Archives par mot-clé : Alan Lomax

Matera, capitale européenne de la culture 2019 : appel à archives !

Les 9 et 10 février 2017, s’est tenu à Matera, à l’université de la Basilicate, une première réunion1 sur la mise en place de l’Istituto Demo-Etno-Antropologico (I-DEA). La création de cet institut fait partie des projets phares2 qui vont participer à la mise en place de Matera  capitale européenne de la culture 2019. Un de ses axes est celui de réunir, de façon virtuelle sur un site encore à créer, le patrimoine historique et culturel de la Basilicate, abrité sur son territoire et dans le monde – en effet de nombreux chercheurs étranger, en particulier des anthropologues, sont venus étudier ce territoire « exotique ». L’objectif est de valoriser l’histoire et la culture de ses habitants par ses habitants et leurs archives, de rendre cette matière accessible à tous et qu’elle fasse, le plus possible, l’objet de ré-usage et de re-création.

Dans ce projet, John Cage (1912-1992)  qui s’est positionné à certains moment de son oeuvre comme un « curator » / commissaire d’exposition3 est l’un des inspirateurs de Joseph Grima, à l’origine du  dossier qui a permis la nomination de Matera capitale européenne de la culture, publié en octobre 20144. Au cours de l’année 2019, des artistes en résidence – ou d’autres acteurs culturels ou scientifiques – pourront s’emparer des fonds d’archives qui auront été repérées au préalable pour réaliser des oeuvres, des installation ou des conférences. L’ambition est de proposer des interprétations toujours en changement, en fonction des artistes qui découvriront la matière : les archives autour de la ville de Matera et plus largement de la Basilicate – sans oublier celles issues de la parole des habitants, archives vivantes qui ont participé à l’histoire de leur ville.

La première journée a été avant tout une présentation du projet auprès des différents experts invités suivie d’échanges avec les membres de l’équipe de la fondation Matera-Basilicata 2019 afin d’organiser les actions et les événements à venir dès 20175 et le compte rendu est d’ores et déjà en ligne. La seconde réunion s’est tenue la matinée du lendemain6. Elle a permis de lancer les bases d’un premier inventaire et de préparer l’organisation d’un colloque international qui se tiendra à Matera en mai 2017 avec le soutien de l’équipe du département Cultures européennes et de la Méditerranée / Culture europee e del Mediterraneo de l’Université de la Basilicata dirigé par l’anthropologue Ferdinando Mirizzi7 et collaboration avec Pietro Clemente, anthropologue qui a placé au coeur de sa recherche le récit de vie et l’enquête orale8.

Ce billet est l’occasion de faire un point sur les archives que l’on peut trouver en ligne sur la ville de Matera et plus largement de la Basilicate. Les documents sont extrêmement dispersés, le défi est encore à relever et se fera au fur et à mesure de l’avancée du projet.  Vous trouverez ci-dessous, les résultats d’une première recherche très large d’archives prioritairement sonores et audiovisuelles sur la ville de Matera et plus largement la région de la Basilicata.

Ce billet est aussi l’opportunité de lancer un premier appel à leur repérage : n’hésitez pas à signaler celles que vous aurez repérées de votre côté ! Merci par avance de vos retours.

Premier repérage
des archives accessibles en ligne
et librement réutilisables
sur la ville de Matera

et plus largement de la région de Basilicate

Sur Internet archive, cette bibliothèque virtuelle multimédia ouverte et universelle, ce sont plutôt des ouvrages que l’on trouvera mais ils sont assez nombreux et intéressants pour être signalés, aussi bien sur Matera que sur la Basilicata. Par exemple, plusieurs éditions de l’ouvrage de 1818 de Francesco Paolo Volpe  Le Memorie storiche di Matera 9 sont accessibles ainsi que d’autres ouvrages numérisés par la bibliothèque centrale de Rome, comme ce texte de 1629 Erminia pastorella intermedio primo. Del dottor Horatio Persio da Matera patritio romano. Plus largement, sur la Basilicata, on y trouve des récits de voyage (1826)10 ou de tremblements de terre dans la région en 186511, ou encore de brigandage aux temps de Fra Diavolo jusqu’en 1811 publié en 187312 comme un essai sur la délinquance en Basilicate de 190413.

En Europe :

Mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MedMem : ce programme européen, terminé en 2014, a permis de réunir 4000 archives audiovisuelles accessibles gratuitement en ligne, sur un site trilingue, offrant un regard croisé sur le patrimoine de l’ensemble du bassin méditerranéen. Une émission télévisée de la RAI, du 24 janvier 2009, porte sur la ville spécifiquement, sous le titre Les pierres de Matera: la ville cachée (9min) : http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00248

Quatre autres émissions – toujours produites par la RAI – portent, plus largement, sur la région de la Basilicate :
Investissements à la Basilicate, production propre de la RAI en 2008 (2min) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00458
Rionero in Vulture, production propre de la RAI en 2008 (11min 39s) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00406
Les chèvres du Frioul– Forenza et sa tradition : ce reportage de la RAI (2008) présente plusieurs thématique et se termine par une présentation de Forenza ville de Basilicate qui produit le fromage du Templier (14min) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00462
Le silence des sommets, documentaire de la collection Cose dell’altro Geo, 2010 (6min 9s) : http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00290

Europeana, le catalogue collectif des bibliothèques en Europe permet de retrouver :
Des enquêts orales : les collectes enregistrées par Diego Carpitella et Ernesto De Martino comme cette berceuse (Costantino Albanese, 1954) ou la chanson Fosse vedute la mia brunettella (Pistici, 1952). Une autre collecte a été réalisée en 1975-1976 sur cette région par Aurora Milillo, accompagnée parfois par d’autres chercheurs dont Diego Carpitella. Malheureusement il s’agit seulement d’un repérage puisque l’Academia de Santa Cecilia à Rome qui est dépositaire de ces enquêtes, ne permet pas l’écoute en ligne de ces archives.
Des articles de presse sur la Basilicata issus du journal Il Popolo ;
Le film de Roberto Rossellini (1962) réalisé à partir d’archives : Benito Mussolini, dalla marcia alla catastrofe où  l’on voit, rapidement, sur les murs des maisons de Matera des inscriptions vantant les mérites du Duce (env. à 10 min) comme une forme de clin d’oeil au récit enregistré en 1978 sur la base Memoro, d’un habitant de Calciano qui raconte « L’obbligo di iscrizione al partito fascista » ;
Des ouvrages numérisés comme  À travers l’Apulie et la Lucanie notes de voyage par François Lenormant (numérisé à l’université d’Oxford), ainsi que d’autres documents publiés dont un guide touristique issu du fonds de la Fondazione Ranieri di Sorbello qui traverse le Sud de l’Italie, dont la Basilicata : Italia meridionale (Touring club italiano and Bertarelli L.V.)
Des émissions télévisées sur Matera (7) et la Basilicata (11) se retrouvent sur Europeana ou sur le site EuScreen.

En France :

Les Archives ethnomusicologiques du CREM / LESC (Paris) : Le fonds d’archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme rassemble des enregistrements inédits et publiés de musique et de traditions orales du monde entier, de 1900 à nos jours. Constitué de supports variés (cylindres, 78 tours, disques vinyles, cassettes, supports numériques). Sur la Basilicate et Matera en particulier, sont repérés uniquement des disques édités dont il serait intéressant de retrouver les documents de terrain inédits originaux :
Sounds of the earth, atlante di musiche tradizionle orel in Italia, vol. 1, enregistré entre 1964 et 2002
Basilicata, enregistrements de Diego Carpitella et Ernesto de Martino, 1952 (les documents originaux sont déposés à la phonothèque nationale à Rome).
Tradizione musicale del Materano, enregistrements de terrain de  Stella, Maria Carmela, Steven Feld, Elisa Piria et Nicola Scaldaferri, 2002 – 2004
Voir : http://archives.crem-cnrs.fr/search/?q=basilicata

La Cité de la Musique / Philarmonique de Parisdans les ressources numériques, on trouve un extrait du concert de Giovana Marini La tour de Babel (2 octobre 2009) qui interprète une de ses collectes qu’elle a enregistrée et transcrite elle-même : Mamma meamma, Lamentation pour le fiancé perdu en guerre14, à écouter en ligne (3min 36s).

Sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France on ne trouvera ni photographie, ni archive sonore ou audiovisuelle, mais toutefois :
11 cartes de la région de la Basilicata, dessinées entre 1589 et 1780.
990 livres évoquent la Basilicate ou portent sur cette région (mais tous ne sont pas en libre accès, certains sont seulement accessibles en extraits). On y trouve par exemple la Cronistoria documentata della rivoluzione in Basilicata del 1860 e delle cospirazioni che la precedettero (1895).
470 articles de presse en ligne évoquent la Basilicate ou portent sur cette région.

Une recherche dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Inathèque ne propose que peu de documentaires ou d’émissions sur la Basilicate. Deux sont à noter particulièrement.  Le premier est un magazine de 2011 qui évoque les gisements de pétrole exploités depuis 199615. Le second est un documentaire d’Arte, dans la série Paysages d’ici & d’ailleurs qui porte spécifiquement sur Matera, réalisé en 2014 par Jean Michel Vennemani16.

En Italie :

Le site Archivio sonoro Basilicata propose en ligne plusieurs extraits d’archives. Malheureusement, il n’y a pas de renvoi vers les inventaires et, malgré un contexte de recherche bien décrit, il manque la possibilité de fouiller dans les collections. On peut également regretter que les extraits, lorsqu’ils sont présents, ne puissent être « embarqués » et affichés sur d’autres sites. Rien n’est indiqué non plus sur les ré-usages possibles des documents mis en ligne. Ce site traverse toutefois les nombreuses  collectes (repérées d’ailleurs ensuite ci-dessous pour certaines) qui ont été réalisées au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle sur ce territoire et permet de découvrir les fonds de :
– l’Accademia Nazionale Santa Cecilia qui présente (sans écoute possible) les collectes de Diego Carpitella et Ernesto De Martino en 1952, 1954, 1956, 1963 et 1976 ;
Antonio Bellusci donne à entendre plusieurs chants de  la communauté albanophone de la Basilicate ;
Del Fra, avec deux films en ligne de 1960 : La passione del grano (1960) avec un texte d’Ernesto De Martino, et L’inceppata ;
Luigi Di Gianni, avec plusieurs films en ligne de cet ethnodocumentariste de l’école de de Martini, réalisés entre 1958 et 1971 ;
Steven Feld : plusieurs extraits sonores enregistrés par cet ethnologue qui parcouru la Nouvelle Guinnée et la Basilicate peuvent être écoutés en ligne sur les aired de Campanacci – San Mauro Forte, Tricarico – Campanacci, Matera et San Costantino Albanese ;
Mariko Kanemitsu de la Faculty of Education and Human Sciences, Yokohama National University (Japon) a filmé les danses traditionnelles de la Basilicate méridionale (4 archives) ;
Roberto Leydi, ce fondateur de l’ethnomusicologie italienne a réalisé plusieurs enregistrements en Lucania dont 7, enregistrés à Matera, peuvent être écoutés en ligne sur le site ;
Francesco, Marano, présente 7 films issus de ses recherches enanthropologie visuelle ;
Musée national des arts et traditions populaires / Nazionale delle Arti e delle Tradizioni Popolari (338 fichiers en ligne) ;
Franco Pinna, donne à voir des photographies de la Lucania en 1952, 1956 et 1959, en couleur et en noir et blanc ;
Nicola Scaldaferri, anthropologue à l’université di Milano, il enseigne l’ethnomusicologie et il dirige le LEAV (Laboratorio di Etnomusicologia e Antropologia Visuale). De nombreux fichiers sont proposés à l’écoute, accompagnés des images qu’il a réalisées avec le photographe Stefano Vaja ;
Teche Rai traverse 50 ans de productions télévisées sur la musique traditionnelle du Sud de l’Italie ;
Fondo Unibas 1996-1997 : ce fonds a été constitué sur l’impulsion de Pietro Sassu, ethnomusicologue à l’Université degli Studi della Basilicata de 1995 à l’année de sa mort, 2001 ;
Laboratorio di Etnomusicologia 2002 : coordonné par Nicola Scaldaferri à but pédagogique, les enregistrements ont été réalisés par Elisa Piria et Agostina Lavagnino,  les vidéos par Rossella Schillaci.

Leav  :  le site du Laboratoire ethnomusicologie et anthropologie visuel de Milan propose un article en langue anglaise qui présente des images, des vidéos et des sons capturés en Lucania dans les années 2000, offrant un large aperçu de la diversité des musiques et des traditions musicales de la région.

Les archives de l’Academia di Santa Cecilia (Roma) sont repérées sur plusieurs catalogues (cf supra) mais seul l’instrument de recherche est en ligne, rien ne peut être écouté.  Un ouvrage a été publié qui reprend les archives de 1952 de Diego Carpitella ed Ernesto de Martino accompagné de 3 disques cédés sous le titre Musiche tradizionali in Basilicata. On ne peut qu’espérer que ce projet soit l’occasion de libérer ces archives, bien commun de la Basilicate.

Dans l’Archivio diaristico nazionale (archive nationale des journaux et documents intimes), la recherche « provenienza geografica = matera » renvoie vers 14 journaux et documents personnels, datant pour la plupart de la fin du 20ème siècle, un petit carnet ((ADN-1427) est rédigé lors de la première guerre mondiale, un autre débute son récit en 1913 et le termine en 198917. Impossible toutefois de citer précisément les références et de consulter les carnets en ligne.

Le Circolo Bosio (Rome) est une association qui se préoccupe d’archiver la mémoire, la connaissance critique et la présence alternative des cultures populaires en Italie. L’association met à disposition les archives que Giovanna Marini a collecté en Basilicata ainsi que celles de Franco Coggiola mais elles doivent être consultées sur place, rien ne semble en ligne : http://www.circologiannibosio.it/archivio

[maj 2017-02-17]18 Le catalogue de l’Istituto centrale per i beni sonori ed audiovisivi nous signale de nombreuses archives issues de l’ancienne Discoteca di Stato. On peut regretter le site n’offre que quelques secondes en ligne qui donnent envie d’entendre la suite et surtout l’enquête dans sa continuité pour comprendre la démarche sur le terrain des chercheur.e.s
– La Raccolta dell’Archivio Etnico-Linguistico-Musicale della Discoteca di Stato : Folklore musicale italiano (Basilicata e Calabria). Cette collecte enregistrée par Carla Bianco qui s’est rendu en Basilicate en mars 1963 comprend une centaine de titres. Le catalogue présente quelques 240 séquences extraites de 8 bandes mais il est difficile de savoir ce qui fait partie de l’enquête de la Basilicate ou de la Calabre.
– Une collecte sur Matera : Tricarico, Garaguso, Ferrandina et Montescaglioso enregistrée par Aurora Milillo en avril 1980. 7 bandes (66 séquences) dont une autre collecte est déposée à l’Academia di Santa Cecilia. Une partie de cette collecte peut être écoutée sur l’Archivio della Basilicata, citée plus haut, comme étant issue du fonds du Musée national des traditions populaires. Une autre série d’enregistrements par la même collectrice, non datés, sur les contes de traditions orales, renvoie vers 37 autres titres.
– Dans le cadre de la « Carta dei dialetti / Carte des dialectes italiens » réalisée en collaboration avec le CNR, Minervini, Pantaleo, a enregistré la Parabola del figliol prodigo dans divers villages de la Basilicate en 1967.
Les quelques secondes que l’on peut entendre du début d’une archive de Leo Levi, donne quelques idées de la façon dont il a enregistré en 1968 les chants féminins (14 titres) qui figurent dans le catalogue en ligne.
– Sur le site de l’Internet Culturale, on trouve l’enregistrement d’une procession pour la festa della Madonna del Pollino, enregistrée par Nada Gitto, Grazia Magazzù, localisée à l’Istituto19.
– Enfin, dans l’inventaire papier en ligne de l’ancienne discoteca di Stato, on trouve aussi des enregistrements, entre 1968 et 1969, de contes dans différentes régions d’Italie, dont la Basilicate par Alberto Mario Cirese qui ne se retrouvent pas dans le catalogue en ligne.

Dans la  base de données Memoro – la banca della memoria, il est possible de faire une recherche par lieu et la région est riche de 47 récits, dont un a été enregistré à Matera et cinq l’ont été à Calciano.

Il manque encore de savoir où sont les archives d’Alan Lomax qui, de juin 1954 à janvier 1955, a  accompagné l’ethnomusicologue Diego Carpitella. Ils ont traversé l’Italie de la Sicile aux Alpes et enregistré plus de 3 000 morceaux. Dans une des publications, un morceau vient de la Basilicata,  d’autres archives sont signalées dans les catalogues. Certainement, Alan Lomax dont les archives sont désormais en ligne, aurait apprécié que celles enregistrées en Italie – où il avait été si heureux – le soient aussi…. comme sans doute les témoins, et leurs enfants ou les habitants des villages où ces témoins vivaient car ces chants sont appartiennent aux biens communs de cette région.

D’autres archives restent à découvrir : nous attendons vos signalements avec impatience !*

Un billet sur la mise en place du projet au sein de la Mairie de Matera par  Francesco Giusto : Matera 2019, riunitosi il cda della Fondazione. Emerse alcune novità (TRM Network, 18 février 2017).

 

*Il vous suffit d’ajouter un commentaire à ce billet ou de m’écrire directement pour que les informations soient ajoutées au billet et communiquée au groupe de travail.

Crédits photographiques :  extrait de la carte mentale, notes de la réunion du 9 février,  dessinée par Fedele Congedo, architecte.

 

 

 

 

  1. Le groupe de travail réuni les anthropologues Ferdinando Mirizzi (directeur du Dipartimento Culture europee e del Mediterraneo, Université de la Basilicate) et  Pietro Clemente (Docente di Antropologia culturale presso le Università di Siena, Roma e Firenze) ; Véronique Ginouvès, responsable le la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, CNRS – Aix-Marseille Université ). Les représentants de la fondation Matera-Basilicata 2019 qui étaient présents étaient Joseph Grima (inventeur du projet et concepteur de l’Open Design School), le designer Jan Boelen, (directeur artistique de Z33 et directeur de l’académie de Design de Eindhoven, LUMA Arles), Ekaterina Golovatyuk (architecte, chercheure, elle a participé au projet de restauration du musée de l’Hermitage. Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues à l’université de la Basilicate ont aussi participé à la réunion, ainsi que le directeur du projet Paolo Verri, Ariane Bieou (Manager culturel), Rossella Tarantino (Manager) Rita Orlando (Assistante). Les notes de la réunion ont été prises toute la journée par l’architecte Fedele Congedo,  sous forme de carte mentale. []
  2. D’autres projets vont être mis en place pour l’événement « Matera 2019 ». Par exemple, le 10 février une autre réunion clôturait la première phase d’une action déjà bien avancée, celle  de l’Open Design School dans le cadre de laquelle avait été organisée l’exposition Attraverso la città – La via del Sole qui se terminait à Matera le 12 février. []
  3. Joseph Grima fait référence à la  « composition pour musée »  qui avait été réalisée à la MOCA de Los Angeles puis reprise sous le titre « Rolywholyover A Circus » par Julie Lazar  en 1993 après la mort du compositeur, écrivain, philosophe et artiste visuel. L’exposition s’est ensuite déplacée au musée Guggenheim Museum SoHo,  au Art Tower Mito Contemporary Art Center à Tokyo et enfin au  Philadelphia Museum of Art en 1995. Pour l’artiste il était central que son son  univers  artistique ne soit pas gouverné par la subjectivité : John Cage y présentait des oeuvres sélectionnées au préalable mais visibles au public selon des principes aléatoires. Il s’agissait principalement d’œuvres d’artistes qui l’avaient inspiré, des objets empruntés à des musées locaux ainsi qu’une sélection de ses propres tableaux, estampes, partitions et objets quotidiens auxquels il accordait une importance particulière. L’idée de cette exposition en perpétuel mouvement était que le visiteur ne la reconnaisse pas d’une visite à un autre.  L’idée a été plus tard reprise dans d’autres cadres et en particulier dans une exposition « After Cage » qui a été présentée par Jan Boelen aux membres du groupe de travail du projet Matera 2019. []
  4. Dans un entretien avec Mariapia Ebreo pour Wired.it le 20 octobre 2014 « Joseph Grima ha un sogno. E racconta Matera, la sua Capitale della Cultura Europea« , il se confie : Matera est vraiment un laboratoire extraordinaire qui peut devenir un lieu d’expérimentation à étendre aux autres villes européennes, peu importe leur dimension pourvu qu’elles aient une vision. Je pense à de nombreuses villes qui ont eu un passé parfois traumatisant, qui ont subi de fortes transformations d’un point de vue économique, qui ont besoin de se réinventer et qui peuvent le faire à travers la culture. Cela ne signifie pas que les projets vont s’ajouter mais plutôt qu’ils vont s’intégrer à l’économie. C’est cette vision que nous avons, que nous devons réaliser non seulement à travers le tourisme mais aussi en intégrant la technologie, l’innovation, l’alimentation et l’art« – (traduction de V. Ginouvès []
  5. Le projet a connu des retards administratifs, relatés dans la presse par plusieurs articles dont celui de Roberta Carlini, « Per Matera capitale della cultura comincia la corsa contro il tempo« , Internazionale, 18 décembre 2016. []
  6. Ferdinando Mirizzo avait réuni son équipe, Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues, et deux doctorantes en anthropologie du département, ainsi que Véronique Ginouvès, MMSH. []
  7. De Ferdinando Mirizzi, sur Matera, vous pouvez lire en ligne Les Sassi de Matera, du scandale national au monument ethnologique, chapitre de l’ouvrage dirigé par Thierry Fabre et Anna Luso, « Les monuments sont habités ». []
  8. De Pietro Clemente, vous pouvez lire en ligne, traduit par Liliane Izzi, Biens culturels sans culture : le patrimoine ethnologique italien, chapitre de l’ouvrage dirigé par Thierry Fabre (2015). []
  9. La référence présentée est ici numérisée par l’Université de Californie. []
  10. Numérisé par l’University of Illinois Urbana-Champaign. []
  11. Ici numérisé par le Getty Research Institute. []
  12. Ici l’ouvrage est numérisé par la bibliothèque nationale centrale de Florence. []
  13. Ici numérisé par la bibliothèque de Harvard []
  14. Giovanna Marini, chant et guitare ; Patrizia Bovi, Francesca Breschi et Patrizia Nasini, chant []
  15. Les italiens ont du pétrole, Chaîne : France, diffusé le 28 mai 2011, à 18h35, collection Avenue de l’Europe, numéro de dépôt légal : CL T 20110528 FR3. []
  16. Diffusé le 13 novembre 2014, à17h48, numéro de dépôt légal : CL T 20141113 ART []
  17. ADN-1583 []
  18. Pietro Clemente m’a signalé cet institut extrêmement important dans l’histoire de la collecte en Italie e en Basilicata, qui a recueilli de nombreux enregistrements de terrain dont certains étaient déposés  à la Discoteca di Stato de Rome dont la disparition prévue par loi de l’Etat italien avait suscité un grand émoi signalé en 2012 dans ce même blog. []
  19. Archives non repérées dans le catalogue. []

2015, centenaire d’Alan Lomax, découvreur de musiques traditionnelles

Cette année Alan Lomax (1915-2002) aurait eu 100 ans le 31 janvier. Pour célébrer cet anniversaire, l’American Folklife Center (AFC) au sein de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress – LC) va proposer tout au long de l’année une série d’évènements pour mieux faire connaître ce collecteur qui n’a cessé de collecter des danses et musiques traditionnelles à travers le monde, non seulement pour les préserver et les valoriser mais aussi pour mettre en évidence son influence sur la culture nord américaine. Une belle occasion de découvrir la richesse des collections sonores et photographiques constituées par la famille Lomax et aujourd’hui accessibles à la Bibliothèque du Congrès.

Cette collaboration avec la Bibliothèque du Congrès et la famille Lomax ne date pas d’hier… Le père d’Alan, John Avery Lomax (1857-1948), entré en 1923, y avait été nommé « Honorary Consultant and Curator » des Archives de l’American Folk Song  au moment de leur création au sein du département de la musique en 19281. John Lomax, un des fondateurs de la  Texas Folklore Society était un passionné de ballades anciennes et de chansons de cow-boy : dès 1933, il  se lança avec son fils, âgé alors de 18 ans, dans une vaste collecte sonore et photographique sur le territoire nord américain. Sa formation universitaire l’engage tout suite à utiliser une méthodologie de la collecte rigoureuse que les folkloristes n’avaient pas toujours eue jusqu’ici et il forme à cette école toute sa famille.

John-avery-lomax1

Les premiers enregistrements font découvrir aux Etats-Unis la musique traditionnelle de Louisiane (en particulier la musique cajun) et celle des Etats du Sud (le violon des Appalaches et le blues du delta du Mississippi), le Michigan et le Midwest.

John Henry, chant de travail, enregistré en 1947 dans le Camp B, à Parchman Farm (pénitencier de l’Etat du Mississippi) :

prisonners

En 1937, la bibliothèque du Congrès nomme Alan Lomax « Assistant in charge », c’est dans ce cadre qu’il enregistre avec ses collaborateurs – son père bien sûr2 mais aussi sa femme Elizabeth, Pete Seeger et des collègues d’autres institutions comme John Wesley de l’Université Fisk-.

Il a été ainsi le premier à enregistrer des musiciens issus de la tradition orale, devenus légendaires comme Huddie Ledbetter (« Lead Belly »), Vera Ward Hall, McKinley Morganfield (« Muddy Waters »), Aunt Molly Jackson, Son House, David « Honeyboy » Edwards, Texas Gladden, Ferdinand « Jelly Roll » Morton, Woody Guthrie et bien d’autres.

Proposition d’écoute :  Ain’t right ? chant de travail percussif enregistré sur l’île Saint-Simons, une île de la mer de Géorgie en 1960

Après son départ au front en 1942, il ne reviendra travailler à la bibliothèque du Congrès mais il passera le reste de sa vie à collecter et analyser la culture populaire au service de nombreuses organisations comme la BBC, PBS Télévision, Columbia et Atlantic Records, Hunter College à New York et sa propre organisation, ACE – Association for Cultural Equity – ACE dont nous avions signalé le travail de description des données de terrain en mars 2012. Nombre de chansons collectées par la famille Lomax et qui pouvaient être écoutées à la Bibliothèque du Congrès sont entrées au cours du 20ème siècle dans la culture américaine à travers des reprises de nombreux musiciens.

Proposition d’écoute :  Come Up, Horsey (Go To Sleep And Don’t You Cry) berceuse enregistrée en Alabama en 1948.

Deux ans après sa mort, en 2004, Alan Lomax est revenu à la Bibliothèque du Congrès puisque la totalité de ses archives a été acquise par l’American Folklife Center (AFC).  Ce fonds correspond à l’ensemble des documents recueillis au cours de ses collectes sur une période de plus de 60 ans soit une centaine de collections, incluant 37 mètres linéaires de manuscrits, 10 000 enregistrements sonores, 6000 images fixes et 6000 films, 2000 livres ou revues, des centaines d’estampes et plusieurs bases de données. Les matériaux documentent la création de près de 1000 groupes culturels du monde entier.

A lire sur le blog de la bibliothèque du CongrèsAlan Lomax’s Legacy par Erin Allen, 2 février 2015.

A lire sur la revue de la bibliothèque du Congrès : Alan Lomax’s Legacy : a century after his birth, folklorist Alan Lomax is remembered for his preservation of the nation’s cultural heritage par Stephen Winick3, vol. 4,n°1, janvier-février 2015, Library of Congress Magazine – LCM, p.8-9.

Rechercher des images dans la collection Lomax de la bibliothèque du Congrès : http://www.loc.gov/pictures/collection/lomax

Crédits photographiques :

Alan Lomax et sans doute Raphael Hurtault écoutent un enregistrement, photographie d’Antoinette Marchand, La Plaine, Saint Patrick (île de la Dominique), 1962, collection de l’ACE. 

John Lomax serre la main du musicien « Uncle » Rich Brown à Sumterville, Alabama, USA, collection de la bibliothèque du Congrès, domaine public.

[Prisoners breaking up rocks at a prison camp or road construction site], photographie prise entre 1934 et 1950, collection de la bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues.

  1. Les archives de l’American Folk Song deviendront en 1978 une partie du  les archives du American Folklife Center et seront alors renommées Archive of Folk Culture. []
  2. A cette époque son père a quitté la LC depuis un an, il est devenu conseiller en conservation du folklore, à la fois auprès de l’Historical Records Survey et du Federal Writers’ Project []
  3. Ethnologue, écrivain et éditeur auprès de l’American Folklife Center []

Les collectages d’Alan Lomax accessibles en ligne

L’association nord américaine Association for Cultural Equity (ACE) met à disposition sur son site internet une partie des archives d’Alan Lomax. Images, enregistrements, photographies, vidéos : vous pouvez vous promener sur une carte du monde à travers plus d’un demi siècle1 et découvrir ses collectes : chant de Galice ou du Turkmenistan, ambiance sonore dans les souks d’Errachidia et Meknès au Maroc, entretiens avec des musiciens de République Dominicaine ou avec d’anciens prisonniers qui évoquent les chants en prison et les interprètent…

C’est une merveille de pouvoir parcourir le monde avec Alan Lomax. Il manque certes certains voyages, comme l’Italie ou les premiers enregistrements réalisés pour la Bibliothèque du Congrès entre 1933 et 1942, mais quelques 17 000 fichiers sonores sont accessibles mais aussi les photographies, les émissions radiophoniques et les vidéos. D’autres ressources pédagogiques sont proposées en ligne. Il faut fouiller dans le site car il n’est pas toujours simple à utiliser, mais les découvertes sont nombreuses et belles. Les documents sont citables mais pour toute diffusion il faut prendre contact avec l’association (pour l’utilisation de ces images j’ai eu un retour dans la journée).

 

Crédits photographiques : Musiciens aux tambours lors d’une cérémonie dédiée à Kali à Capesterre Belle-Eau, Basse-Terre (Guadeloupe) en 1962 ; Pêcheur de Sciacca (Agrigento), Sicile (Italie) en 1954 ; Danseurs de sévillane à Sangonera la Verde (Murcia), Espagne en 1952. Photos by Alan Lomax, Courtesy of the Association for Cultural Equity, http://www.culturalequity.org 

  1. Le site donne accès aux archives enregistrées de 1946 à 1990. Les disques d’acetate et d’aluminium gravés entre 1933 et 1942 en collaboration avec la Library of Congress ne sont pas accessibles ici. []

Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

Précipitez vous sur le site du Musée de Genève et ouvrez vos oreilles : les archives sonores du fonds Constantin Brailoiu sont en ligne ! Ce compositeur roumain,  professeur d’esthétique musicale, pionnier de l’ethnomusicologie contemporaine avait été bouleversé par la découverte de la musique traditionnelle de son pays. Il avait ainsi décidé de se consacrer à la collecte de terrain et fondé, en 1928 à Bucarest, les premières archives de folklore roumain. Plus tard, au musée d’ethnologie de Genève où il travailla de 1944 jusqu’à sa mort en 1958, il entreprit de constituer les « Archives internationales de musique populaire » (AIMP) destinées à conserver la mémoire des « mélodies originelles de toutes les contrées du monde ».

Interrogez la base-de-données du musée et vous pourrez entendre des airs enregistrés lors de ses enquêtes de terrain : des danses de noces à la voix, à la flûte et au luth en Bucovie (1928),  des chants de Transylvanie (1933). Les chorales du monde pourront y trouver des répertoires nouveaux parmi les polyphonies de Sardaigne, de Corse ou du bassin de l’Orénoque (Pierre Gaisseau, 1948). Commencez à écouter et vous ne saurez plus où donner des oreilles en parcourant le monde et le temps Cuba en 1957, l’Algérie en 1948, le Japon des années 1940

Vous allez pouvoir parcourir 3028 enregistrements, enregistrés entre 1913 et 1958, que Constantin Brailoiu a réuni au musée d’ethnologie de Genève. Une sélection de ses propres enquêtes (1928-1943) y sont accessibles, ainsi que celles de ses collaborateurs mais vous y trouverez aussi l’intégrale des enregistrements que Gilbert Rouget et Alain Didier ont réalisé au Congo en 1946 dans le cadre du musée de l’Homme de Paris, les enquêtes effectuées par Marguerite Lobsiger-Dellenbach lors de la première expédition suisse au Népal (1952), la série « Música de los cultos africanos en Cuba » de Lydia Cabrera (1957, collection du Musée de l’Homme) et enfin la collection mythique « Folk Music of the United States » (1934-1944) publiée par Alan Lomax pour la Library of Congress.

La base de données est simple mais efficace. Il est possible de rechercher par mot de la notice, instrument, pays, genre musical et population. Des listes closes permettent de se faire une idée des possibilités existantes. Même si il manque d’autres critères de recherche comme les titres des oeuvres interprétées par exemple ou la date de l’enregistrement, la base peut être aisément exploitée. Le contexte des enquêtes, absent dans les notices, est tout de même restitué en partie par les pages web de la future exposition L’air du temps (13 mars – 30 décembre 2009) qui aborde les grandes questions de l’identité et de la mémoire à l’ère de la mondialisation.

Ces documents sont rares et magiques. Permettre leur accès librement est un évènement décisif qui annonce – nous l’espérons tous – de futures mises en ligne d’archives de la recherche et amorce une précieuse cartographie des terrains ethnographiques. C’est la loterie romande qui a financé la numérisation et le traitement documentaire des collections du musée, la française des jeux serait-t-elle aussi généreuse ? Voilà peut-être un bon tuyau pour les centres d’archives sonores de France.

Complément d’information : La physique des tubes, article de Rodéric Mounir paru le 7 mars 2009, sur Le courrier, quotidien suisse et indépendant

Crédit photographique : Roumanie Md de Poulet Bucarest par Ch. Chusseau-Flaviens (ca. 1900-1919), plaque de verre, collection George Eastman House Photography. Pas de restriction de publication connue. http://flickr.com/photos/george_eastman_house/2678363966/