Archives par mot-clé : biens communs

Libérons le droit d’auteur dans l’enseignement !

COMMUNIA lance une campagne d’information et une pétition1 sur rightcopyright.eu pour que les questions juridiques puissent être abordées de façon plus libre dans l’enseignement. L’objectif est d’influencer le législateur pour que les enseignants et les éducateurs utilisent enfin simplement tout type de documents dans le cadre de leur métier. Continuer la lecture de Libérons le droit d’auteur dans l’enseignement !
  1. COMMUNIA est un regroupement d’usagers dont l’objectif est d’élargir le domaine public et de développer l’accès, la réutilisation et le partage des biens culturels et de la connaissance, . COMMUNIA souhaite limiter l’exclusivité  du droit d’auteur à des proportions raisonnables qui n’imposent pas de restrictions inutiles sur l’accès et l’utilisation. []

2016, belle et bonne année collaborative et sonore !

Si le bilan de l’année 2015 s’avère extrêmement riche pour la phonothèque de la MMSH, c’est  parce que, avec le soutien de plusieurs financements1, une équipe efficace y a travaillé toute l’année de façon solidaire et soutenue, facilitant la réalisation de plusieurs projets : l’intégration des collections de la phonothèque sur le portail Europeana , le catalogage de nouvelles archives sur Calames, le traitement des données de l’ANR Colostrum,  la valorisation en langues grecque et française d’une collection sur les réfugiés de Smyrne, la valorisation d’archives sonores autour de la commensalité sur Les Carnets de la phonothèque.

Forte de cette équipe, en 2015, la phonothèque s’est résolument engagée en faveur des biens communs de la connaissance. Non seulement en transférant ses métadonnées dans le domaine public (sous la licence Creative Commons CC-0) pour leur exposition dans le cadre du programme Europeana Sounds mais aussi à travers deux projets participatifs originaux. Le premier, l’organisation d’une  journée contributive ou Edit-a-thon, a – pour la première fois – relié des articles de wikipedia à des extraits d’enquêtes d’histoire orale issus des collections de la phonothèque. Le second est encore en cours de réalisation et s’inscrit dans le projet collectif du Consortium des archives des ethnologues coordonné par Huma-Num (la très grande infrastructure de recherche des humanités numériques). Il s’agit de rendre possible la transcription des matériaux de terrain en sciences humaines et sociales, à travers une plateforme présentant des carnets d’ethnologues manuscrits numérisés. Actuellement, la version beta est en face de finalisation… nous auront l’occasion d’en parler plus longuement en 2016.

2015 aura donc été une année riche en réalisations, mais rien n’aurait  été possible sans un travail d’équipe, à partir des projets menés par les phonothécaires Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié, avec le soutien et la participation active de Mathilde Bresc.

23912906402_0a76faf9b3_o

Dans le cadre de l’ANR Colostrum, Joël Candau2, son coordinateur, a pris en compte les enjeux de la collecte et de la conservation des données de la recherche. Il a confié à la phonothèque de la MMSH le traitement, l’archivage et la mise en accès des données constituées sur le terrain puisqu’une série d’entretiens a été enregistrée avec la même grille d’enquête dans les 7 pays participants : l’Allemagne, le Brésil, le Burkina-Faso, le Cambodge, le Maroc. Grâce au financement de l’ANR, Marine Soubrié a catalogué l’ensemble des entretiens et les a mis en ligne en prenant en compte les questions éthiques et juridiques . C’est également elle qui a organisé la formation au catalogage EAD (Encoded Archival Description) sur Calames en juin 2015, accompagnant le formateur, Patrick Latour3 dans l’installation technique de l’outil d’édition XML pour Calames, XMETAL. Enfin, elle a  participé au catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger.

Après avoir réalisé son stage de Master 2 « Archives numériques » soutenu à  l’ENSSIB  – Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques, de mars à mai 2015 à  la phonothèque, Ariane Néroulidis a été chargée du catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger appuyée par un financement de l’ABES. Devenue experte dans la structuration des données sonores, elle a représenté la phonothèque de la MMSH au séminaire d’Europeana Sounds à Athènes, et contribué au data mapping4 des données de la phonothèque à travers l’éditeur XML MINT pour l’intégration des archives de la phonothèque sur le portail Europeana

Marine Soubrié et Ariane Néroulidis ont également représenté la phonothèque lors de deux évènements professionnels. Le premier, en collaboration avec Françoise Acquier, documentaliste au CRESSON, lors des journées des FREDOC 2015 à Sainte-Foy-Lès-Lyon (29 septembre – 2 octobre). Le second,  le 26 novembre dernier à la MMSH, avait pour objectif de faire se rencontrer les acteurs des  humanités numériques d »AMU dans le cadre du PR2I5.

23393838423_83001683d6_oHélène Loukou avait  effectué en 2013 un stage Erasmus à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de son master en bibliothéconomie soutenu à  l’université de Thessalonique. A cette occasion elle avait réalisé un  film documentaire sur les activités de la phonothèque.

En 2015, Hélène Loukou a décidé de suivre un second master sur le métier des archives et des bibliothèques, cette fois-ci à Aix-Marseille Université. Dans le cadre de ce stage elle a traité une collection en langue grecque sur les réfugiés de Smyrne sur l’île de Syros qui a fait l’effet d’une convention entre les archives historiques des Cyclades et la MMSH.

23392454944_f383be7fd4_oDepuis l’automne 2014, Mathilde Bresc, également bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, soutien l’équipe de la phonothèque en traitant des collection sonores, en particulier celles en langue provençale. Cuisinière amatrice, elle a  eu l’idée de proposer de rédiger des billets de blogs mensuels pour valoriser les archives sonores évoquant la commensalité, l’alimentation ou les recettes culinaires.  Ainsi, en 2015, vous avez pu écouter et peut-être goûté la soupe de potimarron vert,  les plats du souper traditionnel provençal de Noël, la tourte à la bourrache, les loukoums, le gratin de pissenlits, les panisses à la pomme-de-terre, les ganses, la soupe verte  ou recevoir quelques conseils sur la façon de conserver le fromage dans une courge ou de cuisiner les amandes et les noisettes. Toute l’équipe de la médiathèque en a bénéficié car chaque recette a été testée !

2016 s’annonce…  La fin des financements adossés à ces projets et leur réussite va disperser une partie de l’équipe mais les archives sonores demeureront un lien indéfectible. Nous sommes curieuses de découvrir ce que le web apportera dans l’année à venir et l’expérience de chacune se mêlera à l’aventure pour mettre en avant l’oralité du monde. Nous vous retrouverons peut-être le 14 janvier pour la première journée d’étude de l’année organisée par la phonothèque sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, mais en attendant toute l’équipe  envoie ses meilleurs voeux à tous les lecteurs des Carnets de la phonothèque !

Crédits photographiques : Ariane Néroulidis et Marine Soubrié à la médiathèque de la MMSH puis photographies de l’edit-a-thon du 27 octobre où a participé toute l’équipe de la phonothèque : Mathilde Bresc, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis et Marine Soubrié. Photographies de Véronique Ginouvès, CC-BY-NC. Image à la une : l’équipe olympique de natation anglaise en 1948.

 

  1. Outre le financement de l’USR 3125, les financements obtenus par la phonothèque en 2015 ont plusieurs sources : l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur – ABES, L’Agence nationale de la recherche – ANR, la Commission européenne dans le cadre du programme Europeana Sounds, Huma-Num à travers le Consortium des archives des ethnologues, le LabexMed. []
  2. Professeur des Universités, Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie «Mémoire, Identité et Cognition sociale» – E.A. 3179 []
  3. Voir le portrait de Patrick Latour sur Arabesque n°80. []
  4. Dans ce cas précis, il s’agissait de réaliser une  correspondance entre deux modèles de données : le DC -Dublin Core, exporté de la base Ganoub dans un fichier en CSV – Comma-separated values, en EDM – Europeana Data Model []
  5. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []

Soyez en avance pour découvrir les auteurs élevés dans le domaine public en 2016

Il reste encore 8 auteurs à découvrir sur le calendrier de l’avent réalisé par les collectifs collectifs Romaine Lubrique et SavoirsCom1 qui célèbrent comme chaque année avec quelques jours d’avance l’élévation dans le domaine public des œuvres d’auteurs sélectionnés pour vous. Découvrez ainsi qui va avoir le bonheur de rejoindre au 1er janvier de l’année 2016 ceux qui vont participer à enrichir nos biens communs de la connaissance. A nous de nous approprier et partager leurs œuvres, de les remixer ou d’en faire ce que bon nous semble ! Rendez-vous sur http://www.aventdudomainepublic.org

“La compagnie de ce charmant repas est si jolie que je ne la quitte pas”

La commission documentation de la FAMDT doit être de belle compagnie puisque voilà bientôt 20 ans qu’elle échange, archive, publie, valorise des enregistrements de terrain… Pour mieux faire connaître leur travail et faire entendre les voix des anonymes conservées dans les centres de ressources liés à la FAMDT, les documentalistes ont décidé de proposer un tour sonores de leurs archives. Celui qui est proposé dans ce premier billet, présente des chants, des recettes et des ambiances de repas que vous pouvez retrouver et réécouter sur les différentes bases de données du réseau FAMDT ou sur le Portail du patrimoine oral, catalogue collectif de l’ensemble des centres de ressources associés à ce réseau.

imagedastum

La chanson dont les premiers vers donnent le titre du billet, est interprétée par Marie Rigodias originaire de Saint-Rémy-sur-Durolle. Elle a été enregistrée par Jean Dumas un été de 1960 quand il arpentait le Puy-de-Dôme avec son magnétophone à bandes. Aujourd’hui cette chanson peut être entendue et restituée dans son contexte de collecte et avec les documents associés à l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne – AMTA.


Enquête n°AMTA0287

Dans les collectes de Jean Dumas, vous trouverez d’autres chansons issues du répertoire du territoire de Saint-Rémy-sur-Durolle, que Marie Rigodias – surnommée « La Fouine » – aimait chanter. Elle avait une prédilection pour les chansons gaies et sa maîtrise du timbre, ses ornementations, son interprétation au rythme soutenu, lui donnait une place particulière dans les chanteuses de la région1.

Passons aux plats de résistance ! En Catalogne les escargots se mangent grillés dans leur coquilles, simplement accommodés d’herbes, de sel et de poivre. Dans les années 1950, la Compagnie des gais troubadours catalans interprète un chant en l’honneur de la Cargolata composé par un de ses membres, Georges Barthès en 19402. Si vous souhaitez consulter les paroles de ce chant qui précise la recette des escargots au four à l’ail et au piment, vous pouvez vous rendre au CIMP – Centre Internacional de Música Popular où il est archivé3. Vous y découvrirez également un musée des instruments de musiques traditionnelles.

La liste des plats d’un menu se prête bien aux chansons traditionnelles dites énumératives ou randonnées : voilà deux chansons qui viennent illustrer cet exemple.

« La Première partie de la foire à la Loire » a été collectée puis archivée par l’association normande La Loure, a été répertoriée dès 1903 par nombre de collecteurs en France et au Canada. La foire de la Loire. Cette chanson de noces, dresse une table où Pantagruel se trouverait à l’aise.

Enquête  n°0756-02

Dans cette chanson collectée en 1980 et archivée à la Maison du patrimoine oral,  la semaine en Bourgogne débute chichement par une soupe bouillie et se termine de façon satirique comme un air de vêpres au milieu des victuailles, la chanteuse parodiant l’intonation du prêtre qui fait sa messe.

Enquête MPOB n°1257a02_03

amtaA table, il ne suffit pas de chanter, il faut aussi manger ! Les collecteurs du réseau de la FAMDT ne se sont pas limités aux oeuvres orales, ils ont aussi pris en compte le contexte culturel des témoins qu’ils enregistraient. Ainsi, dans ce domaine nombre de recettes anciennes et de façon de se mettre à table sont rapportées par toutes les voix qui se croisent sur le Portail du patrimoine oral :

– Les recettes de beignets, boudin et civet de lapin délivrées en occitan par Angèle Chabeaudie, née au village de Montazeau (commune de Rochechouart) en Haute-Vienne. Son répertoire de chansons traditionnelles et ses récits de la vie au village ont été enregistrés par Robert Dagnas dans le cadre de l’Institut d’études occitane du Limousin, dont les collectages sont conservés et valorisé par le CRMTL – Centre régional musique traditionnelles en Limousin.

– La recette des miques au miel, aux farines de maïs et de blé, enregistrée auprès de Mademoiselle Jamet à La Réole (33) par Jacques Boisgontier. Elle est conservée et valorisée par le COMDT – centre de ressources pour la culture occitane de tradition orale, la transmission et la diffusion des musiques et danses traditionnelles.

Enquête n°2581-2

– Dans le Poitou, Paul et Aline Micheneau, originaires de Moncoutant nous racontent4 comment on fabriquait les tourtisseaux, délicieux petits morceaux de pâtes sucrées frites

Enquête n°003775_55

– Enfin, la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme5 offre dans ses archives de nombreuses recettes et d’enquêtes autour de la commensalité. Voilà ici, dans un extrait en langue occitane enregistré en 1965, la présentation des plats de fête tout au long de l’année en Provence :

Enquête n°MMSH4652 – cote F3581

C’est avec les plats de fête que nous quittons cette belle compagnie… d’autres tours de France sonores vous seront présentés prochainement. Toutes ces archives peuvent être écoutées à partir de vos recherches sur le Portail du patrimoine oral.

Les auteurs du billet : Stéphanie Coulais (CERDO), Yvon Davy (La Loure), Eric Desgrugillers (AMTA), Eva Durif (CRMTL), Véronique Ginouvès (MMSH), Marie Grollier (CIMP), Marie-Laure Labois et Michaël O’Sullivan (MPOB), Jean-Luc Ramel (Dastum), Gwenaëlle Sarrat (COMDT).

Crédits photographiques :  Repas des anciens a Ploneour Lanvern (N° inv. 3738203)  [s.n.]Le Roy, Y. (Loguivy-Plougras) éditeur ), vers 1903, sur la photo à la une, puis collectage de Jean Dumas dans les années 1960 source AMTA enfin « Environs de la Roche Bernard : Noce bretonne, le repas » vers 1903 issue des archives de l’association Dastum.

 

  1. A propos de l’interprétation des chanteurs traditionnels d’Auvergne, nous vous renvoyons à la lecture du mémoire de diplôme de fin d’étude des musiques traditionnelles d’Éric Desgrugillers, documentaliste à l’AMTA accessible en ligne. []
  2. Ce plat local sonore interprété par un orchestre de guitares, mandolines et luths, a été dépeint par l’auteure catalane Llúcia Bartre comme « (…) Una cançó descascada, llisa com un allioli, rica de pebrina i de veritat» – une chanson dépouillées, lisse comme une aïoli, riche de poivrons et de vérités []
  3. L’archive présentée dans ce billet fait partie du fonds de l’ancien Musée national des arts et traditions populaires (MNATP, laboratoire du Centre d’ethnologie française), aujourd’hui MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Comme pour l’ensemble du réseau documentaires de la FAMDT, des copies des enregistrements inédits réalisés dans le cadre de missions du CEF ont été déposées dans les centres de ressources. Ce chant fait partie des fonds fonds collectés en Catalogne française (Roussillon) et déposé au CIMP en novembre 2012. Pour la diffusion de ce chant, nous remercions les archives du MuCEM de nous avoir donné l’autorisation de l’écoute en ligne, []
  4. L’enregistrement a été réalisé par l’association ARCuP en 1985. Les recettes ont été publiées chez Geste Editions en 2015. Les archives sont conservées et valorisées au CERDO de l’UPCP Métive. []
  5. N’oubliez pas tous les derniers lundi du mois d’aller sur le carnet de a phonothèque de la MMSH, une recette issue de ses archives sonores vous est présentée []

Participez au lancement du calendrier de l’Avent du domaine public

Le 1 décembre 2014 à 18h30, – si vous êtes parisien ou si vous passez par cette ville ce jour là – venez participer  au lancement du calendrier de l’Avent du Domaine Public au NUMA Café (RDC Connect).

A la manière des calendriers de l’Avent, le collectif SavoirsCom1 offrira chaque jour de décembre la friandise d’une oeuvre élevée dans le Domaine Public… Pour 2015 ce sont les oeuvres d’Yvette Guilber, Milena Jesenská, Kandisky, Filippo T. Marinetti, Paul Otlet, Antoine de Saint-Exupéry…  et de bien d’autres encore qui pourront  désormais être diffusées, traduites, interprétées, ré utilisées librement par tou-te-s. Ces nouvelles créations intégreront elles aussi les communs de la culture. Et avant de partir fêter 3ème édition du Calendrier de l’Avent du domaine public, pour participer allègrement aux conversations, n’hésitez pas à lire le billet du 5 novembre dernier sur le site de SavoirsCom1 Pourquoi nous parlerons désormais de communs plutôt que de biens communs.

PROGRAMME

18:30 Accueil

19:00 Ouverture de la soirée et animation, par Alexis Kauffmann C’est quoi le domaine public ? par Lionel Maurel
Pause oeuvre 1, par Véronique Boukali
Calendrier : La genèse du projet, par Julien Dorra
Pause oeuvre 2, par Véronique Boukali
Calendrier : Présentation générale du calendrier par Thomas Fourmeux et Silvère Mercier
Pause oeuvre 3, par Véronique Boukali
Présentation du livre Pages Publiques par Hervé Le Crosnier et Nicolas Taffin
Pause oeuvre 4, par Véronique Boukali
Présentation du BookScanner, par Benjamin Sonntag
Pause oeuvre 5, par Véronique Boukali
Présentation des affiches réalisées pour l’occasion, par Sylvia Fredriksson et ses étudiants de La Sorbone
Pause oeuvre 6, par Véronique Boukali

20h Lancement officiel du calendrier 2015 : Apéro en musique du domaine public et numérisation de livres avec le BookScanner (n’oubliez pas d’apporter vos vieux livres !)

Et dès le mois de janvier une nouvelle fête est à prévoir, celle du 1er festival du domaine public lancé à l’initiative de Romaine Lubrique.

Crédits photographiques de l’image à la une : Miami University Libraries – Digital Collections Follow Meigs & Co., Incorporated Persistent URL: digital.lib.muohio.edu/u?/tradecards,1454 Pas de restrictions de droit connues.

Avent du domaine public 2014

AMERICAN CYANAMID

Le compte à rebours de l’Avent a commencé ! Depuis le 1er décembre le collectif SavoirCom1 réalise un calendrier qui présente en avant-première les cadeaux du domaine public 2014. Une idée originale qui, pour la deuxième année, met en avant chaque jour de décembre un nouvel auteur, nous rappelant, au passage, la richesse et la multiplicité des responsabilités artistiques : peintre, sculpteur(trice), photographe, femme ou homme politique, brevet et invention, écrivain(e)… Ainsi, en 2014, les oeuvres de Chaïm Soutine, Victor Segalen, Beatrix Potter, Vittorio SellaJohn Harvey Kellogg, Marcel Martinet, Alexandre Millerand, et d’autres encore rejoignent nos biens communs de la connaissance.

Le calendrier de l’Avent du domaine public 2014

Crédits photographiques : American cyanamid, Nickolas Muray (1892-1965), 1945, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droit connues.

« La mélodie de la semaine », à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association « La mélodie de la semaine« , offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais « All Rights Reserved » (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson « La barque aux 30 matelots », une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée « Ont anarem gardar ». []

Une loi pour le domaine public en France, un rêve ou bien…

 Merci d’abord à Lionel Maurel d’avoir proposé ce texte, à Irène Delse et Daniel Bourrion d’avoir relayé cet appel, en CC, que je reprends à mon tour. N’hésitez pas, vous aussi, à le diffuser…

 

Monsieur le Premier Ministre,

Madame la Ministre de la Culture,

Mesdames et Messieurs du Parlement,

Nous savons tous que nombreux sont les critiques, mais que peu parmi ceux-là contribuent à la réflexion : la cause est entendue. Néanmoins, lorsque de la réflexion critique naît une proposition de loi complète, le geste citoyen de ma part ne peut être que d’attirer dessus, bien respectueusement, votre attention…

C’est un projet signé Lionel Maurel, juriste et bibliothécaire, qui dans l’excellent blog S.I.Lex, ainsi que sur son flux Twitter @Calimaq, fait une veille active « au croisement du droit et des sciences de l’information ».

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de la Culture, Mesdames et Messieurs, vous n’avez pas besoin que l’on vous rappelle que le domaine public est un enjeu de patrimoine, d’accès de tous à la culture et à l’éducation, mais aussi un enjeu d’économie non négligeable à l’heure où le numérique et le réseau des réseaux ne sont plus notre avenir, mais un présent actif et où tout bouge très vite.

Auteure de livres et d’articles moi-même, ainsi que de ce blog (publié sous licence Creative Commons (CC, BY), je me trouve concernée par les dispositions actuelles du Code de lapropriété intellectuelle, de la loi sur les livres indisponibles, des lois sur les contenus en ligne, etc. Tous textes qui, à des degrés divers, laissent, en l’état, à désirer.

C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs, je vous suggère bien respectueusement de prendre connaissance du projet de loi Maurel sur le domaine public (ou bien l’appellerons-nous « loi @Calimaq » ?) et de l’inscrire aussitôt que possible au calendrier de vos délibérations.

En vous remerciant d’avance, Mesdames et Messieurs, à mon tour je fais un rêve – le même que Lionel Maurel, et tous ceux et celles qui le soutiennent.

 

La proposition de loi de Lionel Maurel https://scinfolex.wordpress.com/2012/10/27/i-have-a-dream-une-loi-pour-le-domaine-public-en-france

Soutien du texte sur les blogs :

L’extérieur de l’asilehttp://irenedelse.wordpress.com/2012/10/28/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france-un-reve-ou-bien

Face Ecran : http://www.face-ecran.fr/2012/10/28/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france-un-reve-ou-bien

Et d’autres à venir…

« Une loi pour le domaine public en France », Hubert Guillaud, La feuille, blog du Monde, 30 octobre 2012 http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2012/10/30/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france/#xtor=RSS-32280322

« Droit d’auteur : une loi pour sacraliser le domaine public », Guillaume Champeau, Numerama, 30 octobre 2012http://www.numerama.com/magazine/24153-droit-d-auteur-une-loi-pour-sacraliser-le-domaine-public.html

« Une loi pour le domaine public en France », Olivier Ertzscheid, Affordance, 30 octobre 2012 http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2012/10/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france.html 

 

Illustration : I Have A Dream. Par Dr Case. CC-BY-NC. Source : Flickr