Archives par mot-clé : bois de lutherie

L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus

Le luthier André Sakellaridès, Marseille, fev. 2016 (cliché HCH)
Le luthier André Sakellaridès, Marseille, fev. 2016 (cliché HCH)

André Sakellarides, luthier marseillais, a un parcours original. Il est venu à la lutherie « un peu par hasard » selon ses termes.  A vingt ans, en 1975, alors qu’il s’oriente vers l’animation culturelle, il commence – en autodidacte et pour s’amuser – à fabriquer des instruments à cordes, en lien avec sa pratique musicale et ses goûts pour le folk et la musique ancienne. Il joue entre autres du dulcimer.

Découverte du dulcimer (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

En ces années 1970, une demande existe de la part des joueurs de luths, violes de gambe, vièles à roue et vièles à archet, pour réparer et fabriquer des instruments dont les luthiers classiques ne veulent pas s’occuper. André Sakellarides avec des amis constitue un petit groupe amateur pour échanger des techniques de fabrication d’instruments acquises par les uns ou les autres, comme par exemple les tours de main de Carbonell, facteur de guitares à Marseille.

Un groupe d’entraide (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pris au jeu, il décide d’être luthier à part entière et raconte comment, face à l’attitude assez fermée du milieu professionnel vis-à-vis de ceux qui n’ont pas été formés à Mirecourt, des associations alternatives se créent dont l’objectif est de partager les savoirs et savoir-faire de la lutherie pour se perfectionner.

Comment se former (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Atelier d'André Sakellarides
Atelier d’André Sakellarides (cliché HCH)

Des associations au niveau régional ou national comme l’UNFI (Union Nationale de la Facture Instrumentale) et  l’ALADFI (Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale) jouent un rôle important dans la formation de ces nouveaux luthiers et créent une autre manière d’envisager les relations professionnelles.

Sessions de perfectionnement (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Au début des années 1980, A. Sakellarides s’établit professionnellement. Il fabrique d’abord divers types d’instruments traditionnels ou folk. En 1985, il rencontre aux Etats-Unis des musiciens de jazz acoustique (à l’origine d’un quatuor à cordes frottées pour l’un et d’un quatuor à plectre pour l’autre) qui apprécient et achètent ses instruments, ce qui le confirme dans son choix d’innover. De retour en France, il poursuit l’idée de créer des instruments inédits (comme le quinton), mais veut également prouver qu’il maîtrise parfaitement la fabrication des instruments classiques.

Savoir à la fois inventer et copier (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour atteindre son objectif, il travaille beaucoup.

Beaucoup travailler comme les anciens  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Violons classiques fabriqués par André Sakellarides
Violons classiques fabriqués par André Sakellarides (cliché HCH)

A. Sakellarides souligne l’importance des échanges de connaissances, de procédés et de méthodes, que chacun intègre ensuite à sa manière, et qui ont permis de faire beaucoup de progrès dans ce métier.

Partager les connaissances  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

L’interaction entre le luthier et le musicien est pour lui essentielle.

Le luthier comme accoucheur musical  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Parmi ses inventions qui sont nombreuses, André Sakellarides présente le violon baryton.

Le chaînon manquant  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Violon baryton d'André Sakellarides
Violon baryton d’André Sakellarides (cliché HCH)

Il a également fabriqué des instruments adaptés aux répertoires des violonistes indiens, exploré les quatuors à plectre, créé un modèle contemporain de viole d’amour, inventé pour un apprentissage ludique de la musique un petit instrument bon marché et facile à réaliser, la « spidoline » qui offre des possibilités musicales très variées.

La spidoline (André Sakellarides, Extrait d’enquête n°4969)

Il évoque le rôle important, avant la 2e guerre mondiale, de la mandoline à Marseille, lié à l’immigration italienne, et la réouverture récente de la classe du conservatoire. Fabriquer des instruments de musique pour réinventer et élargir les ancrages culturels locaux est également une option intéressante.

Réinventer les ancrages culturels  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour André Sakellarides, le rôle du luthier est aussi de faire évoluer la musique en s’intéressant aux répertoires innovants et aux musiciens créatifs. Il organise lui-même des concerts.

Faire évoluer la musique (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour les « fournitures » de lutherie, la commande se fait auprès des représentants (pour les chevalets de Mirecourt par exemple) ou dans les salons professionnels, mais pour le bois, il préfère se déplacer et choisir sur pièce.

Choisir le bois  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Petits rabots de luthier (atelier A. Sakellarides), cliché HCH
Un bois de plus de 70 ans présenté par A. Sakellarides (cliché HCH)

Sa réserve de bois est suffisante pour l’instant. Il est en train de fabriquer un violon dans un bois ancien qui a au moins 70 ans car il provient de l’atelier du luthier Pierre Claudot à Marseille qui lui-même l’avait acheté à la maison Couesnon de Mirecourt qui a fermé juste après la 2e guerre mondiale. A. Sakellarides en conclusion rappelle les rôles multiples que peut jouer le luthier et qui font tout l’intérêt du métier.

Un métier éternellement créatif  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Canifs anciens (atelier d'André Sakellarides)
Canifs anciens (atelier d’André Sakellarides)

La discussion reprend au sujet des outils qui n’ont pas changé et peuvent servir à plusieurs générations. Si l’outillage se pérennise, le « style » d’un luthier par contre se transforme selon les périodes. Cet aspect évolutif caractérise le travail d’André Sakellarides qui remet tout en cause à chaque nouvel instrument.

Changer de style (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Il explique ainsi la démarche qu’il a suivie pour fabriquer un violon à 5 cordes.

Le violon à 5 cordes (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Vis à tabler anciennes provenant de l'atelier de Pierre Claudot (atelier d'A. Sakellarides)
Vis à tabler anciennes provenant de l’atelier de Pierre Claudot et utilisées aujourd’hui par André Sakellarides

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Sakellarides, André (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus, 1er février 2016, Marseille. Enregistrement numérique : 51  min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4969.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Petits rabots de luthier (atelier d'A. Sakellarides à Marseille)
Petits rabots de luthier (atelier d’A. Sakellarides à Marseille)

La lutherie comme un métier et une école de vie

Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)
Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)

Charles-Luc Hommel débute sa formation de luthier en 1973, à dix-huit ans, après son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique et du violon. Il commence l’apprentissage de cet instrument à huit ans et demi. Son père, mélomane, amateur de disques, lui a transmis l’amour de la musique. Vers quinze ans, en entrant dans un atelier de lutherie (à Bâle), il découvre une atmosphère qui lui plait beaucoup. Encouragé par son professeur de violon, il part à Mirecourt rencontrer le luthier René Morizot chez qui il fera un stage d’une semaine pendant les vacances d’été en 1972 (il est alors en 1e au lycée). Après son bac, il entre en septembre comme apprenti dans l’atelier Morizot et, au cas où la lutherie ne lui conviendrait pas, s’inscrit à l’université en maths-physique puis en droit. L’Ecole de lutherie de Mirecourt existe déjà mais n’admet d’élèves qu’au niveau de la 3e et âgés de moins de 17 ans.

Entrée en apprentissage (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

René Morizot à la fois enseignait comme professeur technique auxiliaire à l’école de lutherie et avait des apprentis dans son atelier qui se formaient et participaient à la production d’instruments.

Trois ans d’apprentissage à l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

La relance de la musique entraînait des commandes nombreuses d’instruments d’étude, d’où la création de la Sofraluth, manufacture de lutherie à Mirecourt.

Besoin d’instruments (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Les importations étaient difficiles à l’époque. Il fallait donc fabriquer des instruments dont le prix était encore très bon marché : la « façon » d’un violon (sans la tête) était rémunérée, par exemple pour un luthier habile comme Eugène Guinot, 250 francs (soit un peu plus de 30 euros) vers 1974.

Il fallait fabriquer (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Son apprentissage se déroule sans enseignement général, mais avec 40 heures d’atelier par semaine, soit plus du double de temps à l’établi que les élèves de l’Ecole de lutherie, ce qui lui a donné un avantage et un meilleur statut professionnel, bien que son diplôme soit un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et non un BT (Brevet de Technicien).

L’avantage de la pratique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Après sa formation, deux places s’offraient à lui : l’une chez Jacques Camurat à Paris, et l’autre chez Philippe Bodart à Marseille chez qui il va. Il y reste deux ans, se formant dans cet atelier à la restauration, à la réparation, au montage, au raccord de vernis.

Formation à la restauration (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)

Ensuite, il part chez Etienne Vatelot à Paris, avec comme bagage des techniques particulières de restauration (comme le moulage au plâtre) enseignées par Philippe Bodart qui les a apprises lui-même à Londres.

Moulage au plâtre (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il évoque le souvenir marquant des luthiers qui l’ont formé et dont il a beaucoup appris, non seulement sur le plan professionnel mais également humain.

Des personnes ressources (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

A Paris, il a pu voir, à l’atelier, de grands concertistes qu’il allait écouter le soir. L’ambiance était bonne dans l’atelier et l’équipe jeune (de 22 ans d’âge environ) avec des personnes qu’il connaissait toutes  de Mirecourt.

L’ambiance de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il se plait beaucoup chez Etienne Vatelot qui sait faire comprendre avec talent et générosité le sens du métier. L’atelier fait à la fois de la restauration et du neuf.

Organisation de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Etienne Vatelot supervisait tout le travail de l’atelier, où passaient les plus beaux instruments et les plus grands artistes, un privilège pour l’expérience des jeunes luthiers, comme l’évoque Charles-Luc Hommel.

Une expérience formatrice (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il revient ensuite chez le luthier Philippe Bodart qui accepte qu’il travaille à mi-temps, ce qui permet à Charles-Luc Hommel de faire du neuf chez lui en Ardèche, en attendant de pouvoir s’installer à son compte. C’est une période où on manque de luthiers.

Manque de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il y avait aussi une pénurie de fournitures de lutherie. Les grandes maisons de bois de lutherie à l’ancienne, avec tout leur savoir-faire pour le choix, la conservation, le séchage, avaient disparu.

Pénurie de bois (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Cette situation va changer dans les années 1980 et on trouve aujourd’hui du très beau bois qui vient de Bohème, Bosnie, Dolomites.

Du très beau bois de lutherie (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Au sujet des techniques, Charles-Luc Hommel évoque les recherches empiriques sur les vernis faites par les luthiers et les progrès réalisés aujourd’hui.

Les vernis (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il cite différentes expérimentations, dont celle du luthier italien Sacconi.

Vernis de Sacconi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Le luthier Pierre Claudot (qui de son côté avait essayé la térébenthine de Chios) passait souvent à l’atelier, d’où la transmission d’anecdotes de luthiers anciens et également de la connaissance de certains instruments.

Anecdotes de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Charles-Luc Hommel s’installe à Marseille ; il aura jusqu’à trois assistants dans les années 1985-90, ce qui était trop lourd comme charges salariales et gestion, d’où un changement de cap en 1990.

Avoir du temps à l’établi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Dans cet atelier du centre ville de Marseille, ce sont les réparations et l’entretien d’instruments qui font tourner l’atelier. Certains luthiers ont choisi de faire du neuf et vendent eux-mêmes leurs instruments ; la sous-traitance est devenue plus rare qu’autrefois. Pour élaborer un modèle personnel de violon, Charles-Luc Hommel évoque l’intérêt de s’inspirer non pas des formes connues d’instruments de grands luthiers, mais de certains instruments seulement, car s’ils ont été fabriqués par une même main de maître, ils n’atteignent pas tous le même niveau de perfection sonore ou esthétique.

Des instruments qui sonnent (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Aujourd’hui, les rapports avec les acousticiens se poursuivent, même si ces derniers ont du mal à aider les luthiers. Charles-Luc Hommel pense que les luthiers apporteraient beaucoup au débat en notant leur savoir empirique : quels réglages et ajustements pratiques font-ils quand un violon sonne mal ?

Retranscrire le savoir empirique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Charles-Luc  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  La lutherie comme un métier et une école de vie, Marseille, 5 mai 2014. Enregistrement numérique :  82 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4912.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête  « Les nouveaux luthiers » , 2012-2016.