Archives par mot-clé : bilan

2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

2018 aura été une année pilote, qui a démontré que le dispositif de la phonothèque, adossé aux principes du FAIR, est fonctionnel et efficace. Pendant plus de cinq mois, l’équipe de la phonothèque a travaillé sans sa responsable qui a obtenu une mobilité professionnelle à l’étranger.  L’activité était intense mais, en s’appuyant sur le dispositif mis en place, Hélène Giudicissi1 et Claire Grégoire2  – outre le travail d’accueil du public, toujours plus nombreux, et du traitement documentaire quotidien –  sont intervenues dans plusieurs colloques et journées d’étude. Elles ont aussi organisé le travail de 14 stagiaires, venus d’horizons divers, qui souhaitaient découvrir les archives sonores et à apporter leur contribution au traitement et à la valorisation des fonds. Elles ont été également soutenues ponctuellement par deux bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, Mathilde Bresc3 et Christian Champaloux4. Enfin, avec l’équipe, plusieurs chercheur.e.s ont participé à l’archivage de leurs données sonores. Merci en particulier à Hélène Claudot-Hawad, de continuer à faire converser les « nouveaux luthiers » avec les anciens comme les amateurs de violon sur Les carnets de la phonothèque.

Ainsi 2018 a été joyeuse et formatrice : ce travail collectif s’appuie sur un système ouvert et structuré, qui respecte les principes du FAIR5 offrant de merveilleux cadeaux de réusages pour le partage – au-delà du traitement documentaire des archives sonores – d’une méthode de travail compréhensible, claire et efficace.

2018 est aussi l’année d’un ancrage profond des archives sonores dans les données de la recherche avec trois signes forts : la publication d’un ouvrage sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, l’accomplissement du traitement du fonds de l’ethnologue Annie Hélène Dufour et la multiplication des thèses sur la question des sources sonores et de leur ré- usage.

Le guide de bonnes pratiques : 2018 se termine avec la publication d’un ouvrage collectif : le Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est paru en version papier en novembre aux Presses universitaires de Provence et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019. Une belle aventure qui s’est menée avec Isabelle Gras6, avec le soutien du Consortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num, du SCD d’AMU et de la MMSH.  Le projet continue sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org

Le fonds Annie-Hélène Dufour : elle avait choisi de déposer de toutes ses sources sur lesquelles s’appuyaient sa recherche à la phonothèque, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont entièrement accessibles sur Calames. Les articles et les source de l’anthropologue connaissent une singulière diffusion posthume puisque les voilà désormais faciles à trouver, interopérables, accessibles et ré-utlisables. A partir de Calames, on accède à une partie des photographies de l’ethnologue sur Medihal, de ses entretiens sur Ganoub, de ses films sur Nakala et de ses articles scientifiques sur HalSHS.

2019, l’année des jeunes chercheurs : Mais surtout, la fin de l’année s’inscrit dans une nouvelle dynamique qui propulse les archives sonores dans le monde académique, avec un intérêt accru des jeunes docteurs. Ainsi, Maëlle Mériaux, qui avait été en résidence à la phonothèque en 2017, a soutenu en décembre 2018 une thèse qui s’appuie sur les archives orales sous le titre Histoires de plantes : les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Valeria Zedda, en thèse d’archivistique à l’université de Cagliari a choisi la phonothèque comme lieu d’étude de son projet Erasmus, enfin Matteo Cialone a obtenu un contrat doctoral qui a débuté le premier octobre avec un titre en forme d’hommage à Florence Descamps : L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone: état des lieux, analyse comparative et transdisciplinaire d’archives musicales inédites en méditerranée.

Ce billet est l’occasion de souhaiter à toutes et tous une joyeuse année 2019 et de remercier toutes celles et ceux qui ont participé à l’activité de notre phonothèque cette année – de près ou de loin. Vous pouvez les découvrir ici, de A à Z !

Continuer la lecture de 2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

  1. Hélène Giudicissi est en reconversion professionnelle et a intégré l’équipe de la phonothèque depuis deux ans et demi maintenant. En 2018, avec le soutien  des stagiaires, elle a finalisé le traitement du fonds Pierre Laurence et sa mise en ligne dans le respect des questions juridiques et éthiques. Une collaboration avec l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, a permis la naissance d’un nouveau corpus sur les luthiers sur Ganoub. Elle a aussi développé les  collaborations avec le MuCem et le CHU Montperrin. []
  2. Claire Grégoire, après un stage à la phonothèque de la MMSH, a obtenu plusieurs contrats à durée déterminées sur des projets divers. Dans le cadre d’un projet collectif mené par le Consortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num, elle a réalisé un référentiel sur les contes populaires, puis s’est consacrée au catalogage complet du fonds Annie-Hélène Dufour sur Calames. Un fonds dont le traitement et la numérisation a également été soutenu par leConsortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num. []
  3. Mathilde Bresc est responsable du traitement du fonds Salagon et nous régale chaque mois avec les recettes issues des fonds de la phonothèque. []
  4. Christian Champaloux a permis la numérisation de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Dans le cadre du Pôle images, sons, pratiques numériques en SHS, il  est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC. []
  5. Voir les voeux 2017 : https://phonotheque.hypotheses.org/23328. []
  6. Isabelle Gras est conservatrice de bibliothèque au sein du SCD AMU, au sein du département de l’ingénierie documentaire où elle est responsable des publications numériques en sciences et négociatrice Couperin pour le pôle sciences juridiques et politiques. Elle est également chargée de mission Open Access et participe au déploiement de l’archive ouverte HAL-AMU en étant notamment référente pour les questions juridiques. À ce titre, elle travaille dans le projet Jurisguide piloté par la bibliothèque Cujas et elle est également impliquée dans le groupe juridique Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @IsaGr_pro. []

Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

Les projets numériques se multiplient mais comment  savoir s’il sera toujours possible d’y accéder sur le long terme ? En 2015 nous nous en inquiétions déjà avec l’arrêt brutal de Crevilles et depuis cet été c’est la plateforme MedMem, pourtant soutenue par une institution solide comme l’Ina,  qui ne répond plus :

Et si nous profitions de la nouvelle année pour tirer la leçon de cette inquiétante situation1 ? Continuer la lecture de Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

  1. Il faudrait tenir le compte des disparitions des bases de données et autres projets en ligne, et vérifier où (et si) les données ont été récupérées sur un autre système. Ainsi depuis plusieurs mois maintenant – peut-être même depuis plus d’une année – le site e-corpus [http://www.e-corpus.org] où plusieurs centres de ressources académiques avaient placé leur données n’est plus accessible. Les liens renvoient la plupart du temps à des pages blanches… 10 références sont encore affichées à travers Isidore. []

Clôture et nouveaux horizons pour le fonds Roche-Taranger

Le fonds Roche-Taranger, constitué d’enquêtes orales menées par des étudiants de l’Université de Provence1 entre 1977 et 1998, est issu d’un cours de littérature et d’un cours de cinéma dirigés par Anne Roche et Marie-Claude Taranger.

Ce fonds est important, non seulement par sa volumétrie (183 cassettes analogiques numérisées, 217 fichiers numériques issus de ces supports, plus de 164 heures d’archives sonores et 2,74 mètres linéaires d’archives papier) mais aussi par son contenu2. Continuer la lecture de Clôture et nouveaux horizons pour le fonds Roche-Taranger

  1. Devenue Aix-Marseille Université depuis 2012. []
  2. Le fonds Roche-Taranger comprend 5 corpus d’archives : Le corpus « Celles qui n’ont pas écrit » est le plus important en nombre d’enquêtes. Il rassemble des récits d’hommes et de femmes à propos de leurs souvenirs et de leur vision de l’histoire avant 1945. Le corpus « « Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé… » : récits autobiographiques de français en Algérie, au Maroc, en Tunisie dans les années 1930 à 1962 » regroupe les témoignages de Français qui ont vécu entre 1930 et 1962 dans un pays du Maghreb. La majorité des entretiens porte sur des récits d’appelés de la guerre d’Algérie et a été enregistrée durant l’année universitaire 1990-1991. Le corpus « Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France » regroupe des témoignages de contemporains ayant vécu l’arrivée du cinéma en Provence. Le corpus « Archives orales annexes au fonds Roche-Taranger » est constitué par des enregistrements qui accompagnent les enquêtes orales réalisées en majorité par des étudiants. On y trouve des conférences ainsi que des séances de téléenseignement sur la thématique du récit autobiographique. Enfin, le corpus « Documentation d’accompagnement du fonds Roche-Taranger » présente les documents manuscrits et tapuscrits relatifs à ces enquêtes orales, principalement des transcriptions d’élèves et leurs analyses correspondantes ainsi que des documents liés aux différentes publications des enseignantes. []

Une nouvelle année en mosaïque… meilleurs voeux sonores 2017 !

Avec la fin de l’année 2016 arrive le moment du bilan de la participation de la phonothèque de la MMSH au programme Europeana Sounds. Une extraordinaire aventure qui nous a mené beaucoup plus loin que nous ne l’imaginions à Londres les 17 et 18 février 2014 pour le kick-off, lancement du projet. Ces trois années ont été l’occasion de consolider l’assise de la phonothèque et de mener à bien plusieurs réalisations . Il s’est d’abord agit d’une entreprise humaine car à travers elle un réseau de laboratoires s’est créé au sein du CNRS, efficace et durable. Les archives de l’équipe du CREM au sein du LESC, du LHARA et du  CRESSON sont aujourd’hui réunies à travers le dispositif mis en place dans le cadre du programme d’Europeana Sounds1. Continuer la lecture de Une nouvelle année en mosaïque… meilleurs voeux sonores 2017 !

  1. Les archives de ces quatre laboratoires ont été organisées suivant le format EDM – Europeana Data Model -, moissonnées à travers l’outil MINTMetadata INTeroperability services – et aujourd’hui le CNRS offre sur Europeana plus de 23 000 références sonores accessibles librement en ligne. []

2016, belle et bonne année collaborative et sonore !

Si le bilan de l’année 2015 s’avère extrêmement riche pour la phonothèque de la MMSH, c’est  parce que, avec le soutien de plusieurs financements1, une équipe efficace y a travaillé toute l’année de façon solidaire et soutenue, facilitant la réalisation de plusieurs projets : l’intégration des collections de la phonothèque sur le portail Europeana , le catalogage de nouvelles archives sur Calames, le traitement des données de l’ANR Colostrum,  la valorisation en langues grecque et française d’une collection sur les réfugiés de Smyrne, la valorisation d’archives sonores autour de la commensalité sur Les Carnets de la phonothèque.

Forte de cette équipe, en 2015, la phonothèque s’est résolument engagée en faveur des biens communs de la connaissance. Non seulement en transférant ses métadonnées dans le domaine public (sous la licence Creative Commons CC-0) pour leur exposition dans le cadre du programme Europeana Sounds mais aussi à travers deux projets participatifs originaux. Le premier, l’organisation d’une  journée contributive ou Edit-a-thon, a – pour la première fois – relié des articles de wikipedia à des extraits d’enquêtes d’histoire orale issus des collections de la phonothèque. Le second est encore en cours de réalisation et s’inscrit dans le projet collectif du Consortium des archives des ethnologues coordonné par Huma-Num (la très grande infrastructure de recherche des humanités numériques). Il s’agit de rendre possible la transcription des matériaux de terrain en sciences humaines et sociales, à travers une plateforme présentant des carnets d’ethnologues manuscrits numérisés. Actuellement, la version beta est en face de finalisation… nous auront l’occasion d’en parler plus longuement en 2016.

2015 aura donc été une année riche en réalisations, mais rien n’aurait  été possible sans un travail d’équipe, à partir des projets menés par les phonothécaires Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié, avec le soutien et la participation active de Mathilde Bresc.

23912906402_0a76faf9b3_o

Dans le cadre de l’ANR Colostrum, Joël Candau2, son coordinateur, a pris en compte les enjeux de la collecte et de la conservation des données de la recherche. Il a confié à la phonothèque de la MMSH le traitement, l’archivage et la mise en accès des données constituées sur le terrain puisqu’une série d’entretiens a été enregistrée avec la même grille d’enquête dans les 7 pays participants : l’Allemagne, le Brésil, le Burkina-Faso, le Cambodge, le Maroc. Grâce au financement de l’ANR, Marine Soubrié a catalogué l’ensemble des entretiens et les a mis en ligne en prenant en compte les questions éthiques et juridiques . C’est également elle qui a organisé la formation au catalogage EAD (Encoded Archival Description) sur Calames en juin 2015, accompagnant le formateur, Patrick Latour3 dans l’installation technique de l’outil d’édition XML pour Calames, XMETAL. Enfin, elle a  participé au catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger.

Après avoir réalisé son stage de Master 2 « Archives numériques » soutenu à  l’ENSSIB  – Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques, de mars à mai 2015 à  la phonothèque, Ariane Néroulidis a été chargée du catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger appuyée par un financement de l’ABES. Devenue experte dans la structuration des données sonores, elle a représenté la phonothèque de la MMSH au séminaire d’Europeana Sounds à Athènes, et contribué au data mapping4 des données de la phonothèque à travers l’éditeur XML MINT pour l’intégration des archives de la phonothèque sur le portail Europeana

Marine Soubrié et Ariane Néroulidis ont également représenté la phonothèque lors de deux évènements professionnels. Le premier, en collaboration avec Françoise Acquier, documentaliste au CRESSON, lors des journées des FREDOC 2015 à Sainte-Foy-Lès-Lyon (29 septembre – 2 octobre). Le second,  le 26 novembre dernier à la MMSH, avait pour objectif de faire se rencontrer les acteurs des  humanités numériques d »AMU dans le cadre du PR2I5.

23393838423_83001683d6_oHélène Loukou avait  effectué en 2013 un stage Erasmus à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de son master en bibliothéconomie soutenu à  l’université de Thessalonique. A cette occasion elle avait réalisé un  film documentaire sur les activités de la phonothèque.

En 2015, Hélène Loukou a décidé de suivre un second master sur le métier des archives et des bibliothèques, cette fois-ci à Aix-Marseille Université. Dans le cadre de ce stage elle a traité une collection en langue grecque sur les réfugiés de Smyrne sur l’île de Syros qui a fait l’effet d’une convention entre les archives historiques des Cyclades et la MMSH.

23392454944_f383be7fd4_oDepuis l’automne 2014, Mathilde Bresc, également bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, soutien l’équipe de la phonothèque en traitant des collection sonores, en particulier celles en langue provençale. Cuisinière amatrice, elle a  eu l’idée de proposer de rédiger des billets de blogs mensuels pour valoriser les archives sonores évoquant la commensalité, l’alimentation ou les recettes culinaires.  Ainsi, en 2015, vous avez pu écouter et peut-être goûté la soupe de potimarron vert,  les plats du souper traditionnel provençal de Noël, la tourte à la bourrache, les loukoums, le gratin de pissenlits, les panisses à la pomme-de-terre, les ganses, la soupe verte  ou recevoir quelques conseils sur la façon de conserver le fromage dans une courge ou de cuisiner les amandes et les noisettes. Toute l’équipe de la médiathèque en a bénéficié car chaque recette a été testée !

2016 s’annonce…  La fin des financements adossés à ces projets et leur réussite va disperser une partie de l’équipe mais les archives sonores demeureront un lien indéfectible. Nous sommes curieuses de découvrir ce que le web apportera dans l’année à venir et l’expérience de chacune se mêlera à l’aventure pour mettre en avant l’oralité du monde. Nous vous retrouverons peut-être le 14 janvier pour la première journée d’étude de l’année organisée par la phonothèque sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, mais en attendant toute l’équipe  envoie ses meilleurs voeux à tous les lecteurs des Carnets de la phonothèque !

Crédits photographiques : Ariane Néroulidis et Marine Soubrié à la médiathèque de la MMSH puis photographies de l’edit-a-thon du 27 octobre où a participé toute l’équipe de la phonothèque : Mathilde Bresc, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis et Marine Soubrié. Photographies de Véronique Ginouvès, CC-BY-NC. Image à la une : l’équipe olympique de natation anglaise en 1948.

 

  1. Outre le financement de l’USR 3125, les financements obtenus par la phonothèque en 2015 ont plusieurs sources : l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur – ABES, L’Agence nationale de la recherche – ANR, la Commission européenne dans le cadre du programme Europeana Sounds, Huma-Num à travers le Consortium des archives des ethnologues, le LabexMed. []
  2. Professeur des Universités, Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie «Mémoire, Identité et Cognition sociale» – E.A. 3179 []
  3. Voir le portrait de Patrick Latour sur Arabesque n°80. []
  4. Dans ce cas précis, il s’agissait de réaliser une  correspondance entre deux modèles de données : le DC -Dublin Core, exporté de la base Ganoub dans un fichier en CSV – Comma-separated values, en EDM – Europeana Data Model []
  5. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []