Archives par mot-clé : André Sakellarides

L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus

Le luthier André Sakellaridès, Marseille, fev. 2016 (cliché HCH)
Le luthier André Sakellaridès, Marseille, fev. 2016 (cliché HCH)

André Sakellarides, luthier marseillais, a un parcours original. Il est venu à la lutherie « un peu par hasard » selon ses termes.  A vingt ans, en 1975, alors qu’il s’oriente vers l’animation culturelle, il commence – en autodidacte et pour s’amuser – à fabriquer des instruments à cordes, en lien avec sa pratique musicale et ses goûts pour le folk et la musique ancienne. Il joue entre autres du dulcimer.

Découverte du dulcimer (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

En ces années 1970, une demande existe de la part des joueurs de luths, violes de gambe, vièles à roue et vièles à archet, pour réparer et fabriquer des instruments dont les luthiers classiques ne veulent pas s’occuper. André Sakellarides avec des amis constitue un petit groupe amateur pour échanger des techniques de fabrication d’instruments acquises par les uns ou les autres, comme par exemple les tours de main de Carbonell, facteur de guitares à Marseille.

Un groupe d’entraide (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pris au jeu, il décide d’être luthier à part entière et raconte comment, face à l’attitude assez fermée du milieu professionnel vis-à-vis de ceux qui n’ont pas été formés à Mirecourt, des associations alternatives se créent dont l’objectif est de partager les savoirs et savoir-faire de la lutherie pour se perfectionner.

Comment se former (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Atelier d'André Sakellarides
Atelier d’André Sakellarides (cliché HCH)

Des associations au niveau régional ou national comme l’UNFI (Union Nationale de la Facture Instrumentale) et  l’ALADFI (Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale) jouent un rôle important dans la formation de ces nouveaux luthiers et créent une autre manière d’envisager les relations professionnelles.

Sessions de perfectionnement (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Au début des années 1980, A. Sakellarides s’établit professionnellement. Il fabrique d’abord divers types d’instruments traditionnels ou folk. En 1985, il rencontre aux Etats-Unis des musiciens de jazz acoustique (à l’origine d’un quatuor à cordes frottées pour l’un et d’un quatuor à plectre pour l’autre) qui apprécient et achètent ses instruments, ce qui le confirme dans son choix d’innover. De retour en France, il poursuit l’idée de créer des instruments inédits (comme le quinton), mais veut également prouver qu’il maîtrise parfaitement la fabrication des instruments classiques.

Savoir à la fois inventer et copier (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour atteindre son objectif, il travaille beaucoup.

Beaucoup travailler comme les anciens  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Violons classiques fabriqués par André Sakellarides
Violons classiques fabriqués par André Sakellarides (cliché HCH)

A. Sakellarides souligne l’importance des échanges de connaissances, de procédés et de méthodes, que chacun intègre ensuite à sa manière, et qui ont permis de faire beaucoup de progrès dans ce métier.

Partager les connaissances  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

L’interaction entre le luthier et le musicien est pour lui essentielle.

Le luthier comme accoucheur musical  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Parmi ses inventions qui sont nombreuses, André Sakellarides présente le violon baryton.

Le chaînon manquant  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Violon baryton d'André Sakellarides
Violon baryton d’André Sakellarides (cliché HCH)

Il a également fabriqué des instruments adaptés aux répertoires des violonistes indiens, exploré les quatuors à plectre, créé un modèle contemporain de viole d’amour, inventé pour un apprentissage ludique de la musique un petit instrument bon marché et facile à réaliser, la « spidoline » qui offre des possibilités musicales très variées.

La spidoline (André Sakellarides, Extrait d’enquête n°4969)

Il évoque le rôle important, avant la 2e guerre mondiale, de la mandoline à Marseille, lié à l’immigration italienne, et la réouverture récente de la classe du conservatoire. Fabriquer des instruments de musique pour réinventer et élargir les ancrages culturels locaux est également une option intéressante.

Réinventer les ancrages culturels  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour André Sakellarides, le rôle du luthier est aussi de faire évoluer la musique en s’intéressant aux répertoires innovants et aux musiciens créatifs. Il organise lui-même des concerts.

Faire évoluer la musique (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour les « fournitures » de lutherie, la commande se fait auprès des représentants (pour les chevalets de Mirecourt par exemple) ou dans les salons professionnels, mais pour le bois, il préfère se déplacer et choisir sur pièce.

Choisir le bois  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Petits rabots de luthier (atelier A. Sakellarides), cliché HCH
Un bois de plus de 70 ans présenté par A. Sakellarides (cliché HCH)

Sa réserve de bois est suffisante pour l’instant. Il est en train de fabriquer un violon dans un bois ancien qui a au moins 70 ans car il provient de l’atelier du luthier Pierre Claudot à Marseille qui lui-même l’avait acheté à la maison Couesnon de Mirecourt qui a fermé juste après la 2e guerre mondiale. A. Sakellarides en conclusion rappelle les rôles multiples que peut jouer le luthier et qui font tout l’intérêt du métier.

Un métier éternellement créatif  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Canifs anciens (atelier d'André Sakellarides)
Canifs anciens (atelier d’André Sakellarides)

La discussion reprend au sujet des outils qui n’ont pas changé et peuvent servir à plusieurs générations. Si l’outillage se pérennise, le « style » d’un luthier par contre se transforme selon les périodes. Cet aspect évolutif caractérise le travail d’André Sakellarides qui remet tout en cause à chaque nouvel instrument.

Changer de style (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Il explique ainsi la démarche qu’il a suivie pour fabriquer un violon à 5 cordes.

Le violon à 5 cordes (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Vis à tabler anciennes provenant de l'atelier de Pierre Claudot (atelier d'A. Sakellarides)
Vis à tabler anciennes provenant de l’atelier de Pierre Claudot et utilisées aujourd’hui par André Sakellarides

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Sakellarides, André (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus, 1er février 2016, Marseille. Enregistrement numérique : 51  min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4969.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Petits rabots de luthier (atelier d'A. Sakellarides à Marseille)
Petits rabots de luthier (atelier d’A. Sakellarides à Marseille)

Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970

Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016
Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016

Frédéric Bonet débute sa formation de luthier en 1977 à 21 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Tout jeune, il commence l’apprentissage du violon au conservatoire de Toulon et acquiert le goût de la musique autant que celui des instruments de musique.

Attrait pour les instruments de musique (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Après s’être orienté vers un Diplôme Universitaire de Technologie en électro-technique, puis avoir fait un an de service militaire, il décide de changer de voie et s’inscrit à l’Ecole de lutherie de Crémone en Italie, car pour Mirecourt, il a déjà dépassé l’âge règlementaire.

L’inscription à Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’école de lutherie de Crémone comprend deux types de cursus, l’un pour les Italiens recrutés très jeunes, et l’autre pour les étrangers parmi lesquels il y a beaucoup de Français.

Une école internationale (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1e année, les trois classes sont l’une réservée aux Italiens et les deux autres aux étrangers, avec quatre ateliers d’environ 15 personnes par atelier. Les cours de culture générale (littérature italienne, histoire de l’art, de la musique, de la lutherie, physique, acoustique, mathématiques, etc) sont données en italien. Beaucoup d’étrangers qui ont fait des études supérieures et ont largement le niveau sont dispensés des cours de sciences exactes.

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Deux conceptions de la lutherie sont en concurrence à Crémone : celle de Morassi et celle de Bissolotti.

Deux « écoles » italiennes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet expose la différence de méthodes des deux écoles.

Des méthodes différentes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Ses professeurs successifs appartiennent à l’un ou à l’autre courant.

Les professeurs (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Il décrit les étapes de l’apprentissage. La formation dure 4 ans. Après la 1e année où il s’agit d’acquérir la maîtrise des outils, commence la fabrication des instruments. Le choix des modèles d’instruments est assez flexible selon les capacités et les envies des élèves. Le vernis enseigné à Crémone est un vernis à l’alcool.

Vernis à l’alcool (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Vernis. Atelierdu luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Beaucoup d’élèves dès la 1e année installent un atelier chez eux. Frédéric Bonet trouve cet apprentissage à Crémone « fabuleux », il en apprécie la dimension humaine et culturelle, avec de l’entraide et de l’amitié entre les élèves.

Une découverte constante (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

A l’école, il a fabriqué 3 ou 4 violons, 2 altos, 1 violoncelle, 1 contrebasse (faite à plusieurs), et il en a fait autant ou plus chez lui, ce qui lui permettait de survivre en vendant ses instruments et en faisant aussi du dégrossissage (table, fond, tête…) pour un luthier de Crémone. Il complétait ses revenus en travaillant dans les champs.

Sous-traitance (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Il obtient son diplôme en 1981 et s’installe à Aix-en-Provence dans les locaux d’un marchand d’instruments. Il assure la réparation et la maintenance des violons et archets du magasin.

Une opportunité à Aix-en-Provence (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Revenant sur ses études à Crémone, il évoque la grève des élèves de lutherie. Beaucoup (notamment des Français) ont été renvoyés, ce qui ne les a pas empêché de poursuivre leur formation ailleurs et de devenir luthiers.

La grève à l’école de lutherie de Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1985, Frédéric Bonet ouvre son propre atelier à Aix-en-Provence avec Martine Aguila, formée comme lui à Crémone. Les débuts sont financièrement difficiles. L’accueil du milieu professionnel est souvent suspicieux, d’où la nécessité ressentie par de jeunes luthiers, la plupart formés ailleurs qu’en France, de créer une association professionnelle alternative : l’ALADFI.

Un nouveau groupement professionnel (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’ALADFI a permis l’entraide et les échanges professionnels, ainsi que la valorisation des oeuvres des jeunes luthiers en organisant des expositions et des salons.

Permettre le partage (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations entre le groupement professionnel ancien, le GLAAF  et l’ALADFI ont ensuite évolué et des projets communs ont été élaborés. S’il y a eu antagonisme, c’est davantage au niveau des personnes que des groupements eux-mêmes.

Un certain conservatisme (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet explique le contexte qui contraint le luthier à faire de la restauration plutôt que du neuf, alors qu’acheter un instrument neuf est souvent plus avantageux dans une gamme de prix donné.

Fabriquer ou restaurer ? (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

La production chinoise, en améliorant sa qualité à partir de 1995, a fait sérieusement concurrence aux instruments d’étude fabriqués à Mirecourt.

Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

En Italie, il n’y a pas eu de problème d’approvisionnement en «fournitures » de lutherie. Les marchands spécialisés en bois de lutherie sont restés nombreux, comme en Allemagne, alors qu’ils étaient devenus rares en France dans les années 1970.

Marchands de bois de lutherie (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet évoque ses modèles personnels pour violon et alto, et l’utilité d’un ouvrage récent de François Denis concernant le tracé des instruments.

Modèles personnels (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Etiquette du luthier Frédéric Bonnet
La signature de Frédéric Bonet dans l’un de ses violons

Au sujet de la proportion de filles et de garçons dans la formation de lutherie à Crémone, il y avait presque autant de filles que de garçons dans sa classe.

Nombre de filles et de garçons inscrits (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations professionnelles des luthiers lui paraissent dans l’ensemble bonnes, à l’exception de deux ou trois ateliers qui, comme autrefois, restent fermés aux confrères.

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Bonet, Frédéric  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970, 25 janvier 2016. Enregistrement numérique :  53 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4968.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.