Archives par mot-clé : Beyrouth

Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

Du 28 au 30 mai 2019 s’est tenu à Beyrouth un colloque international intitulé : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk1.

Introduction au colloque "Nouvelles archives numériques au Proche-Orient" à la BnL

En prenant comme objet les « nouvelles » archives numériques, ces deux journées ont présenté un état des lieux des collections dans des centres de ressources des deux côtés de la Méditerranée et ont interrogé les archives du point de vue des acteurs (des institutions aux activistes), des disciplines (linguistique, anthropologie, histoire, géographie, musicologie, sociologie, philosophie, archéologie) et des méthodes (archivages des supports, archivage du web, archivage sur le long terme) tout en mettant en avant leur intérêt heuristique et les enjeux de leur partage.

Salle de lecture de la bibliothèque nationale du Liban.

Continuer la lecture de Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

  1. Les directrices et directeurs des institutions qui ont financé le projet et le directeur de la Bibliothèque nationale du Liban ont, dans leurs allocutions d’ouverture, su rappeler les éléments essentiels pour la mise en place d’un véritable partage des données. Hassan Al Akra, directeur général de la Bibliothèque nationale du Liban, qui accueillait la première journée du colloque dans une bibliothèque toute nouvelle, inaugurée le 4 décembre dernier après quarante-deux ans de fermeture. Il est revenu sur la nécessité de la constitution de collections dans son pays. Il a également pris le temps d’effectuer la visite de cette nouvelle bibliothèque et faire découvrir les nouveaux outils mis à la disposition des publics  ; Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français au Liban, a mis en avant la capacité des acteurs de cette aire géographique de mettre en place des collaborations intellectuelles et de partager les savoirs ; Michel Mouton, directeur de l’Institut français du Proche-Orient, a mis en avant les collaborations recherche entre les acteurs du Moyen-Orient, en particulier la participation à au programme ANR Shakk, mais aussi des institutions françaises comme la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme dont la directrice, Sophie Bouffier a présenté les outils mis en place et souligné l’importance des collaborations. []

Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web

Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie, Beyrouth, 29-30 mai 2019 (programme mis à jour, informations et inscriptions : https://nanpo.sciencesconf.org)

أرشيفات رقمية جديدة في الشرق الأدنى: الصوت والصورة والأفلام والويب

تحديات تبادل البيانات الميدانية في لبنان والأردن وسوريا

محاضرات وجلسات نقاش باللغة الفرنسية مع ترجمة فورية للغة العربية

المدخل مفتوح للجميع بعد التسجيل: nanpo@sciencesconf.org

برنامج المؤتمر باللغة العربية

Continuer la lecture de Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web

2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

2018 aura été une année pilote, qui a démontré que le dispositif de la phonothèque, adossé aux principes du FAIR, est fonctionnel et efficace. Pendant plus de cinq mois, l’équipe de la phonothèque a travaillé sans sa responsable qui a obtenu une mobilité professionnelle à l’étranger.  L’activité était intense mais, en s’appuyant sur le dispositif mis en place, Hélène Giudicissi1 et Claire Grégoire2  – outre le travail d’accueil du public, toujours plus nombreux, et du traitement documentaire quotidien –  sont intervenues dans plusieurs colloques et journées d’étude. Elles ont aussi organisé le travail de 14 stagiaires, venus d’horizons divers, qui souhaitaient découvrir les archives sonores et à apporter leur contribution au traitement et à la valorisation des fonds. Elles ont été également soutenues ponctuellement par deux bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, Mathilde Bresc3 et Christian Champaloux4. Enfin, avec l’équipe, plusieurs chercheur.e.s ont participé à l’archivage de leurs données sonores. Merci en particulier à Hélène Claudot-Hawad, de continuer à faire converser les “nouveaux luthiers” avec les anciens comme les amateurs de violon sur Les carnets de la phonothèque.

Ainsi 2018 a été joyeuse et formatrice : ce travail collectif s’appuie sur un système ouvert et structuré, qui respecte les principes du FAIR5 offrant de merveilleux cadeaux de réusages pour le partage – au-delà du traitement documentaire des archives sonores – d’une méthode de travail compréhensible, claire et efficace.

2018 est aussi l’année d’un ancrage profond des archives sonores dans les données de la recherche avec trois signes forts : la publication d’un ouvrage sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, l’accomplissement du traitement du fonds de l’ethnologue Annie Hélène Dufour et la multiplication des thèses sur la question des sources sonores et de leur ré- usage.

Le guide de bonnes pratiques : 2018 se termine avec la publication d’un ouvrage collectif : le Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est paru en version papier en novembre aux Presses universitaires de Provence et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019. Une belle aventure qui s’est menée avec Isabelle Gras6, avec le soutien du Consortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num, du SCD d’AMU et de la MMSH.  Le projet continue sur le carnet “Questions d’éthique et de droit” : https://ethiquedroit.hypotheses.org

Le fonds Annie-Hélène Dufour : elle avait choisi de déposer de toutes ses sources sur lesquelles s’appuyaient sa recherche à la phonothèque, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont entièrement accessibles sur Calames. Les articles et les source de l’anthropologue connaissent une singulière diffusion posthume puisque les voilà désormais faciles à trouver, interopérables, accessibles et ré-utlisables. A partir de Calames, on accède à une partie des photographies de l’ethnologue sur Medihal, de ses entretiens sur Ganoub, de ses films sur Nakala et de ses articles scientifiques sur HalSHS.

2019, l’année des jeunes chercheurs : Mais surtout, la fin de l’année s’inscrit dans une nouvelle dynamique qui propulse les archives sonores dans le monde académique, avec un intérêt accru des jeunes docteurs. Ainsi, Maëlle Mériaux, qui avait été en résidence à la phonothèque en 2017, a soutenu en décembre 2018 une thèse qui s’appuie sur les archives orales sous le titre Histoires de plantes : les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Valeria Zedda, en thèse d’archivistique à l’université de Cagliari a choisi la phonothèque comme lieu d’étude de son projet Erasmus, enfin Matteo Cialone a obtenu un contrat doctoral qui a débuté le premier octobre avec un titre en forme d’hommage à Florence Descamps : L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone: état des lieux, analyse comparative et transdisciplinaire d’archives musicales inédites en méditerranée.

Ce billet est l’occasion de souhaiter à toutes et tous une joyeuse année 2019 et de remercier toutes celles et ceux qui ont participé à l’activité de notre phonothèque cette année – de près ou de loin. Vous pouvez les découvrir ici, de A à Z !

Continuer la lecture de 2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

  1. Hélène Giudicissi est en reconversion professionnelle et a intégré l’équipe de la phonothèque depuis deux ans et demi maintenant. En 2018, avec le soutien  des stagiaires, elle a finalisé le traitement du fonds Pierre Laurence et sa mise en ligne dans le respect des questions juridiques et éthiques. Une collaboration avec l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, a permis la naissance d’un nouveau corpus sur les luthiers sur Ganoub. Elle a aussi développé les  collaborations avec le MuCem et le CHU Montperrin. []
  2. Claire Grégoire, après un stage à la phonothèque de la MMSH, a obtenu plusieurs contrats à durée déterminées sur des projets divers. Dans le cadre d’un projet collectif mené par le Consortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num, elle a réalisé un référentiel sur les contes populaires, puis s’est consacrée au catalogage complet du fonds Annie-Hélène Dufour sur Calames. Un fonds dont le traitement et la numérisation a également été soutenu par leConsortium “Archives des ethnologues” de la TGIR Huma-Num. []
  3. Mathilde Bresc est responsable du traitement du fonds Salagon et nous régale chaque mois avec les recettes issues des fonds de la phonothèque. []
  4. Christian Champaloux a permis la numérisation de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Dans le cadre du Pôle images, sons, pratiques numériques en SHS, il  est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC. []
  5. Voir les voeux 2017 : https://phonotheque.hypotheses.org/23328. []
  6. Isabelle Gras est conservatrice de bibliothèque au sein du SCD AMU, au sein du département de l’ingénierie documentaire où elle est responsable des publications numériques en sciences et négociatrice Couperin pour le pôle sciences juridiques et politiques. Elle est également chargée de mission Open Access et participe au déploiement de l’archive ouverte HAL-AMU en étant notamment référente pour les questions juridiques. À ce titre, elle travaille dans le projet Jurisguide piloté par la bibliothèque Cujas et elle est également impliquée dans le groupe juridique Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @IsaGr_pro. []

La phonothèque présente au 25ème édition du Salon du livre francophone de Beyrouth

Le thème du 25ème édition du Salon du livre francophone de Beyrouth porte sur les cultures numériques. Plus de 60 exposants et 180 auteurs sont présents dans ce Salon où dans ce cadre, une table ronde est organisée par l’Institut français sur le thème du numérique comme outil du patrimoine culturel le samedi 10 novembre 2018, à 16h.

L’objectif est de mettre en avant des expériences concrètes auprès des publics du Salon montrant comment la numérisation, ou la diffusion des données numériques natives, permet de conserver et de valoriser le patrimoine culturel et de (re)donner accès au plus grand nombre à ces biens communs immatériels.

Vous pouvez suivre le programme du Salon sur Facebook : https://www.facebook.com/SalondulivrefrancophoneBeyrouth


Construction de savoirs partagés : comment faire de la recherche en sciences sociales au Proche-Orient ?

Les 5 et 6 novembre prochains se tiendra à Beyrouth un colloque international mettant en avant les recherches partagées par la recherche française et celle des proche-orientales depuis la création du centre d’études et de recherche sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) en 1977. La phonothèque de la MMSH – qui a traité plusieurs fonds d’enquêtes enregistrées sur le terrain par des chercheurs du CERMOC dans les années 1970 et 19801 – sera présente à la tables rondes #4 sur le thème “Production et partages de données : archives et publications”. Continuer la lecture de Construction de savoirs partagés : comment faire de la recherche en sciences sociales au Proche-Orient ?

  1. La phonothèque de la MMSH a numérisé et valorisé les fonds de Jean Métral et Michel Seurat. []

Venez fêter la journée internationale des archives à Beyrouth le 8 juin 2018 !

A l’occasion de la journée internationale des archives, la Phonothèque de la MMSH souhaite  porter un coup de projecteur sur l’exposition réalisée dans le Hangar de UMAM Documentation & Research le samedi 9 juin. Elle lance le début d’une succession d’événements qui se dérouleront sur les deux années à venir puisque le thème porte sur la commémoration des 100 ans de la création du Liban en 1920Lebanon 1920 – 2010: How Might We Commemorate this Centennial? Continuer la lecture de Venez fêter la journée internationale des archives à Beyrouth le 8 juin 2018 !

LUNDI – Open Access Week 2017 : Un architecte d’origine belge parle de sa passion pour son métier et décrit son parcours professionnel au Liban de 1961 à 1975

Les chercheurs qui produisent des données sonores au cours de leur travail de terrain peuvent faire le choix de diffuser en libre accès les sources de leur recherche dans une phonothèque. En collaboration avec l’archiviste et selon les thématiques explorées, les chercheurs décident, au moment du dépôt, des modalités d’accès aux données produites. Ils apportent alors tous les éléments de contextualisation nécessaires à la diffusion de leur recherche. Plusieurs outils sont disponibles à la phonothèque de la MMSH pour mettre en œuvre concrètement cette diffusion, en conformité avec les questions éthiques et juridiques. « Open in order to… » est le thème de cette année : l’équipe des archivistes de la phonothèque de la MMSH vous explique chaque jour pourquoi il lui semble important d’ouvrir les enregistrements de terrain à l’écoute de tous les publics sur Les carnets de la phonothèque : https://phonotheque.hypotheses.org/oa  L’occasion également de mettre en avant des archives sonores libres de droit ou qui sont dédiées avant l’heure au domaine public. Bonne écoute !

L’enquête que nous vous proposons d’écouter est issue du corpus : Les Français au Liban depuis 1945, une minorité allogène (entretiens auprès de la communauté française en 1975).  Du mois de janvier au mois de mai 1975, auprès des Français installés à Beyrouth (Liban), Jean Métral s’investit dans un projet de thèse d’État en sociologie, sur le thème “Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène”. Il est alors Maître assistant à l’université de Lyon et il est détaché depuis 1969 à l’École Supérieure des Lettres de Beyrouth (ESL) où il dirige la section de sociologie et d’anthropologie. Il enregistre 71 enquêtes dont 62 ont été conservées. Chaque Continuer la lecture de LUNDI – Open Access Week 2017 : Un architecte d’origine belge parle de sa passion pour son métier et décrit son parcours professionnel au Liban de 1961 à 1975

Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

En stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, dans le cadre de mon Master 2 Archives et Images à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès1, j’ai été chargée du traitement documentaire de la collection de témoignages des Français expatriés au Liban en 1975, rattachés au fonds d’archives orales Jean Métral.Celui-ci a rapidement induit pour des questions de droits d’utilisations et de diffusions, une recherche des témoins dont les voix avaient été enregistrées à Beyrouth dans le cadre de la recherche de Jean Métral, entièrement inédite. De fait, je suis devenue en tant qu’archiviste et grâce à des recherches croisées sur différents critères et sur les orientations de la veuve du chercheur, l’« archéologue » de biographies individuelles enregistrées en 1975. Continuer la lecture de Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

  1. Ce stage a été financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) et s’est déroulé sur 3 mois, du 11 avril au 22 juillet 2016 []

Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

Des enregistrements en 1975 à                        leur traitement documentaire en 2016

Le fonds des portraits des expatriés français au Liban en 1975, ne représente en réalité qu’un volet sur trois des recherches menées par Jean et France Métral. Le premier volet de leur recherche était une étude statistique menée à partir de 8000 fiches de Français expatriés détenues par l’ambassade de France à Beyrouth. Cette étude, rendue aux autorités libanaises en 1975, a disparu au moment du pillage et de l’incendie qui a détruit l’Administration centrale de la statistiques. Les chercheurs, rentrés en France en juillet 1975, apprirent leur disparition le mois de septembre suivant. Le deuxième volet de l’étude était constitué de témoignages des Français expatriés, enregistrés par le couple de chercheurs en collaboration avec Alain Battegay1. Interrompu par la Guerre civile du Liban survenue en mai 1975, les entretiens n’ont pu tous être menés sans que l’on puisse évaluer combien il en manquait. Quant au troisième volet, l’analyse des institutions françaises de Beyrouth, celui-ci n’a pas du tout pu être commencé. Continuer la lecture de Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

  1. Alain Battegay était alors en coopération militaire à l’Université Libanaise de Beyrouth, rattaché à l’Université de Lyon, il a été ensuite rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) à Aix-en-Provence de septembre 2006 à juin 2016.  []

Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Ils étaient coopérants militaires enseignants à l’École supérieure des lettres, homme d’affaires amené à voyager dans tout le Moyen-orient, cadre de la banque de l’Organisation des Nations Unies, ingénieur dans l’industrie des métaux chez Sidem, pères jésuites arabisants, chroniqueur sportif franco-libanais, avocat installé depuis plusieurs décennies au Liban…  En 1975, Jean Métral a enregistré 65 portraits de Français qui évoquent leur expatriation puis leur intégration au Liban, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis Français et Libanais. Ce sont autant de regards posés sur une société libanaise où, à cette période, des tensions séparent de plus en plus les différentes communautés et où l’élite libanaise réclame une entière autonomie.



Continuer la lecture de Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975