Archives par mot-clé : archives des ethnologues

Les nouveaux paradigmes de l’Archive, 21 octobre

Le prochain séminaire des Nouveaux paradigmes de l’archive, se tiendra en visio-conférence. Il est organisé en collaboration et avec le soutien du Labex Hastec, du Dicen-idf Cnam Paris, des Archives Nationales et du centre Jean Mabillon de l’Ecole Nationale des Chartes. La thématique portera sur la conservation des données de la recherche : état de l’art, labels et processus de professionnalisation. Continuer la lecture de Les nouveaux paradigmes de l’Archive, 21 octobre

Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?

Le 22 avril dernier a eu lieu la 6ème séance du programme interlaboratoires “Archives de la recherche” à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) durant laquelle il a été question des collections documentaires des études africaines contemporaines, leur collecte, leur conservation et leur diffusion. Cette matinée a été notamment l’occasion d’une intervention de Jean-Pierre Olivier de Sardan autour de la question, qui le concerne personnellement, “Pourquoi un chercheur dépose-t-il ses archives et pour qui ?”.

En effet, en 2017, l’anthropologue africaniste Jean-Pierre Olivier de Sardan a fait don d’une partie de ses archives à la MMSH. Cette démarche s’est accompagnée de la la volonté d’en produire une copie numérique à transmettre au LASDEL, le Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local qu’il a contribué à fonder en 2001 à Niamey au Niger. Ses réflexions sur la conservation des archives de la recherche, leur partage et la possibilité de collaborations entre les laboratoires de recherche en France et en Afrique s’appuyait donc sur une expérience concrète. Continuer la lecture de Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?

Fédérer des ressources pour les études sur les mondes africains, 22 avril, MMSH

La 6ème séance du programme inter laboratoires « Archives de la recherche » de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), s’intéresse aux collections documentaires des études africaines contemporaines. Cette matinée (en distanciel) nous donne l’opportunité d’aborder tous les types de matériaux qui sont accessibles à la médiathèque de la MMSH sur le domaine, de réfléchir aux modalités d’acquisition et aux grandes orientations qui vont permettre de développer ces fonds et faciliter l’accès aux utilisateurs. L’objectif est également de mieux appréhender comment il serait possible de s’engager dans des collaborations avec les laboratoires de recherche spécialisés dans le domaine en France et en Afrique.

Pour rappel, le séminaire est ouvert à tou·te·s,  sur inscription1

Programme de la matinée, 22 avril, 9h-12h30 :

Jean-Pierre Olivier de Sardan, anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS, a fait don d’une partie de ses archives à la MMSH tout en œuvrant pour qu’une copie numérique documentée soit déposée dans un laboratoire au Niger qu’il a contribué à fonder le LASDEL, Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Continuer la lecture de Fédérer des ressources pour les études sur les mondes africains, 22 avril, MMSH

  1. Pour vous inscrire au séminaire, il suffit d’,envoyez un courriel à veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr, un lien “zoom” vous sera transmis. []

Faudrait pas nous prendre pour des indiens !

Les étudiant·e·s de Master 1 “Métiers des archives et des bibliothèques. Médiations de l’histoire et humanités numériques” viendront visiter la médiathèque de la MMSH mardi 20 octobre prochain. L’occasion de réfléchir sur la façon dont on indexe et archive les fonds de chercheur et en particulier celui de l’ethnologue Jean-Pierre Olivier de Sardan qui  déposé ses enregistrements et ses films à la phonothèque de la MMSH. Continuer la lecture de Faudrait pas nous prendre pour des indiens !

Sur les traces de Charles de Foucauld

Il suffit de feuilleter la thèse de Marceau Gast pour mesurer l’influence de Charles de Foucault (1858-1916), explorateur, religieux catholique et spécialiste de la culture touarègue, sur ses recherches dans le sud du Sahara1. Marceau Gast en a même traduit et édité plusieurs textes dans l’ouvrage Textes touaregs en prose, illustrés de quelques-unes de ses propres photographies2.

Continuer la lecture de Sur les traces de Charles de Foucauld

  1. Marceau Gast, Alimentation des populations de l’Ahaggar, étude ethnographique, Mémoire du CRAPE VIII., Paris, AMG, 1968, p. 111, 197, 254, 310, 346. Marceau Gast cite à de nombreuses reprises le dictionnaire du père de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, dialecte de l’Ahaggar, imprimerie nationale de France, 1951 []
  2. Charles de Foucauld, A. de Calassanti-Motylinsky, Salem Chaker, Hélène Claudot et Marceau Gast, Textes touaregs en prose, Aix-en-Provence, Edisud, 1984. []

Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

L’ethnologue Marceau Gast a déposé les sources sonores de sa recherche en 2004 à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Science de l’Homme1. Il souhaitait ainsi en assurer la numérisation et la conservation dans un lieu adapté, pour garder une trace visible de sa recherche et de ses méthodes et obtenir des copies des enregistrements pour ses témoins ou leurs familles2. La détérioration rapide des supports analogiques en rendait prioritaire la numérisation et le traitement documentaire. Malgré plusieurs difficultés le traitement des archives sonores est presque terminé3. L’inventaire des corpus sonores riches de 160 heures est disponible sur la plateforme Calame et les enregistrements sont diffusés sur Ganoub, la base de données de la phonothèque ; restent encore à traiter des milliers de photographies et 12 carnets de terrain4.

Carte géographique du Sud du Sahara avec indication des lieux de collecte des photographies, des enregistrements sonores et des carnets de terrain.

Continuer la lecture de Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

  1. Marceau Gast, décédé en 2010,  était directeur de recherche au CNRS, d’abord membre puis directeur de l’ancien laboratoire LAPEMO, puis membre de l’IREMAM. []
  2. Au moment du dépôt par Marceau Gast en 2004, sa demande la plus pressante a été que la phonothèque réalise des copies sur cassettes à partir des fichiers numériques issus des bandes originales : en effet, d’après lui, ses témoins touaregs utilisaient encore des cassettes audios sur leurs postes portables et c’est le support qu’il pensait le plus simple pour leur diffusion sur place. La phonothèque lui a également fourni, toujours à sa demande, des copies au format cédés pour d’autres témoins qui préféraient ce support. []
  3. Les trois difficultés principales étaient de (1) repérer des locuteurs en langue tamahaq car  ils.elles étaient peu nombreux dans l’environnement direct de la phonothèque, (2) le temps incompressible que demande le l’analyse documentaire et (3),  pour la dizaine de cassettes des derniers enregistrements, la collecte des informations dispersées à retrouver et la vérification de l’intérêt de traiter les “scories” qui ne faisaient pas partie du corpus. []
  4. Les photographies du chercheur ainsi que ses carnets de terrain sont actuellement conservées dans les bureaux de l’association des Amis de l’Encyclopédie Berbère à la MMSH. La phonothèque détient uniquement des copies numériques. Une partie des carnets de terrain est valorisée sur la plateforme Transcrire et plusieurs photographies sont accessibles sur MédiHAL. La bibliothèque de Marceau Gast est conservée à la médiathèque de la MMSH. []

Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

Au moment où la question des collections semble être au coeur de nombre de réflexions1 le Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente  cet été une exposition centrée sur les siennes, profitant de la thématique pour revenir sur l’histoire de l’institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse…  Finalement, la notion de collection est-elle toujours pertinentes pour interpréter notre présent ? Comment montrer l’objet sans l’enfermer dans une logique chronologique, géographique, ethnique ou fonctionnelle ? Comment valoriser une collection sans se limiter à exposer le chef-d’œuvre que l’on sait qu’elle renferme  ? Ce retour sur les collections est aussi une façon de rappeler que les regards qui sont portées sur elles au fil du temps, mais aussi avec eux les démarches de ceux qui les ont constituées ou les objets qui les ont constitués, n’ont cessé de se transformer…

Mobile à base d'étiquettes d'objets au musée de Neuchâtel

Continuer la lecture de Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

  1. Outre l’école d’été l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée en juillet 2019 par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), rappelons que le 145ème congrès du CTHS en avril 2020 aura pour titre Collecter, collectionner, conserver. []

Mexico, 24-29 juin : la phonothèque aux DH2018

La phonothèque représentera l’équipe du Consortium des ethnologues lors du congrès international Digital Humanities 2018 à Mexico, du 24 au 29 juin prochain.  Les organisateurs du congrès ont choisi l’image des ponts (bridges/puentes) qui se retrouve dans les différentes interventions. Ainsi, lors d’une première session intitulée Building Bridges With Interactive Visual Technologies1 sous la présidence d’Adeline Joffres, responsable de la coopération internationale à Huma-Num, les travaux réalisés en partenariat avec le consortium 3D-SHS dans le cadre du projet H2020 PARTHENOS seront notamment présentés. Dans ce panel seront présents, outre le consortium Archives des ethnologues, ceux de Cahier, Corli et Masa sous le titre communThe Impact of FAIR Principles on Scientific Communities in (Digital)Humanities. An Example of French Research Consortia in Archaeology, Ethnology, Literature and Linguistics. Leurs différentes expériences et les usages des principes du FAIR y seront présentés. Venez les écouter, jeudi 28 juin, de 11h à 12h30, Mexico City au Sheraton Maria Isabel (salle Constitución C).

En avant première, voilà le titre et le résumé de l’intervention collective du Consortium des ethnologues : Continuer la lecture de Mexico, 24-29 juin : la phonothèque aux DH2018

Parcourir l’Iran à travers les archives de Christian Bromberger

Christian Bromberger, ethnologue, professeur émérite à l’université de Provence et ancien directeur de l’IDEMEC et de l’Institut français de recherche en Iran, a déposé à la phonothèque de la MMSH une partie des sources de sa recherche en Iran. Un premier corpus sonore, enregistré au début des années 1970 dans le cadre de sa thèse, porte sur les modes de vie et musiques traditionnelles du Gilan et le Turkmen-Sahrâ (zone nord de l’Iran). Ils donnent à entendre, souvent en gilaki, en turkmène ou quelquefois en persan, des récits de la vie quotidienne en Iran au début du 20ème siècle, comme les caravansérails ou les codes vestimentaires, mais aussi des chants et des morceaux musicaux. Ces archives sonores sont entièrement en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH.
Continuer la lecture de Parcourir l’Iran à travers les archives de Christian Bromberger

Archives en bibliothèques. Regards croisés, chercheurs et professionnels

Ces journées d’étude constituent la deuxième rencontre du projet Archives en bibliothèque. Elles s’intéressent aux papiers savants, entendus comme l’ensemble des documents de toute nature produits ou rassemblés par un savant (de l’érudit du XVIIe siècle au chercheur du XXIe siècle), qui sont aujourd’hui conservés dans des bibliothèques. Elles questionnent la façon dont la bibliothèque “archive” ce qui a déjà été, d’une certaine manière, archivé par le savant et à rebours évaluent la possibilité de « remonter l’archive », en identifiant les enjeux et les méthodes d’une histoire régressive de ces fonds. Continuer la lecture de Archives en bibliothèques. Regards croisés, chercheurs et professionnels