Archives par mot-clé : anthropologie

Femmage à Sandrine Musso, anthropologue engagée

Une journée d’étude en femmage à Sandrine Musso est organisée le 6 avril prochain, au MUCEM de 9h à 17h30. Vous trouverez plus d’information sur cette page : Sandrine Musso, une vie entre recherche et engagement, dans le champ du VIH/sida—Mucem
Sandrine Musso, anthropologue de la santé et co-commissaire de l’exposition « VIH/sida : l’épidémie n’est pas finie ! », nous a quitté•es avant la concrétisation de ce projet collaboratif et son ouverture au public le 15 décembre 2021. C’est autour de son parcours, de ses luttes et de ses rencontres que se réuniront proches, militants associatifs, étudiants et collègues qui souhaitent lui rendre hommage. Continuer la lecture de Femmage à Sandrine Musso, anthropologue engagée

Avent 2021 – L’anthropologie traversée par les archives, le fonds Christian Bromberger

R.) Utopies – Toutes les utopies sont déprimantes parce qu’elles ne laissent pas de place au hasard, à la différence, aux “divers”. Tout a été mis en ordre, et l’ordre règne. Derrière toute utopie, il y a toujours un grand dessein taxinomique : une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place.  Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.156.

Anthropologue reconnu par la communauté internationale de par les thématiques abordées (l’habitat, le football, la passion, la pilosité, le patrimoine…) et les aires géographiques arpentées (de la Provence à l’Iran), Christian Bromberger a contribué au développement de la discipline au sein du Ministère de la Culture et de l’Université et ses publications ont animé les débats théoriques et méthodologiques en anthropologie de la France et de l’Europe. Soucieux d’une recherche intègre et de l’administration de la preuve, il a très tôt confié ses archives à la médiathèque de la MMSH et il continue, au fil du temps, de déposer des collections organisées. Continuer la lecture de Avent 2021 – L’anthropologie traversée par les archives, le fonds Christian Bromberger

Avent 2021 – Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et ses archives

Les Américains ont aussi un verbe qui signifie “Habiter en banlieue et travailler en ville” (to comute), mais pas plus que nous ils en ont un qui voudrait dire “Boire un verre de vin blanc avec un copain Bourguignon, au café des Deux-Magots, vers six heures un jour de pluie, en parlant de non signification du monde, sachant que vous venez de rencontrer votre ancien professeur de chimie et qu’à côté de vous une jeune femme dit à sa voisine “Je lui en ai fait voir de toutes les couleurs tu sais” !” (Jean Tardieu, “Petits problèmes et travaux pratiques”, Un mot pour un autre, Paris, N.R.F, 1951). Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.172.

Lorsque la phonothèque a été créée à la MMSH, Annie-Hélène Dufour (1947-2002) est venue en curieuse. Je me souviens qu’elle nous a demandé de réaliser un montage sonore des “erreurs de l’entretien” pour les faire écouter aux étudiants dans son cours sur la méthode en anthropologie. Nous nous sommes piquées au jeu1 et avons vite repéré des entretiens où les enquêteurs parlaient plus que leurs témoins, où il insistaient pour placer à certaines dates des faits que les témoins plaçaient à un autre moment, où les questions posées incluaient les réponses, où l’entretien était inaudible, où le micro était placé plus près de celle ou celui qui posait les questions que du témoin, où – quand les batteries avaient flanché – les voix s’étiolaient et ralentissaient… Elle m’a demandé ensuite de participer à son cours et de présenter les travaux de la phonothèque aux étudiants, de faire écouter des enquêtes sur des thématiques qu’elle sélectionnait, cela a duré quelques années et nous a rapproché. Continuer la lecture de Avent 2021 – Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et ses archives

  1. A ce moment Isabelle Blouet était étudiante en licence d’anthropologie et elle a participé à ce montage. []

Avent 2021 – Le fonds Fanny Colonna : l’anthropologue, l’Algérie et Joseph Desparmet

I) Les Esquimaux
Les Esquimaux, m’a-t-on affirmé, n’ont pas de nom générique pour désigner la glace ; ils ont plusieurs mots (j’ai oublié le nombre exact, mais je crois que c’est beaucoup, quelque chose comme une douzaine) qui désignent spécifiquement les divers aspects que prend l’eau entre son état tout à fait liquide et les diverses manifestations de sa plus ou moins intense congélation. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.157.

Les premiers carnets de terrain de Fanny Colonna concernant les années de sa thèse de 3e cycle (1967-1970)

Fanny Colonna (1934-2004) est une sociologue franco-algérienne, directrice de recherche au CNRS (2000-2010) dont la carrière au CNRS s’est déroulée entre l’Algérie et la France1. Elle commence en 1967 comme assistante au Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne à l’Université d’Alger où elle effectuera un doctorat en sociologie qui lui ouvrira les portes de la recherche, d’abord en tant qu’attachée de recherche en 1969, puis comme directrice de recherche en 1987. Continuer la lecture de Avent 2021 – Le fonds Fanny Colonna : l’anthropologue, l’Algérie et Joseph Desparmet

  1. Elle a travaillé au CRAM (Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne), puis au CERDES (Centre d’études, de recherches et de documentation en sciences sociales dirigé par Pierre Bourdieu) et au CRAPE (laboratoire de préhistoire et anthropologie) à Alger, au Centre de Sociologie européenne (dirigé par Pierre Bourdieu) à Paris, à l’URASC à Oran (Unité de Recherche en Anthropologie sociale et culturelle), au GSPM (Groupe de sociologie politique et morale) à Paris, au département de Berbère à Tizi-Ouzou, au CEDEJ au Caire, avant de rejoindre le LAMES à la MMSH de 1998 jusqu’à sa retraite. []

Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “ des traces de la réalité des autres ” – Partie 2/2

P) Comment je classe : Le résultat de tout cela aboutit à des catégories vraiment étranges ; par exemple, une chemise pleine de papiers divers et sur laquelle est écrit “A CLASSER” ; ou bien un tiroir étiqueté “URGENT 1” et ne contenant rien (dans le tiroir “URGENT 2” il y a quelques vieilles photographies, dans le tiroir “URGENT 3” des cahiers neufs). Bref, je me débrouille. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.164.

Cette deuxième partie1 permettra au·à la lecteur·trice une exploration plus approfondie des différents axes de recherche de Jean-Pierre Olivier de Sardan, au Niger principalement, mais aussi dans le sud de la France en région Occitanie, au Ghana, Bénin et Côte d’Ivoire. Les corpus sont présentés en fonction de deux supports : audiovisuel et textuel. Continuer la lecture de Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “ des traces de la réalité des autres ” – Partie 2/2

  1. La première partie, publiée le 4 décembre 2021,  présente l’ensemble du fonds ainsi que son auteur []

Annick Boissel

J'ai obtenu la Licence professionnelle Métiers de l'information : Archives, médiation et patrimoine, parcours Archives orales et audiovisuelles, délivrée par le CNAM / INTD à Paris, en 2021. Après avoir effectué un stage à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, j'exerce aujourd'hui mon activité dans le domaine des archives de la recherche. Par ailleurs mon activité d'infirmière libérale à Aix en Provence, m'a amenée à m'interroger sur la conservation, la transmission et la valorisation des productions photographiques familiales.

More Posts

Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “des traces de la réalité des autres” – Partie 1/2

G) L’Exposition Universelle : La répartition des produits à l’intérieur de ces groupes et de leur classes réserve d’innombrables surprises dans le détail desquelles il est impossible de rentrer.  Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.160.

Lors de sa participation au séminaire “Archives de la recherche” à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix en Provence qui s’est tenu en avril 2021, Jean-Pierre Olivier de Sardan a eu l’occasion de s’exprimer sur les raisons qui l’ont conduit à déposer ses archives, évoquant d’une part des raisons épistémologiques, qualifiant d’autre part les données qualitatives de la recherche en anthropologie comme “l’intermédiaire entre le produit scientifique et la réalité” et enfin pour des raisons liées à la question de la restitution des archives, restitution et partage souhaité et évoqué dès le dépôt à la phonothèque de la MMSH, avec le Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local  (LASDEL), à Niamey, au Niger. Le billet des carnets de la phonothèque, intitulé Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?, rédigé par Pauline Muller, rend compte précisément de l’intervention de Jean-Pierre Olivier de Sardan. Continuer la lecture de Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “des traces de la réalité des autres” – Partie 1/2

Annick Boissel

J'ai obtenu la Licence professionnelle Métiers de l'information : Archives, médiation et patrimoine, parcours Archives orales et audiovisuelles, délivrée par le CNAM / INTD à Paris, en 2021. Après avoir effectué un stage à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, j'exerce aujourd'hui mon activité dans le domaine des archives de la recherche. Par ailleurs mon activité d'infirmière libérale à Aix en Provence, m'a amenée à m'interroger sur la conservation, la transmission et la valorisation des productions photographiques familiales.

More Posts

Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

Lauréat de l’appel à projets Données et Sciences ouvertes, le projet de recherche ANTHROPEN « Les frontières des données anthropologiques »1, porté par le LESC et financé par l’ANR, organise le mardi 3 mars 2020 une journée d’étude sur le thème Les données anthropologiques en partage à l’Université Paris Nanterre, qui traitera des problématiques d’ouverture et de partage des données produites et utilisées par les anthropologues et ethnomusicologues.

Programme Continuer la lecture de Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

  1. Appel Flash « science ouverte : pratiques de recherche et données ouvertes » []

Quand les anthropologues se retrouvent en Sardaigne… (Lares, n°1, 2018)

Il y a 107 ans se créait en Italie la revue Lares, dédiée à la recherche de que les italiens nomment “démo-ethno-anthropologie”1. En langue française, la tendance serait de traduire cette discipline sous le simple terme d’anthropologie mais il faudrait sans doute, préciser qu’il s’agit de l’étude anthropologique des cultures populaires contemporaines.  Dans son cours en ligne sur l’anthropologie culturelle2, Fabio Dei, son directeur actuel, définit la  “demoetnoantropologia” comme la combinaison de trois disciplines : l’anthropologie culturelle, l’ethnologie et la démologie (histoire des traditions populaires). L’articulation de l’anthropologie et de l’ethnologie avec les expressions populaires est donc au coeur de ce secteur scientifique que nous ne retrouvons pas vraiment dans enseignements français de l’anthropologie. Continuer la lecture de Quand les anthropologues se retrouvent en Sardaigne… (Lares, n°1, 2018)

  1. La revue est publiée par Olschki dont la maison d’édition a été créée en 1886. []
  2. Ce cours de Fabio Dei a été mis en ligne par des étudiants de l’université de Sassari mais Fabio Dei enseigne à l’université de Pise. Nombre de ses cours sont en ligne sur le site “Fare antropologia” : http://fareantropologia.cfs.unipi.it/notizie/author/fabiodei []

Understanding mediterranean collections : des conférences publiques à Aix et à Marseille

Dans le cadre du réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Understanding Mediterranean Collections”.

L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. Elle réunira une vingtaine de participants venus de pays et d’horizons professionnels très différents qui suivront les modalités pédagogiques de l’école mais elle offrira aussi l’occasion de participer à plusieurs conférences publiques pluridisciplinaires, qui se tiendront à la MMSH et au MuCEM. Vous y êtes toutes et tous cordialement invité.e.s.

Conférences ouvertes au public

Understanding mediterranean collections

Lundi 8 juillet, 14h-16h : Les collections muséales d’Alexandrie : une perspective historique, par Marie Dominique Nenna (directrice du Centre d’études alexandrines), MuCEM-I2MP FORT SAINT JEAN (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Mercredi 10 juillet, 9h30-12h :  deux conférences sur la thématique “Collections en conflits”. Karima Dirèche (Telemme) : Constituer le corpus des archives du web de la révolution du sourire. Quelques pistes de réflexion, suivie de Katia Bellan (AMU), Marseille filmée : images, histoire, mémoires, 1945, MMSH,  Salle Germaine Tillion

Mercredi 10 juillet, 16h30-18h30 : Collections en péril. Vols et dégradations sur patrimoine islamique par Omniya Abdel Barr(architecte, Victoria and Albert Museum), MMSH, SALLE DUBY

Vendredi 12 juillet, 14h-16h : Reconstituer les bibliothèques anciennes. Sources et méthodes par Patrick Latour (bibliothèque Mazarine), MMSH, Salle Germaine Tillion

Samedi 13 juillet, 9h30-10h30 : Les cahiers d’écoliers du fonds Roux par Dahbia Abrous (Inalco), MMSH, salle DUBY (inscription préalable sur ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr)

Mardi 16 juillet, MuCEM-I2MP, Fort Saint-Jean

9h30-12h : Les archives numériques de la révolution tunisienne, par Houria Abdelkafi et Elisabeth Cestor commissaires de l’exposition (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

16h30-18h30 : Collections in the web archives, Anat Ben-David (sociologue, The Open University of Israel) introduction par Sophie Gebeil (historienne, AMU). Conférence en langue anglaise. (inscription préalable sur i2mp@mucem.org)

Mercredi 17 juillet, 9h30-12h : Les deux tentations des musées ethnographiques par Christian Bromberger (anthropologue, AMU), suivie de  Archiving ethnography? The impossibility and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t. par David Zeitlyn
(anthropologue, Université d’Oxford), MUCEM-I2MP, FORT SAINT JEAN [conférence en langue anglaise]. (inscription préalable sur i2mp@mucem.org).

Lectures et films proposés en lien avec les conférences.

Crédits photographiques : Statue de Dusarès mutilée en basalte (Hauran, Syrie), vers 1925, collections photographiques de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). La statue proviendrait de Jhariyé, Shoubeih. Mission archéologique au Jebel Druze. Plaque de verre (13×18) publiée in Maurice Dunand, Musée de Soueida, p.37, n°42, Pl.7 n°42. CC-BY-NC https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-00509517

Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web

Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie, Beyrouth, 29-30 mai 2019 (programme mis à jour, informations et inscriptions : https://nanpo.sciencesconf.org)

أرشيفات رقمية جديدة في الشرق الأدنى: الصوت والصورة والأفلام والويب

تحديات تبادل البيانات الميدانية في لبنان والأردن وسوريا

محاضرات وجلسات نقاش باللغة الفرنسية مع ترجمة فورية للغة العربية

المدخل مفتوح للجميع بعد التسجيل: nanpo@sciencesconf.org

برنامج المؤتمر باللغة العربية

Continuer la lecture de Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web