Archives par mot-clé : ARCADE

« Le décentralisme méditerranéen » Table ronde autour de la musique et de la culture du monde d’Oc

 

 

Stagiaire des métiers du livre (I.U.T d’Aix-en-Provence) à la phonothèque de la MMSH, j’ai assisté mercredi 29 mars, dans le cadre de Babelmed, à une rencontre de professionnels autour des Musiques et cultures du monde d’oc. Musiciens, chercheurs, acteurs de la culture régionale et de la production musicale, se sont retrouvés pour débattre de l’image de langue aujourd’hui et surtout de sa place sur le marché de la musique et de la culture en général.

J’ai été étonnée en constatant qu’une majorité d’occitanistes présents lors de cette rencontre avaient appris la langue d’Oc sans qu’il y ait eu de transmission familiale. Cela m’a rassurée car cet apprentissage universitaire m’a souvent inhibée pour parler la langue. Étant issue d’une famille où il y a eu rupture de la transmission, j’ai ressenti le besoin de renouer avec cette langue, mais je suis parfois mise à l’écart sans oser la parler. Aquela rencontra m’a fach comprener que podiai la parlar sens vergohna perque soi pas la sola  a la parlar per lo plaser e per envenja. Parlar occitan per se raprochar de sa cultura !

Le territoire occitan s’étend de l’Océan Pacifique aux Alpes italiennes. Une surface très grande et très vaste qui regroupe plusieurs dialectes occitans, comme le provençal, le languedocien, ou encore le gascon communément appelés, de nos jours la “langue d’Oc”. La richesse culturelle de notre territoire nous encourage à nous ouvrir sur le monde pour porter un regard sur les autres cultures de la Méditerranée, pour comprendre la décentralisation et l’ancrage de la langue. On se nourrit des autres pour faire valoir et enrichir notre propre culture. Comment définir cette musique ? Aujourd’hui on chante en occitan sur du rap, du rock ou de la dub. Le chant polyphonique, influencé par la forte présence de corses à Marseille, fait maintenant partie de la culture occitane, alors qu’à son origine le chant provençal est plutôt monodique… Pour le groupe Lo cor de la plana la musique est un bon moyen de se décoincer de l’espace culturel français. Manu Théron, fondateur de ce groupe phare à Marseille,  raconte que la musique lui a permis de découvrir la langue et la culture occitane. Il est chanteur avant d’être occitan et a besoin de travailler sa musique et son métier avant toute chose, quelque soit la culture qu’il porte.

Les festivals sont devenus, aujourd’hui des vitrines de la culture d’oc sur le monde et un rendez-vous attendu pour de nombreuses personnes. La langue régionale est souvent mieux perçue à l’étranger que dans notre propre pays. Il est donc devenu nécessaire de valoriser les scènes occitanes pour les rendre plus visibles et moins vieillotte afin de se sortir des stéréotypes (prenez le temps d’écouter ce clip de Mauresca de l’album Bartàs), d’un régionalisme ambiant et des identitaires nationalistes. Tous les acteurs ont mis en avant leur volonté de s’ouvrir et faire partager leur culture à l’ensemble du monde et des gens côtoyés.

Le manque de connaissance sur les cultures régionales nous empêche de bien les comprendre et donc de bien défendre ce que l’on représente. Il manque aujourd’hui des chiffres sur la pratique de la langue qu’elle soit parlée, chantée ou récitée. De plus, de part la diversité du territoire occitan, il est plus complexe de défendre cette cause comme le font les corses ou les bretons.

A lire sur le sujet, la revue en langue occitane Aquò d’Aquí : http://aquodaqui.jimdo.com

Crédits photographiques: Embouchure de l’Hérault à Agde et la Mer Méditerranée, 18 March 2007. Fagairolles 34, description physique:  320x 213 pixels . Fonds domaine public  http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Herault_enbouchure.JPG

 


Des bohémiens et de leur musique à Marseille

Babel Med Music débutait hier par une table ronde ouverte à tous sur le thème  « Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder ». Philippe Fanise de l’ARCADE avait choisi de croiser les regards et les  expériences d’ artistes, de programmateurs de festivals, de chercheurs, d’élus et d’acteurs sociaux.

Si vous n’avez pas pu y assister vous pouvez – pour vous mettre en oreille -, commencer par lire Des bohémiens et de leur musique en Hongrie, de Franz Liszt cité dans son introduction par Philippe Fanise.

Dans cet ouvrage, écrit en collaboration avec Caroline de Saint-Cricq, le compositeur hongrois évoque ce répertoire avec une vision romantique qui finalement n’a pas disparue : Outre les auteurs qui ont animé de sentiments conformes à ceux que l’art bohémien exprime, des personnages qui n’ont aucun rapport extérieur avec cette race, et ne sont apparentés à elle que par leurs ineffaçables instincts d’orgueil et de liberté infinie, comme par les mélancolies navrantes qui les poignent: outre les auteurs qui ont pris le Bohémien en qualité de ressort dramatique et de figure étrange, il y eut plusieurs poètes qui, se transportant en idée dans l’un de ce ces individus, essayèrent de surprendre les battements du cœur, les pulsations de sang que provoque une existence comme la sienne, et de nous les redire. Pouchkin intercale dans le poème qu’il leur consacre, et dont la structure est pareille à ceux que Byron nommait a taie, une chanson recueillie par lui de la bouche des Bohémiens de la Russie méridionale, et qui se chante encore parmi eux ; la langue russe donne à ces vers une singulière énergie, par la richesse de ses assonances, par son rhythme rapide et saccadé comme la respiration haletante qui précède le crime (p122).

Justement, la table ronde avait pour objectif de sortir de ces clichés tout en conservant une oreille attentive à la création musicale des roms. Tchoune qui jouait le soir dans un groupe réuni autour des chants sacrés en Provence, Ghista de la fanfare Vagabondu que l’on croise souvent au détour d’une rue marseillaise, Claudio Cavallo Giagnotti qui nous a raconté un peu de la vie des gitans italiens du Salento. Plusieurs projets et festivals autour de la culture rom ont été présentés. Parmi eux, celui porté par l’association Petit à petit en collaboration avec le Museon Arlaten et évoqué Cécile Février devrait aboutir lors de Marseille 2013. « Partage de mémoire gitane » s’inscrit dans une démarche  participative des populations ou dans les comités il y a à les « experts » bien sûr mais aussi les roms présents sur le territoire et un groupe de concertation où tout le monde se rencontre. L’objectif est de former les jeunes à réaliser des collectes auprès de leurs anciens en partant du principe – cher à la convention de Faro – que chacun est expert de sa vie.  Alain Fourest, de « Rencontres tsiganes » nous a fait redescendre sur terre en évoquant les risques d’expulsion constants, dans des conditions inhumaines que vivent les populations roms de Marseille.  Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations, a présenté la politique mise en oeuvre par la Région en direction de ces populations et a annoncé la création d’un centre de ressources sur les populations tsiganes. A cette annonce, le marseillais ne peut que regretter la disparition brutale de la Maison de l’étranger et de son centre de documentation, et penser à la fatigue de  cet éternel recommencement…

Le soir après « le marché » Babel Med redevenait ce lieu où les marseillais peuvent plonger en apnée dans toutes les musiques du monde, en allant d’un concert à un autre. Hier j’avais choisi le combat diatonique, en écoutant cinq samouraïs, voyageurs eux-aussi : Bruno Le Tron (France), Ricardo Tesi (Italie), Markku Lepistö (Finlance), Didier Laloy (Belgique) et David Munnelly (Irlande) ont joué un superbe choral à partir de leurs créations éclectiques et joyeuses, toujours inspirée sdes répertoires de tradition. Leur « unité de combat » internationale n’aurait pu avoir lieu sans une résidence qu’ils ont effectuée à Correns en 2010, un autre lieu encore pour soutenir la création des musiques traditionnelles.

Babel Med Music : dissémination des musiques de la Méditerranée à Marseille

Depuis 2005 se tient à Marseille à la fin du mois de mars et pendant trois jours, un des plus grands marchés mondial des musiques du monde : Babel Med Music. Des professionnels venus de plus de 60 pays utilisent cet « espace marché » pour développer leurs activités, détecter de nouvelles tendances, échanger, découvrir des artistes. Le public marseillais découvre principalement le monde de Babel Med le soir, à travers sa superbe programmation musicale. Cette année encore il sera possible d’aller écouter dans les salles des « Docks des Suds » une dizaine de spectacles tous les soirs et profiter d’une salle de projection dédiée pour visionner des documentaires et des concerts.

Mais la journée, seuls les professionnels de la musique peuvent y entrer : programmateurs, responsables de festivals, musiciens, institutions représentant le spectacle vivant, directeurs de labels, journalistes… C’est tout un monde qui s’active sur les 2000m² qui ont été mis à sa disposition, autour de stands (130 en 2010), de lieux de convivialité créés pour l’occasion et d’un espace de projection. Chaque année, des conférences qui éclairent un angle des musiques traditionnelles sur la région PACA est organisées par le service des musiques et danses traditionnelles et du monde d’ARCADE, souvent en collaboration avec l’IRMA et/ou la FAMDT. Je n’ai pas participé à tous ces rendez-vous mais ceux auxquels j’ai pu assister ont été des moments de rencontre riches et passionnants :  en 2006 il s’agissait d’évoquer l’adoption par l’Unesco de la Convention sur la sauvegarde du Patrimoine immatériel puis l’année suivante c’était la singularité des musiques traditionnelles qui était interrogée à travers un clin d’oeil sous forme d’aphorisme Les musiques traditionnelles ne sont pas un long fleuve tranquille (2007). L’année dernière il était question des « petits lieux » de la diversité (2010).  Cette année Philippe Fanise propose une table ronde sur le thème Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder, thème dont il explicite clairement l’actualité dans son texte de présentation :

« Leurs musiques, Oui ! mais eux, Non ! » En même temps que se manifeste depuis plusieurs années un regain d’intérêt pour les musiques et cultures du monde rom et gitan – musiques gitanes, gypsy music, jazz manouche, ensembles tsiganes, fanfares et tarafs d’Europe orientale, cirque, cinéma – et que l’UNESCO inscrit le Flamenco au Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité, on observe en France et en Europe une recrudescence du rejet et de la discrimination à l’encontre des communautés roms et des « Gens du voyage ».

Cette table-ronde réunit des artistes gitans et roms de familles française, espagnole, russe, roumaine, italienne, des associations culturelles locales, des chercheurs et élus régionaux pour s’interroger sur ce paradoxe qui n’épargne pas la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, espace privilégié de sédentarisation et de passage de nombreux gitans et roms depuis des siècles, terre de flamenco et de rumba, où a lieu chaque année le plus célèbre pèlerinage gitan du monde aux Saintes-Maries de la Mer.

Philippe Fanise animera cette table-ronde où artistes, chercheurs, responsables de festival, élus et acteurs sociaux se rencontreront pour discuter :

– Jean Fernandez, dit « Tchoune », chanteur gitan aixois, interprète du spectacle « Chants sacrés gitans en Provence » produit par Opus 31 (sélection Babel Med Music 2011)

– Claudio Cavallo Giagnotti, chanteur rom de Mascarimiri (Italie du sud). Projet Gitanistan auprès des tsiganes du Salento, (Dilino, Centre des musiques alternatives et de Méditerranée)

– Armelle Audigane, conteuse rom d’origine russe de la Compagnie Audigane, installée dans le Var. Spectacles itinérants de contes et musiques tsiganes.

– Ghitsa Iorga, musicien rom roumain, fondateur de Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie, basée à Marseille.

– Laurence Janner, metteur en scène, et Nicolas Martin, cinéaste, co-fondateurs de Latcho Divano, Festival des cultures tsiganes à Marseille.

– Emilia Sinsoilliez-Iorga, présidente de Bari Bahtali, association marseillaise de promotion et diffusion de la culture tsigane.

– André Gabriel, professeur de musique provençale (Conservatoires de Marseille et Avignon), auteur d’une exposition de santons sur les boumians (bohémiens) dans l’imaginaire provençal.

– Marc Bordigoni, anthropologue, chercheur CNRS à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, auteur du livre « les Gitans » dans la collection «Idées Reçues»

– Alain Fourest, président de Rencontres Tsiganes en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

– Association de lutte contre les discriminations et pour la défense des droits des tsiganes.

– Cécile Février, médiatrice de l’association Petit-à-Petit. Projet « Partage de mémoires tsiganes » à Arles, commandité par le Museon Arlaten en partenariat avec Marseille-Provence 2013.

– Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations.

La rencontre se terminera en musique avec Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie basée à Marseille. Pour y participer, il faut vous inscrire très vite (avant lundi 21 mars) auprès d’ARCADE.

Il y a d’autres rencontres qui sont présentées pendant les trois jours de Babel Med : n’hésitez pas à y aller !

A propos de la sauvegarde du patrimoine immatériel : une demi journée d’information à écouter en ligne

Le 8 décembre 2010, la phonothèque de la MMSH participait à une demi journée de d’information professionnelle sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel organisée parARCADE (agence des arts du spectacle Provence Alpes Côte d’Azur). Un compte rendu avait été publié sur les Carnets de la phonothèque. Désormais vous pouvez aussi écouter en ligne les interventions de Chérif Khaznadar, Charles Quimbert, Dominique Séréna et Véronique Ginouvès. Bonne  écoute !

Compte rendu : une après-midi sur le patrimoine culturel immatériel

Le Zoom Arcade du 9 novembre 2010 sur le patrimoine culturel immatériel était placé sous le signe du flamenco : pour rappeler son inscription en novembre 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, Philippe Fanise avait invité Jean Fernandez dit El Tchoune à ouvrir l’après-midi sur un chant accompagné à la guitare et aux percussions. Joli procédé pour que le public puisse se plonger en quelques instants dans toute la profondeur, l’émotion et la force du patrimoine immatériel. Les conférences en ont recueilli plus d’intensité. En présentant la manifestation, Philippe Fanise a souligné le nombre important de participants, plus d’une centaine, venus de toute la France et issus de  milieux professionnels très différents : le patrimoine culturel immatériel intéresse bien-sûr ceux qui le vivent, mais aussi ceux qui l’étudient, ceux qui le conservent, sans oublier ceux qui le soutiennent… Ainsi, se côtoyaient ce jour là des artistes et des représentants des arts du spectacle, des musées, des associations culturelles, des responsables de DRAC, de parcs naturels, des conservateurs du patrimoine, des archivistes, des bibliothécaires, des enseignants, des chercheurs, des étudiants, des responsables du tourisme… Cette demie-journée s’est avérée extrêmement riche en enseignement puisqu’elle a permis de bien comprendre les enjeux de la convention de l’UNESCO, d’engranger des exemples concrets d’actions locales autour du patrimoine immatériel et de prendre connaissance de projets de valorisation dans le domaine en région PACA.

Pour présenter la convention de l’UNESCO pour le patrimoine culturel immatériel1, Chérif Khaznadar2 a tout d’abord fait le récit de la naissance d’une nouvelle expression, celle de « patrimoine culturel immatériel » : une combinaison de trois termes pour désigner un concept peu ou mal connu. Contre toute attente, l’expression a été adoptée au niveau mondial. Folklore, traditions populaires, patrimoine vivant… depuis le 18e siècle, les appellations se multipliaient, elle se sont trouvées résumées en une seule, institutionnalisée lorsque l’UNESCO a commencé à travailler sur le sujet3. Elle est aujourd’hui entrée dans le langage courant, souvent abrégée en « PCI ». Une belle réussite, car les mots comptent pour que la société civile puisse s’approprier les projets lancés par les institutions ! Dans un pays comme la France, par exemple, où le patrimoine est sacré et où le terme de folklore n’est pas sans provoquer un certain malaise, la création de ce nouveau terme a permis d’effacer un passif et de repartir sur des bases nouvelles.

Au-delà d’une simple lecture, c’est avec clairvoyance que Chérif Khaznadar nous a fait pénétrer directement au coeur des enjeux de la convention – partageant avec générosité sa grande connaissance du terrain4. Revenons en 1972. A ce moment là, la première convention de l’UNESCO concernaient uniquement la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, faisant la part belle aux pays occidentaux. De façon un peu embarrassante, l’Afrique et le Pacifique étaient cruellement absents de cette liste, et ce même après l’ajout de la notion de patrimoine naturel dans la convention. L’immatériel semblait un bon moyen d’ouvrir la porte aux pays du Sud. Le travail de rédaction de la convention a été le fruit d’une longue élaboration qui a permis de faire émerger des questions fondamentales.  Il a abouti à un texte clair et constructif, d’une intelligence rare – c’est Charles Quimbert qui le définira ensuite ainsi – car il permet à chaque acteur de terrain de s’y retrouver. Au moment de l’écriture, les experts pensaient tout d’abord simplement aménager celui de la convention de 1972. Mais très vite il est apparu que ces deux patrimoines matériel/immatériel étaient bien trop opposés : le premier répondait aux critères de valeurs universelles et exceptionnelles avec des notions de hiérarchie et d’authenticité, le second ne pouvait prendre en considération ce type de sélection… Le patrimoine vivant, qu’il s’agisse de musique, de danse, de savoir-faire, de rituel… ne peut se mesurer à un autre. Deux listes ont ainsi répondu à deux postures différentes : lorsque le patrimoine culturel immatériel est en danger il est à sauvegarder (liste de sauvegarde), sinon il est simplement représentatif (liste représentative).5.

Etonnammment les pays signataires ont tout de suite choisi d’inscrire des éléments de leur patrimoine sur la liste représentative. Pour Chérif Khaznadar, cette attitude est pourtant loin de l’esprit de la convention. Lors de la cinquième session du comité intergouvernemental à Nairobi en octobre dernier, les dossiers de la liste représentative dominaient toujours par leur nombre et, pire encore, alors que pour la première fois la session avait lieu en Afrique sub-saharienne aucun dossier africain n’a émargé sur la liste de sauvegarde en 2010. Pourquoi donc tous les pays souhaitent-ils ainsi voir leur patrimoine inscrit sur cette liste ? Chérif Khaznadar n’a pas de réponse à cette question mais pour lui cette liste représentative n’a finalement qu’une valeur d’enregistrement, pour un coût et une charge de travail de plus en plus lourde chaque année. Il a rappelé que l’UNESCO n’avait pas de moyens financiers assez importants pour soutenir tous les projets inscrits et que les fonds allaient en priorité pour le financement de projets de sauvegarde et l’assistance internationale. L’essentiel de la sauvegarde doit s’organiser au niveau national et le soutien financier de l’UNESCO n’est engagé que les pays en voie de développement. La liste « représentative », quant à elle, n’implique aucun soutien spécifique. Pour soutenir et susciter des actions de sauvegarde, et afin que les pays signataires reconnaissent – ou connaissent – mieux leur patrimoine immatériel, l’UNESCO a lancé des actions incitant à la réalisation d’inventaires dont les méthodes sont laissées au choix de chacun.  Ils se multiplient actuellement et certains ont permis de véritables découvertes. Le Vénézuela qui a publié le Censo del Patrimonio Cultural Venezolano et la Colombie qui a mis en place une cartographie musicale, sont deux exemples de réussite de ce type d’inventaire dont il y a beaucoup à attendre.

Parmi les questions de la salle, nombre ont porté sur la question des langues minoritaires, en regrettant qu’elles ne puissent être inscrites sur la liste de sauvegarde en tant que telles. L’UNESCO oeuvre à promouvoir la diversité linguistique et le multilinguisme, l’atlas des langues en danger dans le monde qu’il a publié en ligne en 2009 en est un des exemples ; mais, en effet, dans la convention, la langue est présentée comme un vecteur de communication et ne peut être un élément de dépôt. C’est le contexte dans lequel l’élément à sauvegarder est immergé, ce qui implique la défense des langues. Pour Charles Quimbert, l’entrée de la langue par l’aspect « patrimonial », héritage transmis de génération en génération est vraiment intéressant pour faire vivre les langues : la sauvegarde des paghjelle inscrites dans la liste de sauvegarde en 2009 engage la langue corse dans laquelle elles sont interprétées, il en va de même pour le conte ou encore la transmission d’un savoir-faire. Dans les projets de l’UNESCO il semble qu’il soit question de travailler sur une convention spécifique pour les langues, elle sera attendue avec beaucoup d’intérêt et d’impatience !

Charles Quimbert, chanteur breton et directeur de Dastum, a ensuite présenté, en trois points très concrets, comment les acteurs culturels d’une région se sont emparés d’un outil juridique ratifié par la France, la Convention du patrimoine culturel immatériel, pour faire fructifier leurs actions. Il a tout d’abord expliqué que cette convention arrivait à point dans une Bretagne qui ne se considérait ni nostalgique, ni passéiste, à l’aise dans la mondialisation. Ce texte offrait, en plaçant la personne et les communautés au coeur de la réflexion, de bonnes bases pour réfléchir sur les enjeux de la diversité culturelle et la façon de donner une place aux acteurs et aux témoins. Une journée a été organisée en décembre 2008 : plus de 200 personnes sont venues découvrir la convention et les actions qui pouvaient être menées sous ses auspices. Le fest-noz est une fête vivante, transmise de génération en génération, passé de la sphère privée à la sphère publique, communautaire, intergénérationnel. Les chants à écouter (Gwerz et complaintes) sont en train de disparaître. La demande sera faite d’inscrire le premier sur la liste représentative, les seconds sur la liste de sauvegarde. En conclusion, ce travail régional autour du patrimoine immatériel s’est avéré extrêmement constructif. Il a permis à chacun de s’en saisir. Le comité du patrimoine immatériel en Bretagne est une lieu de réflexion et de rêve… Plusieurs secteurs y sont présents et notamment le monde économique, celui la cohésion sociale, ils ont rarement autant travaillé avec celui de la culture.

Dominique Séréna s’est appuyée sur une présentation historique des musées pour démontrer que ceux-ci peuvent utiliser le patrimoine matériel à bon escient afin de générer du patrimoine immatériel qui ait du sens. Dans le projet de refondation du Museon Arlaten, le parti pris a été de considérer le musée comme un objet patrimonial au même titre que les objets provençaux d’usage réunis depuis plus d’un siècle. Dans ce lieu de mémoire créé par Mistral, chaque objet pourrait – si on savait le faire parler – raconter des traditions vivantes, mais ces objets ont été jusqu’ici empilés dans des vitrines et recouverts de poussière. Dominique Séréna « sauvegardienne », nous décrit avec humour et finesse, les traditions reprises par les multiples discours : ceux des objets, ceux des conservateurs, ceux des habitants, ceux des étiquettes inversées… Elle cite par exemple les reconstitutions grandeur nature de la veillée de Noël – un savoir être ensemble des provençaux qui pourrait très bien être inscrit sur les listes du PCI – que Frédéric Mistral avait fait réaliser pour le musée. Mistral reconstituait alors ce qu’il connaissait de la veillée. Avec le mouvement folkloriste, Marie Gasquet et la revue d’Aubagne, la tradition vint à être normée :  dans la salle calendale il n’y a qu’une petite dizaine de desserts et pourtant chaque année le miracle se produit, les visiteurs en voient toujours 13… Le musée a fermé l’année dernière pour ré-ouvrir en 2014 : comment continuer à le faire vivre entre temps ? Les actions hors les murs sont nombreuses mais il en est une où le patrimoine immatériel est particulièrement valorisé  : le voyage des 10. Dans cette aventure, Guylaine Renaud, femme troubadour, a proposé de travailler autour de 10 objets choisis avec elle par les conservateurs du musée, du vélo de Jeanne Calman en passant par une vitrine judéo-comtadine, la charrette de la Saint-Eloi ou les trompettes de la Saint-Jean…  Pour chacun d’eux, Guylaine Renaud invite un artiste, en résidence itinérante. Chacun va utiliser à la fois ses compétences, ses traditions, sa création, et les objets se mettent à parler.

La phonothèque de la MMSH a présenté le portail du  patrimoine oral, un outil collectif qui permet de rechercher à travers une grande masse critique de documents du patrimoine oral : récits de vie, savoirs faire, contes, chansons, … Voilà l’occasion d’écouter les détenteurs du patrimoine immatériel.  Charles Quimbert est de ceux là, qui nous a chanté J’ai fait l’amour à une brune en clôture de notre après-midi.

Diaporama présenté par la phonothèque de la MMSH lors du Zoom Arcade :

Présentation du programme du Zoom du 8 décembre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3898

Crédits photographiques : Espagne / Danse locale, photographie de Ch. Chusseau-Flaviens, ca. 1908 (plaque de verre, 9 x 12 cm), collection George Eastman House

Etonnammment les pays signataires ont tout de suite choisi d’inscrire des éléments de leur patrimoine sur la liste représentative. Pour SK, cette attitude est pourtant loin de l’esprit de la convention. Lors de la cinquième session du comité intergouvernemental à Nairobi en octobre dernier, les dossiers de la liste représentative dominaient toujours par leur nombre et, pire encore, alors que pour la première fois la session avait lieu en Afrique sub-saharienne aucun dossier africain n’a émargé sur la liste de sauvegarde en 2010. Pourquoi donc tous les pays souhaitent-ils ainsi voir leur patrimoine inscrit sur cette liste ? Chérif Khaznadar n’a pas de réponse à cette question mais pour lui cette liste représentative n’a finalement qu’une valeur d’enregistrement, pour un coût et une charge de travail de plus en plus lourde chaque année. Il a rappelé que l’UNESCO n’avait pas de moyens financiers assez importants pour soutenir tous les projets inscrits et que les fonds allaient en priorité pour le financement de projets de sauvegarde et l’assistance internationale. L’essentiel de la sauvegarde doit s’organiser au niveau national et le soutien financier de l’UNESCO n’est engagé que les pays en voie de développement. La liste « représentative », quant à elle, n’implique aucun soutien spécifique. Pour soutenir et susciter des actions de sauvegarde, et que les pays signataires connaissent et reconnaissent mieux leur patrimoine immatériel, l’UNESCO a lancé des actions incitant à la réalisation d’inventaires dont les méthodes sont laissées au choix de chacun.  Ils se multiplient actuellement et certains ont permis de véritables découvertes. Le Vénézuela qui a publié leCenso del Patrimonio Cultural Venezolano et la Colombie qui a mis en place unecartographie musicale, sont deux exemples de réussite de ce type d’inventaire dont il y a beaucoup à attendre.
  1. Cette convention, promulguée en octobre 2003, est entrée en vigueur en 2006. Elle est ratifiée par 133 pays aujourd’hui. []
  2. Chérif Khaznadar est président de la Maison des Cultures du Monde, vice-président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO []
  3. Lanarani, Leila. « L’avant-projet de convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : évolution et interrogations ». Annuaire français de droit international, 2002, Vol. 48, n°48, pp. 624-656 [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/afdi_0066-3085_2002_num_48_1_3719 []
  4. Cherif Khaznadar a été directeur de la maison de la culture de Rennes pendant 10 ans où il a créé en 1974 le festival des arts traditionnels. Il a ensuite créé la Maison des Cultures du Monde à Paris en 1982 et le centre de documentation sur les spectacles du monde à Vitré. Directeur de la maison des cultures du monde entre 1982 et 2007, il en est devenu président en 2008. Aujourd’hui il dirige la Collection Internationale de l’Imaginaire, co-fondée et co-dirigée jusqu’en 2007  (date de son décès) avec Jean Duvignaud. Le thème principal est celui de l’univers des arts vivants de par le monde, notamment d’un point de vue ethno-musicologique (Babel / Maison des Cultures du Monde). []
  5. Notons également que 90 chefs d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité, « proclamés » en 2001, 2003 et 2005, ont intégré à la liste représentative par le Comité, en 2008 dans un programme précurseur de la convention.  Nous pourrions également ajouter l’existence d’une troisième liste, constituée par le registre de bonnes pratiques. Ce registre répertorie les programmes, projets et activités visant à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel considérées comme les plus pertinents et exemplaires. C’est le Comité intergouvernemental qui les sélectionne périodiquement, parmi les propositions soumises par les États parties, et les promeut en tant que bonnes pratiques de sauvegarde. []

Zoom sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : de la convention de l’Unesco à l’action régionale

Le mercredi 8 décembre 2010 de 14h à 17 h aura lieu à Aix-en-Provence une demi-journée d’information et d’échanges sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.  Cette formation est organisée dans le cadre des Zooms mensuels d’ARCADE  où se donnent rendez-vous les professionnels du spectacle vivant  pour approfondir un sujet d’actualité ou une question de fond pour le secteur de la culture, des arts et du spectacle, tout en créant un espace de rencontre entre professionnels. La journée est gratuite et ouverte à tous mais il est nécessaire de s’inscrire auprès du Centre d’information et de documentation d’ARCADE 04 42 21 78 65 et cid [@] arcade-paca.com. Vous pouvez demander des renseignements complémentaires à Philippe Fanise, responsable du service des musiques et danses traditionnelles et du monde à ARCADE et organisateur de l’évènement : p.fanise[@]arcade-paca.com

L’invité d’honneur en sera Chérif Khaznadar, président de la Maison des Cultures du Monde, vice-président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO. Il présentera la Convention de l’UNESCO adoptée en 2003 et entrée en vigueur en 2006 : ses objectifs et son fonctionnement ainsi que les premiers résultats de son action,  ses effets positifs comme ses effets pervers.  Il reviendra sur les définitions de certains termes comme « conservation » ou « patrimoine culturel immatériel » en délimitant les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel… Enfin, il brossera un tableau de la mise en oeuvre de la convention en France, à l’échelle nationale et régionale.

Un compte rendu de la journée a été rédigé sur Les carnets de la Phonothèque le 13 décembre 2011 ; http://phonotheque.hypotheses.org/4297

Sa conférence sera suivi de trois interventions destinées à illustrer les actions régionales, de Bretagne en Provence avec :

Charles Quimbert , directeur de Dastum, patrimoine oral et musical de Bretagne.
La déclinaison de la convention sur le Patrimoine Culturel Immatériel en Région Bretagne.

Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) : Ecouter le patrimoine immatériel. L’exemple du Portail du patrimoine oral, catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales (FAMDT/BnF)

Dominique Serena, conservatrice du Museon Arlaten (Arles) : Le voyage des 10 ( Hors les murs ). Comment, autour de la rencontre entre 10 objets du musée et 10 artistes créateurs, le patrimoine matériel inspire le patrimoine immatériel.

Le programme : http://www.arcade-paca.com/index.php?id=675

Crédits photographiques : Musique de rue pour un baptême à La-Paz, 28 août 2005, Véronique Ginouvès.