Archives par mot-clé : Algérie

Offre d’emploi : traitement documentaire d’un fonds sonore du Sud Algérien enregistré dans les années 1960

La phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence recrute un(e) assistant(e) de documentation à plein temps pendant 3 mois pour traiter un fonds sonore constitué par des enquêtes de terrain enregistrées dans le Sud Algérien dans les années 1960 (thématiques : vie quotidienne, vie agricole, tradition orale des touaregs).

En collaboration avec la responsable des archives sonores et en lien étroit avec les équipes de recherche, l’assistant(e) de documentation analysera et valorisera des enregistrements en langues arabe et tamasheq.

Profil recherché :

Ayant suivi une formation dans le domaine des sciences humaines et sociales et/ou de la documentation, vous avez une bonne connaissance de la méthodologie de l’enquête de terrain. Vous disposez de rigueur et d’organisation, de qualités rédactionnelles et d’un bon niveau en langue arabe ou tamasheq.

Compétences souhaitées :

  • connaissances dans les métiers de la documentation, des archives ou des bibliothèques ;
  • connaissance des méthodes d’enquêtes de terrain en sciences humaines et sociales ;
  • connaissance de l’arabe et/ou du tamasheq ;
  • maîtrise des logiciels de bureautique : Word et OpenOffice.
Pour postuler :
Lettre de motivation et CV à envoyer à Véronique Ginouvès : ginouves[@]mmsh.univ-aix.fr

Information sur le poste :

Date de disponibilité : 1er octobre 2011

Poste : assistant(e) de documentation

Contrat : CDD plein temps

Rémunération : en fonction des diplômes entre 1800 et 2100 brut

Région : Provence Alpes Côte d’azur.

Lieu de travail : MMSH, Aix-en-Provence, 5 rue du château de l’horloge (Jas de Bouffan). Le télétravail est exclu.

Mission : préparation, analyse, valorisation d’archives sonores en langues arabe et tamasheq.

Date limite de réponse à l’offre : 26 septembre 2011.

Début du contrat : 1er octobre 2011

Diplômes : A partir de bac +3

La phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH réunit les enregistrements du patrimoine sonore qui ont valeur d’information ethnologique, linguistique, historique, musicologique ou littéraire sur l’aire Méditerranéenne. Ces archives sonores documentent des champs peu couverts par les sources conventionnelles, ou les complètent avec le point de vue des acteurs ou des témoins. Les notices et une partie des enregistrements sont accessible sur la base de données Ganoub (le Sud en arabe).

 

 

 

 

 

Hommage à Marceau Gast, portrait d’un honnête homme du 21e siècle

Les 14 et 15 mars 2011 ont contribué à garder vivante la mémoire de Marceau Gast mais ont aussi permis d’éclairer et de mieux faire connaître son travail scientifique comme son engagement social et éducatif. En réunissant les chercheurs et enseignants, anciens collaborateurs, de Marceau Gast mais aussi ses parents, ses amis, ses lecteurs ou des curieux, il s’agissait de donner corps à son œuvre. L’ambition était aussi d’ouvrir des pistes pour prolonger ses axes de recherche et conjurer l’embaumement patrimonial qui menace souvent après une journée d’hommage. Bien au contraire, la présence attentive et bienveillante de Madame Gast, avec celles de ses enfants et de son neveu, leur ont donné une force et une densité particulières. Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker ont réussi leur pari de permserraettre non seulement de (re)découvrir un chercheur, un homme et ses actions mais aussi d’envisager des projets sur le long terme autour de son oeuvre.

C’est avec une ferveur communicative que Luigi Serraont a ouvert les journées en évoquant le contexte intellectuel dans lequel Marceau Gast a développé ses recherches. Avec nous, il a retraversé les années et le désert du Sahara où il a souvent accompagné Marceau Gast. Il s’est souvenu des débuts de leur complicité scientifique et culturelle, liée à une discussion scientifique sur les gravures rupestres du Sud du Sahara. Une collaboration interdisciplinaire et internationale s’est alors mise en route, avec, dès le départ, la volonté de lutter contre les assauts violents portés à la culture de cette zone encore mal connue à cette époque. Le premier congrès international des civilisations méditerranéennes à Amalfi (1983) fut la réussite scientifique qui les souda pour les années à venir et régulièrement d’autres journées continuèrent d’être organisées, toujours dans cette dynamique. Il y eut ensuite un autre congrès sur la cité méditerranéenne – interrogeant la naissance et la vie d’une communauté saharienne – (Bari, 1988) puis un autre encore sur le multiculturalisme et le plurilinguisme dans le Maghreb arabe et berbère (Amalfi, 1995). Les intellectuels de la culture méditerranéenne y étaient toujours tous présents : Marc Bloch, Fernand Braudel, Gabriel Camps, Bruno Etienne, Pierre Galand… et Marceau Gast avec sa délicatesse, son enthousiasme et sa sagesse. C’est lui qui a permis, par ses échanges stimulants et toujours fructueux, de créer les différents programmes d’enseignement à l’université de Naples, L’Orientale où avait été ouverte la première chaire de berbère en 1917. Ainsi, afin de contextualiser au mieux l’étude des langues berbères a été créé une série d’enseignements comme « Epigraphique libyque berbère », « Dialectes berbères », « Civilisation antéislamique », « Histoire contemporaine de l’Afrique du nord berbère »., « Histoire et culture des peuples berbères », « Littérature orale et traditions populaires de l’Afrique du Nord ». Dans cet hommage où l’émotion lui donnait une éloquence inouïe, Luigi Serra s’est adressé à son collègue fidèle, curieux, stimulant, cet ami « terriblement moderne » qui n’allait plus nous quitter pendant deux jours.

Presque par hasard, Evelyne Simonin s’est passionnée de désert et plus précisément du Sahara, puis du personnage de Marceau Gast. Elle a voulu rencontrer cet homme dont elle entendait si souvent parler et décidé d’en écrire la biographie à partir d’entretiens enregistrés. Dans son intervention, elle a traduit pour l’occasion l’itinéraire de Marceau Gast en images depuis le domaine agricole de la Trappe jusqu’à son retour en France et ses terrains yéménites. Au-delà des informations biographiques cette intervention a suscité des questions archivistiques très intéressantes. Par exemple, les dessins des élèves de la « tente hutte école » que lui a confiés Marceau Gast et les textes des enfants, rédigés dans la mouvance de la pédagogie Freinet sont apparus comme de véritables archives ethnographiques qui mériteraient une conservation et une valorisation à part entière. Ensuite, les entretiens qu’Evelyne Simonin a enregistrés auprès du chercheur dans les années 2006-2009 sont également précieux parce qu’ils viennent croiser ceux d’Hélène Claudot-Hawad enregistrés en 1997-1998. Ils viennent aussi compléter notre compréhension de la construction de son histoire intellectuelle. Par ailleurs, les photographies qu’elle a montrées sont souvent venues en écho à l’intervention qui clôtura la journée. Là, Hélène Claudot-Hawad a insisté sur la place centrale de l’image dans la recherche de Marceau Gast qui, au-delà de la simple information, lui donnait toujours une fonction d’éclairage sur le geste, le procédé de fabrication, l’usage de l’objet.

Deux chercheurs algériens de l’ex CRAPE [Centre de recherches archéologiques, préhistoriques et ethnographiques] ont ensuite témoigné de la vitalité de la recherche scientifique dans ce laboratoire où a longtemps travaillé Marceau Gast. Slimane Hachi, directeur de l’actuel CNRPAH [Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques] a rappelé que son laboratoire avait publié tout récemment (2009) l’édition algérienne de Tikatoûtîn et il a présenté un documentaire restituant l’ambiance de la remise d’une partie de la bibliothèque scientifique de Marceau Gast à l’Algérie. Il a signalé que le CNRPAH vient de rassembler un mélange de ses articles, paru dans un ouvrage tiré à 1500 exemplaires tout en regrettant le manque de distributeur en France pour les livres publiés en Algérie. Malika Hachid a, elle, raconté une histoire qui aurait passionné Marceau Gast à qui elle a dédié son intervention, y associant ses professeurs disparus. Elle suggère que les petits hommes que l’on retrouve sur les peintures rupestres du Sahara central appartiennent au peuplement “assabat”, auquel se serait joint un flux de population plus tardif, chassé par la conquête ottomane. Sa recherche s’appuie sur la méthodologie que Gabriel Camps et Marceau Gast ont impulsée : une comparaison des gravures, des objets ethnologiques, des dessins et des récits des voyageurs du 19e siècle.

Plusieurs chercheurs se sont ensuite succédé, présentant les démarches et les collaborations tissées avec Marceau Gast au fil du temps. Philippe Lefevbre-Witier, médecin anthropologue généticien, a rencontré Marceau Gast dès 1965. Une collaboration amicale et fidèle en est issue, en particulier sur les programmes de recherche sur la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central. Tatiana Ben Fougal a présenté, à partir de l’exemple des nattes de paille, l’intérêt du travail de Marceau Gast concernant la culture matérielle. Elle est revenue sur son travail de rédaction de notices pour le Musée du Bardo à Alger dès 1959 puis son entrée au Musée de l’Homme à Paris auquel il sera lié pendant 40 ans en démontrant combien les objets ethnographiques étaient pour lui des médiateurs entre la société et les hommes qui lui permettaient de remonter dans le temps. Ce fut aussi l’occasion de revenir sur la longue collaboration que Marceau Gast eut avec Dominique Champeau, chercheure qui marqua son parcours et pour laquelle il rédigea un livret d’hommage à sa mort. Narjys El Alaoui partit, elle, d’une anecdote d’un lézard prisonnier sous un couscoussier, pour évoquer cet animal en un hommage à l’ethnologue si attentif au milieu naturel. Sophie Ferchiou raconta combien la présence de Marceau Gast avait été importante pour elle quand, venue de Tunisie en 1970 pour écrire sa thèse, il s’est intéressé à son sujet, l’a réconfortée et soutenue avec une grande générosité. Hélène Claudot-Hawad clôtura la journée en évoquant les recherches menées sur la parenté chez les Touaregs et le déroulement des enquêtes sur les généalogies, les alliances et la transmission des biens et des pouvoirs. A ce moment, l’assemblée avait l’impression de bien connaître ce savant enthousiaste et curieux, et d’avoir partagé ces moments de convivialité avec ses étudiants à qui il transmettait son désir d’apprendre et de transmettre.

Jorge Onrubia Pintado, préhistorien à l’université de Castille–La-Manche, présidait la matinée du 15 mars, redoutablement émouvante. En effet, Madame Camps, accompagnée de sa fille, a rejoint l’assemblée et la famille Gast dans la matinée pour écouter les conférenciers,   en souvenir de cette amitié scientifique qui a si longtemps lié Marcau Gast et Gabriel Camps. Un lien qui explique certainement le fort tropisme préhistorique que l’on a retrouvé dans les interventions de cet hommage.

Pierre Augier a tout d’abord présenté une nouvelle facette de Marceau Gast, celle de l’ethnomusicologue. Au-delà de son récit de leur étude de la musique touarègue, riche en anecdotes depuis leur rencontre à Alger en 1967, il a évoqué l’intuition scientifique de son ami en rappelant le Colloque international d’imzad de 2005 où Marceau Gast avait fait une communication brève mais très importante (Sauver l’imzad et son contexte en pays touareg) dans laquelle il traçait un véritable programme de recherche sur cet instrument. François Borel, nous a fait la surprise de nous permettre d’entendre Marceau Gast parler du Sahara à des élèves d’une classe d’enfants en Suisse. Je remercie au passage François Borel d’avoir déposé à la phonothèque de la MMSH une copie numérique de cette bande de 40 minutes qui viendra compléter les archives sonores de Marceau Gast. L’enregistrement a été réalisé par son ami Pierre Guérin dans le cadre de l’Ecole de Plein Air à Chanteloup où se pratiquait la pédagogie Freinet. On y entend l’ethnologue qui répond aux questions des enfants sur les marques des voitures qui roulent dans le désert, les chameaux, l’oued ou les gazelles… Thierry Tillet, préhistorien à l’université de Grenoble, a rappelé les missions Berliet « Ténéré Tchad » et leur impact archéologique.

Puis l’équipe de la phonothèque de la MMSH a présenté le fonds sonore de Marceau Gast. Celui-ci avait choisi d’y déposer la totalité de ses enregistrements de terrain, après avoir longuement discuté de la méthodologie mise en œuvre par la phonothèque. Soucieux de la transmission de ses enregistrements il avait signé au moment de son dépôt un contrat précisant les droits d’utilisation et de diffusion de ces archives. Ce fonds est désormais entièrement numérisé et en partie traité (pour ce qui concerne le Yémen, le Queyras et les enregistrements de colloques) et intégré à la base de données d’archives scientifiques de la phonothèque accessible en ligne (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr). Il reste encore à réaliser l’analyse des enquêtes de terrain de la partie sur le Sud du Sahara. Pour cela il est nécessaire que la MMSH trouve des financements propres permettant en particulier d’engager un catalogueur formé aux méthodes des sciences humaine et sociales et capable de comprendre à la fois l’arabe et le tamahaq.

Nicole Gast-Fabregas sa fille et Jean-Marie Jacono son neveu, ont réalisé un exercice difficile, celui d’évoquer la relation entre espace familial et espace de recherche. S’appuyant sur une méthodologie académique en trois points, Jean-Marie Jacono a su entrer dans le monde de l’intime avec légèreté et précision. Selon lui, l’ancrage de cette vie familiale imbriquée dans la vie du chercheur prend naissance dans cette enfance au cœur du système colonial, dans une famille qui avait la volonté de sortir du cadre figé du colonialisme. C’est ainsi que Marceau Gast apprit très tôt l’arabe à l’école coranique et que dans sa maison familiale, les invités étaient aussi des Algériens. Il a ensuite analysé l’imbrication entre espace public et familial que vivait Marceau Gast, créant un cadre de sociabilité semblable à celui du Maghreb. Sa maison était ouverte à tous parents et amis, de façon non hiérarchisée et toujours avec les acteurs de la recherche, en lien avec les activités de la recherche. Sa conception du cadre familial était à l’image du campement saharien où les visiteurs sont toujours bienvenus : parents et amis sur le même plan. Cette façon de vivre, cette auberge où tout est huilé, ne fonctionne que grâce à son épouse qui est le pilier dans la durée de cette vie familiale. C’est elle qui propose à tous, et sans relâche, une cuisine mixte, maghrébine et européenne : Jean-Marie Janono dans un clin œil utilise le terme de  « Gasthaus »1.

Car enfin, l’espace familial est complètement imbriqué au terrain de sa recherche. La maison est à la fois un espace de travail, un lieu d’expérimentation, un espace de convivialité où des chercheurs d’origines différentes se retrouvent avec la famille, un espace de transit et d’accueil de ceux qui circulent vers le Sud. Jean-Marie Jacono laisse aussi deviner que la dimension patriarcale devait être très forte. Sa fille, non sans humour, rappelle la réalité de cette façon de vivre qui mêlait si étroitement vie familiale et recherche car de retour du terrain, le père faisait expérimenter à la famille les goûts, les gestes, les usages. Il fallait moudre le blé sur les meules sahariennes, manger de l’orge perlé, du fenouil grec ou du blé concassé, de la chèvre et de la bouillie de mil.

Salem Chaker a clos cette matinée en rappelant l’apport de Marceau Gast pour L’Encyclopédie berbère et plus largement pour la connaissance des mondes berbères. A lui seul, il représente 5% de l’écriture de l’encyclopédie à travers 30 articles sur les 32 fascicules qui ont été édités depuis décembre 1984. Un engagement continu mais aussi une qualité scientifique toujours égale dans une volonté de complétude et d’insertion pluridisciplinaire des objets qu’il décrivait en valorisant leur statut culturel et social.

Les institutions ont été sensibles à la nécessité de valoriser la mémoire de Marceau Gast : la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et l’université de Provence ont largement soutenu l’organisation de cette journée (Denis Bertin, VP Recherche de l’université était présent). Les textes de cette journée et demie seront également bientôt publiés.  Mais au-delà, se sont dessinés des axes de recherche qui laissent imaginer la poursuite de ses travaux. La mise à disposition de ses archives et la revisite de ses terrains, en particulier, permettent d’envisager de nombreux projets. Et puis son expérience de pédagogue domine, laissant les traces d’un homme capable de dialoguer avec tous efficacement. Une façon d’être qui a de nombreuses fois été reliée par les participants à son implication dans la pédagogie Freinet et à une question qu’il posait sans cesse, et qu’on oublie trop souvent de poser : à quoi ça sert ?

Lors des journées dédiées à Marceau Gast, Gisèle Seimandi a lu une poésie écrite en son hommage qu’elle m’a aimablement autorisée à reproduire ici.


Merci pour leurs relectures et leurs corrections à Pierre Augier, François Borel, Hélène Claudot-Hawad et Laure Principaud, Gisèle Seimandi. Merci également à Pierre Augier d’avoir retravaillé qualitativement une partie des photographies affichées dans ce billet.

Crédits photographiques : portrait de Marceau Gast : photographie de famille – Images de la journée : Véronique Ginouvès.



  1. En langue allemande, Gasthaus signifie « auberge », le terme est construit sur « la maison (Haus) des hôtes (Gast) » http://en.wikipedia.org/wiki/Gasthaus []

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, deuxième journée (4 octobre 2010)

La deuxième journée des rencontres d’Alger sur le patrimoine immatériel avaient deux objectifs concrets. Il s’agissait  d’une part de  faire des propositions pour organiser des projets de numérisation et de diffusion de sources sonores et audiovisuelles dans le domaine de l’ethnomusicologie mais aussi de mettre en place un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie.

Discutante de la première séance, je n’ai pu prendre toutes les notes nécessaires à la retransmission des communications de Nasredine Baghdadi, directeur des archives de la radio nationale algérienne et de Hadj Miliani, professeur en littérature comparée à l’université d’Oran.  N. Baghdadi a relaté point par point la chaîne de traitement numérique mise en place pour les archives sonores radiodiffusées  tandis que H. Miliani  présentait la construction d’un catalogue des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000).  Cette dernière intervention, très documentée, a mis en lumière tout l’intérêt à ne pas se limiter aux seuls documents de terrain dans la collecte. Il est encore possible d’identifier des documents édités chez de nombreux collectionneurs, ces enregistrements sont fragiles, complexes dans leur histoire éditoriale et il est capital de les numériser et de les cataloguer aux côtés des enregistrements de terrain. A l’écoute des interventions, il apparaît fondamental d’introduire dans le système d’enseignement algérien les digital humanities, discipline qui émerge progressivement en Europe. Les besoins en terme de formation et de réalisations numériques sont importants chez les chercheurs algériens. Ils pourront s’appuyer sur les méthodes et les outils développés par cette jeune communauté pour travailler sur la structuration des données et leur édition.

La question de l’enseignement est au coeur des missions du CNRPAH . Une école doctorale d’archéologie a déjà été mise en place. Elle accueille des étudiants licenciés en archéologie pour préparer un magister (le Master en Europe) ou un doctorat dans le domaine. Dans la même lignée, va être mis en place en 2011 au CNPRHA un nouveau programme pour les métiers de la culture, sur le patrimoine culturel immatériel. L’ethnomusicologie fera partie intégrante du projet. Dans une conférence introductive, Mehena Mahfoufi, ethnomusicologue, a dressé un état des lieu des différentes catégories des musiques algériennes qui pourraient intéresser les études d’ethnomusicologie en s’appuyant sur son expérience de terrain en Kabylie. Pour pouvoir être étudiées dans leur complexité, ces catégories sont destinées à se répondre : musiques professionnelles et non professionnelles, musiques religieuses et profanes, musiques familiales et publiques, pratiques féminines et masculines… Au-delà de la catégorisation, il est également nécessaire d’aménager de nouvelles formes d’écriture de la musique. En effet, l’écriture de la musique occidentale s’avère insuffisante pour les musiques traditionnelles. A titre d’exemple, Mehena Mahfoufi a évoqué le concert organisé la veille par le CNRPAH sur la musique de type « Sraoui ». Il a rappelé à l’auditoire un son étonnant et récurrent qui s’entendait, une sorte de gloussement effectuée par le chanteur. Voilà un élément vocal évoqué déjà  Bartok1 lors de ses collectes en 1913, impossible à noter sur les partitions classiques…

Cette intervention a donné lieu à un débat sur la question des aires culturelles : quelles sont celles qui doivent être l’objet d’étude de la discipline ? A la question,  ”Le genre musical dépasse-t-il les frontières nationales ?” l’auditoire est unanime, oui la musique ne se préoccupe pas des frontières. Par contre la question de la dénomination de la musique en fonction d’une aire (quelle qu’elle soit) enflamme la discussion. Ainsi peut-on utiliser le terme de “musique arabo-musulmane supranationale » ? Pour Mahmoud Guettat, l’entité “arabo-musulmane supranationale” repose musique modale, éloignée de la musique tempérée et tonale de l’occident. De cette musique modale, un fil conducteur (qui reste encore à analyser avec précision) permettrait à un marocain -par exemple- d’être sensible à la musique iranienne ou turque. En réponse à cet argumentaire, plus d’un participant rappelle que la modalité existe dans nombre de musiques traditionnelles qui ne font pas partie du monde musulman, à commencer par l’Australie… Mais tous s’accordent à dire que l’ethnomusicologie doit, en tout cas, s’attacher aux diversités locales, plutôt que de produire des discours génériques sur les pays.

Dans sa conférence Mahmoud Guettat avait pour objectif de proposer des méthodes à mettre en œuvre pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb et il a commencé par souligner le travail qui restait à faire.. Il s’est appuyé sur trois expériences concrètes. La première a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2004, réédité en 2009 par le ministère de la culture algérien sur la musique du monde arabo musulman2 qui présente une bibliographie analytique et critique de plus de 2000 titres d’ouvrages et de 600 disques. La deuxième s’appuie sur son expérience de chercheur et d’enseignant à l’ISM (institut supérieur de musique) de Tunis qu’il a créé en 1982. Enfin, la troisième expérience est celle déjà évoquée du centre de musiques traditionnelles créé dans le sultanat d’Oman. Le répertoire musical, très riche et varié, est représenté dans une collection sonore qui couvre tout le terrain d’Oman. Très largement soutenu par l’UNESCO, ce projet ne donne encore aucun accès au grand public. Enfin, parmi les outils à constituer, il s’avèrerait très productif de dresser une carte musicale du Maghreb qui valorisant les travaux réalisés dans le domaine ethnomusicologique. En effet, ombre d’études ont été menées mais malheureusement, la plupart demeurent dans l’obscurité : la matière existe mais elle n’est pas archivée, diffusée, distribuée.

D’après Mahmoud Guettat  la culture musicale algérienne est encore méconnue et elle offre une matière abondante pour la recherche, laissant imaginer la richesse des recherches à venir. En tant qu’enseignant, il considère comme essentiel de trouver un équilibre entre l’enseignement de la musique traditionnelle, trop souvent oubliée, et celui de la musique classique.  La profusion des recherches sur la Nouba ne devraient pas en empêcher d’autres sur les musiques populaires. Car la recherche doit aussi servir à balayer les lieux communs. Il faudrait dépasser certains mythes comme celui du système tonal et de l’échelle à 24 quarts de ton institué comme modèle musical, refuser de continuer à colporter l’idée d’une origine mythique de la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, arrêter d’essayer de reconstituer la musique antique ou médiévale à partir des musiques du Maghreb… Nombreux sont les clichés qui ont la vie dure ! Et pourtant, il est évident qu’au fil des ans, des siècles, le répertoire n’a pas seulement été copié mais il a été enrichi, modifié profondément. Il est temps désormais de revenir sur les corpus, de les écouter, de partir sur le terrain pour des lectures musicologiques et saisir les marqueurs dans la société, de réaliser un vrai travail critique, exhaustif, sur l’histoire musicale de la musique  algérienne et d’aiguillonner les étudiants vers une recherche loin de tous préjugés. Un enseignement de ce type ne peut se fonder sur la reproduction pétrifiée d’un répertoire, il doit laisser la place au changement, aux réinterpréations, à la création. Dans cette dynamique, toutes les universités du Maghreb doivent s’ouvrir vers l’étude des musiques du monde dans leur ensemble…

A une question dans la salle sur l’existence de collectes sur la musique berbère en Tunisie, Mahmoud Guettat souligne que cette musique est bien vivante dans le Sud du pays. Pour lui, c’est bien la preuve que la musique n’a rien à voir avec les frontières politiques et que parfois, si elle a été étouffée, elle peut ressurgir ou réapparaître, « digérée » dans des régions limitées. Au chercheur de la découvrir.

La conférence de Maya Saidani, membre du comité organisateur de ces journées, a rappelé les missions du CNRPAH en insistant sur la volonté de l’Algérie de rompre son isolement. Trois axes dominent les projets à venir : la formation, la numérisation des sources à grande échelle et leur structuration, et surtout bien entendu, ne jamais cesser de faire de la recherche. Pour étayer cette position, dans une dernière série de conférences, Jürgen Elsner, Pierre Augier et Abdelmadjid Merdaci ont présenté leurs différentes recherches dans le domaine. Enfin, Youssef Nassib a listé l’ensemble des recommandations émanant de ces deux journées afin que tous les projets à venir puissent en tenir compte.

En conclusion, Slimane Hachi (directeur du CNRPAH) a exprimé tout l’intérêt qu’il a porté à l’ensemble des communications, confiant à l’auditoire qu’il était bien loin d’imaginer la qualité des résultats lorsqu’il avait confié la direction scientifique de ces journées à Maya Saidani. Non seulement elles se sont avérées riches de propositions et encourageantes pour l’avenir mais elles sont aussi venues confirmer la place capitale de l’ethnomusicologie en tant que discipline dans le travail d’inventaire à mener pour l’UNESCO sur le patrimoine immatériel en Algérie. Slimane Hachi a confirmé la volonté du CNRPAH de prendre une place centrale dans les questions de culture en Algérie, de la préhistoire à nos jours. Si le Ministère de la Culture est le responsable et le comptable de l’état de santé du patrimoine culturel algérien, le CNRPAH, lui, en est le bras scientifique. La rigueur des méthodes engagées, des cheminements que le laboratoire a suivis, valident ce choix. A la différence de l’inventaire classique demandé par l’UNESCO, la base de données sur le patrimoine immatériel de l’Algérie qui va être mise en place, est un acte de souveraineté nationale : il s’agira d’un chantier permanent. Les thèses, les articles, les ouvrages, les films, les entretiens, les analyses multiples et les supports sous toutes leurs formes qui pourront y être intégrés seront collectés par des scientifiques, qu’ils appartiennent au CNRPAH ou à son réseau de collaborateurs. Ils pourront y verser tout les savoir  qu’ils ont accumulés depuis des années et ceux des années à venir. Cette base de données constituera un véritable  vivier pour former les futurs cadres de la nation dans le domaine culturel et offrira des outils permanents et structurels pour consolider la mise en place d’une école doctorale sur l’ensemble du patrimoine immatériel : savoir faire, ethnomusicologie, littérature orale… Des appels internationaux seront lancés pour récupérer le patrimoine algérien collecté par les chercheurs étrangers et les programmes de coopération seront amplifiés. De beaux projets en perspective, à suivre sur le site du CNPRAH.

Le programme des journées : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

Le compte rendu du 3 octobre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3904

Crédits photographiques : vue du port d’Alger ; Véronique Ginouvès, Nasredine Baghdadi et Hadj Miliani (de gauche à droite) ; Mehena Mahfoufi discute avec Mahmoud Guettat (de dos) ; Maya Saidani (au micro) et Mahmoud Guettat ; Mahmoud Guettat, Pierre Augier et Jürgen Elsner (de gauche à droite) ; Maya Saidani, Slimane Hachi et Youssef Nassib (de gauche à droite). Photographies de V. Ginouvès, octobre 2010.

  1. Bartók and Arab Folk Music PC CD-ROM. UNESCO, European Folklore Institute, Institute for Musicology of HAS, Ministry of Cultural Heritage. Budapest, 2006. []
  2. Mahmoud Guettat. Musiques du monde arabo-musulman : guide bibliographique et analogiques. Approche analytique et critique. Dãr Al-‘Uns, 2004. 243p. []

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, première journée (3 octobre 2010)

Depuis la ratification par l’Algérie de la convention de l’UNESCO DE 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Ministère de la culture algérien s’est engagé sur la réalisation d’un inventaire de ce patrimoine sur le sol national et a confié cette mission au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques). Cet inventaire, Slimane Hachi directeur du CNRPAH, l’envisage comme un chantier ouvert et permanent, qu’il rapproche – non sans humour – aux constructions des maisons algériennes pour lesquelles on prévoient toujours de construire un nouvel étage sur la terrasse…  Pour réaliser au mieux cette entreprise, le CNRPAH organise régulièrement des journées thématiques dans une volonté de formation et de réflexion sur le patrimoine immatériel et ce dans toutes les disciplines. Déjà des journées d’étude avaient été organisées en 2008 sur la littérature orale. Le centre est en train d’en programmer de nouvelles, sur tous les thèmes qui touchent au patrimoine immatériel.  Le programme scientifique de celles d’octobre a été élaboré par Maya Saidani, maître de conférence à l’école normale supérieure d’Alger, et Ouiza Gallleze, philosophe. Les musiques algériennes de tradition orale sont riches, multiples et certaines demandent encore à être mieux connues.  Dans cette quête de la préservation et de la valorisation du patrimoine immatériel, le CNRPAH a plusieurs projets et il en est un que Maya Saidani porte depuis longtemps : pouvoir numériser et traiter les archives sonores musicales déposées dans le centre. Une quinzaine de jours avant ces journées, le centre a justement reçu une station de numérisation du son. Elle va être installée très vite et sera mise au service de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette effervescence qu’ont eu lieu à Alger, les 3 et 4 octobre 2010, ces rencontres sur l’ethnomusicologie.

Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Louise Gallezez, philosophe, et Maya Saidani, ethnomusicologue, lors de l'ouverture des journées sur l'ethnomusicologie le 3 octobre 2010

Ces deux journées se sont avérées d’une extrême densité. Elles ont été également très constructives pour le CNRPAH, qui a pu y puiser des idées non seulement pour la mise en place de l’inventaire du patrimoine immatériel algérien à préserver mais aussi pour la création de la cellule de numérisation et d’archivage des entretiens de terrain qui sera mise en production très prochainement au sein du centre.

Trois axes orientaient les discussions : la définition de la discipline et ses perspectives, la  formation à l’ethnomusicologie au niveau des doctorats, les questions de numérisation et d’archivage du patrimoine musical. En guise d’introduction, les interventions sur les questions de définition de ces deux journées se sont appuyées sur deux colloques internationaux organisés au CNRPAH en 2007 et 2009 et qui avaient déjà tenté de définir les études algériennes du domaine. Mehenna Mafoufi a rappelé combien l’Algérie avait été arpentée par des passionnés, démontrant la variété de la substance musicale et l’importance de l’inscription anthropologique et sociale de ces musiques. Il a rappelé les noms des pionniers qui ont commencé à raconter cette musique aux nombreux pays et aux multiples facettes : Francisco Salvador Daniel (1831-1871), Bela Bartok venu enregistrer en Afrique du Nord en 1913, Robert Lachmann (1892-1939) ethnomusicologue allemand spécialiste de la musique kabyle, Paul Arma 1904-1987), compositeur français d’origine hongroise qui vint collecter en Algérie en 1954, et tant d’autres plus contemporains dont Jürgen Elsner venu de Berlin présenter ses recherches de terrain menées il y a bien longtemps. Car la musique algérienne a intéressé et intéresse de nombreux ethnomusicologues.

Mehenna Mafoufi, Jürgen Elsner et Jean Lambert

Pour entamer les discussions d’un bon pied, Jean Lambert et Jürgen Elsner avaient la mission de définir le terme d’ethnomusicologie. Mais à la fin de la séance, tous les participants se demandaient si le terme était finalement bien adéquat. Les définitions de cette discipline hybride, créée dans les années 1950, se comptent par dizaines …  Peu importe, comme le répètera dans les discussions Maya Saidani, chercheure au CNRPAH et à l’origine du programme scientifique de ces journées, l’important c’est de commencer à travailler sur les musiques de tradition orale nationales et d’asseoir cette discipline en Algérie.

Cette tradition orale, d’où émanent les musiques étudiées par l’ethnomusicologie, est certes difficile à comprendre par des publics éduqués dans le cadre de programmes qui proposent de longs processus d’apprentissages par l’écriture. Dans les réticences à l’étude de ces musiques, il faut aussi prendre conscience que les formes de la musique habituelles aux oreilles des occidentaux sont limitées à sept notes, une gamme hégémonique qui ne rend pas compte des variétés d’échelles à travers le monde. Selon Jürgen Elsner, il est essentiel de se détacher de l’histoire occidentale pour comprendre les musiques de tradition orale qu’il faut écouter en intégrant la multitude de cultures et de régions. Quant aux musiques du Maghreb, Mahmoud Guettat, fondateur de l’ISM (Institut Supérieur de Musicologie) de Tunis souligne qu’elles sont encore, pour beaucoup, à découvrir et qu’il serait précieux d’en dresser une cartographie. Car la matière existe mais elle n’est ni archivée, ni diffusée, ni distribuée. Parmi les expériences qui lui sont parues exemplaires, il a décrit celle du sultanat d’Oman où un centre de musique traditionnelle a réalisé un travail de terrain en profondeur, présentant un répertoire riche et varié qui couvre tout le terrain d’Oman.

Mehenna Mafoufi et Mahmoud Guettat

Si on veut pouvoir mettre en œuvre de véritables recherches scientifiques, il convient de dépasser certains clichés qui ont la peau dure. Ainsi, il est primordial de trouver un équilibre entre musique populaire et musique classique car le plus souvent c’est au détriment de la musique populaire que les recherches s’engagent ; il faut aussi dépasser le mythe des origines qui jusqu’ici présente la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, alors qu’elle n’a cessé d’être en évolution et qu’elle s’appuie sur une école antérieure, l’école du Maghreb… La matière est riche mais elle est mal connue et Mahmoud Guettat nous invite à écouter les corpus, revenir sur le terrain, sortir la musicologie de l’histoire fabuleuse et mythique qui limite le cheminement scientifique.

L’après-midi, la numérisation et l’archivage étaient au cœur des interventions. Le laboratoire attendait des conférenciers des conseils et des orientations en la matière. Il est apparu clairement, dans la communication de Véronique Ginouvès ou dans celle de Jean Lambert que cette numérisation n’a de sens que si elle permet de restituer l’analyse du document sonore et le contexte de sa production pour que le document puisse être exploité. Jean Lambert l’a exprimé en décrivant le long travail de classification qu’il a mené sur le chant de Sanaa et Fayçal Belkelfat un travail collectif d’inventaire du patrimoine musical maghrébo-andalou qui sera bientôt publié par le Ministère de la Culture algérien.

La journée s’est terminée par le concert d’un groupe d’hommes originaires des hauts plateaux (nord est), les Chaouis, qui ont interprété un répertoire de chant non mesuré très ancien, le çrâwî. Certains y ont entendu les échos des enquêtes de Bela Bartok enregistrées à Birkra en 1913. Un moment magique et serein après une journée où les discussions fusaient. Une belle occasion d’ouvrir nos oreilles aux musiques algériennes de tradition orale, d’imaginer les bergers danser, avec leurs troupeaux, sur les montagnes des Aurès.

Le programme : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

A suivre dans un prochain billet, la synthèse de la journée du 4 octobre.

Quelques images du concert


Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques
et historiques)

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
« In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; « In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise « Théâtre et société », présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur « La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham » (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition « Walls of Algiers : narratives of the City » du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.