Archives par mot-clé : AFAS

Hommage à Jacques Tourrel

Jacques Tourrel aimait la musique, la musique chantée qui s’envole celle qui « tintinnabule », celle qui se chante en choeur et communique la complexité de la vie tout autant que sa joie. Il était aussi un collègue, qui a mis au service de tou.te.s son érudition et ses compétences avec une immense générosité. Continuer la lecture de Hommage à Jacques Tourrel

Le nouveau « Bulletin de l’AFAS – Sonorités » (n°43) en ligne

Le Bulletin de l’AFAS. Sonorités numéro 43, est en ligne et – comme pour le numéro 42 – dès la mi septembre, il sera en vente au format papier sur la plateforme I6Doc.

Ce nouveau numéro s’ouvre sur un hommage à Anne Roche. Professeure de littérature à Aix-Marseille Université, elle a souvent utilisé l’histoire orale et principalement le récit de vie dans ses recherches. Elle avait publié, en 1992, un article qui s’appuyait sur des entretiens auprès d’appelés pendant la guerre d’indépendance de l’Algérie. Continuer la lecture de Le nouveau « Bulletin de l’AFAS – Sonorités » (n°43) en ligne

Le bulletin de l’AFAS. Sonorités s’achète en ligne !

Aujourd’hui, se termine un long périple pour le Bulletin de l’AFAS. Sonorités qui est désormais en vente en ligne sur le site de la librairie des documents scientifiques I6doc1. Ce projet collectif de mise aux standards et aux normes éditoriales de la revue de l’association française des documents sonores, oraux et audiovisuels a commencé il y a deux ans et s’est appuyé sur plusieurs collaborations : celle des membres actifs de l’AFAS, bien sûr, mais aussi d’une enseignante l’Ecole Estienne et de ses étudiants ainsi que de l’équipe de Revues.org qui nous a suivi tout au long du parcours et dont la plateforme héberge la revue depuis 2010. Si vous voulez en savoir plus sur cette aventure éditoriale, parcourez le rapport d’activité 2014-2016 de l’association. Si vous souhaitez lire en ligne le numéro 42 de la revue, comme d’habitude, rendez-vous sur Revues.org. Mais si vous préférez le faire au format papier, il vous en coûtera 8.50 euros pour recevoir la revue chez vous. Enfin, si vous adhérez à l’association en ce début de 2017, vous recevrez un exemplaire du bulletin 42 pour vous remercier de votre confiance.

 

Image à la une : page de présentation du Bulletin de l’AFAS. Sonorités sur le site d’I6doc.

  1. A travers I6doc la revue est désormais en vente en « impression à la demande » ou « print on demand » ou POD. []

Assemblée générale de l’AFAS, 26 janvier 2017, Paris

L’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS) et sa revue font peau neuve ! Son assemblée générale, le 26 janvier1 accueillera les anciens et les nouveaux adhérents, toutes celles et ceux s’intéressent aux archives sonores orales ou audiovisuelles ou qui utilisent cette source pour leurs travaux. Vous êtes tou.te.s bienvenue pour participer aux activités de l’association et apporter vos idées pour la développer. Continuer la lecture de Assemblée générale de l’AFAS, 26 janvier 2017, Paris

  1. L’AG aura lieu à 19 h à l’EPHE, Bâtiment France, 190 avenue de France, 1er étage, salle 114, métro Quai de la gare []

Parution du nouveau bulletin de l’AFAS (n°42)

En 2015, l’AFAS changeait son intitulé, devenant ainsi « Association des archives sonores, orales et audiovisuelles ». En 2016, les changements continuent… Le comité de rédaction de l’association a travaillé étroitement  avec l’école Estienne pour produire une nouvelle maquette qui sera bientôt accessible en impression à la demande en ligne. Continuer la lecture de Parution du nouveau bulletin de l’AFAS (n°42)

Appel à contributions : présentation d’un corpus sonore ou audiovisuel

Appel à contributions pour l’AFAS – Association française des archives orales, sonores et audiovisuelles : présentation d’un corpus sonore ou audiovisuel

Date limite de d’envoi : 30 octobre 2016
(cet appel sera régulièrement diffusé pour enrichir la rubrique  du bulletin « Collectes en collection »)

Le comité de rédaction du Bulletin de l’AFAS propose aux détenteurs ou aux utilisateurs de fonds sonores et audiovisuels de présenter un corpus archivé, documenté et accessible dans un article qui sera publié dans les futurs numéros. L’article (10 000 à 12 000 caractères maximum) présentera un corpus et son contexte de production, la façon dont il a été archivé, catalogué, diffusé et des exemples de valorisation qui auront été réalisés. Il mettra en avant un projet de médiation ou de valorisation particulier (cartographies, projets collaboratifs ou de crowdsourcing, focus sur certains publics,…) ou d’interropérabilité (formats de métadonnées, référentiels, plateformes…) ou encore un travail en réseau original. Ces corpus pourront être issus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales inédits, édités, télé ou radiodiffusés (témoignages oraux, musicologie et ethnomusicologie, littérature orale, paysage sonore, théâtre, poésie… ).

Protocole de rédaction : http://afas.revues.org/2451
Lire le dernier numéro de la revue (n°41) : http://afas.revues.org/2936

Les propositions seront soumises au Comité de rédaction de l’AFAS :
– Sylvère Aït Amour
– Rémy Besson
– Pascal Cordereix
– Florence Descamps
– Myriam Fellous-Sigrist
– Véronique Ginouvès
– Marie-Barbara Le Gonnidec
– Rosa Olmos
– Claire Scopsi
– Martine Sin Blima-Barru

Vous pouvez soutenir l’AFAS en adhérant à l’association. Merci de votre contribution.

 

Crédits photographiques : SDASM (San Diego Air & Space Museum), N° 12_00303, Zeppelin with mast, n & blanc, 8 x 10. Pas de restrictions de droit connues.

Parution du nouveau bulletin de l’AFAS

En 2015, l’AFAS a modifié  son nom en ajoutant aux documents « sonores et audiovisuels » les document « oraux ». Désormais AFAS signifie Association des archives orales, sonores et audiovisuelles. En effet, depuis quelques années l’histoire orale et les archives orales étaient de plus en plus présentes dans les articles du bulletin. Il en va de même dans ce nouveau numéro 41 qui vient de paraître (hiver 2015).

Florence Descamps, présidente de l’associationn nous présente, dans son éditorial, ce numéro comme une pause rétrospective car il offre l’occasion d’une réflexion sur l’histoire orale et  les différents courants d’histoire orale en France et à l’étranger : Qu’est-ce que l’histoire orale et qu’est-elle devenue ? Comment et pourquoi a-t-elle été « inventée » ? Quels ont été ses grandes intuitions d’origine et y est-elle restée fidèle ? Quels sont ses enjeux épistémologiques, sociaux et technologiques aujourd’hui ? Pour lancer le débat et ouvrir le dialogue, le numéro débute par un très beau texte, qui conserve son oralité, issu d’une conférence de Giovanni Contini sur l’histoire orale « à l’italienne » et il est suivi par une réponse sur l’histoire orale « à la française ».

Voilà une belle occasion de voyager avec ce numéro dans l’oralité puisque les textes présentés passent par le Canada, la Suisse et voguent sur les océans à travers les compagnies maritimes françaises… Bonne lecture !

Dernière information : pour la première fois, depuis le numéro zéro du bulletin, vous ne pourrez pas le lire au format papier mais en ligne, en texte intégral, sur le site de la revue.

N’hésitez pas à soumettre des articles au comité de rédaction (en langues française ou anglaise) de l’AFAS.

Comment adhérer à l’AFAS ?

Crédits photographiques de la photographie « à la une » : Dans le village d’Amalfi, plaque de verre de la bibliothèque du Congrès, vers 1910 ou 1915. Pas de restrictions de droits connues.

Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Le mardi 27 janvier, l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS –http://afas.revues.org) organise une rencontre autour du témoignage oral à travers les sciences humaines et sociales sous le titre « Nommer et définir les archives sonores : les témoignages enregistrés. Exemples méditerranéens » à Aix-en-Provence, MMSH.

Le terme « témoignage » est profondément polysémique; il traverse aujourd’hui plusieurs univers ou domaines professionnels : la confession de foi religieuse, l’enquête policière, le monde judiciaire et pénal, le journalisme, la littérature, la communication, les sciences humaines et sociales… L’AFAS s’intéresse plus particulièrement aux témoignages enregistrés, dans un cadre patrimonial, scientifique, pédagogique ou culturel. Continuer la lecture de Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Appel à communication/Call for papers, AFAS n°40

Le dernier Bulletin de l’AFAS, association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (n°39 2013) vient d’être mis en ligne sur le site de l’association. Pour le numéro 40 (à paraître fin 2014), le comité de rédaction du bulletin lance un appel à communication. Il s’adresse aux centres de ressources en France ou à l’étranger qui gèrent, conservent, et valorisent, des archives sonores et/ou audiovisuelles. L’article doit présenter leur retour d’expérience en particulier sur la mise en ligne des documents.

– Le texte peut être en français ou en anglais (maximum 20 000 signes) ;
– Le protocole de rédaction est accessible ici : http://afas.revues.org/2451
– Les propositions sont à envoyer par courriel à : liste-afas<@>listes.revues.org
– Date limite : 20 juillet 2014

AFAS is a French association dedicated to sound and audiovisual archives (n°39 2013). For the 40th issue of its journal, the AFAS Bulletin, a call for proposal has been posted by the editorial team on the association website. The team is interested in papers dealing with archives repositories located in or outside Europe and in charge of curating, preserving and disseminating sound and audiovisual collections online. Papers should present and reflect on online dissemination experiences or projects. This 40th issue of the AFAS Bulletin will be published at the end of 2014.
– The text can be either in French or in English (maximum 20 000 characters).
– Notes for authors are available here (only in French): http://afas.revues.org/2451
– Proposals have to be sent by email to liste-afas@listes.revues.org.
– Copy deadline: 20th of July 2014.

Crédits photographiques : Town crier, Terschelling Island, 1938, Archives nationales des Pays-Bas, pas de restrictions de droit connues.

Les phonothèques entre recherche et culture : 20 ans après

En 1992 l’Association des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) publiait en collaboration  avec un laboratoire du CNRS, le Centre de recherche sur l’histoire orale et les parlers régionaux (CREHOP), les actes d’un colloque qui s’était tenu sous le titre Les phonothèques entre recherche et culture. Aujourd’hui, le numéro est republié sur le site de l’association et l’internaute peut découvrir que les problématiques évoquées alors sont toujours d’actualité. L’introduction de Jean-Noël Pelen a d’ailleurs été reprise en hommage dans le dernier Bulletin de l’AFAS qui sera aussi bientôt en ligne sur le site de l’association. Elle reprend l’histoire de ces phonothèques de l’oral qui ont émergé dans les années 1970. Certes, le texte est parfois daté, comme lorsque l’auteur envisage le déclin du terme « patrimoine » (paragraphe 18) mais il reste limpide et pose les questions toujours essentielles, auxquelles les gestionnaires de collections sonores doivent toujours faire face. Son analyse sur les sources de la recherche en SHS et leur conservation par les chercheurs qui la crée est toujours d’actualité, celle sur les tris que doivent opérer les archives et sur leur statut scientifique demeurent encore à discuter (paragraphes 22 et 23) :

On sait qu’aujourd’hui, d’une manière générale, les « sources » ne se publient plus. Tout chercheur donc qui documente sa recherche – et nous intéresse ici celui qui le fait par l’enquête orale enregistrée – doit conserver ses sources comme preuves de la qualité de sa démarche et de sa réflexion : on ne détruit pas une source constituée, fût-elle orale et exploitée. Pourquoi donc une source aussi fragile que les enregistrements oraux ne serait-elle pas alors déposée dans le seul lieu apte à la conserver et la rendre consultable : la phonothèque ? Secondement aucun chercheur n’épuise sa source : pourquoi donc ne pas permettre qu’un jour cette source ne soit relue et surtout réentendue ? Ne serait-ce pas là un des idéaux de la recherche, un idéal quasi déontologique ? En troisième lieu si une documentation personnelle ne constitue pas une source, plusieurs réunies ne le feraient-elles pas, ne serait-ce que relativement à ceux qui l’ont élaborée dans le cadre d’une discipline dont on fera un jour l’histoire ?

Mais peut-être, effectivement, tout document ne doit-il pas entrer à la phonothèque. II y a celui qui, par trop privé ou par trop impliquant le témoin, ne peut être consulté en libre accès. C’est un cas simple. Il y a surtout les documents de faible pertinence, et c’est peut-être là, me semble-t-il, que les choses doivent évoluer. Dans l’engouement des années 1970, on considérait comme document à préserver pratiquement tout ce qui était enregistré. Il faut, en réalité, trier. Si l’on convient que les « œuvres » de tradition orale doivent rester – parce que repérables, référenciables, catalogables, érigeables donc en documents, d’un type qui est par ailleurs le plus demandé par les questionneurs des phonothèques –, qu’en est-il des témoignages parlés ? Il y a, parmi eux aussi, des cas simples : le témoin s’est révélé inintéressant ou, au contraire, passionnant. Mais les cas individuels ne peuvent alimenter ni donner sens à eux seuls aux phonothèques de l’oral. Doivent entrer à la phonothèque desensembles conséquents, réellement représentatifs du domaine culturel enquêté, du discours collecté, dans le sens que nous avons donné à ce terme. Cette représentativité est fonction du volume des matériaux enregistrés, de la qualité de l’enquêteur qui a créé le fonds, et notamment de son sens de l’écoute dans l’acception large du terme (l’écoute véritable est un questionnement et vice versa), de la qualité de la parole des enquêtes, laquelle est souvent donnée par la qualité de l’écoute. C’est cette ampleur quantitative et qualitative qui seule crée une véritable source, inépuisée par la recherche qui l’a produite, comme ne l’épuisera pas l’écoute suivante. Seule cette source ample et profonde peut témoigner de richesse ou de patrimoine oral, l’abandon dont nous avons parlé à propos de ces notions n’étant ainsi que provisoire : une documentation basée sur des exigences accrues permet de réasseoir leur véritable légitimité. En dernier lieu, cette source ample, élaborée selon des critères exigeants, justifie en quelque sorte la phonothèque de l’oral, de par son contenu lui-même comme par le fait que celui-ci peut nourrir la recherche et l’action culturelle. Je précise au passage qu’il n’entre pas dans mon idée de donner à l’action culturelle ou à la recherche une place respective en amont ou en aval par rapport à l’élaboration d’un fonds de documentation de l’oral. En aucun cas on ne peut prétendre que le terrain est réservé au chercheur plutôt qu’à l’action culturelle ou inversement. Je constate simplement que, de façon générale, la recherche laisse plus de temps à l’émergence dans l’enquête d’un véritable discours déployé que ne peut le faire l’action ou la valorisation culturelle, ceci pour des raisons intrinsèques à chacune des deux démarches, la première étant que ce déploiement est indispensable à une recherche qui se respecte. Toutefois la recherche se préoccupant peu de valorisation, il est vrai aussi que certaines des plus belles documentations de l’oral ont été faites par des militants culturels, motivés par leur désir de valorisation culturelle. Il y aurait là, me semble-t-il, un véritable espace de débat entre nous. On ne sauve pas une culture en la collectant : on en porte simplement témoignage, en en donnant une représentation. N’est-il pas possible de réfléchir à ce que recherche et action culturelle peuvent chacune pour leur part apporter à la qualité de cette représentation, dans un épaulement réciproque ? Je souligne que cette idée de représentation, c’est-à-dire de source positionnée, doit être constamment présente à l’esprit lorsque l’on parle de collectage puis de phonothèque. C’est en prenant conscience et en assumant cette relativité de représentation culturelle du collectage et de la phonothèque qu’on peut donner à ceux-ci leur statut scientifique et éventuellement, de surcroit, élargir leur représentativité.

Je vous laisse découvrir ce texte dans sa totalité, et les 14 autres, publiés par les acteurs d’alors du monde de archives sonores : Alexis Bétemps, Jean-Claude Bouvier, Marie-France Calas,  Philippe Joutard, Donation Laurent, Claude Martel, … et d’autres encore.  Ils ont pris parfois quelques rides mais ils sont toujours pertinents et nous offre l’occasion de mieux comprendre l’histoire de cette source orale – encore méconnue – et de son utilisation. J’espère que, dans l’avenir, d’autres ouvrages ou numéros spéciaux de Sonorités publiés par l’AFAS pourront être numérisés et publiés. Pour cette publication électronique, elle a été rendue possible par le travail bénévole de Sylvère Aït Amour qui a numérisé le numéro imprimé et Arnaud Chabrol qui en a réalisé l’édition électronique. Merci à eux et bonne lecture !

Crédits photographiques :  [May Newman playing cigar box banjo she made : Palatka, Florida], McDonald, Mary Anne, Collector, 192-, Archives et bibliothèque nationales de l’Etat de Floride. Permalien : www.floridamemory.com/items/show/116014