Archives par mot-clé : Afrique

Reviving the sound archives of Tanzania

In Tanzania, since 2011, a project is raising to highlight Tanzania’s historical memory relating to the African Liberation Heritage. To safeguard and ensure the preservation of endangered public archives in Tanzania, most institutions are promoting its heritage for present and future generations sustained by the UNESCO and European Community.

Sound archives are essential to transmit the vitality, memory and oral history through the voices of the country. This heritage archive reflects the diversity of languages, cultural identities and culture of Tanzania. Continuer la lecture de Reviving the sound archives of Tanzania

Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-es-Salaam

La phonothèque de la MMSH  participe au programme européen soutenu par l’UNESCO « Safeguarding, Preservation and Promotion of the Heritage Archives of Tanzania: the African Liberation Heritage Archives ». Dans ce cadre, une formation à la collecte, l’archivage et la valorisation des archives sonores aura lieu à Dar-es-Salaam du 25 août au 5 septembre 2014. Continuer la lecture de Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-es-Salaam

Les palabres de My baobab à Dak’art

Du 11 mai au 10 juin 2012 avait lieu à Dakar la 10e biennale de l’art africain contemporain. Les dizaines d’expositions disséminées dans la ville témoignaient de la vitalité et du foisonnement de la production des artistes contemporains au Sénégal et dans toute l’Afrique. L’une d’elles, My baobab, installée à la biscuiterie de la Médina1, faisait appel à des enregistrements de terrain et proposait une écoute originale d’archives sonores. Au milieu d’une cour, entre l’exposition photographique Chronique d’une révolte, récit des évènements avant l’élection de Macky Sall,  et les sculptures de Marc Montaret, se dressait – en plein soleil – un arbre couvert de graf qui proposait son ombre et le repos sur huit bancs autour de son tronc où l’on pouvait écouter des palabres, de la musique et des chants.

Pour réaliser cette création, Luciana Penna-Diaw – ethnomusicologue à la Cité de la Musique à Paris- a proposé à DB-Agency une série d’enregistrements, issus de traditions orales ou chantées sur les scènes dakaroises d’aujourd’hui. Lord Alaji Man les a organisés2 sur une playlist que le passant écoute en passant d’une anfractuosité du baobab à une autre. Chacune d’elle dessine un petit monde à travers les grafs de Mow504 et Madzoo, traces de la mémoire collective ou des évènements marquants de l’Afrique. Avis donc à ceux qui souhaiteraient aussi partager ces palabres et transporter ce baobab sur notre continent, prenez contact avec DB Agency en écrivant à contact<@>dominiquebarbe<dot>com.

La playlist :

Tàggu naa mbaar Njaay (chant de circoncision – woyukasag), région du Kajoor

Yaay tiim ma (chant de tatouage – woyu njam), ville de Dakar

Yaa moom bès bi (chant de divertissement lors de la céramonie de dation du nom – taasu), région du Kajoor

Ndaamelosire (chant de fête – woyundaga), région du Saalum

Sàmba Mbayaan (chant destiné au roi, woyu buur), région du Waalo

Sukkeul (chant moderne, mballax), pas de lieu indiqué

Xippil xol (chant moderne, slam), Dakar

Tong tong (chant moderne, slam), Dakar

Prise de son : Luciana Penna-Diaw, enregistrements réalisés entre 2000 et 2002.

Ces enregistrements peuvent également être écouté sur le disque produit par Ocora Radio France en 2006 auquel Luciana Penna a participé.

 

 

 

 

 

Crédits photograhiques : Véronique Ginouvès, Dakar, juin 2012.

 

 

  1. Ancien bâtiment industriel de Dakar, désaffecté depuis 2003, dans un quartier qui porte son nom, la Biscuiterie a été réhabilitée et héberge régulièrement des expositions depuis 2010. []
  2. El Hadj Mansour Jacques Sagna, a été le toaster du groupe de rap Daara []

Formation : les sciences humaines et sociales sur Internet, Dakar, 4-7 juin 2012

Formation : « Les sciences humaines et sociales sur Internet » – 4 au 7 juin 2012, Dakar

Organisée par l’IRD à l’initiative d’Alice Desclaux, cette session comprend une formation sur deux jours, une conférence et un atelier.

Programme

Les deux premières journées sont commune avec l’AFIMESS (Atelier de Formation Intensive de Méthodologie en Sciences Sociales)

Lundi 4 juin, salle de conférence Hann 

9h30-12h30 :

Session 1. Comprendre les enjeux de l’édition électronique scientifique

  • Les modèles économiques
  • La mise en place d’une stratégie de publication
  • La nécessité de l’indexation et de la citabilité

14h-17h :

Session 2.

  • Mettre en place une stratégie de recherche sur le Web
  • Comment utiliser Google mais aussi les moteurs spécialisés
  • Utiliser les réseaux sociaux dans ses recherches
  • Créer un système de veille documentaire pour sa recherche

Mardi 5 juin, salle de conférence Hann 

9h30-12h30 :

Session 3

  • Maîtriser son identité numérique
  • Participer à la conversation scientifique : carnets de recherche et réseaux sociaux
  • Citer et être cité correctement sur le web
  • Mettre en place des stratégies d’egoréférencement.

14h-17h :

Session 4

  • Questions diverses
  •  Zot’attaya (Questions autour de Zotero)
  • Retour sur des questions et thèmes abordés lors de la formation

Mercredi 6 juin, salle de conférence Hann :

Conférence de Jean-Christophe Peyssard (Cléo), ouverte à des personnes extérieures sur invitation (archivistes, éditeurs, responsables édition SHS)

15h-17h :

« La nouvelle économie de la publication numérique en SHS. OpenEdition.org, une plateforme complète de publication et de communication en libre accès pour les sciences humaines et sociales »

L’internet a révolutionné l’accès à la connaissance: désormais les documents essentiels en sciences humaines et sociales peuvent être consultés et téléchargés par les chercheurs et les étudiants aussi bien en Afrique qu’en Europe. Néanmoins les modes d’utilisation ou les sites de ressources documentaires sont souvent mal connus. Par ailleurs, la recherche (via les moteurs de recherche) ou l’organisation de publications en ligne (par les éditeurs) s’appuient le plus souvent sur des organisations privées et à but lucratif, dont les logiques ne sont pas seulement basées sur la diffusion du savoir. Il est donc important de mieux connaître les initiatives publiques de diffusion de la connaissance en SHS, pour un usage de recherche, de documentation ou de publication.

Créé en 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) développe les plateformes Revues.org et Calenda, désormais bien connues des chercheurs en SHS en Europe, mais pas encore suffisamment en Afrique. Ouverte plus récemment, la plateforme Hypotheses.org donne la possibilité aux équipes de recherche de diffuser simplement et rapidement de l’information scientifique sur leurs activités sous la forme de “carnets de recherche”.

Par ailleurs, le Cléo est engagé dans un programme de numérisation et de diffusion de plusieurs milliers de livres de sciences humaines et sociales en libre accès sur les huit prochaines années. L’ensemble de l’offre éditoriale proposée à partir de ces plateformes représente un environnement cohérent de publication et de communication : OpenEdition.org. Cette initiative vise à constituer une base documentaire internationale, multilingue et en libre accès pour les sciences humaines et sociales. Elle permet la construction d’un modèle économique durable pour les publications en libre accès dans ces disciplines : OpenEdition Freemium.

Ces initiatives seront présentées et discutées au cours d’une conférence qui intéressera les chercheurs, les documentalistes et responsables de centre de documentation, les doctorants, les éditeurs en SHS, les acteurs qui appuient l’édition et la recherche au Sud…. La conférence leur permettra d’accroître leurs connaissances sur les possibilités actuelles d’accès aux ressources documentaires en SHS, et d’envisager de nouvelles perspectives en vue de la publication et la valorisation scientifiques.

Jeudi 7 juin,

salle de conférence Hann ou salle informatique :

Formation ouverte à des persnnes non chercheurs (secrétariat d’unités, chercheurs et administratifs SHS), sur inscription en début de semaine.

14h-17h : Hypotheses.org, une plateforme de carnets de recherche eb SHS, initiation au blogging scientifique, par Véronique Ginouvès et Jean-Christophe Peyssard.

 

 

Présentation de la formation

Objectifs :

Cette formation en trois volets devrait permettre de comprendre les relations entre les modalités de circulation des publications et des ressources numériques en SHS, les usages des réseaux sociaux, la mise en place de stratégies de recherche et de veille sur Internet et d’appréhender comment, dans cet environnement, développer son identité numérique. Les grands enjeux scientifiques suscités par le développement d’Internet, la vitalité du Web en SHS et les pratiques de coopération et de publication scientifiques seront mis au centre de la formation. Une présentation des principales tendances et du paysage actuel de l’offre numérique dans le domaine de l’édition scientifique permettra d’éclairer ces enjeux et leurs perspectives.

Methode :

La formation propose une mise en pratique sur des postes informatiques à partir d’exemples en SHS et plus particulièrement sur les sujets des participants.

Thèmes abordés :

1. Comprendre les enjeux des modèles économiques des publications sur internet pour mieux cibler sa stratégie

Cet axe de la formation sera assuré par un membre du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo, http://openedition.org). Il abordera les bouleversements qu’ont connus les publications en sciences sociales tant du point de vue éditorial, qu’économique et technologique ; les critères d’évaluation de la recherche de type quantitatif seront abordés. L’objectif est de proposer un panorama des enjeux et des évolutions et comment s’orientent les nouveaux usages à venir.

2. Renouveler sa  stratégie de recherche sur Internet en sciences humaines et sociales et réaliser une veille efficace sur  Internet

L’objectif est de comprendre comment l’information est organisée sur Internet pour bien sélectionner les outils de recherche et repérer les ressources de qualité en sciences humaines et sociales. Les enjeux du Web ainsi que des différents modes de coopération et d’échange d’information au sein de la communauté SHS seront abordés. Face au foisonnement d’information sur Internet, certains outils permettent d’organiser les données de façon active et organisée, en assimilant efficacement et rapidement un grand volume de données. Une des méthodes abordées sera la syndication de contenu, outil de veille et de lecture rapide des informations en ligne mais aussi les alertes, les listes de diffusion et les réseaux sociaux.

3. Construire son identité numérique

Dans un univers ou l’information est foisonnante et où la valeur économique se porte sur l’attention des acteurs, l’identité numérique revêt une importance toute particulière. Le chercheur doit pouvoir se donner les moyens de maîtriser et valoriser les informations qu’il produit, celles le concernant – lui ou son champ de recherche – diffusées par des tiers. La formation démontrera, à partir d’exemples concrets, quels sont les outils disponibles pour la communauté scientifique. Les questions de citabilité, le reférencement, les archives ouvertes et le blogging scientifique seront abordés.

 

Formateurs

Véronique Ginouvès, CNRS, USR3125

Responsable de la phonothèque MMSH Aix-en-Provence

http://phonotheque.hypotheses.org

 

Jean-Christophe Peyssard, CNRS, Cléo

Responsable des partenariats – Centre pour l’édition électronique ouverte

http://cleo.cnrs.fr

 

Crédits photographiques : Getting salt from lac Retba, Sénégal, photographie de Herr Hartmann, sous licence creative commons (CC BY-NC 2.0) : http://fr.fotopedia.com/items/flickr-382143413

 


Où est donc passée l’Afrique ?

2548066769_2abae15538Le journaliste Chérif Faye a publié récemment sur le  Sud Quotidien (le 23 septembre 2009) un entretien avec Adama Aly Pam, président de l’Association des Bibliothécaires archivistes documentalistes du Sénégal.

Adama Aly Pam est paléographe de formation. Il interpelle dans cet article les pouvoirs publics sénégalais pour qu’ils arrêtent de penser « que l’accès à la culture est moins important que la construction de routes ». Il est désormais nécessaire de fournir les moyens aux centres d’archives et aux bibliothèques du Sénégal pour qu’ils puissent conserver le patrimoine culturel national.

Plusieurs questions sont abordées mais il est intéressant de noter que la toute première porte sur les archives sonores et sur ce qu’il est possible de faire pour les préserver. Selon Adama Aly Pam, les archives radiophoniques et télévisuelles du Sénégal pourraient valoriser des enregistrements historiques comme les discours de Lamine Guèye ou la musique traditionnelle de Samba Diabaré Samb, mais il n’en est rien. Les Africains ne peuvent accéder à leur culture patrimoniale orale. Pour écouter les discours de Senghor ou ses poèmes récités par lui-même, il faut que les Sénégalais se rendent à Paris, à la Bibliothèque nationale de France ou dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Le danger en Afrique est que non seulement les documents se trouvent dans des conditions de conservation déplorables mais en plus, ils appartiennent souvent à des institutions privées ou des personnes qui ne se préoccupent guère du patrimoine collectif.

Amada Ali Pam est bien conscient que l’Afrique est la grande absente du Web aujourd’hui , et qu’il faut que cela change : « La bataille aujourd’hui, ce n’est pas de faire des recherches sur Google et obtenir des informations requises, mais la bataille pour nous, c’est la présence de l’Afrique sur les réseaux. » A nous aussi d’aider l’Afrique à accéder aux ressources électroniques que nous produisons en évitant les sites en flash ou les PDF trop lourds que les bas débits ne peuvent ouvrir.

Cela m’a rappellé une réflexion faite dans une conférence par Douglas Merill ancien CIO chez Google (chief information officer) alors qu’il venait présenter Les secrets de la recherche de Google à la Faculty of electrical ingineering au sein de l’Université technique de Prague. Il démontrait à l’assemblée que l’Afrique n’existait pas : certes, il avait survolé en venant jusque là un continent nommé Afrique mais il suffisait de regarder les lumières des réseaux pour voir d’un seul coup d’oeil que l’espace qu’il aurait dû occuper était vide.

Adama Aly Pam fait confiance aux bibliothécaires : « C’est la présence de toutes nos ressources informationnelles, de toutes nos ressources culturelles que nous détenons dans nos musées, dans nos centres d’archives, dans nos bibliothèques, pour qu’on puisse faire de sorte que quelque Africain qu’il soit, quelque Sénégalais qu’il soit, là où il se trouve, qu’il puisse accéder à la documentation scientifique et technique, à l’histoire du Sénégal, à l’information. Car l’accès à l’information est un droit qui est consacré par les conventions internationales, et par nos constitutions. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire, d’archiviste ou de documentaliste participent d’une manière ou d’une autre au renforcement de nos sociétés démocratiques. » A eux aussi, en Europe, de ne pas oublier l’Afrique sur le réseau. Tous ces sujets ont certainement été abordés lors de la semaine internationale des archives à Dakar qui a eu lieu du 19 au 23 octobre.  Si un archiviste peut nous signaler un compte-rendu, ce sera bienvenu !

A lire : Préservation du patrimoine culturel : Adama Aly Pam interpelle les pouvoirs publics.  Publié par Chérif Faye le 23 septembre 2009,  rubrique  Culture,  Sud Online [En ligne ] http://www.sudonline.sn/spip.php?article20470


Crédits photographiques : A woman potter from Senegal hand shapes a pot in the Roots of Virginia Culture program at the 2007 Smithsonian Folklife Festival on the National Mall, Washington, D.C. par Ken Rahaim. Aucune restriction de copyright connue. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3419&q=SFF2007_Rahaim_6-27_0143