Archives par mot-clé : Alan Lomax

Matera, capitale européenne de la culture 2019 : appel à archives !

Les 9 et 10 février 2017, s’est tenu à Matera, à l’université de la Basilicate, une première réunion1 sur la mise en place de l’Istituto Demo-Etno-Antropologico (I-DEA). La création de cet institut fait partie des projets phares2 qui vont participer à la mise en place de Matera  capitale européenne de la culture 2019. Continuer la lecture de Matera, capitale européenne de la culture 2019 : appel à archives !

  1. Le groupe de travail réuni les anthropologues Ferdinando Mirizzi (directeur du Dipartimento Culture europee e del Mediterraneo, Université de la Basilicate) et  Pietro Clemente (Docente di Antropologia culturale presso le Università di Siena, Roma e Firenze) ; Véronique Ginouvès, responsable le la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, CNRS – Aix-Marseille Université ). Les représentants de la fondation Matera-Basilicata 2019 qui étaient présents étaient Joseph Grima (inventeur du projet et concepteur de l’Open Design School), le designer Jan Boelen, (directeur artistique de Z33 et directeur de l’académie de Design de Eindhoven, LUMA Arles), Ekaterina Golovatyuk (architecte, chercheure, elle a participé au projet de restauration du musée de l’Hermitage. Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues à l’université de la Basilicate ont aussi participé à la réunion, ainsi que le directeur du projet Paolo Verri, Ariane Bieou (Manager culturel), Rossella Tarantino (Manager) Rita Orlando (Assistante). Les notes de la réunion ont été prises toute la journée par l’architecte Fedele Congedo,  sous forme de carte mentale. []
  2. D’autres projets vont être mis en place pour l’événement « Matera 2019 ». Par exemple, le 10 février une autre réunion clôturait la première phase d’une action déjà bien avancée, celle  de l’Open Design School dans le cadre de laquelle avait été organisée l’exposition Attraverso la città – La via del Sole qui se terminait à Matera le 12 février. []

2015, centenaire d’Alan Lomax, découvreur de musiques traditionnelles

Cette année Alan Lomax (1915-2002) aurait eu 100 ans le 31 janvier. Pour célébrer cet anniversaire, l’American Folklife Center (AFC) au sein de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress – LC) va proposer tout au long de l’année une série d’évènements pour mieux faire connaître ce collecteur qui n’a cessé de collecter des danses et musiques traditionnelles à travers le monde, non seulement pour les préserver et les valoriser mais aussi pour mettre en évidence son influence sur la culture nord américaine. Une belle occasion de découvrir la richesse des collections sonores et photographiques constituées par la famille Lomax et aujourd’hui accessibles à la Bibliothèque du Congrès.

Cette collaboration avec la Bibliothèque du Congrès et la famille Lomax ne date pas d’hier… Le père d’Alan, John Avery Lomax (1857-1948), entré en 1923, y avait été nommé « Honorary Consultant and Curator » des Archives de l’American Folk Song  au moment de leur création au sein du département de la musique en 19281. John Lomax, un des fondateurs de la  Texas Folklore Society était un passionné de ballades anciennes et de chansons de cow-boy : dès 1933, il  se lança avec son fils, âgé alors de 18 ans, dans une vaste collecte sonore et photographique sur le territoire nord américain. Sa formation universitaire l’engage tout suite à utiliser une méthodologie de la collecte rigoureuse que les folkloristes n’avaient pas toujours eue jusqu’ici et il forme à cette école toute sa famille.

John-avery-lomax1

Les premiers enregistrements font découvrir aux Etats-Unis la musique traditionnelle de Louisiane (en particulier la musique cajun) et celle des Etats du Sud (le violon des Appalaches et le blues du delta du Mississippi), le Michigan et le Midwest.

John Henry, chant de travail, enregistré en 1947 dans le Camp B, à Parchman Farm (pénitencier de l’Etat du Mississippi) :

prisonners

En 1937, la bibliothèque du Congrès nomme Alan Lomax « Assistant in charge », c’est dans ce cadre qu’il enregistre avec ses collaborateurs – son père bien sûr2 mais aussi sa femme Elizabeth, Pete Seeger et des collègues d’autres institutions comme John Wesley de l’Université Fisk-.

Il a été ainsi le premier à enregistrer des musiciens issus de la tradition orale, devenus légendaires comme Huddie Ledbetter (« Lead Belly »), Vera Ward Hall, McKinley Morganfield (« Muddy Waters »), Aunt Molly Jackson, Son House, David « Honeyboy » Edwards, Texas Gladden, Ferdinand « Jelly Roll » Morton, Woody Guthrie et bien d’autres.

Proposition d’écoute :  Ain’t right ? chant de travail percussif enregistré sur l’île Saint-Simons, une île de la mer de Géorgie en 1960

Après son départ au front en 1942, il ne reviendra travailler à la bibliothèque du Congrès mais il passera le reste de sa vie à collecter et analyser la culture populaire au service de nombreuses organisations comme la BBC, PBS Télévision, Columbia et Atlantic Records, Hunter College à New York et sa propre organisation, ACE – Association for Cultural Equity – ACE dont nous avions signalé le travail de description des données de terrain en mars 2012. Nombre de chansons collectées par la famille Lomax et qui pouvaient être écoutées à la Bibliothèque du Congrès sont entrées au cours du 20ème siècle dans la culture américaine à travers des reprises de nombreux musiciens.

Proposition d’écoute :  Come Up, Horsey (Go To Sleep And Don’t You Cry) berceuse enregistrée en Alabama en 1948.

Deux ans après sa mort, en 2004, Alan Lomax est revenu à la Bibliothèque du Congrès puisque la totalité de ses archives a été acquise par l’American Folklife Center (AFC).  Ce fonds correspond à l’ensemble des documents recueillis au cours de ses collectes sur une période de plus de 60 ans soit une centaine de collections, incluant 37 mètres linéaires de manuscrits, 10 000 enregistrements sonores, 6000 images fixes et 6000 films, 2000 livres ou revues, des centaines d’estampes et plusieurs bases de données. Les matériaux documentent la création de près de 1000 groupes culturels du monde entier.

A lire sur le blog de la bibliothèque du CongrèsAlan Lomax’s Legacy par Erin Allen, 2 février 2015.

A lire sur la revue de la bibliothèque du Congrès : Alan Lomax’s Legacy : a century after his birth, folklorist Alan Lomax is remembered for his preservation of the nation’s cultural heritage par Stephen Winick3, vol. 4,n°1, janvier-février 2015, Library of Congress Magazine – LCM, p.8-9.

Rechercher des images dans la collection Lomax de la bibliothèque du Congrès : http://www.loc.gov/pictures/collection/lomax

Crédits photographiques :

Alan Lomax et sans doute Raphael Hurtault écoutent un enregistrement, photographie d’Antoinette Marchand, La Plaine, Saint Patrick (île de la Dominique), 1962, collection de l’ACE. 

John Lomax serre la main du musicien « Uncle » Rich Brown à Sumterville, Alabama, USA, collection de la bibliothèque du Congrès, domaine public.

[Prisoners breaking up rocks at a prison camp or road construction site], photographie prise entre 1934 et 1950, collection de la bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues.

  1. Les archives de l’American Folk Song deviendront en 1978 une partie du  les archives du American Folklife Center et seront alors renommées Archive of Folk Culture. []
  2. A cette époque son père a quitté la LC depuis un an, il est devenu conseiller en conservation du folklore, à la fois auprès de l’Historical Records Survey et du Federal Writers’ Project []
  3. Ethnologue, écrivain et éditeur auprès de l’American Folklife Center []

Les collectages d’Alan Lomax accessibles en ligne

L’association nord américaine Association for Cultural Equity (ACE) met à disposition sur son site internet une partie des archives d’Alan Lomax. Images, enregistrements, photographies, vidéos : vous pouvez vous promener sur une carte du monde à travers plus d’un demi siècle1 et découvrir ses collectes : chant de Galice ou du Turkmenistan, ambiance sonore dans les souks d’Errachidia et Meknès au Maroc, entretiens avec des musiciens de République Dominicaine ou avec d’anciens prisonniers qui évoquent les chants en prison et les interprètent…

C’est une merveille de pouvoir parcourir le monde avec Alan Lomax. Il manque certes certains voyages, comme l’Italie ou les premiers enregistrements réalisés pour la Bibliothèque du Congrès entre 1933 et 1942, mais quelques 17 000 fichiers sonores sont accessibles mais aussi les photographies, les émissions radiophoniques et les vidéos. D’autres ressources pédagogiques sont proposées en ligne. Il faut fouiller dans le site car il n’est pas toujours simple à utiliser, mais les découvertes sont nombreuses et belles. Les documents sont citables mais pour toute diffusion il faut prendre contact avec l’association (pour l’utilisation de ces images j’ai eu un retour dans la journée).

 

Crédits photographiques : Musiciens aux tambours lors d’une cérémonie dédiée à Kali à Capesterre Belle-Eau, Basse-Terre (Guadeloupe) en 1962 ; Pêcheur de Sciacca (Agrigento), Sicile (Italie) en 1954 ; Danseurs de sévillane à Sangonera la Verde (Murcia), Espagne en 1952. Photos by Alan Lomax, Courtesy of the Association for Cultural Equity, http://www.culturalequity.org 

  1. Le site donne accès aux archives enregistrées de 1946 à 1990. Les disques d’acetate et d’aluminium gravés entre 1933 et 1942 en collaboration avec la Library of Congress ne sont pas accessibles ici. []

Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

Précipitez vous sur le site du Musée de Genève et ouvrez vos oreilles : les archives sonores du fonds Constantin Brailoiu sont en ligne ! Ce compositeur roumain,  professeur d’esthétique musicale, pionnier de l’ethnomusicologie contemporaine avait été bouleversé par la découverte de la musique traditionnelle de son pays. Il avait ainsi décidé de se consacrer à la collecte de terrain et fondé, en 1928 à Bucarest, les premières archives de folklore roumain. Plus tard, au musée d’ethnologie de Genève où il travailla de 1944 jusqu’à sa mort en 1958, il entreprit de constituer les « Archives internationales de musique populaire » (AIMP) destinées à conserver la mémoire des « mélodies originelles de toutes les contrées du monde ».

Interrogez la base-de-données du musée et vous pourrez entendre des airs enregistrés lors de ses enquêtes de terrain : des danses de noces à la voix, à la flûte et au luth en Bucovie (1928),  des chants de Transylvanie (1933). Les chorales du monde pourront y trouver des répertoires nouveaux parmi les polyphonies de Sardaigne, de Corse ou du bassin de l’Orénoque (Pierre Gaisseau, 1948). Commencez à écouter et vous ne saurez plus où donner des oreilles en parcourant le monde et le temps Cuba en 1957, l’Algérie en 1948, le Japon des années 1940

Vous allez pouvoir parcourir 3028 enregistrements, enregistrés entre 1913 et 1958, que Constantin Brailoiu a réuni au musée d’ethnologie de Genève. Une sélection de ses propres enquêtes (1928-1943) y sont accessibles, ainsi que celles de ses collaborateurs mais vous y trouverez aussi l’intégrale des enregistrements que Gilbert Rouget et Alain Didier ont réalisé au Congo en 1946 dans le cadre du musée de l’Homme de Paris, les enquêtes effectuées par Marguerite Lobsiger-Dellenbach lors de la première expédition suisse au Népal (1952), la série « Música de los cultos africanos en Cuba » de Lydia Cabrera (1957, collection du Musée de l’Homme) et enfin la collection mythique « Folk Music of the United States » (1934-1944) publiée par Alan Lomax pour la Library of Congress.

La base de données est simple mais efficace. Il est possible de rechercher par mot de la notice, instrument, pays, genre musical et population. Des listes closes permettent de se faire une idée des possibilités existantes. Même si il manque d’autres critères de recherche comme les titres des oeuvres interprétées par exemple ou la date de l’enregistrement, la base peut être aisément exploitée. Le contexte des enquêtes, absent dans les notices, est tout de même restitué en partie par les pages web de la future exposition L’air du temps (13 mars – 30 décembre 2009) qui aborde les grandes questions de l’identité et de la mémoire à l’ère de la mondialisation.

Ces documents sont rares et magiques. Permettre leur accès librement est un évènement décisif qui annonce – nous l’espérons tous – de futures mises en ligne d’archives de la recherche et amorce une précieuse cartographie des terrains ethnographiques. C’est la loterie romande qui a financé la numérisation et le traitement documentaire des collections du musée, la française des jeux serait-t-elle aussi généreuse ? Voilà peut-être un bon tuyau pour les centres d’archives sonores de France.

Complément d’information : La physique des tubes, article de Rodéric Mounir paru le 7 mars 2009, sur Le courrier, quotidien suisse et indépendant

Crédit photographique : Roumanie Md de Poulet Bucarest par Ch. Chusseau-Flaviens (ca. 1900-1919), plaque de verre, collection George Eastman House Photography. Pas de restriction de publication connue. http://flickr.com/photos/george_eastman_house/2678363966/