Archives par mot-clé : Annie-Hélène Dufour

Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

C’est la question posée par Jean-François Bert lors du séminaire intitulé Histoire comparée des sciences sociales : une approche matérielle qui a eu lieu à l’EHESS de Marseille à La Vieille Charité, le 19 janvier 2017. Il était convié par Christelle Rabier, Maîtresse de conférences à L’EHSS, à l’occasion de la sortie de son ouvrage  Une histoire de la fiche érudite, Lyon, Presses de l’ENSSIB, janvier 2017. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

Gros ou maigre : le souper traditionnel provençal de Noël

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle du repas traditionnel de Noël en Provence.

Pour les fêtes qui approchent, je vous propose d’écouter trois extraits d’entretiens. Le premier, n° 71, est enregistré en 1978 par Nicole Jacquier-Roux-Thévenet  auprès de Paule et Emmanuel Picou de Saint-Martin-de-la-Brasque ( Vaucluse). Le  deuxième, n° 2429, a été réalisé en 1979 par Annie-Hélène Dufour, ethnologue,  auprès de Madame Portal de Collobrières (Var)  qui est accompagnée d’une deuxième personne anonyme. Le  troisième,  n° 4021 a été enregistré en 1977 par Henri-Paul Brémondy,  auprès de Marcelle  et Paul Brémondy de Six-Fours-les-Plages (Var).

A la description donnée par les informateurs de ces enquêtes, je me permets d’ajouter quelques détails liés à ma propre culture provençale toujours d’actualité dans la famille. Concernant cette tradition – si forte en Provence – et la certitude des provençaux de son ancestralité -, je vous renvoie à la lecture de l’article de Brigitte Brégeon-Poli, « Va pour treize ! » publiée sur Terrain dans un numéro spécial sur « La fabrication des Saints »1 (1995). 

M et Mme Picou décrivent la façon dont se déroulait le repas de Noël dit « gros souper« . Sur la table de Noël, trois nappes blanches étaient dressées, posées les unes sur les autres. Un chandelier de trois bougies éclairait la table (cela symbolisait trois temps : le Passé, en souvenir des défunts, le Présent, en témoignage de fidélité aux proches et le Futur, dans l’espérance des enfants à naître). Le couvert supplémentaire, dit du «pauvre» était rajouté et désignait celui qui était décédé ou était réservé au passant qui demanderait l’hospitalité. Pour tous les deux, la symbolique des chiffres est précise :  le chiffre trois pour rappeler la Sainte Trinité,  les sept plats maigres pour les sept douleurs de Marie, et les treize desserts pour le Christ et les douze apôtres.
Puis, au début du gros souper, se déroulait la tradition du cacho-fiò (ce qui signifie « mettre le feu » ou « écraser le feu »).  L’aïeul, aidé du Cago-nis (le plus jeune de l’assemblée) place une bûche dans la cheminée. Cette bûche servait de lien entre le doyen, le dernier-né, l’année qui s’achève et  l’année qui arrive. Ici c’est un  chêne qui est brûlé mais en Provence il arrivait souvent qu’il s’agisse d’un arbre fruitier. La buche est arrosée de trois libations de vin cuit et bénie (Ia bénédiction est effectuée en accompagnant la bûche vers le foyer). Enfin, elle était allumée en prononçant les paroles rituelles suivantes : « Cacho-fiò, Bouto fiò ! Alègre ! Alègre ! Diéu nous alègre ! Calèndo vèn, tout bèn vèn ! Diéu nous fague la gràci de vèire l’an que vèn, E se noun sian pas mai, que noun fuguen pas mens ! »ce qui veut dire : « Allégresse, allégresse ! Dieu nous réjouit,  Avec Noël tout bien vient, que  Dieu nous fasse la grâce de voir l’an qui vient, et, si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins. »
Le « gros souper » curieusement appelé « repas maigre » n’en reste pas moins fastueux. Maigre par la simplicité de ses plats mais copieux par la quantité, le gros souper est composé de légumes traditionnels qui se doivent d’être présents  : cardes, cardons, artichauts, céleri en branches souvent accompagné d’une anchoïade, épinards cuits en « Tian »  (le tian est un plat provençal en terre vernissée dans lequel on cuisait toutes sortes de gratins de légumes).Tian de cardons

Généralement, en accompagnement, on servait des plats maigres de poisson : muge (ou mulet), poutargue (œufs de mulet séchés et fumés), morue, brandade, mais également  des escargots.
Le repas se terminait par les treize desserts et du vin cuit.
Au cours de l’enquête n°71 plusieurs recettes sont décrites comprenant  :
Une soupe, dite  « aigo boulido » (traduire par « eau bouillie » qui est une soupe digestive),  dont voici la recette :
Faire cuire une douzaine de gousses d’ail dans de l’eau agrémenté d’un bouquet de sauge fraiche. Une fois l’ail cuit, retirer du feu, ôter la sauge, écraser l’ail, et ajouter des oeufs (deux ou trois) battus et couvrir. Verser le mélange sur des tranches de pains grillés recouvertes d’huile d’olive.
Puis vient ensuite la recette de la morue aux poireaux :


Faire revenir  des poireaux coupés très finement en conservant la partie verte dans de l’huile d’olive. Faire fondre doucement à feu doux. d’autre part, pocher la morue dessalée et conserver une partie du bouillon, en verser une petite quantité sur les poireaux saupoudrés d’un peu de farine, ajouter la morue en petits morceaux, débarrassée de la peau et des arrêtes et ajouter quelques olives noires et servir.

Ci-dessous une autre variante de plat de morue, extraite de l’enquête n° 2429 et consommée pour l’occasion.
Voici la recette : « morue à la raïto »

Faire revenir dans de l’huile d’olive la morue farinée, ajouter de la tomate qui se lie à la farine pour donner une sauce épaisse, du vin cuit, et des câpres et servir avec des panais frits.

L’ouvrage écrit par Louis Stouff : « Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles », Mouton & Co, Paris consultable à la médiathèque de la MMSH, donne également des renseignements précieux  sur  la consommation du poisson en Provence,  sa distribution sur le pourtour méditerranéen.

Voici la liste des 13 desserts, extraits de l’enquête n°4021,  et  qui comporte quelques variantes selon les départements :



– la pompe à huile d’olive, dite « pompe taillée » par ses découpes   centrales, qui se déguste avec du vin cuit.
– les quatre mendiants : figues sèches (Franciscains), raisins secs (Dominicain), amandes (Carmes), noix (Augustins),
– les noisettes,
– les dattes,
– le nougat noir,
– le nougat blanc,
– les oranges,
– les clémentines,
– le melon vert,
–  raisin d’hiver,
à ces desserts s’ajoutent souvent une spécialité locale sucrée par exemple  : les calissons, la pâte de coings, ou les fruits confits.

Dans le livre de Bernard Ely, La cuisine  des provençaux, Edisud , également disponible à la Médiathèque vous trouverez les recettes de la   morue à la raito et de la morue aux poireaux.

 

crédits photographiques : Mathilde Bresc

  1. [En ligne], n°24, mars 1995, consulté le 22 novembre 2015 ; DOI : 10.4000/terrain.3127 []

L’homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu’à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d’écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l’histoire de l’exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l’histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l’époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d’une charbonnière et de la gestion de l’air pendant la combustion, nous entendons d’autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d’un homme à un autre, d’un groupe d’hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu’à ce que le groupe décide de l’intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s’adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d’un portrait de professionnel ancré dans l’espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l’enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant « pour éviter que le feu brûle tout ».

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l’enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l’imagination de l’auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d’avoir déjà marché dans un sous-bois, d’avoir entendu ce silence si particulier, empli d’une infinité de bruissements divers et de craquements, d’avoir senti l’odeur prégnante du vert des arbres et de l’humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l’enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l’exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l’enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d’Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L’évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []

Retours sur une méthodologie d’enquête

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois, nous ont permis de redécouvrir ce que peut être une méthodologie de terrain finement ciselée. Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité. Sur un sujet abordé entre 1983 et 1988, Annie-Hélène Dufour questionne les compétences et les connaissances des pêcheurs sur la qualité des fonds marins, les poissons et la flore, les techniques et les accessoires de pêche. Au fil des ans, la mise en place du matériel technique d’enregistrement se perfectionne, la conduite de l’entretien qualitatif avec les pêcheurs se ralentit, s’adapte au rythme du vécu de l’instant partagé.

L’une de ces enquêtes est une démonstration de cette approche d’un corps de métier particulier, confronté aux aléas de la nature, aux décisions économiques européennes, à la concurrence,  à la multitude de tâches sans cesse renouvelées. Le témoin de cette enquête prépare un filet, accessoire primordial de son métier, pendant toute la durée de l’entretien ; ses gestes sont précis, il est attentif à ce qu’il fait et, malgré tout, accueillant à l’enquête. Une fois le magnétophone et le micro installé, l’enquêtrice prend le temps de rentrer dans le dialogue, silencieuse, attentive elle aussi aux gestes, à l’avancée du travail et à la disponibilité du témoin.

L’attitude est payante, au bout de quelques trois  minutes l’information vient, au moment et sous la forme choisis par l’informateur.

L’entretien se prolonge, l’enquêtrice relâche son questionnaire et son objectif de recherche pour rentrer un peu plus dans la relation en train de se faire. L’homme travaille, peine un peu sur son filet, évoque ses soucis avec ses fournisseurs, son retard sur ses préparatifs ou la mauvaise qualité des accessoires livrés. L’enquêtrice est aussi à l’écoute de cela, s’intéresse, touche les objets et maintien son attente silencieuse. Ainsi, le pêcheur s’investit à nouveau comme témoin, en demandant les questions (à quelques 37 minutes d’entretien).

L’enquêtrice revient sur sa recherche, précise, clairement énoncée. L’informateur prend le temps de la réflexion et répond, lui aussi, avec précision et professionnalisme. Il n’est pas sujet d’observation ;  il est pleinement co-auteur d’un savoir qu’il transmet en toute connaissance de cause.

Les corpus déposés à la phonothèque et disponibles au public nous offrent, dans une qualité sonore émouvante qui nous rend si proches ces locuteurs disparus depuis1 , une exploration des diverses façons d’aborder la parole et ses contenus à travers l’évolution d’une méthodologie basée sur la relation humaine et le « savoir-écouter ».

Extraits de l’enquête 2504 : « Un pêcheur des Salins-d’Hyères rend compte de ses connaissances sur les espèces de poissons selon les profondeurs et commente l’évolution de la profession depuis les années 1970 », enregistré par Annie-Hélène Dufour (enquêtrice), auprès de Monsieur Saragossa (informateur), 1er février 1985, Les-Salins-d’Hyères. Corpus Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Crédits photographiques : Working with Fishing Net, India, 2011, auteur Navaneeth Krishnan S. Licence Creative Commons- Paternité – Partage à l’Identique.

  1. Annie-Hélène Dufour est décédée en 2002 []

Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca


Dans les années 1980, Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour,  Mariano Fresta et Danielle Dossetto rencontraient plusieurs habitants du Val Germanasca, vallée vaudoise du Piémont italien. Ils étaient accompagnés de leurs étudiants qui effectuaient leur stage de terrain de licence d’anthropologie.

Autour des questions relatives à la vie quotidienne et à l’histoire orale de cette vallée, les enquêteurs ont pu, entre autres, recueillir 150 chansons de répertoires traditionnels en français et en italien. Ces enquêtes ont été déposées à la phonothèque de la MMSH en 1994. Au coeur de ce fonds, trois chanteurs en particulier révèlent une quantité impressionnante de chants :  Robert Tagliero, Emmanuel Barrus et Aldo Richard. Pour l’un le timbre est clair, travaillé, le vibrato est inspiré des chanteurs italiens du début du 20e siècle, ses conditions de chant exigeantes. Pour les autres la voix est plus rocailleuse, plus proche de ce que l’on croirait pouvoir entendre en plein champ ou au travail. C’est ce qui fait, d’un premier abord, tout l’intérêt du croisement de ces différents types d’interprétation d’une même chanson. Qu’elles relate un amour contrarié ou tragique (soldat tombé au combat, abandon d’une amante), un drame domestique (femme d’un alcoolique, tentative de parricide) ou la vie quotidienne des filles et des gars des campagnes (bergère repoussant des galants, travailleurs migrants) ces chansons témoignent toutes d’un quotidien difficile, commun à toutes les régions paysannes des 19e et début du 20e siècle, d’une pratique du chant comme moyen de se distraire, d’apprendre des nouvelles de l’extérieur et, aussi, des leçons de vie. Ces chants prenaient leur place dans des espaces temps propices à l’écoute (veillées, pacages, travaux divers). Certains, très longs (plus de trente couplets attestés) relatant des événements guerriers ou des faits divers, chantés lors des veillées, se sont perdus par manque de pratique. Les trois chanteurs interprètent quasiment sans accent leurs morceaux en français, alors que leur prononciation du français parlé est plus accidentée. Quelques uns sont en occitan. Ils donnent parfois la version italienne de la chanson lorsqu’elle existe. Ils commentent ces airs en piémontais ou en français et, par analogie ou en lisant leur imposant cahier de chansons, parcourent leur répertoire personnel. Les chansons ont été retranscrites par leur soin ou par leurs parents après avoir été apprises « d’oreille » pour quelques unes.

L’attachement à la langue française est fort, hérité des communautés vaudoises d’origine française1, des liens tissés au fil des générations avec les régions françaises voisines, les migrations saisonnières pour s’embaucher sur différents chantiers. Des chants en ont été ramenés de ces voyages, on peut en retrouver des versions un peu différentes dans d’autres régions françaises et répertoriées dans les travaux de Patrice Coirault (les belles endormies, chansons de conscrits).

Les chanteurs de ces enquêtes possèdent chacun un cahier de chanson, parfois illustré, qui leur vient de leurs parents. Christian Bromberger, dans son article, attribue la richesse exceptionnelle du patrimoine chanté, sa conservation et sa transmission à une forte diffusion de l’écriture, issue des générations vaudoises, lisant directement la Bible et valorisant l’écrit et son apprentissage. Au cours des entretiens, les informateurs se réfèrent sans cesse à leur cahier, feuillé inlassablement, avant d’en interpréter une chanson, même s’ils la connaissent par cœur.

Dans son analyse, le chercheur note que les chants enfantins (berceuses, rondes), les airs à danser et ceux du cycle carnavalesque ne sont pas présents dans ces cahiers, de même que les chants en langue de tradition presque exclusivement orale (provençal ou piémontais). Par contre y sont surreprésentés les complaintes, les chants historiques et les pastourelles, textes en français ou en italien dont l’écriture a fait l’objet d’un apprentissage. En conclusion, Christian Bromberger explique que « la condensation à travers l’histoire d’apports hétérogènes » des différentes migrations, plus qu’un « répertoire spécifique de chants indigènes », ont donné « la richesse et l’originalité du patrimoine vocal du Val Germanasca et des autres vallées vaudoises du Piémont ».

Au sein de la collection d’enregistrements déposés, il nous est permis de découvrir toute l’ampleur esthétique d’un chant, par sa version initialement recueillie auprès d’un ancien mineur, par exemple pour les morceaux « En revenant de Lille j’ai fait l’amour à une fille » ou « Le pauvre vigneron », et leur version polyphonique, par le même informateur accompagné d’un deuxième chanteur.  Dans cet exercice, plus proche du contexte traditionnel de chant, les voix, comme les chanteurs, prennent toute leur place et la musicalité du morceau ses couleurs. Ils nous plongent dans une certaine perception de leur réalité, de leur plaisir du chant et, de leur vécu.

Crédits photographiques : Border Dynamics– Tucson, Arizona, photographie de Daquella manera.  Licence CC.

  1. voir l’article de Christian Bromberger, Les chansons  »populaires » : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine, In ouvrage collectif Gens du Val Germanasca, Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Documents d’ethnologie régionale, vol. 13 Université de Provence, 1994. []