Archives par mot-clé : apprentissage de la lutherie

Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré

Le luthier Pierre Allain devant son atelier, Nice, novembre 2016

Pierre Allain a dix-neuf ans lorsqu’il débute sa formation de luthier à Crémone en 1974, après avoir passé son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût des activités manuelles et artistiques. Parti de sa Normandie natale pour visiter différentes écoles de métiers d’art à Paris (Boule, Etienne), il tombe par hasard sur l’atelier du luthier James Chauvelin.

Un luthier très accueillant (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Intéressé par ce métier qu’il vient de découvrir, il se rend en auto-stop en Italie pour se faire une idée de l’Ecole de lutherie de Crémone. Continuer la lecture de Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile

Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris
Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris

Pierre Caradot débute sa formation de luthier en 1980 à 14 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Un goût que des circonstances familiales provoquent en faisant de lui l’héritier du prénom, des outils et du violon de son grand-père.

L’héritage du grand-père (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il commence à étudier le solfège et fait du violon pendant sept ans, sans autre expérience de la lutherie que l’entrée dans un atelier de luthier pour faire monter le violon de son grand-père et la rencontre avec un altiste luthier amateur. Il connaît cependant le bois à travers le métier de son père, ingénieur dans l’industrie du bois, passionné par ce matériau. C’est ce dernier qui, revenant d’une foire du bois à Epinal, lui ramène les prospectus de l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt.

Compétences requises pour l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot se décide à envoyer un dossier, qui est accepté. Il part en mai 1980 pour passer les tests d’admission à Mirecourt où il découvre, parmi les élèves venus de toute la France, des passionnés de lutherie.

Les tests d’admission à l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Un peu surpris par la rapidité des événements, il se renseigne avec sa famille auprès de différents luthiers qui presque tous l’encouragent dans cette voie.

Les conseils des luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il arrive à Mirecourt à 14 ans et demi et découvre un « métier incroyable » le confirmant dans son choix. L’enseignement de la lutherie se fait à l’ancienne avec Maître René Morizot dans une structure cependant nouvelle et plus ouverte qui est celle  de l’éducation nationale, attirant ainsi des élèves d’origines régionales  et sociales très variées. Il décrit les locaux et l’organisation spatiale de l’école.

Les locaux (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Sur la disparition de la section d’archèterie suite au décès de Maître Bernard Ouchard, P. Caradot s’interroge, y décelant une certaine peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

L’archèterie française en train de se dissoudre (P.  Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’enseignement en lutherie débute par la fabrication des outils comme les canifs. L’école est pauvre en matériel et les outils sont rares et onéreux.

Rareté des outils (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Les outils du luthiers (au centre, la meule à affûter), atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

P. Caradot décrit les différentes étapes de l’apprentissage.

Etapes de l’apprentissage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La vitesse d’exécution était alors privilégiée à Mirecourt avec l’idée que la qualité viendrait ensuite, une option qui s’est aujourd’hui inversée.

Rapidité d’exécution (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La méthode enseignée est d’exécuter en répétant sans chercher à comprendre.

Faire sans chercher à comprendre (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Mais ce qu’on appelle la « tradition » transmet un certain nombre d’erreurs dont il faut ensuite s’affranchir. P. Caradot en donne des exemples.

Les erreurs transmises (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Canifs anciens de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse)
Canifs de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse), cliché HCH

L’ambiance à l’école est sympathique même si les élèves savent que la sélection de fin de 1e année éliminera une partie d’entre eux (5 élèves sur 8 passeront en 2e année). Il n’y a dans la classe qu’une fille pour qui c’est très dur, dit P. Caradot, dans un milieu qu’il qualifie de misogyne. Les élèves sont logés à l’internat dans des conditions assez austères mais propices à la naissance d’amitiés solides et à la concentration sur un métier qui va devenir rapidement une passion.

Les conditions de vie mirecurtiennes (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’école dispense des cours de musique qui font partie de la formation.

La musique à l’école (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pendant les vacances d’été, P. Caradot fait un stage chez les luthiers de Besançon, Philippe Bodart et Jérôme Dariel. Il découvre d’autres aspects du métier et des méthodes différentes de celles de Mirecourt.

Le premier stage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Au cours de la 2e année, les élèves luthiers – plus sereins car ils ne craignent plus d’être éliminés – fabriquent des violons complets, sauf le montage et le vernissage.

La 2e année (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

P. Caradot continue à faire des stages pendant les vacances mais évite d’utiliser à Mirecourt les techniques apprises ailleurs, car s’écarter de la méthode mirecurtienne est mal vu.

Exclusivement la méthode mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le contact avec les anciens luthiers de Mirecourt n’est pas très aisé. Pierre Caradot avec un camarade de promotion parvient à faire la connaissance du luthier Gustave Villaume qui leur parle un peu du passé.

La lutherie partout mais nulle part (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

C’est plutôt en fréquentant les ateliers des jeunes luthiers installés à Mirecourt que P. Caradot peut se faire une idée plus précise du rôle qu’a joué la lutherie dans cette ville. Il rapporte le silence des Mirecurtiens au sujet de leur passé à une souffrance collective et aux frustrations endurées par les luthiers mirecurtiens exploités et privés de reconnaissance. Immergés dans la mentalité mirecurtienne, les élèves commencent à s’en imprégner et à se distinguer des élèves luthiers formés ailleurs, comme à Crémone.

Attraper la mentalité mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La 3e année est marquée par le passage du Brevet de technicien, obtenu par les 5 élèves de la promotion.

Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)
Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)

A l’école, chaque année, un événement important avait lieu lors de la Sainte Cécile (patronne des luthiers): la visite des membres du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France) qui, à l’occasion de leur congrès, venaient rencontrer les élèves, examiner leurs travaux et leur donner des avis et des conseils. Pierre Caradot décrit ces moments marquants et les contacts précieux qu’ils permettaient de nouer avec le milieu professionnel.

Contacts avec les luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le réseau professionnel des élèves sortant de Mirecourt était à l’époque quasi exclusivement français, contrairement à aujourd’hui. Après l’obtention de son diplôme (Brevet de Technicien) en 1983, P. Caradot va travailler dans différents ateliers : un an chez Bodart & Dariel à Besançon, puis 3 mois chez J. Dariel qui s’est installé à Paris, ensuite 4 mois chez R. Garmy à Aix-en-Provence. Il énumère les différents maîtres luthiers qui lui ont transmis chacun quelque chose d’important. Finalement, il est embauché à Paris par Etienne Vatelot en septembre 1985.

L’embauche chez Etienne Vatelot (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans cet atelier qui compte 5 ouvriers, il fait de la restauration, un peu de neuf sous la direction d’E. Vatelot ; il voit de très beaux instruments et rencontre de grands musiciens. Selon ses termes, c’est « un paradis pour un jeune luthier ». Il y restera 15 ans, devenant en 1988 chef d’atelier. Il décrit la méthode de restauration d’Etienne Vatelot, la plus légère possible, contrairement à l’option choisie par d’autres ateliers.

Deux théories pour la restauration (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans la Maison Vatelot, il a la chance de voir une grande variété d’instruments et d’acquérir une connaissance experte des divers styles et écoles de lutherie, ce qui le passionne.

Apprendre les instruments (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Après le départ à la retraite d’Etienne Vatelot auquel succède Jean-Jacques Rampal en 1998, Pierre Caradot travaille à mi-temps pour se rapprocher de son foyer. En 2000, il rencontre Philippe Dupuy qui cherchait un successeur. Avec l’archetier Christophe Schaeffer, ils s’associent avec Philippe Dupuy dont ils reprendront l’atelier, après six ans de travail convivial, en 2006. Pierre Caradot cite d’ailleurs ses maîtres luthiers comme des seconds « pères » qui lui ont transmis un savoir qui n’est pas seulement technique mais de l’ordre du sensible.

Des maîtres et des pères (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

A l’atelier, il a deux assistants (un Japonais, une Canadienne). Mais lui n’a plus le temps de faire du neuf. Il est devenu un luthier relationnel et administratif, rôle qui lui pèse. Finalement il parvient à recentrer son activité en travaillant seul et en dégageant du temps pour faire du neuf. Il décrit ses différentes sources d’inspiration.

Faire du neuf (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pour conclure, il se trouve chanceux dans son parcours jalonné de rencontres essentielles pour un métier qui le passionne.

Une bonne étoile (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016
Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Caradot, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile. Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 69 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4971.

Crédits photographiques : Le luthier Gustave Villaume ; L’atelier de Jean Villaume : clichés B. Lesaing , Mirecourt, 1982  ; autres : H. Claudot-Hawad.

 

L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus

Le luthier André Sakellaridès, Marseille, fev. 2016 (cliché HCH)
Le luthier André Sakellaridès, Marseille, fev. 2016 (cliché HCH)

André Sakellarides, luthier marseillais, a un parcours original. Il est venu à la lutherie « un peu par hasard » selon ses termes.  A vingt ans, en 1975, alors qu’il s’oriente vers l’animation culturelle, il commence – en autodidacte et pour s’amuser – à fabriquer des instruments à cordes, en lien avec sa pratique musicale et ses goûts pour le folk et la musique ancienne. Il joue entre autres du dulcimer.

Découverte du dulcimer (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

En ces années 1970, une demande existe de la part des joueurs de luths, violes de gambe, vièles à roue et vièles à archet, pour réparer et fabriquer des instruments dont les luthiers classiques ne veulent pas s’occuper. André Sakellarides avec des amis constitue un petit groupe amateur pour échanger des techniques de fabrication d’instruments acquises par les uns ou les autres, comme par exemple les tours de main de Carbonell, facteur de guitares à Marseille.

Un groupe d’entraide (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pris au jeu, il décide d’être luthier à part entière et raconte comment, face à l’attitude assez fermée du milieu professionnel vis-à-vis de ceux qui n’ont pas été formés à Mirecourt, des associations alternatives se créent dont l’objectif est de partager les savoirs et savoir-faire de la lutherie pour se perfectionner.

Comment se former (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Atelier d'André Sakellarides
Atelier d’André Sakellarides (cliché HCH)

Des associations au niveau régional ou national comme l’UNFI (Union Nationale de la Facture Instrumentale) et  l’ALADFI (Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale) jouent un rôle important dans la formation de ces nouveaux luthiers et créent une autre manière d’envisager les relations professionnelles.

Sessions de perfectionnement (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Au début des années 1980, A. Sakellarides s’établit professionnellement. Il fabrique d’abord divers types d’instruments traditionnels ou folk. En 1985, il rencontre aux Etats-Unis des musiciens de jazz acoustique (à l’origine d’un quatuor à cordes frottées pour l’un et d’un quatuor à plectre pour l’autre) qui apprécient et achètent ses instruments, ce qui le confirme dans son choix d’innover. De retour en France, il poursuit l’idée de créer des instruments inédits (comme le quinton), mais veut également prouver qu’il maîtrise parfaitement la fabrication des instruments classiques.

Savoir à la fois inventer et copier (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour atteindre son objectif, il travaille beaucoup.

Beaucoup travailler comme les anciens  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Violons classiques fabriqués par André Sakellarides
Violons classiques fabriqués par André Sakellarides (cliché HCH)

A. Sakellarides souligne l’importance des échanges de connaissances, de procédés et de méthodes, que chacun intègre ensuite à sa manière, et qui ont permis de faire beaucoup de progrès dans ce métier.

Partager les connaissances  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

L’interaction entre le luthier et le musicien est pour lui essentielle.

Le luthier comme accoucheur musical  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Parmi ses inventions qui sont nombreuses, André Sakellarides présente le violon baryton.

Le chaînon manquant  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Violon baryton d'André Sakellarides
Violon baryton d’André Sakellarides (cliché HCH)

Il a également fabriqué des instruments adaptés aux répertoires des violonistes indiens, exploré les quatuors à plectre, créé un modèle contemporain de viole d’amour, inventé pour un apprentissage ludique de la musique un petit instrument bon marché et facile à réaliser, la « spidoline » qui offre des possibilités musicales très variées.

La spidoline (André Sakellarides, Extrait d’enquête n°4969)

Il évoque le rôle important, avant la 2e guerre mondiale, de la mandoline à Marseille, lié à l’immigration italienne, et la réouverture récente de la classe du conservatoire. Fabriquer des instruments de musique pour réinventer et élargir les ancrages culturels locaux est également une option intéressante.

Réinventer les ancrages culturels  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour André Sakellarides, le rôle du luthier est aussi de faire évoluer la musique en s’intéressant aux répertoires innovants et aux musiciens créatifs. Il organise lui-même des concerts.

Faire évoluer la musique (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour les « fournitures » de lutherie, la commande se fait auprès des représentants (pour les chevalets de Mirecourt par exemple) ou dans les salons professionnels, mais pour le bois, il préfère se déplacer et choisir sur pièce.

Choisir le bois  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Petits rabots de luthier (atelier A. Sakellarides), cliché HCH
Un bois de plus de 70 ans présenté par A. Sakellarides (cliché HCH)

Sa réserve de bois est suffisante pour l’instant. Il est en train de fabriquer un violon dans un bois ancien qui a au moins 70 ans car il provient de l’atelier du luthier Pierre Claudot à Marseille qui lui-même l’avait acheté à la maison Couesnon de Mirecourt qui a fermé juste après la 2e guerre mondiale. A. Sakellarides en conclusion rappelle les rôles multiples que peut jouer le luthier et qui font tout l’intérêt du métier.

Un métier éternellement créatif  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Canifs anciens (atelier d'André Sakellarides)
Canifs anciens (atelier d’André Sakellarides)

La discussion reprend au sujet des outils qui n’ont pas changé et peuvent servir à plusieurs générations. Si l’outillage se pérennise, le « style » d’un luthier par contre se transforme selon les périodes. Cet aspect évolutif caractérise le travail d’André Sakellarides qui remet tout en cause à chaque nouvel instrument.

Changer de style (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Il explique ainsi la démarche qu’il a suivie pour fabriquer un violon à 5 cordes.

Le violon à 5 cordes (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Vis à tabler anciennes provenant de l'atelier de Pierre Claudot (atelier d'A. Sakellarides)
Vis à tabler anciennes provenant de l’atelier de Pierre Claudot et utilisées aujourd’hui par André Sakellarides

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Sakellarides, André (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus, 1er février 2016, Marseille. Enregistrement numérique : 51  min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4969.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Petits rabots de luthier (atelier d'A. Sakellarides à Marseille)
Petits rabots de luthier (atelier d’A. Sakellarides à Marseille)

Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée

Anne Houssay, luthière, travaillant à la Cité de la musique à Paris
Anne Houssay, luthière, travaillant à la Cité de la musique à Paris, 2014 (cliché HCH)

Après un premier entretien présentant le début de son parcours professionnel, la luthière Anne Houssay reprend le fil de son récit à partir du stage qu’elle effectue en 1983 chez le luthier Jean Schmitt à Lyon. Ce dernier semblait intéressé par les recherches et expérimentations sur les vernis qu’elle avait menées à l’Ecole de lutherie de Newark en Angleterre.

Recherches sur les vernis de lutherie (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Chargée de vernir 17 altos, elle prépare des fonds de bois et des tests de couleur avec des mélanges différents de pigments organiques, mais finalement, Jean Schmitt réalise les recettes « au feeling », une leçon de pragmatisme, conclut-elle en riant.

Recettes de vernis et pragmatisme (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Ingrédients de vernis (atelier de Pierre Claudot, 1982)
Ingrédients de vernis (atelier de P. Claudot, 1982)

Ensuite, elle doit faire le montage de nombreux instruments de location selon une méthode nouvelle pour elle.

Une méthode de montage (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle est installée dans un atelier à part où elle se sent isolée tout en étant surveillée.

Seule à l’établi (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

A la réouverture de la Maison, après les vacances de juillet, elle rejoint l’atelier général et travaille à la préparation des instruments de location. Son contrat se termine en septembre et n’est pas renouvelé. Au chômage, elle essaye en vain de trouver de l’embauche dans un autre atelier de lutherie (les jeunes qui sortent de Mirecourt ont la préférence).

Difficulté à trouver de l’embauche (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Finalement, elle s’établit comme luthière indépendante à Lyon en mai 1984 dans un petit local proche de l’Opéra, des écoles de musique et des autres luthiers et archetiers lyonnais. Elle fait l’expérience difficile de monter une entreprise avec des moyens très limités. Elle suit des stages de formation à la création et à la gestion d’entreprise et évoque les efforts d’une association féminine pour mettre en œuvre un système de tontine en cherchant des fonds auprès des entreprises.

Créer une entreprise (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

La luthière Anne Houssay devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 (coll. Anne Houssay)
La luthière Anne Houssay (à gauche)  devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 (coll. Anne Houssay)

L’ouverture de son atelier, bien que petit et modeste, suscite quelques tensions chez ses confrères. Pour trouver des clients, elle démarche sans grand succès les écoles de musique, découvrant qu’il s’agit d’un territoire partagé entre luthiers.

Trouver des clients (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle finit par avoir une petite clientèle qui comprend les mécontents des autres ateliers, les curieux, et quelques fans qui la soutiennent. Elle fait du neuf et des réparations, vend des cordes, mais son activité n’est pas suffisamment rentable.

Une activité peu rentable (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)
Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)

En 1984, elle rejoint l’ALADFI, Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale, créée en 1982 par de jeunes luthiers et archetiers formés en dehors du réseau de Mirecourt et « unis par la volonté de proposer une autre approche du métier » [site de l’ALADFI]. Elle y retrouve des luthiers ayant appris le métier à l’étranger (notamment à Crémone en Italie) qui ont du mal à entrer dans le réseau professionnel français, où existent divers blocages (générationnels ou liés à une logique dynastique de familles de luthiers).

Les luthiers formés à l’étranger (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

L’ALADFI est un espace d’échanges, d’organisation d’événements et de discussions professionnelles sur divers sujets, comme la question épineuse des « commissions » versées aux professeurs, une pratique à bien connaître dans un réseau assez fermé, pour comprendre l’impossibilité de certaines transactions. Anne Houssay en donne des exemples.

Vente tronquée (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

A cette période, les deux groupes professionnels (GLAAF et ADALFI) s’opposent, situation qui s’améliorera plus tard avec les nouvelles générations.

Deux groupements professionnels (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Anne Houssay à l'établi dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)
Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)

A l’atelier, parmi ses clients, Anne Houssay a des musiciens traditionnels qui font de la folk-music.

Instruments folk (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle essaie de développer les locations d’instruments et évoque les rapports des luthiers avec les Gitans marchands spécialistes d’instruments à cordes, qui connaissent le cycle économique des ateliers et passent au moment opportun pour vendre ou acheter. Grâce à l’aide de deux d’entre eux, elle constitue un parc locatif d’instruments pour avoir un revenu plus stable :

Le parc de location (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Pendant quatre ans, Anne Houssay maintient son atelier mais survit à peine. Le réseau des luthiers formés à l’étranger demeure sa seule ouverture professionnelle. En 1988, elle reprend ses études en acoustique, participe à des rencontres sur la facture instrumentale et reçoit des stagiaires ingénieurs en acoustique, ce qui la sort de l’isolement, mais ne résout pas ses problèmes financiers. En 1990, sa candidature est retenue pour un poste de conservateur-restaurateur d’instruments à cordes frottées dans le cadre du projet de nouveau musée de la musique à La Villette. Mais il ne  s’agit que d’un CDD de 6 mois.

Responsable des instruments à cordes frottées (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Rien n’étant assuré pour l’avenir, elle conserve pendant quatre ans son atelier à Lyon où elle part travailler le week-end. Au musée de la musique, elle participe au déménagement des instruments et a le privilège de voir les précieuses collections instrumentales à deux reprises (emballage et déballage). Au musée, les restaurations d’instruments se décident de manière collégiale par une commission. C’est une expérience très enrichissante qui la forme au métier de conservation du patrimoine.

Une période enrichissante (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Accrochage des instruments avec Anne Houssay (à droite) au Musée de la musique, Paris, 1996 (coll. A. Houssay)
Accrochage des instruments (avec Anne Houssay à droite) au Musée de la musique, Paris, 1996 (cliché Harald Gottschalk)

Après avoir enchaîné des contrats d’un an renouvelable, en 1993, la Cité de la musique est instituée, la collection d‘instruments lui est reversée, mais non le personnel du musée qui alors se mobilise syndicalement face à la nouvelle direction qui ne veut pas le garder. Le nouveau musée est ouvert en 1997, soit 7 ans après la fermeture de l’ancien. Entretemps, l’équipe travaille à la restauration et à la préparation des collections.

Anne HOUSSAY, Atelier de restauration de la Cité de musique (cliché HCH)
Anne HOUSSAY, Atelier de restauration de la Cité de musique (cliché HCH)

Anne Houssay obtient un CDI mais avec une fonction reformulée sous le titre « Technicienne de restauration », sans aucune mention de sa spécialité en instruments à cordes frottées. Depuis 24 ans, elle assume au musée des tâches assez variées. Après son DEA d’histoire des techniques passé en 2004 à l’université sur le thème « Fabriquants, musiciens et cordes harmoniques », elle s’inscrit en thèse.

Une thèse sur le choix des bois (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Sur les qualités sonores du bois, elle revient sur l’approche des luthiers et sur celle des acousticiens dont les résultats peuvent être comparés.

Tester la sonorité du bois (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Les "fournitures" ou bois de lutherie (atelier de Pierre Claudot, 1981), cliché HCH
Les « fournitures » de lutherie (atelier de Pierre Claudot, 1981), cliché HCH

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Houssay, Anne (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée. 5 février 2015, Paris. Enregistrement numérique :  121 min [http://phonotheque.hypotheses.org/17142 ] Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4914.

Crédits photographiques : La luthière Anne Houssay (à gauche)  devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 et Instruments dans l’atelier d’Anne Houssay (coll. Anne Houssay) ; Anne Houssay à l’établi (cliché Marie-France Chevalier) ; Accrochage des instruments au Musée de la musique, Paris, 1996 (cliché Harald Gottschalk), tous droits réservés ; autres : H. Claudot-Hawad.

Remerciements au photographe Harald Gottschalk d’avoir autorisé la publication de sa photographie sur le site des Carnets de la phonothèque.

 

Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970

Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016
Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016

Frédéric Bonet débute sa formation de luthier en 1977 à 21 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Tout jeune, il commence l’apprentissage du violon au conservatoire de Toulon et acquiert le goût de la musique autant que celui des instruments de musique.

Attrait pour les instruments de musique (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Après s’être orienté vers un Diplôme Universitaire de Technologie en électro-technique, puis avoir fait un an de service militaire, il décide de changer de voie et s’inscrit à l’Ecole de lutherie de Crémone en Italie, car pour Mirecourt, il a déjà dépassé l’âge règlementaire.

L’inscription à Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’école de lutherie de Crémone comprend deux types de cursus, l’un pour les Italiens recrutés très jeunes, et l’autre pour les étrangers parmi lesquels il y a beaucoup de Français.

Une école internationale (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1e année, les trois classes sont l’une réservée aux Italiens et les deux autres aux étrangers, avec quatre ateliers d’environ 15 personnes par atelier. Les cours de culture générale (littérature italienne, histoire de l’art, de la musique, de la lutherie, physique, acoustique, mathématiques, etc) sont données en italien. Beaucoup d’étrangers qui ont fait des études supérieures et ont largement le niveau sont dispensés des cours de sciences exactes.

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Deux conceptions de la lutherie sont en concurrence à Crémone : celle de Morassi et celle de Bissolotti.

Deux « écoles » italiennes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet expose la différence de méthodes des deux écoles.

Des méthodes différentes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Ses professeurs successifs appartiennent à l’un ou à l’autre courant.

Les professeurs (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Il décrit les étapes de l’apprentissage. La formation dure 4 ans. Après la 1e année où il s’agit d’acquérir la maîtrise des outils, commence la fabrication des instruments. Le choix des modèles d’instruments est assez flexible selon les capacités et les envies des élèves. Le vernis enseigné à Crémone est un vernis à l’alcool.

Vernis à l’alcool (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Vernis. Atelierdu luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Beaucoup d’élèves dès la 1e année installent un atelier chez eux. Frédéric Bonet trouve cet apprentissage à Crémone « fabuleux », il en apprécie la dimension humaine et culturelle, avec de l’entraide et de l’amitié entre les élèves.

Une découverte constante (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

A l’école, il a fabriqué 3 ou 4 violons, 2 altos, 1 violoncelle, 1 contrebasse (faite à plusieurs), et il en a fait autant ou plus chez lui, ce qui lui permettait de survivre en vendant ses instruments et en faisant aussi du dégrossissage (table, fond, tête…) pour un luthier de Crémone. Il complétait ses revenus en travaillant dans les champs.

Sous-traitance (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Il obtient son diplôme en 1981 et s’installe à Aix-en-Provence dans les locaux d’un marchand d’instruments. Il assure la réparation et la maintenance des violons et archets du magasin.

Une opportunité à Aix-en-Provence (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Revenant sur ses études à Crémone, il évoque la grève des élèves de lutherie. Beaucoup (notamment des Français) ont été renvoyés, ce qui ne les a pas empêché de poursuivre leur formation ailleurs et de devenir luthiers.

La grève à l’école de lutherie de Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1985, Frédéric Bonet ouvre son propre atelier à Aix-en-Provence avec Martine Aguila, formée comme lui à Crémone. Les débuts sont financièrement difficiles. L’accueil du milieu professionnel est souvent suspicieux, d’où la nécessité ressentie par de jeunes luthiers, la plupart formés ailleurs qu’en France, de créer une association professionnelle alternative : l’ALADFI.

Un nouveau groupement professionnel (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’ALADFI a permis l’entraide et les échanges professionnels, ainsi que la valorisation des oeuvres des jeunes luthiers en organisant des expositions et des salons.

Permettre le partage (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations entre le groupement professionnel ancien, le GLAAF  et l’ALADFI ont ensuite évolué et des projets communs ont été élaborés. S’il y a eu antagonisme, c’est davantage au niveau des personnes que des groupements eux-mêmes.

Un certain conservatisme (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet explique le contexte qui contraint le luthier à faire de la restauration plutôt que du neuf, alors qu’acheter un instrument neuf est souvent plus avantageux dans une gamme de prix donné.

Fabriquer ou restaurer ? (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

La production chinoise, en améliorant sa qualité à partir de 1995, a fait sérieusement concurrence aux instruments d’étude fabriqués à Mirecourt.

Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

En Italie, il n’y a pas eu de problème d’approvisionnement en «fournitures » de lutherie. Les marchands spécialisés en bois de lutherie sont restés nombreux, comme en Allemagne, alors qu’ils étaient devenus rares en France dans les années 1970.

Marchands de bois de lutherie (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet évoque ses modèles personnels pour violon et alto, et l’utilité d’un ouvrage récent de François Denis concernant le tracé des instruments.

Modèles personnels (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Etiquette du luthier Frédéric Bonnet
La signature de Frédéric Bonet dans l’un de ses violons

Au sujet de la proportion de filles et de garçons dans la formation de lutherie à Crémone, il y avait presque autant de filles que de garçons dans sa classe.

Nombre de filles et de garçons inscrits (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations professionnelles des luthiers lui paraissent dans l’ensemble bonnes, à l’exception de deux ou trois ateliers qui, comme autrefois, restent fermés aux confrères.

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Bonet, Frédéric  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970, 25 janvier 2016. Enregistrement numérique :  53 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4968.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

La lutherie comme un métier et une école de vie

Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)
Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)

Charles-Luc Hommel débute sa formation de luthier en 1973, à dix-huit ans, après son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique et du violon. Il commence l’apprentissage de cet instrument à huit ans et demi. Son père, mélomane, amateur de disques, lui a transmis l’amour de la musique. Vers quinze ans, en entrant dans un atelier de lutherie (à Bâle), il découvre une atmosphère qui lui plait beaucoup. Encouragé par son professeur de violon, il part à Mirecourt rencontrer le luthier René Morizot chez qui il fera un stage d’une semaine pendant les vacances d’été en 1972 (il est alors en 1e au lycée). Après son bac, il entre en septembre comme apprenti dans l’atelier Morizot et, au cas où la lutherie ne lui conviendrait pas, s’inscrit à l’université en maths-physique puis en droit. L’Ecole de lutherie de Mirecourt existe déjà mais n’admet d’élèves qu’au niveau de la 3e et âgés de moins de 17 ans.

Entrée en apprentissage (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

René Morizot à la fois enseignait comme professeur technique auxiliaire à l’école de lutherie et avait des apprentis dans son atelier qui se formaient et participaient à la production d’instruments.

Trois ans d’apprentissage à l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

La relance de la musique entraînait des commandes nombreuses d’instruments d’étude, d’où la création de la Sofraluth, manufacture de lutherie à Mirecourt.

Besoin d’instruments (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Les importations étaient difficiles à l’époque. Il fallait donc fabriquer des instruments dont le prix était encore très bon marché : la « façon » d’un violon (sans la tête) était rémunérée, par exemple pour un luthier habile comme Eugène Guinot, 250 francs (soit un peu plus de 30 euros) vers 1974.

Il fallait fabriquer (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Son apprentissage se déroule sans enseignement général, mais avec 40 heures d’atelier par semaine, soit plus du double de temps à l’établi que les élèves de l’Ecole de lutherie, ce qui lui a donné un avantage et un meilleur statut professionnel, bien que son diplôme soit un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et non un BT (Brevet de Technicien).

L’avantage de la pratique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Après sa formation, deux places s’offraient à lui : l’une chez Jacques Camurat à Paris, et l’autre chez Philippe Bodart à Marseille chez qui il va. Il y reste deux ans, se formant dans cet atelier à la restauration, à la réparation, au montage, au raccord de vernis.

Formation à la restauration (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)

Ensuite, il part chez Etienne Vatelot à Paris, avec comme bagage des techniques particulières de restauration (comme le moulage au plâtre) enseignées par Philippe Bodart qui les a apprises lui-même à Londres.

Moulage au plâtre (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il évoque le souvenir marquant des luthiers qui l’ont formé et dont il a beaucoup appris, non seulement sur le plan professionnel mais également humain.

Des personnes ressources (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

A Paris, il a pu voir, à l’atelier, de grands concertistes qu’il allait écouter le soir. L’ambiance était bonne dans l’atelier et l’équipe jeune (de 22 ans d’âge environ) avec des personnes qu’il connaissait toutes  de Mirecourt.

L’ambiance de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il se plait beaucoup chez Etienne Vatelot qui sait faire comprendre avec talent et générosité le sens du métier. L’atelier fait à la fois de la restauration et du neuf.

Organisation de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Etienne Vatelot supervisait tout le travail de l’atelier, où passaient les plus beaux instruments et les plus grands artistes, un privilège pour l’expérience des jeunes luthiers, comme l’évoque Charles-Luc Hommel.

Une expérience formatrice (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il revient ensuite chez le luthier Philippe Bodart qui accepte qu’il travaille à mi-temps, ce qui permet à Charles-Luc Hommel de faire du neuf chez lui en Ardèche, en attendant de pouvoir s’installer à son compte. C’est une période où on manque de luthiers.

Manque de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il y avait aussi une pénurie de fournitures de lutherie. Les grandes maisons de bois de lutherie à l’ancienne, avec tout leur savoir-faire pour le choix, la conservation, le séchage, avaient disparu.

Pénurie de bois (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Cette situation va changer dans les années 1980 et on trouve aujourd’hui du très beau bois qui vient de Bohème, Bosnie, Dolomites.

Du très beau bois de lutherie (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Au sujet des techniques, Charles-Luc Hommel évoque les recherches empiriques sur les vernis faites par les luthiers et les progrès réalisés aujourd’hui.

Les vernis (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il cite différentes expérimentations, dont celle du luthier italien Sacconi.

Vernis de Sacconi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Le luthier Pierre Claudot (qui de son côté avait essayé la térébenthine de Chios) passait souvent à l’atelier, d’où la transmission d’anecdotes de luthiers anciens et également de la connaissance de certains instruments.

Anecdotes de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Charles-Luc Hommel s’installe à Marseille ; il aura jusqu’à trois assistants dans les années 1985-90, ce qui était trop lourd comme charges salariales et gestion, d’où un changement de cap en 1990.

Avoir du temps à l’établi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Dans cet atelier du centre ville de Marseille, ce sont les réparations et l’entretien d’instruments qui font tourner l’atelier. Certains luthiers ont choisi de faire du neuf et vendent eux-mêmes leurs instruments ; la sous-traitance est devenue plus rare qu’autrefois. Pour élaborer un modèle personnel de violon, Charles-Luc Hommel évoque l’intérêt de s’inspirer non pas des formes connues d’instruments de grands luthiers, mais de certains instruments seulement, car s’ils ont été fabriqués par une même main de maître, ils n’atteignent pas tous le même niveau de perfection sonore ou esthétique.

Des instruments qui sonnent (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Aujourd’hui, les rapports avec les acousticiens se poursuivent, même si ces derniers ont du mal à aider les luthiers. Charles-Luc Hommel pense que les luthiers apporteraient beaucoup au débat en notant leur savoir empirique : quels réglages et ajustements pratiques font-ils quand un violon sonne mal ?

Retranscrire le savoir empirique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Charles-Luc  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  La lutherie comme un métier et une école de vie, Marseille, 5 mai 2014. Enregistrement numérique :  82 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4912.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête  « Les nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Un jeune luthier devient mirecurtien et se passionne pour l’histoire de la lutherie

Le luthier Roland Terrier (cliché JD Braconnier)
Le luthier Roland Terrier (cliché J. D. Braconnier), années 1990)

Roland Terrier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre jusqu’au milieu du XXe siècle.  Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et aussi par attrait pour les métiers de précision. Très jeune, il veut jouer du violon qu’il étudiera à l’école de musique de Bourg-en-Bresse.

« Un violon dans une malle » (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

En 1972, à quinze ans, il candidate à la toute nouvelle Ecole nationale de lutherie de Mirecourt, où il est admis. Sur les dix inscrits de sa promotion, quatre seulement  auront le diplôme final.

La sélection (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Avec le plan Malraux-Landowski qui relance les métiers de la musique, les élèves luthiers sont alors assurés d’avoir du travail après leur formation. A cette époque, contrairement à aujourd’hui, ils cherchent à trouver un poste en France plutôt qu’à l’étranger.

Assurés d’avoir du travail (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Roland Terrier raconte sa formation avec le maître-luthier René Morizot qui a connu la relance du métier après avoir peiné pour en vivre. Il a des facilités pour le travail du bois grâce à son père menuisier-ébéniste. Dans l’école de lutherie, les formes anciennes de l’apprentissage en atelier subsistent : le maître travaille devant les élèves qui en imitent les gestes. L’idée inculquée est que le savoir se « mérite ».

L’apprentissage selon la méthode ancienne (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

La manière de transmettre changera plus tard grâce aux nouvelles générations de luthiers qui cherchent à instaurer une attitude fondée sur l’entraide et le partage des connaissances davantage que sur la compétition et les vexations.

L’entraide (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Outils de lutherie (atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014), cliché HCH
Outils de lutherie (atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014), cliché HCH

Roland Terrier décrit le programme des trois années d’apprentissage de la lutherie dans le cadre de l’école.

Un programme de formation  en 3 ans  (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

L’enseignement général dispensé pour le diplôme final, c’est-à-dire le Brevet de technicien option facture instrumentale, n’est pas encore  adapté aux besoins de la lutherie. Par ailleurs, il n’y a pas cours de gestion.

Un enseignement général peu adapté (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

La rapidité d’exécution du travail de lutherie, exigée par l’Ecole à cette période, a permis à Roland Terrier de toujours gagner sa vie.

La rapidité d’exécution (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Atelier du luthier Roland Terrier à Mirecourt (2014), cliché HCH
Atelier du luthier Roland Terrier à Mirecourt (2014), cliché HCH

Pour fabriquer un instrument de qualité, il faut concilier les exigences de rapidité et de netteté du geste pour que le violon soit beau et travailler sur les épaisseurs du bois pour en obtenir de bonnes qualités acoustiques.

La sonorité (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Après avoir travaillé deux ans comme enseignant à l’école de lutherie et comme luthier dans l’atelier Morizot, R. Terrier a plusieurs propositions d’embauche. Il choisit d’aller chez Etienne Vatelot à Paris, mais finalement est envoyé dans l’atelier de René Quenoil où il apprend la restauration d’instruments.

Les postes après le diplôme (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Il évoque les deux méthodes de restauration en concurrence, en les illustrant d’un exemple concret.

Deux écoles pour la restauration (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Exemple des deux méthodes de restauration (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014 (Cliché H. Claudot-Hawad)
Atelier du luthier Roland Terrier, Mirecourt, 2014 (Cliché H. Claudot-Hawad)

Après avoir travaillé trois ans dans la Maison Quenoil à Paris, il s’installe en 1980, avec son collègue Jean-Philippe Cognier, à Mirecourt, petite ville dont il apprécie la proximité avec la nature. Il pensait pouvoir faire du neuf, mais la relance de la musique nécessite la restauration d’instruments anciens, qu’il fait en sous-traitance.

L’installation à Mirecourt (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

En fait, les instruments neufs en copie d’anciens (avec usure) se vendent mieux que le violon qui a l’air neuf. Il constate que parfois les copies se retrouvent vendues comme des originaux, ce qui l’a un peu écoeuré. Il arrête de faire du neuf pendant dix ans car pour vendre, il faut faire des salons et passer beaucoup de temps à la commercialisation, ce qu’il n’a pas appris à faire.

Faire des salons (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Son collègue Jean-Philippe Cognier va devenir professeur à l’Ecole. Lui se consacre à la restauration d’instruments et commence ses recherches historiques avant 1988, où il a déjà fait des fiches sur les luthiers à partir des instruments vus dans l’atelier. Il s’aperçoit que les dictionnaires existants ne conviennent pas toujours et fait aussi des recherches à l’Etat civil car les Mirecurtiens signaient souvent en ajoutant à leur patronyme le nom de leur épouse. Il découvre le rôle de la parenté à Mirecourt et le fonctionnement des familles qui incluent des luthiers fabriquant, des marchands de musique, des facteurs d’orgue, etc.

L’énigme Henri Thouvenel (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Roland Terrier dans ses travaux d'histoire de la lutherie (juil2014, Mirecourt, cliché H. Claudot-Hawad)

A l’arrière de son atelier, le luthier Roland Terrier poursuit ses travaux d’histoire de la lutherie (juil 2014, Mirecourt, cliché H. Claudot-Hawad)

Ces recherches le fascinent et il n’a, depuis, jamais arrêté. Il dit avoir ainsi pris la relève d’Albert Claudot (luthier à Dijon), qui avait fait beaucoup de recherches et avait un correspondant à Mirecourt pour ses investigations dans l’Etat civil. Les luthiers l’appelaient pour identifier certains instruments. En fait, il y a des énigmes constantes à résoudre. Roland Terrier en donne quelques exemples.

Qui est Vuillaume cadet ? (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Au début, il s’est intéressé à tous les luthiers inconnus qui l’ont fait progresser en expertise avec le style de chaque époque, les évolutions, parfois les changements de signature . Il a découvert des étiquettes correspondant à des magasins de musique pour des violons fabriqués à Mirecourt avec un sigle spécial permettant de ne pas se tromper d’époque. Roland Terrier offre sur son site professionnel une documentation très riche issue de ses recherches sur la lutherie.

Les luthiers inconnus  (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Carnet d'étiquettes de luthiers (atelier Granier, archives P. Claudot), cliché HCH
Carnet d’étiquettes de luthiers (atelier Granier, archives P. Claudot), cliché HCH

 

Il a ouvert un site d’identification des instruments et reçoit des photos d’instruments du monde entier, grâce à internet qui facilite les échanges.

Un site d’expertise sur internet (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Son projet de dictionnaire des luthiers est bien avancé, il en montre la maquette. Un volume à part sera consacré aux photographies d’instruments. Il souhaite que son dictionnaire soit maniable, peu encombrant pour le mettre au coin de l’établi et le consulter facilement.

L'atelier de Roland Terrier (Mirecourt, 2014), cliché HCH
L’atelier de Roland Terrier face à la Halle aux grains (Mirecourt, 2014), cliché HCH

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Terrier, Roland  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un jeune luthier devient mirecurtien et se passionne pour l’histoire de la lutherie, Mirecourt, 5 juillet 2014. Enregistrement numérique :  71 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4910.

Crédits photographiques : Cliché 1. JD Braconnier ; suivants : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête d’Hélène Claudot-Hawad sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie

Yves Morizot chez lui à l’établi (collection famille Morizot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin de cette enquête, Yves Morizot, appartient à une autre génération d’apprentis luthiers: celle des années 1950, période qui correspond à une nouvelle crise dans le métier (cela durera une vingtaine d’années). Il interrompt son apprentissage débuté chez son oncle, le luthier René Morizot, pour s’orienter vers d’autres débouchés, en rapport cependant avec la lutherie (il sera employé à la Sofraluth, Société Française de Lutherie).

Abandon de la lutherie (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Yves Morizot décrit les coutumes de la corporation des luthiers et les occupations du dimanche ainsi que du lundi, jour ferié des luthiers.

Le jardin et la vigne (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il rapporte différentes anecdotes liées au métier et parle des farces que les luthiers avaient l’habitude de faire.

Les farces (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il décrit l’organisation « à la division » pour fabriquer les instruments, avec les ouvriers regroupés en « chantiers » selon les pièces à produire. Pour les ateliers artisanaux, il y avait aussi différentes spécialités : luthier, archetier, fabricant de têtes, vernisseur.

Le vernisseur (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

L’atelier de vernissage. Maison Laberte-Humbert (carte postale, début XXe siècle, extrait)

Les instruments, souvent transportés à bicyclette, circulaient ainsi entre les ateliers de lutherie, de sculpture de têtes, de polissage, de vernissage et aussi le domicile des artisans. Dans le travail manufacturé, les femmes faisaient le filetage, le moule, le polissage, le ratissage. Les grandes maisons comptaient autant de femmes que d’hommes chez les ouvriers.

Mirecourt, ville de luthiers (carte postale, début XXe siècle)

Yves Morizot évoque le rythme de travail intense de ces artisans : 10 h par jour à quoi s’ajoutaient les “temps perdus”, c’est-à-dire le travail à domicile après l’atelier ou la fabrique, pendant le temps de repos ou les congés. La rapidité de fabrication était indispensable pour obtenir le rendement exigé. Il mentionne la qualité diverse des instruments en fonction de chaque artisan.

Trois violons par semaine (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

A Mirecourt, les seuls grands pôles d’activité étaient alors la lutherie ou la dentelle.

La lutherie ou la dentelle (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

Les dentellières de Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Le témoin revient sur les anecdotes que transmettaient les anciens (luthiers, brodeuses) aux plus jeunes le soir au pied des maisons du Faubourg à Mirecourt.

Le « coyroye » (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

, Le Faubourg Saint-Vincent à Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Il mentionne aussi les activités pratiquées par les luthiers et liées aux saisons et à la nature (jardinage, champignons, escargots, pêche…).

Jardin, cueillette et pêche (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon dans les années 1900  (carte postale)
Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon en 2012 (cliché H. Claudot-Hawad)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Morizot, Yves (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  30 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3495. 

Crédits photographiques : Monsieur Yves Morizot à l’établi (collection particulière famille Morizot). Cartes postales du début du XXe siècle sur les ateliers de la Maison Laberte-Humbert, Mirecourt-La lutherie et Les dentellières, mises aimablement à disposition par Mme Morizot.   Cartes postales du début du XXe siècle Faubourg St-Vincent et Vieux Pont (archives A. Claudot). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

La condition des luthiers de Mirecourt dans les années 1910 illustrée par l’histoire d’une famille

Le luthier Pierre Claudot dans son atelier à Marseille vers 1972 (collection particulière)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, originaire de Mirecourt et maître-luthier à Marseille jusqu’à sa retraite. Ce troisième entretien a été mené sept ans après les premiers. A travers son histoire individuelle de Mirecourt à Marseille, Pierre Claudot dresse le portrait économique et social de cette profession artisanale et de la misère quotidienne durant la décennie de 1910 à Mirecourt. La vie est alors difficile pour la plupart des gens qui, en échange de travaux physiquement très éprouvants, ont des salaires qui leur permettent à peine de survivre.

Mirecourt, carte postale, début du XXe siècle

Époque mal payée (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les seules distractions enfantines dont se souvient Pierre Claudot tiennent notamment aux bouleversements engendrés dans la petite ville proche du front par la 1e guerre mondiale : les passages de soldats et de prisonniers.

Enfants et guerre (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les enfants, au lieu d’aller à l’école (réquisitionnée pour les blessés), vont aux enterrements, font l’exercice avec les soldats, participent à la vie des appelés qui partent au front.
 
Enfants et guerre – 2e extrait (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

De son côté, en 1906, le foyer familial se trouve endeuillé par la mort accidentelle du père luthier, Félix Claudot, et endetté car ce dernier venait à peine de s’installer à son compte à Mirecourt.

Félix Claudot (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

La maison ne dispose ni d’électricité ni d’eau courante et demeure un endroit de labeur, où l’on se nourrit des récoltes du jardin. Pommes de terre et légumes secs forment la base de l’alimentation, avec comme plat de fête le pot au feu.

L’alimentation : jardin et cueillette (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les jardins autour de Mirecourt (carte postale, début du XXe siècle)

Dans ce foyer mirecurtien, tenu par une mère veuve à 27 ans, les trois enfants participent pleinement à la vie économique. Pierre Claudot est contraint d’arrêter sa scolarité à douze ans après le brevet et d’occuper un emploi subalterne de « saute-ruisseau » dans une banque.

L’expérience de la banque (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Grâce à la création en 1920 d’une formation rémunérée pour relancer à Mirecourt la lutherie d’art, concurrencée par l’installation de la manufacture, il peut renouer avec la lutherie, artisanat d’art local et véritable tradition familiale ; il devient ouvrier-luthier. Après son service militaire, il choisit de partir à Marseille dans l’atelier Granier.

Une place à Lille ou Marseille (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485) 

La lutherie occupe une part importante de la population de Mirecourt. A la fabrication de violons, altos, violoncelles et contrebasses pour les luthiers, d’archets pour les archetiers, s’ajoutent celles des étuis et autres accessoires de lutherie. Un nouveau modèle de travail dans la fabrication des instruments s’est instauré au début du 20e siècle : chaque ouvrier est spécialiste d’une partie de l’instrument, là le métier s’apparente plus à une fabrication à la chaîne qu’à un métier d’art. Parallèlement subsistent des ateliers de lutherie d’art qui fabriquent intégralement les instruments.

Lutherie à la main ou lutherie manufacturée (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Fabrique Laberte-Humbert Frères. Vernissage (carte postale)

Le témoin décrit le rythme de travail hebdomadaire.

60 heures par semaine (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

La corporation des luthiers rassemble historiquement des hommes qui s’affirment laïcs et républicains. Par contre, les femmes de luthiers à l’époque sont souvent croyantes et pratiquantes, comme l’évoque le témoin à travers le cas de ses parents.

Les rapports à la religion (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Chapelle de la Oultre à Mirecourt, XIe siècle (cliché H. Claudot-Hawad)

La posture anticléricale de beaucoup de luthiers et leurs moeurs festives les font cataloguer par la bonne société dévote et même bigote de Mirecourt, comme un milieu infréquentable doté d’une réputation sulfureuse. Beaucoup d’ouvriers ont un lopin de terre, dont l’obtention daterait de la Révolution. Ils cultivent ce jardin appelé le « paquis » et s’y défoulent le lundi, jour traditionnel de congé des luthiers. La lutherie est à cette époque également une activité pratiquée par certains  paysans qui taillent le bois le soir ou pendant les longs hivers vosgiens.

Paysans luthiers et luthiers paysans (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

Le témoin pense que les ouvriers ne parvenaient pas à bien défendre leurs droits, car ils n’étaient pas organisés même s’ils réagissaient fortement à l’injustice.

Le vernisseur indigné (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).   La condition des luthiers de Mirecourt dans les années 1910 illustrée par l’histoire d’une famille. Mirecourt,  22 mai 1988. 1 cass. :  1h 4min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3485.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers

Le luthier Robert Baumann, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, ainsi que leurs proches. Robert Baumann a évolué dans un milieu professionnel impliqué dans le domaine de la lutherie (son frère, sa femme). Le monde ouvrier à Mirecourt avait le choix entre la lutherie ou la Cotonnière (fabrique de textile).

A Mirecourt, tout le monde était luthier, extrait de l’enquête n°3492

La stature imposante de R. Baumann l’amène à se spécialiser dans les contrebasses et violoncelles. Il reproche beaucoup aux anciens du métier leur prétention et leur élitisme.

« Tous des maîtres » (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Moule de contrebasse. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Il raconte comment, venant d’un autre milieu, il a subi du dédain dès son apprentissage (débuté à treize ans) et un manque de reconnaissance tout au long de sa carrière (il a travaillé jusqu’à l’âge de soixante-sept ans). Il dit n’avoir jamais aimé la mentalité de cette profession et a d’ailleurs voulu la quitter pour le syndicat agricole. Au retour d’une absence de trois ans pendant la guerre 1939-1945, Robert Baumann quitte la Maison Thibouville et installe son atelier à domicile.

La mauvaise mentalité (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Il était très demandé car il était un des seuls fabricants de contrebasses. Il les réalisait toutes de manière anonyme, elles étaient ensuite signées par les maisons.

La signature de l’instrument (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

En tout, il dit avoir fabriqué plusieurs centaines de contrebasses ; n’ayant pu, pour des nécessités économiques, se cantonner à l’instrument “à la main”, il a dû accepter la fabrication d’instruments plus usuels, c’est-à-dire moulés. Comme beaucoup de luthiers, pendant son temps libre, il cultivait son jardin ou celui des autres, ce qui permettait de nourrir sa femme et ses trois enfants.

Monsieur et Madame Baumann chez eux à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Madame Baumann a également suivi un apprentissage dès l’âge de treize ans, spécialisée dans le finissage des archets manufacturés, dont elle décrit ici la technique. Il fallait en traiter une douzaine par jour pour pouvoir survivre.

Le polissage de l’archet (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Après le polissage, elle faisait la mortaise, posait la mèche et le recouvrement en nacre de l’archet.

Mortaise mèche et recouvrement (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492
 

Il y avait beaucoup de femmes regroupées en « chantiers » dans ces ateliers. Elle a travaillé de 1919 à 1939 puis de 1945 à 1948. Autour de 1927, la profession connaît une crise : elle passe alors au montage des moules de violons, tandis que Robert Baumann est envoyé à la scierie.

Montage du moule du violon (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Tous deux soulignent la dureté du travail à cette époque et le peu de rémunération des ouvriers qui vivaient dans la misère. La lutherie  (jusqu’à son déclin à partir de 1927) employait beaucoup de gens, permanents ou intérimaires comme les paysans qui taillaient le bois en hiver.

Un travail mal rémunéré (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Certains se faisaient payer à l’avance pour des travaux qu’ils n’avaient pas encore commencés : on appelait cela « faire des chiens ».

« Faire des chiens » (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Robert Baumann évoque la fête de la Sainte-Cécile, patronne des luthiers, que l’on honorait de manière variée à Mirecourt.

La fête de la sainte Cécile (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Baumann, Robert (informateur) ; Baumann (Madame) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers. Mirecourt, 1982. 1 cass. 45min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°34892

Crédits photographiques : Le luthier Robert Baumann à l’établi ; Moule de contrebasse (atelier de Robert Baumann) ;  Monsieur et Madame Baumann à leur domicile à Mirecourt 1982, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.