Archives par mot-clé : Algérie

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, première journée (3 octobre 2010)

Depuis la ratification par l’Algérie de la convention de l’UNESCO DE 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Ministère de la culture algérien s’est engagé sur la réalisation d’un inventaire de ce patrimoine sur le sol national et a confié cette mission au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques). Cet inventaire, Slimane Hachi directeur du CNRPAH, l’envisage comme un chantier ouvert et permanent, qu’il rapproche – non sans humour – aux constructions des maisons algériennes pour lesquelles on prévoient toujours de construire un nouvel étage sur la terrasse…  Pour réaliser au mieux cette entreprise, le CNRPAH organise régulièrement des journées thématiques dans une volonté de formation et de réflexion sur le patrimoine immatériel et ce dans toutes les disciplines. Déjà des journées d’étude avaient été organisées en 2008 sur la littérature orale. Le centre est en train d’en programmer de nouvelles, sur tous les thèmes qui touchent au patrimoine immatériel.  Le programme scientifique de celles d’octobre a été élaboré par Maya Saidani, maître de conférence à l’école normale supérieure d’Alger, et Ouiza Gallleze, philosophe. Les musiques algériennes de tradition orale sont riches, multiples et certaines demandent encore à être mieux connues.  Dans cette quête de la préservation et de la valorisation du patrimoine immatériel, le CNRPAH a plusieurs projets et il en est un que Maya Saidani porte depuis longtemps : pouvoir numériser et traiter les archives sonores musicales déposées dans le centre. Une quinzaine de jours avant ces journées, le centre a justement reçu une station de numérisation du son. Elle va être installée très vite et sera mise au service de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette effervescence qu’ont eu lieu à Alger, les 3 et 4 octobre 2010, ces rencontres sur l’ethnomusicologie.

Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Louise Gallezez, philosophe, et Maya Saidani, ethnomusicologue, lors de l'ouverture des journées sur l'ethnomusicologie le 3 octobre 2010

Ces deux journées se sont avérées d’une extrême densité. Elles ont été également très constructives pour le CNRPAH, qui a pu y puiser des idées non seulement pour la mise en place de l’inventaire du patrimoine immatériel algérien à préserver mais aussi pour la création de la cellule de numérisation et d’archivage des entretiens de terrain qui sera mise en production très prochainement au sein du centre.

Trois axes orientaient les discussions : la définition de la discipline et ses perspectives, la  formation à l’ethnomusicologie au niveau des doctorats, les questions de numérisation et d’archivage du patrimoine musical. En guise d’introduction, les interventions sur les questions de définition de ces deux journées se sont appuyées sur deux colloques internationaux organisés au CNRPAH en 2007 et 2009 et qui avaient déjà tenté de définir les études algériennes du domaine. Mehenna Mafoufi a rappelé combien l’Algérie avait été arpentée par des passionnés, démontrant la variété de la substance musicale et l’importance de l’inscription anthropologique et sociale de ces musiques. Il a rappelé les noms des pionniers qui ont commencé à raconter cette musique aux nombreux pays et aux multiples facettes : Francisco Salvador Daniel (1831-1871), Bela Bartok venu enregistrer en Afrique du Nord en 1913, Robert Lachmann (1892-1939) ethnomusicologue allemand spécialiste de la musique kabyle, Paul Arma 1904-1987), compositeur français d’origine hongroise qui vint collecter en Algérie en 1954, et tant d’autres plus contemporains dont Jürgen Elsner venu de Berlin présenter ses recherches de terrain menées il y a bien longtemps. Car la musique algérienne a intéressé et intéresse de nombreux ethnomusicologues.

Mehenna Mafoufi, Jürgen Elsner et Jean Lambert

Pour entamer les discussions d’un bon pied, Jean Lambert et Jürgen Elsner avaient la mission de définir le terme d’ethnomusicologie. Mais à la fin de la séance, tous les participants se demandaient si le terme était finalement bien adéquat. Les définitions de cette discipline hybride, créée dans les années 1950, se comptent par dizaines …  Peu importe, comme le répètera dans les discussions Maya Saidani, chercheure au CNRPAH et à l’origine du programme scientifique de ces journées, l’important c’est de commencer à travailler sur les musiques de tradition orale nationales et d’asseoir cette discipline en Algérie.

Cette tradition orale, d’où émanent les musiques étudiées par l’ethnomusicologie, est certes difficile à comprendre par des publics éduqués dans le cadre de programmes qui proposent de longs processus d’apprentissages par l’écriture. Dans les réticences à l’étude de ces musiques, il faut aussi prendre conscience que les formes de la musique habituelles aux oreilles des occidentaux sont limitées à sept notes, une gamme hégémonique qui ne rend pas compte des variétés d’échelles à travers le monde. Selon Jürgen Elsner, il est essentiel de se détacher de l’histoire occidentale pour comprendre les musiques de tradition orale qu’il faut écouter en intégrant la multitude de cultures et de régions. Quant aux musiques du Maghreb, Mahmoud Guettat, fondateur de l’ISM (Institut Supérieur de Musicologie) de Tunis souligne qu’elles sont encore, pour beaucoup, à découvrir et qu’il serait précieux d’en dresser une cartographie. Car la matière existe mais elle n’est ni archivée, ni diffusée, ni distribuée. Parmi les expériences qui lui sont parues exemplaires, il a décrit celle du sultanat d’Oman où un centre de musique traditionnelle a réalisé un travail de terrain en profondeur, présentant un répertoire riche et varié qui couvre tout le terrain d’Oman.

Mehenna Mafoufi et Mahmoud Guettat

Si on veut pouvoir mettre en œuvre de véritables recherches scientifiques, il convient de dépasser certains clichés qui ont la peau dure. Ainsi, il est primordial de trouver un équilibre entre musique populaire et musique classique car le plus souvent c’est au détriment de la musique populaire que les recherches s’engagent ; il faut aussi dépasser le mythe des origines qui jusqu’ici présente la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, alors qu’elle n’a cessé d’être en évolution et qu’elle s’appuie sur une école antérieure, l’école du Maghreb… La matière est riche mais elle est mal connue et Mahmoud Guettat nous invite à écouter les corpus, revenir sur le terrain, sortir la musicologie de l’histoire fabuleuse et mythique qui limite le cheminement scientifique.

L’après-midi, la numérisation et l’archivage étaient au cœur des interventions. Le laboratoire attendait des conférenciers des conseils et des orientations en la matière. Il est apparu clairement, dans la communication de Véronique Ginouvès ou dans celle de Jean Lambert que cette numérisation n’a de sens que si elle permet de restituer l’analyse du document sonore et le contexte de sa production pour que le document puisse être exploité. Jean Lambert l’a exprimé en décrivant le long travail de classification qu’il a mené sur le chant de Sanaa et Fayçal Belkelfat un travail collectif d’inventaire du patrimoine musical maghrébo-andalou qui sera bientôt publié par le Ministère de la Culture algérien.

La journée s’est terminée par le concert d’un groupe d’hommes originaires des hauts plateaux (nord est), les Chaouis, qui ont interprété un répertoire de chant non mesuré très ancien, le çrâwî. Certains y ont entendu les échos des enquêtes de Bela Bartok enregistrées à Birkra en 1913. Un moment magique et serein après une journée où les discussions fusaient. Une belle occasion d’ouvrir nos oreilles aux musiques algériennes de tradition orale, d’imaginer les bergers danser, avec leurs troupeaux, sur les montagnes des Aurès.

Le programme : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

A suivre dans un prochain billet, la synthèse de la journée du 4 octobre.

Quelques images du concert


Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques
et historiques)

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
« In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; « In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise « Théâtre et société », présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur « La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham » (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition « Walls of Algiers : narratives of the City » du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.