Archives par mot-clé : Algérie

La notation musicale à l’épreuve de la recherche dans l’étude et la sauvegarde des musiques traditionnelles dans le Maghreb

Colloque international

La notation musicale à l’épreuve de la recherche
dans l’étude et la sauvegarde
des musiques traditionnelles dans le Maghreb

Bou Saâda, 30 et 31 janvier 2018

Téléchargement du programme

La notation musicale a de tout temps interpelé musiciens, théoriciens et chercheurs en ethnomusicologie/anthropologie de la musique. Ainsi, à l’instar de la théorie des açâbi° wal madjarî (sorte de tablature) développée à partir du huitième siècle à Baghdad sous la dynastie abbasside par l’école des °udistes ou la sculpture musicale des rythmiques ou tala en Inde du Sud dans le temple Manakshi de Madurai, les civilisations anciennes du monde ont régulièrement fait usage d’iconographies et de divers systèmes de représentation afin de protéger et de perpétuer un répertoire ou une technique de jeu. La tablature développée en Europe à la Renaissance pour la transmission d’interprétations instrumentales diverses dont le luth et l’orgue, et plus tard développée pour l’enseignement de la guitare, en est le meilleur exemple. Continuer la lecture de La notation musicale à l’épreuve de la recherche dans l’étude et la sauvegarde des musiques traditionnelles dans le Maghreb

Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

Les projets numériques se multiplient mais comment  savoir s’il sera toujours possible d’y accéder sur le long terme ? En 2015 nous nous en inquiétions déjà avec l’arrêt brutal de Crevilles et depuis cet été c’est la plateforme MedMem, pourtant soutenue par une institution solide comme l’Ina,  qui ne répond plus :

Et si nous profitions de la nouvelle année pour tirer la leçon de cette inquiétante situation1 ? Continuer la lecture de Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

  1. Il faudrait tenir le compte des disparitions des bases de données et autres projets en ligne, et vérifier où (et si) les données ont été récupérées sur un autre système. Ainsi depuis plusieurs mois maintenant – peut-être même depuis plus d’une année – le site e-corpus [http://www.e-corpus.org] où plusieurs centres de ressources académiques avaient placé leur données n’est plus accessible. Les liens renvoient la plupart du temps à des pages blanches… 10 références sont encore affichées à travers Isidore. []

Le nouveau « Bulletin de l’AFAS – Sonorités » (n°43) en ligne

Le Bulletin de l’AFAS. Sonorités numéro 43, est en ligne et – comme pour le numéro 42 – dès la mi septembre, il sera en vente au format papier sur la plateforme I6Doc.

Ce nouveau numéro s’ouvre sur un hommage à Anne Roche. Professeure de littérature à Aix-Marseille Université, elle a souvent utilisé l’histoire orale et principalement le récit de vie dans ses recherches. Elle avait publié, en 1992, un article qui s’appuyait sur des entretiens auprès d’appelés pendant la guerre d’indépendance de l’Algérie. Continuer la lecture de Le nouveau « Bulletin de l’AFAS – Sonorités » (n°43) en ligne

Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

Du samedi 1er au 5 avril 2017, une formation à la collecte, son archivage et sa valorisation a eu lieu au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques – CNRPAH, suivie par une quinzaine d’étudiants, en master 1 et 2 d’ethnomusicologie1. Ce master, dont la branche algérienne a été créée par Maya Saidani, ethnomusicologue au CNRPAH, est dirigé, en convention avec l’université de Gabès et l’Institut supérieur des arts et métiers, par Mohamed Gouja, musicologue2. Continuer la lecture de Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

  1. Option « Musique et musicologie, option recherche ». []
  2. Du 12 au 15 Avril 2017 un colloque sera organisé à Gabès en étroite collaboration avec le CNRPAH et l’université de Gabès, dans la lignée de la série de colloques que l’Institut supérieur des arts et métiers organise depuis trois ans. La thématique, cette année, portera sur le thème « Maghreb, Sahara, Sahel : unité et diversité culturelle ». []

Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

L’ouvrage de Gregor Mathias La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie, qui vient de paraître aux éditions Vendémiaire est tiré de sa thèse1. L’auteur s’appuie sur les archives de la Préfecture de police de Paris, les archives militaires du SHD de Vincennes, les archives nationales de Pierrefitte, les archives administratives des ANOM d’Aix-en-Provence et des archives privées. Ces archives sont complétées par des entretiens enregistrés d’ouvriers ou de supplétifs de la Force de Police auxiliaire de Paris au cours de l’année 1999. L’ensemble du corpus, riche de plus de 70 heures, a été déposé à la Phonothèque de la MMSH et peut être aujourd’hui écouté sur place. Cette nouvelle publication nous donne l’occasion de mettre en ligne des extraits de ces entretiens qui ont été utilisés dans l’ouvrage et que Gregor Mathias a sélectionné pour l’occasion. Continuer la lecture de Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

  1. Les officiers des SAS et des SAU et la politique de pacification pendant la guerre d’Algérie (1955-1962), soutenue en 2013, sous la direction de Guy Pervillé, à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures , en partenariat avec l’équipe de recherche France méridionale et Espagne. Histoire des sociétés du Moyen âge à l’époque contemporaine. []

Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Dans le cadre de mes études en master 1 « métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation visuelle », j’ai choisi de travailler sur huit témoignages d’appelés de la guerre d’Algérie. Dans la continuité des précédents articles sur les appelés d’Algérie issus du corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie et lui-même intégré au fonds Roche-Taranger, voici la dernière thématique abordée ici : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne, faisant suite à l’annonce de l’incorporation et à leurs relations avec les populations locales.

La majorité des appelés interrogés est favorable à cette indépendance : monsieur Morel, Michel Pietrogiorno, Bernard l’expriment clairement. D’autres comme Roger, Michel, Alain, l’expriment moins explicitement.

Indépendance_day-Algeria
Continuer la lecture de Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Étudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ». L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

Tous les témoignages des appelés de ce corpus sonore évoquent ainsi leurs relations avec les populations locales en réponse aux questions des enquêteurs à ce sujet : globalement peu d’échanges. Certains appelés décrivent succinctement le mode de vie des Algériens dans les mechtas, maisons traditionnelles.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

Etudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ».1. Ce titre faisait référence à leur volonté de mettre en avant des paroles de femmes, qui souvent écrivent mais sont très peu publiées. Cependant, au sein de ce corpus sonore beaucoup d’hommes ont été sollicités ne serait-ce que pour la période de la guerre d’Algérie2. L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

L’annonce du départ :
Dès 1954 jusqu’au début des années 1960, les jeunes gens savaient pertinemment qu’ils allaient effectuer leur service militaire en Algérie et qu’ils y risqueraient leur vie. C’est ce que nous dit Bernard, un appelé dauphinois qui a perdu plusieurs amis partis en Algérie.

La plupart d’entre eux ont été appelés l’année de leur vingt ans mais certains ont pu bénéficier d’un sursis temporaire : comme le disent M.Morel et M.Pietrogiorno.

Beaucoup d’entre eux ressentaient une forte appréhension à être éloignés de leurs proches, comme Alain qui était alors fiancé. Certains pouvaient bénéficier d’une dérogation en cas de situations particulières comme l’explique Michel.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

  1. Ce fonds  a été déposé en 2009 à la phonothèque de la MMSH sous forme de cassettes audio et de transcriptions. Il est né des enquêtes orales réalisées au sein du cours de littérature enseigné par Anne Roche, professeure de littérature, entre 1977 et 1992, en collaboration avec Marie-Claude Taranger, professeure de cinéma, à l’Université de Provence []
  2. Dans le cadre de cet enseignement, les étudiants pouvaient enregistrer leurs entretiens avec des membres de leurs familles, des amis de leurs parents ou grands-parents. Pour en savoir plus au sujet de ce fonds et de son élaboration, l’article de Matthieu Andreani est assez éloquent :  à lire ici. Concernant la thématique de la guerre d’Algérie, c’est en tout trente-trois entretiens  qui ont été, pour la plupart, enregistrés au cours de l’été 1991 par les étudiants ayant suivi l’enseignement d’Anne Roche sur lesquels elle s’est appuyée pour publier un article en 1992 : Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé : autobiographie d’appelés en Algérie. []

Algérie-France 1954-1962 : Éléments de mémoire historique pour aujourd’hui

Dans le cadre de la semaine anti-coloniale et antiraciste à Marseille, une soirée est organisée autour du thème de la mémoire historique Algérie-France  le 1er avril 2016 (19h, Dar Lamifa, 127 rue d’Aubagne, 13006 Marseille). Elle se propose d’apporter des éclairages sur la face souvent ignorée de la colonisation et de la guerre d’indépendance algérienne de 1954-1962.

Trois moments composeront cette soirée, chacun suivie d’un débat :

Parcours de recherche par Hélène Bracco , historienne à propos de son ouvrage : Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie•.
Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco.

Vernissage : « Algérie, un retour pour la paix » : Exposition photographique et fragments filmés, par Carole Filiu Mouhali et Ferhat Mouhali.

Représentation : La blessure
Texte théâtral de Michel Bracco, mis en scène par Pauline Estienne (avec la participation de l’auteur) et interprété par Charlotte Lavigne et Pauline Estienne.(libre participation aux frais).

En 1830, l’État français commence la conquête de l’Algérie, alors partie de l’Empire Ottoman. A partir de la deuxième République (1848), l’Algérie devient trois départements français ouverts à une politique de peuplement : Français de la « métropole » mais aussi Européens (Espagnols, Italiens principalement). Des terres « indigènes » furent distribuées à certains arrivants afin d’enraciner socialement le nouveau peuplement. Les enfants d’Européens nés en Algérie purent opter pour la nationalité française à leur majorité tandis que les« indigènes » furent soumis au code de l’indigénat (les Juifs d’Algérie devinrent citoyens français en 1870 ; Ils cessèrent de l’être sous le régime de Vichy). Les « indigènes » furent également soumis comme « sujets français » à la conscription qui les fit participer aux guerres de la France et en particulier aux deux guerres mondiales.Les insurrections, comme les manifestations contre la colonisation, furent réprimées.L’insurrection algérienne du 1er novembre 1954 suscita la réponse du ministre de l’intérieur de l’époque, François Miterrand : « La seule négociation c’est la guerre ». On appela cette guerre« opération de maintien de l’ordre » (colonial en l’occurrence) jusqu’en 1999.

Crédits photographiques : olivier peigné par le vent à Tipaza, photogr. 2012, V. GInouvès CC-BY-NC.

 

Hommage à Abdelkader Rahmani

Abdelkader Rahmani, officier algérien de l’armée française s’est éteint à l’âge de 92 ans. Lieutenant de cavalerie blindée, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire des Nations Unies. Pour avoir refusé de se battre contre ses frères pendant la guerre d’Algérie, il est emprisonné, puis verra son avenir professionnel réduit à néant. Une voix dissidente sur la guerre d’Algérie s’est tue. Ses témoignages peuvent être écoutés en ligne sur Ganoub,  la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ils font partie de la collection Actes de refus civils et militaires dans la guerre d’Algérie (1954-1962) (12h), enregistrés par Hélène Bracco en 2007.

couvR

En 1956, Abdelkader Rahmani, entre en désobéissance, entraînant avec lui cinquante-deux autres officiers algériens. Ils écrivent au Président de la République, René Coty, exposant leur cas de conscience à aller combattre les leurs : “Nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts où la France nous envoyait la défendre… Des officiers algériens continuent à servir la cause française face à leurs compatriotes, peut-être même face à leurs parents, et tombent au service de la France en Algérie… Nous ne pouvons plus supporter que notre pays soit à feu et à sang, que nos parents soient massacrés par des hommes portant un uniforme qui est aussi le nôtre. Régulièrement les bataillons nord-africains et leurs cadres sont envoyés en Afrique du Nord pour combattre leurs frères de sang, au risque de détruire leur village natal et peut-être même de mitrailler leurs femmes et leurs enfants… Peut-on refuser à un Algérien d’avoir un drame de conscience ?”

Le 1er mars 1957, il sort de forteresse, en transit pour la prison de Fresnes. Il vient d’être inculpé d’entreprise de démoralisation de l’armée. L’histoire de son refus, il l’écrira dans un livre paru au Seuil en 1959, saisi dès sa sortie : L’affaire des officiers algériens. Dès son enfance et son adolescence en Kabylie, il perçoit la discrimination à l’encontre des habitants non Européens. Après avoir fait l’école des officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie (EOAT), il réussit à intégrer l’école d’officiers de Saumur, où il se bat pour imposer sa compétence d’officier  » nord-africain « , malgré les injustices dont sont victimes les militaires « indigènes ». En 1948, au moment de sa promotion au grade de sous-officier, le gouvernement lui fait rejeter la nationalité française. Il ne l’obtiendra à nouveau qu’en 1967.

Après son entrée en désobéissance, c’est la prison (sans avoir jamais été jugé), puis la résidence surveillée, et la punition : rétrogradé et placé en position de non activité par retrait d’emploi pendant quinze ans, huit mois et cinq jours. Après trente-trois années de présence dans l’armée, il se retire avec sa seule retraite de lieutenant, sans aucune réparation salariale, sans aucune compensation, aucune restitution de ses grades, ni indemnités, « à l’inverse des officiers de la torture, amnistiés, promus, généreusement gratifiés, pensionnés, blanchis » s’insurgera-t-il jusqu’au bout. Il est décédé le premier septembre 2015.

Hélène Bracco, Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie (1954-1962),  Paris-Méditerranée, 2003

 

Crédits photographiques : photographie « à la une » repérée dans l’article Bejaia : Un fort hommage à Abdelkader Rahmani, le père fondateur de l’académie berbère, publié sur El Goual, le 19 septembre 2015, pas d’indication de photographe ni d’utilisation. La photographie est prise par Bastien Idot à l’occasion d’un article publié le 5 novembre 2013 sur La nouvelle République sous le titre Le lieutenant Rahmani prêt à raconter sa guerre de Corée . Merci à Bastien Idot de nosu l’avoir indiqué.