Archives par mot-clé : Alpes-de-Haute-Provence

Recette du mois : Les Rissoles de chou ou « coussins du petit Jésus ».

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois de novembre  s’est porté sur la réalisation d’un met habituellement réalisé pour les fêtes de Noël.

Nous vous proposons d’écouter l’enquête 4092 enregistrée  par Danielle Musset qui interroge, le 24 novembre 1987,  Madame et Monsieur Ollivier,  habitants dans la montagne Mélézin dans la vallée de l’Ubaye ( Alpes-de-Haute-Provence). Le couple nous fait part de leur traditionnel plat de Noël : Les rissoles de chou1. Continuer la lecture de Recette du mois : Les Rissoles de chou ou « coussins du petit Jésus ».

  1. Appelées également Tourtons. []

Recette du mois : de l’usage des plantes médicinales dans les Alpes-de-Haute-Provence

 

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois de mars s’est porté sur d’autres ressources sonores et concerne les plantes médicinales.

Nous vous proposons donc de découvrir un extrait de l’enquête 4424 effectuée à Clamensane (04) par Danielle Musset en 1990 auprès de Monsieur Léon Fautrier qui nous explique l’usage qu’il fait des plantes et leur propriétés.

Il cite les fleurs de  prunellier, en tisane, aux vertus purgatives, diurétiques,  nous parle des fleurs d’aubépine dont la tisane  est connue pour traiter les problèmes cardiaques, des baies de genièvre, (vertes et violettes) qu’il fait macérer dans de l’eau de vie pour dissoudre les calculs rénaux, et raconte comment il soigne une mauvaise plaies avec de l’aigremoine, un puissant antiseptique, qu’il fait bouillir dans de l’eau et utilise en bain  pour désinfecter. Il fait également usage des feuilles de frêne mâle, en décoction,  contre les rhumatismes. Son remède contre la grippe consiste  simplement à se gargariser d’eau de vie (sans l’avaler). Quant aux maux de gorge, il fait infuser des feuilles de ronces. La racine de bardane, quant à elle, sera bouillie,  pour une fonction dépurative. Voilà de quoi contribuer à vous redynamiser en cure printanière.

A la médiathèque de la MMSH vous pourrez consulter l’ouvrage suivant : L’arbre dans l’usage et l’imaginaire du monde [suivi de] La plante, de l’aliment au remède – actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon « Plantes, sociétés, savoirs, symboles, matériaux pour une ethnobotanique européenne » deuxième volume, 2004 , Alpes de Lumière, (Mane 04), cote 306 ARB.

Ainsi que le livre intitulé : Les Simples entre nature et société : histoire naturelle et thérapeutique, traditionnelle et actuelle, des plantes médicinales françaises…  / Pierre Lieutaghi  / [avec la collaboration de Gil Garcin ; publié par l’Association Études populaires et initiatives, Mane (04300 Forcalquier)  1983, 06-Saint-Laurent-du-Var, cote 500 LIE.

Crédits photographiques de l’image à la une : Mathilde Bresc

La recette du mois : douceurs automnales – nougat, pralines et liqueur….

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle du nougat, des pralines, et de la liqueur d’amandes.

nougat3

Domnine Plume  interroge Madame Bertin à Cruis (04) en 1992 dans le cadre de son master d’ethnologie, une informatrice qui, sa vie entière, a ramassé des amandes (enquête n°4504).

Elle nous  livre tout d’abord la recette du nougat :
Prendre 1 kg de miel et 1kg d’amandes grillées préalablement au four. Mettre à bouillir le miel dans une marmite puis rajouter les amandes et 2 morceaux de sucre par kilo. Tourner le mélange 20 minutes sur le feu, et juste avant de mettre le mélange dans un moule, battre deux blancs d’œufs en neige et les incorporer. Terminer en laissant refroidir le mélange dans son moule recouvert de papier hostie.

Elle décrit ensuite la recette des pralines :
Prendre un bol d’amande, un bol de sucre, un bol d’eau. Mettre dans une marmite sur le feu tous les ingrédients et tourner. Lorsque les amandes commencent à pétiller, rajouter un peu  d’eau. Laisser refroidir les pralines .

Enfin, elle explique comment faire une liqueur d’amandes amères :
Faire tremper les amandes dans de l’eau de vie,  filtrer le mélange, faire un sirop (environ 400 g de sucre pour un quart de litre d’eau) et le rajouter à l’eau de vie.

Vous pourrez lire la recette du nougat (page 43) présente dans l’ouvrage de l’ethnologue Anita Bouverot-Rothacker :  Le gros souper en Provence, Marseille, Jeanne Laffitte, 1982.  Le livre est disponible à la bibliothèque de la médiathèque de la MMSH sous la cote FME 641 BOU

ou consulter l’ouvrage écrit par Louis Stouff : La table provençale, boire et manger en Provence à la fin du Moyen Age, Barthélémy, 1996, présent à la médiathèque de la MMSH sous la cote : DUB 900.1 STO

et prendre également connaissance des pages numérisées  par la MMSH de Provence-Historique  : regards nouveaux sur la cuisine du bas moyen âge .

crédits photographiques : Mathilde Bresc

 

 

 

MERCREDI – La semaine de l’Open Access Week : L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

homme et pigeon

L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans, enquête n°4473, issue de la collection du Musée départemental ethnologique de Haute Provence (Salagon) déposée à la phonothèque de la MMSH, enregistrée par Laurence Miceli-Nicolas auprès de Marie-Louise Caton à Limans en 1991.

Résumé de l’enquête : L’informatrice, fille d’agriculteur, possédait une ferme à Limans avec son mari dans laquelle se trouvait un pigeonnier. Il était « ordinaire » selon elle, contrairement à certains que l’on peut trouver à Limans comme le grand pigeonnier du Curé-Martin, bâtiment aujourd’hui classé. Après avoir évoqué sa jeunesse, elle décrit le pigeonnier dans lequel les pigeons entraient et sortaient librement. Les nids étaient creusés directement dans le mur et orientées vers le sud. Un autre pigeonnier à Simiane-la-Rotonde possédait des niches pouvant se fermer à l’aide de trappes. Ces dernières étaient fermées durant les semailles afin d’éviter aux oiseaux de manger les graines. Elle et son mari s’en occupaient très peu et les oiseaux se nourrissaient tout seul. Ils n’intervenaient que l’hiver quand la terre était gelée et qu’ils avaient du mal à s’alimenter. Ils mangeaient des graines avec les poules et profitaient de l’eau des nombreuses fontaines de la région. Il fallait une échelle pour accéder à la plupart des nids où nichaient une bonne partie de l’année des pigeons « voyageurs ». Les niches (« boulins ») étaient nettoyées chaque année à la fin de l’hiver, avant la période de reproduction. Elle ne pratiquait pas l’élevage, mais elle pouvait revendre quelques pigeonneaux pour gagner un peu d’argent. Pour cela, elle leur coupait le bout de l’aile afin qu’ils ne s’envolent pas, et elle les mettait dans une volière aménagée. Les pigeonniers de Limans ont été construits il y a longtemps, certains datent même du 16e siècle. Il fallait autrefois payer une taxe sur les pigeonniers, taxe abolit à la Révolution. Ils étaient donc réservés à une certaine élite possédant des terres, symbole de richesse. Marie-Louise Caton utilisait la colombine de pigeons comme engrais, préalablement mélangée avec d’autres fumiers (mouton, cheval). Parfois elle tuait un pigeon pour le cuisiner, mais elle n’aimait pas le faire. Elle lui donnait une goutte d’alcool afin qu’il « souffre moins ». Elle les cuisinait soit rôtis au four, soit en « salmis ». Elle prépare pour cela une sauce avec les abats et les parties non consommées du pigeon, et y ajoute de l’ail, des oignons et du poivre. Le foie est écrasé dans la sauce afin de lier l’ensemble. Plusieurs membres de sa famille ont possédé des pigeonniers. Ils n’étaient pas un moyen de subsistance pour les propriétaires. Les pigeonniers ont pour la plupart disparu, le phénomène est pour elle lié à la disparition progressive de la petite paysannerie. Ils n’arrivent plus à survivre et ce sont eux qui possédaient souvent sur leurs terres des pigeonniers. Tout en regardant des revues « Alpes de Lumière », l’enquêtrice et l’informatrice commentent plusieurs pigeonniers de la région. L’enquêtrice lui pose plusieurs questions relatives aux pratiques et aux traditions opérées dans les pigeonniers. Un problème de batterie de l’appareil d’enregistrement coupe l’enregistrement avant la fin.

Crédits photographiques :
– Franco-British carrier pigeon which makes long distance flights, circa 1918, National Library of Scotland.
– Image à la une : Boy with pigeons at [Circular] Quay, Sydney, 22/6/1935, by Sam Hood, State Library of New South Wales.
Pas de restrictions de droits connues.

JEUDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : La tradition de la barre fleurie dans les Alpes-de-Haute-Provence (2010)

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Dans la région de Manosque, une femme évoque la tradition de la barre fleurie offerte à la mariée lors de son mariage (cote SF238, N°4418. Enregistré le 24 février 2010 à Saint-Michel-l’Observatoire (04) par Danielle Musset. Durée 26min).

Ecouter l’enquête en ligne

Entretien à Saint-Michel-l’Observatoire sur la tradition de la barre fleurie perpétrée dans certaines villes des Alpes-de-Haute-Provence. L’enregistrement a été fait en 2010 par Danielle Musset, ethnologue et directrice du Musée de Salagon.

Crédits photographiques : Two women seated on bench, interior, photographiée en 1915 par B.J. Falk (1853-1925), collections de la George Eastman House. Pas de restrictions de droits connues.

MERCREDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Paysage sonore d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (1986)

 

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (cote F3571, N°4512. Enregistré en juin 1986 entre Fréjus et Thorame-Basse (83 et 04) par Jean-Luc Bardyn. Durée 32min x2.

Ecouter l’enquête en ligne

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse en 1986. L’enregistrement original 4 pistes était diffusé dans une exposition au Musée de Salagon sur le thème de la transhumance.

 

Crédits photographiques : Troupeau de brebis en hiver, Luchon, photographiée entre 1859 et 1910 par Eugène Trutat, collections de la bibliothèque de Toulouse – fonds Trutat. Pas de restrictions de droits connues.

Les Rencontres d’Alpes de Lumière le 14 et 15 juin

 

 

À l’occasion des 60 ans de l’Association Alpes de Lumière, plusieurs événements dont la journée du 07 juin à la MMSH  sont organisés.

Le 13 juin à 20h30, au Cloître du couvent des Cordeliers de Forcalquier (04), un hommage poétique et musicale sera rendu à Pierre Martel, fondateur de Alpes de Lumière. Les textes laissés par Pierre Martel seront lus par le célèbre comédien Michaël Lonsdale, avec des intermèdes musicaux interprétés par Michael Baldo, au violoncelle. C’est l’occasion d’écouter un extrait où Pierre Martel raconte, lors d’une conférence, l’histoire du Somnambule :

Deux autres journées, les rencontres d’Alpes de Lumière seront organisées les 14 et le 15 juin à l’Espace Culturel Bonne Fontaine à Forcalquier. De nombreuses tables rondes sont prévues autour du thème « 1953-2013 : entre permanences et mutations, quelles perspectives pour les territoires ruraux ? », où sociologues, historiens, économistes, géographes mais aussi des acteurs du développement local viendront apporter leur témoignage . Les thèmes de la société post-rurale, des rapports sociaux entre les ruraux et le territoire, ainsi que le développement économique local durable seront abordées. Le programme détaillé est disponible sur le site officiel de l’association.

Pour y participer il est préférable de remplir un coupon-réponse.

Un spectacle son et lumière organisé par la Compagnie des Patrimoines, « La citadelle dans tous ses éclats », viendra clore les événements le 15 juin à 22h à minuit, à la citadelle de Forcalquier.

 

Crédits photographiques :  Work with schools, Aguilar Branch : Italian boys listening to the story of Pinocchio in Italian.., Hine, Lewis(1874-1940), Persistent URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?434281 Pas de restrictions de droit connues.

A la recherche de l’histoire orale des Alpes-de-Haute-Provence

 

Nouveau sur le carnet, j’ai rejoint la Phonothèque à la MMSH il y a peu, où je travaille1 sur les archives sonores du Musée de Salagon. Le fonds est constitué principalement des enquêtes orales menées depuis plusieurs décennies dans le département par Danielle Musset directrice du Musée et par l’association Alpes de Lumière dont l’ensemble des collections sonores a été déposé et traité à la phonothèque de la MMSH. D’autres enquêteurs ont parcouru ce territoire comme Magali Amir, Corinne Cassé ou Jean-Pierre Joly dont les archives ont également été déposées à la phonothèque. Au terme de mon stage, je devrais proposer au Musée un catalogue documentaire d’une partie de ses archives sonores et je présenterai une synthèse de l’ensemble des enquêtes de terrain réalisées dans les Alpes-de-Haute-Provence (04) qui ont été déposées à la phonothèque de la MMSH. Ce stage sera ainsi l’occasion de rédiger des billets sur les archives orales de ce département.

 

Un homme est à l’origine du Musée de Salagon, Pierre Martel, ecclésiastique, mais aussi chercheur et écrivain. Abbé de Simiane-la-Rotonde, il fonde en 1953 dans son village l’association Alpes de Lumière afin d’oeuvrer “pour la protection et la valorisation du patrimoine en Haute-Provence”. Dans un contexte de reconstruction d’après-guerre, il souhaite montrer les richesses du territoire et lui redonner son identité. Lui et quelques compagnons mettent alors en place des inventaires du patrimoine de Haute-Provence, sensibilisent les habitants, organisent des conférences et lancent des chantiers bénévoles ainsi que des publications. C’est dans cet esprit de “Renaissance” qu’est entrepris la restauration du prieuré roman de Salagon qui devient dans le début des années 1980 musée départemental ethnologique, et plus tard ethnopôle. Il servira de lieu d’expérimentation pour l’association qui multiplie les formations et la sensibilisation auprès du public mais aussi des professionnels et des chercheurs. Lorsque le Conseil Général prend entièrement en charge le musée, l’association se repositionne davantage dans le développement local et les animations. Le décès de son fondateur en 2001 n’empêche pas  l’association de continuer sa quête de valorisation du territoire rural. C’est à cette période que l’association a déposé à la phonothèque de la MMSH l’intégralité de ses collections sonores qui n’avaient pas été réalisées dans le contexte de Salagon. Laetitia Nicolas, etnologue et documentaliste, qui travaillait alors au sein de l’association a traité ce fonds en partenariat avec la MMSH.

 

Je profite de ce billet pour introduire la journée d’étude organisée le 7 juin 2013 à l’occasion des 60 ans de l’Association Alpes de Lumière qui se déroulera en matinée à la Maison méditerranéenne des sciences humaines (MMSH). Les méthodes d’intervention de l’association sur le territoire à travers des outils et des exemples concrets seront présentées. L’occasion de réécouter Pierre Martel dans une lecture enregistrée en septembre 1981. Dans cet extrait sonore, Pierre Martel aborde le mouvement Alpes de Lumière, ses missions et ses moyens d’action. Il insiste sur la mission éducative au près des habitants de Haute-Provence :

L’après-midi, une visite de sites (dont le prieuré de Salagon) ayant bénéficié de l’accompagnement de l’association est organisée par Alpes de Lumière.

Elle est ouverte à tous en remplissant un coupon-réponse.


Programme : 


MATIN 9h – 12h15

1. Genèse d’Alpes de Lumière en 1953

2. Principes d’intervention sur le territoire en 5 points

3. Boîte à outils

4. Présentation de l’expérience du prieuré de Salagon (1980-2000)

5. Deux autres exemples : Forcalquier et le Frioul

 

Pause déjeuner

 

APRES-MIDI 13h30 – 18h

Visites de sites qui ont bénéficié d’un accompagnement  » Alpes de Lumière  » : Prieuré de Salagon et Citadelle de Forcalquier

 

Vous trouverez plus d’informations sur le programme détaillé de la journée.

 

 

Crédits photographiques :  Farm windmill outlined against setting sun near Seward, May 1973, O’Rear, Charles (1941- ), Persistent URL: research.archives.gov/description/547341, U.S. National Archives. Pas de restrictions de droit connues.

  1. J’effectue actuellement un stage dans le cadre du Master 1 “Métiers des archives et des bibliothèque” du domaine Histoire et humanités d’Aix-Marseille Université – AMU []

Vie quotidienne paysanne dans le pays du haut et moyen Verdon jusqu’en 1970

Dans le monde agricole avant la seconde guerre mondiale, dans la vallée du Haut Verdon comme ailleurs les connaissances fines de la terre, de ses capacités et des soins à y apporter sont les seules garanties pour assurer une production suffisante et échapper à une trop grande pauvreté. Les hommes développent leur ingéniosité pour soulager leur travail, optimiser les tâches et perfectionner les outils. Les témoins des villes et villages de Barrême, Saint-André-les-Alpes, Colmars-les-Alpes et La-Foux-d’Allos ont livré leurs souvenirs de ces trouvailles et savoir-faire pour vivre et parfois survivre.

Explications sur la nécessité de varier les cultures pour ne pas appauvrir la terre (extrait de l’enquête 4180)

Technique pour fouler le blé à l’aide d’un mulet (extrait de l’enquête 4160)

Souvenirs de l’utilisation d’un traineau de transport (extrait de l’enquête 4160)

Pour assurer les ressources alimentaires, on compte sur la complémentarité des cultures et les ressources de l’espace sauvage.

Complémentarité des cultures et des ressources de l’espace sauvage (extrait de l’enquête 4160)

Chasse à la marmotte en pays d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Dans ce contexte, les enfants de chaque famille modeste sont investis dans les travaux des champs ; seuls les enfants de propriétaires vont au-delà du certificat d’études. Plusieurs récits témoignent de l’attachement à la scolarisation des enfants, malgré le besoin de leur force de travail aux côtés des adultes, l’école étant pressentie comme le seul moyen d’échapper à la précarité du travail paysan.

Souvenirs des trajets jusqu’à l’école dans la montagne enneigée (extrait de l’enquête 4160)

Monde paysan qui connait plusieurs chamboulement jusqu’aux années de vente massive de terrains agricoles pour le tourisme.

Evolutions progressive des terrains agricoles autour d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Souvenirs de l’électrification de la Foux d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Dans ce quotidien décrit comme tellement tributaire de la multiplication de petites ressources, toujours incertaines, de la crainte de la pauvreté et de la soumission aux aléas naturels les fêtes et les animations rattachées aux grandes saisons de la terre tiennent une place toute particulière.

Explications sur la petite paysannerie avant 1945 et la pauvreté dans les campagnes (extrait de l’enquête 4185)

Les souvenirs de ces fêtes sont vifs : c’est l’occasion de renouer ou resserrer des liens au sein de la communauté, de rompre avec le quotidien et pour les jeunes de faire la rencontre de futurs époux. La saison de la lavande qui colore brutalement les montagnes alentours et sa distillation en sont un exemple. Les témoins évoquent son parfum, l’activité fébrile qui agite le pays.

Souvenirs des fêtes autour de l’hôtel de la gare de Barrême (extrait de l’enquête 4174)

Crédits photographiques et video

Fonctionnement du ventaire par André Rouvier, Barrême, 2012, Corinne Cassé.

Maison de village aux pieds des montagnes, Alpes, Bibliothèque municipale de Toulouse, domaine public.

Les travaux des champs : le labour, Trutat Eugène, 1910, bibliothèque municipale de Toulouse, collection numérique, domaine public.

Témoignages sur la minoterie de la Mure-Argens (04) et sur les différentes farines

Dans les témoignages recueillis en 2012 sur l’histoire de la minoterie de la Mure-Argens la rivière de l’Issole et les usages de la farine prennent une place centrale. L’accès aux cours d’eau, source de vie, pour les hommes, les plantes et les bêtes, intimement dépendants les uns des autres, devient un enjeu. Indispensables aux activités des moulins, des scieries, des draperies et des distilleries, l’accès à l’eau et son usage sont réglementés, objets de querelles, de conflits, de procès, de décisions administratives. Le projet « Secrets de fabriques » dans le cadre duquel ont été recueillis ces témoignages, s’alimente de deux autres ensemble de travaux de recherche : une prospection archivistique réalisée par un cabinet de spécialistes et les recherches historiques spécifiques au monde de la draperie. Les multiples archives glanées par le cabinet d’archivistes attestent de la quantité d’actes notariés et de démarches administratives et juridiques des propriétaires de la minoterie pour utiliser l’eau de la rivière.

Toute l’histoire de l’accès aux cours d’eau est décrite dans les archives des entreprises, dans les archives communales et notariales. La puissance de l’eau et son énergie sont un bien précieux, jalousement gardé, étroitement surveillé et ses canaux entretenus saison après saison. L’eau est un acteur omniprésent de cette aventure industrielle.

L’interrogation de la base de la phonothèque avec les thèmes du cours d’eau, de l’adduction de l’eau ou encore de l’usage et propriété de l’eau ne propose pas moins de quelques 90 références d’enquêtes en Provence, dans les Alpes, en Italie, dans la vallée de la Roya et jusqu’au Yemen. Le thème de l’eau est universel et international comme celui du pain et de la fabrication de la farine et du rôle du meunier, largement enquêté par Christian BrombergerPierre CosteJean-Noël Pelen, Danielle Musset et Claudette Castell et Nicole Coulomb dans différentes régions de France et d’Italie. Danielle Musset, aujourd’hui conservatrice du musée ethnologique de Salagon, et membre du comité scientifique encadrant le collectage des mémoires de l’industrie en pays A3V, a enquêté dans les années 90, Ernest Dol, minotier de la Mure-Argens. En 2012, dans le cadre du projet du pays A3V, sa fille dépose également ses souvenirs.

Explications sur les liens étroits entre l’activité de meunier et l’usage des cours d’eau (extrait de l’enquête 4167)

Au bord de l’eau vit la minoterie. En son sein tournent les machines et leurs pièces de bois, de cuir, de métal. Elle prend une apparence presque humaine, fait vibrer l’ensemble du bâtiment et la famille du meunier qui vit à son rythme. Les témoins se souviennent d’odeurs, d’un bruit sourd permanent auquel le meunier s’est habitué mais qui surprend les visiteurs. Chaque son révèle une action, une circulation du grain. Chacun est connu et reconnu par le meunier qui peut ainsi déceler, avec l’aide de la masselotte et du tintement de sa cloche, une baisse de régime, un problème sur le circuit de production. L’intervention est immédiate et précise. On ne peut quitter ce ventre qui vibre, qui ne peut s’arrêter. « Remettre un moulin en route c’est toute une histoire ». Si le propriétaire s’évade quelques heures pour livrer de la farine, il laisse l’ensemble sous la surveillance de ses meuniers en qui il met toute sa confiance. L’attachement au bâtiment et au métier semble puissants dans les souvenirs : physique, viscéral.

Évocation du son de la machinerie de la minoterie (extrait de l’enquête 4167)

Explications sur les risques d’engorgements dans la machinerie et les interventions du minotier (extrait de l’enquête 4167)

Il n’y a pas de saison de fermeture pour la minoterie. Les souvenirs d’enfance et de vacances se déroulent dans le bâtiment ou sur les berges de l’Issole. Ils témoignent d’une existence intimement liée au moulin et à son fonctionnement toute l’année, quel que soit le débit de l’eau, quelles que soient les quantités de farine et la qualité de ses blés.

Souvenirs de la vie dans la minoterie (extrait de l’enquête 4161)

Mis à part quelques rares achats à l’extérieur, l’espace sauvage environnant le moulin et les terres cultivées, propriétés de la famille du meunier, suffisent à la vie en autarcie.

(Extrait de l’enquête 4167)

Tous les témoins interrogés situent un tournant crucial avec l’arrivée des grands moulins (Storione, Moulins de Paris) dans les rapports entre meuniers et boulangers. Changements dans les rapports humains et dans le contrat moral qui semblait lier les deux : d’un commerce de proximité et d’une sorte de fidélité au fournisseur à un rapport commercial plus distancié, plus systématique avec des représentants concurrents. Autrefois, le boulanger pouvait aller chercher à pied une petite quantité de farine, traverser le village avec son charreton à bras jusqu’au moulin où le temps se suspendait l’espace de la visite et de l’achat.

Souvenirs d’une femme de boulanger de l’achat de farine directement à la minoterie (extrait de l’enquête 4164)

Dans l’univers de la farine, comme dans toute branche professionnelle, la recherche des compétences fines existe à tous les niveaux. De même un bon professionnel capable de faire tourner une turbine hydroélectrique sera recherché à travers toute la vallée (ce fut le cas pour la turbine de Colmars), un bon boulanger, sachant « travailler » la farine, quelle que soit sa qualité et sa « force », sera identifié comme un expert. Ce qui semblerait être dû au talent et au hasard est en fait le produit d’une longue suite d’expérimentations, d’observations, d’éliminations et d’essais renouvelés. Tel boulanger est réputé plus « dégourdit » que les autres, il fait du « bon pain avec tout », il sent sa farine, en mesure la température, suit sa fermentation avec attention et curiosité. Son savoir s’avère être issu d’un processus rôdé, organisé et qui fait ses preuves. Son travail et ses connaissances seront utilisés au même titre que l’expertise d’un laboratoire par la filière commercialisant la farine.

Explications sur les savoir-faire du boulanger (extrait de l’enquête 4182)

Ces enquêtes autour de la culture du blé dans les environs de Saint-André-les-Alpes, la fabrication de la farine et du pain nous apportent des informations sur les évolutions des professions à travers les époques et à chaque génération…

Explications sur les apports de modernité dans la boulangerie familiale (extrait de l’enquête 4186)

…la vie quotidienne des enfants du meunier

(extrait de l’enquête 4161)

… et les différents usages de la farine

et de ce que l’on appelle les « issues »

Crédits photographiques

Elie et la veuve de Serepta, Bernardo Strozzi, huile sur toile, 1644-Kunsthistorisches Museum, Creative Commons Attribution-Share Alike. La veuve s’apprête a utiliser sa dernière huile et sa dernière farine pour nourrir le prophète Elie. Wikimedia Commons.