ont fait part de leur répertoire conté et dont la parole est conservée dans les phonothèques, restituent ces histoires avec cette façon de dire qui tisse le réel dans le détour de l’imaginaire1. Pour indexer ces répertoires de contes traditionnels et s’y retrouver à travers toutes les versions transmise oralement, l’outil qui sert de référence internationale est la classification AT (ou AaTh, pour Aarne et Thompson) qui propose pour chaque conte une version type et donne le schéma détaillé des éléments que l’on y retrouve.
Toutefois, cet ouvrage n’est pas facile à acquérir ou même à consulter : la dernière version éditée, publiée en 2004, est désespérément « Currently unavailable » sur Amazon, les précédentes ne sont plus diffusées et une rapide recherche sur le Sudoc montre que très peu de bibliothèques en possèdent des exemplaires2. Biblioweb qui présente sur son carnets des ressources en ligne numérisées, s’intéresse régulièrement aux contes. Vous trouverez sur ce site un point sur différents documents en ligne qui peuvent vous aider à mieux comprendre et utiliser cette classification. En ligne, excepté les listes des titres et numéros de contes, en français ou en anglais, parfois commentées, il n’y a pas vraiment de ressources qui offre une utilisation complète de cet outil avec tous ses index et sa bibliographie3.
Googlebooks permet depuis peu d’effectuer de premières recherches dans les éditions de 1928, 1961 et 19874. La classification ne peut pas être parcourue en texte intégral mais le texte est accessible en extraits (même pour l’édition de 1928 qui devrait pourtant être tombée dans le domaine public). Si vous recherchez « Tom Thumb », vous trouvez tout de suite le numéro que lui ont donné Antti Aarne et Stith Thompson : le Petit Poucet est rangé au numéro 700 des contes merveilleux, dans les « Autres contes surnaturels » ; si vous tapez le chiffre 15, vous retrouvez le conte du renard parrain, n° 15 dans les contes d’animaux sous le titre : the Theft of Butter (Honey) by Playing Godfather qui peut être raconté de multiples façons. Par contre, si vous recherchez « Fox » vous n’affichez que quelques uns des extraits de contes où le renard apparaît.
La classification Aarne et Thompson fait partie des outils qui devraient pouvoir être accessibles à tous et il est vraiment dommage de ne pas y avoir accès plus facilement. Dans leur ouvrage sur les légendes urbaines5 Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renarda s’y réfèrent pour regrouper des versions  de récits et je suis certaine que nombre de récits racontés aujourd’hui se retrouveraient dans ce grand entrepôt d’histoires. Peut-être que la version française du catalogue sur laquelle travaille actuellement Josiane Bru, au centre d’anthropologie sociale à Toulouse, offrira un de ces jours une version électronique… à suivre.
A compléter si vous le souhaitez, une bibliographie sur les outils de classification du conte de tradition orale réalisée avec Zotero en lien avec ce billet : http://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI
Crédits photographiques :
National Museum of African Art Docent James Brown, Jr., with Preschoolers, photographie de Jeffrey Ploskonka, 1988, Smithonian Museum. Pas de restrictions de droit connues.
Des enfants dans un camp de migrants en Orégon (Amérique du Nord) écoutent Mary Brown qui leur lit des histoires. Photographer/Studio: O.S.C. Extension ServiceDate: 1945. Notes: Miss Mary Brown, state supervisor for camp work with Home Missions Council of North America, reads to children at migrant camp. Original Format: Gelatin silver prints. Oregon State University Archives. Pas de restrictions de droit connues.
  1. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1983 []
  2. La bibliothèque de la MMSH possède des exemplaires de plusieurs éditions. En effet, elle a bénéficié dans ses acquisitions de l’influence de plusieurs chercheurs dans le domaine de la littérature orale, en particulier de celle de Jean-Noël Pelen qui a débuté sa carrière de chercheur en collectant des contes traditionnel en Cévennes []
  3. L‘article de Wkipedia sur la classification Aarne-Thomson est sans doute le plus complet en ligne, en français et en anglais []
  4. L’édition de 1928,  prise dans les collections de l’université de l’Indiana, a été numérisée en 2009 comme celle de 1987 qui vient de l’Université de l’Etat de Pennsylvanie. L’édition de 1961 a été numérisée en janvier 2010 à partir d’un exemplaire de l’Université de Michigan []
  5. Légendes urbaines : Rumeurs d’aujourd’hui de Véronique Campion-Vincent Jean-Bruno Renard, Petite bibliothèque Payot, 2002 []

11e carrefour des possibles à Marseille : où sont les données ?

Mercredi soir, a eu lieu la 11e édition du Carrefour des possibles sur le thème de la ville créative. Difficile de savoir qui avait eu l’idée de venir jusqu’au Point de bascule ce soir là mais plus d’une centaine de personnes s’y sont retrouvés pour échanger. La soirée a débuté par une conférence de Frédérique Entrialgo, professeur à l’école des Beaux-Arts de Marseille. Elle a présenté des installations artistiques mettant en oeuvre des outils numériques expérimentaux à travers le monde, là où il arrive que l’on se laisse glisser dans le corps de la ville à travers des écrans, des jeux, des échanges physiques ou virtuels. Denis Pansu a ensuite définit ce carrefour des possibles en le présentant comme un accélérateur de développement local, un moyen d’émancipation citoyenne et un agitateur de communautés innovantes. Les trois mots-clés de la FING : créativité, diversité, sérendipité… Un programme ambitieux représenté par  trois « coups de projecteurs » et dix « usages innovants » sélectionnés sur le thème de la ville créative, chacun ayant 6 minutes pour présenter son projet.

Le premier coup de projecteur portait sur un projet la FING sur le partage et la récupération des données publiques. La FING, qui n’hésite pas à parler d’une révolutionen train de se faire autour des données, engage une action  avec deux territoires pilotes. Son objectif est de de faire émerger sur ces territoires le plus grand nombre de projets innovants fondés sur la réutilisation de données publiques. La région PACA serait l’un de ces deux territoires. Il est même prévu, dans le cadre de Marseille Provence 2013, d’organiser des assises autour de la réutilisation des données publiques en PACA en collaboration avec la FING. Le citoyen marseillais va-t-il finir par obtenir des informations précises sur les budgets de la ville et leur utilisation ? Sur les heures d’ouverture de ses piscines ? Obtenir un annuaire des agents et de leur fonction ? En tout cas, cette expérimentation devrait ensuite   permettre la production d’un « guide pratique » de la réutilisation des informations publiques territoriales au service de l’innovation et de la proximité.  A suivre donc….

Deuxième coup de projecteur,  la présentation de SAGESS PRO, un outil d’aide à la décision de au service de l’entreprenariat mis en oeuvre par la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de la région PACA. Dommage, quand je me connecte sur le site je ne retrouve pas les informations présentées lors du Carrefour car il faut s’inscrire, gratuitement certes  mais avec un numéro de Siret et toute une série d’informations à fournir : côté mise à disposition publique des données, peut mieux faire.

Le troisième coup de projecteur racontait une jolie histoire de grand-mère qui promène ses petits-enfants en 2050. Ils ont entre 8 à 12 ans et leur mamie leur propose des images et des vidéos futuristes pour les sensibiliser aux évolutions sociétales et technologiques tout en leur faisant exécuter des exercices de créativité.

Ensuite, la présentation des dix projets s’est accélérée. De 6  minutes en 6 minutes nous ont ainsi été présentés une proposition d’objets augmentés pour gérer nos outils numérique en un seul geste, un dispositif permettant de filmer un swing (je ne le savais pas, le swing est un geste au golf) et plus si affinités, un musée électronique (une application embarquée sur téléphonie mobile pour collecter et partager les oeuvres que vous avez vues dans les expositions – sauf que je n’ai pas du tout compris comment il fonctionnaient pour régler les questions de droits d’auteur), un classeur virtuel d’activité numérique (un projet pédagogique), un jeu vidéo interactif géolocalisé sur téléphone mobile, Citywall – un dispositif collectif d’exploration et de découverte sous la forme d’un mur interactif multi usagers destiné à l’espace public -, WAAW – un moteur de recherche des activités culturelles et touristiques du territoire marseillais et de sa région -, un site pour les fans du passé (un genre plus alternatif du « Journal de votre année de naissance »), la galerie virtuelle Tournicoton sur Second Life  et bien sûr le projet de géolocalisation du patrimoine sonore immatériel présenté par l’association Paroles Vives et la phonothèque de la MMSH en collaboration avec une action de captation sonore envisagée en 2013 imaginée par Cyrille Carillon à partir d’un projet bruxellois similaire : « Marseille nous appartient ».

La présentation de tous ces projets était riche et dense, souvent étonnante parfois amusante. Mais une chose est sûre, beaucoup de ces projets envisagent de puiser dans les données publiques libres de droit, très peu en constituent ou en mettent à disposition. Or, il me semble que si le web à venir est bien le web de données, il y a encore beaucoup à faire pour que les données publiques puissent être diffusées librement.

Après les présentations, autour d’une soupe de pois cassés et de gâteaux à l’orange, les participants se pressaient autour des stands de présentation des projets. Pour le patrimoine immatériel, le projet semblait avoir intéressé de nombreuses personnes ravie d’échanger sur l’intérêt et la force de l’enquête de terrain. Toutefois, en discutant avec de possibles financeurs je me suis vite rendue compte que les sociétés sont toujours ravies de récupérer les données  publiques pour les mettre en avant dans des projets dits collaboratifs où leur marque apparaît en sponsors mais elles le sont beaucoup moins lorsqu’il s’agir de participer au financement de leur constitution et leur contextualisation…

A lire en préambule, la présentation de la sélection du projet le 3 décembre 2010 : Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Crédits photographiques :

– Deuxième salle de projection au ¨Point de Bascule. Photographie Véronique Ginouvès.

– Véronique Ginouvès (MMSH), Cyrille Carillon (Studio Domino), Florence Mazzella (Paroles Vives) présentent leur projet de géolocalisation du patrimoine immatériel puis sont interviewés par Radio Grenouille. Photographie de Gaëlle Inizan.


Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles : introduction de la journée par Florence Descamps

Les Carnets de Plozarch viennent de publier un compte-rendu de la journée du 30 novembre qui a eu lieu sur le thème « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles ». Les actes de ces journées seront publiés au format électronique au deuxième trimestre 2011, sur le site en cours de gestation du Pôle image, son, pratiques du numérique – un programme transversal de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Pour vous faire patienter, nous vous présentons une lecture de l’introduction de ces journées prononcée par Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes qui anime un séminaire sur l’histoire orale et les archives sonores et audiovisuelles.


En ouverture de séance, je tiens à remercier les organisateurs de cette journée d’étude, la MMSH d’Aix et la MSH de Nice, et plus particulièrement Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la MMSH, qui avec le dynamisme qu’on lui connaît trace son sillon en matière d’archives sonores et de témoignages oraux, et fait fructifier l’héritage de l’antique CREHOP des origines. J’en veux pour preuve la fidélité et la régularité avec laquelle elle réunit tous ceux des SHS qui s’intéressent à la source orale ; les journées d’étude qu’elle a organisées à la MMSH sont autant de bornes-témoins du chemin parcouru en matière de sources orales, auxquelles, vous l’aurez noté, s’ajoutent maintenant les sources audiovisuelles…

Il suffit de rappeler quelques dates de journées d’étude ou de colloque organisés à Aix-en-Provence par la phonothèque de la MMSH depuis dix ans :

22 et 23 mai 2002,  en collaboration avec l’AFAS sur le thème, Les sciences humaines et le témoignage oral. De la source à l’archive, publiées dans la revue Sonorités, Cahiers du Patrimoine sonore et audiovisuel en juillet 2002 (n° 4) et dont certaines interventions sont en ligne sur le site de l’AFAS.

21 et 22 novembre 2005, sous la direction de Florence Descamps : Le documentaliste, le juriste et l’historien. Quelle valorisation pour les archives orales ? en collaboration avec l’AFAS et la mission pour les musiques et danses traditionnelles d’ARCADE, journées publiées partiellement en ligne sur le site de l’AFAS.

12 octobre 2007 : Nouvelles archives, nouveaux accès : Les nouveaux instruments de recherche en sciences humaines et sociales, en collaboration avec les archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD13).

19 septembre 2008 Collecter, organiser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : quelles collaborations mettre en oeuvre ? en collaboration avec le programme Archives des Sciences Humaines et Sociales (ARSHS), dont le compte-rendu a été publié sur les Carnets de la phonothèque et dont les actes ont été publiés en ligne.

Et aujourd’hui, ce colloque, organisé en collaboration avec la MSH de Nice, plus précisément le LASMIC, qui nous laisse espérer des rendez-vous réguliers, qui nous permettent d’avancer dans la réflexion et de capitaliser.

Le sujet de notre journée d’étude est donc : « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? »

Ces questions manifestent une interrogation nouvelle au sein de la communauté scientifique, ou du moins rendent compte de sa plus grande acuité depuis quelques années : la redécouverte des enjeux collectifs de la recherche en SHS et du sort de leurs données qualitatives, après une période de grande individualisation des travaux. Cette réflexion est ponctuée de plusieurs initiatives ou bornes-témoins : Roxane Silberman, Les sciences sociales et leur données, Rapport au ministre de la Recherche en juin 1999 ; le Rapport Dubar-Demazière en 2001 sur la création d’« une banque de données qualitatives » ; le Rapport auprès du Ministère de la Recherche et de la technologie sur les données qualitatives en sciences sociales recueillies en France auprès de la « société civile » par Françoise Cribier et Elise Feller en 2003 ; les travaux du groupe Archives de la Recherche en SHS (ARSHS) pilotés par S. Wolikow dans le cadre du réseau des Maisons des sciences de l’homme à travers le projet « Archives de la recherche » qui ont donné lieu à une publication dans la Gazette des Archives en 2008 ; et dernièrement, la mission de Bertrand Müller pour le CNRS en 2010 qui est parmi nous…

On peut d’ailleurs se demander : pourquoi cette interrogation plus pressante sur le partage et la conservation des données de la recherche en SHS ?

Une série de raisons alimentent selon moi ce mouvement et cette réflexion, et bien sûr, je n’ai pas l’ambition d’être exhaustive :

1° – Des motivations propres à la recherche et à la communauté scientifique (propension à la rétrospectivité et à la réflexivité des acteurs de la discipline, à un moment où les générations fondatrices des SHS de l’après-guerre disparaissent, historicisation de la recherche en SHS, fascination pour l’archive et pour l’archivisation des traces du passé ;

2°- L’impératif patrimonial et la patrimonialisation, qui exigent bien sûr une meilleure conservation des données, mais instaure aussi de nouveaux mots d’ordre tels que la diffusion et l’ouverture au public, le partage des contenus, l’appropriation et la restitution, des mots d’ordre qui par nature sont collectifs au sens où ils concernent des groupes sociaux ou des communautés et auxquels le monde de la recherche n’échappe pas plus que les autres secteurs de la société…

3° – Les exigences de la société de l’information et de la connaissance, qui promeut elle aussi des nouveaux principes, tels que la transparence, l’accès libre et direct aux informations et aux données, la revendication d’ouverture, l’exigence de vérifiabilité…

4° – La pression budgétaire et économique qui s’impose désormais au domaine de la culture, mais aussi au monde de la recherche en SHS (cf. les appels à projets, la recherche sur commande, les appels d’offres, etc.). Désormais, il faut que les investissements, y compris les investissements intellectuels soient rentables et qu’il y ait un retour sur investissements. Comme ces investissements humains sont coûteux, surgit rapidement l’idée que ces investissements devraient être mutualisés, cumulatifs, répliqués même, et que leurs résultats devraient être ordonnés à la collectivité.

5° – La demande sociale, celle qui émane des institutions, des collectivités locales, des associations, qui demandent toutes à être associée à la production des connaissances sur elles-mêmes et qui demandent que leur soient restitués les connaissances produites par la recherche;

6° – Les progrès des systèmes de transmission, de diffusion et de circulation des données et des contenus (informatique, numérique, internet), des outils de partage et de communication qui se multiplient et qui progressent sans cesse en termes de capacité et de rapidité, qui n’existaient pas avant et qui poussent sans cesse au mieux-disant …

Il y a certainement d’autres raisons, on pourra revenir sur ce sujet dans la discussion….

Voilà donc quelle est notre interrogation : la mise en partage des données et des contenus, entre chercheurs et entre différentes SHS, et la mise en partage entre enquêteurs, enquêtés et « société civile ».

Et de fait, notre programme reflète bien ces préoccupations puisque nos intervenants appartiennent aux différentes SHS : histoire, sociologie, anthropologie, ethnographie, ethnologie, linguistique, littérature, patrimoine…Il reflète aussi le dialogue entre le monde de la recherche et la société civile (les films amateurs, la mémoire familiale, le monde carcéral…). Polyphonie des points de vue et des regards sur l’archive sonore et audiovisuelle, qui sous sa forme de l’entretien enregistré ou filmé, est devenu une pratique transversale des SHS, sans pour autant être normalisé ni uniformisé d’une discipline à l’autre. Des corpus oraux qui oscillent, selon le statut qu’on leur assigne dans le cadre de la recherche, entre archives, matériaux de recherche, « contenus » ou « données », oeuvres de l’esprit, objets de patrimoine… Avec des frontières qui sont devenues assez poreuses désormais…

Si on laisse maintenant de côté le « pourquoi », le titre de notre journée d’étude nous emmène clairement du côté du « comment » ? Comment partager les données ? Cette question nous emmène du côté de la technique et des nouvelles technologies du son et de l’audiovisuel ; du côté des outils documentaires, des métadonnées et de l’analyse des corpus ; du côté des règles, de la déontologie et du droit. Ce qui permet de souligner combien la valorisation et l’édition des données qualitatives de la recherche en SHS exigent désormais de compétences professionnelles multiples : technicien de l’image et du son, documentalistes, archivistes, ingénieurs de recherche, chercheurs, ingénieurs informatiques, éditeurs, juristes etc…Il faut désormais penser les corpus sonores dans une chaîne de collaboration ou même dans une chaine de production intellectuelle, qui va de la production à sa diffusion.

Il n’en reste pas moins que l’informatique et internet permettent désormais à des chercheurs individuels de publier ou d’éditer directement leurs corpus sonores, oraux ou audiovisuels. Donc, le défi pour nous, me semble-t-il, c’est de faire en sorte qu’il existe des outils collectifs et collaboratifs, des « plates-formes » collectives, à forte valeur ajoutée, qui puissent être attractifs et efficaces, et présenter des avantages décisifs par rapport à une offre ou à un système plus individuel. Quels pourraient être ces avantages objectifs ? La pérennisation, et la transmission des corpus, la mise en réseau, la comparaison des corpus et le dialogue des corpus entre eux ; la documentation et le perfectionnement des méta-données ; la sécurisation juridique et la protection des auteurs et de leurs œuvres en regard de la propriété intellectuelle, la pluridisciplinarité ou l’interdisciplinarité des regards, « la revisitation »…

Il n’en reste pas moins que cette idée de mise en commun et de partage des ressources, et plus particulièrement de dépôt des corpus oraux qualitatifs, rencontre des freins, des résistances individuelles, qu’il faut sans doute identifier, si on veut pouvoir les faire disparaître ou tout le moins les atténuer, résistances qui selon moi s’enracinent dans la crainte:

du côté des témoins ou des informateurs, il peut y avoir la crainte de perdre son anonymat, crainte de se dévoiler, de s’exposer publiquement, de voire des informations confidentielles divulguées et non maîtrisées, crainte d’utilisations malhonnêtes ou tronquées, crainte d’un non-contrôle des usages des témoignages, crainte de voir des informations mal perçues ou mal reçues, crainte de se voir finalement objectivé etc…Quels pourraient être les antidotes à cette crainte ? Le respect déontologique des personnes et de leur parole, l’esprit de responsabilité, la réflexion sur le caractère « sensible » des informations à court, moyen ou long terme ; la réflexion sur le métier de la recherche par rapport à celui du journaliste ; la prise en compte du facteur « temps » ; la réflexion sur la définition des accès à l’information (sélectif, spécialisé, grand public etc.).

du côté des chercheurs, il peut y avoir la crainte de dévoiler ses pratiques de recherche, la crainte du jugement des autres et de ses pairs, la crainte du « pillage », la réticence psychologique à se dépouiller de ses sources ou de son œuvre, la difficulté à envisager que les corpus oraux puissent vivre d’une vie autonome, détachés de leur auteur initial… Crainte aussi de nuire involontairement aux témoins en rendant publiques des informations accordées au départ dans un cadre confidentiel et de trahir la confiance ou « le pacte d’entretien » d’origine. La solution consiste sans doute à laisser du temps au temps ! On peut aussi imaginer de déposer ses corpus oraux ou audiovisuels une fois qu’on a terminé de les exploiter et qu’on passe à un autre sujet… Mais sans doute cela ne suffit-il encore pas ! Pour déposer ses propres données, il me semble qu’il faut trois autres critères : une prise de conscience patrimoniale1, qui fait dire que les matériaux qu’on a collectés ou constitués sont des traces d’un temps définitivement disparu ; il faut aussi un interlocuteur en qui on ait une totale confiance (une institution dotée de la continuité et d’un ensemble de règles stables, fiables et déontologiques) ; enfin, il faut sans doute ressentir une forme de «réceptivité sociale »…

du côté des institutions, les craintes ne sont pas totalement absentes non plus : crainte d’être dépouillé ou de se faire désapproprier si on « ouvre » trop largement l’accès aux ressources, crainte d’être complices de diffamation ou d’atteintes à la vie privée si la diffusion n’est pas bien maîtrisée, désir de contrôle, crainte de la lourdeur de la gestion des droits de propriété et d’usage, crainte des ayant droits..

En face de ces craintes, il me semble qu’il y a autant de chantiers à ouvrir :

– Inventer les outils documentaires pour permettre la diffusion, mais surtout pour améliorer la description, la comparaison et l’analyse à la fois rapide et fine des corpus, et former les « producteurs-auteurs » des corpus oraux ou audiovisuels

– Ouvrir le chantier juridique et déontologique concernant la diffusion des contenus, du côté des enquêteurs, des enquêtés, des chercheurs et des conservateurs…Définir des « bonnes pratiques » !

– Investir dans de la réflexion sur la diffusion : diffuser quoi ? diffuser comment ? diffuser pourquoi ? diffuser pour qui et pour quels publics ? selon quelles règles ?

– Investir dans la réflexion sur la restitution aux populations enquêtées ou observées : comment le faire ? avec quels outils ? En étudiant quel impact a ce partage ou cette restitution sur les populations concernées ? Et aussi, en étudiant quel impact la restitution de la recherche vers les groupes sociaux étudiés a à son tour sur la recherche elle-même (interactions) ?

Au vu de la complexité de tous ces chantiers, on devine aisément que la clef de la réussite se trouve dans un travailler-ensemble…

Crédits photographiques : merci à Raphaël Parejo-Coudert, association Txoke.

http://histoire-education.revues.org/index352.html
  1. cf. La rupture patrimoniale de Michel Rautenberg, Editions à la croisée, 2003 []

Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Depuis quelques temps, trotte à la phonothèque de la MMSH l’idée de géolocaliser les archives sonores de la recherche pour permettre de nouveaux accès plus interactifs, plus simples et plus ludiques.  Pour formaliser le projet et trouver les moyens de le mettre en oeuvre, nous nous sommes associés à Paroles Vives, une association d’ethnologues qui réalise des enquêtes  de terrain et a le souci de la contextualisation des données. Ensemble, nous avons constitué un dossier de financement qui a été présenté en juin 2010 auprès d’un fonds de soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur qui semblait propice à ce type de projet. Il s’agissait d’e-services et territoires qui a pour objectif de développer les usages et les services du numérique en région PACA. Nous imaginions un parcours à travers la ville de Marseille, et de ses alentours, qui provoquerait – au détour d’une rue d’un monument, d’un espace -, une écoute contextualisée de la paroles d’anonymes enregistrés par les ethnologues, les historiens, les linguistes, les sociologues, … ou tous ceux qui ont utilisé la source orale dans le cadre de leur recherche et souhaité qu’elle puisse être écoutée par tous, dans le respect des droits de la propriété intellectuelle, littéraire, artistique.

Le projet prévoyait des modalités d’écoute adaptées à la vie du citoyen : en mobilité ou installé bien au chaud avec un téléphone portable, un lecteur mp3, une tablette, une liseuse multimédia ou tout simplement son ordinateur. Pour le mettre en oeuvre, nous proposions une application multimédia (mashup) avec un wiki et une carte Googlemaps. Nous tirions notre inspiration – entre autre – d’un autre domaine, celui de l’archéologie. Nous avions trouvé exemplaire le travail mené au sein de l’Institut français du Proche-Orient sur l’Annuaire des missions archéologiques françaises au Proche-Orient. Les sites archéologiques y sont très simplement signalés sur une carte du Proche-Orient accompagnés d’une série de métadonnées. Un outil efficace et astucieux qui avait l’avantage d’insister sur la contextualisation. Or ce critère  nous paraissait central pour que les données sonores puissent être comprises, interprétées convenablement et citées avec précisions.

Nous n’avons pas été retenus par le jury de e-services et territoire mais le projet était lancé et nous l’avons conservé dans nos cartons. D’autant que quelques semaines après notre présentation les sound maps n’ont pas cessé d’être publiées en ligne : carte de Londres, carte de Lisbonne, carte de Montréal. Marseille n’a toujours pas la sienne, et nous cherchons encore à présenter le projet, trouver des collaborations, des soutiens techniques et financiers. Aujourd’hui, nouvelle étape, nous avons présenté le dossier devant le Brief collectif de présélection du carrefour des possibles qui se déroulera mi-janvier à Marseille. Une bonne expérience : si vous avez un projet dans le domaine des usages innovants des technologies de l’information et de la communication, n’hésitez pas à entrer dans le processus et proposer de la présenter. Vous aurez beaucoup à y gagner sur la formalisation de votre présentation publique et vous y recevrez des conseils avisés pour consolider la constitution d’un réseau dans le domaine, pour améliorer votre référencement, pour mettre en place une stratégie de communication virale… Ce sera aussi l’occasion de découvrir des projets riches de leurs différences, tous créatifs et innovants. Ce matin là nous avons ainsi découvert un mur communiquant, un projet d’innovation auditive, une plateforme collaborative pour l’enseignement (Jog educ), une galerie d’art créée sur la terre de Metaversel avec Second Life sous le nom de Tournicoton, des objets augmentés en vue d’intégrer les objets numériques dans l’habitat, un moteur de recherche sur la vie culturelle à Marseille… Peut-être à bientôt dans un carrefour des possibles.

A lire : la présentation de la matinée du Brief du 3 décembre par la galerie Tournicoton.

En tête du billet, la page d’accueil de la carte sonore de Lisbonne : http://www.cincocidades.com/en/soundmap/

Musiche tradizionali in Abruzzo : les collectes de Diego Carpitella

Diego Carpitella (1924-1990) était un ethnologue et ethnomusicologue qui a longtemps arpenté l’Italie pour collecter des enregistrements, des images et des films de la société rurale italienne qu’il voyait disparaître. Entre 1968 et 1970, il est nommé professeur d’histoire de la musique à l’Université de Chieti, dans les Abruzes. A cette époque, il a déjà enregistré plus de 5000 chants de tradition orale sur tout le territoire en collaboration avec Ernesto de Martino (entre 1952 et 1958) et Alan Lomax (entre 1952 et 1954). Lorsqu’il prend son poste à l’Università D’Annunzio, il est convaincu qu’il en est fini de la transmission orale, que la société industrielle et l’exode rural ont bouleversé le monde paysan et que le collectage sur le terrain n’apporte que des bribes de mémoire d’une vie culturelle qui n’existe déjà plus. Pourtant, à l’occasion d’un travail de « Tesi » d’un étudiant de lettres, Ferdinando d’Amario originaire de la région de Chieti, il va participer à une série d’enregistrements et se laisser surprendre par la vitalité des chants et de la musique traditionnelle de cette région pauvre et montagneuse.

Cette aire géographique il la connait bien pour avoir écouté les enquêtes de son collègue Giorgio Nataletti, enregistrées entre 1948 et 1949 et celles d’Alan Lomax en 1954. Il connait certainement aussi celles de Don Nicola Jobbi, enregistrées en19681 et celles d’Elvira Nobilio en 1958 et 19592. Il a lu les différents catalogues établis par les folkloristes du 19e siècle, et en particulier Gennaro Finnamoro, médecin arpenteur infatigable de la région de Chieti qui a transcris de nombreuses chansons et dont Flippo de Cinque a établi les partitions. Enfin, il a beaucoup collecté dans la région voisine des Molises, à la fois proche et lointaine culturellement.

Sur le terrain, fidèle à sa démarche d’ethnomusicologue à la recherche de littérature orale, Diego Carpitella n’enregistre sur ses 19 bobines que ce qu’il considère comme des « oeuvres orales » : chanson, proverbe, comptine, poésie, morceau instrumental, conjuration… En tout, entre le 28 juin et le 6 juillet 1970, il recueille 148 documents sonores. C’est cette collecte que publie aujourd’hui l’Academia di Santa Cecilia dans sa collection aEM et que Domenico di Virgilio nous présente, accompagnée d’un disque compact qui nous donne à entendre trente-neuf extraits sonores. Un article de la linguiste Annunziata Taraschi3 vient éclairer la langue des textes interprétés. Elle s’appuie là encore sur Gennaro Finnamore, lui même natif de Gessopalena – un des lieux de la collecte -, qui publia en 1880 un Vocabolario dell’uso abbruzzese (1880).

Ainsi, dans la province de Chieti, en neuf jours, Diego Carpitella a enregistré dans les villages de Civitella-Messer-Raimondo, Palena, Gessopalena et Quadri. La voix, et surtout la voix des femmes, domine la collecte (119 morceaux sont pour voix seule) ; une trentaine sont des morceaux instrumentaux et là c’est l’accordéon diatonique qui l’emporte. Dans ces années 1970, il a déjà remplacé tous les autres instruments (zampogna, guitare battante, violon) avec, comme fonction principale, l’accompagnement de la danse.

Une voix grave nous salue : “Ora me ne varzë sòpra un petalo di vasanicòlë, mille buongiòrno lë lascio al fratello Nicolë” (Maintenant je m’en vais sur un pétale de basilic, mille bonjour au frère Nicolas – plage 25). Ce disque est un voyage étrange dans des traditions ancestrales qu’il nous semble connaître. Les chants issus du travail collectifs, la récolte du blé et son battage, la cueillette des olives (plages 4, 6, 10, 11, 13), sont quasiment hurlés. Domenico Di Virgilio démontre cette énergie en visualisant des sonogrammes mais l’auditeur ressent à l’écoute la contraction excessive des muscles du cou du chanteur. Dans ce répertoire, il y a aussi des expériences à partager. Par exemple, si votre fils est atteint de la teigne ou de “crispella” (streptocoque de Fehleisen), essayez donc les exorcismes formulés à Palena (plages 16 à 19), comme alternative à la médecine classique. Pour endormir un bébé, tentez de reproduire ces redoublements de la dernière vocale des refrains que l’on entend dans les berceuses (plages 35-36), la sensation de sanglot le calmera. Les modes musicaux et des timbres des voix nous transportent dans un monde oublié. Parmi les enregistrement les plus archaïques, écoutez le “chant à la balançoire” (plage 15) que Gennaro Finamore avait lui même collecté au début des années 1900.  Son interprétation est bien loin de la littérature enfantine où ce type de chant a été relégué par les folkloristes. Ce voyage à travers le temps dans lequel nous plonge cette documentation sonore est émouvant ; il nous aide à reconstruire le monde des musiques traditionnelles.

Références de l’ouvrage : Musiche tradizionali in Abruzzo. Le registrazioni di Diego  Carpitella (1970), a cura di Domenico Di Virgilio,  2010, € 20.

Crédits photographiques : Trebbiatura con cavalli, 1953, image reproduite avec l’aimable autorisation de Gino Di Guglielmo, sur le site Com’eravamo.

  1. dépôt à la discoteca di Stato, Rome []
  2. dépôt au Circolo Gianni Bosio, Rome []
  3. Parole, combinazioni e suoni nel dialetto cantato []

Appel à communication : Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS. Un colloque sera organisé le 30 novembre 2010 sur cette thématique.

Pourront être abordés, à partir d’exemples concrets, les thèmes suivants (liste ouverte) :

  • La mise à disposition de sources sonores et audiovisuelles en direction de la communauté scientifique internationale
  • Les questions d’accès aux sources sonores et audiovisuelles au regard de la publication scientifique sous leurs différents aspects institutionnels, légaux et matériels
  • La question de la fiabilité des mémoires numériques (qualité des supports, compatibilité et pérennité des formats, etc.)
  • La question des formats et de leurs standards ainsi que des outils de consultation et d’exploitation
  • L’amélioration de la lisibilité des archives sonores et l’accroissement de la masse critique des archives mises à la disposition des chercheurs
  • Les outils pour retrouver les réflexes érudits des éditions en ligne de sources sonores et audiovisuelles éditées : citabilité, notes, index…
  • La place des archives sonores et audiovisuelles au sein des Humanités numériques dans la recherche en Sciences Humaines et Sociales
  • La diffusion des sources auprès des populations enquêtées.

Les articles sélectionnés seront publiés dans un ouvrage collectif édité en ligne.  Ils devront permettre le lien entre le son et le texte, la source et l’analyse .

Comité scientifique :

  • Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
  • Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
  • Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université Lyon 2 et à l’Institut d’études politiques de Lyon)
  • Sylvie Mellet (Directeur de Recherche CNRS, MSH de Nice)
  • Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
  • François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Modalités pratiques

Date limite d’envoi du résumé des communications : 7 juin 2010

Réponse du comité scientifique : 26 juillet 2010

Date limite de réception des communications : 18 octobre 2010

Date du colloque : 30 novembre 2010

Lieu : Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Paul-Albert Février

Les inscriptions, les résumés et les communications seront établis par courriel : ginouves<@>mmsh.univ-aix.fr

Organisation

  • Véronique Ginouvès (MMSH),
  • Laure Principaud (MMSH),
  • Thierry Rosso (LASMIC).

Crédits photographiques : Affiches, V. Ginouvès.

Chercheurs vos papiers !

leo-ferre1Au cours de leur vie professionnelle, les chercheurs rassemblent et exploitent des sources de natures diverses et produisent leurs propres archives : tous ces papiers s’accumulent – et parfois se perdent – sans que leur exploitation puisse toujours être complète ni partagée de façon pérenne avec la communauté scientifique. Un programme de recherche s’est ouvert à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme qui s’intéresse aux Archives de terrain en Sciences humaines et sociales. Dans le cadre de ce programme, des formations seront proposées régulièrement aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants pour les aider à traiter et valoriser ces « papiers » quels qu’ils soient : textes, images ou sons.

Ces journées ont également pour but de faire connaître les plateformes techniques ainsi que les initiatives nationales et internationales ou les outils génériques susceptibles d’être utilisés par la communauté scientifique. Elles voudraient accompagner l’acquisition de nouvelles compétences pour pouvoir dialoguer avec les spécialistes de l’édition électronique, de la diffusion et de l’archivage de sources car de plus en plus, la mise en place de projets ou de programmes, demandent une technicité accrue en gestion documentaire, informatique et administrative. L’objectif est donc de s’approprier les outils pertinents, d’appréhender une chaîne de traitement des documents, de connaître les standards de la communauté scientifique internationale, afin d’apprendre à partager ses savoirs et à bénéficier de ceux des autres.

Une première journée de formation sera organisée le jeudi 26 novembre 2009 à la MMSH (salle Paul-Albert Février) sur la constitution d’un cahier des charges d’un chercheur pour la diffusion, l’archivage et la valorisation de ses sources.

À travers un cas concret – la mise en ligne des archives manuscrites éthiopiennes, animée par Anaïs Wion – nous voulons montrer les étapes nécessaires pour réaliser un espace de travail et de publication des corpus de plusieurs chercheurs. Le point commun de ces corpus est leur nature : il s’agit de documents d’archives d’époques très variées (du XIe au XX siècle) qui couvrent l’ensemble du territoire éthiopien.

Cette journée est destinée en priorité aux chercheurs qui doivent gérer des projets ou des corpus de sources numériques. L’entrée est libre, sur inscription.

Programme  :

9h30-10h30 – Intervention d’Anaïs Wion, chercheure au CEMAf (Centre d’Études des Mondes Africains) : De l’analyse des besoins à la valorisation : exploitation des archives manuscrites d’Éthiopie [médiévaux, modernes et contemporains].

10h30-11h30 – Intervention de Richard Walter, Responsable du Service éditorial et Publications électroniques, IRHT (Institut de recherche pour l’histoire des textes : Gérer un projet d’édition de sources : à l’interface entre recherche et informatique / entre chercheurs et ingénieurs…

11h30-12h30 – Confrontation d’expériences

14h-16h – Mise en pratique, en dialogue avec Richard Walter (IRHT) et Anaïs Wion (CEMAf) : Les différentes étapes pour la réalisation d’un projet d’édition de sources

Tous deux essaieront de répondre aux questions qui se sont présentées au cours de leur projet éditorial, comme par exemple :
–    Quels documents numériser ?
–    Que signifie la notion de « livrable » ?
–    Quels sont les us et coutumes d’un cahier des charges ?
–    Pourquoi et comment documenter les procédures de travail ?
–    Comment trouver l’équilibre entre précision et efficacité ?
–    Comment construire un dialogue entre chercheurs et éditeurs ?
–    Quels outils pour construire un dialogue entre les chercheurs ? (wiki, workshop, …)
–    Des désirs aux réalités… comment réussir à adapter son projet initial aux conditions possibles de sa réalisation ?
–    Comment indexer des documents textuels ?
–    Peut-on lier l’image du document, sa transcription et sa traduction ?
–    Quelle langue choisir pour une communauté de travail internationale ? (France, USA, Allemagne, Ethiopie)

16h-17h : échanges et bilan.

Entrée libre sur inscription par courriel auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh[point]univ-aix[point]fr

Crédit photographique : Flickr de PiroTeK, Leo, licence CC.
Un pensée pour Léo Ferré qui a inspiré le titre de la série de séminaires à venir…

Poète vos papiers

Bipède volupteur de lyre
Epoux châtré de Polymnie
Vérolé de lune à confire
Grand-Duc bouillon des librairies
Maroufle à pendre à l’hexamètre
Voyou décliné chez les Grecs
Albatros à chaîne et à guêtres
Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !
Poète, vos papiers !

J’ai bu du Waterman et j’ai bouffé Littré
Et je repousse du goulot de la syntaxe
A faire se pâmer les précieux à l’arrêt
La phrase m’a poussé au ventre comme un axe

J’ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs
Qui viennent se dorer le mou à ma lanterne
Et j’ai joué au casino les subjonctifs
La chemise à Claudel et les cons dits  » modernes  »

Syndiqué de la solitude
Museau qui dévore du couic
Sédentaire des longitudes
Phosphaté des dieux chair à flic
Colis en souffrance à la veine
Remords de la Légion d’honneur
Tumeur de la fonction urbaine
Don Quichotte du crève-cœur

Poète, vos papiers !
Poète, Papier !

Le dictionnaire et le porto à découvert
Je débourre des mots à longueur de pelure
J’ai des idées au frais de côté pour l’hiver
A rimer le bifteck avec les engelures

Cependant que Tzara enfourche le bidet
A l’auberge dada la crotte est littéraire
Le vers est libre enfin et la rime en congé
On va pouvoir poétiser le prolétaire

Spécialiste de la mistoufle
Emigrant qui pisse aux visas
Aventurier de la pantoufle
Sous la table du Nirvana
Meurt-de-faim qui plane à la Une
Ecrivain public des croquants
Anonyme qui s’entribune
A la barbe des continents

Poète, vos papiers !
Poète, documenti !

Littérature obscène inventée à la nuit
Onanisme torché au papier de Hollande
Il y a partouze à l’hémistiche mes amis
Et que m’importe alors Jean Genet que tu bandes

La poétique libérée c’est du bidon
Poète prends ton vers et fous-lui une trempe
Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon
Et ta muse sera sapée comme une vamp

Citoyen qui sent de la tête
Papa gâteau de l’alphabet
Maquereau de la clarinette
Graine qui pousse des gibets
Châssis rouillé sous les démences
Corridor pourri de l’ennui
Hygiéniste de la romance
Rédempteur falot des lundis

Poète, vos papiers !
Poète, salti !

Que l’image soit rogue et l’épithète au poil
La césure sournoise certes mais correcte
Tu peux vêtir ta Muse ou la laisser à poil
L’important est ce que ton ventre lui injecte

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la Littérature

Ventre affamé qui tend l’oreille
Maraudeur aux bras déployés
Pollen au rabais pour abeille
Tête de mort rasée de frais
Rampant de service aux étoiles
Pouacre qui fait dans le quatrain
Masturbé qui vide sa moelle
A la devanture du coin

Poète… circulez !
Circulez poète !
Circulez !

A propos de l’indexation de corpus sonore en langue rare

Si le métier de phonothécaire est parfois méconnu, le rôle que joue ce spécialiste au sein de la communauté des professionnels de l’information et de la documentation, n’en est pas moins primordial : à une époque où les NTIC révolutionnent littéralement le travail des documentalistes, les archives sonores, jusque là peu valorisées, prennent tout leur sens dans un tel contexte de développement et de mutualisation des informations.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai décidé d’effectuer mon stage de Licence Professionnelle Information et Documentation [PDF] au sein de la phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence. En effet, bien que les missions confiées au phonothécaire soient communes à tous les documentalistes, la spécialisation dans le domaine de l’audiovisuel constitue à mon sens, un enjeu de taille compte tenu de l’évolution rapide et constante du métier.

Le documentaliste audiovisuel [PDF] et notamment le phonothécaire, doit aujourd’hui être capable de gérer le passage d’un fonds manuel en fonds numérique, et c’est bien là que se situe son défi. La gestion de projet, qui suppose l’investissement croissant dans la production et le travail éditorial, la responsabilité de la diffusion en ligne et la gestion des droits, constitue l’essence même du métier.

C’est pourquoi le projet de stage que m’a proposé Véronique Ginouves m’a séduite : le fonds sonore en juba-arabic sur lequel je travaille actuellement, m’a ainsi permis d’appréhender efficacement les enjeux du métier. La démarche de réflexion qu’exige un tel travail s’articule autour de quatre axes principaux :

  • Travail d’inventaire des documents
  • Numérisation et archivage
  • Analyse documentaire
  • Valorisation du corpus (édition de catalogue et mise en ligne)

Plus concrètement, le projet de traitement et de valorisation du fonds sonore de Catherine Miller repose sur le dépôt à la phonothèque de ses enregistrements audio réalisés au cours de ses recherches en ethnolinguistique. Catherine Miller a enregistré sur deux années (1981 et 1984) cinquante-sept enquêtes au Sud Soudan. Dans cette région charnière entre le monde arabo-musulman et le monde africain, s’est développée à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, une variété d’arabe véhiculaire appelée juba-arabic. Ce phénomène, qui s’est répandu tout au long du 20ème siècle, a été particulièrement observé à Juba où ont été réalisées la plupart des enquêtes. A partir de ces matériaux, Catherine Miller a étudié l’expansion du juba arabic au détriment des langues vernaculaires du Sud Soudan et le lien avec la situation économique, culturelle, politique du pays à ce moment là.

Évidemment, travailler sur un corpus sonore dont on ne connaît pas la langue rajoute encore à la difficulté de traiter le fonds. Il s’agit donc d’entretenir avec le déposant des échanges réguliers au sujet de l’avancement du travail. Au départ, mon choix s’est porté sur le corpus de Catherine Miller car mon goût pour les langues étrangères rares et l’ethnologie m’y ont poussé. Et il convient de souligner que le corpus en question était non seulement numérisé mais aussi très bien documenté.

Pourtant, même avec des fonds numérisés au préalable, le traitement documentaire reste délicat. Car qui dit documentation dit interprétation, et rien n’est plus difficile qu’interpréter une langue inconnue. Il faut dès lors se concentrer sur le contenu en faisant sans cesse des liens entre les informations léguées par le chercheur et les informations récoltées au cours de l’analyse du fonds sonore (environnement sonore, intonations des voix, hésitations, silences, rires…)

Et bien que je ne parle pas le juba-arabic, je constate cependant avec satisfaction qu’au fur et mesure de la progression de mon traitement, j’acquiers des réflexes utiles et des connaissances précieuses en matière de documentation (méthode et organisation dans le travail, méthode d’archivage, utilisation de logiciel de SGBD, thésaurus).

Vive la phonothèque!

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques :

Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for for Fith Liberty Loan in New York City, 1895. Photographie imprimée en noir et blanc. Gabriel Moulin, San Francisco, USA. Powerhouse Museum Collection. Permalien: http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920 . Pas de restriction de diffusion connue.

Soudanais de la tribu Gâlièh [1860-1920], photographie de 25 x 20,5 cm. Source Photographs and prints of Egypt and Syria. Stephen A. Schwarzman Building / Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs. Permalien: http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88421. Pas de restriction de diffusion connue.

La loi Hadopi se pointe à l’horizon de l’Assemblée nationale… ou pourquoi j’ai signé la pétition du réseau des pirates

A la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, nombre d’enquêtes de terrain enregistrées proposent du répertoire chanté ou conté en langue française ou occitane. Pour chaque chanson ou chaque conte, nous indiquons systématiquement leur titre uniforme. En effet, l’oralité est mouvante : contes et chansons passent de bouches à oreilles et sont interprétées sous des titres multiples même si ils racontent la même histoire. Ainsi, au fil des dépôts, nous découvrons de multiples versions des oeuvres orales enregistrées sur des aires géographiques parfois très éloignées.

Pour les contes, c’est la classification Aarne et Thompson qui sert de référence internationale. Elle est reprise et adaptée au domaine français par Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, accompagnés par Josiane Bru. Ce sont des outils indispensables pour l’indexation des oeuvres orales. Ces catalogues fournissent pour chaque conte une version type et un schéma détaillé du récit, des informations sur les aires culturelles où il a été recueilli, les différentes versions et éventuellement des attestations littéraires anciennes des thèmes ou tous autres éléments utiles à sa com­préhension. Prenons l’exemple du conte du Renard parrain (n°15 dans la classification Aarne-Thompson, dans la série « animaux sauvages »). A travers le portail du patrimoine oral on retrouve sept versions de ce conte dans le catalogue de la phonothèque de la MMSH et sept autres dans celui du Conservatoire occitan, centre de musiques et danses traditionnelles Toulouse/Midi-Pyrénées.

Pour le chant traditionnel francophone et occitan, les deux outils qui dominent sont les catalogues de Patrice Coirault et de Conrad Laforte. Là encore, les chansons sont présentées suivant une classification thématique et accompagnées d’informations sur leur contenu, leur forme, les aires géographiques de leur interprétation et d’une bibliographie. Il est par exemple possible de retrouver, à partir d’un titre, plusieurs versions interprétée. Patrice Coirault, par exemple, classe la chanson « Rossignolet du bois » dans les chansons d’amour poétiques, lyriques (n° 122). La recherche dans le portail du patrimoine oral de ce titre uniforme fournit plusieurs versions en Bretagne, en Provence et dans le Sud-Ouest de la France. Ainsi suivant les interprètes, les amoureux apprennent à s’aimer ou d’autrefois, le galant est accusé de tromperie et la belle imagine une vengeance à sa manière.

Il ne reste rien des noms de ceux qui ont écrit les contes ou les textes et les musiques des chansons traditionnelles. Sans auteur, compositeur ou parolier attitré, les oeuvres orales des enregistrements de terrain engagent uniquement les droits de l’interprète. Les choses se compliquent quand, lors d’une enquête, il prend l’envie soudaine à un témoin de chanter une chanson entendue au hasard de sa vie… car la culture est vivante : elle est faite de rencontres, d’émotions et d’appropriations.

Soyons plus précis et prenons l’exemple de deux collections enregistrées à trente ans de différence en Vésubie (Alpes-Maritimes). La première a été réalisée dans les années 1967 et 1968 par Bernard Lortat-Jacob qui s’intéressait à la façon dont se construit un répertoire chanté dans une commnunauté.  Au milieu des polyphonies piémontaises et nissardes l’ethnomusicologue questionne une petite fille sur les chansons qu’elle aime chanter et elle entonne, entre deux comptines, « Petit papa Noël ». Tino Rossi apprécierait peut-être mais pas la SACEM. La seconde collecte a été enregistrée dans les années 1990. Patrick Vaillant s’intéressait alors au répertoire de Zéphirin Castellon. Ce musicien et compositeur traditionnel a intégré dans son répertoire des chansons qu’il a aimé entendre. Avec ses compagnons il propose une interprétation polyphonique dans la plus pure tradition des Vallées occitanes d’Italie de « Je veux t’aimer » de Frédéric François… Impossible pour la phonothèque de mettre en ligne de tels enregistrements pour des questions de droit d’auteur, nous le savons. Mais avons nous même le droit aujourd’hui de citer dans la base de données les titres des oeuvres d’auteurs ? C’est la question que l’on pourrait se poser en observant l’évolution du site Paroles.net, un site que l’équipe de la phonothèque a souvent utilisé pour repéré des oeuvres musicales de type « variétés ». Depuis quelques temps déjà le site n’affichait plus les paroles des chansons mais signalait à l’internaute dans un encadré que « L’accès aux Paroles de Chansons est provisoirement suspendu pour une question d’autorisations ». Plus récemment encore, un nouvel encadré est venu s’ajouter informant que le site n’affichait plus d’indiquer les noms des interprètes, des paroliers ou des compositeurs « pour les mêmes raisons »

Nous qui documentons les enquêtes de terrain avons nous le droit de signaler les titres de ces chansons, leurs interprètes et leurs auteurs dans nos base de données d’archives sonores ? Devrions-nous sélectionner dans nos fonds uniquement les interprétations d’un monde dévolu où la chanson n’avait pas de propriétaire ? Les anthropologues s’intéressent au contexte de l’interprétation et aux pratiques collectives bien avant le répertoire lui même. Un agriculteur des Cévennes à qui on demandera de chanter ses chansons préférées ne pourra-t-il choisir d’intégrer dans son répertoire « Alexandrie, Alexandra » ? Comment comprendre les pratiques culturelles si on doit passer sous silence les titres des oeuvres interprétées ? Et que faire aussi de la pratique des timbres qui consiste à écrire des paroles sur un air que l’on aime fredonner ? J’ai le souvenir d’une enquête enregistrée dans les Hautes-Alpes auprès d’une bergère qui aimait créer des chansons sur sa communauté en s’inspirant de mélodies de Michel Sardou. Et si à un moment il devenait possible de réclamer des droits rétroactifs à tous ces anonymes ?

La rédaction des lois a parfois des conséquences très concrètes sur le travail des archivistes et risque des blocages à la diffusion des connaissances que nous sommes encore loin d’imaginer. Voilà pourquoi, en tant que diffuseur de contenus culturels, j’ai signé la pétition du réseau des pirates dont je vous restitue ci-dessous la lettre diffusée actuellement sur le réseau.

Vous avez déjà échangé des œuvres? Vous avez déjà téléchargé des films, des tubes, mais aussi des œuvres rares, oubliées ou tombées dans le domaine public? Si tel est le cas, la loi Hadopi va bientôt faire de vous un PIRATE.

Mais si, comme nous, et comme des millions d’autres citoyens en France, vous pensez qu’il est grand temps de reconnaître ces pratiques d’échange comme inscrites dans la révolution numérique, si vous partagez la conviction qu’Internet nous offre de nouveaux espaces de liberté, et qu’il faut les protéger, nous vous invitons à découvrir et signer le Pacte pour les Libertés numériques en cliquant ici : http://reseaudespirates.net/

Pourquoi signer dès aujourd’hui et rejoindre la communauté des pirates? Parce que, dans moins de 4 jours, le débat sur la loi Création & Internet (Hadopi) reprend à l’Assemblée. Le Pacte totalise à ce jour 8000 signatures. Nous pouvons faire mieux, et atteindre 100 000 signataires dans le week-end! Cliquez ici : http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Au delà de l’actualité  de la loi Hadopi, l’ambition du Pacte est de faire des libertés numériques un élément clé de la campagne des élections européennes de juin prochain… et, plus largement, du débat public, comme Nicolas Hulot l’avait fait pour l’écologie. 

Défendons les libertés numériques : prenez le parti des pirates! http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Le réseau des pirates

Et si vous voulez d’autres arguments, allez lire cette très belle explication d’un signataire sur Blogo Numericus : http://blog.homo-numericus.net/article189.html

Crédit photographique : Men of Fort Story operate an azimuth instrument, to measure the angle of splash in sea-target practice, Fort Story, Va., mars 1942, photographie couleur (titre fourni par FSA or OWI agency caption), pas de restriction de diffusion connue. Propriétaire du fonds : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/cph.3j00108 (n°LC-USW36-963)