Archives par mot-clé : alto

De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative

Mieke Bodart devant la porte du 14 Rue Paradis à Marseille vers 1974 (coll. Mieke Bodart)

Mieke Bodart est née et a grandi à Oldenzaal en Hollande. En 1968, après avoir passé son baccalauréat, elle intègre l’Ecole de lutherie de Mittenwald en Allemagne. Elle a 18 ans. Elle fait partie des «nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière mais par goût de la musique, du violon et des activités manuelles. Depuis l’enfance, elle aime « fabriquer ». Vers 8 ans, elle commence à apprendre à jouer du violon et démonte son instrument pour comprendre comment il est construit.

  1. Devenir luthier (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Continuer la lecture de De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative

Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée

Anne Houssay, luthière, travaillant à la Cité de la musique à Paris
Anne Houssay, luthière, travaillant à la Cité de la musique à Paris, 2014 (cliché HCH)

Après un premier entretien présentant le début de son parcours professionnel, la luthière Anne Houssay reprend le fil de son récit à partir du stage qu’elle effectue en 1983 chez le luthier Jean Schmitt à Lyon. Ce dernier semblait intéressé par les recherches et expérimentations sur les vernis qu’elle avait menées à l’Ecole de lutherie de Newark en Angleterre.

Recherches sur les vernis de lutherie (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Chargée de vernir 17 altos, elle prépare des fonds de bois et des tests de couleur avec des mélanges différents de pigments organiques, mais finalement, Jean Schmitt réalise les recettes « au feeling », une leçon de pragmatisme, conclut-elle en riant.

Recettes de vernis et pragmatisme (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Ingrédients de vernis (atelier de Pierre Claudot, 1982)
Ingrédients de vernis (atelier de P. Claudot, 1982)

Ensuite, elle doit faire le montage de nombreux instruments de location selon une méthode nouvelle pour elle.

Une méthode de montage (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle est installée dans un atelier à part où elle se sent isolée tout en étant surveillée.

Seule à l’établi (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

A la réouverture de la Maison, après les vacances de juillet, elle rejoint l’atelier général et travaille à la préparation des instruments de location. Son contrat se termine en septembre et n’est pas renouvelé. Au chômage, elle essaye en vain de trouver de l’embauche dans un autre atelier de lutherie (les jeunes qui sortent de Mirecourt ont la préférence).

Difficulté à trouver de l’embauche (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Finalement, elle s’établit comme luthière indépendante à Lyon en mai 1984 dans un petit local proche de l’Opéra, des écoles de musique et des autres luthiers et archetiers lyonnais. Elle fait l’expérience difficile de monter une entreprise avec des moyens très limités. Elle suit des stages de formation à la création et à la gestion d’entreprise et évoque les efforts d’une association féminine pour mettre en œuvre un système de tontine en cherchant des fonds auprès des entreprises.

Créer une entreprise (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

La luthière Anne Houssay devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 (coll. Anne Houssay)
La luthière Anne Houssay (à gauche)  devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 (coll. Anne Houssay)

L’ouverture de son atelier, bien que petit et modeste, suscite quelques tensions chez ses confrères. Pour trouver des clients, elle démarche sans grand succès les écoles de musique, découvrant qu’il s’agit d’un territoire partagé entre luthiers.

Trouver des clients (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle finit par avoir une petite clientèle qui comprend les mécontents des autres ateliers, les curieux, et quelques fans qui la soutiennent. Elle fait du neuf et des réparations, vend des cordes, mais son activité n’est pas suffisamment rentable.

Une activité peu rentable (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)
Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)

En 1984, elle rejoint l’ALADFI, Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale, créée en 1982 par de jeunes luthiers et archetiers formés en dehors du réseau de Mirecourt et « unis par la volonté de proposer une autre approche du métier » [site de l’ALADFI]. Elle y retrouve des luthiers ayant appris le métier à l’étranger (notamment à Crémone en Italie) qui ont du mal à entrer dans le réseau professionnel français, où existent divers blocages (générationnels ou liés à une logique dynastique de familles de luthiers).

Les luthiers formés à l’étranger (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

L’ALADFI est un espace d’échanges, d’organisation d’événements et de discussions professionnelles sur divers sujets, comme la question épineuse des « commissions » versées aux professeurs, une pratique à bien connaître dans un réseau assez fermé, pour comprendre l’impossibilité de certaines transactions. Anne Houssay en donne des exemples.

Vente tronquée (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

A cette période, les deux groupes professionnels (GLAAF et ADALFI) s’opposent, situation qui s’améliorera plus tard avec les nouvelles générations.

Deux groupements professionnels (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Anne Houssay à l'établi dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)
Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)

A l’atelier, parmi ses clients, Anne Houssay a des musiciens traditionnels qui font de la folk-music.

Instruments folk (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle essaie de développer les locations d’instruments et évoque les rapports des luthiers avec les Gitans marchands spécialistes d’instruments à cordes, qui connaissent le cycle économique des ateliers et passent au moment opportun pour vendre ou acheter. Grâce à l’aide de deux d’entre eux, elle constitue un parc locatif d’instruments pour avoir un revenu plus stable :

Le parc de location (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Pendant quatre ans, Anne Houssay maintient son atelier mais survit à peine. Le réseau des luthiers formés à l’étranger demeure sa seule ouverture professionnelle. En 1988, elle reprend ses études en acoustique, participe à des rencontres sur la facture instrumentale et reçoit des stagiaires ingénieurs en acoustique, ce qui la sort de l’isolement, mais ne résout pas ses problèmes financiers. En 1990, sa candidature est retenue pour un poste de conservateur-restaurateur d’instruments à cordes frottées dans le cadre du projet de nouveau musée de la musique à La Villette. Mais il ne  s’agit que d’un CDD de 6 mois.

Responsable des instruments à cordes frottées (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Rien n’étant assuré pour l’avenir, elle conserve pendant quatre ans son atelier à Lyon où elle part travailler le week-end. Au musée de la musique, elle participe au déménagement des instruments et a le privilège de voir les précieuses collections instrumentales à deux reprises (emballage et déballage). Au musée, les restaurations d’instruments se décident de manière collégiale par une commission. C’est une expérience très enrichissante qui la forme au métier de conservation du patrimoine.

Une période enrichissante (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Accrochage des instruments avec Anne Houssay (à droite) au Musée de la musique, Paris, 1996 (coll. A. Houssay)
Accrochage des instruments (avec Anne Houssay à droite) au Musée de la musique, Paris, 1996 (cliché Harald Gottschalk)

Après avoir enchaîné des contrats d’un an renouvelable, en 1993, la Cité de la musique est instituée, la collection d‘instruments lui est reversée, mais non le personnel du musée qui alors se mobilise syndicalement face à la nouvelle direction qui ne veut pas le garder. Le nouveau musée est ouvert en 1997, soit 7 ans après la fermeture de l’ancien. Entretemps, l’équipe travaille à la restauration et à la préparation des collections.

Anne HOUSSAY, Atelier de restauration de la Cité de musique (cliché HCH)
Anne HOUSSAY, Atelier de restauration de la Cité de musique (cliché HCH)

Anne Houssay obtient un CDI mais avec une fonction reformulée sous le titre « Technicienne de restauration », sans aucune mention de sa spécialité en instruments à cordes frottées. Depuis 24 ans, elle assume au musée des tâches assez variées. Après son DEA d’histoire des techniques passé en 2004 à l’université sur le thème « Fabriquants, musiciens et cordes harmoniques », elle s’inscrit en thèse.

Une thèse sur le choix des bois (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Sur les qualités sonores du bois, elle revient sur l’approche des luthiers et sur celle des acousticiens dont les résultats peuvent être comparés.

Tester la sonorité du bois (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Les "fournitures" ou bois de lutherie (atelier de Pierre Claudot, 1981), cliché HCH
Les « fournitures » de lutherie (atelier de Pierre Claudot, 1981), cliché HCH

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Houssay, Anne (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée. 5 février 2015, Paris. Enregistrement numérique :  121 min [http://phonotheque.hypotheses.org/17142 ] Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4914.

Crédits photographiques : La luthière Anne Houssay (à gauche)  devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 et Instruments dans l’atelier d’Anne Houssay (coll. Anne Houssay) ; Anne Houssay à l’établi (cliché Marie-France Chevalier) ; Accrochage des instruments au Musée de la musique, Paris, 1996 (cliché Harald Gottschalk), tous droits réservés ; autres : H. Claudot-Hawad.

Remerciements au photographe Harald Gottschalk d’avoir autorisé la publication de sa photographie sur le site des Carnets de la phonothèque.

 

Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970

Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016
Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016

Frédéric Bonet débute sa formation de luthier en 1977 à 21 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Tout jeune, il commence l’apprentissage du violon au conservatoire de Toulon et acquiert le goût de la musique autant que celui des instruments de musique.

Attrait pour les instruments de musique (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Après s’être orienté vers un Diplôme Universitaire de Technologie en électro-technique, puis avoir fait un an de service militaire, il décide de changer de voie et s’inscrit à l’Ecole de lutherie de Crémone en Italie, car pour Mirecourt, il a déjà dépassé l’âge règlementaire.

L’inscription à Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’école de lutherie de Crémone comprend deux types de cursus, l’un pour les Italiens recrutés très jeunes, et l’autre pour les étrangers parmi lesquels il y a beaucoup de Français.

Une école internationale (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1e année, les trois classes sont l’une réservée aux Italiens et les deux autres aux étrangers, avec quatre ateliers d’environ 15 personnes par atelier. Les cours de culture générale (littérature italienne, histoire de l’art, de la musique, de la lutherie, physique, acoustique, mathématiques, etc) sont données en italien. Beaucoup d’étrangers qui ont fait des études supérieures et ont largement le niveau sont dispensés des cours de sciences exactes.

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Deux conceptions de la lutherie sont en concurrence à Crémone : celle de Morassi et celle de Bissolotti.

Deux « écoles » italiennes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet expose la différence de méthodes des deux écoles.

Des méthodes différentes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Ses professeurs successifs appartiennent à l’un ou à l’autre courant.

Les professeurs (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Il décrit les étapes de l’apprentissage. La formation dure 4 ans. Après la 1e année où il s’agit d’acquérir la maîtrise des outils, commence la fabrication des instruments. Le choix des modèles d’instruments est assez flexible selon les capacités et les envies des élèves. Le vernis enseigné à Crémone est un vernis à l’alcool.

Vernis à l’alcool (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Vernis. Atelierdu luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Beaucoup d’élèves dès la 1e année installent un atelier chez eux. Frédéric Bonet trouve cet apprentissage à Crémone « fabuleux », il en apprécie la dimension humaine et culturelle, avec de l’entraide et de l’amitié entre les élèves.

Une découverte constante (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

A l’école, il a fabriqué 3 ou 4 violons, 2 altos, 1 violoncelle, 1 contrebasse (faite à plusieurs), et il en a fait autant ou plus chez lui, ce qui lui permettait de survivre en vendant ses instruments et en faisant aussi du dégrossissage (table, fond, tête…) pour un luthier de Crémone. Il complétait ses revenus en travaillant dans les champs.

Sous-traitance (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Il obtient son diplôme en 1981 et s’installe à Aix-en-Provence dans les locaux d’un marchand d’instruments. Il assure la réparation et la maintenance des violons et archets du magasin.

Une opportunité à Aix-en-Provence (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Revenant sur ses études à Crémone, il évoque la grève des élèves de lutherie. Beaucoup (notamment des Français) ont été renvoyés, ce qui ne les a pas empêché de poursuivre leur formation ailleurs et de devenir luthiers.

La grève à l’école de lutherie de Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1985, Frédéric Bonet ouvre son propre atelier à Aix-en-Provence avec Martine Aguila, formée comme lui à Crémone. Les débuts sont financièrement difficiles. L’accueil du milieu professionnel est souvent suspicieux, d’où la nécessité ressentie par de jeunes luthiers, la plupart formés ailleurs qu’en France, de créer une association professionnelle alternative : l’ALADFI.

Un nouveau groupement professionnel (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’ALADFI a permis l’entraide et les échanges professionnels, ainsi que la valorisation des oeuvres des jeunes luthiers en organisant des expositions et des salons.

Permettre le partage (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations entre le groupement professionnel ancien, le GLAAF  et l’ALADFI ont ensuite évolué et des projets communs ont été élaborés. S’il y a eu antagonisme, c’est davantage au niveau des personnes que des groupements eux-mêmes.

Un certain conservatisme (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet explique le contexte qui contraint le luthier à faire de la restauration plutôt que du neuf, alors qu’acheter un instrument neuf est souvent plus avantageux dans une gamme de prix donné.

Fabriquer ou restaurer ? (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

La production chinoise, en améliorant sa qualité à partir de 1995, a fait sérieusement concurrence aux instruments d’étude fabriqués à Mirecourt.

Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

En Italie, il n’y a pas eu de problème d’approvisionnement en «fournitures » de lutherie. Les marchands spécialisés en bois de lutherie sont restés nombreux, comme en Allemagne, alors qu’ils étaient devenus rares en France dans les années 1970.

Marchands de bois de lutherie (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet évoque ses modèles personnels pour violon et alto, et l’utilité d’un ouvrage récent de François Denis concernant le tracé des instruments.

Modèles personnels (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Etiquette du luthier Frédéric Bonnet
La signature de Frédéric Bonet dans l’un de ses violons

Au sujet de la proportion de filles et de garçons dans la formation de lutherie à Crémone, il y avait presque autant de filles que de garçons dans sa classe.

Nombre de filles et de garçons inscrits (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations professionnelles des luthiers lui paraissent dans l’ensemble bonnes, à l’exception de deux ou trois ateliers qui, comme autrefois, restent fermés aux confrères.

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Bonet, Frédéric  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970, 25 janvier 2016. Enregistrement numérique :  53 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4968.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.