Archives par mot-clé : Alpes-de-Haute-Provence

Les fiches d’Alpes de Lumière sur les cabanons en pierre sèche

En 1956, l’association Alpes de Lumière lance l’opération “Bories” pour recenser les constructions en pierre sèche des Alpes-de-Haute-Provence. La réalisation de fiches est une pratique centrale dans le travail scientifique de Pierre Martel pour la connaissance et la valorisation du territoire bas-alpin.

Dès ses débuts, le volet “inventaire” d’Alpes de Lumière fut central à son action patrimoniale. L’objectif était alors de conserver, étudier mais aussi valoriser la culture de la Haute-Provence et impulser une renaissance de ce territoire rural, fortement touché par la désertification des campagnes. Inventorier est un moyen de servir cet objectif de valorisation du territoire. De plus, ficher était une préoccupation constante de Pierre Martel qui avait pour habitude de documenter chacune de ses découvertes. Continuer la lecture de Les fiches d’Alpes de Lumière sur les cabanons en pierre sèche

La recette du mois : la pâte de coings sauvages

Dans la série des recettes du mois, animée jusqu’ici par Mathilde Bresc, nous partageons ce lundi une nouvelle recette de cuisine issues des archives sonores de la phonothèque de la MMSH, la pâte de coings sauvages.

Illustration du coing à l'aquarelle, par Amanda Newton, 1909.

La recette du mois est une confiserie que notre témoin trouve facile à réaliser qui nécessite très peu d’ingrédients : du sucre et des coings sauvages. Après la salade à sauce de poireaux sauvages, Jean-Yves Royer, dans une enquête portant sur la cueillette de plantes sauvages1, décrit la préparation de la pâte de coing sauvage à sa façon. Continuer la lecture de La recette du mois : la pâte de coings sauvages

  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []

La recette du mois : le vin de cerises

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois-ci s’est porté sur une recette de  vin de cerises.

L’ethnobotaniste Magali Amir a réalisé de nombreuses enquêtes de terrain en Haute-Provence et plus largement en France sur les usages des plantes dans  la société rurale . Pour le Parc naturel régional du Luberon, elle a ainsi collecté plus de 86 heures d’entretiens entre 1994 et 1995 qui ont été déposées à la phonothèque de la MMSH.  Lors de l’enquête 4077,  enregistrée le 15 avril 1998, elle interroge Katia Belleville,  une habitante de Saint-Saturnin-d’Apt  qui, au cours de l’entretien  nous dévoile sa recette de vin de cerises :

Continuer la lecture de La recette du mois : le vin de cerises

La recette du mois : la couronne des rois provençale briochée

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, une fois par mois le dernier lundi, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain mais pour Noël, exceptionnellement, nous anticipons la parution d’une semaine. Le choix de ce mois-ci s’est porté sur la couronne  des rois briochée, telle qu’elle se fait en Provence.

La recette de la semaine est celle d’une couronne des rois provençale  briochée. Elle est évoquée dans l’enquête 386, enregistrée par Claude Martel, ethnolinguiste, en 1979 à Digne-les-Bains auprès d’un informateur anonyme. L’entretien est pour lui l’occasion de se souvenir des pâtisseries de son enfance, vers 1930, et en  particulier des santons que l’on trouvait dans ce “gâteau des rois” :

Continuer la lecture de La recette du mois : la couronne des rois provençale briochée

Recette du mois : Les Rissoles de chou ou “coussins du petit Jésus”.

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois de novembre  s’est porté sur la réalisation d’un met habituellement réalisé pour les fêtes de Noël.

Nous vous proposons d’écouter l’enquête 4092 enregistrée  par Danielle Musset qui interroge, le 24 novembre 1987,  Madame et Monsieur Ollivier,  habitants dans la montagne Mélézin dans la vallée de l’Ubaye ( Alpes-de-Haute-Provence). Le couple nous fait part de leur traditionnel plat de Noël : Les rissoles de chou1. Continuer la lecture de Recette du mois : Les Rissoles de chou ou “coussins du petit Jésus”.

  1. Appelées également Tourtons. []

Recette du mois : de l’usage des plantes médicinales dans les Alpes-de-Haute-Provence

 

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois de mars s’est porté sur d’autres ressources sonores et concerne les plantes médicinales.

Nous vous proposons donc de découvrir un extrait de l’enquête 4424 effectuée à Clamensane (04) par Danielle Musset en 1990 auprès de Monsieur Léon Fautrier qui nous explique l’usage qu’il fait des plantes et leur propriétés.

Il cite les fleurs de  prunellier, en tisane, aux vertus purgatives, diurétiques,  nous parle des fleurs d’aubépine dont la tisane  est connue pour traiter les problèmes cardiaques, des baies de genièvre, (vertes et violettes) qu’il fait macérer dans de l’eau de vie pour dissoudre les calculs rénaux, et raconte comment il soigne une mauvaise plaies avec de l’aigremoine, un puissant antiseptique, qu’il fait bouillir dans de l’eau et utilise en bain  pour désinfecter. Il fait également usage des feuilles de frêne mâle, en décoction,  contre les rhumatismes. Son remède contre la grippe consiste  simplement à se gargariser d’eau de vie (sans l’avaler). Quant aux maux de gorge, il fait infuser des feuilles de ronces. La racine de bardane, quant à elle, sera bouillie,  pour une fonction dépurative. Voilà de quoi contribuer à vous redynamiser en cure printanière.

A la médiathèque de la MMSH vous pourrez consulter l’ouvrage suivant : L’arbre dans l’usage et l’imaginaire du monde [suivi de] La plante, de l’aliment au remède – actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon “Plantes, sociétés, savoirs, symboles, matériaux pour une ethnobotanique européenne” deuxième volume, 2004 , Alpes de Lumière, (Mane 04), cote 306 ARB.

Ainsi que le livre intitulé : Les Simples entre nature et société : histoire naturelle et thérapeutique, traditionnelle et actuelle, des plantes médicinales françaises…  / Pierre Lieutaghi  / [avec la collaboration de Gil Garcin ; publié par l’Association Études populaires et initiatives, Mane (04300 Forcalquier)  1983, 06-Saint-Laurent-du-Var, cote 500 LIE.

Crédits photographiques de l’image à la une : Mathilde Bresc

La recette du mois : Nougat, pralines et liqueur.

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle du nougat, des pralines, et de la liqueur d’amandes.

nougat3

Domnine Plume  interroge Madame Bertin à Cruis (04) en 1992 dans le cadre de son master d’ethnologie, une informatrice qui, sa vie entière, a ramassé des amandes (enquête n°4504).

Elle nous  livre tout d’abord la recette du nougat :
Prendre 1 kg de miel et 1kg d’amandes grillées préalablement au four. Mettre à bouillir le miel dans une marmite puis rajouter les amandes et 2 morceaux de sucre par kilo. Tourner le mélange 20 minutes sur le feu, et juste avant de mettre le mélange dans un moule, battre deux blancs d’œufs en neige et les incorporer. Terminer en laissant refroidir le mélange dans son moule recouvert de papier hostie.

Elle décrit ensuite la recette des pralines :
Prendre un bol d’amande, un bol de sucre, un bol d’eau. Mettre dans une marmite sur le feu tous les ingrédients et tourner. Lorsque les amandes commencent à pétiller, rajouter un peu  d’eau. Laisser refroidir les pralines .

Enfin, elle explique comment faire une liqueur d’amandes amères :
Faire tremper les amandes dans de l’eau de vie,  filtrer le mélange, faire un sirop (environ 400 g de sucre pour un quart de litre d’eau) et le rajouter à l’eau de vie.

Vous pourrez lire la recette du nougat (page 43) présente dans l’ouvrage de l’ethnologue Anita Bouverot-Rothacker :  Le gros souper en Provence, Marseille, Jeanne Laffitte, 1982.  Le livre est disponible à la bibliothèque de la médiathèque de la MMSH sous la cote FME 641 BOU

ou consulter l’ouvrage écrit par Louis Stouff : La table provençale, boire et manger en Provence à la fin du Moyen Age, Barthélémy, 1996, présent à la médiathèque de la MMSH sous la cote : DUB 900.1 STO

et prendre également connaissance des pages numérisées  par la MMSH de Provence-Historique  : regards nouveaux sur la cuisine du bas moyen âge .

crédits photographiques : Mathilde Bresc

 

 

 

MERCREDI – La semaine de l’Open Access Week : L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

homme et pigeon

L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans, enquête n°4473, issue de la collection du Musée départemental ethnologique de Haute Provence (Salagon) déposée à la phonothèque de la MMSH, enregistrée par Laurence Miceli-Nicolas auprès de Marie-Louise Caton à Limans en 1991.

Résumé de l’enquête : L’informatrice, fille d’agriculteur, possédait une ferme à Limans avec son mari dans laquelle se trouvait un pigeonnier. Il était “ordinaire” selon elle, contrairement à certains que l’on peut trouver à Limans comme le grand pigeonnier du Curé-Martin, bâtiment aujourd’hui classé. Après avoir évoqué sa jeunesse, elle décrit le pigeonnier dans lequel les pigeons entraient et sortaient librement. Les nids étaient creusés directement dans le mur et orientées vers le sud. Un autre pigeonnier à Simiane-la-Rotonde possédait des niches pouvant se fermer à l’aide de trappes. Ces dernières étaient fermées durant les semailles afin d’éviter aux oiseaux de manger les graines. Elle et son mari s’en occupaient très peu et les oiseaux se nourrissaient tout seul. Ils n’intervenaient que l’hiver quand la terre était gelée et qu’ils avaient du mal à s’alimenter. Ils mangeaient des graines avec les poules et profitaient de l’eau des nombreuses fontaines de la région. Il fallait une échelle pour accéder à la plupart des nids où nichaient une bonne partie de l’année des pigeons “voyageurs”. Les niches (“boulins”) étaient nettoyées chaque année à la fin de l’hiver, avant la période de reproduction. Elle ne pratiquait pas l’élevage, mais elle pouvait revendre quelques pigeonneaux pour gagner un peu d’argent. Pour cela, elle leur coupait le bout de l’aile afin qu’ils ne s’envolent pas, et elle les mettait dans une volière aménagée. Les pigeonniers de Limans ont été construits il y a longtemps, certains datent même du 16e siècle. Il fallait autrefois payer une taxe sur les pigeonniers, taxe abolit à la Révolution. Ils étaient donc réservés à une certaine élite possédant des terres, symbole de richesse. Marie-Louise Caton utilisait la colombine de pigeons comme engrais, préalablement mélangée avec d’autres fumiers (mouton, cheval). Parfois elle tuait un pigeon pour le cuisiner, mais elle n’aimait pas le faire. Elle lui donnait une goutte d’alcool afin qu’il “souffre moins”. Elle les cuisinait soit rôtis au four, soit en “salmis”. Elle prépare pour cela une sauce avec les abats et les parties non consommées du pigeon, et y ajoute de l’ail, des oignons et du poivre. Le foie est écrasé dans la sauce afin de lier l’ensemble. Plusieurs membres de sa famille ont possédé des pigeonniers. Ils n’étaient pas un moyen de subsistance pour les propriétaires. Les pigeonniers ont pour la plupart disparu, le phénomène est pour elle lié à la disparition progressive de la petite paysannerie. Ils n’arrivent plus à survivre et ce sont eux qui possédaient souvent sur leurs terres des pigeonniers. Tout en regardant des revues “Alpes de Lumière”, l’enquêtrice et l’informatrice commentent plusieurs pigeonniers de la région. L’enquêtrice lui pose plusieurs questions relatives aux pratiques et aux traditions opérées dans les pigeonniers. Un problème de batterie de l’appareil d’enregistrement coupe l’enregistrement avant la fin.

Crédits photographiques :
– Franco-British carrier pigeon which makes long distance flights, circa 1918, National Library of Scotland.
– Image à la une : Boy with pigeons at [Circular] Quay, Sydney, 22/6/1935, by Sam Hood, State Library of New South Wales.
Pas de restrictions de droits connues.

Hommage : le rêve d’un voyage à Saint-Martin-Vésubie

Aujourd’hui, en écoutant Zéphirin Castellon interpréter Que Pantaig en 1990 au Col-de-la-Madone-de-Fenestre, j’ai fait le rêve d’un voyageur qui promenait librement à travers les montagnes de Vésubie :

Cote : D1452, plage 6 – Enquête n°1388

Crédits photographiques : Stefano Piemonte, Saint-Martin-Vésubie, licence CC BY-NC-SA 2.0

JEUDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : La tradition de la barre fleurie dans les Alpes-de-Haute-Provence (2010)

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Dans la région de Manosque, une femme évoque la tradition de la barre fleurie offerte à la mariée lors de son mariage (cote SF238, N°4418. Enregistré le 24 février 2010 à Saint-Michel-l’Observatoire (04) par Danielle Musset. Durée 26min).

Ecouter l’enquête en ligne

Entretien à Saint-Michel-l’Observatoire sur la tradition de la barre fleurie perpétrée dans certaines villes des Alpes-de-Haute-Provence. L’enregistrement a été fait en 2010 par Danielle Musset, ethnologue et directrice du Musée de Salagon.

Crédits photographiques : Two women seated on bench, interior, photographiée en 1915 par B.J. Falk (1853-1925), collections de la George Eastman House. Pas de restrictions de droits connues.