Archives par mot-clé : archives scientifiques

Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

C’est la question posée par Jean-François Bert lors du séminaire intitulé Histoire comparée des sciences sociales : une approche matérielle qui a eu lieu à l’EHESS de Marseille à La Vieille Charité, le 19 janvier 2017. Il était convié par Christelle Rabier, Maîtresse de conférences à L’EHSS, à l’occasion de la sortie de son ouvrage  Une histoire de la fiche érudite, Lyon, Presses de l’ENSSIB, janvier 2017. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

Le CNRS fait entendre la musique du monde !

Au cours du mois de décembre , quatre laboratoires du CNRS1 donnent à entendre leurs archives sonores à travers l’Europe sur Europeana Music grâce au projet Europeana Sounds : http://www.europeana.eu/portal/fr/collections/music

Vous pouvez écoutez ainsi, suivant vos choix du moment, Continuer la lecture de Le CNRS fait entendre la musique du monde !

  1. L’équipe du CREM – Centre de recherche en ethnomusiocologie de Nanterre (LESCMAE), le CRESSON –  le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain, équipe grenobloise du laboratoire AAU, le LAHRA – Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) USR2128. []

Une découverte entre les archives

Du 18 avril au 17  juin j’ai fait mon stage à la phonothèque de la MMSH. Je ne savais pas trop ce qui m’attendait : je suis étudiante en master de tourisme, langues et patrimoine – aire arabe-musulmane à Aix-Marseille Université, les archives étaient un univers qui m’était inconnu.  Je me suis dis que c’était l’occasion d’explorer un patrimoine sur l’aire de la méditerranée, ce qui m’intéresse et je n’ai pas été déçue ! Après mes études, je voudrais devenir une reporter de voyage ma responsable de stage m’a confié la réalisation d’un « Foto giornale » de mon stage…. l’occasion aussi de dresser un portrait de l’équipe de la phonothèque à la période d’avril, mai et juin 2016.

J’espère que ce diaporama vous donnera une bonne idée de ce qui se fait à la phonothèque et de la force du travail d’équipe, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Donatella Mistretta

Crédits photographiques : image à la une photographie (sélection) de Serge Mercier « Chaîne de numérisation à la phonothèque de la MMSH, 2011 » CC-BY-NC-SA, photographie du diaporama de Donatella Mistretta, CC-BY-NC.

Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

Dans le cadre du Master 1 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », j’ai eu l’occasion de découvrir et de travailler autour des Postes de Consultation Multimédia de l’Institut national de l’audiovisuel. Depuis janvier 2016, deux PCM sont disponibles à la médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Ils offrent un accès exceptionnel aux archives du patrimoine audiovisuel français. Le 27 juin 2016, la journée de découverte « Visual Studies et Méditerranée »1 a officiellement inauguré ces postes Les interventions des chercheurs et des professionnels du monde de l’audiovisuel ainsi que l’atelier pratique ont permis de décliner les usages des PCM. Cette rencontre met en perspective l’exploitation du dépôt légal de l’Ina dans le cadre de la recherche en Sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années 1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm [] []

Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

En stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, dans le cadre de mon Master 2 Archives et Images à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès1, j’ai été chargée du traitement documentaire de la collection de témoignages des Français expatriés au Liban en 1975, rattachés au fonds d’archives orales Jean Métral.Celui-ci a rapidement induit pour des questions de droits d’utilisations et de diffusions, une recherche des témoins dont les voix avaient été enregistrées à Beyrouth dans le cadre de la recherche de Jean Métral, entièrement inédite. De fait, je suis devenue en tant qu’archiviste et grâce à des recherches croisées sur différents critères et sur les orientations de la veuve du chercheur, l’« archéologue » de biographies individuelles enregistrées en 1975. Continuer la lecture de Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

  1. Ce stage a été financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) et s’est déroulé sur 3 mois, du 11 avril au 22 juillet 2016 []

Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

Des enregistrements en 1975 à                        leur traitement documentaire en 2016

Le fonds des portraits des expatriés français au Liban en 1975, ne représente en réalité qu’un volet sur trois des recherches menées par Jean et France Métral. Le premier volet de leur recherche était une étude statistique menée à partir de 8000 fiches de Français expatriés détenues par l’ambassade de France à Beyrouth. Cette étude, rendue aux autorités libanaises en 1975, a disparu au moment du pillage et de l’incendie qui a détruit l’Administration centrale de la statistiques. Les chercheurs, rentrés en France en juillet 1975, apprirent leur disparition le mois de septembre suivant. Le deuxième volet de l’étude était constitué de témoignages des Français expatriés, enregistrés par le couple de chercheurs en collaboration avec Alain Battegay1. Interrompu par la Guerre civile du Liban survenue en mai 1975, les entretiens n’ont pu tous être menés sans que l’on puisse évaluer combien il en manquait. Quant au troisième volet, l’analyse des institutions françaises de Beyrouth, celui-ci n’a pas du tout pu être commencé. Continuer la lecture de Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

  1. Alain Battegay était alors en coopération militaire à l’Université Libanaise de Beyrouth, rattaché à l’Université de Lyon, il a été ensuite rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) à Aix-en-Provence de septembre 2006 à juin 2016.  []

Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Ils étaient coopérants militaires enseignants à l’École supérieure des lettres, homme d’affaires amené à voyager dans tout le Moyen-orient, cadre de la banque de l’Organisation des Nations Unies, ingénieur dans l’industrie des métaux chez Sidem, pères jésuites arabisants, chroniqueur sportif franco-libanais, avocat installé depuis plusieurs décennies au Liban…  En 1975, Jean Métral a enregistré 65 portraits de Français qui évoquent leur expatriation puis leur intégration au Liban, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis Français et Libanais. Ce sont autant de regards posés sur une société libanaise où, à cette période, des tensions séparent de plus en plus les différentes communautés et où l’élite libanaise réclame une entière autonomie.



Continuer la lecture de Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Contextualisation d’un corpus sonore : Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros.

Le forum de la Méditerranée, organisé à Marseille avec le soutien du LabexMed, a donné l’opportunité à la phonothèque de la MMSH de présenter, le corpus sonore des Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros, accessible en ligne sur le portail Europeana. Sur ce billet vous trouverez le diaporama de l’intervention que fera l’après-midi du  18 mars 2016 l’équipe de la phonothèque (Véronique Ginouvès, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis). Il est accompagné de différents documents qui vous permettront de mieux comprendre le contexte de production de ce corpus.

Bonne lecture, bonne écoute !


Ci-dessous, vous pouvez écouter l’extrait sonore proposé pendant la présentation (Cf. diapositives 4 & 5) :

Consulter la carte des villes d’origine des réfugiés en Asie-Mineure (Turquie actuelle) :

 

En complément des notices documentaires des entretiens en langues française et grecque, plusieurs billets offrent des éclairages thématiques transversaux :

Crédits photographiques : Port de Smyrne vers 1920, domaine public. Page 30 de l’ouvrage Greece de Puaux, René et Brown, Carroll N. (Carroll Neidé), publié pour la « Greek Government Exhibition », collection de la bibliothèque du Congrès. 

La phonothèque de la MMSH au Forum Méditerranée le 18 mars 2016

Le 18 mars 2016 à 14h, l’équipe de la phonothèque sera présente au Forum de la Méditerranée, qui se tiendra à Marseille du 17 au 19 mars à la Villa Méditerranée et au MuCEM.
Ce forum des études méditerranéenne est piloté par le LabexMed, en collaboration avec les labex ArcHiMedE, OT-Med et Resmed, et en partenariat avec le MuCEM. Il a pour but de présenter les projets développés par les laboratoires d’excellence dans le champ des sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée.

Le forum s’organise en 8 sessions thématiques déclinées ainsi :
Session 1 – Systèmes productifs, circulations,interdépendances, évolutions
Session 2 – États, droits, appartenances
Session 3-1 – Humanités numériques et Méditerranée – Espace
Session 3-2 – Humanités numériques et Méditerranée – textes et archives
Session 4 – Patrimoines : enjeux, pratiques,représentations
Session 5-1 – Religions et pratiques sociales –Espaces sacrés et rites : archéologie,production et transmission
Session 5-2 – Religions et pratiques sociales –sources écrites : interprétations et controverses
Session 6 – Savoirs et langages
Session 7-1 – Environnement, sociétés,territoires – Vulnérabilité et transformations environnementales
Session 7-2 – Environnement, sociétés,territoires – Étude des écosystèmes
Session 8 – Exposer la Méditerranée :recherches et musée

La communication de la phonothèque s’inscrira dans le cadre de la session 3-2 : « Humanités numériques et Méditerranée – Textes et archives » qui se tiendra le Vendredi 18 mars 2016, 14h00-17h00 (Villa Méditerranée, salle 1). Elle représentera le LabexMed en mettant à l’honneur le corpus sonore des “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922” à travers une communication intitulée “La catastrophe d’Asie-Mineure : usages scientifiques et mémoriels d’un corpus d’archives sonores” et présentée par Véronique Ginouvès, Ariane Néroulidis et Hélène Loukou.

Milad Doueihi (Université    Paris    Sorbonne – Université    de    Laval) sera le modérateur de cette séquence de l’après-midi, riche en présentation de projets numériques :

  • Robert Alessi (Orient    &    Méditerranée / Resmed) Réalisation    en xml d’un lexique grec-arabe-grec ;
  • Didier Alexandre (Université     Paris-Sorbonne / Obvil) : Mesures  de  la Méditerranée dans les corpus littéraires français (1750-1950) ;
  • Sébastien Biston-Moulin (CFEETK / ArcHiMedE) : Le     projet     Karnak : Système d’Indexation des  textes hiéroglyphiques ;
  • Muriel Debié (IRHT / Resmed)) : Voyager dans les manuscrits    syriaques  de  la Méditerranée orientale hier et aujourd’hui :    disciplines de l’érudition et humanités numériques.
  • Véronique Ginouvès, ArianeNéroulidis, Hélène-Giorgiana Loukou (USR 3125 / LabexMed) : La catastrophe de  Smyrne : usages    scientifiques et  mémoriels d’un corpus d’archives    sonores ;
  • Isabelle Régen (ASM / ArcHiMedE), OlivierOnézime et Gaël Pollin (IFAO / ArcHiMedE) : Apports de la photogrammétrie à la documentation des monuments pharaoniques : le cas de la tombe-bibliothèque du prêtre Padiaménopé (Thèbes, 7es. av. J-Chr.) ;
  • Frédéric Servajean (ASM / ArcHiMedE) : VÉgA : vers une pratique    collaborative    de    la    lexicographie à l’ère du numérique ;
  • Daniel Stoekl Ben Ezra (Orient & Méditerranée / Resmed) : CT-Mishna : un    projet    d’édition    numérique    d’un texte    juridique de l’Empire romain.

Retrouvez le programme intégral (en PDF) et le résumé des communications (également en PDF) sur le site officiel de l’événement.

Crédits photographiques : Vue en reflet du MuCEM, Ariane Néroulidis, janvier 2016, CC BY NC

FREDOC 2015 – Les évolutions du métier de phonothécaire

Les FRéDoc – Formation des Réseaux de la Documentation – se sont déroulées dans le magnifique Domaine Saint Joseph à Sainte-Foy-Lès-Lyon du 29 septembre au 2 octobre 2015. Le thème de la 9ème édition de ces rencontres était : “Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions de l’IST”. L’équipe de la phonothèque de la MMSH (Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) et Françoise Acquier resposnable du centre de documentation du CRESSON – Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement Urbain- de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture à Grenoble ont été sollicitées pour y animer une conférence et un atelier.

L’objectif de ces interventions était de présenter les évolutions du métier de phonothécaire à travers l’émergence de nouvelles pratiques à l’œuvre dans le traitement des archives sonores à la Phonothèque de MMSH, résolument tournée vers l’interopérabilité et au CRESSON, centré sur la spatialisation des sons.

L’ intervention orale en plénière a tout d’abord posé les enjeux de la valorisation des archives sonores de terrain : les relations avec les chercheurs, les questions d’éthiques et de droit, les bonnes pratiques à transposer dans chacun des cadres, la valorisation des fonds au sein de plateformes nationales et européennes, la nécessaire formation aux différents outils documentaires.

L’ atelier, intitulé : « De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores », a apporté un éclairage pratique à la conférence.

L’objectif de cette séance de travail collective, d’une durée de 1h30, était de produire une carte mentale à partir du cycle du traitement des archives sonores du dépôt à la valorisation et ainsi partager nos pratiques documentaires quotidiennes.

L’atelier a réuni 13 participants motivés, mis en situation d’écoute avec la diffusion de deux enregistrements issus du fonds des archives sonores de la MMSH. Ces deux extraits ont été écoutés à partir de la plateforme Internet archive, dont les services ont été présentés en début de séance.

Le premier extrait choisi, était un entretien tiré du corpus « Les savoirs de la nature dans la vallée de la Roya » durant lequel l’informatrice, native de Breil-sur-Roya, donne la recette de la tourte à la bourrache, enregistrée en 1982. Cet entretien a donné lieu à une valorisation sur les Carnets de la Phonothèque qui met en avant une recette chaque dernier lundi du mois.


Le deuxième extrait choisi était tiré du corpus “Voix publiques et environnements sonores dans un quartier populaire de Naples”, qui donne à entendre un “paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouent dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural”. Cet extrait se rapproche davantage des ambiances urbaines archivées au Cresson. L’entretien est intitulé « Série d’appels aux poissons d’un marchand en dialecte de Puozzoli à Naples ».

Après une session d’écoute, les participants ont fait part de leurs premières réactions face à ce type d’archives, peu familier aux participants. Plusieurs questions ont d’ailleurs porté sur la réception de ces archives (« A qui s’adresse ce type d’enregistrement ? » ou encore « Qui est le client ? ») .

Nous avons rappelé, au-delà du caractère patrimonial de ces archives, leur importance en tant que source de la démonstration scientifique et le rôle de la phonothèque en tant que lieu de dépôt pour les chercheurs qui travaillent à partir d’enregistrements de terrain. Nous avons également expliqué l’intérêt de la mise à disposition de telles sources pour d’éventuelles réutilisations dans le cadre de nouvelles recherches. Enfin, nous avons signalé combien le grand public peut être intéressé par ce type de document, qu’il s’agisse d’artistes qui peuvent les utiliser pour des créations, des conservateurs de musées pour des expositions, de simples auditeurs qui vont s’intéresser au thème, au lieu, à la période ou à la communauté dont il est question.

La question « Qu’est-ce qu’on archive ? Y a-t-il des critères de sélection ? » a été posée. Comme dans toute archive, les phonothèques peuvent opérer des sélections dans les collections qui sont déposées. En particulier, les sources sonores déposées doivent être documentées et en lien avec un programme de recherche. Toutefois, lorsqu’un chercheur dépose son fonds, la totalité des sources sont conservées dans leur intégrité car elles constituent une preuve dans le processus de recherche et donc des éléments clés dans le processus l’évaluation par leurs pairs.

Les participants se sont également interrogés sur notre démarche en tant que phonothécaire : « Allons-nous à la rencontre du chercheur ? » Nous avons expliqué que si le chercheur est soucieux de conserver la source qui est à l’origine de sa recherche, il est néanmoins nécessaire de le sensibiliser aux démarches de traitement / valorisation pour en assurer l’accessibilité. Le dispositif mis en place par la phonothèque, qui prend en considération les questions juridiques et éthiques, correspond à son attente. Par exemple au CRESSON, l’outil Cartophonies qui géolocalise les enregistrements sonores, est apprécié des commanditaires de recherche qui demandent la mise en ligne des enregistrements sonores comme livrable de la recherche financée. Ainsi les chercheurs sont amenés à prendre en compte la durée de traitement de leurs archives dès le début de leur contrat de recherche.

Les participants se sont montrés très curieux des motivations pour le dépôt : « Quel intérêt pour le chercheur ? A qui cela sert-il ensuite ? » Aux chercheurs d’une même discipline ? Il s’avère que les données de la recherche ne sont pas cloisonnées par discipline et peuvent être réutilisées dans d’autres champs d’études. La réutilisation de ces archives est ouverte. Une réflexion collective est menée depuis plusieurs années à l’initiative de la phonothèque de la MMSH sur les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation des données en sciences humaines et sociales. Ce travail est publié régulièrement sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org.

Nous avons également eu une question sur les éléments de contexte: « Le chercheur doit-il fournir des informations en complément pour permettre une meilleure intelligibilité des archives ? » En réalité l’apport de ces éléments est assez inégal suivant les cas, d’où l’importance du dialogue avec le chercheur qui est primordial pour la contextualisation de l’archive. Au CRESSON, il est cependant difficile de remobiliser les chercheurs sur des archives sonores anciennes lorsqu’elles sont peu documentées.

Suite à cette première vague de questions, les participants ont été scindés en 3 petits groupes, afin de favoriser les échanges et de produire une carte mentale.

La restitution collective a permis de dégager les éléments récurrents dans l’analyse des différents groupes. La production sous forme graphique a permis d’identifier plusieurs axes d’analyse.

Carte mentale

Tout d’abord, les participants ont séparé les éléments de contexte, (type de projet, équipe de chercheurs, déposant…) des métadonnées descriptives propres à l’enregistrement (titre, auteurs, date, durée, langue…). Une question était de savoir si ces métadonnées sont prédéfinies par le chercheur ou bien élaborées par l’archiviste ? Pour le titre de l’enregistrement par exemple, au CRESSON il est défini par le chercheur, tandis que pour la MMSH il est élaboré au moment du traitement documentaire.

A propos du catalogage des archives se pose la question des normes et standards. Comme tout type de données, les données sonores respectent des standards internationaux. Le Guide des bonnes pratiques pour le traitement documentaire des archives sonores inédites spécifie comment on peut transposer les standards existants au son. Ce document de référence est le fruit de la collaboration entre plusieurs centres d’archives. A la phonothèque de la MMSH, les métadonnées peuvent être exposées en DC (Dublin Core), EDM (Europeana Data Model) et EAD (Encoded Archival Description).

A ensuite été abordée la question des formats et leur lisibilité. Le format de diffusion utilisé comme le format .mp3 a été distingué du format d’archivage utilisé comme le format .wav, avec la question de l’archivage pérenne encadré par le CINES.

Le contenant (ici le support) a également été distingué du contenu (de l’enregistrement), sachant que désormais on traite des enregistrements nativement numériques. Le stockage des données se fait désormais sur des serveurs stockés de manière interne et externe, grâce aux services proposés par Huma-Num.

Enfin, les participants se sont interrogés sur les questions juridiques et éthiques avec la question des données sensibles et du droit d’auteur. Il a également été question des contrats, qui sont de deux types : contrat enquêteur/informateur et contrat enquêteur/phonothèque. Nous avons ici précisé que la base de données de la phonothèque était déclarée à la CNIL.

Le sujet des archives sonores a fait des émules parmi nos participants. Certains détiennent dans leur laboratoire des fonds d’enregistrements sonores de chercheur et souhaiteraient les exploiter en passant par une reconnaissance documentaire qui suivraient les bonnes pratiques de traitement. Nous pourrions bientôt écouter de nouveaux témoignages de résistants ou encore des entretiens de sociologues spécialisés dans le monde contemporain et ce, grâce à cet atelier de sensibilisation.

En guise de synthèse, voici une carte mentale récapitulant les différentes étapes du traitement des archives sonores au CRESSON:

 Traitement_archives_Cresson

 

Consulter le Storify de notre intervention :

Crédits photographiques : Brain-storming des participants, le 30 septembre 2015, Sainte-Foy-lès-Lyon. Photographie d’Ariane Néroulidis pour l’image à la Une et de Gambette38 on twitter pour l’illustration . Pas de restrictions de droits.