Archives par mot-clé : Annie-Hélène Dufour

Consulter les archives d’Annie-Hélène Dufour, demain

Au printemps 1980, alors qu’elle est installée au Brusc pour mener une enquête de terrain, l’ethnologue Annie-Hélène Dufour confie à ses carnets :

J’aime me promener dans ce pays avec un d’ici. J’ai l’impression de le découvrir, de le saisir (sinon de le comprendre) pour lui-même et non pour moi-même, c’est à dire pour ce qu’il est – Bien sûr je sais qu’il est aussi multiple que sont multiples et différents ceux qui l’habitent, mais… Disons que cette médiation donne, à ce que je vois, une épaisseur “historique” (hi hi !) autre que la mienne propre. Le plaisir que j’éprouve à m’y promener seule existe aussi mais tout ce que je vois, sens, entends… est connoté différemment, fait référence à un code qui est le mien, c’est-à-dire, renvoie au bout du compte à moi-même, à ce que je connais déjà et même si je découvre quelque chose d’absolument inconnu où je ne dispose de rien pour l’appréhender ou je ne dispose pas de mes mots et mes termes à moi. (Carnet 1980-1984, page 21) – le texte est transcrit tel quel sans modification des coquilles ou erreur d’orthographe.

Aujourd’hui, au moment où le fonds de l’anthropologue va être confié aux serveurs du CINES pour une conservation sur “le long terme”1,  ces archives peuvent être parcourues en ligne et consultées à la médiathèque de la MMSH. La métaphore de la promenade, telle qu’Annie-Hélène la raconte, nous a paru correspondre à notre travail d’archivage et illustrer le cheminement désormais facilité, à travers les archives de la chercheure – demain, dans 100 ans, et plus tard encore… Continuer la lecture de Consulter les archives d’Annie-Hélène Dufour, demain

  1. Nous avions annoncé la fin du traitement archivistique du fonds en 2019 mais trois années ont été encore nécessaires pour le clôturer complètement. A l’automne 2022 les fichiers numériques et l’XML-EAD correspondant au traitement du fonds seront versés au Centre informatique national de l’enseignement supérieur (CINES) et conservés sur le long terme. Les documents non numérisés et les fichiers numériques seront toujours consultés sur place, à la MMSH. Nous profitons de la note pour rappeler que “long terme” est un euphémisme pour “éternité” ou “pérennité” que les informaticiens rechignent à utiliser. En effet, ils ne savent pas vraiment jusqu’à quand les fichiers et les métadonnées pourront être (re)lus malgré les transferts de formats que le dépôt au CINES implique. []

Un poster aux journées de l’ABES 2022

Le secteur Archives de la recherche de la Médiathèque SHS de la MMSH a le plaisir de présenter un poster aux journées 2022 de l’ABES les 21 et 22 juin prochains à Montpellier :

Véronique Ginouvès, Emilie Groshens. Accéder au terrain des anthropologues en ouvrant leurs archives : les principes FAIR appliqués au fonds Annie-Hélène Dufour (1947-2002). Journées de l’Abes 2022, Jun 2022, Montpellier, France. 2019. ⟨halshs-03695338

Ce poster présente le circuit de traitement, de dissémination et d’archivage des fonds d’archives déposés à la Médiathèque, en s’appuyant sur le  portail Calames et sur les principes FAIR.

Consulter le site des JABES https://jabes.sciencesconf.org/ et le programme des journées présentant l’ensemble des posters exposés à cette session 2022.

Avent 2021 – Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et ses archives

Les Américains ont aussi un verbe qui signifie “Habiter en banlieue et travailler en ville” (to comute), mais pas plus que nous ils en ont un qui voudrait dire “Boire un verre de vin blanc avec un copain Bourguignon, au café des Deux-Magots, vers six heures un jour de pluie, en parlant de non signification du monde, sachant que vous venez de rencontrer votre ancien professeur de chimie et qu’à côté de vous une jeune femme dit à sa voisine “Je lui en ai fait voir de toutes les couleurs tu sais” !” (Jean Tardieu, “Petits problèmes et travaux pratiques”, Un mot pour un autre, Paris, N.R.F, 1951). Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.172.

Lorsque la phonothèque a été créée à la MMSH, Annie-Hélène Dufour (1947-2002) est venue en curieuse. Je me souviens qu’elle nous a demandé de réaliser un montage sonore des “erreurs de l’entretien” pour les faire écouter aux étudiants dans son cours sur la méthode en anthropologie. Nous nous sommes piquées au jeu1 et avons vite repéré des entretiens où les enquêteurs parlaient plus que leurs témoins, où il insistaient pour placer à certaines dates des faits que les témoins plaçaient à un autre moment, où les questions posées incluaient les réponses, où l’entretien était inaudible, où le micro était placé plus près de celle ou celui qui posait les questions que du témoin, où – quand les batteries avaient flanché – les voix s’étiolaient et ralentissaient… Elle m’a demandé ensuite de participer à son cours et de présenter les travaux de la phonothèque aux étudiants, de faire écouter des enquêtes sur des thématiques qu’elle sélectionnait, cela a duré quelques années et nous a rapproché. Continuer la lecture de Avent 2021 – Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et ses archives

  1. A ce moment Isabelle Blouet était étudiante en licence d’anthropologie et elle a participé à ce montage. []

Des plans de gestion de données rétrospectifs pour les fonds du secteur “Archives de la recherche”

Pour suivre au mieux l’archivage sur le CINES, l’équipe du secteur archives de la recherche de la médiathèque MMSH a choisi de rédiger des plans de gestion rétrospectifs explicitant tout le processus de traitement et son contexte. Ces plans sont archivés avec l’instrument de recherche créé sur Calames.

Les plans de gestion en cours de rédaction et validés sont regroupés dans ce billet qui sera mis à jour au fur et à mesure, en indiquant la date de leur mise en ligne et leurs auteur.

PGD du fonds COLOSTRUM,  programme financé par l’ANR – L’alimentation pré-lactée, don et consommation néonatale du colostrum : pratiques, représentations, et enjeux de santé publique, première publication le 21 mai 2021, rédigé par Claire Cialone-Grégoire & Véronique Ginouvès.

PGD du fonds Annie Hélène-Dufour,  rédigé par Claire Cialone-Grégoire & Véronique Ginouvès

PGD du fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan rédigé par Annick Boissel & Véronique Ginouvès1.

 

Crédits photographiques : Façades d’immeubles à Corte, Corse, 6 mai 2011, photographie V. Ginouvès, CC-BY-NC.

  1. Il s’agit d’un document de travail non abouti, ici en version 4b en cours du 19 septembre 2022 et dont la première publication  date du 22 novembre 2021. []

À la découverte du temps et des hommes en Provence à travers les archives d’Annie-Hélène Dufour

Plus de dix ans après le dépôt à la phonothèque de la MMSH en juillet 2007, le traitement du fonds Annie-Hélène Dufour est désormais achevé et le catalogage disponible sur la plateforme Calames. Au cours de ces années, quelques dix-sept archivistes et stagiaires de la phonothèque1 ont apporté leur contribution au traitement de ce fonds constitué de treize boîtes d’archives papier, de 1849 photographies et de 115 heures de fichiers audio.

Ce fonds multisupport, un des plus volumineux de la phonothèque, est constitué des données et matériaux récoltés sur le terrain par l’ethnologue Annie-Hélène Dufour au cours de sa carrière, entre 1978 et 2002. Réparti sur sept corpus par les archivistes de la phonothèque2, le fonds témoigne du fort attachement de la chercheure au domaine provençal, à la vie rurale, à la pêche et aux histoires de vie. Continuer la lecture de À la découverte du temps et des hommes en Provence à travers les archives d’Annie-Hélène Dufour

  1. Germille Fargeot (2007), Anne-Laure Fructus (2007), Laetitia Nicolas (2008), Flora Faure-Mateos (2008), Nacha Umbelina-Neto (2008), Marie Doumain (2010), Corinne Cassé (2012), Marine Soubrié (2016), Hélène Colombié (2017), Matteo Cialone (2017), Claire Grégoire (2018), Hélène Giudicissi (2018), Mathilde Bresc (2018), Marylène Mattei (2018), Julie Salaun (2018), Laurence Salze (2018) et Véronique Ginouvès se sont relayés pour le traitement du fonds. []
  2. La répartition en corpus a été révisée plusieurs fois au cours du traitement. Il est possible de trouver un découpage antérieur différent. []

2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

2018 aura été une année pilote, qui a démontré que le dispositif de la phonothèque, adossé aux principes du FAIR, est fonctionnel et efficace. Pendant plus de cinq mois, l’équipe de la phonothèque a travaillé sans sa responsable qui a obtenu une mobilité professionnelle à l’étranger.  L’activité était intense mais, en s’appuyant sur le dispositif mis en place, Hélène Giudicissi1 et Claire Grégoire2  – outre le travail d’accueil du public, toujours plus nombreux, et du traitement documentaire quotidien –  sont intervenues dans plusieurs colloques et journées d’étude. Elles ont aussi organisé le travail de 14 stagiaires, venus d’horizons divers, qui souhaitaient découvrir les archives sonores et à apporter leur contribution au traitement et à la valorisation des fonds. Elles ont été également soutenues ponctuellement par deux bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, Mathilde Bresc3 et Christian Champaloux4. Enfin, avec l’équipe, plusieurs chercheur.e.s ont participé à l’archivage de leurs données sonores. Merci en particulier à Hélène Claudot-Hawad, de continuer à faire converser les “nouveaux luthiers” avec les anciens comme les amateurs de violon sur Les carnets de la phonothèque.

Ainsi 2018 a été joyeuse et formatrice : ce travail collectif s’appuie sur un système ouvert et structuré, qui respecte les principes du FAIR5 offrant de merveilleux cadeaux de réusages pour le partage – au-delà du traitement documentaire des archives sonores – d’une méthode de travail compréhensible, claire et efficace.

2018 est aussi l’année d’un ancrage profond des archives sonores dans les données de la recherche avec trois signes forts : la publication d’un ouvrage sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, l’accomplissement du traitement du fonds de l’ethnologue Annie Hélène Dufour et la multiplication des thèses sur la question des sources sonores et de leur ré- usage.

Le guide de bonnes pratiques : 2018 se termine avec la publication d’un ouvrage collectif : le Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est paru en version papier en novembre aux Presses universitaires de Provence et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019. Une belle aventure qui s’est menée avec Isabelle Gras6, avec le soutien du Consortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num, du SCD d’AMU et de la MMSH.  Le projet continue sur le carnet “Questions d’éthique et de droit” : https://ethiquedroit.hypotheses.org

Le fonds Annie-Hélène Dufour : elle avait choisi de déposer de toutes ses sources sur lesquelles s’appuyaient sa recherche à la phonothèque, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont entièrement accessibles sur Calames. Les articles et les source de l’anthropologue connaissent une singulière diffusion posthume puisque les voilà désormais faciles à trouver, interopérables, accessibles et ré-utlisables. A partir de Calames, on accède à une partie des photographies de l’ethnologue sur Medihal, de ses entretiens sur Ganoub, de ses films sur Nakala et de ses articles scientifiques sur HalSHS.

2019, l’année des jeunes chercheurs : Mais surtout, la fin de l’année s’inscrit dans une nouvelle dynamique qui propulse les archives sonores dans le monde académique, avec un intérêt accru des jeunes docteurs. Ainsi, Maëlle Mériaux, qui avait été en résidence à la phonothèque en 2017, a soutenu en décembre 2018 une thèse qui s’appuie sur les archives orales sous le titre Histoires de plantes : les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Valeria Zedda, en thèse d’archivistique à l’université de Cagliari a choisi la phonothèque comme lieu d’étude de son projet Erasmus, enfin Matteo Cialone a obtenu un contrat doctoral qui a débuté le premier octobre avec un titre en forme d’hommage à Florence Descamps : L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone: état des lieux, analyse comparative et transdisciplinaire d’archives musicales inédites en méditerranée.

Ce billet est l’occasion de souhaiter à toutes et tous une joyeuse année 2019 et de remercier toutes celles et ceux qui ont participé à l’activité de notre phonothèque cette année – de près ou de loin. Vous pouvez les découvrir ici, de A à Z !

Continuer la lecture de 2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

  1. Hélène Giudicissi est en reconversion professionnelle et a intégré l’équipe de la phonothèque depuis deux ans et demi maintenant. En 2018, avec le soutien  des stagiaires, elle a finalisé le traitement du fonds Pierre Laurence et sa mise en ligne dans le respect des questions juridiques et éthiques. Une collaboration avec l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, a permis la naissance d’un nouveau corpus sur les luthiers sur Ganoub. Elle a aussi développé les  collaborations avec le MuCem et le CHU Montperrin. []
  2. Claire Grégoire, après un stage à la phonothèque de la MMSH, a obtenu plusieurs contrats à durée déterminées sur des projets divers. Dans le cadre d’un projet collectif mené par le Consortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num, elle a réalisé un référentiel sur les contes populaires, puis s’est consacrée au catalogage complet du fonds Annie-Hélène Dufour sur Calames. Un fonds dont le traitement et la numérisation a également été soutenu par leConsortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num. []
  3. Mathilde Bresc est responsable du traitement du fonds Salagon et nous régale chaque mois avec les recettes issues des fonds de la phonothèque. []
  4. Christian Champaloux a permis la numérisation de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Dans le cadre du Pôle images, sons, pratiques numériques en SHS, il  est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC. []
  5. Voir les voeux 2017 : https://phonotheque.hypotheses.org/23328. []
  6. Isabelle Gras est conservatrice de bibliothèque au sein du SCD AMU, au sein du département de l’ingénierie documentaire où elle est responsable des publications numériques en sciences et négociatrice Couperin pour le pôle sciences juridiques et politiques. Elle est également chargée de mission Open Access et participe au déploiement de l’archive ouverte HAL-AMU en étant notamment référente pour les questions juridiques. À ce titre, elle travaille dans le projet Jurisguide piloté par la bibliothèque Cujas et elle est également impliquée dans le groupe juridique Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @IsaGr_pro. []

La recette du mois : Le gâteau à la confiture de châtaignes

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois-ci s’est porté sur une recette à base de châtaignes.

Annie Hélène Dufour, ethnologue, a enregistré Madame Portal, de Collobrières (83043) le 4 janvier 1979 lors de l’enquête 2429

L’informatrice nous y révèle sa recette de confiture de châtaignes :

Après avoir faire bouillir une assez grande quantité de châtaignes1, videz-les les puis les passez les au moulin à légumes avec une grille fine encore chaude. Ajoutez à cette purée d’un kilogramme de châtaignes, 800 grammes de sucre, un bâton de vanille refendu dans la longueur, et trois verres d’eau. Faites cuire 30 minutes tout en tournant et mettez en pot la confiture encore chaude.

Continuer la lecture de La recette du mois : Le gâteau à la confiture de châtaignes

  1. Il doit en rester 1 kg après épluchage. []

État des lieux du traitement du fonds Annie-Hélène Dufour

En 2018 la phonothèque de la MMSH a obtenu un financement de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) pour le catalogage rétrospectif sur Calames du fonds Annie-Hélène Dufour.  Ce billet est l’occasion de faire un état des lieux de ce fonds et de son traitement.

Annie-Hélène Dufour a été enseignante-chercheure à l’Université de Provence Aix-Marseille I (devenue Aix-Marseille Université) et à l’IDEMEC à partir de 1994 jusqu’à son décès le 22 août 2002. Ses matériaux de terrain ont été déposés à la phonothèque en 2007. Ils documentent ses travaux de recherche qui ont porté sur : l’étude des pratiques et les représentations de l’espace en Provence sur différents terrains (terre/mer, espaces cultivés/espaces sauvages, villages urbanisés/campagnes) et à travers différentes pratiques (pêche, chasse, agriculture…) ; la définition et l’expression des identités collectives ; et en fin de carrière, sur l’ethnobotanique à travers les thèmes du platane et du jardinage. Ce fonds est constitué d’archives sonores déposées sous forme de bandes magnétiques et de cassettes audio. Elles sont accompagnées d’ouvrages, de photographies, de vidéos et d’archives papier. Les enregistrements sonores (106h) correspondent aux enquêtes de terrains d’Annie-Hélène Dufour. Celles-ci ont été numérisées et mises en ligne sur la base de données de la phonothèque où elles sont présentées à travers 8 corpus répondant à ses axes de recherches. Continuer la lecture de État des lieux du traitement du fonds Annie-Hélène Dufour

De la 2CV en ethnologie…

Avant les début d’Internet, les chercheurs en science humaines et sociales diffusaient déjà leurs recherches sur d’autres supports que le papier. Articles scientifiques et ouvrages n’étaient pas suffisants :  le son, l’image et le film ont été des moyens de médiation et de connaissance largement exploités. Ainsi Annie-Hélène Dufour (1947-2002), ethnologue, auteure d’ouvrages et d’articles publiés dans des revues scientifiques (françaises et internationales) sur des sujets aussi différents que la pêche, l’ethnobotanique, les jeux d’enfants ou les pratiques et représentation de l’espace en Provence s’est essayée au film-documentaire. Quatre expériences jalonnent son parcours professionnel : en 1990, elle collabore avec Jean Arlaud autour de la réalisation du film Des yeux plus grands que les oreilles1 ;  en 1992, elle utilise le film pour “fixer” une technique perdue aujourd’hui mais qui était utilisée dans les années 50 pour fabriquer l’huile de cade2 ; en 1993, elle réalise un film sur les Prud’homies de pêche3 dans lequel elle synthétise les rôles clés de cette institution au cours d’une année – c’est de celui-ci dont il est question dans ce billet ; enfin en 2002, elle collabore avec Christian Bromberger pour la réalisation d’un portrait filmé de Germaine Tillion4.

Continuer la lecture de De la 2CV en ethnologie…

  1. En collaboration avec J. Arlaud, Des yeux plus grands que les oreilles, Production : JBA production, La Sept. Il a obtenu le Prix de la mission du Patrimoine ethnologique au 9e bilan du film ethnographique, Paris en mars 1990. []
  2. En collaboration avec J.-F. Robert, Sève de cade, film vidéo couleur BVU SP, durée 22mn, 1992. IDEMEC. []
  3. En collaboration avec L. Bazin, Le partage des eaux, film vidéo couleur, BETACAM, durée 50mn, ARIS. 1993. []
  4. En collaboration avec C. Bromberger, Germaine Tillion, une conscience dans le siècle, SCTAV, Université de Provence. IDEMEC. 2002. []

Quand j’étais dans mon jeune âge…

L’équipe de la phonothèque de la MMSH est toujours très ravie lorsque les archives sonores ou audiovisuelles sont reprises dans d’autres recherches, citées dans des articles scientifiques ou des ouvrages de tout type, réutilisées dans des expositions ou des conférences ou des écoutes collectives1… L’équipe travaille donc sans relâche pour systématiquement cerner les droits d’utilisation des enregistrements et préciser aux utilisateurs éventuels ce qu’ils peuvent faire de ces archives. Dès que nous retrouvons la trace d’anciens témoins, nous leur faisons signer des contrats d’utilisation dans l’objectif d’offrir le plus large spectre de possibilités aux futurs auteurs/réutilisateurs et jusqu’ici nous n’avons essuyé aucun refus. En retour, lorsqu’un.e artiste nous informe d’une re-création ou d’une ré-interprétation de ces archives, il s’agit toujours d’un moment troublant, en général très joyeux. Continuer la lecture de Quand j’étais dans mon jeune âge…

  1. Pour citer des exemples rapidement il peut s’agir de la fille d’un témoin qui nous demande la  copie d’un entretien pour une écoute familiale autour de la mémoire d’un défunt, du musée de Salagon qui organise une exposition, du lancement du “Prix Seurat” en 2017 où un extrait de l’entretien réalisé entre le chercheur et Jean Métral est diffusé avant le lancement de la conférence introductive… La prochaine intervention publique sera d’ailleurs, en lien avec le projet Territographie, mené par le MAP, l’organisation d’un atelier participatif le 12 mars au MuCEM. []