Archives par mot-clé : Amazonie

A la rencontre des Wayanas

Fantaisie après une semaine de stage sur la collecte à l’Université de Guyane.

Etudiantes en Master II en “Sociétés et interculturalité”à l’Université de Guyane, nous venons de passer une semaine ultra-enrichissante avec Véronique Ginouvès (CNRS), nous décidons d’utiliser notre nouveau savoir pour partir toutes les quatre faire des enquêtes au coeur de l’Amazonie sur les traces des Wayanas, sur le haut Maroni.

Elisabeth met  dans son sac à dos nos carnets de terrains pour ne rien oublier des nombreux entretiens que nous comptons bien mener sur place ! Attention, ne pas oublier les contrats d’autorisation et de diffusion sinon rien ne pourra être diffusé, archivé et partagé sur le blog…Tracy s’en charge.

Corinne prend son Zoom H4 pour que chacune de nos prises de son soient bien audibles. La bonnette aussi est dans le sac, qui empêchera le vent de couvrir les paroles ; et Anne se charge d’emballer précautionneusement son appareil photo et sa caméra numérique afin d’immortaliser la beauté des paysages et des rencontres.

Les hamacs, l’anti-moustique, le couac, les papiers, le désinfectant sont à l’abri dans la touque. Finalement… soyons prudentes, une pirogue est vite renversée surtout lors des passages des sauts : mettons tous nos objets précieux dans la touque !

C’est parti ! Le vol Cayenne-Maripasoula est dans une demi-heure, nous avons juste le temps d’arriver à l’aérodrome.

Chance1 ! Tracy parle le wayana et Elisabeth a une grand-mère maternelle aluku.

Dès notre arrivée au Degrad de Maripasoula, nous montons dans la pirogue, Fred le piroguier est bien au rendez-vous. Le Maroni s’offre à nous. Nous allons le remonter pour arriver à Antécume-Pata.

3021895263_5061709967_o

Le chef coutumier du village avec qui nous devons nous entretenir habite  non loin de là. Fatiguées par le long voyage, nous décidons de passer la nuit sous le carbet, comme nous le proposent gentiment les habitants du village.

Dès notre réveil, le chef coutumier nous rejoint : il sait que nous sommes venus l’interroger sur sa vie, son expérience, sa manière de vivre dans sa communauté. Il nous propose d’aller dans un lieu calme pour mener l’entretien dans de bonnes conditions, le carbet communautaire appelé Tukushipan.

Tukushipan Taluen, Guyane - mars 14 CLQ

Chacune a pris son matériel. Nous commençons par expliquer au chef coutumier que nous devons lui faire signer un contrat d’autorisation et de diffusion pour que la connaissance qu’il va partager avec nous puisse être valorisée dans les meilleures conditions juridiques et éthiques. Un climat de confiance s’installe. L’entretien est passionnant et nous décidons de rester deux jours complets pour partager la vie de la communauté, enregistrer des chants , filmer des danses, écouter les habitants parler de leur vie quotidienne.

Nous leur laissons une copie des  fichiers sur CD et en MP3 avec les informations sur le contexte de production pour qu’ils conservent une copie de nos enregistrements.

Au cours de notre séjour, nous nous sommes attachées à respecter les règles méthodologiques et déontologiques que nécessite une collecte patrimoniale et nous espérons avoir participé à la connaissance des manières de vivre en Guyane.

Corinne, Tracy, Elisabeth, Anne : toute ressemblance avec des anthropologues patenté-e-s, serait fortuite.

Crédits photographiques et sonores : 
– Romz Fantaz, Dégrad à Maripasoula, Prise le 17 octobre 2008 (CC BY-NC-ND 2.0)
– Chant célébrant la beauté d’une jeune fille et l’art de la danse enregistré en 1968 par Jean Hurault, repéré sur la base du CREM/LESC Temeta.
– Le film sur le Le tukusipan, carbet communautaire wayana diffusé  par le parc amazaonien ne peut être diffusé en ligne sur le blog car l’embed n’est pas autorisé, dommage !
– Phographie du Tukushipan par Corinne Le Quinio, printemps 2014.

  1. D’après la base de données Ethnologue.com en 2007, il n’y avrait plus que 850 personnes dans le monde qui parlaient wayana. []