Archives par mot-clé : apprentissage de la lutherie

La lutherie comme un métier et une école de vie

Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)
Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)

Charles-Luc Hommel débute sa formation de luthier en 1973, à dix-huit ans, après son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique et du violon. Il commence l’apprentissage de cet instrument à huit ans et demi. Son père, mélomane, amateur de disques, lui a transmis l’amour de la musique. Vers quinze ans, en entrant dans un atelier de lutherie (à Bâle), il découvre une atmosphère qui lui plait beaucoup. Encouragé par son professeur de violon, il part à Mirecourt rencontrer le luthier René Morizot chez qui il fera un stage d’une semaine pendant les vacances d’été en 1972 (il est alors en 1e au lycée). Après son bac, il entre en septembre comme apprenti dans l’atelier Morizot et, au cas où la lutherie ne lui conviendrait pas, s’inscrit à l’université en maths-physique puis en droit. L’Ecole de lutherie de Mirecourt existe déjà mais n’admet d’élèves qu’au niveau de la 3e et âgés de moins de 17 ans.

Entrée en apprentissage (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

René Morizot à la fois enseignait comme professeur technique auxiliaire à l’école de lutherie et avait des apprentis dans son atelier qui se formaient et participaient à la production d’instruments.

Trois ans d’apprentissage à l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

La relance de la musique entraînait des commandes nombreuses d’instruments d’étude, d’où la création de la Sofraluth, manufacture de lutherie à Mirecourt.

Besoin d’instruments (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Les importations étaient difficiles à l’époque. Il fallait donc fabriquer des instruments dont le prix était encore très bon marché : la « façon » d’un violon (sans la tête) était rémunérée, par exemple pour un luthier habile comme Eugène Guinot, 250 francs (soit un peu plus de 30 euros) vers 1974.

Il fallait fabriquer (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Son apprentissage se déroule sans enseignement général, mais avec 40 heures d’atelier par semaine, soit plus du double de temps à l’établi que les élèves de l’Ecole de lutherie, ce qui lui a donné un avantage et un meilleur statut professionnel, bien que son diplôme soit un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et non un BT (Brevet de Technicien).

L’avantage de la pratique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Après sa formation, deux places s’offraient à lui : l’une chez Jacques Camurat à Paris, et l’autre chez Philippe Bodart à Marseille chez qui il va. Il y reste deux ans, se formant dans cet atelier à la restauration, à la réparation, au montage, au raccord de vernis.

Formation à la restauration (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)

Ensuite, il part chez Etienne Vatelot à Paris, avec comme bagage des techniques particulières de restauration (comme le moulage au plâtre) enseignées par Philippe Bodart qui les a apprises lui-même à Londres.

Moulage au plâtre (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il évoque le souvenir marquant des luthiers qui l’ont formé et dont il a beaucoup appris, non seulement sur le plan professionnel mais également humain.

Des personnes ressources (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

A Paris, il a pu voir, à l’atelier, de grands concertistes qu’il allait écouter le soir. L’ambiance était bonne dans l’atelier et l’équipe jeune (de 22 ans d’âge environ) avec des personnes qu’il connaissait toutes  de Mirecourt.

L’ambiance de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il se plait beaucoup chez Etienne Vatelot qui sait faire comprendre avec talent et générosité le sens du métier. L’atelier fait à la fois de la restauration et du neuf.

Organisation de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Etienne Vatelot supervisait tout le travail de l’atelier, où passaient les plus beaux instruments et les plus grands artistes, un privilège pour l’expérience des jeunes luthiers, comme l’évoque Charles-Luc Hommel.

Une expérience formatrice (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il revient ensuite chez le luthier Philippe Bodart qui accepte qu’il travaille à mi-temps, ce qui permet à Charles-Luc Hommel de faire du neuf chez lui en Ardèche, en attendant de pouvoir s’installer à son compte. C’est une période où on manque de luthiers.

Manque de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il y avait aussi une pénurie de fournitures de lutherie. Les grandes maisons de bois de lutherie à l’ancienne, avec tout leur savoir-faire pour le choix, la conservation, le séchage, avaient disparu.

Pénurie de bois (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Cette situation va changer dans les années 1980 et on trouve aujourd’hui du très beau bois qui vient de Bohème, Bosnie, Dolomites.

Du très beau bois de lutherie (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Au sujet des techniques, Charles-Luc Hommel évoque les recherches empiriques sur les vernis faites par les luthiers et les progrès réalisés aujourd’hui.

Les vernis (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il cite différentes expérimentations, dont celle du luthier italien Sacconi.

Vernis de Sacconi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Le luthier Pierre Claudot (qui de son côté avait essayé la térébenthine de Chios) passait souvent à l’atelier, d’où la transmission d’anecdotes de luthiers anciens et également de la connaissance de certains instruments.

Anecdotes de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Charles-Luc Hommel s’installe à Marseille ; il aura jusqu’à trois assistants dans les années 1985-90, ce qui était trop lourd comme charges salariales et gestion, d’où un changement de cap en 1990.

Avoir du temps à l’établi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Dans cet atelier du centre ville de Marseille, ce sont les réparations et l’entretien d’instruments qui font tourner l’atelier. Certains luthiers ont choisi de faire du neuf et vendent eux-mêmes leurs instruments ; la sous-traitance est devenue plus rare qu’autrefois. Pour élaborer un modèle personnel de violon, Charles-Luc Hommel évoque l’intérêt de s’inspirer non pas des formes connues d’instruments de grands luthiers, mais de certains instruments seulement, car s’ils ont été fabriqués par une même main de maître, ils n’atteignent pas tous le même niveau de perfection sonore ou esthétique.

Des instruments qui sonnent (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Aujourd’hui, les rapports avec les acousticiens se poursuivent, même si ces derniers ont du mal à aider les luthiers. Charles-Luc Hommel pense que les luthiers apporteraient beaucoup au débat en notant leur savoir empirique : quels réglages et ajustements pratiques font-ils quand un violon sonne mal ?

Retranscrire le savoir empirique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Charles-Luc  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  La lutherie comme un métier et une école de vie, Marseille, 5 mai 2014. Enregistrement numérique :  82 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4912.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête  « Les nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Un jeune luthier devient mirecurtien et se passionne pour l’histoire de la lutherie

Le luthier Roland Terrier (cliché JD Braconnier)
Le luthier Roland Terrier (cliché J. D. Braconnier), années 1990)

Roland Terrier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre jusqu’au milieu du XXe siècle.  Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et aussi par attrait pour les métiers de précision. Très jeune, il veut jouer du violon qu’il étudiera à l’école de musique de Bourg-en-Bresse.

« Un violon dans une malle » (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

En 1972, à quinze ans, il candidate à la toute nouvelle Ecole nationale de lutherie de Mirecourt, où il est admis. Sur les dix inscrits de sa promotion, quatre seulement  auront le diplôme final.

La sélection (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Avec le plan Malraux-Landowski qui relance les métiers de la musique, les élèves luthiers sont alors assurés d’avoir du travail après leur formation. A cette époque, contrairement à aujourd’hui, ils cherchent à trouver un poste en France plutôt qu’à l’étranger.

Assurés d’avoir du travail (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Roland Terrier raconte sa formation avec le maître-luthier René Morizot qui a connu la relance du métier après avoir peiné pour en vivre. Il a des facilités pour le travail du bois grâce à son père menuisier-ébéniste. Dans l’école de lutherie, les formes anciennes de l’apprentissage en atelier subsistent : le maître travaille devant les élèves qui en imitent les gestes. L’idée inculquée est que le savoir se « mérite ».

L’apprentissage selon la méthode ancienne (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

La manière de transmettre changera plus tard grâce aux nouvelles générations de luthiers qui cherchent à instaurer une attitude fondée sur l’entraide et le partage des connaissances davantage que sur la compétition et les vexations.

L’entraide (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Outils de lutherie (atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014), cliché HCH
Outils de lutherie (atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014), cliché HCH

Roland Terrier décrit le programme des trois années d’apprentissage de la lutherie dans le cadre de l’école.

Un programme de formation  en 3 ans  (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

L’enseignement général dispensé pour le diplôme final, c’est-à-dire le Brevet de technicien option facture instrumentale, n’est pas encore  adapté aux besoins de la lutherie. Par ailleurs, il n’y a pas cours de gestion.

Un enseignement général peu adapté (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

La rapidité d’exécution du travail de lutherie, exigée par l’Ecole à cette période, a permis à Roland Terrier de toujours gagner sa vie.

La rapidité d’exécution (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Atelier du luthier Roland Terrier à Mirecourt (2014), cliché HCH
Atelier du luthier Roland Terrier à Mirecourt (2014), cliché HCH

Pour fabriquer un instrument de qualité, il faut concilier les exigences de rapidité et de netteté du geste pour que le violon soit beau et travailler sur les épaisseurs du bois pour en obtenir de bonnes qualités acoustiques.

La sonorité (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Après avoir travaillé deux ans comme enseignant à l’école de lutherie et comme luthier dans l’atelier Morizot, R. Terrier a plusieurs propositions d’embauche. Il choisit d’aller chez Etienne Vatelot à Paris, mais finalement est envoyé dans l’atelier de René Quenoil où il apprend la restauration d’instruments.

Les postes après le diplôme (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Il évoque les deux méthodes de restauration en concurrence, en les illustrant d’un exemple concret.

Deux écoles pour la restauration (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Exemple des deux méthodes de restauration (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014 (Cliché H. Claudot-Hawad)
Atelier du luthier Roland Terrier, Mirecourt, 2014 (Cliché H. Claudot-Hawad)

Après avoir travaillé trois ans dans la Maison Quenoil à Paris, il s’installe en 1980, avec son collègue Jean-Philippe Cognier, à Mirecourt, petite ville dont il apprécie la proximité avec la nature. Il pensait pouvoir faire du neuf, mais la relance de la musique nécessite la restauration d’instruments anciens, qu’il fait en sous-traitance.

L’installation à Mirecourt (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

En fait, les instruments neufs en copie d’anciens (avec usure) se vendent mieux que le violon qui a l’air neuf. Il constate que parfois les copies se retrouvent vendues comme des originaux, ce qui l’a un peu écoeuré. Il arrête de faire du neuf pendant dix ans car pour vendre, il faut faire des salons et passer beaucoup de temps à la commercialisation, ce qu’il n’a pas appris à faire.

Faire des salons (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Son collègue Jean-Philippe Cognier va devenir professeur à l’Ecole. Lui se consacre à la restauration d’instruments et commence ses recherches historiques avant 1988, où il a déjà fait des fiches sur les luthiers à partir des instruments vus dans l’atelier. Il s’aperçoit que les dictionnaires existants ne conviennent pas toujours et fait aussi des recherches à l’Etat civil car les Mirecurtiens signaient souvent en ajoutant à leur patronyme le nom de leur épouse. Il découvre le rôle de la parenté à Mirecourt et le fonctionnement des familles qui incluent des luthiers fabriquant, des marchands de musique, des facteurs d’orgue, etc.

L’énigme Henri Thouvenel (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Roland Terrier dans ses travaux d'histoire de la lutherie (juil2014, Mirecourt, cliché H. Claudot-Hawad)

A l’arrière de son atelier, le luthier Roland Terrier poursuit ses travaux d’histoire de la lutherie (juil 2014, Mirecourt, cliché H. Claudot-Hawad)

Ces recherches le fascinent et il n’a, depuis, jamais arrêté. Il dit avoir ainsi pris la relève d’Albert Claudot (luthier à Dijon), qui avait fait beaucoup de recherches et avait un correspondant à Mirecourt pour ses investigations dans l’Etat civil. Les luthiers l’appelaient pour identifier certains instruments. En fait, il y a des énigmes constantes à résoudre. Roland Terrier en donne quelques exemples.

Qui est Vuillaume cadet ? (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Au début, il s’est intéressé à tous les luthiers inconnus qui l’ont fait progresser en expertise avec le style de chaque époque, les évolutions, parfois les changements de signature . Il a découvert des étiquettes correspondant à des magasins de musique pour des violons fabriqués à Mirecourt avec un sigle spécial permettant de ne pas se tromper d’époque. Roland Terrier offre sur son site professionnel une documentation très riche issue de ses recherches sur la lutherie.

Les luthiers inconnus  (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Carnet d'étiquettes de luthiers (atelier Granier, archives P. Claudot), cliché HCH
Carnet d’étiquettes de luthiers (atelier Granier, archives P. Claudot), cliché HCH

 

Il a ouvert un site d’identification des instruments et reçoit des photos d’instruments du monde entier, grâce à internet qui facilite les échanges.

Un site d’expertise sur internet (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Son projet de dictionnaire des luthiers est bien avancé, il en montre la maquette. Un volume à part sera consacré aux photographies d’instruments. Il souhaite que son dictionnaire soit maniable, peu encombrant pour le mettre au coin de l’établi et le consulter facilement.

L'atelier de Roland Terrier (Mirecourt, 2014), cliché HCH
L’atelier de Roland Terrier face à la Halle aux grains (Mirecourt, 2014), cliché HCH

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Terrier, Roland  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un jeune luthier devient mirecurtien et se passionne pour l’histoire de la lutherie, Mirecourt, 5 juillet 2014. Enregistrement numérique :  71 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4910.

Crédits photographiques : Cliché 1. JD Braconnier ; suivants : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête d’Hélène Claudot-Hawad sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie

Yves Morizot chez lui à l’établi (collection famille Morizot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin de cette enquête, Yves Morizot, appartient à une autre génération d’apprentis luthiers: celle des années 1950, période qui correspond à une nouvelle crise dans le métier (cela durera une vingtaine d’années). Il interrompt son apprentissage débuté chez son oncle, le luthier René Morizot, pour s’orienter vers d’autres débouchés, en rapport cependant avec la lutherie (il sera employé à la Sofraluth, Société Française de Lutherie).

Abandon de la lutherie (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Yves Morizot décrit les coutumes de la corporation des luthiers et les occupations du dimanche ainsi que du lundi, jour ferié des luthiers.

Le jardin et la vigne (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il rapporte différentes anecdotes liées au métier et parle des farces que les luthiers avaient l’habitude de faire.

Les farces (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il décrit l’organisation « à la division » pour fabriquer les instruments, avec les ouvriers regroupés en « chantiers » selon les pièces à produire. Pour les ateliers artisanaux, il y avait aussi différentes spécialités : luthier, archetier, fabricant de têtes, vernisseur.

Le vernisseur (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

L’atelier de vernissage. Maison Laberte-Humbert (carte postale, début XXe siècle, extrait)

Les instruments, souvent transportés à bicyclette, circulaient ainsi entre les ateliers de lutherie, de sculpture de têtes, de polissage, de vernissage et aussi le domicile des artisans. Dans le travail manufacturé, les femmes faisaient le filetage, le moule, le polissage, le ratissage. Les grandes maisons comptaient autant de femmes que d’hommes chez les ouvriers.

Mirecourt, ville de luthiers (carte postale, début XXe siècle)

Yves Morizot évoque le rythme de travail intense de ces artisans : 10 h par jour à quoi s’ajoutaient les “temps perdus”, c’est-à-dire le travail à domicile après l’atelier ou la fabrique, pendant le temps de repos ou les congés. La rapidité de fabrication était indispensable pour obtenir le rendement exigé. Il mentionne la qualité diverse des instruments en fonction de chaque artisan.

Trois violons par semaine (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

A Mirecourt, les seuls grands pôles d’activité étaient alors la lutherie ou la dentelle.

La lutherie ou la dentelle (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

Les dentellières de Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Le témoin revient sur les anecdotes que transmettaient les anciens (luthiers, brodeuses) aux plus jeunes le soir au pied des maisons du Faubourg à Mirecourt.

Le « coyroye » (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

, Le Faubourg Saint-Vincent à Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Il mentionne aussi les activités pratiquées par les luthiers et liées aux saisons et à la nature (jardinage, champignons, escargots, pêche…).

Jardin, cueillette et pêche (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon dans les années 1900  (carte postale)
Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon en 2012 (cliché H. Claudot-Hawad)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Morizot, Yves (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  30 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3495. 

Crédits photographiques : Monsieur Yves Morizot à l’établi (collection particulière famille Morizot). Cartes postales du début du XXe siècle sur les ateliers de la Maison Laberte-Humbert, Mirecourt-La lutherie et Les dentellières, mises aimablement à disposition par Mme Morizot.   Cartes postales du début du XXe siècle Faubourg St-Vincent et Vieux Pont (archives A. Claudot). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

La condition des luthiers de Mirecourt dans les années 1910 illustrée par l’histoire d’une famille

Le luthier Pierre Claudot dans son atelier à Marseille vers 1972 (collection particulière)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, originaire de Mirecourt et maître-luthier à Marseille jusqu’à sa retraite. Ce troisième entretien a été mené sept ans après les premiers. A travers son histoire individuelle de Mirecourt à Marseille, Pierre Claudot dresse le portrait économique et social de cette profession artisanale et de la misère quotidienne durant la décennie de 1910 à Mirecourt. La vie est alors difficile pour la plupart des gens qui, en échange de travaux physiquement très éprouvants, ont des salaires qui leur permettent à peine de survivre.

Mirecourt, carte postale, début du XXe siècle

Époque mal payée (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les seules distractions enfantines dont se souvient Pierre Claudot tiennent notamment aux bouleversements engendrés dans la petite ville proche du front par la 1e guerre mondiale : les passages de soldats et de prisonniers.

Enfants et guerre (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les enfants, au lieu d’aller à l’école (réquisitionnée pour les blessés), vont aux enterrements, font l’exercice avec les soldats, participent à la vie des appelés qui partent au front.
 
Enfants et guerre – 2e extrait (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

De son côté, en 1906, le foyer familial se trouve endeuillé par la mort accidentelle du père luthier, Félix Claudot, et endetté car ce dernier venait à peine de s’installer à son compte à Mirecourt.

Félix Claudot (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

La maison ne dispose ni d’électricité ni d’eau courante et demeure un endroit de labeur, où l’on se nourrit des récoltes du jardin. Pommes de terre et légumes secs forment la base de l’alimentation, avec comme plat de fête le pot au feu.

L’alimentation : jardin et cueillette (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les jardins autour de Mirecourt (carte postale, début du XXe siècle)

Dans ce foyer mirecurtien, tenu par une mère veuve à 27 ans, les trois enfants participent pleinement à la vie économique. Pierre Claudot est contraint d’arrêter sa scolarité à douze ans après le brevet et d’occuper un emploi subalterne de « saute-ruisseau » dans une banque.

L’expérience de la banque (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Grâce à la création en 1920 d’une formation rémunérée pour relancer à Mirecourt la lutherie d’art, concurrencée par l’installation de la manufacture, il peut renouer avec la lutherie, artisanat d’art local et véritable tradition familiale ; il devient ouvrier-luthier. Après son service militaire, il choisit de partir à Marseille dans l’atelier Granier.

Une place à Lille ou Marseille (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485) 

La lutherie occupe une part importante de la population de Mirecourt. A la fabrication de violons, altos, violoncelles et contrebasses pour les luthiers, d’archets pour les archetiers, s’ajoutent celles des étuis et autres accessoires de lutherie. Un nouveau modèle de travail dans la fabrication des instruments s’est instauré au début du 20e siècle : chaque ouvrier est spécialiste d’une partie de l’instrument, là le métier s’apparente plus à une fabrication à la chaîne qu’à un métier d’art. Parallèlement subsistent des ateliers de lutherie d’art qui fabriquent intégralement les instruments.

Lutherie à la main ou lutherie manufacturée (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Fabrique Laberte-Humbert Frères. Vernissage (carte postale)

Le témoin décrit le rythme de travail hebdomadaire.

60 heures par semaine (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

La corporation des luthiers rassemble historiquement des hommes qui s’affirment laïcs et républicains. Par contre, les femmes de luthiers à l’époque sont souvent croyantes et pratiquantes, comme l’évoque le témoin à travers le cas de ses parents.

Les rapports à la religion (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Chapelle de la Oultre à Mirecourt, XIe siècle (cliché H. Claudot-Hawad)

La posture anticléricale de beaucoup de luthiers et leurs moeurs festives les font cataloguer par la bonne société dévote et même bigote de Mirecourt, comme un milieu infréquentable doté d’une réputation sulfureuse. Beaucoup d’ouvriers ont un lopin de terre, dont l’obtention daterait de la Révolution. Ils cultivent ce jardin appelé le « paquis » et s’y défoulent le lundi, jour traditionnel de congé des luthiers. La lutherie est à cette époque également une activité pratiquée par certains  paysans qui taillent le bois le soir ou pendant les longs hivers vosgiens.

Paysans luthiers et luthiers paysans (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

Le témoin pense que les ouvriers ne parvenaient pas à bien défendre leurs droits, car ils n’étaient pas organisés même s’ils réagissaient fortement à l’injustice.

Le vernisseur indigné (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).   La condition des luthiers de Mirecourt dans les années 1910 illustrée par l’histoire d’une famille. Mirecourt,  22 mai 1988. 1 cass. :  1h 4min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3485.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers

Le luthier Robert Baumann, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, ainsi que leurs proches. Robert Baumann a évolué dans un milieu professionnel impliqué dans le domaine de la lutherie (son frère, sa femme). Le monde ouvrier à Mirecourt avait le choix entre la lutherie ou la Cotonnière (fabrique de textile).

A Mirecourt, tout le monde était luthier, extrait de l’enquête n°3492

La stature imposante de R. Baumann l’amène à se spécialiser dans les contrebasses et violoncelles. Il reproche beaucoup aux anciens du métier leur prétention et leur élitisme.

« Tous des maîtres » (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Moule de contrebasse. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Il raconte comment, venant d’un autre milieu, il a subi du dédain dès son apprentissage (débuté à treize ans) et un manque de reconnaissance tout au long de sa carrière (il a travaillé jusqu’à l’âge de soixante-sept ans). Il dit n’avoir jamais aimé la mentalité de cette profession et a d’ailleurs voulu la quitter pour le syndicat agricole. Au retour d’une absence de trois ans pendant la guerre 1939-1945, Robert Baumann quitte la Maison Thibouville et installe son atelier à domicile.

La mauvaise mentalité (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Il était très demandé car il était un des seuls fabricants de contrebasses. Il les réalisait toutes de manière anonyme, elles étaient ensuite signées par les maisons.

La signature de l’instrument (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

En tout, il dit avoir fabriqué plusieurs centaines de contrebasses ; n’ayant pu, pour des nécessités économiques, se cantonner à l’instrument “à la main”, il a dû accepter la fabrication d’instruments plus usuels, c’est-à-dire moulés. Comme beaucoup de luthiers, pendant son temps libre, il cultivait son jardin ou celui des autres, ce qui permettait de nourrir sa femme et ses trois enfants.

Monsieur et Madame Baumann chez eux à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Madame Baumann a également suivi un apprentissage dès l’âge de treize ans, spécialisée dans le finissage des archets manufacturés, dont elle décrit ici la technique. Il fallait en traiter une douzaine par jour pour pouvoir survivre.

Le polissage de l’archet (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Après le polissage, elle faisait la mortaise, posait la mèche et le recouvrement en nacre de l’archet.

Mortaise mèche et recouvrement (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492
 

Il y avait beaucoup de femmes regroupées en « chantiers » dans ces ateliers. Elle a travaillé de 1919 à 1939 puis de 1945 à 1948. Autour de 1927, la profession connaît une crise : elle passe alors au montage des moules de violons, tandis que Robert Baumann est envoyé à la scierie.

Montage du moule du violon (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Tous deux soulignent la dureté du travail à cette époque et le peu de rémunération des ouvriers qui vivaient dans la misère. La lutherie  (jusqu’à son déclin à partir de 1927) employait beaucoup de gens, permanents ou intérimaires comme les paysans qui taillaient le bois en hiver.

Un travail mal rémunéré (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Certains se faisaient payer à l’avance pour des travaux qu’ils n’avaient pas encore commencés : on appelait cela « faire des chiens ».

« Faire des chiens » (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Robert Baumann évoque la fête de la Sainte-Cécile, patronne des luthiers, que l’on honorait de manière variée à Mirecourt.

La fête de la sainte Cécile (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Baumann, Robert (informateur) ; Baumann (Madame) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers. Mirecourt, 1982. 1 cass. 45min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°34892

Crédits photographiques : Le luthier Robert Baumann à l’établi ; Moule de contrebasse (atelier de Robert Baumann) ;  Monsieur et Madame Baumann à leur domicile à Mirecourt 1982, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier à Marseille et originaire de Mirecourt comme la plupart des luthiers français de sa génération. Il s’agit ici de leur premier entretien. L’informateur descend d’une longue lignée de luthiers, mais n’a connu parmi eux que l’un de ses oncles, François Claudot, luthier à Dijon (auquel succèdera Albert Claudot, frère aîné de Pierre). Son père, Félix Claudot, luthier à Mirecourt, est décédé un mois après sa naissance, aussi la vie des ateliers ne lui était pas familière avant son apprentissage. A 12 ans, après le certificat d’étude, Pierre obtient un emploi de commissionnaire dans une banque. Sa mère, veuve, ne veut pas qu’il soit luthier. Il parvient à la convaincre grâce à l’instauration nouvelle, en 1920, d’un apprentissage rémunéré, destiné à former des luthiers d’art capables de fabriquer un violon complet (par opposition à la lutherie manufacturée où des ouvriers se spécialisent dans la fabrication de certaines pièces).

Extrait de l’enquête n°3483, L’apprentissage payé

Pierre Claudot témoigne d’un apprentissage long et exigeant pour atteindre la maîtrise parfaite de l’outil et de la matière

Après deux ans et demi d’apprentissage chez Thibouville, il reste encore six mois dans cette maison.

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans – face

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17ans – dos

 

Inscription sur le fond d’un violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans

Puis il est sollicité par Amédée Dieudonné, luthier qui revient de Bruxelles et introduit des modèles d’instruments différents de ceux qu’on utilise alors à Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot chez Amédée Dieudonné

Pierre Claudot détaille les différentes opérations dans la fabrication d’un instrument. La plupart des ateliers confient la fabrication des têtes des instruments à des spécialistes et livrent les instruments en bois blanc à des vernisseurs.

Après avoir travaillé trois ans chez Dieudonné, Pierre Claudot part à Marseille où il est embauché par la maison Granier. L’informateur, à travers sa carrière de luthier, a vécu l’histoire du 20e siècle : de la crise économique mondiale de 1933 qui pousse son employeur à Marseille, le luthier Granier, à abandonner la lutherie et à lui céder son entreprise,


jusqu’à la seconde guerre mondiale qui maintient le commerce dans un fragile équilibre.

Pierre Claudot chez Granier à Marseille en 1928 (ici avec André, dit « Boubous », neveu de Denis Granier)

 

Au lendemain de la guerre, la profession connaît de nouvelles difficultés face au développement des techniques d’enregistrement audio entraînant la disparition de nombreux orchestres. Pierre Claudot situe enfin une renaissance de la profession à partir des années 1960, dûe entre autres à un retour culturel à la musique et à l’apprentissage d’un instrument par les nouvelles générations.

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque  : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille. La Bouilladisse, janvier 1981. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3483.

Crédits photographiques : fonds Pierre Claudot (image 1 et 5) et Hélène Claudot-Hawad.